Liberman : Israël n’a aucun intérêt à conquérir Gaza pendant la “prochaine guerre”
Rechercher

Liberman : Israël n’a aucun intérêt à conquérir Gaza pendant la “prochaine guerre”

Le ministre de la Défense a indiqué que l'armée israélienne “détruira toutes les infrastructures terroristes du Hamas” mais quittera ensuite l'enclave palestinienne

Avigdor Liberman, président de Ysrael Beytenu et ministre de la Défense, lors d'une réunion de son groupe parlementaire à la Knesset, le 8 mai 2017. (Crédit : Miriam Alster/Flash90)
Avigdor Liberman, président de Ysrael Beytenu et ministre de la Défense, lors d'une réunion de son groupe parlementaire à la Knesset, le 8 mai 2017. (Crédit : Miriam Alster/Flash90)

L’armée israélienne ne prévoit pas de conquérir la bande de Gaza si une autre guerre devait éclater avec le Hamas, a expliqué le ministre de la Défense Avigdor Liberman la semaine dernière, faisant apparemment volte-face après les propos tenus à plusieurs reprises ces dernières années, où il affirmait que réoccuper le territoire était le seul moyen de mettre un terme aux tirs de roquette.

S’adressant à la Deuxième chaîne dans un entretien diffusé samedi soir, Liberman a indiqué qu’il « n’avait absolument aucun intérêt à conquérir Gaza » dans le cas d’une recrudescence grave des affrontements sur la frontière sud de l’Etat juif.

En même temps, si Israël est contraint d’entrer une nouvelle fois en conflit avec le groupe terroriste du Hamas qui contrôle la bande, ce sera la dernière guerre du Hamas, a mis en garde Liberman.

« Nous allons entrer et détruire toutes leurs infrastructures terroristes », a-t-il affirmé, mais il ajouté qu’une fois cette mission terminée, « nous partirons ».

Des soldats israéliens le long de la frontière avec la bande de Gaza, près du kibboutz Nahal Oz, le 4 mai 2016. (Crédit : Menahem Kahana/AFP)
Des soldats israéliens le long de la frontière avec la bande de Gaza, près du kibboutz Nahal Oz, le 4 mai 2016. (Crédit : Menahem Kahana/AFP)

L’entretien, qui s’est intéressé au travail réalisé par le ministre de la Défense depuis sa nomination à ce poste il y a un an, a été diffusé vingt-quatre heures seulement après qu’un membre du Hamas a été tué et six autres blessés au cours d’affrontements avec l’armée israélienne à proximité de la frontière entre Israël et la bande de Gaza.

Mais malgré un certain nombre d’incidents avec le Hamas, Liberman a souligné qu’Israël avait « profité d’une année de tranquillité et de calme en termes de sécurité. L’année la plus tranquille depuis 1967. »

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...