Israël en guerre - Jour 231

Rechercher

Tsahal aurait tiré des missiles sur la défense radar du site nucléaire secret en Iran

Les médias US indiquent que des missiles ont touché la base aérienne d'Ispahan, et non de Natanz, situé à proximité ; l'Iran insiste sur l’utilisation de petits drones ; des débris de missiles retrouvés en Irak

Cette photo satellite de Planet Labs PBC montre la construction d'une nouvelle installation souterraine sur le site nucléaire iranien de Natanz, le 14 avril 2023. (Crédit : Planet Labs PBC/AP)
Cette photo satellite de Planet Labs PBC montre la construction d'une nouvelle installation souterraine sur le site nucléaire iranien de Natanz, le 14 avril 2023. (Crédit : Planet Labs PBC/AP)

Une attaque imputée à Israël en Iran dans la nuit de jeudi à vendredi a dépassé la portée de plusieurs petits drones décrits par Téhéran, ont rapporté les médias américains plus tard dans la journée de vendredi. L’attaque aurait comporté trois missiles lancés par des avions de l’armée de l’air israélienne qui auraient visé un site radar de défense aérienne près d’Ispahan, faisant partie d’un dispositif de défense du site nucléaire ultra-confidentiel de Natanz, situé non loin de là.

Les informations, d’abord publiées par ABC, citent un responsable américain qui affirme que les missiles ont été tirés depuis l’extérieur de l’espace aérien iranien.

Selon la chaîne ABC, la frappe a été « très limitée ». Elle indique que, selon une première évaluation, la frappe a détruit le site radar, mais que l’évaluation n’est pas encore terminée.

ABC n’a pas précisé si les missiles sont à ajouter aux drones signalés par l’Iran.

Un article du New York Times paru tard dans la journée de vendredi, qui affirmait également que des avions israéliens avaient tiré les missiles, notait que les nouvelles informations suggéraient que la frappe israélienne « comprenait une puissance de feu plus avancée que ne l’indiquaient les premières informations ».

Le Times a indiqué qu’il n’était « pas encore clair quels types de missiles ont été utilisés, d’où ils ont été tirés, si certains ont été interceptés par les défenses de l’Iran ou où ils ont atterri ».

Des personnes visitant la place Naqsh-e Jahan devant la mosquée Shah dans la ville centrale d’Isfahan, en Iran, le 19 avril 2024. (Crédit : Rasoul Shojaei/IRNA/AFP)

L’Iran avait déjà affirmé que trois petits drones étaient impliqués dans l’attaque d’Ispahan. La télévision d’État a déclaré que les petits aéronefs avaient été détruits par les défenses aériennes et n’a fait aucune mention de missiles ou de dommages dans l’attaque.

Les autorités ont déclaré que les défenses aériennes avaient tiré sur une importante base aérienne à Ispahan, qui abrite depuis longtemps la flotte iranienne de F-14 Tomcats de fabrication américaine, achetés avant la révolution islamique de 1979.

Israël n’a pas officiellement commenté cette attaque.

Citant des « sources militaires américaines haut placées », Fox News a rapporté que la cible de la frappe était une base militaire à Ispahan, et non les installations nucléaires lourdement fortifiées elles-mêmes, qui se trouvent à une centaine de kilomètres au nord de la ville, en grande partie enfouies sous une montagne.

Un camion militaire iranien transportant des pièces d’un système de missiles de défense aérienne S-300 lors d’un défilé militaire dans le cadre d’une cérémonie marquant la Journée annuelle de l’Armée du pays, à Téhéran, le 17 avril 2024. (Crédit : Atta Kenare/AFP)

« Les Israéliens ont frappé ce qu’ils voulaient frapper », a déclaré l’une des sources à Fox News, ajoutant qu’une cible principale avait été touchée à plusieurs reprises et que le système de défense aérienne iranien de fabrication russe s’était avéré inefficace.

Les cibles de la frappe comprenaient les systèmes de défense aérienne de la base militaire, qui sont utilisés pour protéger les installations nucléaires voisines, a rapporté Fox.

Le message d’Israël avec cette frappe était de vendre aux Iraniens l’idée que « nous pouvons vous atteindre et vous toucher », a déclaré la source.

Des images satellites visionnées par le Times of Israel ont montré que le système radar avait été endommagé près de l’aéroport d’Ispahan. Les images n’ont pas encore été autorisées à la publication, conformément à la politique de l’agence qui a pris la photo.

D’autres images satellites de radar à synthèse d’ouverture prises vendredi montrent également que le site radar a été pris pour cible.

Si les autorités israéliennes sont restées officiellement silencieuses sur cette attaque, un certain nombre d’hommes politiques et d’anciens fonctionnaires se sont exprimés à ce sujet.

S’adressant à la Douzième chaîne, le général à la retraite Israel Ziv, ancien chef des opérations de l’armée israélienne, a déclaré que si l’attaque avait été menée par Israël, elle n’avait pas pour but de causer des destructions majeures, mais d’envoyer un « message très clair à l’Iran », en démontrant le « fossé technologique » entre Israël et l’Iran et en soulignant la capacité de Tsahal à pénétrer dans les sites les plus sensibles de l’Iran.

Quelques heures après la frappe, le secrétaire américain à la Défense, Lloyd Austin, s’était entretenu avec son homologue israélien, Yoav Gallant, a indiqué le Pentagone, ajoutant qu’ils avaient discuté, entre autres, du « maintien de la stabilité au Proche-Orient ».

Malgré les informations selon lesquelles le site radar a été détruit, les images satellite publiées par CNN ne semblent pas montrer de dégâts importants sur la base aérienne iranienne d’Ispahan.

Les images satellite du radar à synthèse d’ouverture (SAR) ont été prises vers 10h18, heure locale, soit cinq heures après la frappe.

« Il ne semble pas y avoir de grands cratères au sol ni de bâtiments apparemment détruits », a indiqué CNN, précisant que ces résultats devaient être confirmés par des images satellites régulières permettant de détecter des éléments tels que des brûlures.

Les images SAR sont créées par un satellite transmettant des faisceaux radar capables de traverser les nuages, comme ceux qui empêchent actuellement les satellites d’imager la zone. Ces faisceaux radar rebondissent sur des objets au sol et sont renvoyés au satellite.

Malgré ces informations, l’Iran a continué à affirmer que seuls plusieurs petits drones avaient été lancés et qu’ils n’avaient causé aucun dégât.

Le ministre iranien des Affaires étrangères, Hossein Amir-Abdollahian, a déclaré que les drones n’avaient causé aucun dégât ni aucune victime, dans des propos tenus devant les envoyés des pays musulmans à New York et cités par les médias iraniens.

« Les médias qui soutiennent le régime sioniste [Israël], dans un effort désespéré, ont tenté de faire de leur défaite une victoire, alors que les mini-drones abattus n’ont causé aucun dégât ni aucune victime », a-t-il déclaré.

Lors d’une réunion avec son homologue brésilien, Amir-Abdollahian a déclaré : « Le principal facteur de stabilité et de sécurité dans la région est l’arrêt des crimes du régime sioniste à Gaza et en Cisjordanie et l’établissement d’un cessez-le-feu durable. »

Des Iraniennes brandissant les drapeaux de la Palestine et de l’Iran rassemblées lors d’une manifestation anti-Israël après la prière du vendredi midi, à Téhéran, le 19 avril 2024. (Crédit : Atta Kenare/AFP)

Amir-Abdollahian s’est rendu à New York pour assister à une réunion du Conseil de sécurité des Nations unies sur le Moyen-Orient.

Les informations selon lesquelles Israël aurait tiré des missiles semblent correspondre aux débris trouvés en Irak dans la matinée, après que des habitants de Bagdad ont déclaré avoir entendu des bruits d’explosion.

Des images ont montré ce qui semblait être des parties d’un missile sol-air (SAM) à deux étages près de Latifiya, au sud-ouest de Bagdad, qui se seraient détachées après le lancement du missile, bien que cela n’ait pas été confirmé.

Israël dispose de plusieurs types de ces munitions pour son armée de l’air, ce qui soulève la possibilité qu’elles aient été tirées dans le cadre de l’attaque.

Des responsables irakiens inspectant un missile trouvé à environ 75 kilomètres au sud-ouest de Bagdad, alors que des informations ont laissé entendre que des projectiles ont été tirés par l’Iran dans la nuit du 18 au 19 avril 2024, une photo prise le 19 avril 2024. (Crédit : Capture d’écran Youtube ; utilisée conformément à la clause 27a de la loi sur les droits d’auteur)

Par ailleurs, à peu près au moment de l’incident en Iran, l’agence de presse syrienne SANA a cité un communiqué militaire indiquant qu’Israël avait effectué un tir de missile visant une unité de défense aérienne du sud du pays et l’ayant endommagée. L’Observatoire syrien des droits de l’homme (OSDH), un organisme d’observation de la guerre basé en Grande-Bretagne, a déclaré que la frappe avait touché un radar militaire des forces gouvernementales. L’OSDH n’a pas précisé s’il y avait des victimes.

Cette région de la Syrie se trouve directement à l’ouest d’Ispahan, à quelque 1 500 kilomètres de là, et à l’est d’Israël, et pourrait fournir une indication sur l’itinéraire emprunté par les avions israéliens.

L’agence de presse Tasnim a publié une vidéo de l’un de ses reporters, qui a déclaré se trouver dans la zone sud-est de Zerdenjan, près de la « montagne de l’énergie nucléaire » d’Ispahan. Les images montrent deux positions différentes de canons anti-aériens, et des détails de la vidéo correspondent à des caractéristiques connues du site de l’installation iranienne de conversion de l’uranium à Ispahan.

« À 16h45, nous avons entendu des coups de feu. « C’était la défense aérienne, ces gars que vous regardez, et là-bas aussi. »

Ispahan, Natanz et le programme nucléaire iranien

Une grande partie de la capacité de production nucléaire de l’Iran « est basée autour d’Ispahan et du complexe d’enrichissement nucléaire de Natanz, à 120 km au nord », a rapporté le New York Times vendredi en fin de journée. Israël a répété à plusieurs reprises des bombardements et des frappes de missiles pour les éliminer, note le journal.

Bien que le gouvernement israélien ait choisi de ne pas le faire tôt vendredi, ajoute le journal, les responsables américains s’inquiètent désormais du fait que les relations entre Israël et l’Iran sont « très différentes de ce qu’elles étaient il y a à peine une semaine ». « Le tabou des frappes directes sur le territoire de l’autre pays a disparu. S’il y a un nouveau round – un conflit sur les avancées nucléaires de l’Iran ou une nouvelle frappe d’Israël sur des officiers militaires iraniens – les deux parties pourraient se sentir plus libres de se lancer directement l’une contre l’autre. »

L’installation d’Ispahan exploite trois petits réacteurs de recherche fournis par la Chine, tout en s’occupant de la production de combustible et d’autres activités pour le programme nucléaire civil de l’Iran.

Des centrifugeuses dans l’installation d’enrichissement de l’uranium de Natanz, près de Natanz, en Iran, publiée le 5 novembre 2019. (Crédit : Agence iranienne de l’énergie atomique via AP)

Le site d’enrichissement souterrain de Natanz, profondément fortifié, a été à maintes reprises la cible d’attaques de sabotage présumées de la part d’Israël.

La télévision d’État a qualifié tous les sites atomiques de la région de « totalement sûrs ». L’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA), l’organe de surveillance nucléaire de l’ONU, a également déclaré que les sites nucléaires iraniens n’avaient subi aucun dégât à la suite de l’incident.

L’AIEA « continue d’appeler tout le monde à la plus grande retenue et rappelle que les installations nucléaires ne doivent jamais être la cible de conflits militaires », a déclaré l’agence.

Le programme nucléaire iranien a rapidement progressé vers la production d’uranium enrichi à des niveaux presque militaires depuis l’effondrement de son accord atomique avec les puissances mondiales après que le président américain de l’époque, Donald Trump, a retiré l’Amérique de l’accord connu sous le nom de JCPOA en 2018.

Alors que l’Iran insiste sur le fait que son programme est destiné à des fins pacifiques, les nations occidentales et l’AIEA affirment que Téhéran a exploité un programme d’armement militaire confidentiel jusqu’en 2003. L’AIEA a averti que l’Iran détenait désormais suffisamment d’uranium enrichi pour fabriquer plusieurs armes nucléaires s’il le souhaitait – bien que la communauté du renseignement américain maintienne que Téhéran ne cherche pas activement à obtenir la bombe.

L’insistance de l’Iran sur le fait que la frappe a été effectuée par des drones et n’a causé aucun dégât semble faire partie d’un effort visant à minimiser la gravité de l’attaque.

L’Iran n’a pas l’intention d’exercer des représailles immédiates contre Israël, a déclaré un haut responsable iranien. Ce dernier a également mis en doute le fait qu’Israël soit à l’origine de l’attaque d’Ispahan, malgré les déclarations de certains hommes politiques israéliens qui acceptent, pour ainsi dire, la responsabilité de l’attaque.

Associés à une réponse modérée des médias officiels iraniens, les remarques du haut fonctionnaire indiquent que Téhéran n’a peut-être pas envie de risquer une guerre pour mettre à exécution ses menaces d’attaquer Israël en cas de représailles à la suite d’une attaque de missiles et de drones survenue ce week-end, et qu’il cherche un moyen d’éviter d’être tenu par ces promesses belliqueuses.

« L’origine étrangère de l’incident n’a pas été confirmée », a déclaré le responsable iranien sous couvert d’anonymat.

« Nous n’avons pas reçu d’attaque extérieure et la discussion penche davantage vers l’infiltration que vers l’attaque. »

Il a ajouté que l’Iran n’avait pas l’intention de riposter immédiatement à l’attaque.

Dans un discours, le président iranien Ebrahim Raïssi a salué l’attaque de représailles sans précédent lancée par Téhéran contre Israël il y a près d’une semaine, mais sans faire mention des dernières explosions.

Cette opération « a montré notre autorité, la volonté d’acier de notre peuple et notre unité », a déclaré Raïssi devant des centaines de personnes dans la province de Semnan, à l’est de Téhéran.

Le président iranien Ebrahim Raïssi s’exprimant lors du défilé de la Journée de l’Armée, sur une base militaire, dans le nord de Téhéran, en Iran, le 17 avril 2024. (Crédit : Vahid Salemi/AP)

Dans la plupart des commentaires officiels et des articles de presse, Israël n’a pas été mentionné, et la télévision d’État a diffusé des analystes et des experts qui semblaient dédaigner l’ampleur de la situation.

En Israël, les autorités sont restées officiellement muettes, mais un certain nombre de politiciens et d’anciens fonctionnaires se sont exprimés sur la frappe.

Le ministre de la Sécurité nationale, Itamar Ben Gvir, un partisan de la ligne dure qui avait préconisé une réponse énergique à l’attaque iranienne de dimanche, a tweeté le seul mot « nul ».

Selon un reportage de la Douzième chaîne, des responsables du cercle rapproché du Premier ministre Benjamin Netanyahu ont reproché à Ben Gvir d’avoir porté atteinte à la sécurité nationale d’Israël, déclarant que le ministre d’extrême-droite « était et reste puéril et hors de propos dans toute discussion ».

Le chef de l’opposition, Yaïr Lapid, a également critiqué Ben Gvir.

« Jamais un ministre n’a autant nui à la sécurité, à l’image et à la réputation internationale du pays », a écrit Lapid sur X. « En un tweet impardonnable d’un seul mot, Ben Gvir a réussi à faire d’Israël la risée de tous, le déshonorant de Téhéran à Washington. »

La réponse israélienne aurait été tempérée par la pression internationale afin de s’assurer qu’elle n’aggrave pas les tensions.

Depuis des années, Israël applique une stratégie de déni plausible en ce qui concerne ses attaques contre les intérêts iraniens en Syrie, refusant d’assumer la responsabilité ou de parler publiquement de sorties spécifiques et donnant à l’Iran et à ses mandataires – ou proxys – la possibilité d’éviter les représailles.

Cette stratégie a toutefois ses limites. Israël n’a pas assumé la responsabilité d’une frappe meurtrière sur une annexe du consulat iranien à Damas le 1er avril, qui a tué plusieurs membres du Corps des Gardiens de la Révolution islamique (CGRI), dont un officier supérieur. Néanmoins, l’Iran a réagi dimanche soir en lançant plus de 500 missiles de croisière, missiles balistiques et drones armés sur Israël.

La quasi-totalité de ces missiles ont été interceptés par Israël, avec l’aide des États-Unis, du Royaume-Uni, de la France et de la Jordanie. Une enfant israélienne de 7 ans, la seule victime de l’attaque, a été grièvement blessée par la chute d’éclats d’obus. La base aérienne de Nevatim, qui était visée, a également été légèrement endommagée, selon des responsables israéliens.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.
image
Inscrivez-vous gratuitement
et continuez votre lecture
L'inscription vous permet également de commenter les articles et nous aide à améliorer votre expérience. Cela ne prend que quelques secondes.
Déjà inscrit ? Entrez votre email pour vous connecter.
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
SE CONNECTER AVEC
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation. Une fois inscrit, vous recevrez gratuitement notre Une du Jour.
Register to continue
SE CONNECTER AVEC
Log in to continue
Connectez-vous ou inscrivez-vous
SE CONNECTER AVEC
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un e-mail à .
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.