Le navire Wedgwood qui a acheminé secrètement des survivants de la Shoah à Haïfa
Rechercher
  • Le Wedgwood arrivant à Haïfa, le 1er juillet 1946. (Donation au Musée de la Marine israélienne, Haïfa, par le général de brigade Nir Maor/ Creative Commons BY-SA 3.0)
    Le Wedgwood arrivant à Haïfa, le 1er juillet 1946. (Donation au Musée de la Marine israélienne, Haïfa, par le général de brigade Nir Maor/ Creative Commons BY-SA 3.0)
  • Le rabbin Abraham Klausner, (sans chapeau, au centre gauche), avec des survivants dans le camp de personnes déplacées. (Autorisation d'Amos Klausner)
    Le rabbin Abraham Klausner, (sans chapeau, au centre gauche), avec des survivants dans le camp de personnes déplacées. (Autorisation d'Amos Klausner)
  • Yehuda Arazi (au centre) avec David et Paula Ben Gurion en Israël. (Autorisation d'Orli Bach)
    Yehuda Arazi (au centre) avec David et Paula Ben Gurion en Israël. (Autorisation d'Orli Bach)
  • Photo célèbre du groupe de résistants "Avengers" dirigé par Abba Kovner. Benjamin Levin est agenouillé devant (avec son chapeau) et pointe son arme. (Domaine public)
    Photo célèbre du groupe de résistants "Avengers" dirigé par Abba Kovner. Benjamin Levin est agenouillé devant (avec son chapeau) et pointe son arme. (Domaine public)
  • Des enfants sauvés des camps de concentration nazis en Europe arrivent au camp de détention d'Atlit près de Haïfa en 1945. (GPO)
    Des enfants sauvés des camps de concentration nazis en Europe arrivent au camp de détention d'Atlit près de Haïfa en 1945. (GPO)

Le navire Wedgwood qui a acheminé secrètement des survivants de la Shoah à Haïfa

Un aumônier de l’armée américaine, la résilience et la chutzpah sont les vedettes du livre de Rosie Whitehouse sur l’exode vers la terre promise après la Seconde Guerre mondiale

LONDRES – Aux premières heures du 19 juin 1946, le Wedgwood, un ancien navire de la marine canadienne déguisé en bananier, s’est éloigné tranquillement de Vado Ligure, sur la côte de la Riviera italienne.

Mais le navire ne transportait pas de fruits ; à bord se trouvaient plutôt plus de 1 000 survivants de la Shoah qui se rendaient secrètement en Palestine mandataire. Les conditions à bord de cette corvette surpeuplée étaient désastreuses – l’eau était rationnée et les conditions sanitaires médiocres – et avant d’atteindre sa destination, le navire devait faire face au blocus naval que la Grande-Bretagne avait imposé pour empêcher l’immigration juive.

L’histoire largement méconnue du Wedgwood et de ses passagers fait l’objet d’un nouveau livre – The People On The Beach : Journeys to Freedom After the Holocaust – par la journaliste et auteur britannique Rosie Whitehouse.

Le Wedgwood n’était qu’un des nombreux navires sans pavillon qui, dans les années qui ont suivi la fin de la Seconde Guerre mondiale et la création de l’État d’Israël, ont transporté des milliers de survivants de la Shoah depuis les côtes de la Méditerranée et de la mer Noire jusqu’en Palestine.

Après avoir livré sa précieuse cargaison, la corvette Classe Flower retournera au combat, servant largement comme navire de guerre dans la marine israélienne – y compris pendant la bataille pour l’indépendance de 1948 – avant d’être désarmée en 1954.

Il s’agissait d’une mission de sauvetage massive menée par des Juifs, des Juifs qui sauvent des Juifs

« C’est plus que l’histoire d’un simple bateau, c’est un compte rendu de cet exode biblique », écrit Whitehouse. « Ce livre examine pourquoi tant de survivants de la Shoah ont estimé qu’ils ne pouvaient pas retourner ou rester dans les lieux où leurs familles avaient vécu pendant des générations, et comment le sionisme leur a offert un avenir ».

Rosie Whitehouse, auteur de « The People on the Beach ». (Autorisation)

Whitehouse est tombée sur une référence au Wedgwood en mettant à jour son guide de voyage en Ligurie, dans le nord-ouest de l’Italie. Cette découverte fortuite a déclenché une quête de quatre ans pour découvrir comment les survivants se sont retrouvés sur la plage de Vado Ligure. Elle a traversé l’Europe centrale et orientale – l’Ukraine, la Lituanie, la Pologne et la Bavière – et les Alpes jusqu’en Italie.

Le voyage de Whitehouse l’a conduite dans les camps de la mort et sur les sites d’effroyables atrocités nazies. Mais il a aussi révélé l’extraordinaire audace, la créativité et, parfois, le courage de ceux qui ont rendu possible le voyage du Wedgwood et celui des innombrables autres navires qui ont transporté les survivants vers leur terre promise. Parmi eux se trouvaient un aumônier de l’armée américaine, un jeune médecin qui avait survécu aux camps, des soldats de la Brigade juive et des agents secrets envoyés par la Haganah, la principale organisation paramilitaire juive dans le pré-Etat d’Israël.

« Il s’agissait d’une mission de sauvetage massive menée par des Juifs, des Juifs qui sauvent des Juifs », déclare Whitehouse dans une interview au Times of Israel.

1 300 histoires douloureuses

Ce sont les survivants eux-mêmes qui sont au centre du livre. Grâce à des recherches minutieuses, Whitehouse a établi une liste des noms des quelque 1 300 personnes qui ont navigué sur le Wedgwood. La plupart étaient jeunes – seuls 21 avaient plus de 40 ans – et les deux tiers étaient des hommes. S’ils venaient de 14 pays en tout, les deux tiers étaient originaires de Pologne. Beaucoup étaient également d’anciens partisans.

Le pouvoir du livre de Whitehouse réside dans les histoires individuelles des passagers du Wedgwood qu’elle a rassemblées

Le pouvoir du livre de Whitehouse réside dans les histoires individuelles des passagers du Wedgwood qu’elle a rassemblées. Ce sont les histoires des endroits d’Europe qu’ils ont laissés derrière eux, de la barbarie qu’ils ont vécue et dont ils ont été témoins pendant la guerre, et de leurs voyages en Palestine. La plupart sont racontées par les survivants depuis leurs nouvelles maisons dans les villes israéliennes de Bat Yam, Ramat Gan, Karmei Yosef et Haïfa.

« C’est une histoire intime et personnelle de la Shoah, et je crois que c’est pour cela qu’elle est importante : elle raconte l’histoire des survivants avec leurs propres mots qui me sont transmis non pas dans l’environnement clinique d’un musée ou d’un institut, mais dans leurs propres maisons », écrit Whitehouse. « Je crois que c’est ainsi que l’histoire doit être entendue. »

Yitzhak Kaplan chez lui à Haïfa. (Rosie Whitehouse)

Beaucoup de ces histoires sont imprégnées de tragédie et de douleur. Yitzhak Kaplan avait 16 ans lorsqu’il est monté à bord du Wedgwood. Il était l’un des 3 000 survivants parmi les 37 000 Juifs qui vivaient à Rivne – une ville alors polonaise, aujourd’hui en Ukraine – avant la guerre.

Alors que Kaplan, ses parents, son frère et ses deux sœurs fuient lorsque les Allemands envahissent l’Union soviétique en 1941, une autre sœur, Fani, choisit d’attendre son mari qui sert dans l’armée polonaise. Fani et ses deux jeunes enfants ont été assassinés en novembre 1941 au cours d’une série de meurtres qui a duré deux jours. Les nazis ont alors massacré 23 500 Juifs de Rivne dans la forêt de pins de Sosenki toute proche.

Whitehouse rencontre Kaplan, un jeune homme de 88 ans, chez lui, dans les collines au-dessus de Haïfa. Il lui raconte que, même après que les nazis ont été chassés en 1944, sa famille a vite découvert que Rivne n’était plus un lieu sûr pour les Juifs. Au début de l’année 1945, ils ont pris la décision de tenter de se rendre en Palestine.

Alter Wiener a une histoire qui, à certains égards, fait écho à celle de Kaplan. Il est né dans la ville de Chrzanów. A 30 minutes en voiture d’Auschwitz, sa population était à moitié juive avant la guerre. L’adolescent Wiener a survécu à une série de camps de travail forcé, bien qu’il ait perdu la plupart de sa famille aux mains des nazis. Après être revenu d’Allemagne en Pologne, Wiener est arrivé dans la maison de son enfance.

« The People on the Beach », de Rosie Whitehouse. (Autorisation)

« J’ai frappé à la porte d’entrée et j’ai dit à l’occupant polonais que j’avais survécu à la guerre, et que je voulais voir mon ancienne maison. L’homme m’a claqué la porte au nez », a raconté Wiener à Whitehouse avant sa mort dans un accident de la route en 2018. Plus tard, il a vu « une petite maison dont le patio était pavé de pierres tombales provenant du cimetière juif ». C’était, disait-il, « un spectacle douloureux et indigne ». L’hostilité qu’il a rencontrée a convaincu Wiener qu’il n’y avait pas d’avenir pour lui à Chrzanów.

Comme le précise Whitehouse, la peur et la confusion vécues par Wiener n’étaient pas inhabituelles pour les survivants en Pologne. Les émeutes antisémites de Cracovie en août 1945 ont vu des Juifs attaqués et frappés, et une femme qui avait survécu à Auschwitz a perdu la vie. Un an plus tard, des histoires de crimes rituels à Kielce ont déclenché un pogrom au cours duquel 42 Juifs ont été assassinés et 80 gravement blessés.

« C’est ce qui a poussé tant de gens sur la plage à décider que la Palestine était le seul avenir qu’ils avaient », dit Whitehouse.

Mais Whitehouse, qui a passé des vacances en Europe de l’Est lorsqu’elle était adolescente, dit avoir abordé son voyage en Pologne avec « une grande tendresse pour la Pologne et pour l’histoire polonaise ». À Kielce, elle tente de trouver des réponses à la question de savoir comment les survivants de la Shoah ont été assassinés même après leur supposée libération. Bogdan Bialek, un catholique qui dirige aujourd’hui un musée et un centre éducatif sur le site de l’auberge juive où la plupart des violences ont eu lieu, a passé trois décennies à essayer d’amener la ville à faire face à son sinistre passé. Il raconte à Whitehouse que l’occupation nazie avait laissé la Pologne traumatisée et que la violence s’était normalisée. C’est une explication, pas une justification, dit-il. Le pays, dans lequel tant de survivants avaient le sentiment de ne plus avoir de maison, avait été laissé « en ruine morale et matérielle ».

Dani Chanoch, un passager du Wedgwood. (Rosie Whitehouse)

L’expérience des survivants en Pologne s’est répétée dans toute l’Europe de l’Est. Dans le petit village perché de Karmei Yosef, Whitehouse rencontre Dani Chanoch, qui a navigué sur le Wedgwood avec son frère Uri. Né à Kovno en Lituanie, il est, écrit-elle, « un survivant miracle ». Il s’est libéré de l’emprise d’un soldat allemand dans le ghetto alors que les nazis raflaient les enfants.

J’ai réalisé que je devais me battre pour vivre

« C’est un moment qui m’a changé et qui m’a fait réaliser que je devais me battre pour vivre », raconte-t-il à Whitehouse, avant de rappeler comment il a ensuite survécu à deux sélections – effectuées à Rosh HaShana et à Yom Kippour – à Auschwitz. « Son témoignage en dit long sur ce qui a formé des hommes comme lui, la génération qui est devenue les premiers Israéliens », dit Whitehouse.

Dani et Uri Chanoch, passagers du Wedgwood, dans leur jeunesse. (Autorisation de Dani Chanoch)

Whitehouse rencontre un autre des passagers du Wedgwood, le poète et écrivain Moshe Ha-Elion, chez lui à Bat Yam. Né à Thessalonique, il est l’un des 42 survivants grecs qui ont fait le voyage en Palestine à bord du navire. Sa famille s’était portée volontaire pour aller en Pologne en 1943, croyant qu’elle offrait la perspective d’une vie meilleure. A Auschwitz, ils ont été tragiquement détournés de cette notion. « Je ne pouvais tout simplement pas croire que les Allemands pouvaient faire cela », dit Ha-Elion à Whitehouse.

« Je vois qu’il est encore choqué », écrit-elle. Comme beaucoup d’autres passagers, Ha-Elion a combattu pendant la guerre de 1948. Il a ensuite servi dans l’armée israélienne pendant 20 ans, puis a rejoint le ministère de la Défense. La sécurité de sa famille, dit Whitehouse, était une priorité. « L’histoire du Wedgwood est aussi l’histoire de la façon dont le survivant en pyjama rayé est devenu un soldat israélien bronzé avec une arme à feu », écrit-elle.

Mais, comme le note Whitehouse, certains de ses passagers avaient pris une arme bien avant de monter à bord du Wedgwood. Beaucoup étaient des partisans qui avaient pris les armes contre les nazis et leurs alliés dans les ghettos et les forêts d’Europe de l’Est et de l’ex-Union soviétique.

La résistance juive observée pendant la Shoah ne s’arrête pas là

« La résistance juive observée pendant la Shoah ne s’arrête pas là », dit Whitehouse. Elle pense que ceux qui, dans les mois et les années qui ont suivi la guerre, ont aidé les survivants à fuir l’Europe pour la Palestine, sont mieux considérés comme une continuation de celle-ci. « C’est en résistant à toutes ces autres choses que l’on s’en prend aux Juifs », dit-elle.

Passer le relais

Whitehouse attribue à Abba Kovner la vision d’une issue de secours hors d’Europe. Il s’est échappé du ghetto de Vilnius par les égouts et a dirigé Nakam, une armée de partisans, depuis les forêts situées en dehors de la capitale lituanienne. En plus de combattre les nazis, les partisans de Kovner ont aidé les Juifs à fuir vers la sécurité.

Après l’arrivée de l’Armée rouge dans la ville en juillet 1944, Kovner est retourné dans la maison familiale. Un voisin l’a salué en lui disant « Tu es encore en vie ? Nous te détestons, va-t’en ! »

Alors que les nazis battaient en retraite et que les régimes collaborationnistes se repliaient, Kovner a passé des heures à étudier des cartes et des documents pour déterminer la meilleure façon pour les survivants de se rendre sur les côtes de la mer Noire, de l’Adriatique et de la Méditerranée, et de là en Palestine. Mais il a abandonné ses cartes et ses plans et s’est plutôt attelé à la tâche célèbre de venger la Shoah en empoisonnant les réserves d’eau des grandes villes allemandes.

Abba Kovner (deuxième rang, au centre) avec les membres de la Fareynikte Partizaner Organizatsye, (Organisation unifiée des partisans) à Vilna, dans les années 1940. (Crédit : Israel National Library)

La tâche d’aider les survivants à s’échapper d’Europe vers la Palestine revient à d’autres Juifs. Whitehouse compare l’histoire à « une course de relais dans laquelle vous passez le relais à la personne suivante ». Deux acteurs essentiels de la première étape étaient Abraham Klausner, un aumônier de l’armée américaine âgé de 30 ans, et Zalman Grinberg, un médecin et survivant du ghetto de Kovno et du sous-camp de Dachau à Landsberg.

Klausner a été le premier rabbin de l’armée américaine à entrer dans Dachau après sa libération. Comme le décrit Whitehouse, il est rapidement devenu « le chef et la figure paternelle de quelque 32 000 Juifs libérés dans le camp et ses environs ». Il a été, dit-elle, « l’une des premières personnes de l’extérieur à intervenir auprès des survivants ».

La tâche d’aider les survivants à s’échapper d’Europe vers la Palestine incombe à d’autres Juifs

Klausner a rapidement découvert que, comme il l’a dit dans un appel désespéré aux organisations juives américaines en juin 1945, les survivants étaient « libérés, mais pas libres ». Confinés dans un camp de personnes déplacées, ils étaient soumis à la discipline militaire et manquaient de nourriture et de soins.

Pour aider à réunir les familles et les amis, Klausner commence à rassembler une liste de survivants – se réjouissant de la voir imprimée à Landsberg, la ville où Hitler a écrit « Mein Kampf » – et à Munich, il crée un bureau d’information. Dans une première édition de sa liste régulièrement mise à jour et publiée, Klausner a informé les lecteurs que, contrairement à la politique militaire, « aucun Juif n’a besoin de retourner dans son pays natal ».

Le rabbin Abraham Klausner, (sans chapeau, au centre gauche), avec des survivants dans le camp de personnes déplacées. (Autorisation d’Amos Klausner)

Grinberg, à son tour, persuada un officier américain sympathique de lui permettre, sous prétexte d’être un représentant de la Croix-Rouge internationale, de prendre en charge une partie d’un hôpital militaire dans le monastère de Saint-Ottilien en Bavière. Cela a permis d’établir une bouée de sauvetage vitale, où Grinberg a aidé à soigner les survivants, dont certains ont navigué sur le Wedgwood, et les remettre sur pied.

Moins de trois semaines après la fin de la guerre, Grinberg a organisé un concert dans l’enceinte du monastère où d’anciens détenus du camp, dont certains membres de l’ancien orchestre du ghetto de Kovno, ont joué du Mahler, du Mendelssohn et d’autres musiques interdites par les nazis. « Ce petit rassemblement, apparemment insignifiant, écrit Whitehouse, a représenté un tournant. C’était la première fois que des Juifs prenaient confiance en eux sur le sol allemand ».

Dr Zalman Grinberg, cofondateur du camp de St. Ottilien. (Autorisation Emanuella et Yair Grinberg)

A Landsberg, pendant ce temps, Klausner s’est battu avec succès pour que le camp de personnes déplacées soit entièrement juif. Ensemble, St. Ottilien et Landsberg sont devenus ce que Whitehouse appelle « des centres d’affirmation de soi [juifs] ».

En quelques semaines, Klausner – défiant à nouveau ses supérieurs militaires – créa le Comité Central des Juifs Libérés d’Allemagne, dont Grinberg fut élu président. Lors de sa première conférence à St. Ottilien en juillet 1945, les délégués ont voté pour demander la création d’un État juif reconnu par l’ONU et pour que les Juifs aient le droit d’émigrer en Palestine. Le sionisme des survivants, écrit Whitehouse, était « instinctif et non pas importé de l’extérieur ».

Klausner et Grinberg, explique-t-elle, « étaient des leaders charismatiques dans un monde où il y avait très peu de leadership ». Tous deux avaient « cet incroyable sens du théâtre ». Ils étaient tous deux de grands orateurs, ils savaient comment mobiliser les gens ».

La Brigade juive

En juin 1945, Klausner a eu sa première rencontre avec des membres de la Brigade juive. Formée sur l’insistance de Winston Churchill en 1944, elle comprenait des milliers de volontaires juifs de Palestine et d’Europe continentale. Ses soldats ont combattu les Allemands en Italie, mais, craignant le comportement des troupes une fois qu’elles auraient pénétré sur le territoire du Troisième Reich, les Britanniques ont décidé que la Brigade devait s’arrêter près de la frontière autrichienne, dans la ville de Tarvisio, au nord de l’Italie. Il s’est avéré que c’était une décision cruciale par inadvertance, selon Whitehouse – une décision qui permettrait à de jeunes soldats juifs renégats de suivre leur propre programme de développement rapide.

En Italie, comme l’a dit plus tard un vétéran de la Brigade, les soldats « ont commencé à réaliser les horreurs que notre peuple avait subies. Notre priorité était de sauver ceux qui avaient survécu par tous les moyens que nous pouvions imaginer ». Ainsi, en contravention directe avec la politique du gouvernement britannique, ils ont fait de Tarvisio une étape essentielle pour aider les Juifs – y compris les futurs passagers du Wedgwood – à se rendre en Italie et de là en Palestine.

Des tombes de la Brigade juive de l’armée britannique à Piangipane, Italie. (Rosie Whitehouse)

Comme le décrit Whitehouse, Klausner est devenu « le pivot entre les survivants qui ont quitté l’Europe de l’Est et la Brigade juive, qui les a aidés à se rendre en Italie ». Des camions de l’armée conduits par des soldats de la brigade se rendaient au nord en Allemagne, en Autriche et au-delà, transportant les survivants en Italie en attendant leur passage en Palestine. Certains des enfants et des jeunes sauvés par la Brigade ont été emmenés dans un ancien camp de vacances fasciste près du village de Selvino, près du lac de Côme.

Parmi eux se trouvait Menachem Kriegel, 16 ans, qui a navigué sur le Wedgwood. Kriegel, que Whitehouse a rencontré chez lui près du zoo de Haïfa, avait survécu à l’occupation nazie de l’Ukraine en passant 14 mois à vivre derrière un faux mur. Un autre groupe d’adolescents qui ont ensuite été passagers du Wedgwood a été emmené à la Villa Bencista, qui se trouve à Fiesole, dans les collines au-dessus de Florence. Elle était dirigée par un soldat de la Brigade juive, Arie Avisar. « Il nous a appris à être des personnes », raconte Yechiel Aleksander à Whitehouse lorsqu’elle le rencontre chez lui, près de Binyamina.

Aleksander souligne l’impact crucial que les troupes de la Brigade juive ont eu sur les jeunes qu’elles ont aidés en Italie. « Nous étions hors de contrôle », dit-il à propos d’un groupe avec lequel il a traîné après leur libération des camps. « Nous n’écoutions personne jusqu’au jour où des soldats de la Brigade juive sont venus et nous ont sauvés. »

Yechiel Aleksander, passager du Wedgwood, et son petit-fils Nimrod à Pardes Hanna, Israël. (Rosie Whitehouse)

Dans ce que Whitehouse appelle le « Far West de l’Europe récemment libérée », les jeunes adolescents survivants n’avaient souvent personne pour s’occuper d’eux. « Ils vivaient déjà des vies sauvages dans les ghettos », dit-elle. « Ils n’allaient respecter que la Brigade juive. »

Ha-Elion se souvient d’avoir repéré pour la première fois un convoi de camions de la Brigade qui se frayait un chemin à travers la campagne autrichienne. « Les soldats avaient sur leurs bras de petits signes portant la même étoile de David », raconte-t-il à Whitehouse. « J’ai réalisé qu’ils étaient juifs et c’était merveilleux. »

J’ai réalisé qu’ils étaient juifs et c’était merveilleux

Leur travail avec les survivants a également permis d’apaiser la colère et la rage que les soldats ressentaient, ce qui est compréhensible. « La Brigade juive était sur le fil du rasoir et cela donnait un but aux jeunes soldats », dit Whitehouse.

Moshe Ha-Elion chez lui à Bat Yam. (Rosie Whitehouse)

« La porte qui mène à Sion »

Whitehouse surnomme l’Italie « La porte qui mène à Sion ». Quelque 70 000 survivants ont traversé le pays entre 1945 et 1948. « Je pense que cela nous dit quelque chose de très positif sur l’Italie », dit-elle. « Les gens ordinaires étaient extrêmement amicaux envers les survivants. »

Une remarquable équipe de personnages était responsable du succès du voyage des passagers de Wedgwood – et de nombreux autres survivants – à travers l’Italie et en Palestine. Raffaele Cantoni, un juif socialiste et antifasciste, avait été l’un des principaux responsables de diverses organisations italiennes qui cherchaient à aider les réfugiés juifs avant la guerre. Il a également contribué à la création d’un réseau qui a aidé les Juifs italiens après l’entrée en vigueur des lois antisémites de Mussolini à la fin des années 1930.

« Cantoni a sauté d’un train en route pour Auschwitz », dit Whitehouse. « Cet homme est presque impossible à arrêter. »

Cantoni a sauté d’un train en route pour Auschwitz. Cet homme est presque impossible à arrêter

Prodigieux collecteur de fonds et membre du Comité de libération nationale italien, l’organisation qui chapeaute les groupes de résistance qui ont combattu l’occupation allemande, Cantoni a réactivé son réseau après la guerre pour sauver les survivants. En plus d’être responsable de l’hébergement et des soins aux jeunes survivants à Selvino, il a également mis en place un centre d’accueil dans un palais du XVIe siècle à Milan. Au cours des deux années qui ont suivi son ouverture, 35 000 survivants, dont Kaplan et d’autres passagers du Wedgwood, ont trouvé de la nourriture, de l’aide et un abri temporaire derrière ses portes.

Yehuda Arazi, qui a codirigé l’opération italienne Aliyah Bet. (Autorisation Orli Bach)

Mais ce sont deux personnages un peu plus mystérieux – Yehuda Arazi et Ada Sereni – qui ont été les principaux responsables de la dernière étape cruciale du voyage des passagers du Wedgwood. Nom de code Alon, Arazi était un membre fondateur de la Haganah qui a été secrètement introduit en Italie par un équipage d’avion polonais en 1944. Il prend rapidement contact avec Cantoni et la Brigade juive de Tarvisio et commence à organiser l’émigration illégale des Juifs vers la Palestine.

Sereni, la fille d’une des plus riches familles juives italiennes, avait émigré en Palestine avec son mari, Enzo, en 1929. Il était cependant mort à Dachau en novembre 1944 après avoir été parachuté en Italie et capturé par les Allemands. Des mois plus tard, Sereni arriva en Italie pour achever la mission de son défunt mari qui consistait à aider les Juifs à s’échapper en Palestine. « Une chose qui m’a frappée en faisant les recherches pour cette histoire, c’est qu’elle est remplie de femmes incroyablement fortes et puissantes », dit Whitehouse.

Arazi et Sereni formaient ce que Whitehouse appelle un « duo dynamique », avec plus de navires partant d’Italie pour la Palestine sous leur surveillance – 56 au total – que tout autre pays européen. Les contacts de Sereni, y compris avec les autorités italiennes, se sont révélés inestimables. Sa capacité à aider Arazi à conclure une série d’accords avec les marchands, les propriétaires de navires et de chantiers navals, ainsi qu’avec ceux dont l’argent financerait l’opération, a été tout aussi précieuse.

Ada Sereni, l’agent partenaire de Yehuda Arazi. (Autorisation Haim Confino)

À la fin de l’été 1945, les Britanniques ont repris les activités de la Brigade juive et l’ont fait sortir d’Italie. Certains soldats ont passé leurs uniformes et leurs papiers aux survivants avec lesquels ils partageaient une ressemblance passagère, ce qui leur a permis d’être renvoyés en Palestine grâce à des transporteurs britanniques. Ces membres de la Brigade ont ensuite rejoint les agents de la Haganah dans la création la plus audacieuse d’Arazi – un « peloton fantôme » avec l’équipement, les papiers et le kit pour se faire passer pour une véritable unité de l’armée.

Basé à Milan, le « Gang » d’Arazi, comme on l’appelait, transportait les survivants d’Europe centrale et orientale en Italie, en ramassant les « provisions » nécessaires à leurs voyages depuis les bases alliées. De nombreuses troupes britanniques en Italie, croit Whitehouse, étaient bien conscientes de ce subterfuge et ont choisi de fermer les yeux.

Juste à l’extérieur de la ville de Magenta, à l’ouest de Milan, Cantoni a aidé Arazi et Sereni à s’assurer l’utilisation d’une ancienne cachette de partisans. La petite villa isolée et son terrain sont devenus le « Camp A », le centre logistique de l’opération, où tout ce qui était nécessaire à l’armement d’un navire – ainsi que les armes qui étaient introduites clandestinement en Palestine – était préparé et stocké. Aleksander et les anciennes partisanes Fedda Lieberman et Lea Diamant ont travaillé au camp avant de rejoindre le Wedgwood pour son voyage à travers la Méditerranée.

Un voyage vers l’inconnu

Le Wedgwood, qui porte le nom de Josiah Wedgwood, un parlementaire travailliste britannique pro-sioniste qui a défendu la cause des réfugiés juifs jusqu’à sa mort en 1943, était un ancien navire de la marine canadienne. Il a été acheté dans le cadre d’une opération soutenue par des sympathisants américains et dirigée par un haut responsable de la Haganah aux États-Unis, Zeev Shind.

Avec un équipage composé en partie de jeunes volontaires juifs américains – dont la plupart n’avaient aucune expérience de la mer – il quitta New York en avril 1946. Après une escale aux Açores, il est arrivé un mois plus tard dans le port italien de Savone où, sous l’œil attentif d’Arazi, il a été réaménagé avec des couchettes et des hamacs. Alors qu’il se préparait à se rendre à Vado Ligure, le gang, au volant d’une flotte de camions de l’armée britannique, est parti chercher deux groupes de survivants à Gênes et à Tradate.

Le Wedgwood arrivant à Haïfa, le 1er juillet 1946. (Donation au Musée de la Marine israélienne, Haïfa, par le général de brigade Nir Maor/ Creative Commons BY-SA 3.0)

Pour les survivants, cependant, il y a eu un dernier moment émouvant lorsque la police italienne est arrivée sur la plage au moment où le Wedgwood s’approchait de la jetée. Alors qu’Arazi et Sereni étaient emmenés pour être interrogés, l’offre de cigarettes américaines a convaincu la police de permettre aux passagers du Wedgwood d’embarquer et au bateau de partir.

Le Wedgwood a réussi à atteindre les eaux internationales sans attirer l’attention des navires de guerre britanniques, mais il a été inévitablement repéré alors qu’il dépassait Chypre et se dirigeait vers la côte au large de Tel Aviv. Trois destroyers de la Royal Navy ont été envoyés pour intercepter le bateau. Des coups de semonce ont été tirés et, après 14 heures d’attente, l’équipage a mis les moteurs hors service et la marine a remorqué le Wedgwood jusqu’à Haïfa. Alors que les Britanniques se préparaient à monter à bord du bateau, ses passagers se sont rassemblés sur le pont et ont chanté l’hymne national du futur État juif, l’ « Hatikva ».

Des enfants sauvés des camps de concentration nazis en Europe arrivent au camp de détention d’Atlit près de Haïfa en 1945. (GPO)

Peu de survivants, dit Whitehouse, savaient que ce qui les attendait maintenant était un séjour dans le camp de détention d’Atlit. C’était un début malheureux et, pour beaucoup, le premier d’une série de défis.

« Je pense qu’ils ont trouvé la vie très difficile », dit-elle. « Les règles de la société israélienne étaient très différentes de celles avec lesquelles ils avaient grandi ».

Mais, selon Whitehouse, il ne faut pas voir le problème dans son ensemble. Au lieu de cela, les sentiments de la plupart des passagers du Wedgwood sont exprimés par Yehuda Erlich, 95 ans, lorsqu’elle le rencontre dans son bungalow à Ramat Gan. « Je n’ai jamais regretté d’être venu ici », lui dit Yehuda Erlich.

read more:
comments