Keren, 29 ans, volontaire pour attraper le COVID-19 et mettre fin à la pandémie
Rechercher
Keren Pedersen. (Autorisation de Keren Pedersen)
Keren Pedersen. (Autorisation de Keren Pedersen)
Interview

Keren, 29 ans, volontaire pour attraper le COVID-19 et mettre fin à la pandémie

Une ex-soldate née aux USA, étudiante en ingénierie, est l’une des 61 Israéliens à s’être engagée dans un « défi » visant à faire progresser la recherche sur le vaccin

Tout juste diplômée de l’université, Keren Pedersen se prépare à relever son prochain défi : s’exposer au nouveau coronavirus.

Elle veut introduire le CoV-2 du SRAS dans son corps, convaincue que ce faisant, elle contribuera à accélérer la mise au point d’un vaccin. Pedersen, 29 ans, qui a immigré des États-Unis vers Israël alors qu’elle était enfant, pense que ce sera un « processus très désagréable » mais se dit « enthousiaste » à l’idée d’y participer.

Elle fait partie des 61 Israéliens qui ont souscrit à une initiative internationale rassemblant des volontaires prêts à tester des vaccins potentiels en recevant soit des injections soit des placebos et en étant ensuite exposés au virus dans un environnement contrôlé.

Pedersen, une habitante de Pardes Hanna, fait partie d’un mouvement petit mais croissant de personnes qui se disent prêtes à être soumises au virus parce qu’elles pensent que les méthodes standard de test sur l’homme pour faire approuver les vaccins seront tout simplement trop lentes.

Lors des tests de vaccination réguliers, les volontaires reçoivent un vaccin ou un placebo, et les taux d’infection sont contrôlés alors qu’ils continuent à mener une vie normale. Mais des essais dits « challenge », dans lesquels les personnes sont intentionnellement exposées à un agent pathogène, ont été menés pour certaines maladies, notamment la typhoïde, le choléra, la malaria et la grippe.

Un participant à un essai de vaccin contre le coronavirus reçoit une injection à Kansas City, dans le Missouri, le 8 avril 2020. (Crédit : Center for Pharmaceutical Research via AP)

L’Organisation mondiale de la santé (OMS) affirme que de telles expériences pourraient « non seulement accélérer le développement du vaccin COVID-19, mais aussi rendre plus probable l’efficacité des vaccins finalement développés ». Elle les a qualifiés de « sensibles sur le plan éthique », mais a publié un document décrivant les circonstances dans lesquelles ils peuvent être acceptables pour le COVID-19. Pourtant, certains scientifiques critiquent l’idée, comme William A. Haseltine, ancien professeur de la Harvard Medical School et fondateur des départements de recherche sur le cancer et le VIH/SIDA de l’université, qui a déclaré qu’elle était « dangereuse » et « contraire à l’éthique ».

Pedersen, une ancienne combattante de l’armée israélienne qui vient de terminer un diplôme d’ingénieur en mécanique à l’Institut de technologie Technion-Israël, attend que l’association à but non lucratif 1 Day Sooner lui fasse savoir si elle participera aux tests. L’organisation basée aux États-Unis est en train de constituer une base de personnes prêtes à participer à un « challenge trial », et compte 30 000 volontaires dans le monde entier. Elle a commencé à contacter les développeurs de vaccins afin de leur proposer ses services, mais il n’est pas certain qu’ils seront acceptés, compte tenu des considérations éthiques.

Pedersen a expliqué sa décision au Times of Israel.

La plupart des pays du monde essaient d’éviter le coronavirus, mais vous voulez qu’il soit introduit dans votre corps, au nom de la science. Comment en êtes-vous arrivée à cette décision ?

J’ai entendu parler de cette idée pour la première fois dans un podcast, au début du mois d’avril. Cela m’a semblé très logique et j’ai pensé : « ah, je ne fais partie d’aucun des groupes à risque et j’ai le bon âge, donc je peux faire du bénévolat ». La réponse émotionnelle a été un peu plus conflictuelle que la réponse intellectuelle. J’ai dû la digérer pendant quelques jours avant d’en être complètement sûre, mais j’en ai conclu que c’était une bonne décision.

J’étais consciente de toutes les conséquences potentielles, même pour quelqu’un qui est en bonne santé : possibilité de décès et complications très désagréables avec lesquelles je pourrais finir par vivre pour le reste de ma vie – lésions cérébrales, dommages au cœur et caillots sanguins. Tout cela a rendu la décision un peu plus difficile.

De mon point de vue, je suis prête à me porter volontaire pour mener à bien un processus très désagréable comportant un certain risque – mais qui, espérons-le, contribuera à maîtriser la pandémie de COVID-19 plus tôt que nous ne le ferions autrement.

Keren Pedersen pendant son service militaire dans Tsahal. (Avec l’aimable autorisation de Keren Pedersen)

Qu’en est-il de l’élément psychologique, tout test impliquant probablement des semaines entières de confinement contrôlé ?

Même pour une introvertie comme moi, qui aime s’asseoir dans une pièce tranquille avec un livre, ce ne sera pas facile psychologiquement.

Êtes-vous mariée et/ou mère de famille ?

Non, j’ai un perroquet. Si j’étais une mère, la décision serait beaucoup plus compliquée.

Qu’est-ce qui vous a convaincu de vous inscrire ?

C’est une combinaison d’altruisme et d’intérêt personnel éclairé – ce dernier parce que j’ai vécu de nombreuses inquiétudes concernant l’avenir et les conséquences de la pandémie, dans laquelle j’ai déjà perdu un parent.

Des employés de pompes funèbres se préparent à charger des cercueils dans un véhicule en attente qui les transportera vers un hôpital public afin de récupérer les corps des personnes décédées, soupçonnées d’être mortes du nouveau coronavirus, dans un crématorium de Lima, au Pérou. (AP Photo/Rodrigo Abd)

Nous y reviendrons, mais d’abord, quelle est la réaction de vos parents à votre décision ?

Ma mère et mon père vivent à Silver Springs [en Floride]. Après m’être inscrite, je suis allée sur notre groupe WhatsApp et j’ai posté un lien vers le site web de l’organisation bénévole. Avant que je puisse taper que je m’étais inscrite pour y participer, ma mère m’avait déjà répondue en disant : « Aucun d’entre vous ne devrait oser s’inscrire à ça ». Ma mère n’était pas contente quand elle a appris que j’étais volontaire, mais elle a dit qu’elle respectait ma décision.

Vous avez déclaré avoir un certain intérêt à faire du bénévolat. Pouvez-vous nous expliquer ?

Un homme non identifié tient un panneau indiquant « J’ai perdu mon emploi à cause du coronavirus ». (iStock)

J’ai réfléchi à l’effet que la pandémie aura sur notre économie et notre société : à quoi ressemblera l’économie dans un an et cinq ans, comment nous maintiendrons notre système de protection sociale et de santé. À quoi ressembleront les choses ? Y aura-t-il des théâtres qui seront ouverts ? Qu’arrivera-t-il à ma qualité de vie si la pandémie se poursuit ?

L’année dernière, je pensais que ma qualité de vie continuerait à s’améliorer comme elle l’a fait au cours des dernières décennies, mais si notre société et notre économie sont si durement touchées, à quoi ressemblera ma vie à l’avenir ? Serons-nous en mesure de financer la recherche sur le cancer qui pourrait me sauver la vie dans 40 ans ? Le bénévolat comporte un risque, mais si nous ne saisissons pas toutes les occasions d’accélérer la mise au point d’un vaccin, cela aura aussi des effets négatifs sur ma santé, peut-être pas directement maintenant, mais ils seront là.

Êtes-vous également motivée par d’autres facteurs ?

Ma principale préoccupation est peut-être de savoir comment la pandémie peut affecter le changement climatique. Le coronavirus n’est pas une menace existentielle pour la race humaine, mais le changement climatique l’est potentiellement. Et si nous assistons à un ralentissement économique à long terme, il est à craindre que les pays recommencent à utiliser des sources d’énergie polluantes comme le charbon et que l’on investisse moins d’efforts dans le développement d’énergies propres, car ces changements nécessitent beaucoup de capitaux.

Des militants et des manifestants israéliens brandissent des pancartes alors qu’ils participent à une grève mondiale pour le climat dans la ville côtière israélienne de Tel Aviv, le 27 septembre 2019, contre l’inaction en matière de changement climatique. (AHMAD GHARABLI / AFP)

Vous dites donc que vous êtes motivée pour accélérer la mise au point d’un vaccin parce que, sans celui-ci, vous craignez que les initiatives environnementales en pâtissent et que, dans leur lutte économique, les pays choisissent probablement une énergie polluante plutôt qu’une énergie verte ?

Oui. Nous parlons d’un phénomène qui pourrait être mille fois plus destructeur pour notre société et notre économie que le coronavirus lui-même.

Les procès contre l’essai peuvent être controversés, et de nombreux experts en éthique ont insisté jusqu’à présent pour qu’ils soient limités aux maladies qui ne peuvent pas causer de dommages sérieux, ou pour lesquelles il existe un remède. Quelles sont vos réflexions sur l’éthique d’un éventuel procès ?

Ce n’est pas une affaire simple. L’éthique médicale est si conservatrice sur ces questions, et ce pour une bonne raison. De nombreuses expériences médicales contraires à l’éthique ont été réalisées dans le passé, au cours desquelles des personnes ont été exposées à des agents pathogènes mortels, parfois sans leur consentement. C’est une bonne chose que le corps médical ait tant appris des leçons du passé.

Mais maintenant, nous sommes consentants et nous sommes conscients des conséquences potentielles. Et puis, ce n’est pas une situation habituelle. Ce n’est pas un moment de routine. Nous devons passer, comme le dit le proverbe hébreu, mishigra lekheiroum, du mode routine au mode urgence. Les conséquences de l’absence d’un essai clinique sont beaucoup plus graves que pour toute autre maladie en temps normal, lorsque nous ne sommes pas en pleine pandémie mondiale.

Est-ce que je constate une certaine excitation ?

Franchement, je préférerais ne pas avoir à participer à une telle chose, et plutôt apprendre qu’un essai de vaccin standard donne miraculeusement des résultats en deux mois. Ce ne sera pas une expérience confortable. Il faudra environ deux mois d’isolement et des tests de dépistage du virus réguliers. Donc non, je ne suis pas enthousiaste à l’idée de le faire, mais je suis passionnée par l’idée de faire ce que je peux pour améliorer la situation actuelle le plus rapidement possible.

read more:
comments