Israël en guerre - Jour 292

Rechercher

6 soldats israéliens tombés au combat – 57 en tout depuis l’incursion terrestre

Tsahal dit ne pas avoir ordonné l'évacuation de l'hôpital Shifa * L'armée affirme avoir ouvert une voie sûre pour tous ceux qui souhaitent partir, à la demande du directeur de l'hôpital. * Certaines communications ont été rétablies dans la bande de Gaza. * Frappe contre une cellule terroriste en Cisjordanie qui planifiait des "attaques imminentes"

Les soldats de l'armée à l'hôpital Al-Shifa de Gaza City, dans la bande de Gaza, une photo distribuée le 15 novembre 2023. (Crédit : Armée israélienne)
Les soldats de l'armée à l'hôpital Al-Shifa de Gaza City, dans la bande de Gaza, une photo distribuée le 15 novembre 2023. (Crédit : Armée israélienne)

Otages à Gaza : Macron échange avec l’émir du Qatar et Sissi

Le président français Emmanuel Macron a échangé samedi avec l’émir du Qatar, cheikh Tamim ben Hamad Al-Thani, et le président égyptien Abdel Fattah al-Sissi sur les négociations en cours pour obtenir la libération des otages détenus par le groupe terroriste palestinien du Hamas à Gaza, a annoncé l’Elysée.

Le ministre français des Armées Sébastien Lecornu se trouvait au même moment au Qatar qui mène une médiation pour la libération des otages, a-t-on appris auprès de son cabinet. En tournée dans la région, il s’est ainsi rendu pour la deuxième fois en 48 heures dans le petit Etat du Golfe.

« Les trois chefs d’Etat ont fait un point sur la situation des otages et sur les actions entreprises pour les faire libérer », a précisé la présidence française.

Le président Macron a rappelé que « la libération des otages, dont huit Français, était une priorité absolue pour la France » et qu’ils devaient être « libérés sans délai ».

Il a réitéré la « nécessité d’une trêve immédiate devant conduire à un cessez-le-feu » alors que les « victimes civiles sont de plus en plus nombreuses à Gaza » et que « des hôpitaux et des écoles » sont bombardés. Le communiqué ne précise pas que le groupe terroriste palestinien du Hamas opère depuis des infrastructures civiles et prend la population pour des boucliers humains.

Les trois chefs d’État ont aussi échangé sur les moyens de renforcer « leur coordination pour permettre l’acheminement de l’aide à la population civile de Gaza ».

Sébastien Lecornu, qui arrivait d’Israël, devait de son côté avoir des discussions avec le Premier ministre qatari et ministre des Affaires étrangères Mohammed ben Abdelrahmane Al-Thani.

Cette nouvelle visite n’était pas prévue dans le programme de la tournée que le ministre effectue depuis mercredi dans la région.

Le ministre s’est rendu successivement en Egypte, en Arabie Saoudite, aux Emirats, au Qatar, puis en Israël vendredi. Il y a à chaque fois évoqué la situation des otages et a notamment rencontré en Israël des familles d’otages.

Jeudi, depuis le Qatar, M. Lecornu avait déclaré avoir de « l’espérance » sur leur sort.

L’armée israélienne estime que quelque 240 personnes ont été prises en otage dans la bande de Gaza au cours de l’attaque sans précédent du Hamas le 7 octobre sur le territoire israélien, dont huit Français selon Paris.

Le Qatar, qui accueille un bureau politique du Hamas et a fourni des millions de dollars d’aide financière à Gaza, était impliqué dans la médiation ayant permis en octobre la libération de quatre otages: une Américaine et sa fille ainsi que deux Israéliennes.

L’attaque sans précédent du Hamas le 7 octobre a fait environ 1.200 morts en Israël, principalement des civils, selon les autorités.

Des centaines de personnes à Jérusalem pour le retour des otages

Un "rassemblement silencieux" organisé en hommage aux personnes tuées par le Hamas et appeler au retour des otages, à Jérusalem, le 18 novembre 2023. (Crédit : Jessica Steinberg/Times of Israel)
Un "rassemblement silencieux" organisé en hommage aux personnes tuées par le Hamas et appeler au retour des otages, à Jérusalem, le 18 novembre 2023. (Crédit : Jessica Steinberg/Times of Israel)

Plusieurs centaines de personnes se sont rassemblées rue Kaplan à Jérusalem, près de la Knesset, pour un rassemblement silencieux rendant hommage aux victimes du 7 octobre et priant pour les otages.

Le rassemblement – organisé par Shomrim Al HaBayit HaMeshutaf (Sauvegardons notre maison commune), qui avait l’habitude de contrôler les manifestations contre le projet de refonte du système judiciaire du gouvernement – est silencieux, sans tambours ni trompettes.

Eitan Zur, le frère d’Amir Zur, un soldat de l’unité Sayeret Matkal qui a été tué le 7 octobre au kibboutz Kfar Aza, pleure son frère, une personne pleine d’humour et de droiture qui participait aux rassemblements contre la refonte judiciaire chaque fois qu’il avait un week-end de libre.

Malgré la douleur et le chagrin, dit Zur, « nous devons réparer notre réalité ». « La réalité ne changera pas si nous ne trouvons pas une nouvelle direction. »

L’ancien maire adjoint de Jérusalem Tamir Nir, rabbin réformé, récite une prière pour les otages.

Tzivya Guggenheim, étudiante au Centre Shalem, déclare que la Knesset et les autres institutions gouvernementales situées à proximité du lieu de la manifestation « ont failli à leurs responsabilités ».

« Nous sommes ici pour nous assurer que cette génération dispose de ce dont elle a besoin. Je promets au nom de ma génération que ce pays sera meilleur. »

La coalition affirme qu’elle fera avancer une loi pour reconnaître le statut de la communauté druze

Des proches du lieutenant-colonel Salman Habaka lors de ses funérailles dans le village druze de Yanuh-Jat, dans le nord d'Israël, le 3 novembre 2023. (Crédit : Flash90)
Des proches du lieutenant-colonel Salman Habaka lors de ses funérailles dans le village druze de Yanuh-Jat, dans le nord d'Israël, le 3 novembre 2023. (Crédit : Flash90)

La coalition a annoncé qu’elle présentera une législation ayant le statut de loi fondamentale afin de reconnaître la contribution unique de la communauté druze en Israël, alors que le nombre de morts parmi les soldats druzes de Tsahal dans la guerre entre Israël et le Hamas continue d’augmenter.

Le chef de la coalition Ofir Katz et le ministre des Affaires étrangères Eli Cohen ont annoncé le projet de loi, affirmant qu’il viserait à ancrer le statut de la communauté druze dans la loi.

Les Druzes faisaient partie des opposants les plus virulents à la loi sur l’État-nation de 2018, qui a déclaré Israël État-nation du peuple juif. Ces dernières semaines, ils ont émis à nouveau des appels pour l’abroger.

Au moins six membres de la communauté druze sont tombés au combat depuis le début de la guerre, dont le lieutenant-colonel Salman Habaka et le lieutenant-colonel Alim Abdallah, et deux autres décès ont été annoncés ce soir.

Interrogé sur une modification de la loi controversée sur l’État-nation lors d’une conférence de presse plus tôt dans la soirée, le Premier ministre Benjamin Netanyahu a déclaré que la place de la communauté druze était majeure dans l’État d’Israël et qu’elle méritait d’être reconnue comme telle, mais il n’a pas approuvé l’abrogation de la loi sur l’État-nation.

Eli Cohen : « Pas de sablier diplomatique » sur la guerre

Le ministre des Affaires étrangères Eli Cohen, le 18 novembre 2023. (Crédit : Capture d'écran de la Douzième chaîne ; utilisée conformément à l'article 27a de la loi sur le droit d'auteur)
Le ministre des Affaires étrangères Eli Cohen, le 18 novembre 2023. (Crédit : Capture d'écran de la Douzième chaîne ; utilisée conformément à l'article 27a de la loi sur le droit d'auteur)

Le ministre des Affaires étrangères Eli Cohen a déclaré qu’Israël bénéficiait d’un « soutien sans précédent » dans sa guerre en cours contre le Hamas et qu’« il n’y avait pas de sablier diplomatique » en cours.

Ce commentaire, tenu dans une interview accordée à la Douzième chaîne, contraste avec des remarques aux journalistes diplomatiques lundi, lorsqu’il a déclaré qu’Israël verrait probablement la pression internationale pour arrêter ou freiner ses opérations à Gaza augmenter de manière significative dans les prochaines semaines, et que la « fenêtre diplomatique » de l’armée pour mener sa mission à Gaza était encore de « deux ou trois semaines ».

Dans l’interview de ce soir, Cohen a également déclaré que les échecs qui avaient conduit à l’invasion du Hamas le 7 octobre feront l’objet d’une enquête par une « commission d’enquête d’État » dès la fin de la guerre – l’instance la plus sérieuse pour une telle enquête.

Biden menace d’interdire les visas aux « extrémistes » des implantations qui attaquent les Palestiniens

Le président américain Joe Biden s'exprimant lors d'une conférence de presse après sa rencontre avec le président chinois Xi Jinping, au Filoli Estate, à Woodside, en Californie, le 15 novembre 2023. (Crédit : Doug Mills/The New York Times via AP/Pool)
Le président américain Joe Biden s'exprimant lors d'une conférence de presse après sa rencontre avec le président chinois Xi Jinping, au Filoli Estate, à Woodside, en Californie, le 15 novembre 2023. (Crédit : Doug Mills/The New York Times via AP/Pool)

Le président américain Joe Biden a menacé d’interdire les visas aux résidents d’implantations extrémistes qui commettent des violences contre les Palestiniens en Cisjordanie.

La menace a été proférée dans un éditorial de Biden dans le Washington Post, publié pour rallier du soutien à la politique américaine concernant les guerres à Gaza et en Ukraine.

Même si une grande partie du texte est une reprise des positions exprimées par les États-Unis depuis des semaines, la menace concernant les interdictions de visa semble être nouvelle.

« J’ai insisté auprès des dirigeants israéliens sur le fait que les violences extrémistes contre les Palestiniens en Cisjordanie devaient cesser et que ceux qui commettent ces violences devaient être tenus responsables », écrit Biden. « Les États-Unis sont prêts à prendre leurs propres mesures, notamment en interdisant les visas aux extrémistes qui attaquent des civils en Cisjordanie. »

Gantz : Le retour des otages est une priorité ; « des décennies s’il le faut » pour détruire le Hamas

De gauche à droite : le Premier ministre Benjamin Netanyahu, le ministre de la Défense Yoav Gallant et le ministre du cabinet de guerre Benny Gantz lors d'une conférence de presse télévisée, le 18 novembre 2023. (Crédit : Douzième chaîne/Capture d'écran GPO)
De gauche à droite : le Premier ministre Benjamin Netanyahu, le ministre de la Défense Yoav Gallant et le ministre du cabinet de guerre Benny Gantz lors d'une conférence de presse télévisée, le 18 novembre 2023. (Crédit : Douzième chaîne/Capture d'écran GPO)

Lors d’une conférence de presse, il a été demandé au Premier ministre Netanyahu s’il avait laissé passer un accord sérieux mardi concernant la libération d’une cinquantaine d’otages, et s’il faisait tout pour que tous soient libérés.

Netanyahu a ainsi affirmé qu’« il n’y avait aucun accord sur la table », sans donner davantage de détails.

« Nous voulons récupérer tous les otages », a-t-il dit. « Nous faisons le maximum pour en ramener le plus possible, y compris par étapes, et nous sommes unis là-dessus. »

« Nous voulons évidemment réunir des familles entières [à la maison] », a-t-il ajouté plus tard lors de la conférence de presse.

Interrogé sur des déclarations privées de députés du Likud selon lesquelles il « devra rentrer chez lui » après la guerre, Netanyahu a répondu : « J’entends des choses différentes. »

Interrogé sur un sondage censé montrer qu’une large partie de l’opinion publique souhaitait de nouvelles élections après la guerre, Netanyahu s’est dit « abasourdi » par ce focus mis sur la politique « alors que nos soldats combattent à Gaza, tombent au combat ; les familles des otages vivent dans un énorme cauchemar géant… Le temps viendra pour la politique ».

Le ministre de la Défense Yoav Gallant a lui aussi critiqué les questions concernant l’avenir politique d’Israël. Il a dit qu’il se concentrait uniquement sur la guerre. « Les résultats de cette guerre » façonneront Israël pendant des décennies, a-t-il ajouté.

Le ministre Benny Gantz a affirmé que le cabinet de guerre menait la guerre de manière efficace. Il a dit également qu’il espérait que le leader de Yesh Atid, Yair Lapid, rejoigne la coalition d’urgence.

Gantz a également salué les contributions à l’effort de guerre des secteurs ultra-orthodoxes et arabes.

Concernant les otages, Gantz a affirmé qu’Israël disposait de « plusieurs décennies s’il le faut pour détruire cette chose » – en référence apparente au Hamas. « Nous n’avons pas des décennies pour ramener les gens chez eux… Donc oui, de mon point de vue, c’est une priorité de récupérer les otages. Mais cette priorité ne l’emporte pas sur notre obligation » de détruire le Hamas, « quel que soit le temps que cela prendra », a-t-il dit.

« Je veux ramener les personnes âgées, les enfants. C’est ce qu’on veut tous », a déclaré Gantz.

Hagari : Les opérations de Tsahal se poursuivent dans l’hôpital Shifa à Gaza

Les équipes médicales de l'hôpital al-Shifa déchargeant l'aide israélienne des camions, dans le nord de la bande de Gaza, le 18 novembre 2023. (Crédit : Armée israélienne)
Les équipes médicales de l'hôpital al-Shifa déchargeant l'aide israélienne des camions, dans le nord de la bande de Gaza, le 18 novembre 2023. (Crédit : Armée israélienne)

Le porte-parole de l’armée israélienne, le contre-amiral Daniel Hagari, affirme que les troupes sont toujours en opération dans le complexe de l’hôpital al-Shifa de la ville de Gaza, travaillant à découvrir l’infrastructure souterraine du groupe terroriste palestinien du Hamas dans la région.

Il précise qu’il y a quatre tâches principales à accomplir : obtenir des informations sur les otages détenus par le Hamas, localiser les armes et les salles de commandement du Hamas, localiser les terroristes du Hamas dans la zone, et découvrir et détruire l’infrastructure souterraine du Hamas, sous l’hôpital.

« À cette heure même, des forces spéciales opèrent dans le puits que nous avons découvert à Shifa, et nous publierons bientôt des informations à ce sujet », précise-t-il.

Israël a accusé le Hamas d’avoir son principal centre de commandement sous l’hôpital al-Shifa.

Hagari précise que des troupes opèrent dans d’autres hôpitaux du nord de la bande de Gaza, où le Hamas disposerait également d’infrastructures.

Tsahal déclare avoir frappé des cibles du Hezbollah dans le sud du Liban

De la fumée s’élevant lors d'un échange de tirs entre Tsahal et le Hezbollah à la frontière entre Israël et le Liban, le 18 novembre 2023. (Crédit : Ayal Margolin/Flash90)
De la fumée s’élevant lors d'un échange de tirs entre Tsahal et le Hezbollah à la frontière entre Israël et le Liban, le 18 novembre 2023. (Crédit : Ayal Margolin/Flash90)

L’armée israélienne déclare que des avions de combat et des chars ont frappé de nouvelles cibles du groupe terroriste chiite libanais du Hezbollah dans le sud du Liban, en représailles à des attaques répétées contre le nord d’Israël.

Les sites comprenaient des complexes armés et des postes d’observation appartenant au groupe terroriste.

Tsahal affirme avoir également mené une attaque de drone contre une cellule terroriste qui se préparait à commettre un attentat.

Biden demande à la « communauté internationale » de prendre des « mesures de sécurité » à Gaza après la guerre

Le président américain Joe Biden s'exprimant lors d'une conférence de presse après sa rencontre avec le président chinois Xi Jinping, au Filoli Estate, à Woodside, en Californie, le 15 novembre 2023. (Crédit : Doug Mills/The New York Times via AP/Pool)
Le président américain Joe Biden s'exprimant lors d'une conférence de presse après sa rencontre avec le président chinois Xi Jinping, au Filoli Estate, à Woodside, en Californie, le 15 novembre 2023. (Crédit : Doug Mills/The New York Times via AP/Pool)

Le président américain Joe Biden appelle pour la première fois la communauté internationale à aider à gérer la sécurité de Gaza pendant une période intérimaire après la guerre.

« La communauté internationale doit engager des ressources pour soutenir la population de Gaza au lendemain de cette crise, notamment des mesures de sécurité provisoires », écrit Biden dans une tribune du Washington Post.

Si Biden envisage qu’une Autorité palestinienne (AP) « revitalisée » reprenne un jour le contrôle de la bande de Gaza, Washington a reconnu que l’AP n’était pas actuellement en état de le faire et a tenté de rallier des alliés arabes pour qu’ils l’aident à gérer la sécurité de la bande de Gaza dans l’intervalle.

Mais le Premier ministre Benjamin Netanyahu a déclaré qu’Israël conserverait la responsabilité globale de la sécurité à Gaza pendant une période non précisée et ne la confierait pas à des « forces internationales ». Il a également rejeté la possibilité d’un retour de l’AP à Gaza.

Le ministre jordanien des Affaires étrangères, Ayman Safadi, a également rejeté la proposition de Biden, déclarant au Forum sur la sécurité de Manama « qu’aucune troupe arabe » ne serait déployée à Gaza après la guerre, alors que les liens entre Amman et Jérusalem se détériorent encore davantage.

Pour sa part, Biden écrit dans sa tribune que la communauté internationale devrait « établir un mécanisme de reconstruction pour répondre durablement aux besoins à long-terme de Gaza ».

Gantz : « Tout ce que fait le cabinet de guerre vise à ramener les otages chez eux »

Le ministre Benny Gantz tenant une conférence de presse à Tel Aviv, le 26 octobre 2023. (Autorisation)
Le ministre Benny Gantz tenant une conférence de presse à Tel Aviv, le 26 octobre 2023. (Autorisation)

Le ministre Benny Gantz déclare lors d’une conférence de presse à une heure de grande écoute que l’opération de Tsahal à Gaza se terminera « seulement lorsque nous pourrons promettre la sécurité et ramener nos garçons et nos filles à la maison. »

« Cela prendra le temps qu’il faudra. Nous sommes déterminés dans ce combat », a-t-il déclaré.

Gantz a indiqué qu’il avait rencontré les familles des otages dans la soirée et que « tout ce que nous faisons vise avant tout à ramener nos garçons et nos filles à la maison ».

Gallant : les terroristes qui se cachent dans le sud de Gaza seront « bientôt » atteints

Le ministre de la Défense Yoav Gallant émettant une déclaration vidéo dans un lieu non divulgué, le 6 novembre 2023. (Crédit : Elad Malka/Ministère de la Défense)
Le ministre de la Défense Yoav Gallant émettant une déclaration vidéo dans un lieu non divulgué, le 6 novembre 2023. (Crédit : Elad Malka/Ministère de la Défense)

Le ministre de la Défense Yoav Gallant déclare lors d’une conférence de presse à une heure de grande écoute que Tsahal continue de frapper durement le groupe terroriste palestinien du Hamas dans la bande et qu’il opérera également « bientôt » dans le sud de Gaza.

« Nous sommes dans la deuxième phase de l’incursion terrestre et nous opérons également dans l’est de la bande de Gaza », a-t-il déclaré. « Le Hamas a été durement touché, il perd des tunnels, des bunkers, des postes » et plusieurs de ses hauts commandants ont été tués, ajoute Gallant.

« Nous atteignons tous les sites sensibles du Hamas et nous les frappons », ajoute-t-il.

Ceux qui se cachent dans le sud de la bande de Gaza, où Tsahal n’a pas encore envoyé de troupes au sol, « le sentiront bientôt », affirme Gallant.

Le ministre de la Défense affirme avoir rencontré des familles d’otages et affirme qu’il n’y a pas de plus grande priorité que de les ramener chez eux.

« Je pense que le Hamas joue avec les émotions des familles et du peuple israélien », déclare-t-il, ajoutant que le cabinet de guerre est uni dans sa détermination à les ramener chez eux.

Netanyahu et Gallant : Tous les membres du Hamas, même hors de Gaza, sont « morts »

Le chef du Hamas, Ismail Haniyeh, lors d'un discours télévisé dans lequel il a appelé à une "solution politique" au conflit en cours avec Israël, le 1er novembre 2023. (Crédit : Capture d'écran, chaîne Telegram du Hamas)
Le chef du Hamas, Ismail Haniyeh, lors d'un discours télévisé dans lequel il a appelé à une "solution politique" au conflit en cours avec Israël, le 1er novembre 2023. (Crédit : Capture d'écran, chaîne Telegram du Hamas)

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu et le ministre de la Défense Yoav Gallant déclarent lors d’une conférence de presse que tous les terroristes du Hamas, y compris ceux qui se trouvent en dehors de la bande de Gaza, sont « des hommes morts ».

Gallant ajoute qu’il n’y a « aucune différence entre un terroriste avec une kalachnikov et un terroriste en costume trois pièces », dans ce qui semble être une référence au chef du Hamas, Ismaïl Haniyeh, qui serait basé au Qatar.

Netanyahu explique qu’il existe une forte pression internationale pour arrêter la guerre à Gaza, et défend l’autorisation d’entrée du carburant

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu a déclaré qu’il y avait une forte pression internationale contre la guerre d’Israël menée contre le groupe terroriste palestinien du Hamas.

Dans des propos qui semblent répondre à la colère de l’opinion publique contre le fait qu’Israël ait autorisé l’entrée de carburant dans la bande de Gaza alors qu’il s’était engagé à ne pas le faire, Netanyahu énumère toutes les façons dont Israël a ignoré les demandes des dirigeants étrangers, y compris l’invasion terrestre et l’entrée dans l’hôpital Shifa.

Netanyahu a déclaré qu’il « appréciait grandement le soutien des États-Unis », qu’il envoyait constamment des cargaisons d’armes et d’équipements de défense cruciaux et qu’il notait le soutien bipartisan de la Chambre des représentants et du Congrès.

« Je dis au monde que nous continuerons à nous battre jusqu’à ce que le Hamas soit détruit », a-t-il déclaré.

Il rappelle que Tsahal respecte toujours le droit international.

Il affirme que l’aide humanitaire à Gaza est essentielle à la poursuite de la guerre contre le Hamas et que, sans elle, le soutien international à l’opération de Tsahal sera moindre.

« C’est pourquoi, lorsque Tsahal et [l’agence de sécurité intérieure du] Shin Bet ont fait pression pour autoriser l’entrée de carburant dans la bande de Gaza, le cabinet de guerre a donné son accord à l’unanimité », a déclaré Netanyahu.

Le cœur Netanyahu est avec les familles des otages ; il n’y a pas d’accord en cours

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu s'exprimant lors d'une conférence de presse, au ministère de la Défense, à Tel Aviv, le 11 novembre 2023. (Crédit : Marc Israel Sellem/Pool/Flash90)
Le Premier ministre Benjamin Netanyahu s'exprimant lors d'une conférence de presse, au ministère de la Défense, à Tel Aviv, le 11 novembre 2023. (Crédit : Marc Israel Sellem/Pool/Flash90)

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu déclare lors d’une conférence de presse à une heure de grande écoute que son cœur est avec les familles des quelque 240 otages détenus à Gaza.

« Nous marchons avec vous, je marche avec vous, tout le peuple d’Israël marche avec vous », a-t-il déclaré, précisant qu’il avait invité les familles des otages à rencontrer le cabinet de guerre cette semaine.

Netanyahu affirme qu’il y a « beaucoup de fausses informations » sur l’imminence d’accords sur les otages pour libérer tout ou partie des personnes détenues, ajoutant que « pour l’instant, il n’y a pas d’accord », et disant que si un accord émerge, le peuple israélien sera mis au courant.

Des milliers de personnes à Tel Aviv attendent la conférence de presse de Netanyahu et le conseil des ministres pour demander la libération des otages

Les familles des otages détenus à Gaza et leurs sympathisants rassemblés sur la "Place des Otages", à Tel Aviv, le 18 novembre 2023. (Crédit : David Papish)
Les familles des otages détenus à Gaza et leurs sympathisants rassemblés sur la "Place des Otages", à Tel Aviv, le 18 novembre 2023. (Crédit : David Papish)

Les familles des otages détenus à Gaza, et des milliers de leurs sympathisants, se sont rassemblés sur la « Place des Otages » à Tel Aviv pour un rassemblement axé en particulier sur les quelque 40 enfants que l’on pense retenus en otage à Gaza, parmi les quelque 240 otages au total.

Pour coïncider avec la Journée mondiale de l’enfance célébrée lundi, la plupart des orateurs sont des parents des enfants détenus par le Hamas et d’autres groupes terroristes depuis le 7 octobre.

De nombreuses familles d’otages se sont rendues directement à Tel Aviv après avoir achevé une marche de cinq jours vers Jérusalem plus tôt dans la soirée.

Des représentants des familles viennent de rencontrer le ministre du cabinet de guerre Benny Gantz et l’observateur du cabinet de guerre Gadi Eisenkot, tous deux anciens chefs d’état-major de Tsahal.

Ils doivent rencontrer lundi le Premier ministre Benjamin Netanyahu et le ministre de la Défense Yoav Gallant.

Eisenkot leur aurait dit que « le retour des otages est la priorité suprême [de la guerre], avant la destruction du Hamas » – une position que les autres membres de la coalition n’ont pas exprimée. Il a déclaré qu’un éventuel accord concernant les otages était discuté « jour et nuit ».

Gantz aurait déclaré aux familles que « l’ensemble du cabinet est convaincu que la pression militaire contribue aux efforts déployés pour le retour des otages ».

Josep Borrell : « le Hamas ne peut plus contrôler la bande de Gaza »

Le haut représentant de l'Union européenne pour les Affaires étrangères et la politique de sécurité, Josep Borrell, s'exprimant lors d'une conférence de presse à Kiev, en Ukraine, le 1er octobre 2023. (Crédit : Efrem Lukatsky/AP)
Le haut représentant de l'Union européenne pour les Affaires étrangères et la politique de sécurité, Josep Borrell, s'exprimant lors d'une conférence de presse à Kiev, en Ukraine, le 1er octobre 2023. (Crédit : Efrem Lukatsky/AP)

Le chef de la diplomatie européenne, Josep Borrell, a estimé lors du forum annuel sur la sécurité organisé par l’International Institute for Strategic Studies (IISS) que « le Hamas ne peut plus contrôler la bande de Gaza », affirmant que l’Autorité palestinienne était « prête à prendre cette responsabilité » avec l’aide de la communauté internationale.

Cela nécessitera aussi « une forte participation des pays arabes » tant sur le plan économique que politique, a-t-il ajouté. Une idée qui n’a pas plu à la Jordanie.

Ayman Safadi : Israël a pris tous les Palestiniens de la bande de Gaza « en otage »

Le ministre des Affaires étrangères jordanien Ayman al-Safadi lors de la réunion des ministres des Affaires étrangères au Caire pour discuter des agitations autour de la mosquée Al-Aqsa de Jérusalem le 27 juillet 2017 (Crédit : AFP PHOTO / KHALED DESOUKI)
Le ministre des Affaires étrangères jordanien Ayman al-Safadi lors de la réunion des ministres des Affaires étrangères au Caire pour discuter des agitations autour de la mosquée Al-Aqsa de Jérusalem le 27 juillet 2017 (Crédit : AFP PHOTO / KHALED DESOUKI)

Il est « inacceptable » de lier les pauses humanitaires à la question des otages, a déclaré le chef de la diplomatie jordanienne, Ayman Safadi, en estimant qu’Israël avait pris tous les Palestiniens de la bande de Gaza « en otage ».

S’exprimant lors du forum annuel sur la sécurité organisé par l’International Institute for Strategic Studies (IISS), Safadi a réitéré l’appel des pays arabes à un cessez-le-feu immédiat.

« Il n’y aura pas de troupes arabes à Gaza », a prévenu Safadi, en s’opposant aussi à tout déplacement de la population.

La Jordanie et l’Egypte « ne permettront jamais que cela arrive. Cela serait non seulement un crime de guerre, mais aussi une menace directe pour notre sécurité nationale », a-t-il martelé.

Brett McGurk : pas de cessez-le-feu sans le retour des otages

Brett McGurk, coordinateur de la Maison Blanche américaine pour le Moyen-Orient et l'Afrique du Nord, s'exprimant lors du 17e dialogue de Manama de l'IISS, dans la capitale bahreïnie Manama, le 21 novembre 2021 (Crédit : Mazen Mahdi/AFP)
Brett McGurk, coordinateur de la Maison Blanche américaine pour le Moyen-Orient et l'Afrique du Nord, s'exprimant lors du 17e dialogue de Manama de l'IISS, dans la capitale bahreïnie Manama, le 21 novembre 2021 (Crédit : Mazen Mahdi/AFP)

Une pause dans les combats entre Israël et le groupe terroriste palestinien du Hamas et une augmentation « significative » de l’aide humanitaire dans la bande de Gaza auront lieu lorsque les otages seront libérés, a affirmé samedi un haut responsable américain à Bahreïn.

Des discussions « intenses » sont en cours, sous la médiation du Qatar, pour parvenir à une libération des otages détenus dans la bande de Gaza depuis l’attaque du 7 octobre, a-t-il indiqué.

La situation dans le territoire palestinien est « horrible » et « intolérable », a déclaré le premier conseiller du président américain pour le Moyen-Orient, Brett McGurk.

Mais « l’afflux d’aide humanitaire, l’afflux de carburant (et) une pause dans les combats auront lieu lorsque les otages seront libérés », a-t-il ajouté lors du forum annuel sur la sécurité organisé par l’International Institute for Strategic Studies (IISS).

Un premier groupe d’enfants palestiniens blessés à Gaza à été évacué aux Emirats

Le personnel médical et les autorités déplaçant Mohammed Abu Tabikh, 14 ans, blessé au cou et à la colonne vertébrale pendant la guerre entre Israël et le Hamas, d'un avion à une ambulance sur une civière à Abou Dhabi, aux Émirats arabes unis, le 18 novembre 2023. (Crédit : Malak Harb/AP Photo)
Le personnel médical et les autorités déplaçant Mohammed Abu Tabikh, 14 ans, blessé au cou et à la colonne vertébrale pendant la guerre entre Israël et le Hamas, d'un avion à une ambulance sur une civière à Abou Dhabi, aux Émirats arabes unis, le 18 novembre 2023. (Crédit : Malak Harb/AP Photo)

Un premier groupe d’enfants palestiniens blessés à Gaza à été évacué aux Emirats depuis le début de la guerre meurtrière entre Israël et le Hamas, déclenchée après une attaque sans précédent du mouvement islamiste palestinien le 7 octobre depuis la bande de Gaza sur le sol israélien.

Arrivés tôt samedi à Abou Dhabi, ce groupe a été transporté dans des hôpitaux émiratis afin d’être traités.

Au total, 1 000 enfants seront transportés par avion dans le pays du Golfe pour y recevoir une aide médicale.

Deux autres enfants gravement blessés, qui n’ont pas pu embarquer avec le premier groupe, devraient rejoindre la capitale émiratie dans un prochain vol.

« Nous aimerions procéder à des évacuations quotidiennes car il y a des blessés, des hôpitaux hors service et une pénurie de médicaments » à Gaza, a déclaré Mohammed Al Kaabi, du Croissant-Rouge des Emirats, qualifiant la situation dans le territoire palestinien de « catastrophique ».

Il espère qu’au cours de la semaine prochaine, « nous aurons évacué tous ceux que nous pouvons car le temps presse et nous perdons des vies », dit-il à l’AFP.

Les Emirats arabes unis qui ont normalisé leurs relations avec Israël en 2020, ont envoyé 51 avions transportant 1 400 tonnes de nourriture et de matériel de secours dans le cadre d’un programme d’aide de 20 millions de dollars, selon un communiqué du ministère des Affaires étrangères.

Une conférence de presse de Netanyahu, Gantz et Gallant samedi soir

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu s'exprimant aux côtés du ministre de la Défense Yoav Galant, au centre, et du chef du parti HaMahane HaMamlahti Benny Gantz, à droite, pendant une conférence de presse conjointe au ministère de la Défense, à Tel Aviv, le 28 octobre 2023. (Crédit : Dana Kopel/POOL)
Le Premier ministre Benjamin Netanyahu s'exprimant aux côtés du ministre de la Défense Yoav Galant, au centre, et du chef du parti HaMahane HaMamlahti Benny Gantz, à droite, pendant une conférence de presse conjointe au ministère de la Défense, à Tel Aviv, le 28 octobre 2023. (Crédit : Dana Kopel/POOL)

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu, le ministre de la Défense Yoav Gallant et le ministre Benny Gantz donneront une conférence, ce soir, depuis Tel Aviv.

Ils prendront ultérieurement part à une rencontre du cabinet de sécurité.

Selon des informations parues dans les médias israéliens, Gantz et Gallant ont accepté de rencontrer des familles des otages avant la réunion du cabinet.

Netanyahu, pour sa part, n’a pas répondu aux sollicitations des familles qui réclament un entretien pour le moment.

À Tel Aviv : Des dizaines de manifestants contre la guerre et pour un cessez-le-feu

Des personnes manifestant contre la guerre entre Israël et le Hamas, à Tel Aviv, le 18 novembre 2023. (Crédit : Avshalom Sassoni/Flash90)
Des personnes manifestant contre la guerre entre Israël et le Hamas, à Tel Aviv, le 18 novembre 2023. (Crédit : Avshalom Sassoni/Flash90)

Des dizaines de personnes se sont rassemblées à Tel Aviv pour une manifestation anti-guerre appelant à un cessez-le-feu et à une solution diplomatique à la guerre actuelle entre Israël et le groupe terroriste palestinien du Hamas.

La manifestation, organisée par le parti radical Hadash, majoritairement arabe, a été autorisée par la police après que plusieurs rassemblements similaires se sont vus refuser des permis au cours des dernières semaines.

Les manifestants brandissent des pancartes en hébreu, en arabe et en anglais appelant à la fin de la guerre, avec des slogans tels que « À Gaza et à Sderot, les enfants veulent vivre », « Œil pour œil et tout le monde est aveugle », « Non à l’occupation et au siège, oui à la paix » et d’autres encore.

Aucun drapeau palestinien n’est visible sur les photos en ligne de l’événement.

La mère d’une otage : S’il faut marcher jusqu’à Gaza, nous marcherons jusqu’à Gaza

Des familles d'Israéliens retenus en otage à Gaza rassemblées devant le Bureau du Premier ministre, à Jérusalem, le 18 novembre 2023. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)
Des familles d'Israéliens retenus en otage à Gaza rassemblées devant le Bureau du Premier ministre, à Jérusalem, le 18 novembre 2023. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)

Des milliers de personnes se rassemblent devant le Bureau du Premier ministre à Jérusalem après leur marche de plusieurs jours vers la capitale, exigeant qu’Israël fasse tout ce qui est en son pouvoir pour ramener immédiatement les quelque 240 otages chez eux.

« Cela fait cinq jours que nous marchons sans nous arrêter et j’ai mal aux jambes, aux épaules et à tout le reste. Mais rien ne me fait plus mal que mon cœur, qui me fait vraiment très mal », déclare Orin, la mère d’Eden Zacharia, qui est retenue en otage à Gaza.

« Même si nous devons marcher jusqu’à Gaza, nous marcherons jusqu’à Gaza. Où que nous devions aller, nous irons, nous n’abandonnerons pas nos enfants. »

L’armée annonce les noms des 6 soldats tués à Gaza

Des gerbes sur les tombes des soldats tués au combat récemment inhumés au cimetière militaire du mont Herzl, à Jérusalem, le 15 octobre 2023. (Crédit : Shira Silkoff)
Des gerbes sur les tombes des soldats tués au combat récemment inhumés au cimetière militaire du mont Herzl, à Jérusalem, le 15 octobre 2023. (Crédit : Shira Silkoff)

L’armée a annoncé les noms des six soldats tués au combat pendant la guerre à Gaza – le bilan total des morts au sein de Tsahal, au cours de l’incursion terrestre dans la bande, est dorénavant de 57.

Le major Jamal Abbas, 23 ans, commandant de compagnie au sein du 101e Bataillon de la Brigade des parachutistes, originaire de Pekiin.

Le capitaine Eden Provisor, 21 ans, commandant de peloton du 52e Bataillon des la 401 Brigade des blindés, originaire d’Alfei Menashe.

Le sergent-chef (réserviste) David (Dudi) Digmi, 43 ans, qui appartenait à une unité paramédicale de la Division de Gaza. Il a perdu la vie le 7 novembre.

Le sergent Shlomo Gurtovnik, 21 ans, du 46e Bataillon de la 401e Brigade des blindés, originaire de Modiin .

Le sergent Adi Malik Harb, 19 ans, de l’unité de reconnaissance de la Brigade d’infanterie Nahal, originaire de Beit Jann.

Le sergent Shachar Fridman, 21 ans, du 101e Bataillon de la Brigade des parachutistes, originaire de Jérusalem

De plus, l’armée a fait savoir que huit soldats avaient été grièvement blessés dans les combats dans la bande de Gaza, ces derniers jours.

Quatre réservistes appartenant au 6860e Bataillon de la 12e Brigade ont été gravement touchés, jeudi, lors d’affrontements dans le nord de Gaza.

Vendredi, un officier du 17e bataillon de la brigade Bislamach a été grièvement blessé pendant les combats.

Tsahal a annoncé qu’un soldat du 64e Bataillon avait été grièvement blessé lors de la bataille où le sergent Shlomo Gurtovnik a perdu la vie ; qu’un militaire du 52e Bataillon a été grièvement touché dans les combats où le capitaine Eden Provisor a trouvé la mort et que dans la bataille où le major Jamal Abbas et le sergent Shachar Fridman ont été tués, il y avait eu un blessé grave au sein du 101e Bataillon.

Scholz à Netanyahu : Il y un besoin urgent d’améliorer la situation humanitaire à Gaza

Le chancelier allemand Olaf Scholz, à gauche, serrant la main du Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu, lors d'une conférence de presse, à Tel Aviv, en Israël, le 17 octobre 2023. (Crédit : Maya Alleruzzo/AP Photo/Pool)
Le chancelier allemand Olaf Scholz, à gauche, serrant la main du Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu, lors d'une conférence de presse, à Tel Aviv, en Israël, le 17 octobre 2023. (Crédit : Maya Alleruzzo/AP Photo/Pool)

Il y a un « besoin urgent d’améliorer la situation humanitaire » dans la bande de Gaza déclare le chancelier allemand Olaf Scholz lors d’un entretien téléphonique avec le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu.

Le chancelier « a souligné le besoin urgent d’améliorer la situation humanitaire des habitants de la bande de Gaza », indique un communiqué de la chancellerie.

« Des cessez-le-feu humanitaires pourraient contribuer à une amélioration substantielle des soins aux populations », ajoute-t-il.

Tsahal dit avoir intercepté une « cible aérienne suspecte » au-dessus du Liban

Des tirs d'artillerie provenant d'une position israélienne frappant les collines près de la périphérie de la ville frontalière d'Odaisseh, au sud du Liban, le 17 novembre 2023. (Crédit : Hasan Fneich/AFP)
Des tirs d'artillerie provenant d'une position israélienne frappant les collines près de la périphérie de la ville frontalière d'Odaisseh, au sud du Liban, le 17 novembre 2023. (Crédit : Hasan Fneich/AFP)

L’armée israélienne déclare que les défenses aériennes ont intercepté une « cible aérienne suspecte » au-dessus de l’espace aérien libanais il y a peu de temps.

Pendant ce temps, un certain nombre de roquettes ont été tirées sur des positions de l’armée le long de la frontière libanaise.

En réponse aux tirs de roquettes, Tsahal affirme que des chars et des avions ont frappé plusieurs postes d’observation du groupe terroriste chiite libanais du Hezbollah.

Par ailleurs, l’armée indique que ce matin, un drone militaire a effectué un atterrissage d’urgence dans une zone ouverte du nord d’Israël.

L’appareil n’a pas été touché par des tirs ennemis et l’incident fait l’objet d’une enquête.

Les sirènes retentissent à Tel Aviv, signalant l’arrivée de roquettes

Les sirènes retentissent à Tel Aviv, signalant l’arrivée de roquettes.

Il n’y a pas de victimes ni de dégâts signalés dans l’immédiat.

Tsahal commence à avancer dans les quartiers de Zeitoun et Jabaliya à Gaza City

Des soldats israéliens dans la bande de Gaza, sur une photo diffusée le 18 novembre 2023. (Crédit : Armée israélienne)
Des soldats israéliens dans la bande de Gaza, sur une photo diffusée le 18 novembre 2023. (Crédit : Armée israélienne)

L’armée israélienne déclare étendre ses opérations dans la bande de Gaza, avec des incursions menées par la 36e division dans le quartier de Zeitoun de Gaza City, et par la 162e division à Jabaliya.

Dans un communiqué, Tsahal déclare que le Commandement du Sud « continue d’étendre ses activités opérationnelles dans des quartiers supplémentaires » et s’efforce de « cibler les terroristes et de frapper l’infrastructure du Hamas ».

La 36e division mène des opérations contre le bataillon Zeitoun du groupe terroriste palestinien du Hamas dans le quartier de la ville de Gaza.

L’armée publie des images montrant des troupes de la brigade d’infanterie Golani – subordonnée à la 36e division – en train de combattre des terroristes du Hamas qui leur ont tiré dessus avec des fusils lance-roquettes RPG à Zeitoun.

« Parallèlement, des troupes supplémentaires opèrent à la périphérie de Zeitoun, notamment à Sheikh Ijlin et Rimal, nettoyant les zones des terroristes et frappant l’infrastructure terroriste », indique Tsahal.

La 162e division est entre-temps en opération à la périphérie de Jabaliya, selon l’armée.

« La zone abrite le centre de commandement et de contrôle de la brigade nord de Gaza du [Hamas], et c’est là que se trouve l’un des bastions terroristes les plus importants, dans lequel quatre bataillons du Hamas opèrent », indique Tsahal.

L’armée affirme que les forces des Corps du Génie Militaire et d’Infanterie, des chars, ainsi que le soutien aérien, ont rencontré plusieurs terroristes du Hamas qui « opèrent intentionnellement à partir de zones civiles et tentent d’attaquer les troupes à l’aide de missiles antichars et d’engins explosifs ».

« Au cours des rencontres, de nombreux terroristes ont été tués et les troupes ont frappé un grand nombre d’infrastructures terroristes, y compris des infrastructures souterraines et des cibles importantes de l’organisation terroriste », précise Tsahal.

Une autre vidéo diffusée par l’armée montre une frappe sur deux terroristes qui, selon Tsahal, tentaient de piéger un bâtiment dans la bande de Gaza.

Lors d’un rassemblement, un parent d’otage accuse Netanyahu d’éloigner leur libération

Lors du rassemblement à Jérusalem, un parent d’otage s’adresse à la foule : « Quarante-trois jours après le pogrom, il semble que l’objectif qui est si important pour nous et pour tout le pays s’éloigne. »

Elle reproche au Premier ministre d’avoir autorisé l’entrée de carburant à Gaza et d’avoir permis des pauses humanitaires, « nous éloignant ainsi encore plus de l’objectif que vous avez vous-même fixé. »

« La seule photo de victoire que vous devez rechercher est celle de tous les otages rentrant dans leurs familles sains et saufs le plus rapidement possible. »

La marche pour les otages arrive à Jérusalem avant un rassemblement

Les milliers de personnes qui ont marché pour les otages retenus en captivité dans la bande de Gaza viennent tout juste d’entrer dans la capitale avant leur rassemblement devant le bureau du Premier ministre Benjamin Netanyahu.

L’armée affirme que Shifa a reçu 6 000 litres d’eau et 2 300 kg de nourriture

Les équipes médicales de l'hôpital al-Shifa déchargeant l'aide israélienne des camions, dans le nord de Gaza, le 18 novembre 2023. (Crédit : Armée israélienne)
Les équipes médicales de l'hôpital al-Shifa déchargeant l'aide israélienne des camions, dans le nord de Gaza, le 18 novembre 2023. (Crédit : Armée israélienne)

L’armée israélienne indique que les soldats ont transféré plus de 6 000 litres d’eau et plus de 2 300 kg de nourriture à l’hôpital al-Shifa.

« Cette initiative a été réalisée en parallèle avec les activités de Tsahal pour localiser et contrecarrer le terrorisme dans l’hôpital », précise l’armée.

Les forces spéciales trouvent des armes dans une école de Gaza

L’armée israélienne a rendu publiques des images montrant l’unité d’élite Duvdevan lors d’une opération dans la bande de Gaza.

Elle a précisé que des raids avaient eu lieu sur plusieurs sites utilisés par le Hamas et que des terroristes avaient été tués à cette occasion.

Les forces de l’unité ont découvert des armes et des équipements militaires du Hamas pendant une opération menée dans un lycée de Gaza, a noté Tsahal.

Les troupes ont aussi mené une opération dans l’habitation d’un commandant du Hamas et elles y ont trouvé des armes et des manuels du groupe terroriste, ont déclaré les militaires.

L’armée diffuse des images des frappes aériennes au Liban

L’armée a diffusé des images montrant des frappes aériennes qui ont pris pour cible des sites appartenant au groupe terroriste du Hezbollah dans le sud du Liban ce matin, en réponse aux attaques répétées lancées contre le nord d’Israël.

Tsahal a aussi confirmé que des roquettes ont été tirées depuis le Liban en direction du secteur de Kiryat Shmona, il y a peu.

Il n’y aurait pas eu de blessé dans cette attaque.

Les militaires ont précisé avoir bombardé la source de ces lancements de roquette avec des tirs d’artillerie.

Yaïr Lapid se joint à la « Marche sur Jérusalem »

Le leader de l’opposition Yaïr Lapid se joint aux manifestants qui se dirigent vers Jérusalem pour demander au gouvernement de faire plus pour libérer les otages détenus par le groupe terroriste palestinien du Hamas.

Tsahal annonce des pauses humanitaires dans le nord de Gaza pour les évacuations

L’armée israélienne annonce que les pauses humanitaires dans le nord de la bande de Gaza se poursuivront aujourd’hui pour permettre aux Palestiniens d’évacuer vers le sud.

Le porte-parole de Tsahal en langue arabe, le lieutenant-colonel Avichay Adraee, déclare sur X que la route de Salah a-Din sera ouverte aux déplacements vers le sud jusqu’à 16h.

Il exhorte les habitants des quartiers de Tel el-Hawa, Sabra, Zeitoun ouest, Shejaiya et Tuffah de la ville de Gaza à profiter du corridor pour atteindre la « zone humanitaire » dans la région d’al-Mawasi au sud de la bande de Gaza.

« Nous vous demandons d’évacuer d’urgence parce qu’il est dangereux pour vous de rester là », dit-il.

En outre, Tsahal fera des « pauses tactiques dans les activités militaires » dans le camp d’al-Shabura près de Rafah dans le sud de la bande de Gaza, entre 10h et 14h, à des « fins humanitaires ».

La marche pour les otages atteint la périphérie de Jérusalem

La marche pour la libération des otages détenus par le groupe terroriste palestinien du Hamas a atteint Mevasseret Zion, dans la banlieue de Jérusalem.

Les marcheurs ont l’intention de rejoindre le Bureau du Premier ministre dans la capitale vers 16h30.

Le Hamas confirme la mort du responsable Ahmad Bahar dans une frappe israélienne

Le groupe terroriste palestinien du Hamas a confirmé la mort du responsable Ahmad Bahar à la suite d’une frappe israélienne à Gaza.

Bahar, 76 ans, était membre du bureau politique du Hamas et avait été vice-président du Conseil législatif palestinien.

Aucun ordre d’évacuation n’a été donné à l’hôpital Shifa, dit l’armée

Les soldats de l'armée à l'hôpital Al-Shifa de Gaza City, dans la bande de Gaza, une photo distribuée le 15 novembre 2023. (Crédit : Armée israélienne)
Les soldats de l'armée à l'hôpital Al-Shifa de Gaza City, dans la bande de Gaza, une photo distribuée le 15 novembre 2023. (Crédit : Armée israélienne)

L’armée israélienne a nié avoir demandé l’évacuation totale de l’hôpital Shifa en une heure, disant qu’elle n’a fait que répondre aux demandes soumises par le directeur de l’établissement qui avait réclamé que les personnes souhaitant partir puissent le faire en toute sécurité.

« Ce matin, l’armée israélienne a accédé à la demande du directeur de l’hôpital Shifa qui souhaitait qu’un plus grand nombre des Gazaouis qui se trouvent actuellement au sein de l’établissement et qui souhaitent évacuer puissent le faire en toute sûreté », a fait savoir Tsahal dans un communiqué.

« L’armée israélienne n’a donné à aucun moment l’ordre d’une évacuation des patients ou des équipes médicales et, elle a en réalité proposé que toute demande portant sur une évacuation médicale soit facilitée par ses soins », a-t-elle noté.

« Les personnels médicaux resteront à l’hôpital pour soutenir les patients qui sont dans l’incapacité d’évacuer », a ajouté Tsahal.

Les militaires ont aussi ajouté qu’ils avaient fourni des produits alimentaires, de l’eau et des aides humanitaires supplémentaires à Shifa, la nuit dernière.

Ursula von der Leyen : le Hamas est « seul responsable de ce qui se passe »

La présidente de la Commission européenne Ursula von der Leyen a déclaré vendredi au Premier ministre israélien, Benjamin Netanyahu, que l’Europe se tenait « aux côtés d’Israël », et que le Hamas était « seul responsable de ce qui se passe ».

« Je sais que la réaction d’Israël montrera qu’il s’agit d’une démocratie », a encore dit Mme von der Leyen au sujet de l’ordre d’évacuer vers le nord donné par l’armée aux Gazaouis.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.
image
Inscrivez-vous gratuitement
et continuez votre lecture
L'inscription vous permet également de commenter les articles et nous aide à améliorer votre expérience. Cela ne prend que quelques secondes.
Déjà inscrit ? Entrez votre email pour vous connecter.
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
SE CONNECTER AVEC
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation. Une fois inscrit, vous recevrez gratuitement notre Une du Jour.
Register to continue
SE CONNECTER AVEC
Log in to continue
Connectez-vous ou inscrivez-vous
SE CONNECTER AVEC
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un e-mail à .
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.