L’étoile montante de la communauté juive de Rome, prochain maire de la ville ?
Rechercher
  • Tobia Zevi veut donner un coup de jeune à la réputation contemporaine de Rome. (Autorisation de Zevi/ via JTA)
    Tobia Zevi veut donner un coup de jeune à la réputation contemporaine de Rome. (Autorisation de Zevi/ via JTA)
  • L'entrée du Musée du judaïsme italien et de la Shoah, (ou MEIS, Museo dell’Ebraismo Italiano e della Shoah), à la Casina dei Vallati dans le ghetto juif historique de Rome. (Rossella Tercatin/ Times of Israel)
    L'entrée du Musée du judaïsme italien et de la Shoah, (ou MEIS, Museo dell’Ebraismo Italiano e della Shoah), à la Casina dei Vallati dans le ghetto juif historique de Rome. (Rossella Tercatin/ Times of Israel)
  • Des touristes, dont certains portent un masque facial, se promènent près du monument du Colisée, le 22 août 2020 à Rome, lors de l'épidémie de COVID-19. (Vincenzo PINTO / AFP)
    Des touristes, dont certains portent un masque facial, se promènent près du monument du Colisée, le 22 août 2020 à Rome, lors de l'épidémie de COVID-19. (Vincenzo PINTO / AFP)
  • Intérieur de la Grande Synagogue de Rome. (Autorisation)
    Intérieur de la Grande Synagogue de Rome. (Autorisation)
Rencontre

L’étoile montante de la communauté juive de Rome, prochain maire de la ville ?

Le candidat de centre-gauche Tobia Zevi fait face à une dure bataille pour la mairie, mais il possède un pedigree juif romain de 1 800 ans et un don pour rapprocher les communautés

JTA – Tobia Zevi est franc : il veut devenir le prochain maire de Rome.

« J’ai rêvé de devenir le maire de ma ville toute ma vie », a-t-il déclaré à la Jewish Telegraphic Agency dans une interview. « Depuis des années, je réfléchis à la façon de la transformer et de la rendre plus vivable pour ses habitants et plus attrayante pour ses touristes ».

S’il réussit, il entrera dans l’histoire en devenant le deuxième maire juif de la capitale italienne, le premier en plus d’un siècle.

L’homme de 36 ans, qui est impliqué dans la politique locale et nationale depuis 15 ans, a annoncé cet été sa candidature aux élections primaires de la capitale en 2021. Depuis son annonce, il a acquis une certaine notoriété auprès du grand public grâce à une série d’entretiens très médiatisés dans les journaux et les médias sociaux. Au cours de l’été, Zevi a profité du taux d’infection relativement faible de la ville pour commencer à faire campagne, après que le pays a été sévèrement touché par la pandémie de coronavirus au printemps.

Militant politique de centre-gauche, Zevi a précédemment été conseiller politique de l’ancien Premier ministre italien Paolo Gentiloni. Il travaille actuellement à l’Institut pour les études de politique internationale, où il mène des recherches sur les études urbaines.

Avant d’entrer dans la politique nationale, Zevi a gagné ses galons politiques dans le monde de la communauté juive italienne organisée. Il a été le chef de l’Union des jeunes juifs d’Italie, l’UGEI, et membre du conseil d’administration de l’organisation de la Communauté juive de Rome. Zevi a qualifié son engagement d' »expérience très formatrice ». Il a ajouté : « Les institutions juives ont été pour moi une sorte de ‘terrain de jeu politique' ».

Tobia Zevi veut donner un coup de jeune à la réputation contemporaine de Rome. (Autorisation de Zevi/ via JTA)

A vingt ans, Zevi a également cofondé une organisation pour le leadership des jeunes juifs avec Saul Meghnagi, un pédagogue qui a longtemps été impliqué dans plusieurs institutions juives italiennes. Ils ont donné à l’organisation le nom du philosophe Hans Jonas.

« Je pense que l’engagement de Tobia envers la communauté juive fait partie de sa formation au sein du mouvement de jeunesse, ainsi que d’une tradition familiale », a déclaré Meghnagi. « Sa famille a toujours été sensible au dialogue avec les institutions juives et le monde non-juif qui l’entoure. Je crois que cette double approche est à la base de l’intérêt de Tobia pour la politique nationale et locale ».

Luigi Manconi, ancien sénateur italien et ami de la famille de Zevi, se souvient que, lorsqu’il avait 20 ans, Tobia l’a approché et lui a demandé de parler de politique.

Je pense que l’engagement de Tobia envers la communauté juive fait partie de sa formation au sein du mouvement de jeunesse, ainsi que d’une tradition familiale

« Il m’a dit qu’il s’intéressait à la politique et qu’il voulait être un politicien », a déclaré Manconi. « Le premier conseil que je lui ai donné a été de se lever à 7 heures tous les matins et de lire le Corriere della Sera du début à la fin. Après avoir obtenu son diplôme universitaire, nous avons commencé à travailler ensemble ».

Ce qui a poussé Zevi à annoncer sa candidature, c’est le sentiment que sa ville est prise dans une spirale descendante. S’il gagne, il héritera d’une dette publique colossale, d’une atmosphère générale de délabrement et d’un système de transport public désastreux – qui comprend des bus qui brûlent et des escaliers mécaniques de métro qui s’effondrent.

« Je trouve incroyable que Rome, qui est l’une des villes et des plus célèbres marques du monde, ait été transformée en un symbole de mauvaise gestion, de désagrément et de mauvaise réputation », a déclaré M. Zevi.

Pour devenir candidat officiel, Zevi devra probablement faire face à une concurrence féroce dans une primaire de centre-gauche attendue (mais pas encore confirmée). S’il réussit, il devra se présenter contre un candidat de droite, ainsi que contre son prédécesseur – la désormais impopulaire Virginia Raggi du mouvement 5 étoiles.

Virginia Raggi, maire de Rome, le 13 octobre 2018. (Creative Commons CC0 1.0 Universal Public Domain Dedication)

Dans la communauté juive locale, Zevi est très connu.

Il est membre d’une ancienne famille juive romaine dont le nom de famille se trouve dans une épitaphe gravée sur les murs des catacombes juives, qui remonte au IIe siècle de notre ère. Sa grand-mère Tullia Zevi, qui a dirigé l’Union des communautés juives italiennes pendant plus d’une décennie, était correspondante de JTA dans les années d’après-guerre.

Meghnagi pense que la candidature de Zevi sera appréciée par les communautés juives et non juives.

« Il peut se présenter au grand public non pas comme une figure isolée, mais comme un homme politique capable de s’entourer de personnes ayant des compétences spécialisées, aptes à rendre à Rome la dignité d’un bon gouvernement », a-t-il déclaré.

« Je pense en particulier que les Juifs pourront le considérer comme un défenseur des droits des minorités et de la sauvegarde du patrimoine culturel de chacune d’entre elles ».

L’entrée du Musée du judaïsme italien et de la Shoah, (ou MEIS, Museo dell’Ebraismo Italiano e della Shoah), à la Casina dei Vallati dans le ghetto juif historique de Rome. (Rossella Tercatin/ Times of Israel)

S’il est élu, Zevi sera le premier maire juif de la capitale italienne depuis Ernesto Nathan, qui a été élu en 1907. Nathan, un homme politique italo-britannique, a laissé un héritage en tant que défenseur de la laïcité dans les institutions publiques, les écoles en particulier.

« Ernesto Nathan était une figure internationale et a suivi un programme extraordinairement progressiste, qui donnait la priorité à l’éducation et aux soins de santé publics », a déclaré Zevi.

Être une figure publique juive dans l’Italie d’aujourd’hui – où la communauté locale compte moins de 30 000 juifs – n’est pas un problème, a déclaré M. Zevi. Il lutte avec combativité contre les insultes antisémites occasionnelles qui apparaissent sur sa page Facebook, mais il ne croit pas qu’il y ait une crise de l’antisémitisme en Italie. Il estime qu’il existe plutôt une « culture de la haine » très répandue, qui vise non seulement les Juifs, mais plus généralement toutes les minorités, comme les immigrants, les Noirs et les membres de la communauté LGBTQ.

Une femme en fauteuil roulant prend le soleil sur la Via Portico d’Ottavia dans le vieux ghetto de Rome, l’une des plus anciennes communautés juives du monde, le 31 octobre 1997. (AP Photo/Andrew Medichini)

« Je pense que le judaïsme italien est aujourd’hui confronté à plusieurs défis », a-t-il poursuivi. « Il y a la question démographique, qui concerne toute l’Europe. Les gens ont moins d’enfants, et certains émigrent vers d’autres pays, comme Israël ou les États-Unis. Il y a aussi la question du rôle de la minorité juive parmi de nombreuses autres minorités en Italie aujourd’hui ; comment pouvons-nous contribuer à la construction d’une société européenne multiculturelle ».

En attendant, il s’est engagé à se rendre dans différents quartiers de Rome pour rencontrer les habitants.

« Zevi pourrait s’avérer être le premier maire libéral – libertaire, de gauche et heureusement pragmatique », a déclaré Manconi, l’ancien sénateur. « Il a tous les traits de la nouveauté politique, sans en avoir les vices – c’est-à-dire la naïveté vraie ou fictive, l’inexpérience et l’improvisation, l’arrogance de ceux qui prétendent avoir inventé le monde ».

read more:
comments