Zuckerberg utilise une prière en hébreu pour inspirer la promotion 2017 de Harvard
Rechercher

Zuckerberg utilise une prière en hébreu pour inspirer la promotion 2017 de Harvard

Le fondateur de Facebook a cité “Mi Shebeirach” dans son discours et a précisé qu'il tire sa force de cette prière

Le fondateur de Facebook, Mark Zuckerberg, pendant un discours adressé aux étudiants de la promotion 2017 de Harvard à Cambridge, Massachusetts, le 25 mai 2017. (Crédit : Paul Marotta/Getty Images/AFP)
Le fondateur de Facebook, Mark Zuckerberg, pendant un discours adressé aux étudiants de la promotion 2017 de Harvard à Cambridge, Massachusetts, le 25 mai 2017. (Crédit : Paul Marotta/Getty Images/AFP)

JTA – Le discours de Mark Zuckerberg à Harvard jeudi était tellement, eh bien, tellement Zuckerberguien.

Est-ce qu’il y avait des blagues où il se moque de lui-même et de son horrible technique de dragues ? Oui.

Est-ce qu’il y avait des références un peu dévalorisantes sur le fait de ne pas avoir complété son diplôme à Harvard ? Oui.

Est-ce qu’il y avait des plaisanteries sur ses parents à propos de leur vision de son succès ? Oui.

Est-ce qu’il y avait un appel stimulant lancé aux étudiants pour qu’ils soutiennent la justice sociale ? Oui.

Est-ce qu’il y avait une récitation de la prière Mi Shebeirach ? Ou…

Attendez, quoi ?

Zuckerberg a fini son discours en expliquant qu’il tirait sa force de la prière juive traditionnellement utilisée pour demander la guérison.

Il a prononcé le nom de la prière en hébreu mais n’a pas expliqué dans quelle situation cette prière est conventionnellement récitée. Il semblait citer la traduction de la défunte compositrice Debbie Friedman.

« Alors que nous sommes assis à l’Église du Souvenir, je me souviens d’une prière, Mi Shebeirach, que je dis chaque fois que je fais face à un grand défi, que je chante à ma fille en pensant à son avenir quand je la borde avant qu’elle n’entre dans la nuit, a-t-il confié.Et la prière dit : ‘Que la source de la force, qui a béni ceux qui étaient là avant nous, nous aide à trouver le courage de faire de notre vie une bénédiction’. J’espère que vous trouverez le courage de faire de votre vie une bénédiction. »

Zuckerberg a également plaisanté de ses débuts timides (ignoré parce qu’il s’est présenté à son premier cours à Harvard avec un T-shirt qu’il portait à l’envers) et sa première rencontre avec sa femme, Priscilla Chen (qu’il a décrite comme étant « la personne la plus importantes dans ma vie »).

(Est-ce que c’était la pluie qu’elle a essuyé de ses yeux ?)

Ils se sont rencontrés quand ils faisaient la queue pour les toilettes à une fête. Convaincu qu’il était sur le point d’être renvoyé de Harvard (ce qui n’a pas été le cas), il lui a dit : « Je vais être renvoyé dans trois jours, alors nous devons sortir rapidement ensemble. »

Il a également critiqué le film « The Social Network », de 2010, qui a décrit son ascension fulgurante. (« FaceMash », le site Web qu’il a créé avec d’autres camarades de classe de Harvard, n’était pas la base de Facebook, a-t-il déclaré, remettant en cause l’un des postulats du film.)

Il a lancé un appel à ses parents qui n’ont pas été, peut-être, assez fier de sa carrière post universitaire.

« Je le jure, entrer à Harvard est la chose dont mes parents sont les plus fiers à mon sujet », a-t-il déclaré avant de regarder le public. « Ma mère hoche la tête ! »

Et il a encouragé les étudiants à poursuivre un « but plus élevé », à « entreprendre des projets importants et significatifs », citant à titre d’exemple la lutte contre le changement climatique, la lutte contre les disparités dans l’éducation, la guérison des maladies et la défense de la démocratie.

« Chaque génération élargit le cercle des personnes que nous considérons comme faisant partie de nous », a-t-il souligné, « et dans notre génération cela comprend le monde entier ».

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...