Un dossier secret révèle les efforts du Mossad pour attraper Mengele
Rechercher

Un dossier secret révèle les efforts du Mossad pour attraper Mengele

Des documents détaillent des effractions, des mises sur écoute et une rencontre proche - ces tentatives manquées de l'agence d'attraper "l'ange de la mort" d'Auschwitz

Le célèbre médecin nazi Josef Mengele, encore jeune docteur, et la "rampe" du camp de concentration d'Auschwitz-Birkenau en mai 1944, quand Mengele choisissait parfois des prisonniers pour la vie, la mort, ou l'expérimentation. (Crédit : domaine public)
Le célèbre médecin nazi Josef Mengele, encore jeune docteur, et la "rampe" du camp de concentration d'Auschwitz-Birkenau en mai 1944, quand Mengele choisissait parfois des prisonniers pour la vie, la mort, ou l'expérimentation. (Crédit : domaine public)

Certaines des méthodes créatives du Mossad israélien – décrites dans un document secret, enterré depuis longtemps, qui détaille les tentatives infructueuses entreprises par le service de renseignements pour capturer le célèbre docteur nazi et « ange de la mort » Josef Mengele – sont dorénavant rendues publiques, 50 ans après.

En l’attente d’un exposé plus complet qui sera présenté vendredi, Ronen Bergman du quotidien Yedioth Ahronoth a publié des extraits en hébreu de ce dossier, appelé le dossier Meltzer, qui évoque des effractions, des tentatives de mise sur écoute et propose même de trouver une femme susceptible de séduire le fils de Mengele.

Le journal affirme que le dossier, agrémenté de nombreux rapports, de multiples cartes et photographies, est resté dissimulé au fond des archives du Mossad depuis les années 1950, caché même à un grand nombre d’opérateurs de l’agence.

L’officier Mengele avait été nommé médecin en chef du camp de concentration d’Auschwitz-Birkenau en 1943.

Il avait été non seulement responsable de la séparation effectuée entre les nouveaux arrivés dans le camp – entre ceux qui étaient capables de travailler et ceux qui devaient être envoyés directement dans les chambres à gaz – mais également d’expériences médicales horribles menées sur les prisonniers, avec un intérêt particulier porté aux jumeaux.

Auschwitz's Block 10, where Dr. Josef Mengele conducted medical experiments on the camp's inmates (photo credit: CC-BY-SA, VbCrLf, Wikimedia Commons)
Le « Block 10 » du camp d’extermination d’Auschwitz, où Josef Mengele menait des expériences médicales sur les détenus du camp. (Crédit : VbCrLf/CC-BY-SA/Wikimedia Commons)

Mengele avait fui Auschwitz le 17 janvier 1945, juste avant la libération du camp par l’armée rouge.

Après la guerre, il s’était enfui en Amérique du sud.

Suite à l’enlèvement spectaculaire d’Adolf Eichmann — l’un des principaux organisateurs de l’Holocauste nazi – à Buenos Aires par le Mossad au mois de mai 1960, l’organisation de renseignements avait reçu l’ordre d’attraper Mengele ou, si elle échouait à le kidnapper, à l’assassiner, rapporte le Yedioth Ahronoth.

Le journal cite une documentation présente dans le dossier Meltzer qui concerne une occasion où les agents du Mossad ont été à deux doigts de capturer leur proie, en 1962.

La rencontre de Zvi Aharoni et de ses hommes dans un lieu isolé situé à proximité de Sao Paulo – où ils s’étaient rendus suite à une information qui leur avait été transmise – avec un homme correspondant à la description de Mengele est connue.

Dans leur livre « Mengele: The Complete Story », publié en 1986, Gerald Posner et John Ware ont écrit qu’Aharoni avait fait part de cette rencontre à son patron, Isser Harel, mais que la logistique nécessaire pour un enlèvement, des limitations budgétaires et un climat qui ne cessait de se détériorer avec l’Egypte avaient persuadé Harel d’abandonner l’idée d’une opération.

Puis Isser Harel avait démissionné, et ses successeurs n’ont plus donné leur feu vert à une nouvelle opération contre Mengele, en faisant valoir d’autres priorités.

Yedioth Aharonoth cite un télégramme envoyé au siège du Mossad qui rapporte la vision « d’un homme répondant à la description de Mengele dans la silhouette, la taille, l’âge et l’habillement ».

Le dossier Mengele révèle d’autres ratages embarrassants, écrit le quotidien Yedioth Aharonoth. Les recherches ont ainsi été en grande partie menées au Paraguay alors que le fugitif se trouvait au Brésil, dit le journal.

Il décrit également une autre mission documentée dans le dossier – cette fois-ci en 1983 — visant à utiliser le seul fils de Joseph, Rolf, qui vivait à l’époque à Berlin-ouest, pour accéder à leur cible.

L’agence savait que le père et le fils partageaient la même date d’anniversaire, le 16 mars, et espérait que les deux hommes se souhaiteraient des voeux par téléphone.

La département des communications du Mossad avait placé le téléphone de Rolf sur écoute, tandis qu’un aide du Mossad, dont le nom de code était « la fée », sortait son courrier de sa boîte aux lettres et le prenait en photo avant de le remettre, explique le journal.

Les agents se sont même introduits dans la maison de Rolf à plusieurs reprises et photographié des documents.

Le plan était de faire passer un agent pour un « proche associé » de Mengele père, qui appellerait Rolf peu de temps après l’anniversaire en disant avec inquiétude que Josef était tombé gravement malade, que ses médecins étaient inquiets, et qu’il avait demandé à Rolf de venir immédiatement.

L’espoir était que Rolf – nom de code « le boiteux – téléphonerait à quelqu’un, commanderait un billet d’avion ou quitterait son domicile – ce qui permettrait de le suivre.

Josef Mengele (Crédit : Wikimedia Commons)
Josef Mengele (Crédit : Wikimedia Commons)

L’appel téléphonique d’anniversaire ne s’était pas matérialisé parce que, comme cela devait se révéler plus tard, Joseph Mengele était déjà mort depuis quatre ans.

Le Mossad a aussi recouru aux charmes d’une espionne attirante qui s’est faite passée pour une secrétaire en vue d’approcher Rolf et de lui soutirer des informations.

Josef Mengele est mort noyé accidentellement en 1979 au Brésil. Il avait été enterré sous un faux nom à Sao Paulo.
Son décès a été confirmé en 1985 lorsque son corps a été exhumé. Ses ossements ont été examinés par une analyse ADN et identifiés par Rolf Mengele.

Sa dépouille a été conservée dans un institut médico-légal de Sao Paulo pendant presque 30 ans. Sa famille n’est jamais venue la réclamer.

Au mois de mars, le docteur Daniel Romero Muniz, professeur de médecine à l’université de Sao Paulo et qui avait procédé à l’identification de Mengele, a fait savoir que ce qu’il restait de l’homme serait donné à la recherche médicale.

Muniz avait remporté un procès l’autorisant à offrir les os pour la recherche scientifique, avait fait savoir à l’époque le Daily Mail, citant des médias brésiliens.

L’AFP a contribué à cet article.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...