GB : Une enseignante renvoyée d’une école orthodoxe après être devenue rabbin
Rechercher
Le Dr Lindsey Taylor-Guthartz prend la parole lors du festival annuel des arts, de la foi et de la justice de Greenbelt, au Royaume-Uni, en 2016. (Crédit : YouTube)
Le Dr Lindsey Taylor-Guthartz prend la parole lors du festival annuel des arts, de la foi et de la justice de Greenbelt, au Royaume-Uni, en 2016. (Crédit : YouTube)

GB : Une enseignante renvoyée d’une école orthodoxe après être devenue rabbin

Le grand rabbin Ephraim Mirvis déclare que la Rabbine Dr. Lindsey Taylor-Guthartz « a dépassé les limites de l’orthodoxie traditionnelle »

LONDRES – Une jeune diplômée de l’école rabbinique orthodoxe Yeshivat Maharat de New York a été effectivement interdite d’enseignement à la London School of Jewish Studies (LSJS), dont le président est le grand rabbin britannique Ephraim Mirvis.

La disqualification de Mme LindseyTaylor-Guthartz, qui s’est attirée les éloges de toutes les confessions religieuses en poursuivant ses études rabbiniques, met en lumière une controverse permanente sur la semicha orthodoxe, ou ordination rabbinique, pour les femmes.

Après avoir appris que la bourse de recherche de Taylor-Guthartz à la LSJS avait été révoquée – et avec elle, son rôle d’enseignante – 30 rabbins et chantres, principalement des femmes, des mouvements réformés et libéraux ont écrit à Mirvis pour protester contre cette décision.

Trois cents autres personnes – dont un ancien président de l’United Synagogue, le foyer de l’orthodoxie traditionnelle, qui est sous l’égide du rabbin Mirvis – ont parrainé une publicité dans le Jewish Chronicle de Londres disant qu’ils étaient « ravis de féliciter la Rabbine Dr. Lindsey Taylor-Guthartz » pour son ordination, et « saluent son engagement dans un programme d’apprentissage intensif ».Taylor-Guthartz et ceux qui lui ressemblent seront des modèles pour les générations futures, tant les femmes que les hommes, a-t-il ajouté.

L’utilisation du titre de »rabba » – la forme féminine du mot rabbin en hébreu – semble être délibérée. Mme Taylor-Guthartz, 61 ans, qui enseigne à la LJSJ depuis 16 ans, a informé l’école de ses études rabbiniques lorsqu’elle s’est inscrite à la Yeshiva Maharat il y a trois ans.

Le Dr. Lindsey Taylor-Guthartz, Rabbine. (Crédit : Alex Taibel)

Elle a déclaré qu’elle s’était engagée dans ce cours « pour améliorer mes connaissances de la Torah et approfondir mon apprentissage, afin de développer des compétences et des connaissances supérieures pour enseigner à un niveau plus élevé et fournir le leadership nécessaire au sein du monde de la Torah orthodoxe à Londres, et de la communauté juive en général ». Elle a déclaré qu’elle n’avait jamais eu l’intention de chercher un poste de rabbin communautaire.

Elle a également proposé d’abandonner le titre de rabbin dans l’exercice de ses fonctions au LSJS.

Eve Sacks, l’une des responsables de l’Alliance féministe juive orthodoxe (JOFA) au Royaume-Uni, a déclaré qu’elle ne comprenait pas pourquoi le collège n’avait pas accepté cette offre, ni pourquoi le bureau du grand rabbin (OCR) avait adopté la position qu’il avait adoptée.

Taylor-Guthartz a rencontré Mirvis en privé. Le contenu de cette rencontre est resté confidentiel, mais on suppose que Mirvis a réitéré sa position selon laquelle les femmes rabbins ne seraient pas acceptées dans le courant dominant du monde orthodoxe.

Le courant dominant de l’orthodoxie reste réfractaire 

Les ordinations de femmes de la Yeshivat Maharat ne sont toujours pas reconnues dans l’orthodoxie centriste. Maharat n’est pas le seul organisme qui donne la semicha aux femmes orthodoxes : les rabbins israéliens Daniel Sperber, Herzl Hefter et Daniel Landes sont tous des cas notables d’éducateurs qui ont franchi cette étape.

Le Grand Rabbin est tout à fait conscient de la force de l’opinion sur cette question au Royaume-Uni et à l’étranger. Bien que la position orthodoxe dominante sur les femmes rabbins bénéficie d’un fort soutien, il reconnaît que d’autres sont contrariés et déçus », a déclaré un porte-parole du bureau du Grand Rabbin dans un communiqué.

« Il était clair que le maintien d’une affiliation formelle avec une personne qui, bien qu’ayant beaucoup contribué à l’institution, avait néanmoins dépassé les limites de l’orthodoxie traditionnelle… aurait envoyé un message trompeur sur ce que représente la LSJS – un message qui aurait compromis son engagement de longue date envers l’éducation et la formation juives orthodoxes, dont les conséquences auraient pu être importantes et de grande portée pour la LSJS », a déclaré le communiqué.

Le porte-parole a déclaré que malgré la difficulté de prendre une telle décision « lorsque des personnes de qualité et de talent sont impliquées », le grand rabbin a été contraint de défendre l’éthique religieuse de l’école et sa position au sein de l’orthodoxie traditionnelle, comme il le fait pour toutes les synagogues et organisations sous ses auspices.

Mirvis a ajouté qu’il était important d’explorer constamment « le défi d’autonomiser les femmes juives dans leur apprentissage et leur engagement religieux, et de les encourager à assumer des rôles de leadership dans notre communauté, d’une manière qui soit cohérente avec nos enseignements ».

Mais les détracteurs de Mirvis ont déclaré au Times of Israel que la décision de retirer Taylor-Guthartz de la liste des enseignants de la LSJS envoyait un message difficile aux jeunes de la communauté.

« Cette anxiété et cette inquiétude autour de la façon dont cela apparaît signifie que les gens ont perdu l’accès à un enseignant merveilleux », a déclaré une femme orthodoxe qui a demandé à ne pas être nommée. « Le LSJS, qui est un bastion de l’enseignement orthodoxe moderne au Royaume-Uni, a vu son enseignement réduit en raison de l’inquiétude suscitée par ce que les extrémistes pourraient penser. Regardez le retour de bâton que le grand rabbin a reçu lorsqu’il s’est exprimé contre l’intimidation des adolescents LGBT. Il aurait été si facile pour lui de dire : « Vous ne pouvez pas utiliser votre titre au collège, mais continuez à enseigner ».

Illustration : Des étudiants de la Yeshivat Maharat assistent à une cérémonie de remise des diplômes à New York, le 17 juin 2019.(Crédit : Shulamit Seidler-Feller/Yeshivat Maharat via JTA)

Dans leur lettre à Mirvis, les chantres et rabbins réformés et libéraux ont déclaré que « malgré le principe autoproclamé de LSJS de « maximiser la participation des femmes en tant que leaders éducatifs », il y a clairement encore un plafond de verre de la Torah, au-dessus duquel la moitié de votre communauté ne peut pas monter… Nous considérons cette décision comme un coup dur pour notre communauté juive britannique plus large, et en particulier pour les récents progrès notables, bien que progressifs, dans le leadership et l’apprentissage des femmes. »

Dans le sillage de cette dispute, l’université Middlesex – l’université britannique qui accorde des crédits de formation des enseignants au LSJS – enquête sur sa relation avec le collège. Un porte-parole de Middlesex a déclaré au Jewish News de Londres que la LSJS avait maintenu qu’elle était « liée par les directives [du grand rabbin] en matière d’enseignement des textes religieux et de l’autorité rabbinique ».

Un point de vue extérieur 

Taylor-Guthartz a déclaré au Times of Israel qu’une série d’événements improbables l’a amenée au centre de la controverse actuelle. Son père n’est pas juif et lorsque sa mère s’est remariée alors que Taylor-Guthartz avait 7 ans, la famille a déménagé en Cornouailles – une région qui compte l’une des plus petites populations juives du Royaume-Uni. « Nous étions totalement assimilés », dit-elle.

« Je ne savais pas que j’étais juive jusqu’à l’âge de 7 ans. »

Taylor-Guthartz a été envoyée dans un internat chrétien et s’est intéressée au judaïsme pendant les vacances de Noël. Elle dit avoir dévoré les articles pertinents de l’Encyclopaedia Britannica à la bibliothèque locale et s’être initiée à l’hébreu biblique grâce à un livre de langue qu’elle y a trouvé.

Quand elle est allée à l’université de Cambridge pour étudier l’archéologie et l’anthropologie, la future rabbine a « repris contact avec la communauté juive. » C’était la première fois, dit-elle, « que je voyais des Juifs qui n’étaient pas membres de ma famille. »

Progressivement, Taylor-Guthartz a commencé à étudier et à observer le judaïsme. Elle a commencé à observer les lois du Shabbat et les lois alimentaires de la casheroute au cours de sa deuxième année d’université et a assisté à un cours de Talmud au cours de sa troisième année, enseigné par un rabbin ultra-orthodoxe « qui ne voyait pas d’inconvénient à avoir une fille dans la classe ».

Illustration : Des étudiantes du séminaire libéral orthodoxe pour femmes Yeshivat Maharat. (Crédit : Chavie Lieber/Times of Israel)

En riant, elle avoue que « j’avais une demi-heure de Talmud de rattrapage avant le cours, juste pour rester avec les autres. Une seule fois, j’ai posé la bonne question – j’étais très fière de moi ».

Aujourd’hui, Taylor-Guthartz considère comme « un énorme avantage » le fait d’avoir appris le judaïsme en partant de zéro, ce qui lui permet de reconnaître les étudiants qui viennent de milieux similaires au sien lorsqu’elle enseigne.

Après avoir déménagé en Israël à l’âge de 21 ans, Mme Taylor-Guthartz a pris un emploi mal payé à l’Autorité israélienne des antiquités, complétant son revenu en travaillant au noir comme rédactrice au Jerusalem Post quelques fois par semaine. C’est là qu’elle a rencontré son mari, avec qui elle a eu deux filles. Le couple est resté en Israël pendant 17 ans avant de retourner au Royaume-Uni en 1998. Taylor-Guthartz a également travaillé au Musée des Terres de la Bible et a été l’un des quatre traducteurs archéologiques en Israël.

Mme Taylor-Guthartz a déclaré que son séjour en Israël lui avait permis de parler couramment l’hébreu, ce qui était indispensable pour participer au cours Maharat. Elle a été, et continue d’être, très impressionnée par la maîtrise de l’hébreu de ses collègues étudiants de Maharat, et par la confiance des jeunes femmes dans le monde orthodoxe moderne, dit-elle.

Devenir éducatrice 

Son chemin vers l’éducation a commencé au Royaume-Uni, quand Mme Taylor-Guthartz a été « stupéfaite » de se voir poser des questions sur la pratique juive. Une femme de l’United Synagogue voulait savoir si « nous étions autorisés à prier en dehors de la synagogue, et si nous étions autorisés à prier dans nos propres mots », a déclaré Taylor-Guthartz. « J’étais tellement choquée qu’elle n’en ait aucune idée ».

Taylor-Guthartz s’est inscrite à un programme bien connu de formation des femmes éducatrices, le programme Susi Bradfield. Elle a progressivement commencé à enseigner, tout en continuant à apprendre en même temps. Son doctorat, financé par la LSJS, portait sur la vie religieuse des femmes juives orthodoxes au Royaume-Uni.

L’ancienne haute rabbine réformée Laura Janner-Klausner. (Crédit : courtoisie/ Graham Chweiden)

Cela aurait pu être la fin de son histoire s’il n’y avait pas eu le décès tragique de son amie et collègue du LSJS Maureen Kendler en 2018. Lors des funérailles, la rabbine principale du mouvement réformé de l’époque, Laura Janner-Klausner, a exhorté Taylor-Guthartz et les autres femmes présentes à entreprendre l’ordination rabbinique à Yeshivat Maharat en l’honneur de Kendler. Taylor-Guthartz a franchi le pas.

Après avoir perdu son poste à la LSJS, elle a déclaré au Times of Israel cette semaine : « Je suis si triste de voir qu’on m’a refusé l’opportunité d’amener mon enseignement à de nouveaux sommets et d’élargir l’accès à l’apprentissage de la Torah pour mes chers étudiants de la LSJS. Je trouve tragiquement ironique qu’après avoir passé trois ans à étudier la halakha [loi juive], je ne puisse pas partager ce savoir dans l’institution que j’ai servie pendant si longtemps. Cette décision est regrettable, mais je suis déterminée à continuer à enseigner la Torah à travers la communauté à tous ceux qui sont désireux d’apprendre. »

Elle dit ne pas avoir de regrets.

« Cela m’a permis d’être beaucoup mieux équipée, j’ai l’impression d’être un bien meilleur professeur, et je peux aider à combler les espaces non remplis », a déclaré Taylor-Guthartz. « Les femmes bénéficieront de la présence d’une autre femme ayant des connaissances halakhiques vers laquelle se tourner. Et ce que je fais, ainsi que les autres femmes britanniques qui suivent le cours Maharat, offrira des modèles aux femmes juives du Royaume-Uni. »

read more:
comments