Liste arabe unie : 4 partis aux antipodes, mais solides ensemble
Rechercher
Analyse

Liste arabe unie : 4 partis aux antipodes, mais solides ensemble

Bande improbable de fanatiques religieux, de sociaux-démocrates, d'agitateurs racistes - et de centristes pragmatiques - le parti représente dispose de 15 sièges sur 120

Des membres de la Liste arabe unie au quartier général du parti dans la ville arabe de Shfaram, lors des élections à la Knesset, le 2 mars 2020. (Photo par David Cohen/Flash90)
Des membres de la Liste arabe unie au quartier général du parti dans la ville arabe de Shfaram, lors des élections à la Knesset, le 2 mars 2020. (Photo par David Cohen/Flash90)

Il y a six ans, la représentation arabe au Parlement israélien avait été presque décimée. Une nouvelle loi sur la gouvernance a considérablement augmenté le seuil d’éligibilité de 2 % à 3,25 %, menaçant d’évincer de la Knesset les trois partis arabes profondément divisés.

Cette loi est née d’un double désir : permettre au gouvernement de fonctionner plus efficacement, sans les innombrables demandes de nombreux petits partis, et limiter la représentation arabe à la Knesset. Ce dernier objectif, mené par le parti Yisrael Beyenu d’Avidgor Liberman, alors membre de l’alliance Likud-Beytenu, a fixé le seuil à ce qui était, assez curieusement, juste hors de portée des différents partis arabes.

Après l’adoption de la loi en mars 2014, les partis arabes ont entamé des discussions approfondies et ont finalement annoncé que Hadash, Taal, Raam et Balad s’unissaient sous une seule bannière – la Liste arabe unie. Lors des élections législatives de 2015, la Liste a remporté un nombre sans précédent de 13 sièges.

Avant les élections de la 20e Knesset, tenues en avril 2019, la Liste arabe unie a été dissoute, et les quatre partis se sont présentés sous la forme de deux alliances bipartites, obtenant un total de 10 sièges. Avant les élections de septembre, les quatre partis se sont à nouveau réunis et ont obtenu 13 sièges ; le 2 mars, lors du dernier tour des élections, la Liste a remporté un nombre record de 15 des 120 sièges de la Knesset et a conservé son rang de troisième parti.

Les députés Kakhol lavan Ofer Shelah (à gauche) et Avi Nissenkorn s’entretiennent avec les députés de la Liste arabe unie, Mtanes Shihadeh, Ahmad Tibi, Aida Touma-Sliman et Mansour Abbas à la Knesset, le 11 mars 2020. (Autorisation)

Les factions parlementaires arabes, aussi disparates qu’elles soient en termes d’idéologie, de composition démographique et de méthodologie, ont obtenu un succès électoral sans précédent en tant que groupe, et l’alliance aura probablement des conséquences immédiates et à plus long terme sur l’arène politique israélienne.

Hadash

Hadash, le plus grand et le plus établi des partis de la Liste arabe unie, est l’abréviation hébraïque du Front démocratique pour la paix et l’égalité. Il a été fondé en 1977 par des groupes dont le Parti communiste israélien arabo-juif connu sous le nom de Maki. Parti de gauche sans équivoque, il plaide en faveur d’une solution à deux États pour le conflit israélo-palestinien, de la social-démocratie, d’une séparation ferme de la religion et de l’État et défend des positions fortes en faveur de l’environnement.

Hadash a de nombreux bureaux actifs dans tout le pays, principalement dans les villes et les quartiers arabes. Elle gère un mouvement national de jeunesse et nombre de ses représentants sont des élus dans les conseils municipaux. Les membres de la Knesset qui ont représenté Hadash au fil des ans sont des hommes et des femmes, des musulmans et des chrétiens, des druzes et des Juifs. L’écrasante majorité d’entre eux sont laïcs.

Officiellement, Hadash n’est pas un parti arabe mais un parti mixte ; il a une place permanente et symboliquement assurée par un représentant juif parmi ses membres. Ses électeurs viennent de tout le pays, mais la majeure partie de son soutien provient d’Arabes urbains et laïcs du nord d’Israël.

Ces dernières années, Hadash a subi une perte de pouvoir relative, mais sa position de premier plan au sein de la Liste arabe unie perdure : le chef de file de la Liste arabe unie, Ayman Odeh, est le président de Hadash.

Ayman Odeh, chef de la Liste arabe unie, vote lors des élections à Haïfa, Israël, le 2 mars 2020. (AP Photo/Mahmoud Illean)

Hadash est un parti relativement pragmatique, ouvert à la collaboration avec des partis non arabes sur toute une série de questions. Ainsi en 1992, Hadash a contribué à la création d’un bloc qui a permis à l’ancien Premier ministre Yitzhak Rabin de maintenir une coalition majoritaire, à condition que le gouvernement s’engage à prendre plusieurs mesures visant à améliorer la qualité de vie de la minorité arabe.

Les députés Hadash ont obtenu des avancées législatives dans les domaines de la justice sociale, de la protection de l’environnement et des questions concernant spécifiquement les citoyens arabes d’Israël. Le parti a fait preuve d’une volonté – qui semble maintenant se renforcer – de coopérer avec les partis sionistes israéliens prêts à répondre à ses objectifs politiques.

Tout comme les autres partis arabes en Israël, Hadash met cependant fortement l’accent sur la question palestinienne. L’accent sur le bien-être des Palestiniens de Gaza et de Cisjordanie est à la fois idéologique et personnel, car de nombreux membres du parti partagent des liens ethniques, nationaux et même familiaux avec les Palestiniens de Gaza et de Cisjordanie.

Dov Khenin, député de la Liste arabe unie, pendant les questions au gouvernement, à la Knesset, le 25 janvier 2017. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)

Dov Khenin, un député juif qui a représenté Hadash de 2006 à 2019, est largement considéré comme un excellent parlementaire qui a bénéficié du soutien des secteurs juif et arabe de la société. En 2008, il s’est présenté à la mairie de Tel Aviv, et a réussi, dans une tentative vaine, à obtenir néanmoins 34 % des voix.

Ayman Odeh, qui a été choisi pour diriger Hadash en 2015, a des opinions relativement modérées et est généralement favorable à la coopération politique entre les Arabes et les Juifs.

C’est ce qui ressort de sa décision de recommander au président d’Israël de confier à Benny Gantz, ancien chef d’état-major de l’armée israélienne, le mandat de constituer le prochain gouvernement.

Le chef de la Liste arabe unie, Ayman Odeh, courtise le vote juif dans un café branché de Tel Aviv, en février 2020. (Amir Ben-David/Zman Yisrael)

« Aymen Odeh est très populaire parmi la jeunesse arabe en Israël car il parle d’intégration et d’influence, et ne se contente pas de rester sur la touche », a déclaré Thabet Abu Ras, co-directeur exécutif de Abraham Initiatives et spécialiste de la population arabe en Israël.

Pendant des années, Hadash a été l’acteur dominant et presque unique dans l’arène politique arabe en Israël. Afif Abu Much, contributeur et analyste politique pour le site Al-Monitor, affirme que « Hadash possède toujours un bastion sur le terrain avec de nombreux partisans et serait capable de franchir seul le seuil électoral, même sans se regrouper avec d’autres partis ».

Mais au cours de la dernière décennie, des forces idéologiques concurrentes se sont élevées, et elles sont, principalement, dirigées par des nationalistes et des islamistes.

Balad

Balad, ou l’Alliance nationale démocratique, est un parti nationaliste créé en 1995 par des transfuges de Hadash et des représentants de divers groupes nationalistes au sein de la société arabe en Israël. Les positions de Balad sur les questions d’État sont quelque peu vagues.

Par principe, Balad appelle à la création d’un État palestinien, joue un rôle séparatiste et d’opposition contre le sionisme et les institutions étatiques, et exige qu’Israël devienne « un État de tous ses citoyens », dépourvu de toute caractéristique exclusivement juive, tout en offrant une autonomie culturelle à ses citoyens arabes.

Comme Hadash, Balad est un parti nettement laïc et compte parmi ses membres des Arabes de toutes religions et, dans ses rangs inférieurs, plusieurs Juifs. La formation soutient la séparation complète de la religion et de l’État et promeut un programme économique social-démocrate.

Les députés du parti Balad, Hanin Zoabi, (à droite), et Jamal Zahalka, (au centre), tous deux appartenant à la Liste arabe unie, lors d’une audience du tribunal de l’un des membres de leur faction, le député Basel Ghattas, au tribunal de première instance de Rehovot, le 5 janvier 2017. (Crédit : Avi Dishi/Flash90)

Contrairement à Hadash, Balad est en principe opposé à toute coopération avec des entités sionistes, même de gauche, et contient des factions qui lui demandent d’éviter de participer aux élections parlementaires afin de ne pas valider les institutions de l’État juif.

Balad a vu certains de ses membres les plus haut placés inculpés pour des crimes et condamnés pour soutien au terrorisme. Le président et fondateur du parti, Azmi Bishara, un intellectuel chrétien originaire de Nazareth, a fui Israël après qu’une enquête a été ouverte sur son aide présumée à l’un des ennemis les plus avérés d’Israël, le groupe terroriste chiite du Hezbollah basé au Liban, pendant la Seconde Guerre du Liban.

L’un des députés du parti, Said Nafa, a été condamné pour avoir entretenu des contacts avec un agent de renseignement étranger et a purgé une peine de prison. Un autre membre, Basel Ghattas, a été condamné pour avoir fait de la contrebande de téléphones portables destinés à des prisonniers palestiniens dans une prison israélienne, un délit pour lequel il a lui aussi été condamné et incarcéré.

En outre, certains de ses membres, dont le plus important est l’ancienne députée Hanin Zoabi, ont participé à des événements pro-palestiniens très médiatisés tels que la flottille pour Gaza, dans laquelle Hanin Zoabi a navigué sur un bateau turc à destination de Gaza appelé le Mavi Marmara rempli de militants armés qui ont attaqué les soldats israéliens lorsque ceux-ci sont montés à bord ; dans les heurts qui s’en sont suivi, 10 activistes ont été tués et plusieurs soldats ont été blessés.

Footage taken from Mavi Marmara security cameras, showing the activists onboard as they prepare to attack incoming IDF soldiers on May 31, 2010 (photo credit: IDF Spokesperson/Flash90)
Les images des caméras de sécurité du Mavi Marmara montrent des activistes à bord alors qu’ils se préparent à attaquer les soldats de Tsahal le 31 mai 2010. (Crédit photo : Porte-parole de l’armée israélienne/Flash90)

Le soutien démographique naturel pour Balad est similaire à celui de Hadash, mais le nouveau parti est plus populaire auprès des jeunes. Pendant une dizaine d’années, Balad a constitué une force concurrente et presque parallèle à celle de Hadash ; ces dernières années, cependant, Balad a traversé une crise et sa force relative a quelque peu diminué.

« J’ai du mal à comprendre ce que veut Balad ; il se contente pour l’essentiel de s’opposer à toute initiative et de tenter d’intégrer et d’influencer, bien que son programme ne soit pas radicalement différent de ceux des autres partis arabes », déclare Abu Much. « Ce qui est différent chez eux, c’est moins leurs positions politiques que leur attitude et leur approche ».

Raam

La population arabe en Israël, comparée à celle des États arabes voisins, est considérée comme relativement laïque. Pourtant, la montée de la ferveur religieuse, qui a commencé sérieusement dans les années 1980 et qui maintient toujours une forte emprise sur le monde musulman, n’a pas épargné les citoyens arabes d’Israël. Raam – ou, comme il est connu sous son nom complet et quelque peu confus, la Liste arabe unifiée – est le représentant de ce secteur de la population arabe en Israël. Ce parti, créé en 1996, a été fondé par le Mouvement islamique du Sud.

Le mouvement, avant d’être divisé en deux factions distinctes, a été fondé dans les années 1970 par le cheikh Abdullah Nimar Darwish. A sa création, il soutenait ouvertement le terrorisme, mais a finalement choisi de revenir sur sa position. Dans la décennie qui a suivi, le mouvement s’est renforcé tout en étant dirigé par le cheikh Raed Saleh, qui a ensuite été élu maire de la ville israélienne d’Umm el Fahm en 1989.

Le cheikh Raed Saleh, chef de la branche nord du Mouvement islamique en Israël, s’éloigne après s’être adressé aux médias suite à la décision du cabinet de sécurité d’interdire le mouvement, le 17 novembre 2015. (Autorisation)

En 1996, le Mouvement s’est divisé en deux factions : le Mouvement islamique du Nord et le Mouvement islamique du Sud. La querelle tournait autour de la question de la candidature à la Knesset. Le groupe le plus extrême, le Mouvement islamique du Nord, s’est fermement opposé à la participation, tandis que le Mouvement islamique du Sud la soutenait.

Depuis lors, chaque mouvement a suivi sa propre voie. Le Mouvement islamique du Nord, dirigé par Raed Saleh, s’est radicalisé de plus en plus et a finalement été interdit en 2015. (Saleh a été condamné en novembre 2019 pour incitation au terrorisme suite à un discours de 2017 dans lequel il a fait l’éloge d’une attaque meurtrière au mont du Temple. Il a été condamné le 10 février à 28 mois de prison). Entre-temps, le Mouvement islamique du Sud est devenu plus modéré dans son approche. Ces dernières années, le processus de modération a été favorisé par l’élection en 2010 de Hamad Abu Debas et de son adjoint, Mansour Abbas, à la tête du mouvement.

Les deux hommes ont des opinions relativement progressistes et ont mené un processus de changement et de réforme dans l’ensemble du Mouvement islamique du Sud. L’année dernière, ils ont rédigé et réussi à faire passer dans la constitution du parti une convention qui appelle à une plus grande coopération avec la population juive et à une plus grande inclusion des femmes dans le parti. Fait significatif, dans la liste des candidats aux élections législatives de cette année, les femmes se sont vu attribuer les quatrième et cinquième positions, juste en dessous du seuil de la Knesset, mais tout de même remarquable.

« Raam a tiré ses conclusions du Printemps arabe et de ses résultats et a tiré les leçons du succès des mouvements musulmans en Turquie et en Tunisie. Raam a compris que l’intégration et l’inclusion des femmes est un outil gagnant et un excellent moyen d’être influent et de progresser », explique M. Abu Ras.

« En outre, les femmes arabes vont de plus en plus souvent travailler et vont à l’université. Aujourd’hui, les deux tiers des étudiants universitaires arabes sont des femmes. Lorsque c’est le cas, il est à la fois impossible et erroné de cacher ou d’effacer les femmes et leur intégration est une nécessité incontournable ».

Iman Khatib Yassin, une politicienne arabe israélienne représentant la branche sud du Mouvement islamique au sein de l’alliance électorale de la Liste arabe unie, lève la main alors qu’elle se tient à côté d’Ofer Cassif, membre juif et candidat du parti Hadash au sein de l’alliance, alors qu’ils se tiennent devant des partisans à leur siège électoral dans la ville de Shfaram, au nord d’Israël, le 2 mars 2020, après la fermeture des bureaux de vote. (Photo d’Ahmad GHARABLI / AFP)

Les membres de Raam sont des musulmans religieux qui soutiennent une solution à deux États, l’implication de la religion dans les affaires de l’État et des politiques modérées de protection sociale. Le groupe bénéficie d’un soutien populaire important dans les écoles, les institutions sociales et les institutions religieuses, entre autres. Et contrairement à ce que son nom peut suggérer, le centre du Mouvement islamique du Sud n’est pas le sud du pays, bien qu’il bénéficie d’un soutien important de la part des communautés bédouines du Néguev.

Taal

En 1980, Ahmad Tibi, un ancien conseiller aux affaires israéliennes de Yasser Arafat, a créé l’Union arabe, qui sera plus tard connue sous le nom de Mouvement arabe pour le renouveau, ou Taal. Lors des élections de 1999, Tibi s’est présenté sur une liste commune avec Balad, mais s’est ensuite séparé du parti. Lors de chaque élection suivante, il s’est présenté avec un autre parti, jamais de manière indépendante.

Les caractéristiques du Mouvement arabe pour le renouveau sont moins nettes que celles des autres partis arabes et ses idéologies moins distinctives ; de nombreux observateurs les considèrent comme similaires à celles des partis juifs centristes. Ahmad Tibi soutient la solution à deux États et défend des positions de politique économique centristes. Il croit en la séparation de la religion et de l’État et le cœur de son soutien vient de plusieurs communautés et clans du nord.

Taal est un mouvement unipersonnel, sans réelle présence sur le terrain. Le mouvement est construit et façonné à l’image d’un seul homme : son chef, Ahmad Tibi, qui est bien connu de la population juive en Israël (pour son hébreu parfait) et très apprécié de la population arabe. Le numéro deux sur la liste de Taal est Oussama Saadi, son beau-frère.

Ahmad Tibi (au centre) et ses collègues de la Liste arabe unie arrivent pour des entretiens avec des représentants du parti Kakhol lavan, à la Knesset, le 11 mars 2020. (Yonatan Sindel/FLASH90)

Abu Ras, l’expert arabe israélien, note que « Tibi est incroyablement populaire parmi les jeunes électeurs. Il traite beaucoup du sujet de la fierté et de l’honneur national, des questions qui trouvent un écho auprès de la jeunesse arabe en Israël. Si vous demandez s’il y aura un Taal après Tibi, alors je vais supposer que la réponse est non. Ce n’est pas un parti qui a une réelle présence sur le terrain et il n’est pas non plus aussi clairement distinct des autres partis ».

Le parti qui s’est désagrégé et qui s’est reformé

M. Abu Ras estime que les composantes disparates de la Liste arabe unie continueront à fonctionner ensemble, après avoir payé le prix de l’éclatement lors des élections passées et étant entendu que la configuration actuelle est la plus représentative de la volonté du public arabe.

« Le succès de la Liste arabe unie dépend également de l’attitude du public juif », commente l’expert. « L’approche de Benny Gantz lors des élections [de septembre 2019], qui consistait à discuter de l’inclusion et de la lutte contre les taux de criminalité dans le secteur arabe, à réaliser des interviews et à faire campagne en arabe, a joué un rôle important dans la motivation du public arabe à voter, tant pour Kaḥol Lavan [le parti bleu et blanc] que pour la Liste arabe unie. En fait, Kahol Lavan doit 1,5 de ses sièges au public arabe et c’est seulement grâce à lui qu’il a reçu le plus de votes aux élections de septembre 2019 ».

Selon Abu Much, l’analyste politique, le pourcentage de l’électorat arabe qui vote peut encore augmenter tant que les partis arabes fonctionnent avec une transparence accrue et que la Liste arabe unie continue à travailler à l’intégration dans la société en général, voire même rejoigne un gouvernement de coalition. En outre, pour que cette tendance se poursuive, il estime que les partis non arabes en Israël doivent inclure des Arabes sur leurs listes et s’adresser à cette partie de la population de manière ouverte et franche.

La Liste arabe unie présente sa liste à la commission centrale électorale à la Knesset, le 15 janvier 2020. (Olivier Fitoussi/Flash90)

La liste arabe unie permet à la majorité de la population arabe d’Israël de s’identifier comme une entité unie et de se tenir derrière un front unique, qui à son tour travaille à amplifier encore la force du troisième plus grand parti politique d’Israël.

D’autre part, l’existence de la Liste arabe unie en tant qu’alliance brouille, du point de vue juif, les profondes différences idéologiques au sein de la société arabe, en mettant tous les députés de la Liste dans le même panier idéologique. En outre, l’existence de la Liste arabe rend difficile toute coopération politique entre Juifs et Arabes, comme le montre la tentative avortée de Meretz lors des élections de 2019.

Il est possible qu’en dépit de tout cela, la taille et le pouvoir du parti de la Liste arabe unie, et sa capacité à avoir un impact significatif sur le système politique israélien, l’incitent à jouer un rôle de plus en plus important dans les institutions et les fonctions officielles israéliennes, que ce soit en tant que chef de l’opposition, président de la Knesset, ou même ministre et vice-ministre. Si et quand la Liste arabe réalisera ces étapes, il faut s’attendre à une période d’ajustement mutuel : une « israélisation » croissante au sein de la population arabe et une acceptation croissante du public arabe dans la société israélienne, tout comme les tendances récentes au sein de la communauté ultra-orthodoxe.

Ce processus, ainsi que le fait que les forces modérées au sein du parti ont une influence bien plus grande que les forces radicales, peuvent donner lieu à une intégration plus significative du parti dans la politique et la société israéliennes, et à l’élargissement de sa portée et de son influence.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...