Israël en guerre - Jour 227

Rechercher

Un drone du Hezbollah frappe un centre communautaire au nord d’Israël : 18 blessés, dont un dans un état critique

Des images donnent à voir le projectile en train de s'écraser sur un bâtiment d'Arab al-Aramshe, riposte du groupe terroriste libanais à l'assassinat de 3 de ses éléments la veille

Emanuel Fabian est le correspondant militaire du Times of Israël.

Dix-huit personnes ont été blessées par la chute d’un drone manifestement venu du Liban sur le centre communautaire d’un village frontalier d’Arab al-Aramshe, dans le nord du pays, ont déclaré mercredi les secouristes et l’armée israélienne.

Tsahal a indiqué que parmi les blessés, quatorze sont des soldats.

« Ces dernières heures, un certain nombre de missiles antichars et de drones ont été identifiés alors qu’ils traversaient la frontière depuis le territoire libanais vers le village d’Arab al-Aramche dans le nord d’Israël », a indiqué l’armée dans un communiqué.

« Six soldats ont été grièvement blessés, deux modérément et les six autres légèrement », a précisé Tsahal.

Les victimes ont été transportées au centre hospitalier de Galilée à Nahariya, qui a indiqué qu’une victime se trouvait dans un état critique et que deux autres étaient gravement blessées. Quatre autres personnes se trouvent dans un état modéré, tandis que les autres victimes sont légèrement blessées, a ajouté l’hôpital.

Le groupe terroriste chiite libanais du Hezbollah a revendiqué l’attaque, affirmant qu’elle visait un bâtiment utilisé par Tsahal avec des missiles guidés et des drones chargés d’explosifs.

Le groupe terroriste a déclaré que l’attaque était une réponse à la mort de trois de ses membres, dont deux commandants, lors de frappes israéliennes dans le sud du Liban la veille.

L’armée a déclaré que plusieurs projectiles avaient touché la communauté frontalière, mais n’a pas encore communiqué d’informations sur les victimes. Selon les médias, un véhicule situé à proximité a également été touché lors de l’attaque.

Les sirènes d’alerte n’ont pas retenti. Tsahal cherche à savoir pourquoi les alarmes n’ont pas été activées avant l’attaque.

Des images diffusées sur les réseaux sociaux ont montré ce qui semblait être un drone chargé d’explosifs s’écrasant sur le centre communautaire.

Peu de temps après la frappe, des alarmes avertissant de l’arrivée de roquettes ont retenti à deux reprises à Arab al-Aramshe.

À la suite de l’attaque, l’armée israélienne a déclaré avoir ciblé les sites de lancement. Des avions de combat ont également frappé un bâtiment où des terroristes du Hezbollah étaient regroupés, dans le sud du Liban, à Ayta ash-Shab, a ajouté Tsahal.

Depuis le 8 octobre, le Hezbollah attaque quotidiennement des communautés israéliennes et des postes militaires le long de la frontière au moyen de roquettes, de drones, de missiles antichars et d’autres moyens, affirmant qu’il le fait pour soutenir Gaza dans le cadre de la guerre contre le groupe terroriste palestinien du Hamas qui s’y déroule.

Plus tôt dans la journée de mercredi, le Hezbollah a tiré plusieurs roquettes depuis le Liban sur la base militaire de Biranit. Tsahal a déclaré qu’il n’y avait pas eu de blessés, et les troupes ont bombardé les sites de lancement avec de l’artillerie.

Au cours de la nuit, des avions de combat israéliens ont frappé plusieurs cibles du Hezbollah dans le sud du Liban, a déclaré l’armée mercredi matin.

Les cibles comprenaient des complexes armés et des bâtiments utilisés par le groupe terroriste chiite libanais à Khiam, Mansouri, Aalma ash-Shab et Yater, selon Tsahal.

L’échange de tirs a eu lieu un jour après que le Hezbollah a lancé deux drones chargés d’explosifs sur le nord d’Israël, blessant trois personnes.

Mardi également, l’armée a tué deux hauts commandants du Hezbollah et un troisième membre du groupe terroriste lors de frappes aériennes dans le sud du Liban.

Israël a menacé d’entrer en guerre pour forcer le Hezbollah à s’éloigner de la frontière s’il ne recule pas et continue de menacer les communautés du nord, d’où quelque 70 000 personnes ont été évacuées pour éviter les combats.

Jusqu’à présent, les escarmouches à la frontière ont causé la mort de huit civils du côté israélien, ainsi que celle de dix soldats et réservistes de Tsahal. Plusieurs attaques ont également été lancées depuis la Syrie, sans faire de blessés.

Le Hezbollah a signalé que 278 de ses terroristes ont été tués par Israël depuis le 8 octobre, principalement au Liban, mais aussi en Syrie. Au Liban, 54 membres d’autres groupes terroristes , un soldat libanais et au moins 60 civils, dont trois journalistes, ont été tués.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.
image
Inscrivez-vous gratuitement
et continuez votre lecture
L'inscription vous permet également de commenter les articles et nous aide à améliorer votre expérience. Cela ne prend que quelques secondes.
Déjà inscrit ? Entrez votre email pour vous connecter.
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
SE CONNECTER AVEC
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation. Une fois inscrit, vous recevrez gratuitement notre Une du Jour.
Register to continue
SE CONNECTER AVEC
Log in to continue
Connectez-vous ou inscrivez-vous
SE CONNECTER AVEC
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un e-mail à .
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.