Israël en guerre - Jour 196

Rechercher

Tsahal découvre un vaste tunnel qui passe sous un hôpital et une université à Gaza

Plus de 30 terroristes du Hamas tués à Gaza ; les troupes se préparent à l'offensive dans le sud de la ville de Gaza ; Hagari : Nous combattons le cœur lourd face à la perte de vies humaines

  • Des troupes de Tsahal en train d'opérer à Gaza dans cette photo autorisée pour publication le 26 février 2024. (Crédit : armée israélienne)
    Des troupes de Tsahal en train d'opérer à Gaza dans cette photo autorisée pour publication le 26 février 2024. (Crédit : armée israélienne)
  • Vue d'un camp de tentes de fortune pour les Palestiniens déplacés par l’opération militaire israélienne dans la bande de Gaza, à Rafah, au sud de la bande de Gaza, le 18 février 2024. (Crédit : Mohammed Dahman/AP)
    Vue d'un camp de tentes de fortune pour les Palestiniens déplacés par l’opération militaire israélienne dans la bande de Gaza, à Rafah, au sud de la bande de Gaza, le 18 février 2024. (Crédit : Mohammed Dahman/AP)
  • Des troupes de Tsahal en train d'opérer à Gaza dans cette photo autorisée pour publication le 26 février 2024. (Crédit : armée israélienne)
    Des troupes de Tsahal en train d'opérer à Gaza dans cette photo autorisée pour publication le 26 février 2024. (Crédit : armée israélienne)
  • Des personnes passant devant des photos de civils pris en otage par les terroristes du Hamas à Gaza, sur la "Place des Otages", à Tel Aviv, le 14 février 2024. (Crédit : Miriam Alster/FLASH90)
    Des personnes passant devant des photos de civils pris en otage par les terroristes du Hamas à Gaza, sur la "Place des Otages", à Tel Aviv, le 14 février 2024. (Crédit : Miriam Alster/FLASH90)
  • Des personnes marchent à côté de photos de civils pris en otage par des terroristes du Hamas à Gaza, à Jérusalem, le 12 février 2024. (Crédit : Chaim Goldberg/Flash90)
    Des personnes marchent à côté de photos de civils pris en otage par des terroristes du Hamas à Gaza, à Jérusalem, le 12 février 2024. (Crédit : Chaim Goldberg/Flash90)

Gaza: la Jordanie largue de l’aide humanitaire « directement à la population »

L’armée jordanienne a déclaré lundi avoir effectué une série de largages d’aide humanitaire, de nourriture et d’autres fournitures « directement à la population » palestinienne de la bande de Gaza assiégée, dont un par un avion de l’armée française.

Les forces jordaniennes ont effectué « quatre largages aériens transportant de l’aide à la population de Gaza », suivant l’ordre du roi Abdallah II de Jordanie, selon un communiqué.

L’opération a eu pour but « d’acheminer l’aide directement à la population et à la larguer le long de la côte de la bande de Gaza, du nord au sud », précise l’armée dans un communiqué.

Il s’agit selon le texte « de fournitures de secours et alimentaires, y compris des repas prêts à consommer à grande valeur nutritionnelle, pour soulager la souffrance de la population dans la bande de Gaza ».

« Quatre avions C-130, dont l’un appartenant aux forces armées françaises », ont effectué les livraisons, a-t-il ajouté.

La Jordanie a mené seize opérations de largage d’aides humanitaires et médicales depuis le début de la guerre le 7 octobre entre Israël et le Hamas à Gaza, destinées notamment à un hôpital de campagne jordanien dans le nord du territoire palestinien.

Tsahal déclare avoir frappé d’autres sites au Liban après des tirs de roquettes

Tsahal déclare avoir frappé d’autres cibles du Hezbollah dans le sud du Liban, y compris le site à partir duquel un barrage de dizaines de roquettes a été tiré sur les hauteurs du Golan.

Les sites ciblés par les avions de combat à Ayta ash-Shab comprenaient des bâtiments utilisés par le groupe terroriste, selon l’IDF.

Le site de lancement de roquettes à partir duquel le Hezbollah a tiré une soixantaine de roquettes sur le Golan était situé dans le village de Kawkaba, et il a lui aussi été frappé par un avion de chasse.

Tsahal indique qu’un char a également bombardé un bâtiment utilisé par le Hezbollah à Kafr Kila plus tôt dans la journée.

 

Tsahal déclare avoir tué un haut commandant du Hezbollah lors d’une frappe au Sud-Liban

Hassan Hussein Salami, un commandant du Hezbollah tué par une frappe israélienne le 26 février 2024. (Crédit 
: Hezbollah)
Hassan Hussein Salami, un commandant du Hezbollah tué par une frappe israélienne le 26 février 2024. (Crédit : Hezbollah)

Tsahal déclare avoir éliminé un haut commandant du Hezbollah, Hassan Hussein Salami, lors d’une frappe aérienne au Sud-Liban plus tôt aujourd’hui.

Salami, dont le rang équivaut à celui d’un commandant de brigade, a été pris pour cible alors qu’il circulait en voiture dans le village de Majadel, au sud du Liban.

Tsahal indique que Salami était le commandant d’une unité régionale du Hezbollah et supervisait les attaques contre les troupes de Tsahal et les communautés israéliennes dans le nord d’Israël.

Les attaques récentes dans lesquelles Salami était impliqué comprenaient des attaques de missiles antichars sur Kiryat Shmona et la base de la 769e brigade régionale « Hiram », selon Tsahal.

Le Hezbollah a annoncé sa mort plus tôt, mais ne l’a pas qualifié de commandant.

Mahmoud Abbas accepte la démission du gouvernement de l’AP

Le président de l’Autorité palestinienne Mahmoud Abbas a accepté lundi la démission du gouvernement du Premier ministre Mohammed Shtayyeh, a indiqué la présidence dans un communiqué.

« Le président a publié un décret acceptant cette démission et a chargé Mohammed Shtayyeh et son gouvernement de rester temporairement en poste jusqu’à ce qu’un nouveau gouvernement soit formé », souligne la présidence.

Borrell réaffirme qu’Israël a « facilité le développement du Hamas »

Le chef de la politique étrangère de l'Union européenne, Josep Borrell, s'exprimant à son arrivée pour une réunion des ministres des Affaires étrangères de l'UE dans le bâtiment du Conseil européen à Bruxelles, le 22 janvier 2024. (Crédit : Virginia Mayo/AP Photo)
Le chef de la politique étrangère de l'Union européenne, Josep Borrell, s'exprimant à son arrivée pour une réunion des ministres des Affaires étrangères de l'UE dans le bâtiment du Conseil européen à Bruxelles, le 22 janvier 2024. (Crédit : Virginia Mayo/AP Photo)

Le chef de la diplomatie européenne, Josep Borrell, a réaffirmé lundi qu’Israël avait « favorisé le développement » du groupe terroriste islamiste palestinien du Hamas, à l’origine de l’attaque sans précédent du 7 octobre sur le sol israélien ayant déclenché le conflit actuel dans la bande de Gaza.

Interrogé lors d’un forum à Madrid sur ses déclarations controversées du mois de janvier, lorsqu’il avait dit qu’Israël avait « créé » et « financé » le Hamas, M. Borrell, un socialiste espagnol, a maintenu sa position.

« Qu’Israël ait joué la division entre les Palestiniens en créant une force s’opposant au Fatah est une réalité incontestable », a-t-il déclaré.

« Je ne dis pas qu’il l’a financé en lui envoyant un chèque, mais qu’il a facilité le développement du Hamas », a-t-il ajouté.

M. Borrell a affirmé se référer à « une phrase connue de M. Netanyahu (NDLR: le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu) prononcée en public devant son groupe parlementaire, où il disait que tous ceux qui s’opposaient à la solution des deux Etats devaient (…) faciliter (…) le financement du Hamas ». Il n’a pas donné plus de précisions.

M. Borrell a revendiqué, par ailleurs, son « droit » à critiquer le gouvernement Netanyahu « sans être accusé pour autant d’être antisémite ».

« Cela ne m’empêche pas de considérer que la riposte militaire israélienne à Gaza est disproportionnée », car elle cause « un nombre excessif de victimes civiles », a-t-il poursuivi.

Il a encore affirmé que « tout le monde (semblait) être  d’accord » avec la solution des deux Etats, donc avec la création d’un Etat palestinien aux côtés d’Isräël, « sauf le gouvernement de Netanyahu, qui empêche cette solution depuis 30 ans ».

Le Hezbollah annonce avoir tiré 60 roquettes sur une base militaire israélienne

Le Hezbollah libanais a annoncé lundi avoir tiré 60 roquettes sur une base militaire israélienne dans le plateau du Golan, en représailles à des frappes israéliennes sur l’est du Liban.

La groupe terroriste pro-iranien a précisé dans un communiqué avoir « tiré 60 roquettes de type Katioucha sur la base de Nafah », « en riposte » aux frappes menées par Israël lundi sur les abords de Baalbeck, dans la plaine orientale de la Békaa, qui ont fait deux morts parmi ses combattants.

Des images circulant sur les réseaux sociaux montrent plusieurs roquettes s’écrasant et explosant à proximité d’un bus transportant des passagers qui descendent rapidement pour se mettre à l’abri.

Aucun blessé n’a été signalé.

Le dirigeant qatari rencontre Haniyeh pour discuter de la trêve dans la bande de Gaza

Le chef du politburo du Hamas basé au Qatar, Ismail Haniyeh, s'adressant aux journalistes alors qu'il accueille le ministre iranien des Affaires étrangères (absent sur la photo), à Doha, le 20 décembre 2023. (Crédit : Ministère iranien des Affaires étrangères / AFP)
Le chef du politburo du Hamas basé au Qatar, Ismail Haniyeh, s'adressant aux journalistes alors qu'il accueille le ministre iranien des Affaires étrangères (absent sur la photo), à Doha, le 20 décembre 2023. (Crédit : Ministère iranien des Affaires étrangères / AFP)

L’émir du Qatar rencontre le chef politique du Hamas, Ismail Haniyeh, dans son palais de Doha pour discuter des efforts visant à parvenir à une trêve dans la bande de Gaza.

Au cours de la réunion, l’émir Cheikh Tamim bin Hamad Al Thani souligne « le soutien indéfectible de l’État du Qatar au peuple palestinien » et « son droit à établir un État indépendant sur les frontières de 1967 avec Jérusalem-Est comme capitale », selon un rapport du journal local Gulf Times.

Le Qatar est considéré comme l’un des principaux États soutenant le Hamas, puisqu’il accueille certains de ses principaux dirigeants, dont Haniyeh lui-même, et qu’il a versé des milliards de dollars au fil des ans pour maintenir le Hamas au pouvoir à Gaza.

Le pays a également joué un rôle important dans les négociations entre le groupe terroriste et Israël pour la libération des 253 otages emmenés à Gaza le 7 octobre.

Tsahal découvre un vaste tunnel qui passe sous un hôpital et une université à Gaza

Un tunnel du Hamas découvert par l’armée israélienne, dans le centre de la bande de Gaza, sur une image publiée le 26 février 2024. (Crédit : Armée israélienne)
Un tunnel du Hamas découvert par l’armée israélienne, dans le centre de la bande de Gaza, sur une image publiée le 26 février 2024. (Crédit : Armée israélienne)

L’armée israélienne révèle avoir découvert un important réseau de tunnels du groupe terroriste palestinien du Hamas dans le centre et le nord de la bande de Gaza, qui, selon elle, passe sous un hôpital et une université.

Les troupes de l’unité d’élite du Corps du Génie Militaire Yahalom, de la Brigade du Corps d’Infanterie Nahal, et d’autres forces relevant de la 162e division ont récemment effectué un raid sur les passages souterrains avant qu’ils ne soient démolis.

Tsahal affirme que le réseau de tunnels, long de plus de 10 kilomètres, passe sous l’hôpital de l’amitié turco-palestinienne et une université voisine, et atteint le quartier de Zeitoun dans la ville de Gaza.

Selon l’armée, le tunnel était utilisé par les brigades de Gaza City et des camps centraux du Hamas, pour déplacer des terroristes entre les deux zones.

Tsahal affirme avoir découvert des logements, des salles de bains et des dépôts d’armes dans les tunnels, ainsi que les corps de plusieurs terroristes du Hamas.

Des sections importantes du réseau de tunnels ont été détruites par une forte explosion.

Tsahal dit avoir repéré des dizaines de terroristes activant des SIM israéliennes avant l’assaut, et non des centaines

Des terroristes du Hamas franchissant la barrière frontalière entre Israël et Gaza, le 7 octobre 2023. (Crédit : Capture d'écran Kan ; utilisée conformément à l'article 27a de la loi sur les droits d'auteur)
Des terroristes du Hamas franchissant la barrière frontalière entre Israël et Gaza, le 7 octobre 2023. (Crédit : Capture d'écran Kan ; utilisée conformément à l'article 27a de la loi sur les droits d'auteur)

L’armée israélienne affirme que les informations selon lesquelles un millier de cartes SIM israéliennes ont été activées simultanément dans la bande de Gaza quelques heures avant l’assaut du 7 octobre sont « fausses et éloignées de la réalité ».

En pratique, « plusieurs indicateurs se sont succédés, notamment l’activation de dizaines de cartes SIM seulement, qui avaient été activées lors d’événements précédents ».

« Comme publié précédemment, dans la nuit du 7 octobre, des signalements indicatifs ont été reçus pour lesquels des évaluations de situation ont été menées et des décisions opérationnelles ont été prises en conséquence », indique Tsahal.

« Les signes indicatifs sont basés sur une multitude d’outils et de capacités, notamment des outils technologiques dont la méthode de fonctionnement ne peut être détaillée », poursuit l’armée.

Tsahal doit enquêter sur ses échecs dans la préparation de l’attaque du 7 octobre du groupe terroriste palestinien du Hamas, notamment dans cette affaire de cartes SIM.

L’armée demande également aux médias de « faire preuve de responsabilité et de prudence » afin de ne pas nuire aux capacités de Tsahal dans le cadre de la guerre.

Par ailleurs, la Douzième chaîne cite des responsables du bureau du Premier ministre qui affirment que le Premier ministre Benjamin Netanyahu n’a entendu parler de l’identification des cartes SIM qu’hier, les journalistes de la chaîne se montrant dubitatifs.

Le cabinet du Premier ministre se refuse à tout commentaire.

Des dizaines de roquettes ont été tirées sur le plateau du Golan ; aucun blessé

Des dizaines de roquettes ont été tirées depuis le Liban sur le plateau du Golan il y a peu de temps, selon Tsahal.

Certains projectiles ont été interceptés par le Dôme de fer.

Aucun blessé n’a été signalé dans l’immédiat.

Des sirènes ont retenti dans les communautés de Kidmat Zvi, Ortal et Shaal.

Les renseignements avaient repéré des centaines de terroristes activant des SIM israéliennes peu avant l’assaut

Des Palestiniens emmenant un civil israélien kidnappé, au centre, du kibboutz Kfar Aza dans la bande de Gaza, le 7 octobre 2023. (Crédit : Hatem Ali/AP)
Des Palestiniens emmenant un civil israélien kidnappé, au centre, du kibboutz Kfar Aza dans la bande de Gaza, le 7 octobre 2023. (Crédit : Hatem Ali/AP)

Vers minuit, avant l’assaut du groupe terroriste palestinien du Hamas le 7 octobre, les responsables du renseignement israélien ont identifié que des centaines de terroristes dans la bande de Gaza ont activé des cartes SIM israéliennes dans leurs téléphones, indique le censeur militaire qui autorise la publication de cette information.

Le massacre dans le sud d’Israël a été lancé quelques heures plus tard, à 6h30, lorsque quelque 3 000 terroristes du Hamas ont fait irruption en Israël depuis Gaza par voie terrestre, aérienne et maritime, tuant près de 1 200 personnes et prenant 253 otages de tous âges – pour la plupart des civils – sous le couvert d’un déluge de milliers de roquettes tirées sur les villes et villages israéliens.

Il n’est pas permis, à ce stade, de publier d’autres détails concernant l’affaire des cartes SIM.

Le censeur autorise la publication de certains détails après qu’ils ont été rapportés lors d’une émission d’information en direct de la Quatorzième chaîne.

L’armée israélienne a déclaré qu’elle enquêterait sur tous les incidents qui ont précédé l’attaque du 7 octobre.

Un blessé après qu’une roquette tirée depuis le Liban a frappé la ville de Shtula

Une roquette tirée depuis le Liban a frappé un poulailler dans la communauté frontalière de Shtula, blessant une personne, selon les premiers intervenants.

La victime est dans un état stable et présente des lésion dues à des éclats d’obus, selon la Douzième chaîne.

Les sirènes ont retenti à Shtula et dans plusieurs localités voisines.

 

Tsahal frappe le Hezbollah « au plus profond » du Liban

De la fumée au-dessus du village libanais de Blida lors d'un bombardement israélien, le 22 février 2024. (Crédit : Jalaa MAREY / AFP)
De la fumée au-dessus du village libanais de Blida lors d'un bombardement israélien, le 22 février 2024. (Crédit : Jalaa MAREY / AFP)

L’armée israélienne déclare qu’elles mènent des frappes aériennes contre des cibles du Hezbollah « au plus profond » du Liban.

Ces frappes interviennent après que le groupe terroriste a abattu un drone militaire israélien au-dessus du Sud-Liban.

Tsahal indique qu’elle fournira bientôt de plus amples détails sur les frappes.

Les médias libanais font état de frappes israéliennes près de la ville de Baalbek, dans le nord-est du Liban.

Tsahal confirme que le Hezbollah a abattu son drone au-dessus du Sud-Liban

Un drone Elbit Hermes 450 s’apprêtant à atterrir sur la base aérienne de Palmachim, lors de l'Opération "Aube", au début du mois d'août 2022. (Crédit : Armée israélienne)
Un drone Elbit Hermes 450 s’apprêtant à atterrir sur la base aérienne de Palmachim, lors de l'Opération "Aube", au début du mois d'août 2022. (Crédit : Armée israélienne)

L’armée israélienne confirme qu’un de ses drones a été abattu par le groupe terroriste Hezbollah au-dessus du Sud-Liban ce matin.

Elle indique que le système de défense aérienne à moyenne portée Fronde de David a réussi à intercepter un missile sol-air tiré par le Hezbollah sur un drone de Tsahal, mais que peu de temps après, un second missile a frappé l’avion.

« En conséquence, l’avion est tombé en territoire libanais », précise Tsahal.

Dans un communiqué, le Hezbollah a déclaré avoir abattu un drone Hermes 450 au-dessus de la région de Nabatieh.

Le gouvernement de l’AP remet sa démission au président Abbas

Le Premier ministre de l'Autorité palestinienne Mohammed Shtayyeh s'exprimant à côté de représentants d'États, d'organisations internationales, d'entreprises, de banques de développement et d'ONG lors d'une conférence humanitaire internationale pour les civils de Gaza, au palais présidentiel de l'Élysée, à Paris, le 9 novembre 2023. (Crédit : Ludovic Marin/POOL/AFP)
Le Premier ministre de l'Autorité palestinienne Mohammed Shtayyeh s'exprimant à côté de représentants d'États, d'organisations internationales, d'entreprises, de banques de développement et d'ONG lors d'une conférence humanitaire internationale pour les civils de Gaza, au palais présidentiel de l'Élysée, à Paris, le 9 novembre 2023. (Crédit : Ludovic Marin/POOL/AFP)

Le gouvernement de l’Autorité palestinienne, qui siège en Cisjordanie, a remis lundi sa démission au président Mahmoud Abbas, a déclaré le Premier ministre Mohammed Shtayyeh.

« J’ai présenté la démission du gouvernement à monsieur le Président le 20 février et je la soumets aujourd’hui par écrit », a déclaré M. Shtayyeh à Ramallah, précisant que cette décision intervenait notamment « à la lumière des développements liés à l’agression contre Gaza ».

Les Palestiniens ont besoin de « nouvelles mesures politiques » et d’un leadership unifié en raison de la « nouvelle réalité » imposée par la guerre, a déclaré Shtayyeh.

« La prochaine étape requiert de nouvelles mesures gouvernementales et politiques qui tiennent compte de la nouvelle réalité dans la bande de Gaza (…) et le besoin urgent d’un consensus interpalestinien », a-t-il déclaré à Ramallah.

Guterres: une offensive sur Rafah « sonnerait le glas des programmes d’aide humanitaire » à Gaza

Le secrétaire général de l'ONU, Antonio Guterres, s'exprimant lors d'une conférence de presse, au siège de l'ONU, à New York, le 8 février 2024. (Crédit : Angela Weiss/AFP)
Le secrétaire général de l'ONU, Antonio Guterres, s'exprimant lors d'une conférence de presse, au siège de l'ONU, à New York, le 8 février 2024. (Crédit : Angela Weiss/AFP)

Une offensive généralisée israélienne à Rafah « sonnerait le glas » des programmes d’aide humanitaire à Gaza, où l’assistance à une population en grande détresse reste « totalement insuffisante », a alerté lundi le chef de l’ONU.

L’offensive à grande échelle annoncée par les autorités israéliennes sur la ville, « ne serait pas seulement terrifiante pour plus d’un million de civils palestiniens qui s’y abritent ; elle sonnerait également le glas de nos programmes d’aide », a prévenu Antonio Guterres, à l’ouverture de la 55ème session du conseil des droits de l’homme à Genève.

Les médias libanais affirment qu’un drone israélien a été abattu au-dessus du Sud-Liban

Les médias libanais rapportent qu’un drone militaire israélien a été abattu au-dessus du Sud-Liban.

Des images diffusées en ligne semblent montrer un avion en feu et en spirale hors de contrôle.

Tsahal n’a pas commenté l’incident dans l’immédiat.

Cette annonce intervient alors que les forces israéliennes affirment avoir tiré un missile d’interception sur une cible au-dessus du Liban. Il s’agirait d’un missile sol-air que le Hezbollah aurait tiré sur un drone israélien.

L’alerte près d’Afula due à un missile intercepteur tiré sur une cible dans l’espace aérien du Liban

L’armée israélienne déclare que les sirènes ont retenti dans une zone industrielle près d’Afula en raison du lancement d’un missile intercepteur.

Le missile a été tiré sur une cible non spécifiée au-dessus du Liban, qui, selon les forces israéliennes, n’a pas pénétré dans l’espace aérien israélien.

Les sirènes ont été activées à Alon Hatavor par crainte de chutes d’éclats d’obus.

Une vidéo circulant sur les réseaux sociaux montre un éclat d’obus tombant à Kfar Tavor, mais aucun dommage ou blessé n’a été signalé dans la zone.

 

Plus de 30 terroristes du Hamas éliminés à Gaza City au cours de dimanche

Des troupes de Tsahal en train d'opérer à Gaza dans cette photo autorisée pour publication le 26 février 2024. (Crédit : armée israélienne)
Des troupes de Tsahal en train d'opérer à Gaza dans cette photo autorisée pour publication le 26 février 2024. (Crédit : armée israélienne)

L’armée israélienne déclare que les troupes de la 401e brigade blindée ont tué plus de 30 hommes armés du Hamas dans le cadre d’une opération en cours dans le quartier Zeitoun de Gaza City au cours de la journée de dimanche.

Lors d’un incident, la brigade a demandé à un avion de chasse de frapper un bâtiment où opérait un tireur d’élite du Hamas, selon Tsahal.

Pendant ce temps, dans le centre de Gaza, Tsahal déclare que la brigade d’infanterie Nahal a tué plus de 10 membres  du Hamas au cours de la journée écoulée.

Les combats se poursuivent également à Khan Younès, dans le sud de la bande de Gaza, et Tsahal décrit en détail certains des incidents.

Il indique que la 414e unité de collecte de renseignements au combat a repéré un agent du Hamas muni d’un RPG et a dirigé une frappe aérienne contre lui à Khan Younès.

Dans l’ouest de Khan Younès, la 7e brigade blindée, la brigade de parachutistes et la brigade d’infanterie Givati ont toutes tué de nombreux terroristes du Hamas dans des embuscades, avec des tirs de chars et de snipers, ainsi qu’en faisant appel à des frappes aériennes, selon Tsahal.

Les sirènes d’alerte à la roquette retentissent près d’Afula

Les sirènes d’alerte à la roquette retentissent dans la zone industrielle d’Alon Hatavor, dans le nord d’Israël, près de la ville d’Afula.

L’activation de ces alarmes fait l’objet d’une enquête.

La zone industrielle est située à environ 50 kilomètres de la frontière libanaise.

Dans le cadre de la guerre en cours à Gaza, le groupe terroriste Hezbollah a mené des attaques quotidiennes contre le nord d’Israël, mais principalement contre des positions de l’armée et des villes proches de la frontière libanaise.

Gideon Saar : le cadre de l’accord de Paris sur les otages correspond aux « lignes rouges » d’Israël

Le député Gideon Saar prenant la parole lors d'une audience de la commission de la Constitution, du Droit et de la Justice de la Knesset, le 29 janvier 2023. (Crédit : Olivier Fitoussi/Flash90)
Le député Gideon Saar prenant la parole lors d'une audience de la commission de la Constitution, du Droit et de la Justice de la Knesset, le 29 janvier 2023. (Crédit : Olivier Fitoussi/Flash90)

Le ministre Gideon Sa’ar déclare que l’accord-cadre conclu à Paris la semaine dernière pour une trêve temporaire et la libération des otages s’inscrit dans les paramètres d’Israël, mais qu’il attend toujours une réponse du Hamas.

« Nous n’avons toujours pas entendu que le Hamas a donné une réponse positive au cadre, je suggère que nous attendions patiemment », a déclaré Saar à la radio publique Kan. « D’après ce que j’ai compris, ce qui a été présenté à Paris correspond à nos lignes rouges, mais il doit y avoir un partenaire. »

Israël envoie une délégation aux pourparlers en cours au Qatar, qui devraient commencer aujourd’hui.

Tsahal : 5 soldats grièvement blessés dans les combats à Gaza dimanche

L’armée israélienne a fait savoir que cinq soldats ont été grièvement blessés au cours des combats dans la bande de Gaza dimanche, à la fois dans les parties nord et sud de l’enclave.

Trois d’entre eux – un membre de l’unité de reconnaissance de la brigade des parachutistes, un membre de l’unité Yahalom du corps du génie de combat et un officier parachutiste – ont été blessés dans le sud de Gaza, et deux soldats du 601e bataillon du corps du génie de combat ont été blessés au cours d’une bataille dans le nord de Gaza.

Ils ont été emmenés à l’hôpital pour y être soignés, selon l’armée.

Alerte d’infiltration aérienne sur les hauteurs du Golan

Les sirènes d’alerte annonçant l’infiltration d’un dispositif aérien hostile sont activées dans la région des hauteurs du Golan.

Les sirènes peuvent être entendues dans de nombreux endroits, notamment dans les villes druzes de Majdal-Shams et Mas’ade, ainsi que dans les villes voisines de Neve Ativ et Nimrod.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.