Rechercher
Talibans à Kaboul, Afghanistan, le 19 septembre 2021. (Crédit: AP Photo/Felipe Dana)
Talibans à Kaboul, Afghanistan, le 19 septembre 2021. (Crédit: AP Photo/Felipe Dana)

Des Juifs aident des Afghans à fuir les talibans et à s’installer à New York

Les réfugiés ont bénéficié de l’aide de militants juifs, mais ils craignent toujours pour leurs proches à Kaboul, confrontées à la famine, la sécheresse et aux maladies

Luke Tress est le vidéojournaliste et spécialiste des technologies du Times of Israël

La famille était en fuite depuis des semaines déjà, depuis la chute du gouvernement afghan et la prise de Kaboul par les talibans.

Ils ont fui la capitale avec d’autres personnes dans un convoi de bus, arrivant dans la ville de Mazar-i-Sharif, au nord du pays, en pleine nuit et se réfugiant dans une salle de mariage.

Des combattants talibans rôdaient à l’extérieur, munis des listes de noms et des photographies, et les organisateurs de leur groupe n’ont pas permis à la famille de sortir.

Finalement, certains enfants sont tombés malades et ont eu besoin de soins médicaux, alors la famille s’est aventurée à l’extérieur.

« Tout pouvait arriver », dit le père. « Leurs points de contrôle augmentaient au fil des jours. Nous ne savions pas quel nom figurait sur leur liste ou quelle photo ils avaient. »

« Nous ne sommes sortis que lorsqu’il le fallait. »

Des combattants talibans contrôlent des voitures dans une rue de Kaboul, en Afghanistan, le 17 novembre 2021. (Crédit : AP Photo/Petros Giannakouris)

« Le chaos, comme notre pays »

Des mois après avoir fui Kaboul, la famille a trouvé la sécurité et la liberté à New York, avec l’aide d’organisations, de proches et de personnes sur le terrain aux États-Unis et en Afghanistan.

Leur voyage illustre les retombées généralisées et continues du retrait désordonné des Américains d’Afghanistan et les réseaux improvisés utilisés pour sortir et soutenir certains réfugiés de ce pays déchiré par la guerre.

Le père de famille a parlé au Times of Israël sous couvert d’anonymat, car il craint les représailles des talibans contre sa famille restée en Afghanistan. Il ne peut être identifié que par sa première initiale, F.

Lui, sa femme et leurs deux jeunes fils ont atteint les États-Unis avec l’aide d’un groupe new-yorkais d’aide aux réfugiés, l’Interfaith Council for New Americans Westchester, composé de quatre synagogues et de deux églises. L’agence juive américaine d’aide aux réfugiés HIAS forme, soutient et assiste le groupe.

F. a commencé à travailler avec l’armée américaine en Afghanistan en 2008, alors qu’il étudiait à l’université de Kaboul. Il avait suivi des cours d’anglais lorsqu’il était plus jeune, et s’est spécialisé dans la littérature anglaise à l’université.

Illustration : Un combattant taliban, armé, se tient au coin d’une rue animée, la nuit, à Kaboul, en Afghanistan, le 17 septembre 2021. (Crédit : AP Photo/Felipe Dana)

Son livre préféré était La Ferme des animaux, le récit de 1945 de George Orwell sur un collectif d’animaux qui se rebelle contre son fermier en aspirant à l’égalité, pour finalement sombrer dans la tyrannie sous la dictature d’un cochon nommé Napoléon.

« J’adore ce livre. C’est comme la situation en Afghanistan. Dans ce livre, je me souviens que c’était le chaos, comme notre pays, ce que nous vivons », a-t-il déclaré.

Il a travaillé pour différents entrepreneurs militaires américains, des entreprises américaines et des fournisseurs militaires jusqu’au sinistre 15 août, jour où les talibans ont pris Kaboul.

« J’ai fait face à de nombreuses menaces en raison de mes antécédents. Je travaillais pour les forces américaines, j’ai donc dû vivre dans la clandestinité. Je changeais constamment d’endroit », a-t-il déclaré.

Deux de ses frères, qui avaient également travaillé pour les États-Unis, ont fui à New York il y a plusieurs années en raison de la menace des talibans. Le groupe avait placé une bombe sur l’une de leurs portes d’entrée. Les deux frères se sont réinstallés avec l’aide du groupe de Westchester, dont le militant Jeff R. Swarz.

Après avoir entendu la famille parler de la situation critique de F., Jeff R. Swarz a pris contact avec lui et avec des personnes aux États-Unis qui, selon lui, pourraient l’aider, notamment des militants et des législateurs.

Les forces américaines quittent l’Afghanistan à l’aéroport international Hamid Karzai de Kaboul, en Afghanistan, le 30 août 2021. (Crédit : Senior Airman Taylor Crul/U.S. Air Force via AP)

Un moyen de s’échapper

F. avait demandé un visa d’immigrant spécial pour les Afghans ayant travaillé avec les États-Unis, mais n’avait pas reçu de réponse. Il a essayé de prendre un vol à l’aéroport de Kaboul, mais la zone était envahie et il n’a pas pu entrer.

M. Swarz dit avoir pris contact avec deux avocats de New York qui travaillaient avec des contacts à Kaboul pour faire sortir les réfugiés du pays. Les avocats ont souhaité rester anonymes, et Swarz ne connaît pas les détails de leurs contacts sur le terrain en Afghanistan.

Swarz est resté en contact avec F. alors qu’il se cachait.

« Je lui envoyais régulièrement des SMS pour lui dire ce que nous faisions ici, afin qu’il sache que des personnes aux États-Unis étaient conscientes de sa situation et qu’il n’était pas seul », a déclaré Swarz.

« Il me donnait de l’espoir », a ajouté F.

Les contacts de Swarz ont conçu un plan pour faire sortir les réfugiés par des vols charter depuis la ville de Mazar-i-Sharif, dans le nord du pays, où moins de personnes tentaient de s’échapper, et ont organisé le transport pour les y amener. Swarz a transmis les informations de F. aux organisateurs.

« C’était le 31 août. J’ai reçu un appel d’un numéro local. Ils ont dit ‘Viens’. Ils m’ont donné une adresse et m’ont dit que nous allions à Mazar-i-Sharif », a raconté F. « J’avais un sac prêt tout le temps avec moi parce que c’est ce que la situation exigeait, alors j’ai pris mon sac et j’ai dit à ma famille de se préparer, que nous partions. »

F. s’est dirigé vers le lieu de ramassage, une station-service avec des réservoirs de carburant jaunes à l’extérieur de la capitale. Il a envoyé un courriel à Swarz pour lui dire qu’il avait reçu l’appel, et a attendu.

Il a appris plus tard qu’environ 500 personnes avaient reçu un appel pour rejoindre le convoi de sept bus. Ils sont arrivés à Mazar-i-Sharif vers minuit, après huit heures de route.

Des Afghans dans un bus se dirigent vers la frontière iranienne à Herat, en Afghanistan, le 22 novembre 2021. (Crédit : AP Photo/Petros Giannakouris)

Le groupe de réfugiés s’est abrité dans des salles de mariage de la ville du nord, puisque les bâtiments n’étaient pas utilisés à ce moment-là, et les organisateurs ont fourni de la nourriture et d’autres produits de première nécessité. La famille pensait qu’elle se dirigeait vers le Tadjikistan ou l’Ouzbékistan, mais personne n’avait d’informations solides.

F. ignorait l’identité des organisateurs avec lesquels Swarz l’avait mis en contact. Il a dit qu’il y avait environ 10 personnes qui coordonnaient les choses, toutes Afghanes.

« Ils avaient des contacts aux États-Unis. Nous ne savions pas à qui ils parlaient, de qui ils recevaient des instructions », a-t-il dit. « Ils cachaient tout. Ils ne partageaient rien avec nous. Nous nous contentions de suivre leurs instructions. »

Les talibans ont contrôlé la ville pendant toute la durée du séjour du groupe. Au bout d’une semaine environ, les organisateurs ont craint que les talibans aient eu vent de l’opération et ont déménagé dans un autre établissement. Une dizaine de jours plus tard, un groupe de talibans s’est rendu dans leur nouvelle cachette et a posé des questions aux organisateurs, qui ont donc fui à nouveau, se cachant à un moment donné dans un parc, avant de trouver un nouvel abri. Pendant ce temps, leur budget pour la nourriture s’épuisait.

« Finalement, nous avons reçu un appel et les organisateurs nous ont dit que nous allions partir demain », a déclaré F. On leur a dit qu’ils allaient en Albanie, mais une fois arrivés à l’aéroport, ils ont reçu des visas pour le Qatar.

Ils avaient réussi à échapper aux talibans pendant les quelques semaines où ils sont restés à Mazar-i-Sharif, y compris lorsqu’ils se sont aventurés à l’extérieur pour des visites médicales, mais ils sont tombés nez à nez avec des combattants du groupe à l’aéroport.

« Ils nous ont traités de tous les noms. ‘Vous êtes des traîtres, vous êtes des infidèles' », a raconté F. « Nous avions très peur car tout pouvait arriver. Ils pouvaient l’annuler, ils pouvaient nous faire n’importe quoi, alors nous avions très peur. »

« Ils peuvent faire ce qu’ils veulent », a-t-il ajouté. « Je ne sais pas pourquoi ils nous ont laissé [sortir] ». Swarz a déclaré qu’il y avait eu des négociations avec les talibans concernant les vols.

F. a pu prendre le premier vol, mais les talibans ont bloqué le deuxième vol pour le reste du groupe pendant 10 jours, en invoquant plusieurs fois des excuses différentes. Finalement, les 500 réfugiés, y compris certains des organisateurs, ont pu rejoindre une installation militaire américaine au Qatar.

Des Afghans montent à bord d’un avion de transport qatari à Kaboul, en Afghanistan, le 18 août 2021. (Crédit : Bureau des communications du gouvernement du Qatar via AP)

Tout était beau

Ils sont restés au Qatar pendant 34 jours, a déclaré F. Ils ont passé des examens médicaux et des formalités militaires, et ont été vaccinés, notamment contre la COVID-19. Ils sont ensuite allés à la base aérienne de Holloman au Nouveau-Mexique pour environ deux semaines.

Ils sont arrivés, éreintés, avec quelques sacs de vêtements et rien d’autre. Ils avaient le mal du pays et n’avaient pas grand-chose à faire sur les bases, mais l’armée américaine leur a réservé un « accueil chaleureux ».

« Ils nous ont traités comme des membres de la famille, nos enfants, nous-mêmes. C’étaient des gens exceptionnels », a déclaré F. « Ils jouaient avec nos enfants du matin jusqu’à tard le soir. »

Le programme américain d’installation des réfugiés, appelé Operation Allies Welcome, a placé environ 37 000 Afghans dans des communautés américaines. Quelque 35 000 d’entre eux se trouvent encore sur six bases militaires aux États-Unis, 3 200 autres dans des pays tiers en attente d’un vol vers les États-Unis, et certains tentent toujours de quitter l’Afghanistan.

F. a été mis en contact avec l’HIAS par l’intermédiaire de sa famille vivant à New York et a été désigné pour s’installer dans cet État en raison de ses proches qui s’y trouvent. La famille est arrivée à l’aéroport JFK de New York peu avant Thanksgiving. Swarz, le frère de F., ses cousins et un autre bénévole les ont accueillis. Les frères ne s’étaient pas vus depuis cinq ans.

F. est accueilli par son frère à l’aéroport international JFK de New York. (Autorisation)

« Quand j’ai vu Jeff venir vers moi, je n’ai pas pu me contrôler. J’ai commencé à pleurer, parce qu’après avoir vu que je perdais espoir en Afghanistan, il me donnait cette confiance et cet espoir », a déclaré F… « Puis j’ai vu mon frère, je l’ai serré dans mes bras, mes cousins étaient là, je les ai embrassés, puis nous sommes montés dans le taxi. »

« Tout était beau. Je me suis senti soulagé. Jeff parlait de la circulation dense parce que c’était un jour férié. J’ai dit à Jeff que tout était beau pour moi, même cette circulation à New York », a déclaré F. « J’aime toujours tout à New York. »

F. est maintenant hébergé par la famille de son frère, tandis que le groupe de Swarz s’efforce de trouver un logement pour la famille.

« J’ai de la chance qu’ils m’aident. Ils viennent chez moi, nous apportent des vêtements chauds à moi et à ma famille. Il fait très froid dehors et c’est très agréable de les voir porter ces lourds sacs. J’apprécie vraiment tout ce qu’ils font. »

« L’un des bénévoles m’a un peu parlé de Hanoukka, de la façon dont les Juifs le célèbrent, j’ai appris quelque chose de nouveau », a dit F… « Ce sont des gens très gentils, très généreux. C’est ce qui est fantastique à propos du peuple juif, et je sais qu’il y a d’autres organisations et personnes juives qu’ils ont utilisées pour évacuer beaucoup d’Afghans, donc nous les apprécions pour tout ce qu’ils font. »

Jeff R. Swarz, à gauche, et F., à droite, à l’aéroport JFK de New York. (Autorisation)

Le Conseil interconfessionnel pour les nouveaux Américains de Westchester a été créé il y a environ cinq ans avec le soutien de l’HIAS. Le conseil collecte des fonds pour les familles de réfugiés, puis les aide après leur arrivée en leur fournissant un logement, un transport, un emploi, une aide linguistique et d’autres aides. Mme Swarz précise qu’il ne s’agit pas d’une organisation caritative, l’objectif étant l’intégration et l’indépendance.

Le financement provient essentiellement des synagogues et des églises, et l’intégralité des fonds est versée aux réfugiés. La plupart des bénévoles sont également membres de ces groupes religieux.

L’organisation soutient les nouveaux réfugiés pendant environ un an, le temps qu’ils trouvent leur place aux États-Unis et qu’ils s’assurent un revenu, tandis que l’HIAS les aide dans leurs démarches administratives, comme les demandes de carte verte et de sécurité sociale.

« Si je suis en vie, si je vous parle maintenant, c’est grâce à Jeff et à son organisation. Je leur en suis vraiment reconnaissant. Ils ont changé ma vie, ils ont sauvé ma vie et ma famille », a déclaré F.

F. a déclaré qu’il envisageait de s’inscrire dans un camp d’entraînement à l’ingénierie logicielle et de trouver un emploi dans les technologies de l’information. Le groupe de Swarz a aidé à installer les deux frères de F. et une autre famille afghane, qui sont désormais tous financièrement indépendants.

Un combattant taliban observe des personnes faisant la queue pour recevoir de l’argent sur un site de distribution d’argent organisé par le Programme alimentaire mondial à Kaboul, en Afghanistan, le 17 novembre 2021. (Crédit : AP Photo/Petros Giannakouris)

L’Afghanistan en chute libre

La crise en Afghanistan se poursuit pourtant. F. craint pour ses trois frères et ses deux sœurs encore sur place. L’un d’entre eux, qui travaillait pour les États-Unis, se cache et passe d’un endroit à l’autre. Il a demandé un visa d’immigrant spécial mais ne l’a pas reçu.

L’ONU a qualifié la situation en Afghanistan de « pire crise humanitaire au monde ». L’économie est en ruine, le système de santé est au bord du gouffre et les maladies se propagent, notamment la COVID-19, la rougeole, la polio et la malaria. La température baisse à mesure que l’hiver s’installe et des pans entiers du pays sont confrontés à la sécheresse. Le PIB s’est contracté d’environ 40 %.

Les 9 milliards de dollars de réserves de la banque centrale afghane ont été gelés, paralysant le système bancaire, et les financements étrangers ont été bloqués, les groupes internationaux se demandant comment travailler avec un groupe comme les talibans. L’ONU a déclaré qu’il fallait environ 220 millions de dollars par mois pour maintenir le pays au bord du précipice.

La branche afghane de l’État islamique est en pleine expansion. L’ONU a déclaré le mois dernier qu’elle y avait mené 334 attaques cette année, contre 60 l’année dernière.

Les talibans ont demandé de meilleures relations avec les États-Unis et d’autres États, mais ont exécuté des dizaines de leurs opposants et renouvelé les restrictions imposées aux femmes et aux filles.

La question la plus urgente est celle de la nourriture, car des millions de personnes risquent de mourir de faim.

« Donc, le problème aujourd’hui pour tous ces réfugiés est que non seulement ils doivent s’adapter à un nouveau pays et à une nouvelle langue, mais ils ont tous des proches à Kaboul qui sont affamés », a déclaré Swarz.

« Nous sommes en partie responsables de cette situation. C’est nous qui avons déclenché ce mouvement, cette spirale, en retirant nos troupes », a-t-il ajouté. Il préconise une aide alimentaire plus directe, sans fournir de fonds aux talibans.

Le frère de F. a envoyé de l’argent à ses proches à Kaboul pour qu’ils puissent continuer à manger.

Les Nations unies ont déclaré que près de 23 millions d’Afghans, soit plus de la moitié de la population, souffraient de la faim. Trois millions d’enfants souffrent de malnutrition et un million d’enfants pourraient mourir de faim.

read more:
comments