Israël en guerre - Jour 142

Rechercher

Elma Avraham, tout juste libérée de Gaza, est entre la vie et la mort

14 otages israéliens et 3 Thaïs libérés de Gaza, dont l'orpheline Avigaïl Idan * Le Hamas a libéré un binational israélo-russe en guise de geste envers Poutine * Le Hamas veut prolonger la trêve au delà de 4 jours

  • Les otages israéliens libérés le 26 novembre 2023 : En haut de gauche à droite : Hagar Brodetz et ses enfants Ofri, Yuval et Oriya, et Roni Krivoi ; au milieu : Chen Almog Goldstein et ses enfants Agam, Gal et Tal Almog ; en bas : Avigaïl Idan, Alma Avraham, Aviva Siegal, et les frères et sœurs Ela et Dafna Elyakim. (Crédit : Autorisation ; montage d'images : Times of Israel)
    Les otages israéliens libérés le 26 novembre 2023 : En haut de gauche à droite : Hagar Brodetz et ses enfants Ofri, Yuval et Oriya, et Roni Krivoi ; au milieu : Chen Almog Goldstein et ses enfants Agam, Gal et Tal Almog ; en bas : Avigaïl Idan, Alma Avraham, Aviva Siegal, et les frères et sœurs Ela et Dafna Elyakim. (Crédit : Autorisation ; montage d'images : Times of Israel)
  • Les otages israéliens libérés le 25 novembre 2023 : En haut de gauche à droite : Sharon Avigdori et sa fille Noam, les frères et sœurs Alma et Noam Or ; au milieu : Hila Rotem, Emily Hand, Shiri Weiss et sa fille Noga ; en bas : Adi Shoham et ses enfants Yahel et Naveh, Maya Regev, et Shoshan Haran. (Crédit : Autorisation ; combo d'images du Times of Israel)
    Les otages israéliens libérés le 25 novembre 2023 : En haut de gauche à droite : Sharon Avigdori et sa fille Noam, les frères et sœurs Alma et Noam Or ; au milieu : Hila Rotem, Emily Hand, Shiri Weiss et sa fille Noga ; en bas : Adi Shoham et ses enfants Yahel et Naveh, Maya Regev, et Shoshan Haran. (Crédit : Autorisation ; combo d'images du Times of Israel)
  • Le ministre de la Défense Yoav Gallant s'entretenant avec des troupes dans le nord de la bande de Gaza, le 25 novembre 2023. (Crédit : Ariel Hermoni/Ministère de la Défense)
    Le ministre de la Défense Yoav Gallant s'entretenant avec des troupes dans le nord de la bande de Gaza, le 25 novembre 2023. (Crédit : Ariel Hermoni/Ministère de la Défense)
  • Des Israéliens participant à un rassemblement appelant à la libération des Israéliens retenus en otage à Gaza, à Tel Aviv, le 25 novembre 2023. (Crédit : Miriam Alster/Flash90)
    Des Israéliens participant à un rassemblement appelant à la libération des Israéliens retenus en otage à Gaza, à Tel Aviv, le 25 novembre 2023. (Crédit : Miriam Alster/Flash90)
  • Ofri Bibas Levy portant un tee-shirt à l'effigie de son frère, de sa belle-sœur et de leurs deux enfants de 4 ans et de 10 mois, tous retenus en otage à Gaza, à Tel Aviv, le 21 novembre 2023. (Crédit : Ariel Schalit/AP)
    Ofri Bibas Levy portant un tee-shirt à l'effigie de son frère, de sa belle-sœur et de leurs deux enfants de 4 ans et de 10 mois, tous retenus en otage à Gaza, à Tel Aviv, le 21 novembre 2023. (Crédit : Ariel Schalit/AP)
  • Des Israéliens, dont les familles des otages de Gaza, assistant au rassemblement des « 50 jours d'enfer » en soutien aux otages détenus par le Hamas, devant la « Place des Otages » près du Musée d'art de Tel Aviv, le 25 novembre 2023. (Crédit : Gili Yaari/FLASH90)
    Des Israéliens, dont les familles des otages de Gaza, assistant au rassemblement des « 50 jours d'enfer » en soutien aux otages détenus par le Hamas, devant la « Place des Otages » près du Musée d'art de Tel Aviv, le 25 novembre 2023. (Crédit : Gili Yaari/FLASH90)
  • Un manifestant brandissant une pancarte en faveur de la libération des otages retenus par des groupes terroristes à Gaza, lors d'un rassemblement sur la "Place des Otages" de Tel Aviv, le 25 novembre 2023. (Crédit : Amir Yarchi)
    Un manifestant brandissant une pancarte en faveur de la libération des otages retenus par des groupes terroristes à Gaza, lors d'un rassemblement sur la "Place des Otages" de Tel Aviv, le 25 novembre 2023. (Crédit : Amir Yarchi)
  • Des personnes tirant des chariots transportant des sacs d'aide humanitaire à distribuer, à Rafah, dans le sud de la bande de Gaza, le 26 novembre 2023 (Crédit : Mohammed Abed/AFP)
    Des personnes tirant des chariots transportant des sacs d'aide humanitaire à distribuer, à Rafah, dans le sud de la bande de Gaza, le 26 novembre 2023 (Crédit : Mohammed Abed/AFP)
  • Des véhicules transportant des condamnés terroristes palestiniens incarcérés pour atteinte à la sécurité en Israël qui seront libérés en échange d'otages israéliens détenus par le Hamas arrivant à la prison d'Ofer, à l'extérieur de Jérusalem, le 26 novembre 2023. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)
    Des véhicules transportant des condamnés terroristes palestiniens incarcérés pour atteinte à la sécurité en Israël qui seront libérés en échange d'otages israéliens détenus par le Hamas arrivant à la prison d'Ofer, à l'extérieur de Jérusalem, le 26 novembre 2023. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)
  • Des Israéliens attendant l'arrivée de 13 otages israéliens libérés par le Hamas au troisième jour du cessez-le-feu de quatre jours, le 26 novembre 2023. (Crédit : Capture d'écran)
    Des Israéliens attendant l'arrivée de 13 otages israéliens libérés par le Hamas au troisième jour du cessez-le-feu de quatre jours, le 26 novembre 2023. (Crédit : Capture d'écran)
  • Le Premier ministre Benjamin Netanyahu, au centre, s'entretenant avec des soldats dans le nord de la bande de Gaza, le 26 novembre 2023. (Crédit : Avi Ohayon/GPO)
    Le Premier ministre Benjamin Netanyahu, au centre, s'entretenant avec des soldats dans le nord de la bande de Gaza, le 26 novembre 2023. (Crédit : Avi Ohayon/GPO)

Première image des enfants Almog-Goldstein arrivant en Israël après 51 jours à Gaza

Gal et Tal Almog-Goldstein s'amusant avec des jouets sur la base aérienne militaire Hatzerim après leur libération de Gaza, le 26 novembre 2023. (Autorisation)
Gal et Tal Almog-Goldstein s'amusant avec des jouets sur la base aérienne militaire Hatzerim après leur libération de Gaza, le 26 novembre 2023. (Autorisation)

La première image de certains des enfants Almog-Goldstein arrivant en Israël après avoir été libérés de Gaza plus tôt dans la journée a été diffusée.

Gal et Tal Almog-Goldstein, qui ont été libérés ce soir après 51 jours de captivité dans la bande de Gaza, y sont vus en train de se divertir avec des jouets et des jeux à leur arrivée à la base aérienne militaire de Hatzerim après avoir été libérés des geôles du Hamas.

Leur père, Nadav, et leur sœur aînée, Yam, ont été assassinés par le groupe terroriste palestinien le 7 octobre.

Les enfants ont été libérés aujourd’hui, en même temps que leur mère, Chen, et leur sœur, Agam, 17 ans.

Le Hamas publie des images de la remise de 13 otages au CICR dans Gaza City

Un véhicule de la Croix-Rouge internationale transportant l'otage russo-israélien Roni Krivoi libéré par le Hamas roulant vers le poste-frontière de Rafah avec l'Égypte avant un transfert vers Israël, le 26 novembre 2023. (Crédit : Mohammed Abed/AFP)
Un véhicule de la Croix-Rouge internationale transportant l'otage russo-israélien Roni Krivoi libéré par le Hamas roulant vers le poste-frontière de Rafah avec l'Égypte avant un transfert vers Israël, le 26 novembre 2023. (Crédit : Mohammed Abed/AFP)

Une vidéo diffusée ce soir par le groupe terroriste palestinien du Hamas montre ses membres remettant les 17 otages – 14 Israéliens et trois ressortissants thaïlandais – à la Croix-Rouge, afin qu’ils soient emmenés en Israël.

Les images montrent des terroristes du Hamas amenant certains des otages sur une place du quartier Shejaiya de la ville de Gaza – que Tsahal n’a pas encore atteint dans le cadre de son incursion terrestre – passant devant des foules de Palestiniens sur le chemin.

Dans une démonstration de force, des agents armés du Hamas se tiennent autour des camionnettes transportant 13 des otages, avant que la Croix-Rouge n’arrive pour les prendre en charge.

La courte vidéo illustre le fait que le Hamas a toujours une forte présence dans le nord de Gaza, dans les quartiers que Tsahal n’a pas encore maîtrisés au cours des combats. Elle laisse également penser que certains des otages pourraient être détenus dans le nord de la bande de Gaza.

Ces otages ont été remis à Tsahal dans le nord de Gaza. L’une d’elle, Elma Avraham, a été évacuée par hélicoptère vers un hôpital et les 12 autres ayant été emmenés dans un convoi vers la base aérienne de Hazterim.

Comme dans les précédentes vidéos diffusées par le Hamas, on voit des membres du groupe terroriste saluer les otages libérés, et certains leur rendre la pareille. La vidéo ne contient pas de bande audio.

On y voit également le Hamas en train de remettre à la Croix-Rouge, dans le sud de Gaza, un citoyen russo-israélien et, séparément, trois ressortissants thaïlandais. Ces quatre personnes ont été emmenées au point de passage de Rafah, en Égypte, avant d’être rapatriées en Israël.

1 000 pro-palestiniens bloquent le pont de Manhattan en appelant à un cessez-le-feu

Des activistes d'extrême-gauche bloquant le pont de Manhattan lors d'une manifestation appelant à un cessez-le-feu à Gaza, à New York, le 26 novembre 2023. (Crédit : Capture d'écran/X)
Des activistes d'extrême-gauche bloquant le pont de Manhattan lors d'une manifestation appelant à un cessez-le-feu à Gaza, à New York, le 26 novembre 2023. (Crédit : Capture d'écran/X)

Au cours de l’une des journées les plus chargées de l’année aux États-Unis, plus d’un millier d’Américains juifs d’extrême-gauche et d’autres activistes pro-palestiniens bloquent la circulation sur le pont de Manhattan à New York, lors de la dernière manifestation anti-Israël appelant à un cessez-le-feu à Gaza.

« En raison d’une manifestation, le pont de Manhattan est fermé dans les deux sens. Si possible, utilisez des itinéraires alternatifs. Mise à jour à suivre », indique la police de New York dans un communiqué.

« Un cessez-le-feu, pas un génocide ! Président Biden, choisissez un camp ! », scandent-ils.

Les États-Unis se sont opposés à un cessez-le-feu, expliquant qu’il profiterait au groupe terroriste palestinien du Hamas, qui a juré de perpétrer d’autres massacres comme celui perpétré le 7 octobre.

Parmi les participants à la manifestation se trouvent des activistes du groupe d’extrême-gauche Jewish Voice for Peace.

Le président Isaac Herzog rencontrera Elon Musk demain à Jérusalem

Elon Musk, PDG de X, assistant à un événement de conversation avec le Premier ministre britannique Rishi Sunak, à Londres, le 2 novembre 2023. (Crédit : Kirsty Wigglesworth/POOL/AFP)
Elon Musk, PDG de X, assistant à un événement de conversation avec le Premier ministre britannique Rishi Sunak, à Londres, le 2 novembre 2023. (Crédit : Kirsty Wigglesworth/POOL/AFP)

Le président Isaac Herzog doit rencontrer demain à Jérusalem le PDG de X et Tesla, Elon Musk, qui est en visite en Israël en pleine guerre entre Israël et le Hamas, indique son bureau.

Herzog dit qu’il sera rejoint lors de la réunion par certains membres de la famille des otages détenus à Gaza. Le président dit qu’il « insistera sur la nécessité d’agir pour lutter contre la montée de l’antisémitisme en ligne. »

Musk s’est retrouvé sous le feu des critiques ces dernières semaines pour avoir approuvé un message antisémite sur X, ainsi que pour l’incapacité totale de la plateforme à sévir contre la désinformation rampante et les discours de haine au milieu de la guerre en cours.

Maison Blanche : Biden a poussé Netanyahu à augmenter l’aide à Gaza lors d’un appel

Le président américain Joe Biden rencontrant le Premier ministre Benjamin Netanyahu, à Tel Aviv, le 18 octobre 2023. (Crédit : Brendan Smialowski/AFP)
Le président américain Joe Biden rencontrant le Premier ministre Benjamin Netanyahu, à Tel Aviv, le 18 octobre 2023. (Crédit : Brendan Smialowski/AFP)

Le président américain Joe Biden et le Premier ministre Benjamin Netanyahu ont discuté de la nécessité de profiter de la trêve humanitaire en cours à Gaza pour « faire affluer » l’aide humanitaire dans l’enclave, indique la Maison Blanche.

Israël a accepté d’autoriser l’entrée d’au moins 200 camions d’aide chaque jour du cessez-le-feu de quatre jours, en plus du carburant, tout en veillant à ce que l’aide atteigne le nord de la bande de Gaza, qui a été la partie la plus ravagée par les combats.

Netanyahu a également remercié Biden pour ses efforts de médiation et de mise en œuvre de l’accord en cours sur les otages, selon un compte-rendu de la Maison Blanche.

« Les deux dirigeants ont convenu que le travail n’est pas encore terminé et qu’ils continueront à travailler pour obtenir la libération de tous les otages », ajoute le compte-rendu, notant que Biden et Netanyahu ont convenu de rester en contact étroit au cours des prochains jours.

Ils se sont parlés au téléphone au moins 15 fois depuis le début de la guerre.

Le Philippin Jimmy Pacheco libéré de Gaza vendredi sort de l’hôpital

Jimmy Pacheco, un aide-soignant philippin qui a été pris en otage par des terroristes du Hamas dans le kibboutz Nir Oz le 7 octobre 2023, a été libéré le 24 novembre 2023. (Autorisation)
Jimmy Pacheco, un aide-soignant philippin qui a été pris en otage par des terroristes du Hamas dans le kibboutz Nir Oz le 7 octobre 2023, a été libéré le 24 novembre 2023. (Autorisation)

L’aide-soignant philippin Jimmy Pacheco, libéré vendredi soir après 49 jours de captivité dans la bande de Gaza, sort ce soir de l’hôpital Shamir sous les applaudissements du personnel.

Pachecho avait été enlevé au kibboutz Nir Oz, où il travaillait comme aide-soignant d’Amitaï Ben Zvi, 80 ans, qui a été assassiné le 7 octobre.

L’hôpital rapporte également que les trois otages thaïlandais qui y sont arrivés aujourd’hui après avoir été libérés des geôles du Hamas après 51 jours de captivité sont dans un état stable. Les 14 citoyens thaïlandais qui y sont arrivés vendredi et samedi sont toujours hospitalisés.

Sullivan : Biden défavorable au conditionnement de l’aide à Israël

Le président Joe Biden s'adressant aux journalistes au sujet des otages libérés par le Hamas lors d'une troisième série de libérations dans le cadre d'un accord de cessez-le-feu de quatre jours entre Israël et le Hamas, à Nantucket, dans le Massachusetts, le 26 novembre 2023. (Crédit : Stephanie Scarbrough/AP Photo)
Le président Joe Biden s'adressant aux journalistes au sujet des otages libérés par le Hamas lors d'une troisième série de libérations dans le cadre d'un accord de cessez-le-feu de quatre jours entre Israël et le Hamas, à Nantucket, dans le Massachusetts, le 26 novembre 2023. (Crédit : Stephanie Scarbrough/AP Photo)

Le conseiller à la sécurité nationale des États-Unis, Jake Sullivan, a été interrogé sur deux émissions matinales américaines. Les questions portaient sur la réaction du président Joe Biden vendredi dernier, en réponse à une question sur son soutien aux appels croissants de l’aile très à gauche du Parti démocrate. Ces appels visaient à conditionner l’aide à Israël en fonction du bilan des droits de l’homme à Jérusalem, notamment en Cisjordanie.

« C’est une réflexion intéressante, mais je ne pense pas que si j’avais commencé par ça, nous ne serions jamais arrivés là où nous sommes aujourd’hui. Nous devons prendre les choses une par une », a répondu Biden.

Pressé de préciser si Biden soutient la proposition, Sullivan répondu que ce n’est pas le cas.

« Le président Biden a reconnu l’idée, mais il a poursuivi en disant que son approche, qui consistait en une diplomatie privée de haut niveau, avait en réalité généré des résultats », explique Sullivan, évoquant l’introduction de l’aide humanitaire à Gaza, après qu’Israël eut initialement bloqué toute entrée pendant les deux premières semaines de la guerre ; la sortie de milliers de ressortissants étrangers de la bande de Gaza, la première pause dans les combats, qui en est actuellement à son [troisième] jour ; et la première grande libération d’otages.

Interrogé quant à savoir si Biden serait prêt à soutenir le conditionnement de l’aide à Israël à l’avenir, Sullivan refuse de répondre.

La réponse du président américain a fait froncer les sourcils, car l’administration Biden s’est jusqu’à présent opposée aux efforts visant à conditionner l’aide à Israël au-delà des stipulations qui existent déjà dans tous les programmes d’assistance à la sécurité, et qui, selon les critiques, ne s’appliquent pas à l’État juif.

Ramallah : Slogans du Hamas scandés en l’honneur du retour d’un prisonnier palestinien

Des Palestiniens célébrant en criant des slogans du Hamas, pour accueillir le retour d'un prisonnier palestinien incarcéré pour atteinte à la sécurité en Israël tout juste libéré, dans le cadre d'un accord de trêve entre le Hamas et Israël, à Ramallah, le 26 novembre 2023. (Crédit : Capture d'écran ; utilisée conformément à la clause 27a de la loi sur le droit d'auteur)
Des Palestiniens célébrant en criant des slogans du Hamas, pour accueillir le retour d'un prisonnier palestinien incarcéré pour atteinte à la sécurité en Israël tout juste libéré, dans le cadre d'un accord de trêve entre le Hamas et Israël, à Ramallah, le 26 novembre 2023. (Crédit : Capture d'écran ; utilisée conformément à la clause 27a de la loi sur le droit d'auteur)

A Ramallah, une foule accueille l’un des 39 prisonniers palestiniens incarcérés pour atteinte à la sécurité en Israël libérés aujourd’hui dans le cadre de l’accord de trêve entre Israël et le groupe terroriste palestinien du Hamas.

Dans une vidéo des célébrations de rue qui éclatent lorsque le prisonnier arrive dans la ville, le jeune homme est filmé parmi la foule en train de serrer sa mère dans ses bras, un drapeau vert du Hamas enroulé autour de sa tête. La mère s’écrie : « Avec tout notre sang, avec toute notre âme, nous nous vous rachèterons, Ô martyrs ! », incitant la foule à scander le même slogan.

Cette phrase est un chant palestinien courant, généralement appliqué à la rédemption de la mosquée al-Aqsa.

Une autre vidéo du rassemblement de masse montre une femme criant : « Nous ne sommes pas venus ici pour faire la fête, mais plutôt pour applaudir et montrer notre loyauté envers la résistance [le Hamas] et Gaza. »

La bannière verte du groupe terroriste n’est pas souvent affichée à Ramallah, siège de l’Autorité palestinienne sous le contrôle du Fatah, groupe rival du Hamas, mais elle est fréquemment apparue sur des images diffusées au cours des trois dernières nuits lors de célébrations en faveur de prisonniers libérés.

Biden s’entretient avec la famille d’Avigaïl Idan, 4 ans, libérée de Gaza ce soir

Des gens passant devant une photo d'Avigaïl Idan, 4 ans, une otage détenue par le Hamas pendant 51 jours qui a été libérée, projetée sur un bâtiment à Tel Aviv, le 26 novembre 2023. (Crédit : Ariel Schalit/AP Photo)
Des gens passant devant une photo d'Avigaïl Idan, 4 ans, une otage détenue par le Hamas pendant 51 jours qui a été libérée, projetée sur un bâtiment à Tel Aviv, le 26 novembre 2023. (Crédit : Ariel Schalit/AP Photo)

Le président américain Joe Biden s’est entretenu au téléphone plus tôt dans la journée avec des membres de la famille d’Avigaïl Idan, une Israélo-Américaine de 4 ans, suite à sa libération des geôles du Hamas après 51 jours de captivité, indique un haut responsable de l’administration Biden.

« L’histoire d’Avigaïl était à bien des égards un microcosme de l’horreur que le Hamas a déclenchée le 7 octobre », déclare le responsable de l’administration aux journalistes, rappelant comment la petite fille a vu sa mère tuée devant elle dans le kibboutz Kfar Aza lors du massacre du 7 octobre perpétré par le groupe terroriste palestinien du Hamas, puis a couru vers son père qui l’a protégée de son corps, avant d’être abattu par les terroristes. Elle a ensuite couru jusqu’à la maison de ses voisins, où elle a été prise en otage avec les personnes qui se trouvaient à l’intérieur.

Les États-Unis pensent qu’Avigaïl était détenue dans le nord de Gaza avec ces mêmes voisins, et Biden a évoqué son sort lors de presque tous les appels téléphoniques qu’il a eus avec ses homologues israéliens, qataris et égyptiens, a déclaré le haut fonctionnaire de l’administration, ajoutant que les responsables américains sont restés en contact avec la famille d’Avigaïl tout au long des 51 jours de captivité de la fillette.

L’administration Biden a suivi ses déplacements depuis le nord de Gaza lorsqu’elle a été transférée des mains du Hamas à la Croix-Rouge, puis réacheminée directement en Israël, au lieu du point de passage égyptien de Rafah, parce que l’un des autres otages qu’elle accompagnait – une femme de 84 ans – avait besoin de soins médicaux urgents, a déclaré le haut fonctionnaire.

« Nous sommes ravis qu’Avigaïl soit maintenant à la maison et de retour dans les bras aimants de sa famille élargie. Elle recevra les soins et l’attention dont elle a besoin par l’intermédiaire des Israéliens et nous sommes également prêts à fournir tout le soutien approprié », ajoute le haut fonctionnaire.

Les 3 otages thaïlandais libérés ce soir arrivent à l’hôpital pour y être examinés

Un véhicule de la Croix-Rouge internationale transportant des otages libérés par le Hamas roulant vers le point frontalier de Rafah avec l'Égypte avant leur transfert vers Israël, le 26 novembre 2023. (Crédit : Mohammed Abed/AFP)
Un véhicule de la Croix-Rouge internationale transportant des otages libérés par le Hamas roulant vers le point frontalier de Rafah avec l'Égypte avant leur transfert vers Israël, le 26 novembre 2023. (Crédit : Mohammed Abed/AFP)

Les trois otages thaïlandais libérés ce soir des geôles du Hamas après 51 jours de captivité à Gaza sont arrivés à l’hôpital Assaf Harofeh, confirment le ministère des Affaires étrangères et l’hôpital.

Le ministère indique qu’ils vont subir une batterie complète de tests physiques et psychologiques et qu’ils resteront hospitalisés pendant ce temps.

Le ministère affirme être en contact régulier avec l’ambassade de Thaïlande, qui informe les familles de toutes les personnes libérées. Il est prévu qu’ils rentrent chez eux une fois qu’ils seront sortis de l’hôpital.

Netanyahu à Biden : Même si Israël prolonge la trêve, l’opération de Tsahal reprendra

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu, au centre, s'entretenant avec des soldats dans le nord de la bande de Gaza, le 26 novembre 2023. (Crédit : Avi Ohayon/GPO)
Le Premier ministre Benjamin Netanyahu, au centre, s'entretenant avec des soldats dans le nord de la bande de Gaza, le 26 novembre 2023. (Crédit : Avi Ohayon/GPO)

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu affirme avoir dit au président américain Joe Biden qu’il est ouvert à la prolongation de la trêve actuelle, mais qu’une fois qu’elle sera terminée, l’opération terrestre de Tsahal reprendra de plus belle.

« Nous avons ramené à la maison un autre groupe d’otages, des enfants et des femmes, et je suis – du plus profond de mon cœur – ému, la nation entière l’est, lorsque nous voyons des familles réunies », se rejouit-il dans une déclaration vidéo.

Netanyahu dit qu’il vient de parler avec Biden de la libération, en particulier de la citoyenne israélo-américaine orpheline Avigaïl Idan, 4 ans. « Quelle joie de la voir avec nous. Mais d’un autre côté, quelle tristesse de la voir retourner à une réalité sans parents. »

Le Premier ministre souligne que la trêve actuelle de quatre jours peut être prolongée pour permettre la libération d’autres otages : « pour chaque jour, 10 de plus ».

Netanyahu dit avoir également dit à Biden « qu’à la fin de cette trêve, nous reprendrons toutes nos opérations pour mener à bien nos objectifs : détruire le Hamas, s’assurer que Gaza ne redeviendra pas ce qu’elle était et, bien sûr, libérer tous nos otages ».

« Je suis certain que nous réussirons cette mission – parce que nous n’avons pas d’autre option. »

Vermont: 3 étudiants palestiniens blessés par balle lors d’un crime de haine présumé

Les étudiants palestiniens Hisham Awartani, Tahseen Ali et Kenan Abdulhamid qui ont été blessés par balle, à Burlington, dans le Vermont, le 25 novembre 2023. (Crédit : Husam Zomlot/X)
Les étudiants palestiniens Hisham Awartani, Tahseen Ali et Kenan Abdulhamid qui ont été blessés par balle, à Burlington, dans le Vermont, le 25 novembre 2023. (Crédit : Husam Zomlot/X)

Trois jeunes Palestiniens qui se trouvaient samedi à Burlington pour un rassemblement à l’occasion des fêtes de Thanksgiving ont été blessés par balle – dont un grièvement – près de l’Université du Vermont, dans ce qui pourrait être un crime de haine, selon les autorités.

Le tireur a été identifié comme un homme de type caucasien, armé d’un pistolet et qui, « sans parler (…) a tiré au moins quatre balles » sur les victimes avant de s’enfuir, déclare le chef de la police de Burlington, Jon Murad, dans un communiqué.

Murad précise que les trois victimes sont d’origine palestinienne. Deux d’entre elles sont des citoyens américains et l’autre est un résident légal. Deux des hommes portaient des keffieh noirs et blancs – symbole de la solidarité avec la cause palestinienne.

« Le fait est que nous n’en savons pas encore autant que nous le voudrions à l’heure actuelle. Mais j’invite la population à éviter de tirer des conclusions basées sur des déclarations de parties non impliquées qui en savent encore moins », déclare Murad.

La Maison Blanche indique que le président américain Joe Biden a été informé et Bernie Sanders – l’un des deux sénateurs américains du Vermont – a condamné l’attaque « choquante et profondément bouleversante », déclarant qu’il « attend impatiemment les résultats de l’enquête ».

Maayan Zin réunie avec ses deux filles, Dafna, 15 ans et Ella, 8 ans

Maayan Zin embrassant ses filles, Dafna, et Ella, après leur libération des geôles du Hamas après 51 jours de captivité à Gaza, le 26 novembre 2023. (Autorisation)
Maayan Zin embrassant ses filles, Dafna, et Ella, après leur libération des geôles du Hamas après 51 jours de captivité à Gaza, le 26 novembre 2023. (Autorisation)

Maayan Zin a retrouvé ses deux filles, Dafna, 15 ans, et Ella, 8 ans, Elyakim, après que ces dernières ont été retenues en otage à Gaza pendant 51 jours.

La première photo d’elles après leur libération montre les trois s’embrassant avec émotion.

Le père des deux jeunes sœurs, Noam, a été assassiné le 7 octobre, alors qu’elles étaient kidnappées.

Maayan a fait publiquement et bruyamment campagne pour leur libération, écrivant même un article publié dans le Washington Post disant qu’elle voulait entrer à Gaza pour être avec elles.

Dans un communiqué, Maayan déclare « après une longue période pendant laquelle j’ai vécu dans une terrible incertitude, mes filles sont enfin avec moi (…) ». « Les filles reviennent dans une situation nouvelle et complexe, et nous attend maintenant une période de récupération qui prendra du temps. »

« C’est une joie mêlée de tristesse. Joie pour mes filles qui sont ici et tristesse pour celles qui ne sont pas encore revenues. Mon cœur ne sera plus entier tant que tout le monde ne sera pas rentré sain et sauf. »

La population de Nahal Oz doublera après la guerre, prédit un survivant du kibboutz

Nadav Peretz s'adressant aux journalistes, à Mishmar Haemek, le 26 novembre 2023. (Crédit : Canaan Lidor/Times of Israel)
Nadav Peretz s'adressant aux journalistes, à Mishmar Haemek, le 26 novembre 2023. (Crédit : Canaan Lidor/Times of Israel)

La population du kibboutz Nahal Oz, où des terroristes ont assassiné 14 personnes et en ont enlevé sept autres le 7 octobre, est sur le point de doubler, affirme Nadav Peretz avec assurance.

« Nous étions en plein boom démographique lorsque l’attaque s’est produite », explique Peretz, le responsable de la croissance du kibboutz, au Times of Israel ce soir, après la libération de trois membres des geôles du Hamas après 51 jours de captivité à Gaza.

« Au début, je pensais que l’attaque mettrait fin à tout. Mais nous voyons tellement d’intérêt maintenant. Je vous le dis, nous sommes sur le point de doubler nos effectifs en seulement deux ans », ajoute Peretz, 43 ans, qui travaille dans l’évaluation des risques.

Comme beaucoup d’Israéliens, Peretz se sent en conflit avec l’accord qui a conduit à la libération. « Nous voulons deux choses. Voir le Hamas détruit et libérer les otages. Et pour l’instant, la seconde l’emporte sur la première. C’est le compromis », dit Peretz à Mishmar HaEmek, un kibboutz près d’Afula où se trouvent la plupart des survivants de Nahal Oz.

Il attribue sa survie au fait que sa maison à Nahal Oz comporte deux mamadim – pièces sécurisées. « Les terroristes sont entrés et ont inspecté un mamad, ont vu qu’il était vide et sont passés à autre chose ».

Peretz et sa partenaire se trouvaient dans l’autre pièce sécurisée, qui n’avait pas de serrure, raconte-t-il.

Premières images du retour des familles Haran et Shoham en Israël samedi soir

Yahel Shoham, 3 ans, en compagnie de sa grand-mère Shoshan Haran, 67 ans, lors de leur retour en Israël après 50 jours de captivité dans les geôles du Hamas à Gaza, où ils étaient détenus avec la mère de Yahel, Adi, et son fils Naveh, 8 ans, le 25 novembre 2023. (Autorisation)
Yahel Shoham, 3 ans, en compagnie de sa grand-mère Shoshan Haran, 67 ans, lors de leur retour en Israël après 50 jours de captivité dans les geôles du Hamas à Gaza, où ils étaient détenus avec la mère de Yahel, Adi, et son fils Naveh, 8 ans, le 25 novembre 2023. (Autorisation)

Des images et des photos récemment publiées montrent le retour en Israël d’une partie de la famille Haran et Shoham aux premières heures de ce matin, après 50 jours de captivité dans les geôles du Hamas.

Les photos, partagées par le bureau du Premier ministre, montrent Shoshan Haran, 67 ans, sa fille Adi Shoham, 38 ans, et les enfants d’Adi, Naveh, 8 ans, et Yahel, 3 ans, accueillis par des soldats de Tsahal à leur arrivée en Israël.

Le père de Yahel et Naveh, Tal Shoham – le mari d’Adi – est toujours détenu en captivité à Gaza.

Les jeunes enfants ont été accueillis avec des jouets et des jeux. On peut voir Naveh sauter avec excitation au téléphone, probablement avec un membre de sa famille.

Un militant pro-palestinien entendu pour apologie du terrorisme en France

Le militant égypto-palestinien Ramy Shaath à son arrivée à l'aéroport de Roissy, le 8 janvier 2022, après avoir été détenu en Égypte pendant plus de deux ans. (Crédit : JULIEN DE ROSA / AFP)
Le militant égypto-palestinien Ramy Shaath à son arrivée à l'aéroport de Roissy, le 8 janvier 2022, après avoir été détenu en Égypte pendant plus de deux ans. (Crédit : JULIEN DE ROSA / AFP)

Ramy Shaath, militant politique égypto-palestinien en France depuis début 2022, a été entendu le 10 novembre dans une enquête pour apologie du terrorisme à la suite de propos tenus lors d’une manifestation « en soutien au peuple palestinien », ont indiqué vendredi ses avocats. Les investigations, confiées à la brigade de répression de la délinquance contre la personne (BRDP), se poursuivent.

Au lendemain d’un rassemblement de soutien au peuple palestinien le 4 novembre à Paris, le préfet de police Laurent Nuñez avait annoncé avoir signalé des propos qui « franchissent la ligne rouge ». D’après M. Nuñez, Ramy Shaath, qui s’exprimait en arabe, « dit à plusieurs reprises ‘le vrai terrorisme c’est Israël’, ce qui laisse penser que le Hamas n’est pas terroriste », et « commence en disant ‘ce n’est pas du terrorisme, c’est de la résistance’. » M. Nuñez a indiqué qu’il pourrait demander à ce que son titre de séjour soit retiré en fonction de la décision de la justice le concernant.

Me William Bourdon et Vincent Brengarth demandent à la justice via un communiqué à l’AFP « le classement sans suite dans les plus brefs délais » de cette procédure « s’agissant de faits qui ne constituent strictement aucune infraction pénale ». Sollicité par l’AFP, Me Bourdon a précisé que M. Shaath « confirme ses déclarations sur l’absence de droit de se défendre d’Israël comme force d’occupation ou d’apartheid et le droit du peuple palestinien de résister, tout comme d’autres propos sur les mensonges d’Israël et de Biden ». En revanche, d’après l’avocat, « il réfute avoir parlé du Hamas ».

Cet homme âgé d’une cinquantaine d’années est une figure de la révolution égyptienne de 2011 et a coordonné en Egypte le mouvement Boycott, désinvestissement, sanctions (BDS, prônant le boycott d’Israël). Il a été détenu 900 jours en Egypte, entre 2019 et 2022, accusé d’avoir fomenté des « troubles contre l’État », avant d’être libéré et remis à la France, notamment après que le président Macron a plaidé son cas auprès des autorités égyptiennes.

Retrouvailles émouvantes entre Sharon et Noam Avigdori et leur famille.

Sharon Avigdori retrouve son fils, Omer, le 26 novembre 2023, après avoir été libérée de 50 jours de captivité par le Hamas. (Crédit : Haim Zach/ GPO)
Sharon Avigdori retrouve son fils, Omer, le 26 novembre 2023, après avoir été libérée de 50 jours de captivité par le Hamas. (Crédit : Haim Zach/ GPO)

Les services du Premier ministre diffusent des images de la réunion émouvante qui a eu lieu aux premières heures de ce matin entre les otages libérés Sharon et Noam Avigdori et leur famille.

Les retrouvailles ont eu lieu au centre hospitalier Sheba à Ramat Gan, précise le bureau du Premier ministre.

Sur les images, Sharon et Noam embrassent leur mari et père, Hen Avigdori, et leur fils et frère, Omer Avigdori, après avoir été séparés alors qu’ils étaient retenus en captivité par le Hamas pendant 50 jours.

Maya Regev, blessée par balle puis kidnappée, retrouve ses proches à l’hôpital

Cette photo de famille non datée, fournie le 16 octobre 2023, montre Maya Regev, 21 ans, au centre, et Itay Regev, 18 ans, à gauche, avec leur mère et un frère. (Crédit : Famille Regev via AP)
Cette photo de famille non datée, fournie le 16 octobre 2023, montre Maya Regev, 21 ans, au centre, et Itay Regev, 18 ans, à gauche, avec leur mère et un frère. (Crédit : Famille Regev via AP)

Des images prises plus tôt dans la journée montrent Maya Regev, 21 ans, qui faisait partie du groupe d’otages libérés de Gaza samedi soir, retrouver sa famille au centre médical Soroka de Beer Sheva.

Maya Regev a été blessée par balle à la jambe lors du festival de musique Supernova, le 7 octobre, avant d’être enlevée et emmenée dans la bande de Gaza.

Elle a été transportée directement au centre hospitalier Soroka pour y être soignée et y subir une intervention chirurgicale.

On peut voir Regev retrouver sa mère à l’hôpital, en larmes, après 50 jours de captivité dans les geôles du Hamas.

Son frère Itai, âgé de 18 ans, est toujours retenu en otage à Gaza.

Elma Avraham, tout juste libérée de Gaza, entre la vie et la mort

Elma Avraham a été enlevée dans sa maison du kibboutz Nir Oz par des terroristes du Hamas le 7 octobre 2023. (Autorisation)
Elma Avraham a été enlevée dans sa maison du kibboutz Nir Oz par des terroristes du Hamas le 7 octobre 2023. (Autorisation)

L’hôpital Soroka de Beer Sheva a déclaré que l’otage libérée, Elma Avraham, 84 ans, qui a été évacuée par hélicoptère vers le centre hospitalier, est dans un état grave et que son pronostic vital est engagé.

Dans un bref communiqué, Soroka indique qu’Elma Avraham est « en mauvaise condition physique et dans un état clinique grave ».

Le porte-parole de Tsahal, le contre-amiral Daniel Hagari, a déclaré plus tôt que Mme Avraham avait été transportée à Soroka directement de la bande de Gaza par hélicoptère, en raison de son état de santé.

Sullivan: Tsahal ne devrait aller dans le sud de Gaza qu’une fois les civils en sécurité

Des troupes de l'armée israélienne opérant dans la bande de Gaza avant qu'un cessez-le-feu n'entre en vigueur, dans des photos diffusées le 24 novembre 2023. (Crédit : Armée israélienne)
Des troupes de l'armée israélienne opérant dans la bande de Gaza avant qu'un cessez-le-feu n'entre en vigueur, dans des photos diffusées le 24 novembre 2023. (Crédit : Armée israélienne)

Le conseiller américain à la sécurité nationale, Jake Sullivan, a déclaré que l’administration Biden souhaitait qu’Israël « tire les leçons » de son incursion terrestre dans le nord de la bande de Gaza et ne commence pas à opérer dans le sud de la bande de Gaza tant qu’il n’est pas certain que les civils palestiniens puissent éviter les bombardements.

S’exprimant dans l’émission « Face the Nation » de la chaîne CBS, Sullivan souligne que les États-Unis soutiennent toujours le projet d’Israël de poursuivre sa guerre contre le Hamas une fois que le cessez-le-feu temporaire aura pris fin.

« En fin de compte, Israël voudra continuer à mener des opérations militaires contre le Hamas, en particulier contre les dirigeants du Hamas qui ont été les architectes de ce massacre brutal et sanglant, le pire massacre du peuple juif depuis l’Holocauste », a-t-il déclaré, rappelant qu’un haut responsable du Hamas s’était engagé à continuer à perpétrer des massacres du type de ceux du 7 octobre jusqu’à ce qu’Israël soit vaincu.

Toutefois, Sullivan réaffirme que les États-Unis n’approuvent l’extension de l’opération de Tsahal au sud de Gaza qu’une « fois que les civils auront été pris en compte, qu’ils auront eu la possibilité de se mettre en sécurité, d’avoir accès à l’aide humanitaire et d’être à l’écart de toute opération militaire ».

Cette prise de position est la dernière indication que les États-Unis pensent qu’Israël n’a pas fait assez pour protéger les civils, alors que le nombre de morts dépasse les 14 000 à Gaza, selon le ministère de la santé de Gaza dirigé par le Hamas, bien que ce chiffre ne puisse pas être vérifié. En outre, ce chiffre ne fait pas de distinction entre civils et terroristes et inclut dans son décompte les civils tués par des tirs de roquettes palestiniens errants, tout en affirmant que la majorité des personnes tuées sont des femmes et des enfants.

Au début du mois, le président américain Joe Biden a été interrogé sur les opérations menées par Israël à l’hôpital Shifa de Gaza, où le Hamas a installé l’un de ses centres de commandement. Biden a défendu la conduite d’Israël à cet endroit, mais a révélé qu’il avait un avis différent sur certaines opérations antérieures des forces israéliennes.

« Il s’agit d’une histoire différente de celle qui s’est déroulée auparavant, selon moi, un bombardement aveugle », a déclaré Biden à l’époque.

Le grand-père d’Avigaïl Idan heureux, mais blessé à jamais par la mort de son fils et de sa belle-fille

Carmel Idan, le grand-père d'Avigaïl Idan, âgée de 4 ans, s'adressant aux médias après la libération d'Avigaïl des mains du Hamas, le 26 novembre 2023. (Crédit : Capture d'écran)
Carmel Idan, le grand-père d'Avigaïl Idan, âgée de 4 ans, s'adressant aux médias après la libération d'Avigaïl des mains du Hamas, le 26 novembre 2023. (Crédit : Capture d'écran)

Carmel Idan, grand-père de l’otage libérée Avigaïl Idan, 4 ans, a expliqué qu’il n’en a d’abord pas cru ses yeux lorsqu’il a vu des photos de sa petite-fille sur le chemin du retour en Israël, libérée des geôles du Hamas après 51 jours de captivité.

« C’était tout simplement incroyable. Je n’y croyais pas jusqu’à ce que je les voie », a-t-il dit aux journalistes devant sa maison. « Maintenant, je suis calme, mais pas complètement. Parce qu’il y a du bonheur, mais il y a aussi l’absence de Roee et de Smadar ». Les parents d’Avigaïl ont été assassinés par des terroristes palestiniens du Hamas dans leur maison au kibboutz Kfar Aza le 7 octobre.

Carmel a raconté qu’il avait compris qu’Avigaïl serait libérée lors de la première phase des libérations d’otages, vendredi. « Et nous regardions. Elle n’est pas là ! Quelle déception ! C’est la roulette russe. Nous attendions le deuxième jour. Encore une fois, Avigaïl n’était pas là ! Nous n’arrivions pas à y croire. »

Même si c’est une joie incroyable de voir Avigaïl sur le chemin du retour, a-t-il dit, « il y a beaucoup de gens qui ne sont pas encore revenus ».

« Je souhaite vivement qu’ils soient ramenés et que Tsahal termine ce qu’il a promis : Tous les otages [de retour] et le Hamas [détruit]. »

Avigaïl Idan, 4 ans, a été enlevée par des terroristes du Hamas le 7 octobre 2023 au kibboutz Kfar Aza. Ses deux parents ont été assassinés sous ses yeux avant le kidnapping. (Autorisation)

Il a expliqué qu’il a « une blessure ouverte qui ne guérira jamais » – après les meurtres de Smadar et Roee.

Carmel n’a pas encore été autorisé à parler à Avigaïl ni à la voir. Lorsqu’on lui a demandé ce qu’il lui dira lorsqu’il sera autorisé à la voir, il a répondu : « Je ne lui dirai rien. Je l’embrasserai, je la caresserai, je la serrerai dans mes bras. Parler, non ? Il n’y a rien à dire. »

Avigaïl Idan, 4 ans, vue dans une ambulance de la Croix-Rouge avec plusieurs autres otages libérés par le Hamas au troisième jour du cessez-le-feu de 4 jours avec Israël, le 26 novembre 2023. (Crédit : Capture d’écran)

Il a remercié le président Biden. « Nous l’aimons beaucoup pour toute l’aide qu’il nous apporte, à Israël. Continuez. Continuez. Nous ne vous admirons pas. Nous vous aimons. »

Avigaïl et ses deux frères ont la double nationalité américaine, tout comme leur mère.

Carmel n’a encore rien dit de la libération d’Avigaïl à ses frères et sœurs Michael, 9 ans, et Amalya, 6 ans, qui ont survécu à l’épreuve du 7 octobre, notamment en se cachant pendant 14 heures dans un placard. Ils sont « en état de choc, suivis par un psychologue », a-t-il expliqué.

« Ils sont extrêmement tristes. »

La France espère que la trêve dure jusqu’à la libération de « tous les otages »

La France espère que la trêve à Gaza dure jusqu’à la libération de « tous les otages », a déclaré dimanche sa ministre des Affaires étrangères Catherine Colonna, alors que le groupe terroriste islamiste palestinien du Hamas a libéré 58 personnes depuis vendredi, parmi lesquels ne figure aucun Français.

« Nous demandons la libération de nos otages et de tous les otages », a lancé la cheffe de la diplomatie française sur BFMTV. « Il serait bon, utile et nécessaire que la trêve soit prolongée à cette fin », a-t-elle ajouté, assurant avoir « bon espoir » que des otages français soient libérés, au moment où les appels à une prolongation de la trêve entre Israël et le Hamas se multiplient.

« Il y a des listes qui sont établies au cours des négociations par l’intermédiaire du Qatar », mais ensuite c’est « le Hamas qui fait ses choix à l’intérieur de ces listes », a expliqué la ministre.

Huit Français sont portés disparus, dont « une partie » est retenue en otage, selon sa diplomatie, sans certitude quant au sort des autres.

« La France considère qu’il faut une pause durable, une trêve qui permette d’aboutir à un cessez-le-feu », avec à la clef « la libération d’otages », a insisté Mme Colonna.

Le Hamas exprime officiellement son désir de prolonger la trêve au-delà de quatre jours initiaux

Une femme porte son chat alors que les Palestiniens qui s'étaient réfugiés dans des abris temporaires retournent chez eux dans l'est de Khan Younis, dans le sud de la bande de Gaza, pendant les premières heures d'une trêve de quatre jours dans la guerre entre le Hamas et Israël, le 24 novembre 2023. (Crédit : Mahmud Hams/AFP)
Une femme porte son chat alors que les Palestiniens qui s'étaient réfugiés dans des abris temporaires retournent chez eux dans l'est de Khan Younis, dans le sud de la bande de Gaza, pendant les premières heures d'une trêve de quatre jours dans la guerre entre le Hamas et Israël, le 24 novembre 2023. (Crédit : Mahmud Hams/AFP)

Le Hamas a annoncé dans un communiqué qu’il cherchait à prolonger la trêve au-delà de la période initiale de quatre jours afin d’obtenir la libération de prisonniers palestiniens supplémentaires.

117 prisonniers palestiniens ont été libérés jusqu’à présent et une quarantaine devraient l’être demain, mais Israël a une liste de 150 autres qu’il pourrait libérer dans le contexte d’une trêve prolongée.

Il semble que ce soit la première fois que le Hamas exprime officiellement son désir de prolonger la trêve après lundi.

À chaque jour supplémentaire de pause dans les combats, le Hamas devra libérer 10 otages supplémentaires.

L’accord approuvé par le cabinet israélien prévoit qu’il pourra être limité à un maximum de 10 jours et que 300 prisonniers seront libérés avant de nécessiter un nouveau vote des ministres.

Un survivant de Nahal Oz submergé d’émotion à la vue de la libération d’Ella et Dafna Elyakim

Amir Tibon, deuxième à partir de la droite, se prenant la tête avec émotion en regardant une photo d'Ella et Dafna Elyakim libérées de Gaza, à Mishmar Haemek,  le 26 novembre 2023. (Crédit : Canaan Lidor/Times of Israel)
Amir Tibon, deuxième à partir de la droite, se prenant la tête avec émotion en regardant une photo d'Ella et Dafna Elyakim libérées de Gaza, à Mishmar Haemek, le 26 novembre 2023. (Crédit : Canaan Lidor/Times of Israel)

Amir Tibon s’est pris la tête d’émotion en regardant la première photo d’Ella et Dafna Elyakim, 8 et 15 ans, après leur libération des geôles du Hamas après 51 jours de captivité ce soir.

Tibon, journaliste et résident du kibboutz de Nahal Oz, s’est entretenu avec un autre journaliste.

« Je me suis inquiété pour eux tous, pour les trois membres de notre kibboutz. Mais je vous le dis : Dafna était celle à laquelle je pensais le plus. Elle était le rayon de soleil du kibboutz. Cela fait 51 jours que j’attends cette photo. »

Les deux jeunes sœurs et Elma Avraham, 84 ans, résidente de Nahal Oz, font partie d’un groupe de 14 Israéliens libérés par le Hamas aujourd’hui en échange de 39 prisonniers palestiniens incarcérés pour atteinte à la sécurité en Israël.

Tibon, qui a survécu au massacre du 7 octobre grâce à son père, un général à la retraite qui a sauvé la famille, est soulagé de voir que les sœurs sont en bonne santé.

« Elles ont la même apparence », a-t-il répété à plusieurs reprises. Mais son front se plisse d’inquiétude à la vue d’Avraham allongée dans une ambulance pendant le transfert.

« Elle est dans un état complètement différent », a-t-il regretté alors qu’il se trouve à Mishmar HaEmek, un kibboutz près d’Afula où la plupart des survivants de Nir Oz séjournent depuis qu’ils ont été évacués.

Un Gazaoui figure parmi les prisonniers palestiniens libérés aujourd’hui

Des policiers et des soldats se tenant devant l'entrée de la prison d'Ofer, à l'extérieur de Jérusalem, où les condamnés pour terrorisme palestinien seront libérés dans le cadre d'un accord entre Israël et le Hamas, le 26 novembre 2023. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)
Des policiers et des soldats se tenant devant l'entrée de la prison d'Ofer, à l'extérieur de Jérusalem, où les condamnés pour terrorisme palestinien seront libérés dans le cadre d'un accord entre Israël et le Hamas, le 26 novembre 2023. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)

La liste des 39 prisonniers palestiniens incarcérés pour atteinte à la sécurité en Israël libérés aujourd’hui dans le cadre de l’accord de trêve entre Israël et le groupe terroriste palestinien du Hamas comprend pour la première fois le nom d’un résident de Gaza, Alaa Fathi Abdulhadi Abu Sunima.

Abu Sunima, qui aura 19 ans dans quelques jours, est un habitant de la ville de Rafah, dans le sud de la bande de Gaza. Il avait été arrêté en juin 2022, pour être entré illégalement en Israël et pour possession d’armes/matériel explosif.

Il avait déjà été détenu en novembre 2021, alors qu’il tentait de traverser la barrière de sécurité qui sépare Gaza d’Israël, et avait été relâché immédiatement après.

On ne sait pas encore si Abu Sunima sera autorisé à passer dans la bande de Gaza depuis Israël par le point de passage de Kerem Shalom, ou depuis l’Égypte par le poste-frontière de Rafah, ou s’il sera envoyé en Cisjordanie jusqu’à la fin des opérations militaires à Gaza.

La liste des prisonniers palestiniens qui seront libérés aujourd’hui comprend également 21 résidents de Jérusalem-Est, ainsi que des Palestiniens de Cisjordanie originaires de Ramallah, Hébron, Tulkarem, Bethléem, Jéricho, Jénine, Naplouse et Qalqilya.

Tsahal : L’otage de 84 ans évacuée par hélicoptère est dans un « état grave »

Elma Avraham a été enlevée dans sa maison du kibboutz Nir Oz par des terroristes du Hamas le 7 octobre 2023. (Autorisation)
Elma Avraham a été enlevée dans sa maison du kibboutz Nir Oz par des terroristes du Hamas le 7 octobre 2023. (Autorisation)

Le porte-parole de l’armée israélienne, le contre-amiral Daniel Hagari, a déclaré que l’otage libérée Elma Avraham, 84 ans, avait été évacuée à l’hôpital Soroka de Beer Sheva dans un état grave.

« Elma, qui nous a été rendue dans un état grave, a été immédiatement transportée par hélicoptère vers l’hôpital. Elle a été évacuée par les troupes de Tsahal alors qu’elle se trouvait encore à l’intérieur de Gaza », a-t-il précisé.

Il a souligné que, pour des « raisons médicales » et pour assurer la sécurité des otages, 13 d’entre eux ont été escortés hors de Gaza par les forces spéciales près de la communauté de Beeri, « en totale coordination avec les autorités de sécurité égyptiennes ».

Hagari a affirmé que la guerre ne prendra pas fin tant que tous les otages n’auront pas été rendus.

« C’est le devoir éthique et moral de chaque soldat de Tsahal et des Corps de l’establishment de la Défense », a-t-il ajouté.

Ofakim : Des centaines de personnes acclament les otages israéliens libérés en route pour Hatzerim

12 otages israéliens libérés des mains du Hamas arrivant à la base de Hatzerim, en Israël, le 26 novembre 2023. (Crédit : Capture d'écran)
12 otages israéliens libérés des mains du Hamas arrivant à la base de Hatzerim, en Israël, le 26 novembre 2023. (Crédit : Capture d'écran)

Dans une première scène du genre depuis le début des libérations d’otages, des centaines d’Israéliens en liesse à Ofakim ont accueilli des camionnettes transportant des Israéliens libérés, alors que le convoi se dirige vers la base aérienne de Hatzerim, près de Beer Sheva.

Des passants enthousiastes ont agité des drapeaux et leurs mains vers ceux qui se trouvaient à l’intérieur des véhicules, et certains des otages libérés ont été vus en train de saluer à leur tour la foule joyeuse.

Le convoi se dirige vers Hatzerim, où ils recevront un premier accueil avant d’être répartis dans les hôpitaux pour y subir un examen général et retrouver leurs familles.

Biden se félicite de la libération d’Avigaïl Idan, 4 ans, qui a « enduré l’impensable »

Le président Joe Biden s'adressant aux journalistes au sujet des otages libérés par le Hamas lors d'une troisième série de libérations dans le cadre d'un accord de cessez-le-feu de quatre jours entre Israël et le Hamas, à Nantucket, dans le Massachusetts, le 26 novembre 2023. (Crédit : Stephanie Scarbrough/AP Photo)
Le président Joe Biden s'adressant aux journalistes au sujet des otages libérés par le Hamas lors d'une troisième série de libérations dans le cadre d'un accord de cessez-le-feu de quatre jours entre Israël et le Hamas, à Nantucket, dans le Massachusetts, le 26 novembre 2023. (Crédit : Stephanie Scarbrough/AP Photo)

Le président américain Joe Biden a déclaré que son épouse, lui-même et « de nombreux Américains priaient » pour qu’Avigaïl Idan, une Israélo-Américaine de 4 ans, aille bien après avoir été libérée des geôles du Hamas plus tôt aujourd’hui, après 51 jours de captivité.

Avigaïl a vu sa mère tuée devant elle dans le kibboutz Beeri lors du massacre perpétré par le Hamas le 7 octobre et s’est alors précipitée vers son père qui l’a protégée avec son corps, les terroristes l’ayant ensuite abattu, a expliqué Biden. Elle a ensuite couru jusqu’à la maison de ses voisins, où elle a été prise en otage, avec les personnes qui s’y trouvaient, et emmenée dans la bande de Gaza.

« Ce qu’elle a enduré est impensable », a noté Biden, en soulignant qu’elle avait fêté son quatrième anniversaire vendredi en captivité et qu’il avait personnellement insisté pour qu’elle soit libérée lors d’un récent appel avec l’émir du Qatar.

Biden a affirmé qu’il continuait d’œuvrer pour la libération des otages restants, parmi lesquels figurent huit citoyens américains et un détenteur d’une Green Card américaine. Deux autres personnes ayant la double nationalité israélo-américaine devraient également être relâchées durant la trêve en cours. Les sept autres sont des adultes de sexe masculin, qui ne sont pas inclus dans l’accord actuel.

Le président américain a dit espérer que la trêve sera prolongée afin que d’autres otages puissent être libérés. Israël a accepté de prolonger la trêve de quatre jours d’une journée supplémentaire pour chaque dizaine d’otages israéliens libérés.

Il a dit faire pression pour une pause depuis des semaines afin de faire sortir les otages de Gaza et de faire entrer plus d’aide humanitaire dans la bande. Environ 200 camions d’aide sont entrés à Gaza au cours des trois derniers jours de la trêve, selon le président.

Biden a noté que « les enfants innocents de Gaza souffrent aussi beaucoup de cette guerre que le Hamas a déclenchée » et qui a entraîné la mort de milliers de civils.

Il a à nouveau insisté sur son projet de faire avancer une solution à deux États après la guerre.

« J’ai l’impression que tous les acteurs de la région […] cherchent un moyen de mettre fin à cette situation afin que les otages soient tous libérés et que le Hamas […] ne contrôle plus aucune partie de la bande de Gaza », a affirmé Biden.

Des images du Hamas remettant des otages israéliens au CICR à l’intérieur de Gaza City

Des véhicules de la Croix-Rouge internationale qui transporteraient des otages libérés par le Hamas à Gaza, roulant vers le point frontalier de Rafah avec l'Égypte, le 26 novembre 2023. (Crédit : Capture d'écran/Belal al-Sabbagh/AFPTV/AFP)
Des véhicules de la Croix-Rouge internationale qui transporteraient des otages libérés par le Hamas à Gaza, roulant vers le point frontalier de Rafah avec l'Égypte, le 26 novembre 2023. (Crédit : Capture d'écran/Belal al-Sabbagh/AFPTV/AFP)

Selon des images diffusées par Al Jazeera, le groupe terroriste palestinien du Hamas a remis certains des otages israéliens à la Croix-Rouge directement dans la ville de Gaza ce soir.

Tsahal a déclaré que la Croix-Rouge leur avait remis 13 otages près de la barrière frontalière dans le nord de la bande de Gaza. L’un d’entre eux a été transporté par hélicoptère vers un hôpital, et les 12 autres ont été emmenés dans un convoi vers la base aérienne de Hatzerim.

Les images d’Al Jazeera pourraient indiquer que les otages étaient détenus dans des quartiers de Gaza City que l’armée israélienne n’avait pas encore atteints lors de son incursion terrestre.

Quatre autres otages, un Russo-Israélien et trois Thaïlandais, ont été emmenés par la Croix-Rouge au point de passage égyptien de Rafah.

Tsahal a affirmé que les quatre se trouvaient maintenant en Israël, après être entrés par le point de passage de Kerem Shalom, et qu’ils seront emmenés par hélicoptère dans des hôpitaux pour retrouver leurs proches.

Le groupe terroriste veut prolonger la trêve de 2 à 4 jours de plus – Source du Hamas

Des personnes tirant des chariots transportant des sacs d'aide humanitaire à distribuer, à Rafah, dans le sud de la bande de Gaza, le 26 novembre 2023 (Crédit : Mohammed Abed/AFP)
Des personnes tirant des chariots transportant des sacs d'aide humanitaire à distribuer, à Rafah, dans le sud de la bande de Gaza, le 26 novembre 2023 (Crédit : Mohammed Abed/AFP)

Une source proche du Hamas a indiqué à l’AFP que le groupe terroriste palestinien avait « informé les médiateurs » qataris et égyptiens que les groupes armés retenant des otages israéliens étaient « d’accord pour prolonger la trêve actuelle de deux à quatre jours ».

Ces groupes terroristes palestiniens « pensent qu’il est possible d’assurer la libération de 20 à 40 prisonniers israéliens » supplémentaires, outre les 50 censés être libérés en échange de 150 prisonniers palestiniens au cours des quatre jours de trêve censés prendre fin lundi soir.

Dans le cadre de l’accord en cours, Israël a accepté de libérer trois prisonniers de sécurité palestiniens incarcérés pour atteinte à la sécurité en Israël pour chaque otage israélien libéré, avec 10 otages supplémentaires libérés chaque jour de trêve supplémentaire, jusqu’à un maximum de 10 jours – au total.

L’équipe du Times of Israel a contribué à cet article.

Les évacués de Kfar Aza se réjouissent en apercevant leurs voisins libérés de Gaza

Les résidents du kibboutz Kfar Aza regardant la diffusion en direct de la libération de leurs voisins, au kibboutz de Shefayim, le 26 novembre 2023. (Crédit : Carrie Keller-Lynn/Times of Israel)
Les résidents du kibboutz Kfar Aza regardant la diffusion en direct de la libération de leurs voisins, au kibboutz de Shefayim, le 26 novembre 2023. (Crédit : Carrie Keller-Lynn/Times of Israel)

Les membres du kibboutz Kfar Aza ont laissé exploser leur joie aux premiers aperçus de leurs voisins et des membres de leur communauté revenant de 51 jours de captivité dans la bande de Gaza aux mains du groupe terroriste palestinien du Hamas.

« La voilà, regarde ! », a crié un homme ravi, en pointant du doigt un écran géant diffusant la Treizième chaîne en direct, montrant le CICR transportant les otages libérés.

Chaque fois qu’un nouveau visage est identifié, la foule applaudit.

Les familles de Kfar Aza disent avoir appris hier soir que plusieurs de leurs voisins devaient être relâchés aujourd’hui, et ont vécu des montagnes russes émotionnelles couronnées par la joie lorsque le retour des 14 otages israéliens a été confirmé. Ils sont depuis peu aux mains des Israéliens.

« Nous n’avons pas dormi de la nuit à cause de l’excitation », a dit Meitar Yacobi, 30 ans, qui a grandi dans le kibboutz, dans une maison située entre celle des familles Brodutch et Goldstein, qui ont toutes deux des membres qui reviennent aujourd’hui des geôles du Hamas après 51 jours de captivité.

Meitar Yacobi, qui a grandi au kibboutz de Kfar Aza, au kibboutz de Shefayim, le 26 novembre 2023. (Crédit : Carrie Keller-Lynn/Times of Israel)

« Non », a-t-répondu, elle ne faisait pas confiance au Hamas pour les libérer comme annoncé.

« Nous étions inquiets, nous avons attendu jusqu’à la dernière minute pour voir si cela se produirait. » Ses espoirs ont été suscités puis périodiquement déçus, notamment à la suite d’un article selon lequel le CICR (Comité international de la Croix-Rouge) n’avait pas une confiance totale dans le transfert d’otages d’aujourd’hui.

Yacobi, qui séjourne actuellement chez ses parents évacués à Tel Aviv, dit qu’elle est venue au kibboutz de Shefayim ce soir en solidarité.

« Je suis venue pour voir et pour ressentir avec tout le monde ce que nous ressentons tous. Les mêmes sentiments. Ici ils nous comprennent », a-t-elle dit.

« Je suis vraiment, vraiment excitée et heureuse, mais c’est un bonheur doublé d’une douleur parce que j’ai des amis qui ne sont pas libérés dans cet accord », a-t-elle ajouté, en disant que son « cœur se brisait » pour eux.

La première image de l’otage russo-israélien Roni Krivoi après sa libération

Un véhicule de la Croix-Rouge internationale transportant l'otage russo-israélien Roni Krivoi libéré par le Hamas roulant vers le poste-frontière de Rafah avec l'Égypte avant un transfert vers Israël, le 26 novembre 2023. (Crédit : Mohammed Abed/AFP)
Un véhicule de la Croix-Rouge internationale transportant l'otage russo-israélien Roni Krivoi libéré par le Hamas roulant vers le poste-frontière de Rafah avec l'Égypte avant un transfert vers Israël, le 26 novembre 2023. (Crédit : Mohammed Abed/AFP)

Les premières images du citoyen russo-israélien Roni Krivoi après sa libération de 51 jours de captivité du Hamas dans la bande de Gaza ont été diffusées.

On peut voir Krivoi à l’arrière d’une jeep de la Croix-Rouge à Gaza, puis sur une photo une fois remis aux autorités israéliennes.

Krivoi a été libéré ce soir dans le cadre d’un accord distinct entre le groupe terroriste palestinien du Hamas et la Russie, à la demande du président Vladimir Poutine.

Ce jeune homme de 25 ans est né en Israël et est le plus jeune membre d’une famille russe. Il travaillait comme technicien du son au Festival Supernova le 7 octobre lorsque des terroristes palestiniens du Hamas ont pris d’assaut la rave, tuant et enlevant des centaines de personnes.

Son frère a déclaré que Roni était très fort mentalement et physiquement, le genre de personne qui pouvait remonter le moral des autres.

3 otages étrangers et 1 Israélien entrent en Égypte via Rafah pour rejoindre Israël

Un véhicule de la Croix-Rouge internationale transportant des otages libérés par le Hamas roulant vers le point frontalier de Rafah avec l'Égypte avant leur transfert vers Israël, le 26 novembre 2023. (Crédit : Mohammed Abed/AFP)
Un véhicule de la Croix-Rouge internationale transportant des otages libérés par le Hamas roulant vers le point frontalier de Rafah avec l'Égypte avant leur transfert vers Israël, le 26 novembre 2023. (Crédit : Mohammed Abed/AFP)

L’armée israélienne a confirmé que quatre otages, un Israélien et trois Thaïlandais, étaient entrés en Égypte par le poste-frontière de Rafah.

De là, ils seront amenés en Israël.

Les 12 autres otages, remis à Tsahal dans le centre de Gaza, sont en route vers la base aérienne de Hatzerim, dans le sud d’Israël.

Une autre otage a été transportée par hélicoptère directement à l’hôpital Soroka.

Le responsable des urgences de Nahal Oz, heureux du retour de 3 membres du kibboutz, mais avec un sentiment de culpabilité

Rotem Katz sortant de la cellule de crise du kibboutz Nahal Oz, à Mishmar HaEmeq, en Israël, le 26 novembre 2023. (Crédit : Canaan Lidor / Times of Israel)
Rotem Katz sortant de la cellule de crise du kibboutz Nahal Oz, à Mishmar HaEmeq, en Israël, le 26 novembre 2023. (Crédit : Canaan Lidor / Times of Israel)

Le retour de captivité de trois membres du kibboutz de Nahal Oz a fait ressortir des troubles émotionnels chez Rotem Katz, dont la tâche au sein du kibboutz est de gérer les urgences.

« Cela me rend heureux, mais cela me secoue aussi au plus profond de moi, cela libère tellement d’émotions », a dit Katz, professeur de mathématiques de 32 ans au lycée, au sujet de la libération d’Elma Avraham, 84 ans, et des sœurs Ella et Dafna, 8 et 15 ans, qui font partie d’un groupe de 14 Israéliens libérés ce dimanche soir. Des terroristes du Hamas ont assassiné leur père, Noam, le 7 octobre dernier.

L’une des émotions est la culpabilité, a expliqué Katz au Times of Israel dimanche soir, entre deux appels téléphoniques.

« Cela n’a aucun sens, mais ce sont des personnes dont j’étais responsable, et pourtant l’une des pires choses imaginables leur est arrivée. C’est bouleversant. »

Des photos montrent des otages passant en Israël à bord de jeeps de la Croix-Rouge

Avigaïl Idan, 4 ans, vue dans une ambulance de la Croix-Rouge avec plusieurs autres otages libérés par le Hamas au troisième jour du cessez-le-feu de 4 jours avec Israël, le 26 novembre 2023. (Crédit : Capture d'écran)
Avigaïl Idan, 4 ans, vue dans une ambulance de la Croix-Rouge avec plusieurs autres otages libérés par le Hamas au troisième jour du cessez-le-feu de 4 jours avec Israël, le 26 novembre 2023. (Crédit : Capture d'écran)

Les premières photos d’otages israéliens traversant en Israël à bord de jeeps de la Croix-Rouge ont été diffusées.

Sur les photos, on peut voir Avigaïl Idan, 4 ans, dont les parents ont tous deux été assassinés le 7 octobre, à l’arrière d’une jeep, ainsi que Dafna Elyakim, 15 ans, qui arrive avec sa sœur.

Dafna Elyakim, 15 ans, vue dans une ambulance de la Croix-Rouge avec plusieurs autres otages libérés par le Hamas au troisième jour du cessez-le-feu de 4 jours avec Israël, le 26 novembre 2023. (Crédit : Capture d’écran)

Quatorze Israéliens et trois ressortissants thaïlandais ont été libérés ce soir dans le troisième groupe d’otages libérés de captivité dans la bande de Gaza dans le cadre de l’accord de trêve.

Les évacués de Kfar Aza célèbrent le retour de leurs proches et exigent que tous soient relâchés

Les résidents du kibboutz de Kfar Aza regardant la diffusion en direct de la libération de leurs voisins, au kibboutz de Shefayim, le 26 novembre 2023. (Crédit : Carrie Keller-Lynn/Times of Israel)
Les résidents du kibboutz de Kfar Aza regardant la diffusion en direct de la libération de leurs voisins, au kibboutz de Shefayim, le 26 novembre 2023. (Crédit : Carrie Keller-Lynn/Times of Israel)

Ce dimanche soir, des centaines de personnes étaient rassemblées dans une salle d’événements au kibboutz de Shefayim, attendant avec impatience les nouvelles de la dernière libération d’otages.

La plupart sont des évacués du kibboutz de Kfar Aza, où vivent la majorité des 14 otages israéliens qui viennent d’être libérés des geôles du Hamas après 51 jours de captivité à Gaza.

Shachar Tzuk-Bazak, 32 ans, qui a personnellement survécu au massacre du 7 octobre parce qu’elle était partie en vacances en famille, mais qui a perdu deux membres de sa famille aux mains du Hamas, se dit « folle de joie » que plusieurs résidents de Kfar Aza aient été libérés ce soir, mais tient le gouvernement et l’armée israéliens pour responsables à la fois de l’échec qui a conduit à leur capture et de l’échec du retour des quelque 200 otages qui se trouvent encore à Gaza.

« Je suis folle de joie, mais pour chaque personne libérée, il y en a une autre en captivité », a-t-elle déploré, ajoutant que 19 personnes avaient été enlevées à Kfar Aza.

Shachar Tzuk-Bazak, du kibboutz de Kfar Aza, au kibboutz de Shefayim, le 26 novembre 2023. (Crédit :Carrie Keller-Lynn/Times of Israel)

« La moitié d’entre elles sont libérées aujourd’hui et l’autre moitié est toujours dans le froid, dans l’obscurité. » Tzur-Barak attend du gouvernement qu’il fasse tout ce qui est en son pouvoir pour rapatrier les otages restants. « Je tiens mon gouvernement, mes chefs militaires responsables de leur sécurité », a-t-elle souligné.

Le gouvernement israélien affirme que la pression militaire a créé les conditions de la trêve actuelle pour l’échange d’otages et de prisonniers, qui en est à son troisième jour. Tzur-Barak attribue l’accord aux efforts diplomatiques internationaux.

« Oui, j’ai le sentiment que ces enfants qui sont libérés aujourd’hui ont été laissés dans l’attente d’une aide qui n’est pas venue » de la part des dirigeants israéliens, a-t-elle affirmé. « La gravité des dirigeants du monde entier a permis de négocier cet accord. Mon gouvernement n’était pas suffisant, mon armée n’était pas suffisante pour me protéger et c’est difficile. »

Les otages libérés Avigaïl Idan et Uriah Brodutch, tous deux âgés de 4 ans, sont également originaires de Kfar Aza. Tzuk-Barak veut remercier les diplomates « d’avoir aidé à faire revenir les amis de mon neveu à l’école maternelle ».

Une habitude de Nahal Oz ressent « un bonheur empli de tension » alors que le 3e groupe d’otages arrive

Des Israéliens attendant l'arrivée de 13 otages israéliens libérés par le Hamas au troisième jour du cessez-le-feu de quatre jours, le 26 novembre 2023. (Crédit : Capture d'écran)
Des Israéliens attendant l'arrivée de 13 otages israéliens libérés par le Hamas au troisième jour du cessez-le-feu de quatre jours, le 26 novembre 2023. (Crédit : Capture d'écran)

Yaël Raz-Lahiani a ressenti un « bonheur empli de tension » à l’annonce du retour en Israël de trois membres de son kibboutz de Nahal Oz parmi le groupe de 14 Israéliens libérés des geôles du Hamas ce dimanche après 51 jours de captivité à Gaza.

« Nous poussons trois soupirs de soulagement. Mais nous ne serons pas soulagés tant que les sept membres du kibboutz qui ont été enlevés ne seront pas revenus », a souligné Raz-Lahiani, mère de trois enfants, lors d’une conférence de presse au kibboutz de Mishmar HaEmek, près d’Afula.

Ici vivent la plupart des membres survivants de Nahal Oz, un petit kibboutz d’environ 400 personnes où 14 personnes ont été assassinées par des terroristes palestiniens du Hamas le 7 octobre.

Gallant : Tsahal a tué plus de 100 terroristes du Hezbollah depuis le 7 octobre

Le ministre de la Défense Yoav Gallant s'adressant aux troupes de l'unité commando Shayetet 13, le 23 novembre 2023. (Crédit : Ariel Hermoni/Ministère de la Défense)
Le ministre de la Défense Yoav Gallant s'adressant aux troupes de l'unité commando Shayetet 13, le 23 novembre 2023. (Crédit : Ariel Hermoni/Ministère de la Défense)

Le ministre de la Défense Yoav Gallant a affirmé que l’armée israélienne avait tué plus de 100 terroristes du Hezbollah et détruit des dizaines de ses postes d’observation, dépôts d’armes et autres sites au milieu des combats dans le nord d’Israël.

« La combinaison de toutes ces réalisations tactiques se traduira par une situation différente, qui permettra plus tard le retour des résidents [du nord d’Israël] dans des conditions complètement différentes que lorsque nous avons commencé cette campagne », a déclaré Gallant à la suite d’une évaluation dans le nord d’Israël.

Sullivan : Biden appellera Netanyahu aujourd’hui pour discuter de l’accord

Le président américain Joe Biden et le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu, à Tel Aviv, le 18 octobre 2023. (Crédit : Haïm Zach/GPO)
Le président américain Joe Biden et le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu, à Tel Aviv, le 18 octobre 2023. (Crédit : Haïm Zach/GPO)

Le président américain Joe Biden appellera le Premier ministre Benjamin Netanyahu plus tard dans la journée pour discuter de la trêve en cours et de l’accord sur les otages, a déclaré le conseiller à la sécurité nationale américain, Jake Sullivan, à l’émission « Meet the Press » de NBC.

Il s’agira du 15e appel de Biden avec Netanyahu depuis le début de la guerre.

Sullivan a souligné que Biden s’était personnellement engagé dans les négociations sur les otages, appelant à nouveau l’émir du Qatar hier, suite au retard pris par le groupe terroriste palestinien du Hamas dans la libération du deuxième groupe d’otages samedi.

Une otage âgée libérée évacuée directement à l’hôpital par hélicoptère

Des Israéliens attendant l'arrivée de 13 otages israéliens libérés par le Hamas au troisième jour du cessez-le-feu de quatre jours, le 26 novembre 2023. (Crédit : Capture d'écran)
Des Israéliens attendant l'arrivée de 13 otages israéliens libérés par le Hamas au troisième jour du cessez-le-feu de quatre jours, le 26 novembre 2023. (Crédit : Capture d'écran)

L’une des otages israéliennes âgées libérées ce soir de Gaza a été évacuée directement par hélicoptère à l’hôpital Soroka de Beer Sheva, a indiqué le centre hospitalier.

« Il s’agit d’une période sensible pour les familles et les otages secourus qui sont rentrés en Israël, et nous souhaitons préserver leur intimité et leur dignité », a noté le ministère de la Santé.

Divers médias israéliens ont affirmé que l’ancienne otage avait besoin de soins médicaux immédiats. Elma Avraham, 84 ans est l’otage la plus âgée libérée ce soir.

Voici les 14 otages israéliens relâchés de Gaza aujourd’hui

Les otages israéliens libérés le 26 novembre 2023 : En haut de gauche à droite : Hagar Brodetz et ses enfants Ofri, Yuval et Oriya, et Roni Krivoi ; au milieu : Chen Almog Goldstein et ses enfants Agam, Gal et Tal Almog ; en bas : Avigaïl Idan, Alma Avraham, Aviva Siegal, et les frères et sœurs Ela et Dafna Elyakim. (Crédit : Autorisation ; montage d'images : Times of Israel)
Les otages israéliens libérés le 26 novembre 2023 : En haut de gauche à droite : Hagar Brodetz et ses enfants Ofri, Yuval et Oriya, et Roni Krivoi ; au milieu : Chen Almog Goldstein et ses enfants Agam, Gal et Tal Almog ; en bas : Avigaïl Idan, Alma Avraham, Aviva Siegal, et les frères et sœurs Ela et Dafna Elyakim. (Crédit : Autorisation ; montage d'images : Times of Israel)

Avigaïl Idan, 4 ans, dont les parents ont été assassinés le 7 octobre et qui a deux frères et sœurs survivants, avait été kidnappée avec ses voisins de Kfar Aza.

Hagar Brodetz, 40 ans, et ses enfants Ofri, 10 ans, Yuval, 9 ans, et Oriya, 4 ans, avaient été capturés à Kfar Aza, alors que leur mari/père Avihaï combattait les terroristes.

Chen Almog Goldstein, 48 ans, et Agam, 17 ans, Gal, 11 ans et Tal, 9 ans, avaient été enlevés à Kfar Aza. Leur père/mari Nadav et leur fille Yam ont été tués lors de l’assaut.

Elma Avraham, 84 ans, avait été prise en otage à Nahal Oz.

Aviva Siegel, 64 ans, originaire d’Afrique du Sud, avait été prise en otage à Kfar Aza avec son époux, le citoyen américain Keith Siegel, qui se trouverait toujours à Gaza.

Ella et Dafna Elyakim, 8 et 15 ans, ont été capturées à Nahal Oz après l’assassinat de leur père, Noam, de sa petite amie, Dikla, et de son fils, Tomer. Leur mère, Maayan Zin, s’est battue publiquement pour qu’ils reviennent.

Roni Krivoi, 25 ans, qui possède la double nationalité russe et israélienne, travaillait comme technicien du son sur la rave Supernova lorsqu’il a été enlevé. Le Hamas avait déclaré libérer un binational israélo-russe en plus des 13 otages attendus, en guise de geste envers Vladimir Poutine.

Tsahal confirme que 14 Israéliens, 3 ressortissants thaïlandais ont été remis à Israël

Les otages israéliens libérés le 26 novembre 2023 : En haut de gauche à droite : Hagar Brodetz et ses enfants Ofri, Yuval et Oriya, et Roni Krivoi ; au milieu : Chen Almog Goldstein et ses enfants Agam, Gal et Tal Almog ; en bas : Avigaïl Idan, Alma Avraham, Aviva Siegal, et les frères et sœurs Ela et Dafna Elyakim. (Crédit : Autorisation ; montage d'images : Times of Israel)
Les otages israéliens libérés le 26 novembre 2023 : En haut de gauche à droite : Hagar Brodetz et ses enfants Ofri, Yuval et Oriya, et Roni Krivoi ; au milieu : Chen Almog Goldstein et ses enfants Agam, Gal et Tal Almog ; en bas : Avigaïl Idan, Alma Avraham, Aviva Siegal, et les frères et sœurs Ela et Dafna Elyakim. (Crédit : Autorisation ; montage d'images : Times of Israel)

L’armée israélienne a déclaré que la Croix-Rouge avait remis 12 des otages aux forces spéciales et aux membres de l’agence de sécurité intérieure du Shin Bet à la barrière frontalière dans la partie centrale de la bande de Gaza.

Ils seront emmenés à la base aérienne de Hatzerim pour un premier examen médical et pour passer des appels à leurs familles. Ensuite, ils seront conduits dans des hôpitaux pour retrouver leurs proches.

Un otage a été emmené directement par hélicoptère dans un hôpital, a précisé Tsahal.

Quatre otages ont été emmenés au poste-frontière égyptien de Rafah, d’où ils seront conduits en Israël.

Tsahal tient constamment les familles des otages informées.

Jake Sullivan espère que la trêve sera prolongée afin de libérer davantage d’otages

Des soldats israéliens se rassemblant près de la frontière avec la bande de Gaza dans le sud d'Israël, le 26 novembre 2023. (Crédit : Menahem Kahana/AFP)
Des soldats israéliens se rassemblant près de la frontière avec la bande de Gaza dans le sud d'Israël, le 26 novembre 2023. (Crédit : Menahem Kahana/AFP)

Le conseiller à la sécurité nationale américain, Jake Sullivan, a déclaré que les États-Unis s’efforçaient de faire prolonger la trêve de quatre jours en cours de quelques jours supplémentaires afin que plus de 50 otages soient libérés, mais que le groupe terroriste palestinien du Hamas décidera in fine.

« Il se pourrait que la pause soit prolongée d’un, deux, ou trois jours voire même plus », a déclaré Sullivan à l’émission « This Week » de la chaîne ABC. « La balle est dans le camp du Hamas à ce sujet, car ce qu’Israël a dit, c’est qu’il est prêt à faire une pause d’un jour supplémentaire dans les combats pour chaque dizaine d’otages que le Hamas relâchera. »

« Si la pause s’arrête, la responsabilité en incombe au Hamas, pas à Israël », a affirmé le principal collaborateur de Biden.

Sullivan a reconnu que la trêve de quatre jours donnait au Hamas la possibilité de « se rééquiper » et également de « générer de la propagande » sur les réseaux sociaux.

Cependant, le Premier ministre Benjamin Netanyahu a finalement choisi d’accepter les risques qui accompagnent cet accord « en raison des contreparties, à savoir ces images incroyables de familles réunies – l’humanité, le sentiment d’accomplissement et la possibilité et la promesse que plus et in fine, tous les otages reviendront à la maison », a affirmé Sullivan lors de l’émission « Meet the Press » de la chaîne NBC.

Herzi Halevi tient une réunion pour préparer la reprise des combats après la trêve

Le chef d'état-major de l’armée israélienne, le lieutenant-général Herzi Halevi (au centre), tenant une évaluation avec le chef du Commandement du Sud, le général de division Yaron Finkelman (à gauche), et le chef du Directorat des Opérations de Tsahal, le général de division Oded Basiuk, au Commandement du Sud, à Beer Sheva, le 26 novembre 2023. (Crédit : Armée israélienne)
Le chef d'état-major de l’armée israélienne, le lieutenant-général Herzi Halevi (au centre), tenant une évaluation avec le chef du Commandement du Sud, le général de division Yaron Finkelman (à gauche), et le chef du Directorat des Opérations de Tsahal, le général de division Oded Basiuk, au Commandement du Sud, à Beer Sheva, le 26 novembre 2023. (Crédit : Armée israélienne)

Le chef d’état-major de l’armée israélienne, le lieutenant-général Herzi Halevi, a tenu une évaluation au Centre de commandement du sud à Beer Sheva aujourd’hui pour approuver les plans de bataille post-trêve, a indiqué l’armée.

Tsahal a précisé que l’évaluation avait été réalisée avec le commandant du Commandement du Sud, le général de division Yaron Finkelman.

Le groupe terroriste palestinien relâche quotidiennement des groupes d’otages en échange de prisonniers palestiniens incarcérés pour atteinte à la sécurité en Israël et d’un cessez-le-feu, dans le cadre de la trêve temporaire de quatre jours dans la guerre que mène Israël contre le Hamas.

Jake Sullivan confirme que le CICR rendra bientôt visite aux otages retenus à Gaza

Des véhicules de la Croix-Rouge internationale transportant vraisemblablement des otages israéliens relâchés par le groupe terroriste palestinien du Hamas dans le cadre d'un accord incluant la libération de prisonniers palestiniens, traversant le poste-frontière de Rafah, dans la bande de Gaza en direction de l'Égypte, le 24 novembre 2023. (Crédit : Mohammed Abed/AFP)
Des véhicules de la Croix-Rouge internationale transportant vraisemblablement des otages israéliens relâchés par le groupe terroriste palestinien du Hamas dans le cadre d'un accord incluant la libération de prisonniers palestiniens, traversant le poste-frontière de Rafah, dans la bande de Gaza en direction de l'Égypte, le 24 novembre 2023. (Crédit : Mohammed Abed/AFP)

Le conseiller à la sécurité nationale des États-Unis, Jake Sullivan, a semblé confirmer l’affirmation du Premier ministre Benjamin Netanyahu selon laquelle le Comite International de la Croix-Rouge (CICR) rendra visite aux otages toujours retenus par le groupe terroriste palestinien du Hamas à Gaza.

Interrogé dans l’émission « Meet the Press » de la chaîne NBC pour savoir si la Croix-Rouge avait pu voir les otages et pour connaître l’état des 10 otages de nationalité américaine ou qui ont une Green Card américaine, Sullivan a répondu qu’il ne connaissait pas l’état de santé actuel de tous les otages.

Cependant, « dans le cadre de l’accord (…) d’ici la fin du quatrième jour, c’est-à-dire d’ici la fin de la journée de demain, nous espérons avoir ces informations », a-t-il annoncé.

« Il est prévu dans l’accord que la Croix-Rouge s’en charge et nous nous attendons à ce qu’elle le fasse », a souligné Sullivan, indiquant que des employés du CICR rendront visite aux otages et relaieront leurs conditions de détention.

Le CICR a refusé à maintes reprises de confirmer avoir été informée de cette clause de l’accord de trêve actuel, mais il a insisté sur le fait qu’il rendra visite aux otages si les deux parties en conviennent. Le Hamas n’a pas encore publiquement confirmé avoir accepté de telles visites.

Netanyahu à Gaza aux troupes : « Nous continuerons jusqu’à la victoire. Rien ne nous arrêtera »

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu, au centre, s'entretenant avec des soldats dans le nord de la bande de Gaza, le 26 novembre 2023. (Crédit : Avi Ohayon/GPO)
Le Premier ministre Benjamin Netanyahu, au centre, s'entretenant avec des soldats dans le nord de la bande de Gaza, le 26 novembre 2023. (Crédit : Avi Ohayon/GPO)

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu a rendu visite, pour la première fois depuis le début de la guerre contre le groupe terroriste palestinien du Hamas, aux troupes dans le nord de la bande de Gaza aujourd’hui, pendant la trêve en cours.

« Nous faisons tous les efforts possibles pour ramener nos otages, et nous les ramènerons tous », a déclaré Netanyahu, d’après une vidéo diffusée par son bureau.

« Nous avons trois objectifs pour cette guerre : éliminer le Hamas, ramener tous nos otages et faire en sorte que Gaza ne redevienne pas une menace pour l’État d’Israël », a-t-il déclaré.

« Nous continuerons jusqu’au bout, jusqu’à la victoire. Rien ne nous arrêtera, et nous sommes convaincus que nous avons le pouvoir, la force, la volonté et la détermination d’atteindre tous les objectifs de la guerre, et nous le ferons. »

Selon le bureau du Premier ministre, Netanyahu a visité l’un des tunnels du Hamas mis au jour par les troupes israéliennes.

Il était accompagné de son chef de cabinet Tzahi Braverman, du conseiller à la sécurité nationale Tzahi Hanegbi, de son secrétaire militaire le général de division Avi Gil, et du chef d’état-major adjoint de Tsahal, le général de division Amir Baram.

L’ambassadrice de Thaïlande visite les 14 ex-otages thaïlandais à l’hôpital Assaf Harofeh

L'ambassadrice de Thaïlande en Israël rendant visite aux otages thaïlandais récemment libérés, à l’hôpital Assaf Harofeh, le 26 novembre 2023. (Autorisation)
L'ambassadrice de Thaïlande en Israël rendant visite aux otages thaïlandais récemment libérés, à l’hôpital Assaf Harofeh, le 26 novembre 2023. (Autorisation)

L’ambassadrice de Thaïlande en Israël, Pannabha Chandrara, s’est rendue à l’hôpital Assaf Harofeh, où sont examinés 14 ressortissants thaïlandais récemment libérés des geôles du Hamas après près de 50 jours de captivité.

Les otages, 13 hommes et une femme, ont été libérés vendredi soir et la nuit dernière dans le cadre d’un accord conclu directement entre la Thaïlande et l’Iran, et non dans le cadre de la trêve en cours et de l’accord sur les otages accepté par Israël.

Dr. Osnat Levtzion-Korach, directrice de l’hôpital, a expliqué que « du fait que les rapatriés de Thaïlande n’ont pas de famille en Israël, nous les traitons et les soignons ici d’une manière particulière et nous répondons à tous leurs besoins médicaux et personnels ».

L’armée affirme que 14 otages israéliens et 3 étrangers ont été remis à la Croix-Rouge

Le point de passage de Rafah entre la bande de Gaza et l'Égypte avant la libération prévue des otages israéliens, le 26 novembre 2023. (Capture d'écran)
Le point de passage de Rafah entre la bande de Gaza et l'Égypte avant la libération prévue des otages israéliens, le 26 novembre 2023. (Capture d'écran)

L’armée israélienne a affirmé que, selon les informations fournies aux militaires par la Croix-Rouge, 17 otages leur avaient été remis par le Hamas.

L’armée israélienne a affirmé que parmi les otages figurent 14 citoyens israéliens et trois ressortissants étrangers.

Hannah Peri, 79 ans, rentre de l’hôpital après avoir été libérée de Gaza

Hannah Peri, au centre, quitte le centre médical Wolfson, le 26 novembre 2023, après avoir été libérée de captivité à Gaza deux jours plus tôt. (Autorisation)
Hannah Peri, au centre, quitte le centre médical Wolfson, le 26 novembre 2023, après avoir été libérée de captivité à Gaza deux jours plus tôt. (Autorisation)

Le centre médical Wolfson a indiqué qu’Hannah Peri, 79 ans, qui a été libérée de Gaza vendredi soir, rentrait chez elle.

Peri a été kidnappée au kibboutz Nirim le 7 octobre. Son fils, Nadav Popplewell, est toujours détenu à Gaza.

Le Dr. Anat Engel, directrice de l’hôpital, a déclaré que « ce sont des moments de bonheur et d’excitation mêlés de douleur et d’espoir pour le retour de tous les otages ».

Engel a dit que le personnel de l’hôpital avait traité Peri « avec professionnalisme et sensibilité et nous n’avons aucun doute sur le fait qu’Hannah représente la résilience du peuple israélien ».

Ministre de la Santé : une ex-otage a dit au Hamas de libérer une autre plus âgée à sa place

Les otages libérés par le Hamas dans une ambulance en route vers Israël, le 24 novembre 2023. (Crédit : Capture d'écran de la Douzième chaîne)
Les otages libérés par le Hamas dans une ambulance en route vers Israël, le 24 novembre 2023. (Crédit : Capture d'écran de la Douzième chaîne)

Le ministre de la Santé, Uriel Busso, a déclaré avoir rendu visite à une otage libérée, âgée de 70 ans, qui lui a dit qu’elle avait confronté les terroristes du Hamas pour que d’autres soient libérés avant elle.

Dans une interview accordée à la Douzième chaîne, Busso a raconté avoir rendu visite à une femme libérée ce week-end et qui est toujours à l’hôpital. Elle lui a dit que, lorsqu’ils lui ont annoncé qu’elle allait sortir, « elle a dit : ‘Attendez, mais il y a un problème. Il y a une femme plus âgée que moi et qui est en moins bonne santé – ne pensez-vous pas qu’elle devrait partir en premier ?’ »

Busso a dit que cela montrait la force incroyable qu’elle avait conservée en captivité ainsi que l’attention qu’elle porte à ses compatriotes israéliens.

Doron et ses filles Raz, 4 ans, et Aviv, 2 ans, rentrent chez eux après leur libération

Doron Asher et ses deux filles Raz, 5 ans et Aviv, 2 ans, retrouvent leur mari et père, Yoni, le 25 novembre 2023. (Crédit : Hôpital pour enfants Schneider)
Doron Asher et ses deux filles Raz, 5 ans et Aviv, 2 ans, retrouvent leur mari et père, Yoni, le 25 novembre 2023. (Crédit : Hôpital pour enfants Schneider)

L’hôpital pour enfants Schneider a indiqué que Doron Katz Asher et ses filles Raz, 4 ans, et Aviv, 2 ans, rentraient chez elles après avoir été libérées de Gaza vendredi soir après 49 jours de captivité.

L’hôpital a affirmé que son personnel était très « enthousiasmé par cette occasion » et que, « depuis leur arrivée, l’équipe médicale et psychosociale de Schneider leur a apporté une prise en charge thérapeutique et émotionnelle en vue de leur retour à domicile ».

L’Egypte a reçu des listes de « 13 otages israéliens » et de « 39 prisonniers palestiniens »

L’Egypte a reçu des listes de 13 otages israéliens qui devraient être échangés dimanche contre 39 prisonniers palestiniens incarcérés pour atteinte à la sécurité en Israël, a affirmé, Diaa Rashwan, chef des services de communication de l’Etat, dans un communiqué.

Les otages et les prisonniers devraient faire l’objet « d’un échange aujourd’hui (dimanche) entre les deux parties », précise le même communiqué.

Une nouvelle libération d’otages du Hamas et de détenus palestiniens est prévu dimanche, au troisième jour de la trêve entre Israël et le groupe terroriste islamiste au pouvoir à Gaza, après deux premières séries de libérations.

Un Erythréen obtient la résidence permanente en Israël après avoir sauvé un officier le 7 octobre

Le ministre de l'Intérieur Moshe Arbel (au centre) serre la main de l'Erythréen Mulugeta Tsagi, qui a sauvé la vie d'un officier de Tsahal (deuxième à partir de la gauche), le 26 novembre 2023. (Crédit : Ministère de l'Intérieur)
Le ministre de l'Intérieur Moshe Arbel (au centre) serre la main de l'Erythréen Mulugeta Tsagi, qui a sauvé la vie d'un officier de Tsahal (deuxième à partir de la gauche), le 26 novembre 2023. (Crédit : Ministère de l'Intérieur)

Une citoyen érythréen s’est vu accorder un titre de séjour permanent en Israël, ce que le ministre de l’intérieur Moshe Arbel appelle un « remerciement » pour avoir sauvé la vie d’un officier de Tsahal le 7 octobre.

Mulugeta Tsagi a prodigué les premiers soins à un lieutenant-colonel de Tsahal blessé à l’abdomen par des terroristes du Hamas à Sderot. Tsagi est restée aux côtés de l’officier pendant des heures, avant de l’aider à le transporter à l’hôpital.

L’officier, identifié par son initiale en hébreu Yud, a par la suite demandé à Arbel d’accorder à Tsagi une autorisation de résidence permanente en Israël.

Le Hamas confirme la libération d’un otage russo-israélien dimanche soir

Une ambulance de la Croix-Rouge internationale transportant vraisemblablement des otages israéliens - des femmes âgées et au moins un enfant - détenus dans la bande de Gaza le 24 novembre 2023. (Crédit : Capture d'écran via Al Arabiya ; utilisée conformément à la clause 27a de la loi sur le droit d'auteur)
Une ambulance de la Croix-Rouge internationale transportant vraisemblablement des otages israéliens - des femmes âgées et au moins un enfant - détenus dans la bande de Gaza le 24 novembre 2023. (Crédit : Capture d'écran via Al Arabiya ; utilisée conformément à la clause 27a de la loi sur le droit d'auteur)

Dans un communiqué, le groupe terroriste Hamas déclare avoir libéré un otage de nationalité russe.

Il précise que cette mesure intervient « en réponse aux efforts du président russe Vladimir Poutine et en remerciement de la position russe en faveur de la cause palestinienne ».

Plus tôt dans la journée, le Times of Israel a rapporté qu’Israël s’attendait à la libération d’au moins un citoyen ayant la double nationalité israélienne et russe, en plus des 13 otages israéliens convenus.

Selon les médias syriens, Israël frappe, entre autres cibles, l’aéroport de Damas

Une incendie vraisemblablement causé par des frappes aériennes israéliennes à l'extérieur de Damas, en Syrie, le 17 novembre 2023. (Crédit : Capture d'écran de la vidéo X ; utilisée conformément à l'article 27a de la loi sur le droit d'auteur)
Une incendie vraisemblablement causé par des frappes aériennes israéliennes à l'extérieur de Damas, en Syrie, le 17 novembre 2023. (Crédit : Capture d'écran de la vidéo X ; utilisée conformément à l'article 27a de la loi sur le droit d'auteur)

Les médias syriens font état de frappes aériennes israéliennes contre l’aéroport international de Damas et d’autres cibles près de la capitale.

La radio pro-gouvernementale Sham FM affirme que la piste de l’aéroport a été touchée, entre autres cibles.

Il n’y a pas d’informations immédiates sur les victimes des frappes.

L’aéroport de Damas aurait été frappé par Israël à plusieurs reprises au cours de l’année écoulée, alors qu’Israël semble redoubler d’efforts pour empêcher l’envoi d’armes de pointe de l’Iran à ses différents mandataires au Moyen-Orient, dont le groupe terroriste chiite libanais du Hezbollah au Liban.

Hila Rotem raconte avoir été séparée de sa mère deux jours avant sa libération

La mère et la fille Raya et Hila Rotem, enlevées par des terroristes du Hamas dans leur maison au kibboutz Beeri  le 7 octobre 2023. (Autorisation)
La mère et la fille Raya et Hila Rotem, enlevées par des terroristes du Hamas dans leur maison au kibboutz Beeri le 7 octobre 2023. (Autorisation)

Hila Rotem Shoshani, une adolescente de 13 ans qui a été libérée de la captivité à Gaza hier soir sans sa mère, Raya, affirme qu’elles ont été retenues en otage ensemble jusqu’à il y a deux jours.

Dans une déclaration de Hila transmise aux médias israéliens, qui n’a pas pu être confirmée de manière indépendante, elle affirme que « Maman était avec moi pendant toute la durée de la captivité. Le Hamas nous a séparées deux jours avant la libération. Maman était en bonne santé, nous étions ensemble avec Emily [Hand]. Le Hamas nous a dit qu’il y avait un cessez-le-feu et qu’il nous laissait partir ».

Emily Hand, 9 ans, citoyenne irlando-israélienne, était à une soirée pyjama avec Hila lorsqu’elles ont toutes deux été enlevées avec Raya le 7 octobre.

Les informations qui ont circulé hier suggèrent que le Hamas a déclaré qu’il ne pouvait pas localiser Raya, ce qui explique pourquoi il ne l’a pas libérée avec Hila, bien qu’il ait promis de ne pas séparer les mères et les enfants.

Israël affirme que le Hamas bloque l’entrée de l’aide humanitaire dans le nord de Gaza

Israël affirme que le groupe terroriste palestinien du Hamas bloque l’entrée de l’aide dans le nord de la bande de Gaza, en publiant une image de ce qu’il dit être un poste de contrôle mis en place par le groupe terroriste.

« Voici ce qui s’est passé il y a environ une heure sur la route menant au nord de la bande de Gaza », écrit le Coordinateur des activités gouvernementales dans les Territoires palestiniens (COGAT) dans un message publié sur X.

« Un poste de contrôle du Hamas a bloqué les camions qui livraient de l’aide humanitaire aux habitants du nord de la bande de Gaza », précise le COGAT.

« Les habitants de Gaza sont le cadet des soucis du Hamas », affirme le COGAT.

Plus tôt, le COGAT a annoncé que 200 camions d’aide étaient entrés dans la bande de Gaza, dont certains étaient destinés à la partie nord de l’enclave.

L’aide – qui comprend de la nourriture, de l’eau et des fournitures médicales – entre dans la bande de Gaza dans le cadre de la trêve temporaire entre Israël et le groupe terroriste palestinien, avec la médiation de l’Égypte et du Qatar.

Dans le cadre de cet accord, une cinquantaine d’enfants et de femmes retenus en otage à Gaza sont libérés sur une période de quatre jours, à raison de trois prisonniers palestiniens incarcérés pour atteinte à la sécurité en Israël pour chaque Israélien relâché.

La nuit dernière, la libération du deuxième groupe d’otages a été retardée, l’aile militaire du Hamas ayant déclaré qu’elle retardait la libération jusqu’à ce qu’Israël « adhère aux termes de l’accord concernant l’entrée des camions d’aide dans le nord de la bande de Gaza et en raison du non-respect des normes convenues pour la libération des prisonniers ».

Cependant, Israël avait autorisé l’entrée de 200 camions dans la bande de Gaza plus tôt dans la journée, comme l’exigeait l’accord, et le COGAT avait annoncé plus tôt qu’au moins 50 de ces camions avaient atteint le nord de la bande de Gaza, une affirmation confirmée par le Croissant-Rouge palestinien.

Un pétrolier lié à Israël arraisonné dans le Golfe d’Aden – responsable militaire US

Un pétrolier lié à Israël a été arraisonné dimanche par des hommes armés « non identifiés » dans le Golfe d’Aden, a indiqué un responsable militaire américain, confirmant une information d’une firme de sécurité maritime.

« Il semblerait qu’un nombre indéterminé d’individus armés non identifiés se soient emparés du navire Central Park dans le Golfe d’Aden le 26 novembre », a déclaré ce responsable à l’AFP, ajoutant que « les forces américaines et de la coalition se trouvent dans les environs et suivent de près la situation ».

Sullivan : Des « raisons de croire » qu’un ressortissant américain sera libéré dimanche soir

Le conseiller à la Sécurité nationale, Jake Sullivan, s'exprimant lors de la séance d'information quotidienne à la Maison Blanche, à Washington, le 12 décembre 2022. (Crédit : Susan Walsh/AP)
Le conseiller à la Sécurité nationale, Jake Sullivan, s'exprimant lors de la séance d'information quotidienne à la Maison Blanche, à Washington, le 12 décembre 2022. (Crédit : Susan Walsh/AP)

Le conseiller américain à la sécurité nationale, Jake Sullivan, a déclaré qu’il y avait « des raisons de croire » qu’un ressortissant américain serait libéré de Gaza aujourd’hui.

« Nous avons des raisons de croire que l’une des Américaines sera libérée aujourd’hui, mais tant qu’elle ne sera pas sortie saine et sauve de Gaza, qu’elle n’aura pas été remise aux autorités et, en toute fin de course, à sa famille, le doute sera permis », a déclaré Sullivan à NBC.

Lorsqu’on lui a demandé des précisions, pour savoir s’il faisait allusion à Avigaïl Idan, 4 ans, Sullivan a répondu de manière très générale sur les étapes du calendrier.

« Nous avons bon espoir qu’Avigaïl soit libérée. Il est grand temps que cette petite fille, qui vient de fêter son quatrième anniversaire, retrouve ses proches. Même si elle a tragiquement perdu ses parents dans cette brutale et effroyable attaque terroriste du 7 octobre ».

« Je ne peux rien confirmer pour le moment », a-t-il ajouté.

Dans le cadre d’un accord comprenant une trêve des combats, le groupe terroriste du Hamas doit libérer une cinquantaine d’enfants et de femmes israéliens retenus en otage à Gaza.

Trois ressortissants américains pourraient en faire partie – deux femmes et la petite Avigaïl.

L’accord prévoit également l’acheminement d’aide humanitaire à Gaza ainsi que la libération de trois prisonniers palestiniens incarcérés pour atteinte à la sécurité en Israël pour chaque Israélien libéré.

Avigail Idan, 4 ans, a été enlevée par des terroristes du Hamas le 7 octobre 2023 au kibboutz Kfar Aza. Ses deux parents ont été assassinés sous ses yeux avant le kidnapping. (Autorisation)

Au moins un binational russo-israélien pourrait être libéré en plus des 13 otages déjà attendus

Des Israéliens, dont les familles des otages de Gaza, assistant au rassemblement des « 50 jours d'enfer » en soutien aux otages détenus par le Hamas, devant la « Place des Otages » près du Musée d'art de Tel Aviv, le 25 novembre 2023. (Crédit : Gili Yaari/FLASH90)
Des Israéliens, dont les familles des otages de Gaza, assistant au rassemblement des « 50 jours d'enfer » en soutien aux otages détenus par le Hamas, devant la « Place des Otages » près du Musée d'art de Tel Aviv, le 25 novembre 2023. (Crédit : Gili Yaari/FLASH90)

Israël s’attend à ce que d’autres otages de la bande de Gaza soient libérés aujourd’hui, en plus des 13 Israéliens annoncés.

Des pourparlers sont en cours pour la libération d’au moins un citoyen israélien ayant la double nationalité russe, ce qui a été rapporté comme un geste du Hamas envers le président russe Vladimir Poutine. Les responsables israéliens ont prévenu que rien de ce qui concerne l’accord sur les otages n’est définitif tant qu’il n’est pas mis en œuvre.

Hier, le Hamas a retardé la libération des otages pendant plusieurs heures.

Arbel rejette la demande de Ben Gvir de révoquer la citoyenneté des footballeurs qui n’auraient pas brandi de panneau pour les otages

Le ministre de l'Intérieur et de la Santé Moshe Arbel arrivant à une  réunion du cabinet, au Bureau du Premier ministre, à Jérusalem, le 10 septembre 2023. (Crédit : Chaïm Goldberg/Flash90)
Le ministre de l'Intérieur et de la Santé Moshe Arbel arrivant à une réunion du cabinet, au Bureau du Premier ministre, à Jérusalem, le 10 septembre 2023. (Crédit : Chaïm Goldberg/Flash90)

Le ministre de l’Intérieur Moshe Arbel rejette la demande du ministre de la Sécurité nationale Itamar Ben Gvir de retirer leur citoyenneté aux joueurs de football qui ont choisi de ne pas brandir une pancarte appelant à la libération des otages détenus par le Hamas à Gaza, selon une note envoyée aujourd’hui par Arbel à Ben Gvir.

Dans cette lettre, Arbel écrit : « On ne retire pas la citoyenneté à une personne parce qu’elle ne tient pas une pancarte, aussi importante soit-elle ».

« Je recommande que nous nous occupions de l’importante mission du maintien de la sécurité d’Israël et que nous nous préoccupions moins du populisme concernant les sympathies d’une équipe de football rivale », ajoute Arbel.

Le ministre de l’Intérieur a promu un projet de loi visant à révoquer la citoyenneté des Israéliens qui s’identifient publiquement à des groupes terroristes, ou qui s’identifient à un groupe terroriste en tant qu’incitation à un acte terroriste, qui, écrit-il, « sera avancé dans les jours à venir ».

Haie d’honneur à Yavné pour accueillir Danielle Aloni et Emilia, libérées de Gaza

Danielle Alony et sa fille Emilia, 5 ans, retrouvent leur famille après leur libération de Gaza, le 25 novembre 2023. ((Crédit : Hôpital Schneider pour enfants)
Danielle Alony et sa fille Emilia, 5 ans, retrouvent leur famille après leur libération de Gaza, le 25 novembre 2023. ((Crédit : Hôpital Schneider pour enfants)

La foule est venue accueillir Danielle Aloni et sa fille Emilia, âgée de cinq ans, alors qu’elles rentraient chez elles après avoir été retenues en otage dans la bande de Gaza pendant 49 jours.

Les gens sont alignés dans la rue, agitant des drapeaux israéliens et applaudissant, tandis qu’un système de sonorisation diffuse la chanson « I’m coming home » (Je rentre à la maison) à l’approche du convoi. Les deux otages ont été libérés vendredi et font partie du premier groupe d’otages libérés par le groupe terroriste Hamas.

La mère et la fille rendaient visite à la sœur de Danielle et à sa famille au kibboutz Nir Oz le 7 octobre lorsqu’elles ont été enlevés pendant l’assaut.

La sœur de Danielle, Sharon Aloni Cunio, 33 ans, et son mari David Cunio, 34 ans, ainsi que leurs filles jumelles de trois ans, Yuli et Emma, sont toujours retenus en otage à Gaza.

Une milice irakienne soutenue par l’Iran limitera ses attaques contre les forces américaines

Des partisans des Brigades du Hezbollah irakien en uniforme défilent à l'occasion de la Journée d'Al-Qods à Bagdad, en Irak, le 23 juin 2017. (Crédit : Hadi Mizban/AP)
Des partisans des Brigades du Hezbollah irakien en uniforme défilent à l'occasion de la Journée d'Al-Qods à Bagdad, en Irak, le 23 juin 2017. (Crédit : Hadi Mizban/AP)

Les Brigades du Hezbollah irakien – organisation différente du Hezbollah libanais – ont annoncé leur intention de respecter la trêve conclue par le Hamas et Israël et renoncer aux attaques contre Israël pendant toute la durée du cessez-le-feu temporaire.

Les Brigades du Hezbollah, organisation paramilitaire chiite contrôlé par le Corps des Gardiens de la Révolution islamique (CGRI) iranien, sont l’un des nombreux groupes chiites irakiens présents dans le sud-ouest de la Syrie et le sud du Liban à avoir mené des attaques contre Israël depuis le 7 octobre, aux côtés du Hamas et du Hezbollah libanais. Ce dernier avait déjà annoncé son intention d’honorer la trêve.

Par voie de communiqué, les Brigades irakiennes du Hezbollah ont par ailleurs annoncé une « diminution » des attaques contre les forces américaines en Irak et en Syrie. Selon CNN, ce ne sont pas moins de 73 attaques qui ont été menées par l’Iran et des groupes paramilitaires soutenus par l’Iran contre des bases américaines ou de la coalition en Irak et en Syrie depuis le 17 octobre.

Les Brigades du Hezbollah sont accusées d’être à l’origine de l’enlèvement de la chercheuse israélo-russe Elizabeth Tsurkov, en mars, à Bagdad. Une vidéo de Tsurkov a été publiée le 13 novembre dernier, dans laquelle la chercheuse, manifestement sous la contrainte, dit exiger la fin de l’offensive israélienne à Gaza et presser les autorités d’œuvrer pour sa libération.

Tsahal diffuse des images d’hélicoptère montrant Ohad Munder après sa libération

Ohad Mundar, 9 ans, dans un hélicoptère de l'armée, à son retour en Israël après 49 jours de captivité entre les mains du Hamas, le 25 novembre 2023. (Crédit : Armée israélienne)
Ohad Mundar, 9 ans, dans un hélicoptère de l'armée, à son retour en Israël après 49 jours de captivité entre les mains du Hamas, le 25 novembre 2023. (Crédit : Armée israélienne)

Tsahal diffuse des images et un enregistrement radio d’Ohad Munder, 9 ans, lors d’un vol en hélicoptère vers un hôpital en Israël dans la nuit de vendredi à samedi, après avoir été libéré de la captivité du Hamas dans la bande de Gaza.

« Où volons-nous ? Ohad demande au pilote de l’hélicoptère. « Nous nous rendons à Schneider [l’hôpital pour enfants] », répond-elle.

Ohad, ainsi que sa mère Keren et sa grand-mère Ruti, ont retrouvé leur famille vendredi soir, 49 jours après avoir été pris en otage par le Hamas. Roi, qui était le fils de Ruti et le frère de Keren, avait été tué par des terroristes du Hamas le 7 octobre.

200 camions d’aide entrent à Gaza, dont une partie pour le nord de la bande

Deux cents camions transportant de l’aide humanitaire entrent dans la bande de Gaza, une partie des fournitures étant destinée à la partie nord de l’enclave

Les camions ont été contrôlés par les autorités israéliennes au point de passage de Nitzana à la frontière égyptienne, avant de se diriger vers le point de passage de Rafah, en Égypte, pour entrer dans la bande de Gaza. Des dizaines de camions et six ambulances se dirigent vers le nord de la bande de Gaza, y compris vers des zones qui n’ont pas été évacuées, avec l’accord d’Israël, indique le coordinateur des activités gouvernementales dans les territoires (COGAT).

Avant de lancer leur opération terrestre, les forces israéliennes ont demandé aux civils palestiniens d’emprunter les couloirs humanitaires pour évacuer vers le sud vers des zones sûres désignées dans l’enclave.

L’aide, qui comprend de la nourriture, de l’eau et des fournitures médicales, entre dans la bande de Gaza dans le cadre de la trêve temporaire entre Israël et le groupe terroriste Hamas, sous la médiation de l’Égypte et du Qatar. Dans le cadre de cet accord, une cinquantaine d’enfants et de femmes retenus en otage à Gaza ont été libérés, ainsi que trois prisonniers palestiniens pour chaque Israélien libéré.

Tsahal annonce la mort de 4 chiens de l’unité canine Oketz à Gaza

Des soldats et chiens de l’unité canine Oketz dans la bande de Gaza, sur une photo distribuée et publiée le 26 novembre 2023 (Crédit : Armée israélienne)
Des soldats et chiens de l’unité canine Oketz dans la bande de Gaza, sur une photo distribuée et publiée le 26 novembre 2023 (Crédit : Armée israélienne)

L’armée israélienne a publié des images des interventions de l’unité canine Oketz dans la bande de Gaza pendant les combats de ces dernières semaines.

Elle a annoncé que les chiens de l’unité avaient contribué à la localisation des membres du Hamas, des explosifs et des armes, ainsi que des otages et des corps.

Selon ses informations, quatre chiens Oketz ont été tués lors des combats avec le Hamas : Mido, Taïga, Jack et Gandhi.

Eli Cohen convoque l’envoyé irlandais pour des réprimandes à la suite des propos de Varadkar

Le ministre des Affaires étrangères, Eli Cohen, a ordonné à ses collaborateurs de convoquer l’ambassadeur d’Irlande pour qu’il soit réprimandé, à la suite des remarques du Premier ministre irlandais selon lesquelles Emily Hand, otage détenue par le Hamas avait été « perdue » avant d’être « retrouvée », à l’annonce de sa libération samedi, après 50 jours de captivité.

Le Premier ministre irlandais Leo Varadkar s’est félicité de la libération samedi d’Emily Hand, âgée de 9 ans, en déclarant qu’une « enfant innocente qui était perdue a maintenant été retrouvée ».

Emily Hand « perdue » puis « retrouvée » : Gantz tance le Premier ministre irlandais

Le ministre membre du cabinet de guerre, Benny Gantz, a dénoncé les propos du Premier ministre irlandais disant que l’ex-otage, libérée samedi après 50 jours de captivité aux mains des terroristes palestiniens, avait été « perdue » puis « retrouvée ».

« Emily n’a jamais été ‘perdue’ – elle a été brutalement kidnappée et prise en otage par les terroristes du Hamas », a écrit Gantz sur X, en réponse à la déclaration du Taoiseach Leo Varadkar à propos de la libération de la ressortissante israélo-irlandaise Emily Hand.

Hand avait été kidnappé dans le kibboutz Beeri alors qu’elle participait à une soirée pyjama. Elle avait été présumée morte avant d’être comptée au nombre des 240 otages conduits dans la bande de Gaza, le 7 octobre dernier.

« Après 50 jours de captivité à Gaza, pendant lesquels elle a eu 9 ans au beau milieu de terroristes du Hamas armés de kalachnikovs et de couteaux et alors que son père pensait l’avoir perdue pour toujours, elle va maintenant savoir que sa belle-mère a été assassinée par ces mêmes terroristes du Hamas, 6 ans seulement après avoir perdu sa mère d’un cancer. » a poursuivi Gantz.

Les propos de Gantz s’ajoutent aux condamnations d’autres responsables israéliens.

Le Hamas confirme la mort d’un haut chef militaire et de trois cadres à Gaza

De la fumée s’élevant après une frappe aérienne israélienne dans la bande de Gaza, vue du sud d'Israël, le 12 novembre 2023. (Crédit : Leo Correa/AP Photo)
De la fumée s’élevant après une frappe aérienne israélienne dans la bande de Gaza, vue du sud d'Israël, le 12 novembre 2023. (Crédit : Leo Correa/AP Photo)

La branche armée du groupe terroriste islamiste palestinien du Hamas a annoncé dimanche la mort du commandant militaire de la Brigade du nord de Gaza et de trois autres cadres, au cours de l’offensive israélienne sur le territoire palestinien.

Ahmed al-Ghandour était aussi membre du Conseil militaire du Hamas et était considéré comme un « terroriste » par les autorités américaines. Parmi les trois autres cadres nommés dans le communiqué figure Ayman Siam, présenté comme le chef des unités de tirs de roquettes.

L’armée israélienne avait déjà annoncé la tentative d’élimination de Ghandour et Siam, sans toutefois confirmer leur mort.

Le ministère de la Défense annonce la saisie de 5 M de shekels en espèces à Gaza

photo illustrative de shekels (crédit photo: Sophie Gordon / Flash 90)
photo illustrative de shekels (crédit photo: Sophie Gordon / Flash 90)

Le ministère de la Défense a annonce que lors d’opérations dans la bande de Gaza, les soldats avaient saisi environ 5 millions de shekels en espèces, ainsi que des dinars irakiens, des dinars jordaniens et des dollars américains.

L’argent a été saisi dans des bastions du Hamas et au domicile de terroristes.

Il sera « reversé au budget de l’État », a ajouté le ministère.

Halevi: l’armée reprendra les combats « avec détermination » après la trêve

Le chef d'état-major de l'armée israélienne, le lieutenant-général Herzi Halevi, au centre, au Commandement du Sud, à Beer Sheva, le 18 novembre 2023. (Crédit : Armée israélienne)
Le chef d'état-major de l'armée israélienne, le lieutenant-général Herzi Halevi, au centre, au Commandement du Sud, à Beer Sheva, le 18 novembre 2023. (Crédit : Armée israélienne)

Dans un courrier adressé aux soldats, le chef d’état-major de Tsahal, le lieutenant-général Herzi Halevi, a déclaré que l’armée reprendrait la lutte contre le Hamas « avec détermination » à l’issue du cessez-le-feu temporaire dans la bande de Gaza.

« Tsahal et ses soldats se battent avec acharnement et dans le respect de nos valeurs militaires pour protéger la vie de notre peuple. Nous avons réuni les conditions nécessaires à la libération des premiers enfants et mères de familles lors de cette trêve », a écrit Halevi.

« Lorsque ce sera terminé, nous reprendrons nos opérations avec détermination, pour obtenir la libération de nouveaux otages et parachever le démantèlement du Hamas », a-t-il poursuivi.

« Je suis allé à la rencontre d’un grand nombre d’entre vous, après de longues heures de combats, en surface ou sous terre, face à des problèmes complexes. À chaque fois, j’ai vu dans vos yeux la compréhension de l’importance du moment, votre esprit combatif et votre détermination à atteindre tous les objectifs de cette guerre », a déclaré Halevi. « Vous m’avez dit : ‘Nous nous battrons jusqu’à ce que tous les otages soient libérés’. Et c’est exactement ce que nous faisons ! »

Eli Cohen s’en prend au Premier ministre irlandais pour avoir dit qu’Emily Hand avait été « perdue »

Le Premier ministre irlandais Leo Varadkar s'adresse à la presse alors qu'il arrive pour le deuxième et dernier jour d'un sommet de l'Union européenne, au siège de l'UE à Bruxelles, le 27 octobre 2023. (Crédit : Ludovic MARIN / AFP)
Le Premier ministre irlandais Leo Varadkar s'adresse à la presse alors qu'il arrive pour le deuxième et dernier jour d'un sommet de l'Union européenne, au siège de l'UE à Bruxelles, le 27 octobre 2023. (Crédit : Ludovic MARIN / AFP)

Le ministre des Affaires étrangères, Eli Cohen, a tancé le Premier ministre irlandais pour avoir déclaré, suite à la libération hier d’Emily Hand par le Hamas, après 50 jours de captivité, que l’enfant israélo-irlandaise avait été « retrouvée » après avoir été « perdue ».

Sur X, Cohen a écrit à l’intention de Leo Varadkar, du Taoiseach : « Il semble bien que vous ayez perdu votre boussole morale et que vous ayez un grand besoin de remettre les pieds sur terre ! »

Emily Hand, 9 ans, était présumée morte dans l’attaque du kibboutz Beeri, saccagé par le Hamas le 7 octobre dernier comme tant d’autres communautés du sud d’Israël ainsi qu’un grand festival de musique en plein air. Le bilan des victimes est de 1200 personnes, en majorité des civils.

Il a été confirmé plus tard que Hand faisait partie des 240 otages emmenés ce jour-là dans la bande de Gaza.

« Emily Hand n’était pas ‘perdue’, elle a été kidnappée par une organisation terroriste pire que l’EI qui a assassiné sa belle-mère », a poursuivi Cohen.

« Emily et une trentaine d’autres enfants israéliens ont été pris en otage par le Hamas, et vous essayez de légitimer et normaliser le terrorisme. Honte à vous ! », a-t-il conclu.

Qatar: 13 femmes et enfants israéliens et 7 ressortissants étrangers seront libérés ce soir

Des Israéliens, dont les familles des otages de Gaza, assistant au rassemblement des « 50 jours d'enfer » en soutien aux otages détenus par le Hamas, devant la « Place des Otages » près du Musée d'art de Tel Aviv, le 25 novembre 2023. (Crédit : Gili Yaari/FLASH90)
Des Israéliens, dont les familles des otages de Gaza, assistant au rassemblement des « 50 jours d'enfer » en soutien aux otages détenus par le Hamas, devant la « Place des Otages » près du Musée d'art de Tel Aviv, le 25 novembre 2023. (Crédit : Gili Yaari/FLASH90)

Le Qatar aurait déclaré que 13 autres enfants et femmes seraient libérés par le groupe terroriste Hamas plus tard dans la journée, après 51 jours de captivité dans la bande de Gaza.

Dans le cadre d’un accord séparé, sept ressortissants étrangers seront également libérés, aurait annoncé Doha, selon des informations israéliennes.

Israël va libérer 39 prisonniers palestiniens incarcérés pour atteinte à la sécurité en Israël.

Il n’y a pas eu d’annonce officielle de la part des autorités israéliennes à ce sujet, mais le site d’information Ynet et la radio de l’armée affirment que les responsables israéliens ont confirmé attendre la libération de 13 Israéliens.

Vingt-six personnes ont été libérées jusqu’à présent dans le cadre de l’accord, assorti d’une trêve, de l’acheminement d’aide humanitaire dans la bande de Gaza et de la libération de trois prisonniers palestiniens pour chaque otage israélien.

Le père d’Emily Hand a promis que sa fille aura le « plus grand anniversaire qui soit »

Tom Hand embrasse sa fille Emily Hand alors qu'ils se retrouvent, aux petites heures du 26 novembre 2023. (Armée de défense israélienne)
Tom Hand embrasse sa fille Emily Hand alors qu'ils se retrouvent, aux petites heures du 26 novembre 2023. (Armée de défense israélienne)

Le père d’Emily Hand, qui a fêté ses neuf ans en captivité dans la bande de Gaza, a promis de lui organiser la « plus grande fête d’anniversaire de tous les temps » après sa libération, hier.

Des événements avaient été organisés par des sympathisants dans le monde entier pour célébrer son anniversaire.

Thomas Hand a confié au Daily Mail qu’il avait eu peur de serrer sa fille trop fort dans ses bras lorsqu’il l’a revue pour la première fois.

Emily était à une soirée pyjama, chez un ami, au moment de l’assaut du Hamas, le 7 octobre. On l’a un temps crue tuée, avant l’annonce confirmant qu’elle faisait partie des personnes retenues en otage à Gaza.

La mère d’Emily est décédée d’un cancer il y a plusieurs années.

Maya Regev devra subir une série d’interventions chirurgicales

Maya Regev, kidnappée par le Hamas le 7 octobre et libérée le 25 novembre 2023. (Autorisation)
Maya Regev, kidnappée par le Hamas le 7 octobre et libérée le 25 novembre 2023. (Autorisation)

Le directeur du centre hospitalier Soroka, le Dr Shlomi Kodesh, a déclaré que Maya Regev, qui a été libérée par le groupe terroriste Hamas la nuit dernière, est dans un état modéré.

Maya Regev, 21 ans, a été emmenée directement à l’hôpital après son retour en Israël.

Elle subira une série d’interventions chirurgicales et devrait se rétablir complètement.

Regev a été enlevée par le Hamas au festival de musique Supernova, près de Reim, lors de l’attaque du 7 octobre.

Elle s’y trouvait avec son frère Itay, 18 ans, qui a également été pris en otage mais n’a pas été libéré en même temps qu’elle.

Cette photo de famille non datée, fournie le 16 octobre 2023, de Maya Regev, 21 ans, et Itaï Regev, 18 ans pris en otage au Festival Supernova, le 7 octobre 2023. (Crédit : famille Regev via AP)

Kibboutz Beeri : le Hamas a violé l’accord en libérant une enfant otage sans sa mère

La mère et la fille Raya et Hila Rotem, enlevées par des terroristes du Hamas dans leur maison au kibboutz Beeri  le 7 octobre 2023. (Autorisation)
La mère et la fille Raya et Hila Rotem, enlevées par des terroristes du Hamas dans leur maison au kibboutz Beeri le 7 octobre 2023. (Autorisation)

Le kibboutz Beeri, où 12 des 13 otages libérés hier soir avaient été enlevés le 7 octobre, déclare que si la communauté est « heureuse et excitée » par le retour des otages, le Hamas a violé les termes de l’accord en libérant Hila Rotem, âgée de 13 ans, sans sa mère, Raya.

« Hila rentre chez elle sans sa mère Raya, qui reste en captivité. Le Hamas a grossièrement violé l’accord et a séparé la mère et la fille », indique le communiqué, selon le site d’information Walla.

« Trois enfants de deux familles du kibboutz ont été arrachés au seul parent qui leur restait », ajoute le communiqué.

Noam Or, 17 ans, et sa sœur Alma, 13 ans, ont également été libérés hier soir.

Leur mère, Yonat, a été assassinée par des terroristes le 7 octobre, et leur père, Dror, est toujours otage à Gaza, ainsi que son neveu Liam, âgé de 18 ans.

L’un des termes de l’accord avec le groupe terroriste, négocié par le Qatar et l’Égypte, était qu’aucun enfant ne devait être séparé de sa mère lors de sa libération. Malgré cela, le Hamas a retardé la libération des otages la nuit dernière, affirmant que c’était en fait Israël qui violait l’accord.

12 des 13 otages libérés samedi soir n’ont pas besoin de soins médicaux urgents

Le centre hospitalier Sheba de Ramat Gan indique que 12 des 13 otages libérés de la bande de Gaza hier y ont passé la nuit et qu’aucun d’entre eux n’a eu besoin de soins médicaux urgents.

« Après une très longue nuit d’attente, vers 3h30 du matin, 12 otages ont été transférés ici, et je suis heureux de vous informer que, bien qu’il est évident qu’ils aient passé des jours en captivité, aucun d’entre eux n’a besoin d’une intervention urgente et immédiate », a déclaré le chef de l’hôpital pour enfants, le professeur Itai Pessach. « Nous continuerons à les soutenir physiquement et mentalement ».

Le treizième otage libéré par les terroristes du Hamas samedi soir, Maya Regev, est hospitalisée à l’hôpital Soroka de Beer Sheva.

Maya Regev est la seule otage libérée à avoir été amenée au centre Soroka pour y recevoir une prise en charge médicale immédiate. Hier soir, l’hôpital a décrit son état comme modéré et a déclaré que sa vie n’était pas en danger.

Tsahal arrête un Palestinien soupçonné d’avoir tué un homme et son fils à Huwara en août

Shay Silas Nigreker, 60 ans, et son fils Aviad Nir, 28 ans, qui ont été tués lors d'un attentat terroriste dans la ville de Huwara en Cisjordanie, le 19 août 2023. (Autorisation)
Shay Silas Nigreker, 60 ans, et son fils Aviad Nir, 28 ans, qui ont été tués lors d'un attentat terroriste dans la ville de Huwara en Cisjordanie, le 19 août 2023. (Autorisation)

Les troupes israéliennes arrêtent Osama Bani Fadl, un Palestinien recherché et soupçonné d’avoir tué deux hommes lors d’un attentat terroriste perpétré en août dans la ville de Huwara, en Cisjordanie, ont annoncé Tsahal et le Shin Bet dans un communiqué commun.

Shay Silas Nigreker, 60 ans, et son fils Aviad Nir, 28 ans, résidents d’Ashdod, ont été abattus dans une station de lavage de voitures, au sud de Naplouse.

Bani Fadl a été arrêté dans le camp de réfugiés de Jénine. L’armée israélienne et le Shin Bet affirment qu’il était armé et qu’il se cachait dans un appartement utilisé par des terroristes locaux.

La démolition de la maison du terroriste présumé a été planifiée quelques jours après l’attentat.

Tsahal ajoute que d’autres opérations sont toujours en cours à Jénine. Des affrontements ont éclaté entre les troupes israéliennes et des émeutiers qui ont lancé des engins explosifs.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.