Israël en guerre - Jour 231

Rechercher

L’Iran est une « superpuissance » en matière de missiles et de drones, pas en défense – experts

Un ancien chef de la défense de l'armée de l'air israélienne estime qu'Israël aurait peu de mal à atteindre des cibles à l'intérieur de l'Iran s'il décidait de riposter directement

À gauche : des avions de combat F-35i, sur la base aérienne de Nevatim, dans le sud d'Israël, sur une photo non datée ; à droite : un missile balistique iranien peu avant son impact sur le sud d'Israël, le 14 avril 2024. (Crédit : Armée israélienne ; Capture d'écran X)
À gauche : des avions de combat F-35i, sur la base aérienne de Nevatim, dans le sud d'Israël, sur une photo non datée ; à droite : un missile balistique iranien peu avant son impact sur le sud d'Israël, le 14 avril 2024. (Crédit : Armée israélienne ; Capture d'écran X)

Selon les experts, Israël aurait peu de mal à atteindre des cibles à l’intérieur de l’Iran s’il décidait de riposter directement aux salves de drones et de missiles sans précédent de samedi soir, en raison de l’obsolescence de l’armée de l’air de Téhéran et de ses systèmes de défense anti-aérienne basés sur des modèles russes vieillissants.

L’Iran est une « superpuissance en matière de missiles balistiques tactiques et de drones », a déclaré jeudi le général de brigade ( Rés.) Zvika Haïmovich, ancien chef de la défense aérienne de l’armée de l’air israélienne.

Ses défenses aériennes, en revanche, sont construites en grande partie autour des systèmes de missiles anti-aériens russes S-200 et S-300 ou d’une gamme d’équivalents produits localement tels que le Bavar-373, le Khordad, le Raad, le Sayyad et le Talash, ainsi que de vieux avions de guerre américains et russes, dont certains datent de l’époque du Shah Mohammed Reza Pahlavi, dans les années 1970.

Des systèmes similaires ont été déployés en Syrie depuis 2015, ce qui a permis aux pilotes israéliens d’acquérir des années d’expérience dans ce domaine.

« Nos forces aériennes et celles de la coalition ont volé dans cet environnement. Elles savent comment gérer efficacement ce système », a souligné Haïmovich. « Je leur témoignerai du respect, mais ce ne sera pas le principal défi à relever face à l’Iran. »

Sidharth Kausha, chercheur au Royal United Strategic Institute de Londres, a estimé que le principal défi pour Israël n’est peut-être pas d’échapper aux missiles sol-air (SAM) iraniens, mais d’être en mesure de frapper avec succès les bases militaires de l’ouest et du sud de l’Iran, ce qui nécessite l’utilisation de bombes pénétrantes.

Kausha a expliqué que les avions israéliens, tels que les jets furtifs F-35, qui pourraient échapper aux réseaux de défense aérienne de l’Iran, transportent généralement des munitions de plus petite taille. Mais contre des cibles profondément enfouies, des munitions plus grosses pourraient être nécessaires, ce qui signifierait qu’elles devraient être transportées à l’extérieur sur des avions tels que le F-16, ce qui les rendrait plus détectables par les radars. Pour des raisons de sécurité, les pilotes pourraient être plus enclins à les lancer de plus loin.

« Le réseau de défense aérienne iranien n’est certainement pas impénétrable pour ces avions, mais cela augmente le risque de pertes et la capacité iranienne à intercepter, au moins en théorie, certaines munitions à distance entrantes », a-t-il ajouté.

L’Iran a lancé plus de 500 drones et missiles sur Israël dans la nuit de samedi à dimanche, en représailles à une frappe meurtrière sur une annexe du consulat iranien à Damas, imputée à Israël, selon Téhéran.

99 % des projectiles ont été interceptés avant d’atteindre Israël, avec l’aide des États-Unis, de la Jordanie et d’autres alliés. L’unique personne blessée physiquement est une enfant de 7 ans, originaire d’une communauté bédouine du sud, qui a été touchée et grièvement blessée par la chute d’éclats d’obus dans le désert du Néguev. La base de l’armée de l’air israélienne à Nevatim, dans le sud du pays, a subi des dégâts mineurs à ses infrastructures, a déclaré Tsahal, mais elle a continué à fonctionner pendant l’attaque.

Pour autant, les craintes de ripostes israéliennes ont néanmoins ravivé les craintes d’une guerre régionale totale.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.
image
Inscrivez-vous gratuitement
et continuez votre lecture
L'inscription vous permet également de commenter les articles et nous aide à améliorer votre expérience. Cela ne prend que quelques secondes.
Déjà inscrit ? Entrez votre email pour vous connecter.
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
SE CONNECTER AVEC
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation. Une fois inscrit, vous recevrez gratuitement notre Une du Jour.
Register to continue
SE CONNECTER AVEC
Log in to continue
Connectez-vous ou inscrivez-vous
SE CONNECTER AVEC
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un e-mail à .
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.