Rechercher

L’Ukraine enquête sur un ancien officier soviétique juif de 94 ans pour un meurtre de 1952

Boris Steckler est accusé d’avoir jeté une grenade dans un bunker et tué le nationaliste qui s’y cachait

Manifestation célébrant l’anniversaire de Stepan Bandera, un collaborateur nazi dont les troupes ont tué des milliers de juifs, à Kiev, en Ukraine, le 1er janvier 2017. (Crédit : capture d'écran YouTube)
Manifestation célébrant l’anniversaire de Stepan Bandera, un collaborateur nazi dont les troupes ont tué des milliers de juifs, à Kiev, en Ukraine, le 1er janvier 2017. (Crédit : capture d'écran YouTube)

Le parquet ukrainien a lancé une enquête pour meurtre contre un ancien officier juif soviétique, soupçonné d’avoir tué un nationaliste en 1952.

Le bureau du procureur général d’Ukraine a ouvert une enquête le 18 avril une enquête contre Boris Steckler, 94 ans, a annoncé la semaine dernière le site d’information Ist Prada, sur la base de documents qu’il a obtenus du National Advocacy Center, une association nationaliste anti-russe.

Steckler est accusé d’avoir tué Neil Hasevych, un artiste qui était membre de l’Organisation des nationalistes ukrainiens, qui a combattu la domination soviétique pendant la première moitié du 20e siècle. Les dirigeants de l’organisation ont brièvement collaboré avec les forces d’occupation nazies avant de se retourner contre elles.

Steckler est accusé d’avoir jeté une grenade dans un bunker où Hasevych et d’autres membres de son organisation se cachaient. Ses accusateurs affirment qu’il travaillait pour le redouté KKVD, l’ancêtre du KGB.

Les groupes nationalistes ukrainiens essaient depuis des années de poursuivre Steckler. L’année dernière, la cour administrative du district de Rivne a examiné une plainte liée à Steckler, que les nationalistes ont porté contre le SBU, le service de sécurité ukrainien. Les plaignants demandaient que le SBU publie d’anciens documents classifiés sur Steckler.

Il avait refusé de se présenter à l’audience à Rivne et avait demandé à la cour de rejeter la plainte. Steckler a refusé de commenter les accusations portées contre lui, indique le site d’information.

Stepan Bandera, personnage controversé en Ukraine où beaucoup le considèrent comme un héros national et symbole de la lutte pour l'indépendance de cette ex-république soviétique alors que d'autres l'accusent d'avoir collaboré avec les nazis. (Crédit : capture d'écran YouTube/Pravda Report)
Stepan Bandera, personnage controversé en Ukraine où beaucoup le considèrent comme un héros national et symbole de la lutte pour l’indépendance de cette ex-république soviétique alors que d’autres l’accusent d’avoir collaboré avec les nazis. (Crédit : capture d’écran YouTube/Pravda Report)

Suite à une révolution sanglante en 2014 qui a libéré une vague de sentiment nationaliste en Ukraine, l’Etat a célébré l’héritage de différentes personnalités de l’Organisation des nationalistes ukrainiens et de sa branche armée, l’UPA, notamment des commandants accusés d’avoir été responsables du meurtre de milliers de Juifs et de Polonais.

L’un de ces commandants est Stepan Bandera. Une grande statue le représentant est présente dans la ville de Lviv, et plusieurs rues du pays porte son nom, notamment à Kiev.

Un autre est Roman Shukhevych, qui a récemment été salué par le directeur de l’Institut du souvenir national ukrainien, une organisation publique, comme « l’une des cinq personnalités éminentes qui ont changé le cours de l’Histoire. »

Les partisans des dirigeants nationalistes comme Bandera et Shukhevych affirment que leur vision de l’Ukraine s’étend également aux Juifs, dont certains ont servi dans les rangs de l’UPA. Certains militants de l’UPA ont également sauvé des Juifs de l’Holocauste.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...