Israël en guerre - Jour 192

Rechercher

Netanyahu : la campagne se poursuivra jusqu’à la « victoire totale »

Le Hamas déclare que le nombre de morts dépasse les 30 000 * Les États-Unis envisagent de larguer de l'aide par avion à Gaza * Un Palestinien aurait été tué lors d'affrontements avec Tsahal près de Naplouse

  • Un atelier de production d'armes dans le quartier Zeitoun de Gaza-City, dans une image publiée le 29 février 2024. (Crédit : armée israélienne)
    Un atelier de production d'armes dans le quartier Zeitoun de Gaza-City, dans une image publiée le 29 février 2024. (Crédit : armée israélienne)
  • Un camp de tentes abritant des Palestiniens déplacés par l'offensive israélienne à Rafah, dans la bande de Gaza, le 27 février 2024. (Crédit : Hatem Ali/AP)
    Un camp de tentes abritant des Palestiniens déplacés par l'offensive israélienne à Rafah, dans la bande de Gaza, le 27 février 2024. (Crédit : Hatem Ali/AP)
  • Des soldats du Bataillon Tzabar opérant, dans le centre de la bande de Gaza, le 25 février 2024. (Crédit : Lazar Berman/Times of Israel)
    Des soldats du Bataillon Tzabar opérant, dans le centre de la bande de Gaza, le 25 février 2024. (Crédit : Lazar Berman/Times of Israel)
  • Des soldats du Bataillon Tzabar, dans le centre de la bande de Gaza, le 25 février 2024. (Crédit : Lazar Berman/The Times of Israel)
    Des soldats du Bataillon Tzabar, dans le centre de la bande de Gaza, le 25 février 2024. (Crédit : Lazar Berman/The Times of Israel)
  • Un chien se prélassant devant un char de l'armée israélienne dans le centre de la bande de Gaza, le 20 février 2024. (Crédit : Lazar Berman/The Times of Israel)
    Un chien se prélassant devant un char de l'armée israélienne dans le centre de la bande de Gaza, le 20 février 2024. (Crédit : Lazar Berman/The Times of Israel)
  • Des officiers du Bataillon Tzabar traversant une maison dans le centre de la bande de Gaza, le 25 février 2024. (Crédit : Lazar Berman/The Times of Israel)
    Des officiers du Bataillon Tzabar traversant une maison dans le centre de la bande de Gaza, le 25 février 2024. (Crédit : Lazar Berman/The Times of Israel)
  • Le Premier ministre Benjamin Netanyahu s'exprimant lors d'une conférence de presse télévisée en soirée, le 29 février 2024. (Crédit : Capture d'écran)
    Le Premier ministre Benjamin Netanyahu s'exprimant lors d'une conférence de presse télévisée en soirée, le 29 février 2024. (Crédit : Capture d'écran)

Tsahal diffuse des images de frappes sur des sites du Hezbollah à l’intérieur du Liban

Tsahal diffuse des images de ses frappes aériennes contre des sites du Hezbollah au Liban, près de la ville de Baalbek, dans le nord-est du pays, en début de semaine.

Les forces israéliennes avaient déclaré qu’elles avaient frappé un site appartenant à l’unité de défense aérienne du Hezbollah, en réponse au groupe terroriste libanais soutenu par l’Iran qui avait abattu un drone militaire au-dessus du Sud-Liban.

Les frappes près de Baalbek, à une centaine de kilomètres de la frontière, constituent les plus importantes frappes israéliennes confirmées publiquement au Liban depuis des années.

 

Netanyahu : ‘Je ne peux pas promettre un accord sur les otages ; le Hamas n’essaie même pas de s’approcher d’un d’accord’

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu s'exprime lors d'une conférence de presse télévisée en soirée, le 29 février 2024. (Crédit : Capture d'écran)
Le Premier ministre Benjamin Netanyahu s'exprime lors d'une conférence de presse télévisée en soirée, le 29 février 2024. (Crédit : Capture d'écran)

Lors de sa conférence de presse, un journaliste a demandé à Netanyahu si le ministre de la Défense Yoav Gallant l’a consulté avant de déclarer hier qu’il n’avancerait aucune législation sur le projet de Tsahal qui ne résoudrait pas la question du service des haredim à la satisfaction de tous les partis de la coalition. Le journaliste a également rappelé à Netanyahu que la dernière fois que MGallant s’est exprimé sans le consulter – il y a un an, lorsque le ministre de la Défense a averti que les divisions nationales sur la réforme du système judiciaire avaient pénétré dans Tsahal et constituaient une menace tangible pour la sécurité d’Israël – il l’avait renvoyé.

Netanyahu a esquivé la question et répété que « la pire chose qui puisse nous arriver est une élection générale en pleine guerre », ce qui signifierait « une défaite dans la guerre ».

« Je suis sûr que le ministre de la Défense est conscient des implications des élections générales et du grave danger qui pèse sur l’État d’Israël si les objectifs de la guerre ne sont pas atteints. « Je suis donc certain que nous trouverons une solution. »

Il affirme que les forces israéliennes disposent d’un plan clair pour les combats à Rafah, y compris pour l’évacuation des civils, et qu’il sera présenté à l’ensemble du cabinet.

Interrogé sur le fait que le président américain Joe Biden l’aurait insulté et aurait dit qu’il menait la guerre en tenant compte de considérations politiques, Netanyahu affirme que la Maison Blanche a démenti ces propos.

« Qu’il y ait eu de tels dénigrements, ou des briefings à ce sujet ne m’influence pas le moins du monde », a-t-il dit.

Interrogé sur les efforts du ministre de la Sécurité nationale, Itamar Ben Gvir, pour imposer des restrictions à la prière des Arabes israéliens dans l’enceinte d’Al-Aqsa sur le mont du Temple pendant le Ramadan, Netanyahou a déclaré qu’il « y a eu une discussion préparatoire » au cours de laquelle Ben Gvir a dit ce qu’il pensait, et « nous aurons une discussion supplémentaire au début de la semaine prochaine ».

« En fin de compte, nous garantissons la liberté de culte, dans le respect des conditions de sécurité. Nous n’avons pas l’intention de mettre fin à la liberté de culte des musulmans », déclare-t-il.

Si Israël n’était pas souverain sur le Mont du Temple, affirme-t-il, il n’y aurait pas de liberté de culte pour les trois confessions.

Il affirme avoir discuté de ses projets de renforcement de la conscription des haredim avec plusieurs députés haredi, et que d’autres contacts ont été établis.

« Il y a un changement [dans leur état d’esprit] et une compréhension du fait que nous devons passer à une phase différente. Ce qu’il faut, c’est « un cadre qui sera respecté… Je suis optimiste et je pense que nous pourrons parvenir à un accord ».

En ce qui concerne le terrorisme en Cisjordanie, il indique que près de 400 terroristes ont été éliminés en Cisjordanie depuis le début de la guerre.

Interrogé sur la crainte qu’il ait durci sa position sur les conditions d’un accord sur les otages pour des raisons politiques, Netanyahu nie ce fait.

« Nous mettons tout en œuvre pour obtenir la libération de nos otages », déclare-t-il.

« Nous sommes confrontés à un mur de briques. Nous nous heurtons à un mur d’exigences délirantes et irréalistes de la part du Hamas », a-t-il ajouté.

Le Hamas « sait que ses demandes sont illusoires et n’essaie même pas de se rapprocher d’une zone d’accord ».

« Telle est la situation », déclare-t-il.

« Nous continuons à agir, à espérer, mais je ne peux pas promettre pour l’instant qu’un accord sera conclu, car une telle promesse n’aurait pas aucun fondement. »

Il dit admirer beaucoup le chef du Mossad, David Barnea, pour ses efforts concernant les otages et la sécurité israélienne en général.

Quant aux plaintes déposées contre lui, Netanyahu déclare que « s’ je dis ‘Bonjour’, ils diront que j’ai insulté la soirée ».

Comme il l’a déjà fait, il cite ce qu’il appelle les « dizaines de milliards » dépensés pour une vaste campagne de publicité contre lui.

Il se dit « heureux que nous commencions à faire rentrer les habitants du sud [dans leurs maisons], l’école commençant à Sderot dimanche ».

Il espère que la sécurité dans le nord du pays sera assurée par la voie diplomatique, mais qu’elle sera renforcée par la force militaire si nécessaire.

Enfin, interrogé à nouveau sur l’éventualité d’élections, il déclare que « si nous continuons la guerre, elle prendra fin. C’est mon objectif. Nous devons d’abord remporter la victoire ». En revanche, si Israël organise des élections, « tout sera paralysé ».

Il affirme que « nos ennemis ne font que prier » pour que les Israéliens commencent à se battre entre eux plutôt que de les combattre.

« S’il y a quelqu’un qui a des objectifs ou des considérations politiques, ce sont ceux qui veulent entraîner l’État, en pleine guerre, sur le point de remporter la victoire, vers des élections qui nous priveront de cette victoire et nous apporteront la défaite. C’est une considération politique que je n’accepterai pas ».

Morts lors d’une distribution d’aide à Gaza: le chef de l’ONU « condamne » ces événements

Le secrétaire général de l’ONU Antonio Guterres « condamne » les événements qui ont conduit jeudi à la mort d’une centaine de personnes selon le Hamas lors d’une distribution d’aide alimentaire à Gaza, a indiqué son porte-parole.

« Nous ne savons pas exactement ce qui s’est passé. Mais que ces gens aient été tués par des tirs israéliens, qu’ils aient été écrasés par la foule, ou renversés par des camions, ce sont des actes de violence, d’une certaine manière, liés à ce conflit », a déclaré Stéphane Dujarric, décrivant des morts dans des « circonstances horribles ».

Il a précisé qu’il n’y avait pas de présence de l’ONU lors de cette distribution d’aide.

« Les civils désespérés de Gaza ont besoin d’une aide urgente, y compris ceux assiégés dans le nord où les Nations unies n’ont pas pu apporter d’aide depuis plus qu’une semaine », a-t-il noté, répétant l’appel d’Antonio Guterres à un cessez-le-feu immédiat.

Le secrétaire général est d’autre part « atterré par le bilan humain tragique du conflit à Gaza, qui aurait désormais fait plus de 30 000 morts et 70.000 blessés », a-t-il déclaré. « Tragiquement, un nombre inconnu de personnes sont sous les décombres ».

Les chiffres publiés par le groupe terroriste sont invérifiables. Le Hamas est accusé de gonfler le nombre des victimes civiles et d’y inclure les Palestiniens tués par les roquettes tirées par les factions terroristes qui retombent dans la bande. Le Hamas ne fait pas non plus de distinction, dans ce bilan, entre les civils et les terroristes.

Le Hamas a accusé Tsahal d’être à l’origine de ces décès. L’armée a déclaré que la plupart des décès ont été causées par une bousculade et ont été écrasées par les véhicules de ravitaillement. Des hommes armés ont également ouvert le feu dans la zone alors qu’ils pillaient les fournitures.

Biden a échangé avec les dirigeants qatari et égyptien sur un cessez-le-feu à Gaza

Joe Biden a échangé jeudi avec l’émir du Qatar et le président de l’Egypte sur un accord pour un cessez-le-feu « immédiat et durable » d’au moins six semaines dans la bande de Gaza, en échange de la libération des otages, a dit la Maison Blanche dans un communiqué.

Lors d’appels distincts à l’émir Tamim ben Hamad al-Thani et au président Abdel Fattah al-Sissi, le président américain a également évoqué l’épisode « tragique et alarmant » de la distribution d’aide alimentaire jeudi dans la ville de Gaza durant laquelle des soldats israéliens ont ouvert le feu. Un mouvement de foule a coûté la vie à plus de 100 personnes, selon le Hamas.

Netanyahu : J’augmenterai le nombre de haredim dans Tsahal « par consensus »

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu s'exprime lors d'une conférence de presse télévisée en soirée, le 29 février 2024. (Crédit : Lazar Berman/Times of Israël)
Le Premier ministre Benjamin Netanyahu s'exprime lors d'une conférence de presse télévisée en soirée, le 29 février 2024. (Crédit : Lazar Berman/Times of Israël)

Lors d’une conférence de presse, le Premier ministre Benjamin Netanyahu déclare qu’il cherchera un arrangement consensuel en vertu duquel davantage de haredim effectueront leur service militaire.

Il déclare tout d’abord qu’il prépare une législation visant à accorder plus d’avantages aux soldats à l’issue de leur service dans les forces israéliennes, notamment en leur attribuant des terrains pour qu’ils puissent y construire des maisons.

Il dit respecter les haredim qui étudient la Torah et ceux qui se portent volontaires pour les services de secours d’urgence, mais qu’on « ne peut pas ignorer l’écart dans la répartition du fardeau », car dans les faits, la quasi-totalité des jeunes ultra-orthodoxes ne servent pas dans l’armée.

« Le public haredi le reconnaît », déclare-t-il.

S’en prenant au ministre de la Défense Yoav Gallant, sans le nommer, Netanyahu déclare que « nous fixerons des objectifs pour un accord par consensus » afin d’augmenter le nombre de recrues haredi.

« Quiconque souhaite un accord complet n’obtiendra aucun accord », déclare-t-il, un jour après que Gallant a déclaré qu’il ne soutiendrait qu’un projet de loi sur les forces de défense israéliennes soutenu par tous les partis de la coalition.

Il laisse entendre que Gallant et les dirigeants du parti HaMahane HaMamlahti Benny Gantz et Gadi Eizenkot, qui proposent également que les haredim soient enrôlés et qu’il ne nomme pas non plus, cherchent à faire tomber le gouvernement.

« Certains membres de la coalition veulent des élections », déclare-t-il.

Si cela devait se produire, « cela signifierait la fin de la guerre, [et] la défaite d’Israël », dit-il.

Israël serait paralysé pendant 6 à 8 mois, le gouvernement aurait les mains liées dans les batailles contre le Hamas et le Hezbollah et pour les otages, et il y aurait des divisions dans les rangs des combattants de Tsahal, affirme-t-il.

La tenue d’élections générales en pleine guerre constituerait « une fusillade dévastatrice au sein du véhicule blindé national de transport de troupes », ajoute-t-il. « Des élections générales pendant la guerre [signifieraient] la défaite d’Israël », répète-t-il.

Selon lui, « c’est précisément le rêve de Yahya Sinwar [chef du Hamas], le rêve du Hezbollah et le rêve de l’Iran… Ils n’attendent que cela ».

« Tous les membres du cabinet le savent », ajoute-t-il, laissant entendre que les ministres qui se présenteraient aux élections agiraient dans l’intérêt de l’ennemi.

Netanyahu : « Trop tôt » pour savoir si l’accord sur les otages se réalisera ; Tsahal attaquera le Hamas à Rafah

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu s'exprime lors d'une conférence de presse télévisée en soirée, le 29 février 2024. (Crédit : Capture d'écran)
Le Premier ministre Benjamin Netanyahu s'exprime lors d'une conférence de presse télévisée en soirée, le 29 février 2024. (Crédit : Capture d'écran)

Lors d’une conférence de presse télévisée, le Premier ministre Benjamin Netanyahu a déclaré qu’il avait obtenu pour Tsahal une « liberté d’opération » « sans précédent » dans l’histoire de l’État, et que la campagne se poursuivrait jusqu’à la « victoire totale ».

Il a déclaré que la pression pour arrêter la guerre contre le Hamas était de plus en plus forte, mais qu’il y résisterait. Il a comparé sa résistance aux pressions internationales à celle des premiers ministres David Ben Gurion proclamant l’indépendance de l’État, Levi Eshkol prenant la décision de lancer la guerre des Six jours et Menachem Begin attaquant le réacteur nucléaire irakien, ainsi qu’à ses propres actions contre l’Iran, contre le terrorisme et pour « doubler le nombre d’implantations » malgré des pressions  » visant à étrangler  » le mouvement des implantations.

Grâce à ses efforts, a-t-il dit, et malgré les pressions internationales pour mettre fin à la guerre avant que ses objectifs ne soient atteints, un sondage Harvard-Harris aurait révélé cette semaine que 82 % de la population américaine soutenait Israël. « Plus de quatre personnes sur cinq nous soutiennent, pas le Hamas », a-t-il déclaré, et cela « nous donne la force de poursuivre la campagne jusqu’à ce que le Hamas soit détruit ».

Outre Khan Younès, où Tsahal se concentre actuellement, il a indiqué que la campagne viserait le Hamas dans le centre de la bande de Gaza et à Rafah. Les non-combattants seront évacués, les besoins humanitaires seront satisfaits et le droit international sera respecté.

Netanyahu a affirmé qu’Israël ne relâchait pas ses efforts pour récupérer ses otages. « J’ai demandé les noms de tous les otages qui devraient être libérés en vertu de la proposition actuelle », a-t-il déclaré, ajoutant qu’il était « trop tôt » pour savoir si l’accord proposé porterait ses fruits.

En tout état de cause, « nous ne capitulerons pas devant les exigences délirantes du Hamas », a-t-il ajouté. « Nous sommes déterminés à ramener tous les otages, « avec ou sans accord ».

Il a également salué le récent vote de la Knesset contre la création unilatérale d’un État palestinien, soutenu par 93 députés.

Lazzarini : « simpliste » de penser qu’on peut démanteler facilement l’Unrwa

Le commissaire général de l'Office de secours et de travaux des Nations unies pour les réfugiés de Palestine dans le Proche-Orient (UNRWA), Philippe Lazzarini, regarde pendant une conférence de presse à Genève, le 24 janvier 2023. (Crédit : Fabrice COFFRINI / AFP)
Le commissaire général de l'Office de secours et de travaux des Nations unies pour les réfugiés de Palestine dans le Proche-Orient (UNRWA), Philippe Lazzarini, regarde pendant une conférence de presse à Genève, le 24 janvier 2023. (Crédit : Fabrice COFFRINI / AFP)

Il est peu réaliste de penser que l’on puisse facilement remplacer l’agence de l’ONU pour les réfugiés palestiniens (Unrwa), tant ses activités sont multiples et importantes, a jugé jeudi son patron en réponse aux appels à la démanteler.

« C’est un peu simpliste de croire que l’Unrwa peut juste transférer techniquement toutes ses activités à d’autres agences de l’ONU ou à des ONG », a déclaré Philippe Lazzarini devant quelques journalistes au quartier général de l’agence à Jérusalem-Est.

« L’Unrwa fournit des services semblables à ceux d’un gouvernement à l’une des communautés les plus démunies de la région, les réfugiés palestiniens », a-t-il rappelé.

Il a particulièrement insisté sur les soins de santé et l’éducation que fournit son agence. « A part un état fonctionnel, personne ne peut fournir de l’enseignement à tous les niveaux, à cette échelle » comme le fait l’Unrwa qui gère des écoles pour près de 300 000 enfants dans la bande de Gaza, a-t-il souligné.

A Gaza, « nous sommes l’organisation la plus implantée » et « nous fournissons une plateforme logistique complète au reste de la communauté humanitaire ».

« Si l’Unrwa devait quitter Gaza aujourd’hui, au pic de la crise (…), cela affaiblirait notre capacité collective à répondre à des besoins humanitaires sans précédent », a-t-il déclaré.

Des militants franchissent « violemment » un point de contrôle de Tsahal près d’Erez et pénètrent dans Gaza avant d’être arrêtés

Des militants radicaux participant à une manifestation près du point de passage d’Erez entre le nord de Gaza et Israël ont « franchi violemment un point de contrôle des FDI » et ont pénétré dans le territoire gazaoui, selon Tsahal.

Les militants ont parcouru environ 500 mètres à l’intérieur de Gaza avant d’être arrêtés par des soldats israéliens. Ils ont finalement été refoulés par des soldats de Tsahal et ramenés en Israël, selon l’armée.

Dans des circonstances peu claires, certains activistes ont également installé des bâtiments de fortune, apparemment du côté gazaoui du point de passage d’Erez, mais toujours en territoire israélien, selon Tsahal.

L’organisation pro-implantations Nachala, qui a organisé une grande conférence à la fin du mois de janvier afin de rallier le soutien et l’élan nécessaires à ses projets de réinstallation à Gaza, a envoyé des images des militants érigeant un bâtiment et y apposant une mezouzah au cours d’une brève cérémonie religieuse.

 

Nachala a déclaré que cette »implantation » avait été appelée Nisanit HaHadasha, d’après l’implantation Nisanit, dans le nord de la bande de Gaza, qui faisait partie du bloc d’implantation du Gush Katif évacuées en 2005 dans le cadre du plan de désengagement.

 

L’armée israélienne a frappé une cible du Hezbollah dans un village du sud du Liban

L’aviation militaire israélienne effectué une frappe sur un bâtiment utilisé par le Hezbollah, où un terroriste a été repéré, dans le village de Blida au sud du Liban, il y a peu de temps.

Des frappes ont également été menées à Mays al-Jabal pour « éliminer une menace », ajoute Tsahal.

Des roquettes ont été tirées plus tôt depuis le Liban sur la communauté de Goren, dans le nord du pays, sans faire de blessés. L’armée israélienne affirme qu’elle bombarde également les sites de lancement à l’aide de son artillerie.

Distribution d’aide à Gaza: réunion d’urgence du Conseil de sécurité de l’ONU ce soir

Le Conseil de sécurité de l’ONU se réunira à huis-clos ce jeudi à 21H15 GMT après la mort d’une centaine de personnes selon le Hamas lors d’une distribution d’aide alimentaire qui a tourné au cauchemar à Gaza, selon le programme actualisé du Conseil.

La réunion d’urgence a été demandée par l’Algérie, selon une source diplomatique.

Gallant : Tsahal « se rapproche » du Hamas et est prêt à agir à Rafah

Le ministre de la Défense Yoav Gallant dans le nord de Gaza, le 29 février 2024. (Crédit : Ariel Hermoni/ministère de la Défense)
Le ministre de la Défense Yoav Gallant dans le nord de Gaza, le 29 février 2024. (Crédit : Ariel Hermoni/ministère de la Défense)

Le ministre de la Défense Yoav Gallant a visité le nord de la bande de Gaza plus tôt dans la journée. Il a déclaré que l’armée est prête à agir à Rafah et dans les zones de la partie centrale de la bande où Tsahal n’a pas encore opéré sur le terrain.

« Nous nous rapprochons du Hamas. Nous nous préparons à agir à Rafah, ainsi que dans les camps centraux, afin de passer à l’étape suivante [que] nous déciderons en fonction de nos priorités », déclare Gallant.

« Nous utilisons les informations que nous avons recueillies dans les archives du Hamas. Nous avons collecté d’énormes quantités d’informations des endroits que nous avons atteints, des ordinateurs, des disques durs, des serveurs et d’autres choses. Toutes ces informations sont décodées et utilisées pour détruire les tunnels et les centres névralgiques du Hamas », explique-t-il.

Selon Gallant, le réseau de tunnels du Hamas, utilisé par le groupe terroriste pour combattre Israël et s’enfuir, « se transforme peu à peu en piège ».

« Le résultat est très clair : [le Hamas] s’affaiblit de jour en jour, nous nous renforçons. Nous allons resserrer la corde autour du cou du Hamas jusqu’à ce que nous l’éliminions », déclare-t-il.

Gallant affirme que la guerre à Gaza ne prendra fin que lorsque le Hamas sera démantelé et qu’Israël ne fera de concessions qu’en échange de la libération des otages détenus par le groupe terroriste.

L’Italie demande « un cessez-le-feu immédiat » dans la bande de Gaza

Le chef de la diplomatie italienne a demandé jeudi un « cessez-le-feu immédiat » à Gaza pour permettre l’acheminement de l’aide humanitaire, ainsi que la libération des otages israéliens retenus depuis le 7 octobre dans le territoire palestinien.

« Les morts tragiques à Gaza appellent à un cessez-le-feu immédiat pour permettre davantage d’aide humanitaire, la libération des otages et la protection des civils », a écrit Antonio Tajani sur X.

Les sirènes de roquettes retentissent à Sderot et dans les environs

Les sirènes d’alerte aux roquettes retentissent dans la ville de Sderot, au sud du pays, ainsi que dans le kibboutz Nir Am, près de la frontière avec Gaza.

Il n’y a pas encore d’informations sur des tirs de roquettes, des blessés ou des dégâts.

Les tirs israéliens ont fait 10 victimes sur les centaines du mouvement de foule à Gaza – enquête de Tsahal

Image aérienne montrant des foules en train d'affluer vers des camions de livraison d'aide humanitaire dans le nord de Gaza, publiée le 29 février 2024. (Crédit : Armée israélienne)
Image aérienne montrant des foules en train d'affluer vers des camions de livraison d'aide humanitaire dans le nord de Gaza, publiée le 29 février 2024. (Crédit : Armée israélienne)

Selon les premières conclusions de l’enquête de Tsahal, les tirs israéliens ont fait une dizaine de victimes sur les centaines de personnes blessées ou tuées ce matin lors d’un mouvement de foule dans le nord de la bande de Gaza.

Suite à un mouvement de foule survenu au moment où des Palestiniens se sont précipités vers des camions d’aide humanitaire – qui aurait fait des dizaines de victimes – un petit groupe de Palestiniens s’est dirigé vers des soldats israéliens stationnés dans le secteur.

Les soldats ont tiré des coups de semonce, en l’air, voire dans les jambes de ceux qui tentaient de s’approcher d’eux.

L’enquête a révélé que les soldats avaient touché une dizaine de Palestiniens à cette occasion.

Le Hamas évoque un bilan de 104 morts et 760 blessés à cause des tirs israéliens.

Enquête de Tsahal : La majorité des victimes du mouvement de foule dans le nord de Gaza sont mortes piétinées

Image aérienne montrant des foules en train d'affluer vers des camions de livraison d'aide humanitaire dans le nord de Gaza, publiée le 29 février 2024. (Crédit : Armée israélienne)
Image aérienne montrant des foules en train d'affluer vers des camions de livraison d'aide humanitaire dans le nord de Gaza, publiée le 29 février 2024. (Crédit : Armée israélienne)

Selon les premiers résultats de l’enquête de Tsahal sur le mouvement de foule, dans le nord de Gaza, ce matin, la grande majorité des victimes sont mortes piétinées ou renversées par les camions d’aide humanitaire.

L’incident s’est produit sur les coups de 4 heures du matin, lorsqu’une trentaine de camions chargés d’aide humanitaire sont arrivés sur la partie côtière de la ville de Gaza, pour livrer des vivres aux Palestiniens du quartier de Rimal.

Des milliers de Palestiniens se sont précipités vers les camions après leur passage au poste de contrôle de Tsahal, dans le centre de Gaza, ce qui a conduit à un important mouvement de foule dans lequel des dizaines de Palestiniens ont été blessés ou tués, certains, écrasés par les camions, selon les premières conclusions de l’enquête.

Selon cette enquête, des camions ont poursuivi leur route plus au nord, où des hommes armés auraient ouvert le feu sur le convoi près de Rimal et l’auraient pillé.

Selon cette même source, des dizaines de Palestiniens, qui se précipitaient vers le dernier camion du convoi, se sont alors dirigés vers un char de Tsahal et des soldats stationnés au poste de contrôle de l’armée.

Sur place, un officier israélien a ordonné de tirer des coups de semonce – en l’air – pour alerter les Palestiniens qui se trouvaient à quelques dizaines de mètres, voire des coups de feu dans les jambes de ceux qui continuaient à venir dans leur direction, précise le compte-rendu d’enquête.

L’armée israélienne a organisé plusieurs livraisons d’aide humanitaire dans le nord de Gaza ces dernières semaines, mais celle-ci était de loin la plus importante. Elle va faire en sorte de trouver une solution pour éviter que de tels incidents ne se reproduisent.

Tsahal diffuse des images d’une foule se ruant sur les camions d’aide à Gaza City ; le Hamas dénombre 104 morts

L’armée israélienne diffuse des images aériennes montrant une foule de Palestiniens se ruant sur les camions d’aide humanitaire dans le nord de la bande de Gaza ce matin, au cours de laquelle des dizaines de personnes auraient été tués.

Le Hamas a fait état de 104 morts dans l’incident, imputant la responsabilité aux tirs israéliens.

Tsahal affirme que les Palestiniens ont été blessés par des « mouvements de foule et des piétinements » et que les troupes ont également ouvert le feu sur une foule qui se dirigeait vers les forces de la région d’une manière qui les auraient « mises en danger ».

Tsaham retire la brigade de parachutistes de Gaza après 3 mois de combats

Après trois mois de combats à Khan Younès, Tsahal a retiré la brigade de parachutistes de la bande de Gaza et l’a remplacée par d’autres forces dans la région.

« La brigade des parachutistes est fière des nombreuses réalisations qu’elle a accomplies », a déclaré le commandant de la 98e division, le général de brigade Dan Goldfus, lors d’une cérémonie qui s’est déroulée ce matin.

« Nous n’avons pas encore terminé la guerre et nos devoirs, nous continuons à démanteler le Hamas, à détruire ses systèmes aériens et souterrains, à le frapper et à le vaincre », ajoute-t-il.

La brigade Bislamach – l’école de Tsahal pour les professions du corps d’infanterie et les commandants d’escadrons – remplacera la brigade de parachutistes à Khan Younès.

L’armée israélienne décidera dans les prochains jours de la prochaine destination de la brigade de parachutistes.

 

Tsahal a tiré sur des Gazaouis menaçant les troupes ; 70 morts selon le Hamas

Des Palestiniens attendent de l'aide humanitaire sur une plage de la ville de Gaza, dans la bande de Gaza, le dimanche 25 février 2024. (Crédit : Mahmoud Essa/AP)
Des Palestiniens attendent de l'aide humanitaire sur une plage de la ville de Gaza, dans la bande de Gaza, le dimanche 25 février 2024. (Crédit : Mahmoud Essa/AP)

Ce matin, les responsables de la Santé du Hamas ont annoncé que plus de 70 Palestiniens qui attendaient de l’aide humanitaire dans la ville de Gaza avaient été tués par l’armée israélienne.

Tsahal a fait état d’un « rassemblement violent » qui a éclaté autour de camions transportant de l’aide humanitaire vers le nord de la bande de Gaza, au cours duquel les Palestiniens auraient pillé le contenu des camions.

« Des dizaines de Gazaouis ont été blessés au cours de l’incident à la suite d’un mouvement de foule et de piétinements », a déclaré Tsahal, qui a ajouté que l’incident faisait l’objet d’une enquête.

Une source militaire a expliqué qu’après l’incident, une partie de la foule s’est dirigée de manière menaçante vers les troupes israéliennes chargées de coordonner l’entrée des camions d’aide dans le nord de la bande de Gaza.

La source précise que les troupes ont ouvert le feu sur la foule et que le second incident fait également l’objet d’une enquête.

Tsahal enquête sur une frappe qui aurait tué des Gazaouis qui attendaient de l’aide humanitaire

Des Palestiniens attendant de l'aide humanitaire, sur une plage de Gaza City, dans la bande de Gaza, le 25 février 2024. (Crédit : Mahmoud Essa/AP Photo)
Des Palestiniens attendant de l'aide humanitaire, sur une plage de Gaza City, dans la bande de Gaza, le 25 février 2024. (Crédit : Mahmoud Essa/AP Photo)

L’armée israélienne indiqué qu’elles examinaient les informations faisant état d’une attaque israélienne contre une foule de Palestiniens attendant de l’aide humanitaire à Gaza-City.

Un hôpital de la bande de Gaza a fait état jeudi d’au moins 50 morts après des tirs israéliens en direction de Palestiniens se ruant sur des camions d’aide humanitaire dans le nord du territoire menacé de famine.

« On dénombre au moins 50 martyrs et plus de 120 blessés, incluant des femmes et des enfants, à la suite de tirs des forces d’occupation en direction de milliers de citoyens » se ruant vers des « camions d’aide à Gaza City », a

Tsahal découvre un atelier de fabrication d’explosifs et de roquettes du Hamas à Gaza-City 

Un atelier de production d'armes dans le quartier Zeitoun de Gaza-City, dans une image publiée le 29 février 2024. (Crédit : armée israélienne)
Un atelier de production d'armes dans le quartier Zeitoun de Gaza-City, dans une image publiée le 29 février 2024. (Crédit : armée israélienne)

L’armée israélienne déclare que les troupes de la Brigade Nahal ont découvert un atelier de fabrication d’explosifs et de roquettes du Hamas dans le quartier Zeitoun à Gaza-City.

Sur le site de production d’armes, Tsahal indique que les troupes ont localisé et détruit des entrées de tunnel, un dépôt d’armes, des armes à feu et d’autres équipements militaires appartenant au Hamas.

Volker Türk: Un assaut sur Rafah « contreviendrait » à la décision de la CIJ

Le Haut Commissaire des Nations Unies aux droits de l'homme, Volker Turk, s'exprime lors d'une conférence de presse au Caire, le 8 novembre 2023. (Crédit : Khaled DESOUKI / AFP)
Le Haut Commissaire des Nations Unies aux droits de l'homme, Volker Turk, s'exprime lors d'une conférence de presse au Caire, le 8 novembre 2023. (Crédit : Khaled DESOUKI / AFP)

Un assaut terrestre sur la ville de Rafah dans la bande de Gaza, promis par le Premier ministre israélien, « contreviendrait » à la décision de la plus haute juridiction de l’ONU, a estimé jeudi le Haut Commissaire des Nations unies aux droits de l’homme.

« Je ne vois pas comment une telle opération pourrait être compatible avec les mesures provisoires contraignantes émises par la Cour internationale de Justice » (CIJ), a déclaré Volker Türk devant le Conseil des droits de l’homme, à qui il présentait le rapport de ses services sur la situation dans les territoires palestiniens.

Le 27 janvier, la CIJ avait appelé Israël à empêcher tout acte éventuel de « génocide » à Gaza.

« La perspective d’une attaque terrestre israélienne sur Rafah donnerait au cauchemar infligé aux habitants de Gaza une nouvelle dimension », a déclaré Türk.

Tsahal frappe des cibles du Hezbollah ; la Syrie fait état d’une attaque imputée à Israël

L’armée israélienne déclare que des avions de combat ont effectué des frappes sur des sites du Hezbollah dans le sud du Liban, y compris sur des lanceurs de roquettes.

Les cibles à Jabal Blat comprenaient un complexe où des membres du groupe terroriste étaient rassemblés et plusieurs lance-roquettes, selon Tsahal.

L’armée déclare également avoir bombardé des sites de lancement de roquettes suite aux attaques de ce matin sur les communautés d’Adamit et de Shlomi, dans le nord d’Israël.

Les tirs de roquettes n’ont pas fait de blessés.

Par ailleurs, la radio syrienne pro-gouvernementale Sham FM fait état d’une attaque de drone sur un véhicule dans le village d’al-Nahariya, à la périphérie de la ville syrienne de Qusayr, près de la frontière libanaise.

Aucun autre détail n’est disponible dans l’immédiat sur la frappe signalée.

Une roquette tirée de la bande de Gaza tombe sur un champ dans le sud d’Israël

Une roquette lancée depuis la bande de Gaza a frappé un champ dans le sud d’Israël il y a peu de temps, selon Tsahal

Le lancement a déclenché des sirènes dans les communautés frontalières de Sa’ad et de Kfar Aza.

Plus tôt, une roquette a été tirée depuis le Liban, déclenchant des sirènes dans le kibboutz Adamit, dans le nord du pays. Selon l’armée, ce projectile a également touché une zone ouverte.

Malgré de lourdes pertes, Sinwar se vante auprès des responsables du Hamas au Qatar qu’il « tient les Israéliens là où nous le voulons » – WSJ

Yahya Sinwar, chef du Hamas dans la bande de Gaza, saluant ses partisans, à Gaza City, le 14 avril 2023. (Crédit : Mohammed Abed/AFP)
Yahya Sinwar, chef du Hamas dans la bande de Gaza, saluant ses partisans, à Gaza City, le 14 avril 2023. (Crédit : Mohammed Abed/AFP)

Le chef du Hamas à Gaza, Yahya Sinwar, estime que le Hamas est en train de gagner la guerre qu’il a déclenchée contre Israël le 7 octobre, rapporte le Wall Street Journal.

Malgré les succès remportés par les troupes israéliennes dans l’enclave palestinienne, où elles affirment avoir tué quelque 12 000 terroristes du Hamas depuis le début de la guerre, le WSJ rapporte que Sinwar a récemment informé les hauts responsables du Hamas au Qatar que le groupe terroriste qu’il dirige « a les Israéliens exactement là où nous les voulons ».

Selon le rapport, Sinwar a également déclaré aux responsables du Hamas que le groupe terroriste était prêt pour l’opération prévue par Israël à Rafah, la ville la plus méridionale de la bande de Gaza, et qu’il comptait sur le nombre élevé de civils tués rapporté par le ministère de la santé du Hamas pour provoquer un tollé mondial suffisant pour obliger Israël à se retirer.

Gallant et Austin discutent de nouveaux itinéraires d’aide pour le nord de Gaza

Lors d’un appel avec le ministre de la Défense Yoav Gallant cette nuit, le secrétaire américain à la défense Lloyd Austin a souligné le besoin urgent d’une aide humanitaire plus importante pour atteindre les civils de Gaza, indique son bureau dans un compte-rendu de la conversation.

En particulier, les deux hommes ont discuté de la nécessité de faciliter de nouvelles voies d’acheminement de l’aide vers le nord de la bande de Gaza, indique son bureau.

Gallant informe son homologue américain des développements à Gaza et dans le nord d’Israël

Le ministre de la Défense Yoav Gallant s’est entretenu avec son homologue américain, le secrétaire à la Défense Lloyd Austin, au cours de la nuit, selon son bureau.

Au cours de l’appel, Gallant a informé Austin des récents succès de l’armée israélienne dans la guerre contre le Hamas, y compris « la destruction de dizaines de kilomètres de tunnels terroristes du Hamas à Gaza », indique son bureau, et a réitéré la détermination d’Israël à poursuivre ses opérations dans l’enclave palestinienne jusqu’à ce que tous les objectifs de la guerre aient été atteints.

Les deux hommes ont également discuté de l’évolution de la situation le long de la frontière libanaise, où des membres du Hezbollah lancent quotidiennement des drones, des missiles et des roquettes sur le nord d’Israël.

Gallant a insisté auprès de Austin sur le fait qu’Israël « ne tolérera pas les menaces contre ses citoyens et les violations de sa souveraineté, et prendra les mesures nécessaires pour assurer leur sécurité », selon son bureau.

A Gaza-City, Tsahal combat le Hamas, trouve des entrées de tunnel et des lance-roquettes

Des soldats de l’armée israélienne en opération dans la bande de Gaza, sur une photo non-datée autorisée à la publication le 29 février 2024. (Crédit : Armée israélienne)
Des soldats de l’armée israélienne en opération dans la bande de Gaza, sur une photo non-datée autorisée à la publication le 29 février 2024. (Crédit : Armée israélienne)

L’armée israélienne a éliminé de nombreux terroristes du Hamas au cours de la journée écoulée, alors qu’elles poursuivent une opération de grande envergure dans le quartier Zeitoun de Gaza City et que les combats se poursuivent dans le sud de la bande de Gaza, à Khan Younès.

À Zeitoun, Tsahal affirme que la 401e brigade blindée a tué plusieurs hommes armés – y compris en faisant appel à des frappes aériennes -, a détruit des entrées  de tunnel et des lance-roquettes, et a saisi des armes.

Le 215e régiment d’artillerie a également dirigé des frappes aériennes contre des membres du Hamas dans le nord de la bande de Gaza, notamment contre deux d’entre eux qui ont ouvert le feu sur les troupes, selon Tsahal.

Dans le centre de Gaza, Tsahal affirme que la brigade Nahal a tué plusieurs autres agents du Hamas – notamment en faisant appel à des frappes aériennes et en utilisant un drone – et qu’elle a capturé des armes.

Dans le sud de Gaza, à Khan Younès, la 98e division poursuit les combats contre le Hamas.

Tsahal indique que la brigade Givati a repéré une cellule de cinq hommes du Hamas à Khan Younès et a lancé une attaque aérienne contre eux, et que la 7e brigade blindée a repéré une cellule de quatre hommes qui se préparait à poser un engin explosif dans le sol et a lancé une attaque.

Le Hamas annonce « plus de 30 000 » morts à Gaza

Le ministère de la Santé à Gaza, contrôlé par le Hamas, a annoncé jeudi que le nombre de morts dans la bande de Gaza était de « plus de 30 000 » depuis le début du conflit avec Israël le 7 octobre.

« Le nombre de martyrs (tués, ndlr) est de plus de 30 000 », a indiqué le ministère dans un communiqué, en faisant état d’au moins 79 nouvelles morts dans des frappes israéliennes nocturnes.

Le Hamas est accusé de gonfler le nombre des victimes civiles et d’y inclure les Palestiniens tués par les roquettes tirées par les factions terroristes qui retombent dans la bande. Le Hamas ne fait pas non plus de distinction, dans ce bilan, entre les civils et les terroristes.

L’armée israélienne affirme avoir tué plus de 12 000 membres du groupe terroriste à Gaza, en plus d’un millier de terroristes à l’intérieur d’Israël le 7 octobre.

Netanyahu rencontre le coordinateur humanitaire de l’ONU pour Gaza

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu a rencontré le coordinateur humanitaire de l’ONU pour Gaza, Sigurd Kaag, dans son bureau de Jérusalem.

Le compte rendu du cabinet du Premier ministre a qualifié la réunion de « productive ».

« Les deux hommes ont discuté de certains des défis actuels dans la région et des moyens possibles d’y faire face », selon le communiqué israélien.

Le bureau de netanyahu a publié une photo de sa rencontre avec Samantha Power, directrice de l’USAID, au lieu de celle avec Kaag.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.