Rechercher
Juifs en Tunisie, 1880 (Crédit : domaine public)
Juifs en Tunisie, 1880 (Crédit : domaine public)

Ignorés par l’ONU, les Juifs mizrahi ont aussi survécu aux pogroms et aux expulsions

La persécution des Juifs du Moyen-Orient « a été niée pendant une longue période », selon les historiens qui plaident pour une mémoire juive « plus inclusive »

Autour de la place Tahrir du Caire, des maisons confisquées à des familles juives accueillent les principales ambassades étrangères d’Égypte. À ce jour, les ambassadeurs d’Allemagne, de Suisse et des États-Unis travaillent ou vivent dans des maisons expropriées aux Juifs après 1948, tandis que d’autres maisons, appartenant autrefois à des Juifs, sont devenues la Grande Bibliothèque du Caire et des bureaux gouvernementaux.

L’expulsion de 850 000 Juifs, principalement Mizrahi (Moyen-Orient) et Séfarades, des pays arabes et musulmans a eu lieu avant, pendant et après la Shoah. Alors que les dirigeants nationalistes arabes s’alignaient sur l’Allemagne nazie au nom du pétrole et de l’expulsion des Britanniques, les communautés juives étaient la cible de paupérisation, d’expulsion et de meurtre.

Malgré la centralité de la région dans l’histoire juive, les récits des Juifs du Moyen-Orient ont longtemps été considérés comme « accessoires » dans la mémoire collective juive, ainsi que dans celle du reste du monde. Selon l’historien et journaliste Edwin Black, l’une des raisons de la marginalisation de leurs récits est que les juifs mizrahi ont développé différentes manières de raconter leurs histoires.

« Les communautés sépharades et mizrahi ont toujours été insulaires », a déclaré Black au Times of Israel. « En même temps, dans la plupart des grandes organisations juives, notre mémoire collective est une mémoire collective ashkénaze. »

En 2014, Black a travaillé avec des responsables juifs israéliens et de la diaspora pour mettre en place une cérémonie annuelle le 30 novembre commémorant l’expulsion des Juifs de la région. Cette commémoration s’appelle Yom HaGirush, ou Jour de l’expulsion, et la sensibilisation à cette commémoration se répand lentement.

« J’adopte une approche plus inclusive lorsqu’il s’agit d’examiner ce qui est arrivé au peuple juif pendant et après la Seconde Guerre mondiale », a déclaré M. Black, qui a écrit le livre The Farhud : Roots of the Arab-Nazi Alliance in the Holocaust. Et d’ajouter : « La guerre d’Hitler contre les Juifs était mondiale. »

Pogrom « Farhud » à Bagdad, Irak, 1941 (Crédit : domaine public)

Les Juifs étaient une présence durable au Moyen-Orient et en Afrique du Nord avant l’avènement de l’islam et des conquêtes arabes, mais aujourd’hui moins de 4 000 Juifs vivent dans la région. Cette situation contraste avec l’Europe de l’après-Shoah, où résident actuellement 1,4 million de Juifs. Voilà pour le proverbe marocain : « Un marché sans juifs est comme un pain sans sel ».

De l’avis général, l’infiltration des dirigeants et des politiques nazis au Moyen-Orient a constitué un point de basculement dans l’histoire des Juifs de la région. À partir du tristement célèbre pogrom de Farhud en Irak, les 1er et 2 juin 1941, les Juifs d’Irak et d’ailleurs ont été confrontés à une persécution accrue, semblable à celle qui a eu lieu dans l’Allemagne nazie d’avant la Shoah, alors que des dirigeants, comme le Premier ministre irakien Rashid Ali al-Gaylani, cherchaient à imiter les tactiques d’Hitler.

Pendant les deux jours de Farhud à Bagdad et dans d’autres centres de population juive en Irak, les maisons juives ont été marquées afin que les foules enragées puissent les détruire. Au cours de ce processus, 180 Juifs ont été enregistrés comme ayant été assassinés. Comme lors de la Nuit de cristal en Allemagne et dans les pays occupés par les nazis, des magasins et des édifices religieux ont été pillés et incendiés.

Juifs de Tunis, Tunisie, rassemblés pour le travail forcé, 1942 (Crédit : domaine public)

Le mot « Farhud » signifie « dépossession violente » en arabe, le nom prophétique donné au pogrom par les citoyens irakiens. Environ 135 000 Juifs vivaient en Irak en 1941, mais la quasi-totalité de la communauté a déménagé en Israël dans la décennie qui a suivi le pogrom.

« Le Farhud a marqué un tournant car il a constitué la première étape de la dépossession de cette communauté juive », a déclaré M. Black.

Arrachés brutalement à leurs maisons et à leurs terres natales ».

La Shoah a atteint directement la Tunisie, l’Algérie et le Maroc, ainsi que le Liban et la Syrie, par le biais du régime de la France de Vichy. Dans les documents allemands et français, ces terres étaient considérées comme faisant partie de l’Europe aux fins du génocide.

Par exemple, après l’invasion de la Tunisie par les nazis, quelque 5 000 hommes juifs ont été envoyés dans des camps de travail forcé.

En France, 160 Juifs tunisiens ont été déportés vers les camps de la mort. Malgré l’ampleur du génocide en Tunisie, le pays a accueilli la plus grande communauté juive de la région en dehors d’Israël jusque dans les années 1970.

Après la défaite de l’Allemagne nazie en 1945, la persécution des Juifs du Moyen-Orient ne s’est nullement ralentie. Au contraire, les gouvernements arabes et musulmans ont accéléré la persécution de leurs anciennes communautés juives, confisquant leurs biens et adoptant des mesures restrictives. Au Yémen, 82 Juifs ont été assassinés et l’ancien quartier juif d’Aden a été réduit en cendres en 1947.

Juifs yéménites près d’Aden en route pour Israël (Crédit : domaine public)

« C’est le déracinement de centaines de milliers de Juifs mizrahi, arrachés brutalement à leurs maisons et à leurs terres natales », écrit l’historien Nathan Weinstock dans la préface de son livre Une très longue présence : Comment le monde arabe a perdu ses Juifs, publié à l’origine en français.

« Pourtant, cette [expulsion] reste inconnue et a été niée pendant une longue période », écrit Weinstock.

Aux Nations unies en 1947, les dirigeants arabes ont mis en garde contre ce à quoi les Juifs de leurs pays seraient confrontés si un État juif était déclaré en Palestine.

« La solution proposée pourrait mettre en danger un million de Juifs vivant dans des pays musulmans », avait déclaré Heykal Pasha, de la délégation égyptienne. Le représentant avait déclaré que la création d’un État juif entraînerait un antisémitisme dans les pays arabes « encore plus difficile à éradiquer que l’antisémitisme que les Alliés tentaient d’éradiquer en Allemagne. »

Les Juifs en grand danger dans tous les pays musulmans

A la veille du vote du plan de partage de l’ONU, le ministre irakien des Affaires étrangères, Fadil Jamali, a averti que « les masses dans le monde arabe ne peuvent pas être retenues. Les relations arabo-juives dans les pays arabes vont se détériorer considérablement. »

Des Juifs font la queue à la synagogue pour renoncer à leur citoyenneté irakienne afin d’émigrer en Israël, Bagdad, Irak, mars 1950. (Crédit : Anu/courtoisie de David Petel)

Tout au long de l’année 1948, les dirigeants arabes et musulmans s’imitent ouvertement les uns les autres – ainsi que l’Allemagne nazie vaincue – dans leur persécution des communautés juives.

Selon un titre de première page du New York Times de mai 1948, « Les Juifs sont en grand danger dans tous les pays musulmans. Neuf cent mille en Afrique et en Asie font face à la colère de leurs ennemis ».

Après la création d’Israël, les comptes bancaires des Juifs irakiens sont gelés afin que les « ambitions sionistes en Palestine » ne puissent être financées, tandis que les Juifs soupçonnés d’activités sionistes sont mis en prison. En Égypte, des centaines de familles juives ont été « bannies et dépossédées », et des terroristes ont assassiné 70 Juifs dans une série d’attentats à la bombe au Caire.

Les mesures et décrets anti-juifs spécifiques variaient selon les pays, comme ce fut le cas en Europe pendant la Shoah. Mais des documents prouvent que la campagne était coordonnée par la Ligue arabe, qui fournissait utilement des modèles aux États membres pour l’adoption de nouvelles mesures anti-juives.

Une école juive incendiée pendant un pogrom à Aden, au Yémen, après le vote du plan de partage de l’ONU en 1947. (Crédit : domaine public)

En 1948, la Commission des Nations Unies sur la Palestine fait rapport au Conseil de sécurité sur « les puissants intérêts arabes, tant à l’intérieur qu’à l’extérieur de la Palestine, [qui] défient la résolution de l’Assemblée générale et s’engagent dans un effort délibéré pour modifier par la force le règlement qui y est envisagé ».

La superficie des terres confisquées aux Juifs contraints de fuir les pays arabes et musulmans s’élève à environ 103 600 km2, soit cinq fois la taille d’Israël en 1948. Des estimations récentes évaluent la valeur des confiscations panarabes à environ 791 milliards de shekels, tandis qu’une loi israélienne adoptée en 2010 stipule que tout accord de paix israélo-palestinien doit inclure une compensation pour ces biens.

Laissés dans l’ombre

Bien que le processus de liquidation des communautés juives de la région ait pris trois décennies, les prédictions faites par Fadil Jamali et Heykal Pasha en 1947 se sont avérées exactes. Sous l’effet conjugué des persécutions, de la paupérisation et de la violence populaire périodique, plus de 99 % des Juifs de la région ont fui dans les années 1970.

Après la guerre d’Indépendance d’Israël, l’ONU a créé un comité – appelé UNRWA – pour « soutenir l’aide et le développement humain des réfugiés palestiniens ». Alors que plus de 200 résolutions ont été adoptées concernant les réfugiés palestiniens, l’ONU n’a toujours pas reconnu les Juifs du Moyen-Orient qui ont fui ou ont été expulsés de leurs foyers.

Immigrants yéménites dans un camp près de Ein Shemer en 1950. (Crédit : Pinn Hans/GPO)

Au début de l’année, à Jérusalem, une statue représentant des Juifs yéménites en route vers Israël a été inaugurée pour commémorer le « départ et l’expulsion » de « plus de 850 000 Juifs [qui] ont été forcés de quitter les terres arabes et l’Iran », selon l’inscription du petit monument.

Selon le journaliste israélien Ben-Dror Yemini, l’expulsion des Juifs du Moyen-Orient était « une Nakba juive », ou catastrophe, similaire à la façon dont les Palestiniens décrivent la guerre d’indépendance d’Israël.

« Au cours de ces mêmes années [les années 1940], il y a eu une longue série de massacres, de pogroms, de confiscations de biens et de déportations contre les Juifs dans les pays islamiques », écrit Yemini, qui est né à Tel Aviv de parents juifs yéménites.

« La guerre contre le jeune État juif s’est terminée par une défaite retentissante », a écrit Yemini. « Mais parmi ceux qui en ont payé le prix, il y avait les centaines de milliers de Juifs des pays arabes. Notez que tous n’ont pas été expulsés, mais ceux qui ne l’ont pas été savaient aussi que leur heure était venue. »

Contrairement à la quasi-absence de Juifs dans le monde arabe et musulman d’aujourd’hui, les 160 000 Arabes qui sont restés en Palestine après 1948 sont devenus la communauté actuelle de 1 900 000 citoyens arabes israéliens de l’État juif.

Statue de Juifs yéménites pour commémorer  » plus de 850 000 Juifs qui ont été forcés de quitter les terres arabes et l’Iran « , érigée sur la promenade Haas de Jérusalem en 2021 (Crédit : Jerry Klinger/The Times of Israel).
read more:
comments