Israël en guerre - Jour 235

Rechercher

Washington révise une résolution de l’ONU pour refléter les propos de Harris sur la « catastrophe »

Les Etats-Unis appellent dorénavant à "un cessez-le-feu immédiat d'environ six semaines à Gaza avec la libération de tous les otages" après avoir précédemment opposé son veto à 3 autres résolutions

L'ambassadrice américaine aux Nations unies, Linda Thomas-Greenfield, à gauche, et l'ambassadeur algérien à l'ONU, Amar Bendjama, à droite, qui est en train de voter, lors d'une rencontre du Conseil de sécurité sur la guerre entre Israël et Gaza au siège des Nations unies, à New York City, le 20 février 2024. (Crédit : AP Photo/Seth Wenig)
L'ambassadrice américaine aux Nations unies, Linda Thomas-Greenfield, à gauche, et l'ambassadeur algérien à l'ONU, Amar Bendjama, à droite, qui est en train de voter, lors d'une rencontre du Conseil de sécurité sur la guerre entre Israël et Gaza au siège des Nations unies, à New York City, le 20 février 2024. (Crédit : AP Photo/Seth Wenig)

NATIONS UNIES – Les États-Unis ont révisé la formulation d’un projet de résolution présenté devant le Conseil de sécurité des Nations unies qui apporte dorénavant son soutien « à un cessez-le-feu immédiat d’environ six semaines à Gaza avec la libération de tous les otages », selon le texte qui a été vu par Reuters.

Cette troisième révision du texte – qui avait été proposé par les États-Unis, il y a deux semaines – reflète dorénavant les propos très directs qui ont été tenus, dimanche, par Kamala Harris, la vice-présidente des États-Unis. Le projet initial affichait son soutien à « un cessez-le-feu temporaire » dans la bande de Gaza.

Les États-Unis veulent que toute résolution faisant la promotion d’un cessez-le-feu soit assortie d’une demande en faveur de la libération des otages qui avaient été enlevés par les terroristes du Hamas et ramenés au sein de l’enclave côtière en date du 7 octobre, quand des milliers d’hommes armés placés sous la direction du groupe terroriste palestinien avaient envahi le sud d’Israël, tuant environ 1200 personnes, des civils en particulier, et qu’ils avaient kidnappé 253 personnes, prises en otage dans la bande de Gaza.

Washington s’était jusqu’à présent montré défavorable à l’emploi du mot « cessez-le-feu ». Les États-Unis avaient ainsi utilisé leur droit de veto contre trois résolutions du Conseil – deux qui réclamaient un cessez-le-feu immédiat – depuis le début de la guerre, il y a cinq mois. Plus récemment, les États-Unis avaient fait remarquer qu’une telle action, de la part du Conseil de sécurité, était susceptible de mettre en péril les efforts livrés par l’administration Biden, l’Égypte et le Qatar pour négocier une pause dans la guerre et la remise en liberté des otages.

Le président américain Joe Biden a indiqué, mardi, qu’il revenait au Hamas dorénavant d’accepter un accord de cessez-le-feu, au moment où les délégations s’entretenaient pour la troisième journée d’affilée au Caire sans réel signe d’avancée dans les pourparlers.

Les États-Unis protègent habituellement Israël à l’ONU. Ils s’étaient malgré tout abstenus à deux reprises, permettant au Conseil de sécurité d’adopter des résolutions visant à renforcer l’afflux des aides humanitaires à Gaza et réclamant des pauses prolongées dans les combats.

L’ambassadrice américaine aux Nations unies, à gauche, et l’envoyé palestinien à l’ONU, Riyad Mansour, à droite, discutent avant une rencontre du Conseil de sécurité au siège des Nations unies, le 22 décembre 2023. (Crédit : AP Photo/Yuki Iwamura)

En réponse à l’assaut meurtrier du 7 octobre, Israël a lancé une campagne aérienne, terrestre et maritime sans précédent dans l’enclave côtière dont l’objectif est de détruire le Hamas et d’obtenir la remise en liberté des otages. La moitié environ des habitations de la bande ont été détruites ; plus d’un million de personnes ont été déplacées et la famine menace la bande.

Le ministère de la Santé du Hamas, à Gaza, a fait savoir que plus de 30 000 Palestiniens ont perdu la vie dans le conflit jusqu’à présent. Des chiffres invérifiables et qui comprendraient à la fois les victimes civiles et les membres du Hamas qui ont été tués à Gaza. Dans ce bilan figurent également les personnes qui ont été tuées par les tirs de roquette errants des factions terroristes qui, manquant leur trajectoire, sont retombées dans la bande. De son côté, l’armée israélienne déclare avoir tué plus de 13 000 terroristes du Hamas en plus d’un millier d’hommes armés qui avaient été abattus sur le sol israélien, le 7 octobre.

Washington a renforcé les pressions exercées sur Israël, son allié, le sommant de laisser entrer de plus grandes quantités d’aide humanitaire dans la bande. De son côté, l’ONU indique qu’un quart de la population de Gaza, forte de 2,3 millions de personnes, est au bord de la famine.

Washington a indiqué vouloir laisser du temps à des négociations sur son projet de résolution et ne pas vouloir précipiter un vote sur le texte. Pour être adoptée, une résolution doit recueillir au moins neuf votes en sa faveur, sans veto opposé par les États-Unis, la France, la Grande-Bretagne ou la Russie.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.
image
Inscrivez-vous gratuitement
et continuez votre lecture
L'inscription vous permet également de commenter les articles et nous aide à améliorer votre expérience. Cela ne prend que quelques secondes.
Déjà inscrit ? Entrez votre email pour vous connecter.
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
SE CONNECTER AVEC
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation. Une fois inscrit, vous recevrez gratuitement notre Une du Jour.
Register to continue
SE CONNECTER AVEC
Log in to continue
Connectez-vous ou inscrivez-vous
SE CONNECTER AVEC
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un e-mail à .
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.