Israël en guerre - Jour 142

Rechercher

Halevi : L’opération terrestre dans le sud de Gaza a commencé et sera aussi « puissante » que dans le nord

Des habitants du sud de Gaza ont été invités à évacuer * Gallant rencontre une otage libérée et promet de ramener son fils * Des missiles tirés depuis Gaza et le Liban * Tsahal annonce la mort de 2 autres soldats

  • Le sergent d’état-major de Tsahal, Aschalwu Sama et le Sgt. Première Classe (res.) Or Brandes. (FDI)
    Le sergent d’état-major de Tsahal, Aschalwu Sama et le Sgt. Première Classe (res.) Or Brandes. (FDI)
  • Un homme dans les décombres d'un immeuble à la suite d'une frappe israélienne nocturne à Rafah, dans le sud de la bande de Gaza, le 3 décembre 2023 (SAID KHATIB / AFP)
    Un homme dans les décombres d'un immeuble à la suite d'une frappe israélienne nocturne à Rafah, dans le sud de la bande de Gaza, le 3 décembre 2023 (SAID KHATIB / AFP)
  • Des manifestants participent à un rassemblement en faveur de la libération des otages détenus à Gaza depuis l’attaque du 7 octobre, à Tel Aviv, le 2 décembre 2023. (Crédit : AHMAD GHARABLI / AFP)
    Des manifestants participent à un rassemblement en faveur de la libération des otages détenus à Gaza depuis l’attaque du 7 octobre, à Tel Aviv, le 2 décembre 2023. (Crédit : AHMAD GHARABLI / AFP)
  • Des troupes israéliennes opérant dans la bande de Gaza, sur une photo publiée le 3 décembre 2023. (Crédit : Armée israélienne)
    Des troupes israéliennes opérant dans la bande de Gaza, sur une photo publiée le 3 décembre 2023. (Crédit : Armée israélienne)
  • Une photo prise depuis le sud d'Israël, près de la frontière avec la bande de Gaza, le 3 décembre 2023, montre de la fumée s'échappant de l'enclave palestinienne lors des frappes israéliennes (Crédit : JACK GUEZ / AFP)
    Une photo prise depuis le sud d'Israël, près de la frontière avec la bande de Gaza, le 3 décembre 2023, montre de la fumée s'échappant de l'enclave palestinienne lors des frappes israéliennes (Crédit : JACK GUEZ / AFP)
  • Des troupes israéliennes opérant dans la bande de Gaza, sur une photo publiée le 3 décembre 2023. (Crédit : Armée israélienne)
    Des troupes israéliennes opérant dans la bande de Gaza, sur une photo publiée le 3 décembre 2023. (Crédit : Armée israélienne)
  • Des manifestants brandissent des pancartes avec la photo d'Omer Shem Tov, 21 ans, lors d'une manifestation pour demander la libération des otages détenus à Gaza depuis l'attaque du 7 octobre, à Tel Aviv, le 2 décembre 2023. (Crédit : AHMAD GHARABLI / AFP)
    Des manifestants brandissent des pancartes avec la photo d'Omer Shem Tov, 21 ans, lors d'une manifestation pour demander la libération des otages détenus à Gaza depuis l'attaque du 7 octobre, à Tel Aviv, le 2 décembre 2023. (Crédit : AHMAD GHARABLI / AFP)
  • Des habitants du complexe résidentiel Hamad Town, financé par le Qatar, fuyant avec quelques biens suite à une frappe israélienne, à Khan Younès, dans le sud de la bande de Gaza, le 2 décembre 2023. (Crédit : Mahmud Hams/AFP)
    Des habitants du complexe résidentiel Hamad Town, financé par le Qatar, fuyant avec quelques biens suite à une frappe israélienne, à Khan Younès, dans le sud de la bande de Gaza, le 2 décembre 2023. (Crédit : Mahmud Hams/AFP)
  • Des troupes israéliennes opérant dans la bande de Gaza, sur une photo publiée le 3 décembre 2023. (Crédit : Armée israélienne)
    Des troupes israéliennes opérant dans la bande de Gaza, sur une photo publiée le 3 décembre 2023. (Crédit : Armée israélienne)
  • Des roquettes tirées vers Israël depuis la bande de Gaza, vues depuis le sud d'Israël, le 2 décembre 2023. (Crédit : AP Photo/Leo Correa)
    Des roquettes tirées vers Israël depuis la bande de Gaza, vues depuis le sud d'Israël, le 2 décembre 2023. (Crédit : AP Photo/Leo Correa)
  • Des soldats de Tsahal interviennent dans le nord de Gaza sur cette photo publiée le 23 novembre 2023. (Crédit : Tsahal)
    Des soldats de Tsahal interviennent dans le nord de Gaza sur cette photo publiée le 23 novembre 2023. (Crédit : Tsahal)
  • Camion de transport de carburant entré à Rafah, dans le sud de la bande de Gaza, le 15 novembre 2023, au milieu des combats en cours entre Israël et le Hamas. (Crédit : SAÏD KHATIB / AFP)
    Camion de transport de carburant entré à Rafah, dans le sud de la bande de Gaza, le 15 novembre 2023, au milieu des combats en cours entre Israël et le Hamas. (Crédit : SAÏD KHATIB / AFP)
  • Des soldats de Tsahal se déploient dans la bande de Gaza avant l'entrée en vigueur d'un cessez-le-feu, comme le montrent des photos publiées le 24 novembre 2023. (Crédit : Armée israélienne)
    Des soldats de Tsahal se déploient dans la bande de Gaza avant l'entrée en vigueur d'un cessez-le-feu, comme le montrent des photos publiées le 24 novembre 2023. (Crédit : Armée israélienne)
  • Des parents et des amis d'otages détenus dans la bande de Gaza par le groupe terroriste Hamas appelant à leur libération, sur la "Place des Otages", au Musée d'art de Tel Aviv, le 2 décembre 2023. (Crédit : Ariel Schalit/AP Photo)
    Des parents et des amis d'otages détenus dans la bande de Gaza par le groupe terroriste Hamas appelant à leur libération, sur la "Place des Otages", au Musée d'art de Tel Aviv, le 2 décembre 2023. (Crédit : Ariel Schalit/AP Photo)

Doha dit s’impliquer à Blinken dans les efforts de trêve entre Israël et le Hamas

Le secrétaire d’État américain Antony Blinken s’est entretenu lundi avec le Premier ministre qatari, Sheikh Mohammed Bin Abdulrahman al-Thani, pour évoquer la guerre contre le Hamas à Gaza et les efforts continus vers un cessez-le-feu et la désescalade, a fait savoir l’agence de presse du pays.

Al-Thani a dit à Blinken que le Qatar était engagé, aux côtés de ses partenaires de médiation, en faveur des efforts en cours visant à restaurer le « calme » après plus de huit semaines de guerre dans le sillage du massacre, le 7 octobre, d’environ 1 200 personnes, des civils en majorité, sur le sol israélien et l’enlèvement d’environ 240 otages israéliens et étrangers.

Dans un post écrit sur X, Blinken a écrit s’être entretenu avec Al-Thani au sujet « des efforts en cours visant à faciliter le retour de tous les otages sains et saufs et visant à augmenter encore la quantité des aides distribuées aux civils à Gaza ».

Blinken a aussi fait part une nouvelle fois « de sa gratitude à l’égard du partenariat du Qatar et des efforts déterminants livrés pour garantir la libération des otages détenus par le Hamas et pour avoir permis à la récente pause humanitaire d’être mise en place à Gaza », a noté le porte-parole Matthew Miller dans un communiqué.

Le Qatar avant négocié une trêve temporaire qui a duré sept jours – jusqu’à vendredi dernier – qui a été l’occasion de la remise en liberté de plus de cent otages, femmes et enfants. Mais le cessez-le-feu temporaire s’est effondré, jeudi dans la soirée, quand le Hamas n’a pas fourni de liste de captifs qui devaient être remis en liberté, le jour suivant – comme le prévoyait l’accord. Trois prisonniers palestiniens incarcérés pour atteinte à la sécurité nationale ont pu recouvrer la liberté contre chaque otage civil israélien rapatrié au sein de l’État juif. Il y a également eu une pause dans les combats à Gaza et une augmentation des aides humanitaires autorisées à pénétrer dans l’enclave côtière.

Israël a affirmé que le Hamas refusait de relâcher un plus grand nombre de femmes et les deux enfants qui se trouvent encore entre ses mains, contrevenant ainsi aux règles de l’accord.

De surcroît, vendredi matin, le Hamas avait tiré des roquettes en direction du territoire israélien. Israël a donc repris sa campagne militaire aérienne et terrestre à Gaza.

Al-Thani a confié à Blinken que la reprise des combats compliquait les efforts de médiation entre les deux parties et exacerbait la crise humanitaire à Gaza.

Le Premier ministre qatari a fait savoir que son pays condamnait les atteintes aux civils, en particulier aux femmes et aux enfants, ainsi que « les sanctions collectives » dans toutes les circonstances. Il a vivement recommandé l’ouverture de couloirs humanitaires dans la bande pour offrir un passage sûr aux civils et pour acheminer les aides.

Entretien téléphonique entre Netanyahu, le cabinet de guerre et les responsables de la sécurité

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu rencontre des conseillers au quartier général militaire de Kirya à Tel Aviv, le 3 décembre 2023. (Autorisation)
Le Premier ministre Benjamin Netanyahu rencontre des conseillers au quartier général militaire de Kirya à Tel Aviv, le 3 décembre 2023. (Autorisation)

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu procède à une évaluation téléphonique avec des conseillers, a indiqué son bureau.

Selon le Cabinet du Premier ministre, Netanyahu est actuellement en liaison téléphonique avec le ministre de la Défense Yoav Gallant, les ministres Benny Gantz, Gadi Eisenkot et Ron Dermer, le député Aryeh Deri, le chef de Tsahal Herzi Halevi, le chef du Mossad David Barnea, le chef du Conseil de sécurité nationale Tzachi Hanegbi et d’autres hauts responsables.

Tsahal publie des images de la frappe aérienne qui a tué un commandant du Hamas

De la fumée s’élevant suite à une frappe israélienne dans la bande de Gaza, sur une photo prise depuis le sud d'Israël, le 3 décembre 2023. (Crédit : Leo Correa/AP Photo)
De la fumée s’élevant suite à une frappe israélienne dans la bande de Gaza, sur une photo prise depuis le sud d'Israël, le 3 décembre 2023. (Crédit : Leo Correa/AP Photo)

L’armée israélienne diffuse des images d’une frappe aérienne dans la bande de Gaza aujourd’hui, tuant le commandant du bataillon Shati du groupe terroriste palestinien du Hamas.

Tsahal affirme que Haitham Hawajri était responsable de l’envoi de terroristes du Hamas en Israël lors du massacre du 7 octobre, et qu’il a dirigé les combats contre les troupes israéliennes dans le camp de Shati de Gaza City lors de l’incursion terrestre.

Selon l’armée, Hawajri, et son bataillon, étaient chargés de sécuriser l’hôpital al-Shifa de la ville de Gaza, où le groupe terroriste a une base d’opérationsen dessous.

« Dans le cadre de son rôle, Hawajri était responsable de nombreuses activités terroristes contre les citoyens de l’État d’Israël », ajoute Tsahal dans un communiqué.

Irak : 5 combattants pro-Iran tués dans un bombardement

Au moins cinq combattants en Irak d’un groupe terroriste pro-Iran affilié au Hachd al-Chaabi ont été tués dimanche soir dans un bombardement aérien dans la province de Kirkouk, dans le nord du pays, ont rapporté deux sources de sécurité.

Le « bombardement aérien » dont les auteurs n’ont pas été identifiés a visé un « site » tenu par une faction du Hachd al-Chaabi, coalition d’ex-paramilitaires désormais intégrés aux forces régulières, selon un haut responsable de sécurité à Kirkouk.

La frappe n’a pas été revendiquée mais elle intervient au lendemain d’une mise en garde adressée par le gouvernement irakien aux Etats-Unis contre toute « attaque » sur son territoire.

Le porte-parole de Tsahal affirme que les troupes terrestres opèrent dans tout Gaza

Un soldat israélien dans la bande de Gaza, sur cette image publiée le 3 décembre 2023. (Crédit : Armée israélienne)
Un soldat israélien dans la bande de Gaza, sur cette image publiée le 3 décembre 2023. (Crédit : Armée israélienne)

Le porte-parole de Tsahal, le contre-amiral Daniel Hagari, a déclaré que l’armée étendait son offensive terrestre à « toutes les zones de la bande de Gaza ».

Il a affirmé que, partout où le Hamas opère, Tsahal interviendra.

Hagari a révélé également que le commandant du bataillon Shati du Hamas avait été tué aujourd’hui lors d’une frappe aérienne dans la bande de Gaza. Il a affirmé que le commandant du Hamas « avait dirigé les combats dans la région de Shati et que les plans visant à attaquer Israël lors du massacre du 7 octobre avaient été mis à exécution sous son commandement ».

« Nous traquons 24 heures sur 24 les hauts dirigeants du Hamas dans la bande de Gaza. Le but est d’éliminer chacun d’entre eux », a répondu Hagari à une question.

Le chef du Shin Bet prévient qu’Israël s’en prendra aux chefs du Hamas « au Liban, en Turquie, au Qatar »

Le chef du Shin Bet, Ronen Bar, à gauche, et le chef d'état-major de Tsahal, le lieutenant-général Herzi Halevi, dans la salle de commandement des opérations spéciales de l'agence du sécurité intérieure du Shin Bet, le 27 octobre 2023. (Crédit : Shin Bet)
Le chef du Shin Bet, Ronen Bar, à gauche, et le chef d'état-major de Tsahal, le lieutenant-général Herzi Halevi, dans la salle de commandement des opérations spéciales de l'agence du sécurité intérieure du Shin Bet, le 27 octobre 2023. (Crédit : Shin Bet)

Dans des enregistrements révélés ce soir par la chaîne publique Kan, le chef du Shin Bet, Ronen Bar, déclare que l’agence de renseignement s’en prendra aux chefs du Hamas « au Liban, en Turquie, au Qatar ».

« Le gouvernement nous a fixé un objectif : éliminer le Hamas. Et nous sommes déterminés à le faire, c’est notre Munich », peut-on l’entendre dire dans ces enregistrements, semblant faire référence à l’opération israélienne visant à assassiner les terroristes responsables des attentats de Munich de 1972, qui a duré plusieurs années.

« Partout, à Gaza, en Cisjordanie, au Liban, en Turquie, au Qatar », poursuit-il. « Cela prendra quelques années, mais nous le ferons. »

Bar a admis que l’agence de renseignement avait échoué dans sa mission avant l’attaque du Hamas du 7 octobre, mais que le Shin Bet « était désormais sur une tendance ascendante » et tirait déjà les leçons des échecs de cette journée et les mettait en œuvre.

Le chef du Shin Bet a affirmé que les menaces contre Israël au cours de l’année écoulée étaient « sans précédent », et que la plupart d’entre elles n’étaient pas connues du public.

La 12e chaine rapporte que le Hamas a produit un plan d’attaque majeure dès 2016, que Tsahal a obtenu en 2018

Des Palestiniens célèbrent la destruction d'un char israélien à la barrière de la bande de Gaza, à l'est de Khan Younis, le 7 octobre 2023. (Crédit : AP/Hassan Eslaiah)
Des Palestiniens célèbrent la destruction d'un char israélien à la barrière de la bande de Gaza, à l'est de Khan Younis, le 7 octobre 2023. (Crédit : AP/Hassan Eslaiah)

Le Hamas a préparé en 2016 un plan opérationnel visant à une infiltration massive du sud d’Israël, comprenant des attaques contre des villes et des kibboutzim et des enlèvements massifs, a rapporté la Douzième chaîne.

Le plan a été obtenu par la branche du renseignement militaire de Tsahal en mars 2018, indique la chaine, sans citer ses sources.

Le plan d’octobre 2016 prévoyait la destruction de la base de la Brigade Gaza de Tsahal à Reim, l’invasion de la ville frontalière de Sderot et de plusieurs kibboutzim entourant Gaza, ainsi que l’enlèvement d’un grand nombre de personnes – ce que le Hamas a réalisé le 7 octobre dernier.

Le plan de 2016, qui précisait que l’invasion aurait lieu à l’automne, comporterait également plusieurs éléments qui n’auraient pas été mis en œuvre lors de l’attaque dévastatrice d’il y a huit semaines, notamment une occupation des territoires capturés pour une période indéfinie et l’activation de « cellules dormantes » à Jérusalem et en Cisjordanie.

Israël travaillait à l’époque sur une barrière souterraine destinée à empêcher le Hamas de pénétrer en Israël, indique le reportage télévisé, tandis que le Hamas travaillait déjà sur des plans pour une attaque massive à travers la barrière frontalière.

Au cours des presque deux mois qui se sont écoulés depuis que 3 000 terroristes dirigés par le Hamas ont franchi la frontière, massacré 1 200 personnes et pris quelque 240 otages, plusieurs sources ont indiqué que la sécurité israélienne disposait de renseignements considérables et d’autres éléments indiquant une attaque majeure du Hamas, et qu’un ensemble d’avertissements émanant de soldats de surveillance, d’officiers de renseignement et d’autres avaient été ignorés, alors que les hauts gradés militaires estimaient que le Hamas semblait avoir été dissuadé d’une telle attaque et ne cherchait pas à engager des hostilités contre Israël.

Yossi Cohen : Les opérations terrestres dans le sud de Gaza « seront beaucoup plus compliquées »

Yossi Cohen lors de la conférence du Jerusalem Post, le 12 octobre 2021. (Crédit :  Yonatan Sindel/Flash90)
Yossi Cohen lors de la conférence du Jerusalem Post, le 12 octobre 2021. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)

L’ancien chef du Mossad Yossi Cohen a déclaré que les opérations terrestres de Tsahal dans le sud de Gaza seront plus délicates compte tenu de la population civile extrêmement dense, notamment avec la présence des habitants qui ont fui les combats dans le nord de Gaza.

« L’évacuation des civils dans le sud de Gaza sera beaucoup plus compliquée », a déclaré Cohen dans une interview à la Douzième chaîne. « Cela ne nous laisse pas beaucoup de place pour opérer. »

Il a affirmé qu’une telle réalité « rendait la tâche plus difficile pour nous », soulignant également la pression internationale et l’inquiétude des États-Unis quant à la protection des civils.

Cohen a indiqué qu’il était « difficile de dire combien de temps les choses prendront » jusqu’à la fin de la guerre. « La guerre prendra fin lorsque le Hamas ne nous tirera plus du tout dessus… et lorsqu’il n’aura plus de capacités militaires. »

Il se dit « convaincu… qu’il y a une chose qui a poussé le Hamas à nous parler, c’est l’opération aérienne et terrestre massive de Tsahal », et il estime donc que le retour aux combats est la « bonne chose » pour le retour des autres otages, « et nous n’abandonnerons pas jusqu’à ce que le tout dernier otage soit entre nos mains ».

Cohen a ajouté que le chef du Hamas Yahya Sinwar « voit ce qu’il a déjà perdu », affirmant qu’Israël devait « s’en prendre à lui… cet homme ne devrait pas exister ».

Il a également déclaré qu’Israël « ne voulait pas prendre le contrôle total de Gaza après la guerre », mais a dit qu’il pourrait y avoir une certaine présence sécuritaire, ajoutant que les dirigeants palestiniens et les nations arabes pourraient également jouer un rôle dans la direction de la bande de Gaza à l’avenir mais que l’Autorité palestinienne ne pourrait pas le faire seule.

Barkat confirme qu’il ne votera pas cette semaine pour la mise à jour du budget de guerre

Nir Barkat, ministre de l'Économie et de l'Industrie, au bureau du Premier ministre, à Jérusalem, le 10 septembre 2023. (Crédit : Chaïm Goldberg/Flash90)
Nir Barkat, ministre de l'Économie et de l'Industrie, au bureau du Premier ministre, à Jérusalem, le 10 septembre 2023. (Crédit : Chaïm Goldberg/Flash90)

Le ministre de l’Economie, Nir Barkat, ne votera pas en faveur de la mise à jour du budget de guerre du gouvernement lorsqu’elle sera présentée à la Knesset mercredi, a confirmé le bureau de Barkat.

Barkat a publiquement dénoncé le budget, le qualifiant d’insuffisant pour répondre aux besoins économiques en temps de guerre, et une source proche du ministre de l’Economie a affirmé que le budget, tel que présenté, « conduira à un effondrement économique ».

La communication semble être rompue entre Barkat et le Premier ministre Benjamin Netanyahu, alors que les deux responsables ne se sont pas parlé depuis leur rencontre la semaine dernière leur permettant de discuter des réserves de Barkat concernant le budget, et Barkat n’a pas assisté à la réunion de leur faction du Likud aujourd’hui, a indiqué son bureau.

Barkat n’a pas non plus voté en faveur du budget lorsqu’il a été soumis à l’approbation du cabinet la semaine dernière.

Le parti de Benny Gantz s’est également opposé à la mise à jour du budget, mais a cité comme préoccupation son rejet à l’idée de permettre que les fonds politiquement promis soient affectés à des besoins non liés à l’effort de guerre.

Sans Barkat et Gantz, le budget peut encore obtenir 63 voix pour être adopté, soit plus que les 61 nécessaires pour garantir son approbation.

Une roquette tirée sur Israël depuis la Syrie tombe dans une zone ouverte, Tsahal riposte

Des chars de l'armée israélienne prenant position lors d'un exercice sur le plateau du Golan, le 9 novembre 2023. (Crédit : Jalaa Marey/AFP)
Des chars de l'armée israélienne prenant position lors d'un exercice sur le plateau du Golan, le 9 novembre 2023. (Crédit : Jalaa Marey/AFP)

L’armée israélienne a indiqué qu’une roquette avait été tirée depuis la Syrie sur le nord d’Israël il y a peu.

Les tirs de roquettes ont déclenché des sirènes dans la communauté de Keshet, dans le sud du Golan.

Selon l’armée, la roquette a atterri dans une zone dégagée, sans faire de blessés.

Elle a indiqué que les troupes répondaient par des bombardements d’artillerie sur la source des tirs en Syrie.

Tsahal : Le réserviste qui a abattu un civil « interrogé sous caution »

La police et les forces de sécurité sur les lieux d’une fusillade terroriste, à l’entrée de Jérusalem, le 30 novembre 2023. (Crédit : Ohad Zwigenberg/AP Photo)
La police et les forces de sécurité sur les lieux d’une fusillade terroriste, à l’entrée de Jérusalem, le 30 novembre 2023. (Crédit : Ohad Zwigenberg/AP Photo)

L’armée israélienne a indiqué que le soldat soupçonné d’avoir tué Yuval Castleman, un civil abattu après avoir permis de mettre fin à une attaque terroriste meurtrière à Jérusalem la semaine dernière, faisait l’objet d’une enquête sous caution et que son arme avait été confisquée.

« L’armée israélienne exprime sa tristesse pour la mort de Yuval Doron Castleman, qui a agi avec courage et héroïsme, s’engageant et éliminant des terroristes lors de l’attaque à Jérusalem », a déclaré l’armée israélienne dans un communiqué.

« Un militaire de réserve soupçonné d’être à l’origine des tirs qui ont tué Yuval a subi un premier interrogatoire le jour de l’incident. Le soldat n’était pas dans [son] unité ce week-end et est arrivé aujourd’hui pour être interrogé sous caution par l’unité d’enquête de la police militaire », a indiqué l’armée israélienne.

L’armée affirme qu’un autre soldat impliqué dans l’incident, qui a ouvert le feu et a été blessé, était également interrogé sous caution.

« Les armes des soldats ont été confisquées et sont en cours de transfert pour inspection », a ajouté l’armée israélienne.

Halevi : L’opération terrestre dans le sud de Gaza a commencé et sera aussi « puissante » que dans le nord

Le chef d'état-major de Tsahal, le lieutenant-général Herzi Halevi, s'adresse aux troupes de la division de Gaza, dans le sud d'Israël, le 3 décembre 2023. (Crédit : Armée israélienne)
Le chef d'état-major de Tsahal, le lieutenant-général Herzi Halevi, s'adresse aux troupes de la division de Gaza, dans le sud d'Israël, le 3 décembre 2023. (Crédit : Armée israélienne)

Le chef d’état-major de Tsahal, le lieutenant-général Herzi Halevi, a confirmé que l’armée avait commencé à opérer dans le sud de Gaza, tandis que les opérations terrestres se poursuivent dans la partie nord de la bande de Gaza.

S’adressant aux troupes de la division de Gaza, dans le sud d’Israël, Halevi a déclaré : « Hier et aujourd’hui, nous avons tué des commandants de bataillon [du Hamas], des commandants de compagnie et de nombreux membres. Et hier matin, nous avons entamé la même démarche dans le sud de la bande de Gaza. »

« Elle ne sera pas moins puissante que [les opérations dans le nord de Gaza], elle n’aura pas moins de résultats », affirme Halevi. « Les commandants du Hamas verront Tsahal partout sur leur chemin. »

« Nous avons les capacités pour le faire de la manière la plus complète possible, et tout comme nous l’avons fait avec force et minutie dans le nord de la bande de Gaza, nous le faisons également maintenant dans le sud, et nous continuons également à renforcer les acquis dans le nord de Gaza », a-t-il ajouté.

Des images non vérifiées diffusées en ligne ces derniers jours montrent des chars israéliens dans le sud de Gaza, au nord de Khan Younis. Le Hamas a également rapporté avoir affronté les troupes dans la zone.

Gallant rencontre l’ex-otage Elena Trufanov et promet de tout faire pour ramener son fils à la maison

Le ministre de la Défense Yoav Gallant (à droite) rencontre l’ex-otage Yelena Trufanov, le 3 décembre 2023. (Crédit : Ariel Hermoni/Ministère de la Défense)
Le ministre de la Défense Yoav Gallant (à droite) rencontre l’ex-otage Yelena Trufanov, le 3 décembre 2023. (Crédit : Ariel Hermoni/Ministère de la Défense)

Le ministre de la Défense Yoav Gallant a rencontré des proches d’otages détenus à Gaza, dont Elena Trufanov, qui a été libérée la semaine dernière et dont le fils Sasha est toujours retenu captif.

« Lorsque l’activité militaire progresse, la pression sur le Hamas augmente, tout comme les chances de rapatrier davantage d’otages », a déclaré Gallant au groupe.

Le ministre a déclaré qu’« au nom de l’ensemble des services de sécurité, je vous dis que nous faisons tout notre possible avec un engagement total » pour ramener chez eux les otages restants.

« Dans chaque action militaire, la considération des otages est prise en compte », a-t-il ajouté.

Mari d’une otage libérée : « Elle a pensé pendant 51 jours que j’avais été tué »

Les retrouvailles de la famille Brodutch, avec le père Avichai, sa femme Hagar et leurs enfants Ofri, 10 ans, Yuval, 9 ans et Oriya, 4 ans, après que ces quatre derniers ont été détenus par des terroristes à Gaza pendant 51 jours, le 27 novembre 2023. (Crédit : Porte-parole du Centre médical pour enfants Schneider)
Les retrouvailles de la famille Brodutch, avec le père Avichai, sa femme Hagar et leurs enfants Ofri, 10 ans, Yuval, 9 ans et Oriya, 4 ans, après que ces quatre derniers ont été détenus par des terroristes à Gaza pendant 51 jours, le 27 novembre 2023. (Crédit : Porte-parole du Centre médical pour enfants Schneider)

Avichai Brodutch, dont la femme Hagar et leurs trois enfants Ofri, 10 ans, Yuval, 9 ans, et Oriya, 4 ans, ont été libérés de captivité par le Hamas la semaine dernière, affirme que sa femme a pensé, pendant tout le temps de leur détention, qu’il était mort.

« J’ai quitté la maison ce matin-là et elle ne savait pas où j’étais… Elle n’a rien pu savoir », a-t-il déclaré dans une interview sur la Douzième chaîne. « Mais elle a entendu ce qui se passait dans le kibboutz » et a pensé que j’avais été tué.

Brodutch dit qu’Hagar « ne m’a pas appelé avant de monter dans l’hélicoptère [pour le rencontrer à l’hôpital] parce qu’elle a dit qu’elle ne pouvait alors même pas accepter le fait que j’étais encore en vie ».

Retrouver sa famille a été « une joie que je ne peux même pas décrire… Après tout ce temps, j’ai compris que je faisais partie des chanceux, et il y en a tellement encore ».

Brodutch a refusé de fournir des détails sur leur détention par le groupe terroriste, affirmant : « Je pense que c’est son histoire et non la mienne, et quand ils seront prêts à raconter leur histoire, ils le feront. »

Il dit que « les enfants vont bien, tout semble aller », mais qu’il leur faudra un certain temps pour guérir complètement des blessures psychologiques suite à ce qu’ils ont vécu.

Les Houthis pro-Iran revendiquent l’attaque de deux navires « israéliens » en mer Rouge

Les rebelles Houthis du Yémen, soutenus par l’Iran, ont déclaré dimanche avoir attaqué deux navires au large des côtes yéménites, ajoutant que des navires « israéliens » étaient visés en raison de la guerre à Gaza.

Dans un communiqué publié sur les réseaux sociaux, les Houthis ont déclaré avoir mené une « opération contre deux navires israéliens dans le détroit de Bab al-Mandab », une voie navigable stratégique reliant la mer Rouge au golfe d’Aden, ciblant le premier avec un « missile et le second navire avec un drone ».

Tsahal frappe des sites du Hezbollah au Liban en réponse à une attaque au missile

De la fumée s’élevant lors d'un échange de tirs entre l’armée israélienne et le Hezbollah, à la frontière entre Israël et le Liban, le 3 décembre 2023. (Crédit : Ayal Margolin/Flash90)
De la fumée s’élevant lors d'un échange de tirs entre l’armée israélienne et le Hezbollah, à la frontière entre Israël et le Liban, le 3 décembre 2023. (Crédit : Ayal Margolin/Flash90)

L’armée israélienne affirme que des avions de chasse ont frappé plusieurs sites du Hezbollah dans le sud du Liban en représailles d’attaques menées à la frontière aujourd’hui, notamment une attaque au missile guidé antichar qui a fait plusieurs blessés parmi les soldats.

Tsahal affirme que des roquettes ont également été tirées depuis le Liban sur le nord d’Israël, déclenchant des sirènes dans la communauté de Zarit, au nord du pays.

Les troupes répondent par des tirs d’artillerie sur les sources de ces tirs.

10 000 frappes aériennes à Gaza depuis le début de l’incursion terrestre – Armée

De la fumée s’élevant suite à une frappe israélienne dans la bande de Gaza, sur une photo prise depuis le sud d'Israël, le 3 décembre 2023. (Crédit : Leo Correa/AP Photo)
De la fumée s’élevant suite à une frappe israélienne dans la bande de Gaza, sur une photo prise depuis le sud d'Israël, le 3 décembre 2023. (Crédit : Leo Correa/AP Photo)

L’armée israélienne a fait savoir qu’elle avait procédé à 10 000 frappes aériennes dans la bande de Gaza qui ont été orientées par les troupes au sol.

Ces bombardements ont été effectués par l’unité de coopération – connue également sous le nom d’unité de coopération 5620 – de l’armée de l’air. Elle coordonne les opérations entre l’armée de l’air et les forces terrestres pendant les manœuvres.

« Depuis le début des combats et jusqu’à aujourd’hui, environ 10 000 frappes aériennes ont été menées sous la direction des forces sur le terrain en des périodes courtes. Les forces ‘ont fermé des cercles’ et elles ont déjoué des cellules terroristes, des infrastructures terroristes, des appartements où avaient lieu des opérations, des puits de tunnel, des entrepôts d’armement et plus encore », a fait savoir Tsahal dans un communiqué.

S’exprimant pendant une réunion d’évaluation organisée dimanche au siège de l’armée israélienne, le chef d’état-major de Tsahal, le général Herzi Halevi, a indiqué qu’une « grande partie de notre sécurité dans les manœuvres est assurée grâce à la coopération très, très étroite et de grande qualité avec l’armée de l’air. »

« Ce qui rend les manœuvres plus efficaces », a-t-il ajouté.

Netanyahu : Nous discutons avec l’ennemi de la libération des otages « par le feu »

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu arrivant pour une réunion de son parti, le Likud, à la Knesset, à Jérusalem, le 3 décembre 2023. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)
Le Premier ministre Benjamin Netanyahu arrivant pour une réunion de son parti, le Likud, à la Knesset, à Jérusalem, le 3 décembre 2023. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu déclare aux membres de son parti, le Likud, que les efforts d’Israël pour libérer les autres otages se font par le biais de son opération militaire dans la bande de Gaza.

« Nous continuons maintenant à parler avec notre ennemi de la poursuite de la libération des otages – en parlant avec le feu », déclare-t-il.

Le Premier ministre affirme que le cabinet de guerre agit « rapidement mais sans imprudence » dans ses décisions concernant les combats, et précise que l’accent reste mis sur les fronts sud et nord.

Netanyahu dit également aux ministres et députés du Likud de « faire attention à leurs paroles, en particulier en temps de guerre », et d’éviter les disputes individuelles, notamment en critiquant les forces de sécurité.

« Yuli a été enlevée à sa mère pendant 10 jours » – Grand-père des ex-otages Yuli et Emma Cunio, 3 ans

Yuli et Emma Cunio, jumelles de trois ans, lors de leur libération des geôles du Hamas sur des images de propagande du groupe terroriste palestinien, le 27 novembre 2023. (Autorisation)
Yuli et Emma Cunio, jumelles de trois ans, lors de leur libération des geôles du Hamas sur des images de propagande du groupe terroriste palestinien, le 27 novembre 2023. (Autorisation)

Ramos Aloni, dont les deux filles et les trois petites-filles ont été libérées des geôles du Hamas la semaine dernière, affirme que pendant de 10 jours, les terroristes ont enlevé l’une des jumelles de 3 ans à sa mère.

Sa fille Danielle Aloni et sa petite-fille Emilia Aloni, âgée de 5 ans, ont été relâchées la semaine dernière, et quelques jours plus tard, son autre fille Sharon Aloni Cunio et ses filles de 3 ans, Yuli et Emma, ont également été libérées, mais leur père David et plusieurs autres membres de sa famille sont toujours retenus en otage à Gaza.

« Ils ont pris [Yuli] des mains et ils ne savaient pas ce qui se passait, si elle était en vie », raconte Ramos à la Douzième chaîne. « Sharon m’a raconté qu’ils avaient été déplacés dans un nouvel endroit, et soudain, elle a entendu les pleurs d’un bébé et elle a dit à son mari David, ‘c’est Yuli qui pleure’, et ils ont finalement été réunis. Vous dire cela me donne la chair de poule. »

Ramos raconte que ses enfants lui ont dit que pendant les plus de 50 jours où ils ont été retenus en otage, « ils n’avaient le droit que de s’asseoir ou de se tenir debout, ils n’avaient pas le droit de se promener et ils devaient tous parler en chuchotant ».

Ramos raconte que Sharon et David sont restés ensemble jusqu’à trois jours avant qu’elle ne soit libérée de Gaza.

Il rapporte que ces derniers jours, lorsqu’ils ont dit à Emilia qu’ils allaient « rendre visite à tante Sharon », elle a réfléchi une seconde, et dit « est-ce qu’on passe par les tunnels ? ».

Dans un message adressé à son gendre David, Ramos déclare : « Tu n’es pas seul, aucun d’entre vous [ne l’est], et Sharon vous attend, ainsi qu’Emma et Yuli. »

Smotrich prévoit malgré l’opposition de présenter la mise à jour du budget à la Knesset demain

Le ministre des Finances Bezalel Smotrich s'exprimant lors d'une réunion de faction du parti HaTzionout HaDatit, à la Knesset, à Jérusalem, le 27 novembre 2023. (Crédit : Chaïm Goldberg/Flash90)
Le ministre des Finances Bezalel Smotrich s'exprimant lors d'une réunion de faction du parti HaTzionout HaDatit, à la Knesset, à Jérusalem, le 27 novembre 2023. (Crédit : Chaïm Goldberg/Flash90)

Le ministre des Finances Bezalel Smotrich déclare au plénum de la Knesset qu’il prévoit de présenter sa mise à jour du budget de guerre pour le premier de ses trois votes à la Knesset lundi.

« Notre objectif est de le mettre sur la table de la Knesset demain afin de le voter mercredi », déclare Smotrich, ajoutant que ce plan est susceptible d’être modifié.

La Knesset doit voter aujourd’hui sur un projet de loi visant à réduire le déficit et à limiter les dépenses, dans le cadre du processus de mise à jour du budget.

Des cris éclatent dans le plénum, alors que les législateurs de l’opposition malmènent le ministre des Finances, qui les a accusés de faire du « populisme » contre ses décisions de financement.

Le cabinet a approuvé la modification de 30 milliards de shekels pour les six dernières semaines du budget de 2023, réorientant les fonds vers la lutte contre la guerre en cours contre le groupe terroriste palestinien du Hamas et le soutien du front intérieur.

La finalisation de la mise à jour du budget de guerre devrait également permettre de débloquer des centaines de millions de shekels de fonds de la coalition gelés, retenus jusqu’à ce qu’Israël finisse de rediriger les fonds de 2023 vers l’effort de guerre.

Un hôpital soigne 11 blessés après l’attaque du Hezbollah dans le nord

L’hôpital Ziv de Safed déclare avoir admis 11 personnes blessées à la suite d’une attaque au missile guidé antichar du groupe terroriste chiite libanais du Hezbollah plus tôt près de la communauté de Beit Hillel, dans le nord du pays.

L’hôpital indique que 10 hommes et une femme, âgés de 20 à 65 ans, sont légèrement blessés par les éclats d’obus et l’explosion du missile.

Tsahal avait déclaré que seuls quatre soldats avaient été légèrement blessés dans l’attaque, et il n’était pas clair si les autres victimes étaient des soldats ou des civils.

Selon la radio de l’armée, huit des 11 victimes seraient des soldats, tandis que le site d’information Ynet a rapporté que tous les blessés seraient soldats.

Hen Avigdori se confie après le premier Shabbat avec sa femme et sa fille libérées

Sharon Avigdori et sa fille Noam retrouvant leur mari et père Hen  Avigdori avec le second fils de la famille, Omer Avigdori, après avoir été relâchées de captivité par le Hamas à Gaza, le 25 novembre 2023. (Crédit : Famille Avigdori)
Sharon Avigdori et sa fille Noam retrouvant leur mari et père Hen Avigdori avec le second fils de la famille, Omer Avigdori, après avoir été relâchées de captivité par le Hamas à Gaza, le 25 novembre 2023. (Crédit : Famille Avigdori)

Hen Avigdori, dont l’épouse Sharon et la fille Noam ont été libérées des geôles du Hamas la semaine dernière après plus de sept semaines, se dit comblé d’avoir passé un premier Shabbat avec sa famille réunie, mais son cœur est avec les otages restants.

« Nous nous sommes tous retrouvés chez mes parents, tous les cousins et les petits-enfants (…). C’était très émouvant, très émouvant (…), très bruyant, très heureux », raconte-t-il à la Douzième chaîne.

Mais, « nous réalisons que notre joie est partielle, elle n’est que la nôtre », dit-il.

« Tout le monde doit rentrer à la maison, chaque otage doit revenir. »

Avigdori affirme que Sharon et Noam « vont bien physiquement et émotionnellement », mais il refuse de partager publiquement les détails de ce qu’elles ont vécu.

Il promet de réaliser également le vœu qu’il a fait lorsque Noam était retenue en otage à Gaza.

« Elle aura un chien. »

Les sirènes de roquettes retentissent dans les communautés frontalières de Gaza

Des sirènes de roquettes retentissent dans les communautés d’Ein HaShlosha et de Nirim, à la frontière de Gaza.

Plus tôt, des sirènes ont retenti dans les kibboutzim voisins de Nir Yitzhak et Sufa.

Plus tôt dans la journée, deux roquettes se sont abattues sur la ville de Sderot, en grande partie évacuée, endommageant gravement une synagogue mais ne faisant aucun blessé.

Sirènes à Ashkelon et dans les villes proches de Gaza suite à une salve de roquettes

Des sirènes retentissent dans la ville côtière d’Ashkelon et dans un certain nombre de localités proches de Gaza alors qu’une salve de roquettes est tirée depuis la bande de Gaza.

Aucun dégât ni blessé n’a été signalé.

Les sirènes de roquettes retentissent à Zarit, à proximité de la frontière libanais

Des sirènes de roquettes retentissent dans la ville septentrionale de Zarit, près de la frontière avec le Liban.

Aucun dégât ni blessé n’a été signalé.

Plus tôt dans la journée, plusieurs soldats ont été légèrement blessés lorsqu’un missile antichar a été tiré en direction de leur véhicule près de Beit Hillel, également à la frontière nord.

Plusieurs soldats légèrement blessés suite à l’attaque au missile antichar revendiquée par le Hezbollah

L’armée israélienne déclare qu’un certain nombre de soldats ont été légèrement blessés par des éclats d’obus à la suite d’une attaque de missile antichar en provenance du Liban contre un véhicule de l’armée près de la communauté de Beit Hillel, dans le nord du pays.

Le groupe terroriste chiite libanais du Hezbollah a revendiqué la responsabilité de l’attaque dans un communiqué.

Plusieurs roquettes ont également été tirées sur la zone du mont Dov, à la frontière, bien que certaines soient retombées en territoire libanais, selon l’armée.

Tsahal indique qu’il bombarde les sources de tir avec de l’artillerie.

Un missile antichar a touché près de la localité de Beit Hillel à la frontière nord

Un missile guidé antichar tiré depuis le Liban a touché une zone située près de la communauté de Beit Hillel, dans le nord du pays, selon les premiers informations citées par les médias israéliens.

Au même moment, des roquettes ont été tirées sur des positions de l’armée le long de la frontière, déclenchant des sirènes dans deux communautés.

Il n’y a pas d’informations immédiates sur d’éventuels dégâts ou de victimes suite à ces attaques.

2 roquettes touchent Sderot, causant des dégâts

Deux roquettes tirées depuis la bande de Gaza se sont abattues sur la ville de Sderot, dans le sud du pays, causant des dégâts, selon la municipalité.

Aucun blessé n’a été signalé.

Plusieurs autres roquettes ont été interceptées par le Dôme de fer au-dessus de la ville.

Tsahal : Plus de 800 puits de tunnel découverts à Gaza depuis fin octobre

L’armée israélienne affirme que les troupes ont découvert plus de 800 puits de tunnel dans la bande de Gaza depuis le début de l’incursion terrestre qui a débuté fin octobre.

Selon Tsahal, environ 500 d’entre eux ont déjà été détruits, soit en déclenchant de grandes quantités d’explosifs à l’intérieur, soit en les scellant. Un grand nombre de ces tunnels relient entre eux des « actifs stratégiques » du groupe terroriste palestinien du Hamas.

L’armée affirme avoir également détruit des centaines de kilomètres de tunnels, en plus des puits.

« Les puits étaient situés dans des zones civiles, et nombre d’entre eux se trouvaient à proximité ou à l’intérieur d’établissements scolaires, de jardins d’enfants, de mosquées et de terrains de jeux », précise Tsahal.

Dans certains des tunnels, les troupes ont trouvé des armes du Hamas.

« Ces découvertes sont une preuve supplémentaire de l’utilisation cynique que le groupe terroriste du Hamas fait de la population civile comme bouclier humain, et comme couverture pour son activité terroriste », ajoute l’armée.

Le Danemark ordonne à son armée de protéger les Juifs et les sites israéliens

Le gouvernement danois a ordonné à l’armée d’aider la police à protéger les sites juifs et israéliens, a fait savoir Bloomberg.

Le ministère de la Défense du Danemark a expliqué que les troupes aideront à sécuriser un certain nombre de sites, notamment l’ambassade israélienne et la synagogue de Copenhague.

« La menace terroriste contre le Danemark est sérieuse », a commenté le ministre de la Défense, Troels Lund Poulsenm, selon le média d’information. « Et le conflit au Moyen-Orient a entraîné une recrudescence totalement inacceptable de l’antisémitisme et une incertitude plus vive chez les Juifs du Danemark. »

Le porte-parole arabophone menace le bataillon Shejaiya du Hamas

Un drone militaire au-dessus de la bande de Gaza, une photo prise depuis le sud d'Israël, le 3 décembre 2023. (Crédit :AP Photo/Leo Correa)
Un drone militaire au-dessus de la bande de Gaza, une photo prise depuis le sud d'Israël, le 3 décembre 2023. (Crédit :AP Photo/Leo Correa)

Le porte-parole arabophone de l’armée, le colonel Avichay Adraee, a menacé le bataillon Shejaiya du Hamas dans un post sur X.

« C’est le dernier avertissement. Vous êtes tous des cibles », a dit Adraee, la publication étant accompagnée d’une photo des commandants du bataillon Shejaiya qui mène ses opérations dans le quartier du même nom, à Gaza City.

Il a expliqué que l’armée détruira les infrastructures du Hamas dans le quartier.

« Vous avez deux options : vous rendre et déposer les armes ou devoir affronter un sort similaire à celui de Wissam Farhat, » a ajouté Adraee, se référant au commandant du bataillon Shejaiya qui a été tué dans une frappe israélienne, samedi.

Tsahal a détruit cette nuit tunnels, centres de commandement et dépôts de munitions

Des soldats de l'armée israélienne se déploient dans la bande de Gaza, le 3 décembre 2023 (Crédit : Armée israélienne)
Des soldats de l'armée israélienne se déploient dans la bande de Gaza, le 3 décembre 2023 (Crédit : Armée israélienne)

L’armée de l’air dit avoir mené des frappes nocturnes sur des tunnels du Hamas, des centres de commandement, des entrepôts de munitions et d’autres sites liés aux groupes terroristes de Gaza.

Par ailleurs, toujours selon l’armée israélienne, des membres du Hamas ont été « éliminés » par un drone piloté par des soldats de la 7e brigade blindée et la Marine a bombardé des cibles liées au Hamas – infrastructures militaires, embarcations liées aux forces navales du groupe terroriste et dépôts d’armes.

Des suspects arrêtés pour avoir tiré sur des voitures en Cisjordanie, le mois dernier

L’agence de sécurité du Shin Bet a fait savoir que l’armée avait arrêté un groupe de suspects palestiniens qui auraient attaqué des véhicules israéliens sur la Route 5 en Cisjordanie, il y a deux semaines.

Selon le Shin Bet, les hommes avaient placé des herses improvisées sur l’autoroute à proximité de la ville de Zawiya, et ils avaient ouvert le feu en direction des véhicules israéliens.

Plusieurs avaient été endommagés par les herses et par les tirs, selon l’agence.

« Immédiatement après l’attaque, les forces ont tenté de localiser les terroristes et elles ont arrêté les suspects impliqués dans cette attaque sur la base des informations de renseignement obtenues par le Shin Bet ; les individus seront soumis à de nouveaux interrogatoires », a fait savoir le Shin Bet.

Un autre membre de la cellule a été placé en détention, hier, par les forces israéliennes et une arme qui avait été utilisée dans l’attentat a été saisie, a ajouté l’agence de sécurité.

L’armée invite les habitants de certains quartiers de Khan Younès de partir vers des zones sûres

Des habitants du complexe résidentiel Hamad Town, financé par le Qatar, fuyant avec quelques biens suite à une frappe israélienne, à Khan Younès, dans le sud de la bande de Gaza, le 2 décembre 2023. (Crédit : Mahmud Hams/AFP)
Des habitants du complexe résidentiel Hamad Town, financé par le Qatar, fuyant avec quelques biens suite à une frappe israélienne, à Khan Younès, dans le sud de la bande de Gaza, le 2 décembre 2023. (Crédit : Mahmud Hams/AFP)

L’armée israélienne continue d’utiliser une carte d’évacuation pour les Palestiniens de la bande de Gaza, afin qu’ils évitent de se trouver dans des zones de combat.

Le porte-parole de Tsahal en langue arabe, le lieutenant-colonel Avichay Adraee, a déclaré sur X que les Palestiniens de certains secteurs de Khan Younès devraient se rendre dans les zones sûres spécifiées.

Cette carte divise la bande de Gaza en centaines de petites zones et l’armée a appelé les Palestiniens à s’informer de leur zone et à suivre les informations de Tsahal.

Tsahal a mis en place un « mécanisme de déconfliction » à Gaza à la demande des États-Unis – responsable israélien

David Satterfield à l'université Rice de Houston, Texas, le 3 octobre 2023. (Crédit : Michael Wyke/AP)
David Satterfield à l'université Rice de Houston, Texas, le 3 octobre 2023. (Crédit : Michael Wyke/AP)

Israël a mis en place un mécanisme de déconfliction pour empêcher les défenseurs des droits de l’homme et civils de Gaza d’être pris dans les combats entre Tsahal et le groupe terroriste palestinien du Hamas.

« Nous travaillons en étroite collaboration avec l’envoyé spécial des États-Unis, David Satterfield, et son équipe, ainsi qu’avec l’ONU. Nous avons mis en place un mécanisme de déconfliction », a déclaré un responsable israélien au Times of Israël.

Satterfield, qui est l’envoyé de l’administration Biden pour la question humanitaire à Gaza, a déclaré plus tôt ce mois-ci qu’Israël avait répondu à la demande américaine de créer un « mécanisme de déconfliction » pour garantir la protection des travailleurs humanitaires lors des frappes de Tsahal à Gaza.

« Nous avons insisté auprès d’Israël pour qu’il en fasse plus. Il fallait un mécanisme de déconfliction coordonné et fonctionnel. Cela s’est fait dans d’autres zones de conflit et cela doit se faire aujourd’hui », a déclaré David Satterfield lors d’un webinaire organisé le 17 novembre dernier par le site d’information Al-Monitor.

Expliquant l’idée du mécanisme de déconfliction, un responsable américain a déclaré au Times of Israël plus tôt ce mois-ci qu’un militaire israélien serait chargé de coordonner les organisations humanitaires et les soldats sur le terrain afin que ces derniers n’attaquent pas les zones dans lesquelles interviennent les travailleurs humanitaires.

Jusqu’à présent, la déconfliction n’est pas organisée, ce qui a occasionné des blessures inutiles à des travailleurs humanitaires et des civils, expliquait un responsable américain la semaine dernière.

« Nous avons tiré les leçons de nos opérations dans le nord de Gaza et nous les mettons en œuvre », a déclaré le responsable israélien. « Les civils pourront recevoir des soins humanitaires et médicaux dans les zones exemptes de frappes et dans les abris. »

« En plus de l’hôpital de campagne jordanien déjà opérationnel à Gaza, nous favorisons la construction d’autres hôpitaux de campagne ».

Une roquette a été tirée depuis la Syrie, dit l’armée qui précise avoir riposté

Une roquette a été lancée depuis la Syrie vers le nord d’Israël dans la matinée, a indiqué Tsahal.

Le projectile est retombé dans un champ, ne faisant aucun blessé. Les sirènes ont été activées dans les villes.

Les militaires ont précisé avoir frappé la source du lancement par des tirs d’artillerie.

De plus, un missile de précision anti-char a été tiré depuis le Liban et il s’est abattu dans un champ situé aux abords de la communauté de Yiftah, dans le nord de l’État juif, ne faisant aucun blessé.

L’armée a procédé à des tirs d’artillerie en direction d’un certain nombre de secteurs du sud du Liban.

Israël a autorisé la livraison de 138 000 litres de carburant samedi – ONU

Camion de transport de carburant entré à Rafah, dans le sud de la bande de Gaza, le 15 novembre 2023, au milieu des combats en cours entre Israël et le Hamas. (Crédit : SAÏD KHATIB / AFP)
Camion de transport de carburant entré à Rafah, dans le sud de la bande de Gaza, le 15 novembre 2023, au milieu des combats en cours entre Israël et le Hamas. (Crédit : SAÏD KHATIB / AFP)

Israël a autorisé l’entrée de 138 000 litres de carburant à Gaza samedi, selon le Bureau de la coordination des affaires humanitaires des Nations unies.

Il s’agit de la plus importante quantité de carburant autorisée à entrer à Gaza en une journée depuis le début de la guerre, selon les chiffres de l’OCHA.

Israël avait refusé l’entrée de carburant à Gaza vendredi, premier jour de rupture de la trêve entre Israël et le Hamas.

Les États-Unis ont dit à Israël souhaiter que l’aide humanitaire se poursuive au même rythme que pendant la trêve, avec 200 camions quotidiens.

Seules quelques dizaines de camions d’aide humanitaire sont entrées dans la bande de Gaza vendredi.

Selon l’OCHA, des camions d’aide humanitaire chargés de vivres, médicaments, fournitures médicales, bouteilles d’eau, couvertures, tentes et produits d’hygiène sont entrés samedi à Gaza en provenance d’Égypte, sans en préciser le nombre.

Selon le Croissant-Rouge palestinien, une cinquantaine de camions sont entrés dans la bande de Gaza.

« Israël continuera d’autoriser l’acheminement de l’aide humanitaire à la population civile palestinienne, avec des camions de vivres, d’eau, de médicaments, de carburant, etc. », a déclaré un responsable israélien au Times of Israel.

La zone tampon envisagée par Israël pour l’après-guerre sera dépourvue de soldats côté gazaoui – officiel

Des soldats de Tsahal interviennent dans le nord de Gaza sur cette photo publiée le 23 novembre 2023. (Crédit : Tsahal)
Des soldats de Tsahal interviennent dans le nord de Gaza sur cette photo publiée le 23 novembre 2023. (Crédit : Tsahal)

Un responsable israélien a confirmé le projet de Tsahal d’établir une zone tampon de sécurité à l’intérieur de Gaza, après la guerre, en précisant qu’elle sera dépourvue de soldats israéliens côté palestinien de la frontière.

« Des discussions ont lieu en ce moment, en Israël, sur ce que nous voulons pour Gaza quand la guerre sera terminée, compte tenu de l’attaque du 7 octobre », a expliqué le responsable lors d’un briefing au Times of Israel.

« La Défense parle d’une sorte de zone-tampon de sécurité, côté gazaoui de la frontière, afin que le Hamas ne puisse plus se doter de capacités militaires près de la frontière et surprendre à nouveau Israël », a poursuivi le responsable.

« Il s’agit d’une mesure de sécurité, pas d’une mesure politique. Nous n’avons pas l’intention de stationner des troupes du côté gazaoui de la frontière », a-t-il ajouté.

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu aurait fait part de son projet de zone tampon au Secrétaire d’État américain Antony Blinken lors du passage de ce dernier, jeudi.

Le porte-parole du Conseil de sécurité nationale de la Maison Blanche, John Kirby, a déclaré vendredi que Washington s’opposait à cette idée.

« Nous ne soutenons aucune réduction des limites géographiques de Gaza… Gaza doit rester une terre palestinienne et ne saurait être réduite », a déclaré M. Kirby lors d’une conférence de presse.

Le Royaume-Uni va effectuer des vols au-dessus de Gaza et Israël pour localiser les otages

Illustration: Un homme avec un drapeau du Royaume-Uni, au lendemain du référendum où une majorité de la population britannique a voté pour quitter l'Union européenne, à Francfort, en Allemagne, le 25 juin 2016. (Crédit : Thomas Lohnes/Getty Images/JTA)
Illustration: Un homme avec un drapeau du Royaume-Uni, au lendemain du référendum où une majorité de la population britannique a voté pour quitter l'Union européenne, à Francfort, en Allemagne, le 25 juin 2016. (Crédit : Thomas Lohnes/Getty Images/JTA)

Le Royaume-Uni effectuera des vols de surveillance au-dessus de la bande de Gaza et d’Israël pour aider à localiser les otages du Hamas et d’autres groupes terroristes palestiniens depuis le 7 octobre dernier, a indiqué Sky News.

Le ministère britannique de la Défense a précisé à la chaîne que l’avion de surveillance « ne sera pas armé, n’aura aucun rôle de combat et sera uniquement chargé de localiser les otages ».

« Seules les informations relatives au sauvetage des otages seront transmises aux autorités compétentes responsables de leur sort », a déclaré le ministère.

Deux nouveaux soldats morts au combat à Gaza

Le sergent d’état-major de Tsahal, Aschalwu Sama et le Sgt. Première Classe (res.) Or Brandes. (FDI)
Le sergent d’état-major de Tsahal, Aschalwu Sama et le Sgt. Première Classe (res.) Or Brandes. (FDI)

L’armée israélienne a annoncé la mort de deux soldats, tués en combattant les terroristes du Hamas dans la bande de Gaza.

Il s’agit du sergent-major Aschalwu Sama, 20 ans, originaire de Petah Tikva, soldat d’infanterie du 932e bataillon de la brigade Nahal blessé le 14 novembre dernier et décédé hier des suites de ses blessures, et du sergent de première classe (rés.) Or Brandes, 25 ans, de Shoham, soldat du 82e bataillon de la 7e brigade blindée. Il a été tué hier en combattant dans le centre de Gaza.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.