Terrorisme : des barrières anti-voitures-béliers israéliennes à Montélimar
Rechercher

Terrorisme : des barrières anti-voitures-béliers israéliennes à Montélimar

Devant la recrudescence d'attaques à la voiture ou au camion bélier, une barrière commercialisée par une société israélienne depuis bientôt 15 ans connaît un regain d'intérêt

Pour sécuriser ses festivals estivaux, la ville de Montélimar s’est dotée de 24 modules de sécurité, des barrière anti-voitures béliers achetées à une entreprise israélienne, dont le coût total avoisine les 40 000 euros.

L’intérêt de ces barrières explique le maire de la ville Franck Reynier à France bleu, est que « ce système de barrières est plus facile à manipuler ».

« C’est très compliqué pour les collectivités d’installer de gros plots en béton », a-t-il ajouté. « Il faut amener des camions et des pelleteuses, ça demande beaucoup de temps ».

Après l’attentat de Barcelone, rappelant ceux ayant frappé Nice, Berlin Londres, Jérusalem et Stockholm, le festival d’Avignon avait également décidé de se procurer des barrières conçues en Israël.

Ces dispositifs équipaient déjà des sites sensibles gérés par l’armée américaine, le FBI, l’armée et la police japonaise, l’armée israélienne et d’autres clients prestigieux que le site Mifram Security met en avant sur son site internet.

« La mairie d’Avignon a […] choisi de s’équiper de barrières spécifiques, des Mobilar vehicle barrier (MVB) », raconte l’Obs, « un dispositif venu d’Israël, pays qui fait face depuis longtemps à ce genre d’assauts. Un matériel capable d’arrêter presque tous les types de véhicules, y compris des camions lourds lancés à grande vitesse, selon son producteur, la compagnie israélienne Mifram Security. »

Le responsable de la sécurité de la mairie d’Avignon explique avoir choisi ce dispositif pour sa relative discrétion, en comparaison d’autres dispositifs, préservant le côté festif de l’évènement.

Une barrière de quatre mètres de long coûte 23 000 euros.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...