Netanyahu promet aux maires arabes un plan de lutte contre la violence
Rechercher

Netanyahu promet aux maires arabes un plan de lutte contre la violence

Le Premier ministre, qui tente d''attirer les votes arabes, a comparé la lutte contre le crime organisé à la lutte contre le terrorisme

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu visite un centre de vaccination contre le coronavirus dans la ville arabe de Nazareth le 13 janvier 2021 (Crédit : Gil ELIYAHU / POOL / AFP)
Le Premier ministre Benjamin Netanyahu visite un centre de vaccination contre le coronavirus dans la ville arabe de Nazareth le 13 janvier 2021 (Crédit : Gil ELIYAHU / POOL / AFP)

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu a déclaré dimanche soir à un groupe de maires arabes qu’il allait adopter un vaste plan de lutte contre la violence et la criminalité dans les communautés arabes, assimilant la lutte contre le crime organisé à la lutte contre le terrorisme.

« Dans un pays moderne, quand on utilise tous les moyens à sa disposition et qu’on se concentre sur l’objectif, on peut faire disparaître des choses comme le terrorisme… on peut s’attaquer au crime organisé comme on s’attaque au terrorisme. Les moyens sont similaires, les capacités sont les mêmes, et la détermination est la même », a déclaré Netanyahu.

Netanyahu a récemment fait campagne pour obtenir le soutien des Arabes israéliens avant les élections de mars, dans un revirement brutal par rapport aux précédents avertissements non fondés de son parti concernant la fraude électorale dans les communautés arabes et les attaques répétées contre les législateurs arabes.

La lutte contre la violence et le crime organisé est une question clé pour de nombreux Arabes israéliens, qui ont vu les taux de meurtre monter en flèche ces dernières années.

Netanyahu s’est engagé à adopter une stratégie sur plusieurs fronts pour faire face à ce problème : un nouveau plan économique, l’octroi de crédits aux Arabes israéliens qui souffrent depuis longtemps de la discrimination institutionnelle des banques, et la présentation d’un plan général de lutte contre la violence « dans les prochains jours ».

Des Arabes israéliens protestent contre la violence, le crime organisé et les récents assassinats au sein de leurs communautés, dans la ville arabe de Majd al-Krum, au nord d’Israël. Le 3 octobre 2019. (David Cohen/Flash90)

Ce n’est cependant pas la première fois que Netanyahu s’engage à adopter un plan de lutte contre la violence. En novembre, il avait fait la même promesse à la commission parlementaire de la Liste arabe unie de Mansour Abbas sur la violence et la criminalité dans le secteur arabe.

« C’est lui qui doit faire ses preuves. Il doit faire ce qu’il a promis. Chaque point que nous avons soulevé – que ce soit sur la façon dont la police traite avec nous, sur le rôle de l’urbanisme dans la violence, sur l’éducation – il a dit que nous avions raison. Nous espérons donc que ce ne sont pas que des paroles en l’air », a déclaré le maire d’Umm al-Fahm, Samir Sobhi Mahameed, qui a participé à la réunion, au Times of Israël.

Le maire de la troisième plus grande ville arabe d’Israël a déclaré qu’il faisait preuve d’un « optimisme prudent » quant à l’action de Netanyahu sur cette question.

« Quand le Premier ministre, le ministre de la Sécurité intérieure et le chef de la police viennent tous vous voir avec les mêmes mots et insistent sur le fait que votre problème est le problème de la nation – eh bien, peut-être ont-ils finalement compris qu’ils doivent faire quelque chose », a déclaré Mahameed.

Le Premier ministre a effectué une rare visite mercredi dans la ville arabe de Nazareth, au cours de laquelle il s’est également engagé à adopter « très prochainement » un vaste plan de lutte contre la violence et le crime organisé dans les communautés arabes.

La réunion de dimanche soir a été organisée par Haim Bibas, maire de Modiin, et Mudar Younes, chef du Conseil de Wadi Ara’ara, tous deux à la tête de coalitions nationales de maires. Alors que certains maires arabes avaient appelé à boycotter la réunion avec le Premier ministre, 21 maires et chefs de conseil ont fini par assister à l’appel de Zoom avec Netanyahu.

Des manifestants protestent contre la propagation de la violence et du crime dans les communautés arabes israéliennes, en plus de la prétendue négligence de la police, à Oum al-Fahm le vendredi 15 janvier 2021 (Crédit : Yousef Jabareen)

Dans les sondages d’opinion, les Arabes israéliens ont constamment indiqué que la résolution de la violence dans les communautés arabes était leur priorité absolue. L’année 2020 a vu 96 homicides parmi les Israéliens arabes – la majorité d’entre eux étant des fusillades – le nombre annuel le plus élevé de mémoire récente.

Trois Arabes israéliens et un Palestinien ont déjà été tués dans des homicides à l’intérieur de la Ligne verte depuis le début de 2021 ; quatre autres homicides ont eu lieu à Jérusalem-Est.

De nombreux Arabes israéliens reprochent à la police la montée du crime organisé dans leurs communautés, accusant les flics de ne pas faire respecter l’État de droit dans leurs villes et villages. Les chiffres soumis à un comité de la Knesset sur l’élimination de la criminalité et de la violence dans la société arabe israélienne estiment que 400 000 armes illégales circulent dans la communauté.

Netanyahu a également déclaré qu’il établirait une nouvelle commission ministérielle pour traiter cette question, qu’il dirigerait personnellement.

״La communauté arabe demande plus de police, plus de répression, plus de moyens [pour l’application de la loi], plus de résolution de cas, plus d’éducation contre la violence… la communauté arabe veut se sentir en sécurité, comme tout autre citoyen, et elle a raison de se sentir ainsi », a déclaré Netanyahu.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...