Un journal juif américain garde son rédacteur en chef auteur de tweets racistes
Rechercher

Un journal juif américain garde son rédacteur en chef auteur de tweets racistes

Elliot Resnick, qui travaille pour The Jewish Press, a expliqué suivre "le point de vue de la Torah" en qualifiant notamment les Africains de "primitifs"

Elliot Resnick, rédacteur en chef de The Jewish Press, a qualifié les religions Africaines de "primitives" et mis en doute l'existence des nationalistes blancs (Capture d'écran :   Twitter)
Elliot Resnick, rédacteur en chef de The Jewish Press, a qualifié les religions Africaines de "primitives" et mis en doute l'existence des nationalistes blancs (Capture d'écran : Twitter)

NEW YORK (JTA) — Le rédacteur en chef de The Jewish Press, un journal orthodoxe, a utilisé de manière répétée son compte Twitter pour se laisser aller à des propos racistes. Il condamne également dans ses publications le mouvement de défense des droits des homosexuels qui glorifie ce qui, selon lui, s’apparente à un « comportement de pécheur ».

Ces commentaires d’Elliot Resnick se sont trouvés, samedi, visés par un article publié sur Medium et rédigé par Chaim Levin, défenseur de l’acceptation des LGBTQ au sein de la communauté orthodoxe.

Resnick a qualifié les religions africaines de « primitives » et le mouvement de défense des droits des homosexuels de « maléfique » dans des publications publiées sur les réseaux sociaux au cours de l’année passée.

Il a également mis en doute l’existence des suprématistes blancs et s’est demandé comment des relations sexuelles entre un adulte et une adolescente pouvaient être qualifiées d’agression.

« Si les noirs en veulent tellement à l’Amérique, qu’ils abandonnent donc le christianisme (qui leur a été donné par ‘l’homme blanc’) et qu’ils reviennent donc aux religions primitives qu’ils pratiquaient en Afrique », a écrit Resnick le mois dernier.

« Quelqu’un peut-il me donner une raison cohérente à la définition ‘raciste’ du phénomène du Blackface ? », avait-il également interrogé sur Twitter au mois de février.

Dans une autre publication dont le contexte n’a pas été déterminé, Resnick se demandait : « En quoi est-ce une agression de commettre un acte immoral consensuel avec une adolescente âgée de 17 ans ? La notion selon laquelle une adolescente de 17 ans serait, à notre siècle, une enfant innocente est risible. »

La directrice de la publication de The Jewish Press a expliqué à JTA que les tweets rédigés par le rédacteur étaient « inacceptables ».

Resnick a, pour sa part, défendu ses posts dans un courriel adressé lundi à JTA.

« Qualifier mes tweets d’infâmes est une tactique de dénigrement adoptée pour éviter de s’attaquer à mon post sur Facebook sur les points de vue de la Torah sur l’homosexualité », a-t-il écrit. « Chaim Levin est un activiste radical déterminé à faire avaler de force ses croyances immorales à la société et il piétinera tous ceux qui se dresseront sur son chemin. »

Le 11 juillet, Resnick avait publié un post sur Facebook au sujet des activistes homosexuels. Il a été supprimé par le réseau social pour violation des « normes de la communauté contre les discours de haine ».

Interrogé sur ses commentaires sur les religions africaines, Resnick a répondu que « selon la Torah, plus une religion est proche du monothéisme pur, plus elle est avancée ».

Il a également défendu son tweet sur les relations sexuelles entretenues par un adulte et une mineure en affirmant que « 17 ans, c’est être adulte selon la Torah ».

Le journal The Jewish Press se présente comme « l’hebdomadaire juif indépendant le plus important aux Etats-Unis ». Il a une édition imprimée et une édition en ligne suivis par 95 000 lecteurs, selon la directrice de la publication Naomi Mauer.

Ce journal, dont les bureaux sont situés à Brooklyn, se décrit comme défendant « les valeurs et les idéaux de la Torah dans une perspective centriste ou orthodoxe moderne ».

Mauer explique que Resnick, qui est rédacteur en chef depuis le début de l’année 2018, a écrit ses posts en son nom propre et qu’ils ne représentent pas les points de vue de la publication.

« Je suis désolée pour ces tweets mais la liberté d’expression existe et il jouit de la liberté d’exprimer ses convictions », a déclaré Mauer à l’agence JTA lundi. « Et il ne le fait pas en tant que rédacteur en chef du Jewish Press, et le journal ne partage pas ces points de vue. »

Mauer a ajouté qu’elle avait dit à Resnick que ses publications étaient « inacceptables » et que ce dernier lui avait répondu qu’il ne partagerait plus de tels posts. Aucune action supplémentaire ne sera entreprise par le journal, a précisé Mauer.

Levin a expliqué à JTA que cela fait des années qu’il a connaissance des posts de Resnick sur les réseaux sociaux, mais qu’il s’est décidé à passer à l’action après la publication, la semaine dernière, dans The Jewish Press, d’un article critiquant les participants au défilé de la Gay Pride de New York, qui disait que celles et ceux qui s’engageaient dans des relations homosexuelles s’abandonnaient à leurs désirs, comme les animaux.

« Il n’est pas n’importe qui sur Twitter, il est le rédacteur en chef d’un grand journal, d’un journal que je trouve dans la maison de mes parents tous les week-ends sans exception », ajoute Levin.

« Je pense que c’est important et qu’il est important que le monde sache au moins que ce sont là des propos qu’il tient vraiment », a-t-il ajouté.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...