Israël en guerre - Jour 149

Rechercher

Paris : Une plaque d’hommage au nageur juif Alfred Nakache au lycée Janson-de-Sailly

L’auteur Pierre Assouline lui consacre son nouveau livre, "Le Nageur", sorti ce jeudi

Une plaque en hommage au nageur juif Alfred Nakache dévoilée au lycée Janson-de-Sailly par Francis Szpiner, maire du 16e arrondissement de Paris, et le comédien Amir Haddad, à Paris, le 14 mars 2023. (Crédit : Mairie du 16e arrondissement de Paris)
Une plaque en hommage au nageur juif Alfred Nakache dévoilée au lycée Janson-de-Sailly par Francis Szpiner, maire du 16e arrondissement de Paris, et le comédien Amir Haddad, à Paris, le 14 mars 2023. (Crédit : Mairie du 16e arrondissement de Paris)

Le 14 mars dernier, Francis Szpiner, maire du 16e arrondissement de Paris, Yonathan Arfi et Élie Korchia, présidents du Crif et du Consistoire central, Haïm Korsia, grand rabbin de France, ainsi que le comédien Amir Haddad et le metteur en scène Steve Suissa ont inauguré une plaque à la mémoire du nageur juif Alfred Nakache dans la cour du lycée Janson-de-Sailly, à Paris.

Survivant juif d’Auschwitz, plusieurs fois champion de France de natation avant et après sa déportation, le sportif a été élève, puis professeur d’EPS dans ce lycée, en 1939.

Né à Constantine en 1915, il avait une phobie de l’eau durant sa jeunesse, et a commencé la natation afin de vaincre cette peur. Il est devenu champion d’Afrique du Nord à 16 ans et a traversé la Méditerranée trois ans plus tard afin de participer aux Championnats de France de natation – où il est arrivé second au 100m nage libre, derrière la légende Jean Taris.

Lors des JO de Berlin en 1936, il arrive 4e en finale du relais 4 x 200 m, devant l’Allemagne et sous les yeux d’Hitler.

« Artem », son surnom, a été déchu de sa nationalité française et de son poste de professeur au lycée Janson-de-Sailly en 1940 en raison de la législation antisémite du régime de Vichy.

Réfugié avec sa famille à Toulouse, ayant rejoint le club des dauphins du TOEC, il bat plusieurs records et remporte de nombreux titres de champion de France. Le maréchal Pétain, collaborationniste, le félicite pour ses exploits. Ce qui ne l’empêchera pas d’être arrêté par la Gestapo pour faits de résistance puis d’être déporté à Auschwitz et Buchenwald en janvier 1944. Selon sa nièce, son rival, le nageur Jacques Cartonnet, alors chef du service jeunesse et sports de la milice de Haute-Garonne, serait responsable de sa déportation.

Outre les humiliations et les abus de ses tortionnaires, le champion connaît les marches de la mort et, surtout, perd sa femme Paule et sa fille Annie, âgée de 2 ans, gazées à leur arrivée au camp – ce qu’il n’apprend qu’après la guerre.

L’athlète trouve malgré tout le courage et la force de revenir au plus haut niveau et devient champion de France en 1946, après être revenu à Toulouse à sa libération – il ne pesait alors plus que 40 kilos. Il participe aux Jeux Olympiques de Londres en 1948, en natation et en water-polo – il ne remporte pas de médaille.

« Il a aussi repris son métier de professeur de sport », détaille Yvette Benayoun-Nakache, sa nièce, au journal Ouest-France. « Il était jovial de nature mais avait un peu perdu la foi, même si durant les grandes fêtes juives, il mettait sa calotte. Lors des repas de famille, il s’isolait car il avait des bouffées d’angoisse, puis revenait et offrait toujours une de ses médailles à chaque neveu… »

Le champion est décédé en 1983 à l’âge de 67 ans après un malaise cardiaque lors de son kilomètre de nage quotidien. Au fil de sa carrière, il a remporté 15 titres de champion de France, 9 records de France, 3 records d’Europe et un record du monde.

De nombreuses piscines municipales à travers la France portent aujourd’hui son nom, et il a obtenu en 1993 à titre posthume le trophée du grand exemple au Musée international du sport juif en Israël. Il a intégré en mai 2019 le Hall of Fame de la natation mondiale à Fort Lauderdale en Floride, aux États-Unis, 36 ans après sa mort.

Ces derniers mois, le chanteur Amir a présenté la pièce « Sélectionné », seul-en-scène dans lequel il interprétait le rôle d’Alfred Nakache.

L’auteur Pierre Assouline lui consacre son nouveau livre, Le Nageur, sorti ce jeudi chez Gallimard.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.