Israël en guerre - Jour 192

Rechercher

L’UNRWA a atteint un « point de rupture », dit son patron Philippe Lazzarini

L'agence est au centre d'une controverse depuis qu'Israël a accusé douze de ses employés d'implication dans l'attaque du 7 octobre

Le chef de l'Office de secours et de travaux des Nations unies pour les réfugiés palestiniens au Proche-Orient (UNRWA), Philippe Lazzarini, s'exprimant lors d'un entretien avec l'Associated Press, au siège de l'UNRWA, à Beyrouth, le 6 décembre 2023. (Crédit : Bilal Hussein/AP)
Le chef de l'Office de secours et de travaux des Nations unies pour les réfugiés palestiniens au Proche-Orient (UNRWA), Philippe Lazzarini, s'exprimant lors d'un entretien avec l'Associated Press, au siège de l'UNRWA, à Beyrouth, le 6 décembre 2023. (Crédit : Bilal Hussein/AP)

L’agence de l’ONU pour les réfugiés palestiniens (UNRWA) a atteint un « point de rupture », a mis en garde jeudi son patron Philippe Lazzarini dans une lettre au président de l’Assemblée générale de l’ONU.

« C’est avec un profond regret que je dois aujourd’hui vous informer que l’Agence a atteint un point de rupture, avec les appels répétés d’Israël à son démantèlement et le gel des financements de donateurs face à des besoins humanitaires à Gaza sans précédent », a-t-il indiqué dans cette lettre publiée sur X.

« La capacité de l’Agence à remplir son mandat donné par la résolution 302 de l’Assemblée générale est désormais gravement menacé », a-t-il ajouté.

L’UNRWA, qui a été créé par cette résolution adoptée en 1949, emploie quelque 30 000 personnes dans les Territoires palestiniens, au Liban, en Jordanie et en Syrie.

L’agence est au centre d’une controverse depuis qu’Israël a accusé douze de ses employés d’implication dans l’attaque du 7 octobre menée par le groupe terroriste palestinien du Hamas qui a entraîné la mort de 1 160 personnes, majoritairement des civils, selon un décompte de l’AFP.

L’ONU s’est immédiatement séparée des employés accusés et une enquête interne a été lancée. Le secrétaire général Antonio Guterres a également confié à un groupe indépendant présidé par l’ancienne ministre française des Affaires étrangères Catherine Colonna une mission d’évaluation de l’UNRWA et de sa « neutralité ».

Mais même si « jusqu’à maintenant, aucune preuve n’a été partagée par Israël avec l’UNRWA », seize pays ont suspendu leur financement, pour un total de 450 millions de dollars, a précisé Philippe Lazzarini, prévenant que les opérations de l’agence à travers la région « vont être gravement compromises à partir de mars ».

« Je crains que nous soyons au bord d’une catastrophe monumentale avec des graves implications pour la paix, la sécurité et les droits humains dans la région », a-t-il écrit.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.