L’expansion de Beit El menace d’enterrer des vestiges du Second Temple juif
Rechercher
  • Un archéologue et un ouvrier retirent rapidement des récipients en poterie du fond d'une citerne d'eau datant de la période du Second Temple, dans l'ancien village de Kafr Murr, aujourd'hui un quartier de Beit El, le 3 novembre 2020. (Amanda Borschel-Dan/ToI)
    Un archéologue et un ouvrier retirent rapidement des récipients en poterie du fond d'une citerne d'eau datant de la période du Second Temple, dans l'ancien village de Kafr Murr, aujourd'hui un quartier de Beit El, le 3 novembre 2020. (Amanda Borschel-Dan/ToI)
  • Le directeur des fouilles, Evgueni Aharonovitch, travaille dans la citerne de l'époque du Second Temple, dans l'ancien village de Kafr Murr, aujourd'hui un quartier de Beit El. (Dotan Traubman)
    Le directeur des fouilles, Evgueni Aharonovitch, travaille dans la citerne de l'époque du Second Temple, dans l'ancien village de Kafr Murr, aujourd'hui un quartier de Beit El. (Dotan Traubman)
  • Une tente protège l'ouverture d'une citerne d'eau de la période du Second Temple dans l'ancien village de Kafr Murr, aujourd'hui un quartier de Beit El, le 3 novembre 2020. (Amanda Borschel-Dan/ToI)
    Une tente protège l'ouverture d'une citerne d'eau de la période du Second Temple dans l'ancien village de Kafr Murr, aujourd'hui un quartier de Beit El, le 3 novembre 2020. (Amanda Borschel-Dan/ToI)
  • Une cachette de récipients de l'époque du Second Temple découverte dans une citerne d'eau dans l'ancien village de Kafr Murr, aujourd'hui un quartier de Beit El. (Evgueni Aharonovitch)
    Une cachette de récipients de l'époque du Second Temple découverte dans une citerne d'eau dans l'ancien village de Kafr Murr, aujourd'hui un quartier de Beit El. (Evgueni Aharonovitch)
  • Un mur fortifié construit à la veille de la conquête romaine de l'ancien village de Kafr Murr pendant la révolte juive. (Bureau du porte-parole du COGAT)
    Un mur fortifié construit à la veille de la conquête romaine de l'ancien village de Kafr Murr pendant la révolte juive. (Bureau du porte-parole du COGAT)
  • Le directeur des fouilles, Evgueni Aharonovitch, se tient à côté d'un pressoir à olives inutilisé de l'époque du Second Temple, dans l'ancien village de Kafr Murr, aujourd'hui un quartier de Beit El, le 3 novembre 2020. (Amanda Borschel-Dan/ToI)
    Le directeur des fouilles, Evgueni Aharonovitch, se tient à côté d'un pressoir à olives inutilisé de l'époque du Second Temple, dans l'ancien village de Kafr Murr, aujourd'hui un quartier de Beit El, le 3 novembre 2020. (Amanda Borschel-Dan/ToI)
  • Une tente protège l'ouverture d'une citerne d'eau de la période du Second Temple dans l'ancien village de Kafr Murr, aujourd'hui un quartier de Beit El, le 3 novembre 2020. (Amanda Borschel-Dan/ToI
    Une tente protège l'ouverture d'une citerne d'eau de la période du Second Temple dans l'ancien village de Kafr Murr, aujourd'hui un quartier de Beit El, le 3 novembre 2020. (Amanda Borschel-Dan/ToI

L’expansion de Beit El menace d’enterrer des vestiges du Second Temple juif

Les vestiges d’un village juif conquis par les Romains luttent contre le boom démographique et les éléments – en attendant d’être préservés dans un parc prévu à cet effet

Amanda Borschel-Dan édite la rubrique « Le Monde Juif »

La mission de sauvetage visant à sortir d’une citerne souterraine une centaine de récipients de l’époque du Second Temple était bien engagée lorsque le Times of Israel a visité les fouilles de Khirbet Kafr Murr dans l’actuelle implantation de Beit El, durant la première semaine de novembre.

Cachée là par des villageois juifs juste avant la révolte contre les Romains vers 66 de notre ère, cette collection inattendue de pots de céramique et de chaudrons a survécu à près de 2 000 ans d’hiver. Aujourd’hui, alors que l’eau s’infiltre dans les murs en plâtre lors des premières pluies de la saison (très attendues), ces objets sont transférés en terrain plus sec par une équipe d’archéologues travaillant contre la double menace de la nature et des chantiers de construction.

Le directeur des fouilles, Evgueni Aharonovitch, membre de l’unité archéologique du coordinateur des activités gouvernementales dans les territoires (COGAT) du ministère de la Défense, a rencontré cette journaliste sur le site de fouilles dans un quartier nouvellement aménagé de Beit El, accompagnée d’un membre du bureau du porte-parole du COGAT – une présence obligatoire pour les visites des médias dans le quartier sensible de Cisjordanie.

Affectueusement appelé « Abou Tomer » par la majorité des travailleurs arabophones, Aharonovich mène des fouilles sporadiques sur le site depuis 2006. Ces deux dernières années, il a travaillé ici de manière intensive, en suivant le rythme de la construction d’un quartier de tours d’habitation sur un terrain « libéré », où son équipe a terminé ses travaux de cartographie et de préservation.

La découverte récente de la cavité dans la citerne d’eau, dit Aharonovich, a été une surprise totale. Alors que la terre de remplissage était enlevée, des douzaines de jarres intactes ou presque intactes ont été trouvées empilées soigneusement dans des niches de la citerne. Les Juifs pensaient clairement revenir les récupérer il y a près de deux millénaires.

« C’était une expérience unique », dit-il. « C’est sans aucun doute un point culminant des fouilles jusqu’à présent. »

Le directeur des fouilles, Evgueni Aharonovitch, se tient au fond de la citerne d’eau de l’époque du Second Temple, dans l’ancien village de Kafr Murr, aujourd’hui un quartier de Beit El, le 3 novembre 2020. (Amanda Borschel-Dan/The Times of Israel)

Aharonovich a augmenté le personnel archéologique pour achever la mission de sauvetage, et ils s’activent autour de l’ouverture de la citerne. L’embouchure de la citerne est protégée par une tente vert olive de l’armée israélienne, tandis qu’un gros tuyau d’une pompe à air mécanique injecte de l’air frais à l’intérieur. Une échelle en aluminium permet à l’équipe de descendre à l’intérieur, tandis qu’une poulie sur trépied permet de sortir les seaux chargés d’artefacts.

Après quelques tasses de café fort et un contexte historique tout aussi dense, nous descendons les barreaux recouverts de boue pour trouver une équipe d’archéologues travaillant fébrilement dans une obscurité partielle. Nos chaussures font des bruits de ventouses sur la terre lorsque nous nous déplaçons, en prenant garde de ne pas marcher sur des objets fragiles qui sont empaquetés ou de trébucher sur des câbles électriques. On nous dit que l’électricité vient d’être coupée, alors nous utilisons tous nos lampes de poche de téléphone pour observer les alentours de la citerne. Un archéologue infatigable est assis dans un coin, cataloguant les trouvailles sur un ordinateur portable éclairé de façon lugubre.

Les pluies ont transformé la fine poussière de la citerne en boue et la fouille est inévitablement ralentie, même si la pression pour extraire les objets augmente avec les pluies prévues. Un Aharonovich inquiet dirige calmement son équipe, même en donnant des informations à cette journaliste. Il veut terminer le travail ici. L’hiver arrive.

Un archéologue et un ouvrier retirent rapidement des récipients en poterie du fond d’une citerne d’eau datant de la période du Second Temple, dans l’ancien village de Kafr Murr, aujourd’hui un quartier de Beit El, le 3 novembre 2020. (Amanda Borschel-Dan/ToI)

Plus tard, alors que des membres de son équipe prient en entendant les faibles appels d’un muezzin provenant d’un village arabe voisin, Aharonovich explique qu’il a mené six saisons de fouilles ici, au fur et à mesure de l’expansion de l’implantation.

L’ancien village de Kafr Murr, aujourd’hui un quartier de Beit El, 3 novembre 2020. (Amanda Borschel-Dan/The Times of Israel)

Malgré de gros moyens investis pour le cataloguer et le préserver, Khirbet Kafr Murr n’est pas un site classiquement « important » : les études et les fouilles archéologiques révèlent l’existence d’un petit village agricole datant du 8e siècle avant l’ère commune à 749. À son apogée, pendant la révolte juive contre les Romains, une centaine de Juifs s’y seraient installés pour la dernière fois. Aujourd’hui, un seul des nombreux immeubles d’habitation qui empiètent sur le site de fouilles en recouvre beaucoup d’autres.

Comme pour toute fouille de sauvetage, la question se pose de savoir ce qui sera fait pour préserver et présenter les découvertes au public. Et si des plans concrets sont discutés au sein du conseil régional local et du COGAT pour créer un modeste parc archéologique au cœur du nouveau quartier, d’autres sections ont déjà été répertoriées, soigneusement recouvertes, et sont maintenant enfouies sous les fondations en ciment des nouvelles tours d’habitation.

Patrimoine caché

L’histoire personnelle de l’archéologue Aharonovich est imbriquée dans Khirbet Kafr Murr à la manière d’un « Seulement en Israël » : ce quinquagénaire en pleine forme a immigré de l’ex-URSS en 1990, et c’est là qu’il a suivi la formation élémentaire de l’armée israélienne en 1992, sur la célèbre base d’entraînement de Bahad 4.

Lors de son bref service militaire (il avait déjà servi dans l’armée soviétique), il a fait remarquer qu’il y avait quelques indices archéologiques sous la surface asphaltée du terrain de parade de la base. En montrant une tache sombre et plate, Aharonovich a expliqué qu’avant que ce soit une base de Tsahal, c’était une base jordanienne. Les deux pays ont utilisé une base établie par le Mandat britannique, qui avait rasé le site au bulldozer et l’avait pavé, détruisant d’innombrables artefacts et l’ancienne architecture.

Vases en poterie récupérés dans la citerne d’eau de l’époque du Second Temple dans l’ancien village de Kafr Murr, aujourd’hui un quartier de Beit El, le 3 novembre 2020. (Amanda Borschel-Dan/ToI)

Ce n’est qu’après le départ de l’armée israélienne en 1995 et le début de la construction par les civils que les vestiges archéologiques ont véritablement commencé à faire surface.

Le site actuel – la citerne d’eau et ses trésors de poterie – a été découvert sous les vestiges d’une maison en pierre de l’époque du Second Temple. Un autre point fort archéologique antérieur a été la découverte d’un mikveh (bain rituel) qui se trouvait également sous une maison.

Aharonovich raconte que lorsque les Juifs israéliens ont commencé à repeupler la zone après le départ de Tsahal, un mobile home temporaire abritant une famille s’était installé sur le mikveh. Il a retrouvé la famille pour lui montrer l’ancien mikveh qui se trouvait sous leurs pieds.

Aujourd’hui, dit-il, la famille attend la fin de cette exploration du passé pour que leur avenir – leur nouvelle maison – puisse être construit dans une autre tour en projet.

Ascension et chute

Khirbet Kafr Murr se trouve au sommet d’une zone de collines dans l’actuelle implantation de Beit El, au nord-est du fief de l’Autorité palestinienne à Ramallah. À son apogée, juste avant la révolte juive et la conquête romaine d’environ 70 de notre ère, Aharonovich estime qu’elle s’étendait sur 20 dunams (20 000 m2) et comptait une centaine d’habitants.

Le site se trouve juste à côté des principales routes romaines – pas un grand carrefour, dit Aharonovich en riant, mais peut-être un plus petit.

Un mikveh de la période du Second Temple dans l’ancien village de Kafr Murr, aujourd’hui un quartier de Beit El, le 3 novembre 2020. (Amanda Borschel-Dan/The Times of Israel)

Le site a été recensé dans les premières études archéologiques de surface – en 1838, 1869, par les Britanniques avant de construire leur base militaire (utilisée plus tard par les Jordaniens). Après 1967, il a été transformé en base d’entraînement militaire de Tsahal, la base Bahad 4, qui, à son apogée, abritait 2 000 soldats. Dans les années 1980, alors qu’il s’agissait encore d’une base de Tsahal, le professeur Israel Finkelstein a réalisé une rapide étude visuelle, mais en raison de la densité des structures de l’armée, il a conclu qu’il n’y avait pas de vestiges archéologiques récupérables.

Un récipient intacte de 2 000 ans découverte dans une citerne d’eau dans l’ancien village de Kafr Murr, aujourd’hui un quartier de Beit El. (Dotan Traubman)

Des années après le transfert de la base militaire en 1995 à son emplacement actuel, près de la frontière de Gaza, six saisons de fouilles de sauvetage ont commencé en 2006, avant l’expansion urbaine de l’implantation de Cisjordanie. Les archéologues ont découvert que si le village de Khirbet Kafr Murr était à son apogée juste avant la révolte juive, il avait des racines anciennes remontant au 8e siècle avant notre ère, bien qu’il ait été brièvement abandonné à la suite de la révolte des Macchabées.

Le village a été conquis par les Romains avant la fin de la quatrième année de la révolte juive, malgré tous les efforts des habitants : les pièces de monnaie datant de la troisième année de la révolte juive – mais pas au-delà – témoignent de la chute du village.

L’équipe a également trouvé des coupes en pierre – utilisées à l’époque du Second Temple pour leur pureté naturelle – et des objets en verre, dit-il. Seuls deux mikvaot ou bains rituels ont été découverts, dont l’un est déjà couvert par une tour d’appartements, ainsi qu’un centre de poterie et de production industrielle d’huile d’olive et de vin.

Pigeonnier de l’ancien village de Kafr Murr, aujourd’hui un quartier de Beit El, 3 novembre 2020. (Amanda Borschel-Dan/ToI)

Un mur défensif de taille impressionnante, construit de façon plutôt amatrice, a été érigé pour protéger les villageois. Il coupe un grand pressoir à olives, qui, selon Aharonovich, a été installé mais n’a pas été achevé avant la révolte.

Nous nous trouvons sur une partie de la section excavée du mur de défense, qui mesure 32 mètres de long et 2 à 2,8 mètres de large. Il est construit avec des pierres de taille provenant de maisons des périodes hellénistique et romaine, mais les pierres ont été choisies au hasard.

Le mur de Kafr Murr a été construit rapidement, en tant que mesure d’urgence, dit Aharonovich, comme en témoignent les parois tordues et les pierres de différentes tailles. Selon Aharonovich, il est similaire aux murs de Gamla au nord et de Yodfat en basse Galilée qui ont également affronté les Romains pendant la révolte.

Le directeur des fouilles, Evgueni Aharonovitch, se tient à côté d’un pressoir à olives inutilisé de l’époque du Second Temple, dans l’ancien village de Kafr Murr, aujourd’hui un quartier de Beit El, le 3 novembre 2020. (Amanda Borschel-Dan/ToI)

Il existe de nombreux autres indices de la fuite imminente de la communauté du Second Temple, notamment les douzaines de jarres empilées de manière ordonnée découvertes dans l’installation de stockage improvisée de la citerne d’eau.

Evgueni Aharonovich indique que l’analyse interdisciplinaire des restes de poterie est en cours à l’Université hébraïque de Jérusalem. Compte tenu des conditions d’humidité de la citerne, il est impossible de déterminer ce qui était stocké dans les pots.

Un mur fortifié construit à la veille de la conquête romaine de l’ancien village de Kafr Murr pendant la révolte juive. (Bureau du porte-parole du COGAT)

D’autres analyses high-tech sont en cours à l’université Bar-Ilan sur certaines des centaines de pépins de raisin, découverts dans une réserve de pressoir exceptionnellement profonde qui jouxte les tours d’appartements déjà construites. Selon Aharonovich, le réservoir aurait pu contenir jusqu’à quatre tonnes de jus de raisin.

En regardant les collines environnantes, il est facile d’imaginer que les vignes étaient apparemment abondantes ici à l’époque romaine, lorsque le village était relié à la région de « Gofna », un nom basé sur le mot hébreu « gefen » ou vigne. (Le village « Jafna », mentionné par l’historien juif romain Josephus, se trouve à 3,3 km au nord de Kafr Murr, là où se trouve aujourd’hui la Gifna moderne).

Avec l’analyse des pépins de raisin, il y a un certain espoir et une « rare opportunité » que l’ADN ancien puisse être extrait, et peut-être même la revitalisation d’anciennes souches de vigne, dit Aharonovich.

Des poteries de l’époque omeyyade qui ont été brisés lors du grand tremblement de terre de 149 de notre ère, découverts dans l’ancien village de Kafr Murr, aujourd’hui un quartier de Beit El. (Bureau du porte-parole du COGAT)

Le premier village byzantin était beaucoup plus petit que le précédent village juif. Au centre du premier se trouvait un grand réfectoire, un surprenant bâtiment de deux étages qui aurait servi aux repas, et une église plutôt petite, mal conservée, construite dans le style basilique. Il y a aussi ce qui ressemble à un bain romain, qui a pu être utilisé par les pèlerins pendant leur séjour dans la région, et un grand pigeonnier.

Le village a été détruit lors du tremblement de terre de 749 de notre ère qui a secoué toute la région. De nombreuses découvertes indiquent qu’il s’agit d’un tremblement de terre – des piles de récipients brisés, jusqu’au squelette intact d’un âne, qui a été trouvé à côté d’un anneau de fer auquel il était probablement attaché.

Une réserve de récipients de l’époque du Second Temple découverte dans une citerne d’eau dans l’ancien village de Kafr Murr, aujourd’hui un quartier de Beit El. (Evgueni Aharonovitch)

Au total, les vestiges archéologiques découverts à Khirbet Kafr Murr dressent le portrait d’un petit village ayant connu plusieurs périodes de croissance, ponctuées de conquêtes violentes et de destructions naturelles.

Même si l’implantation juive de Beit El s’étend au cœur de la Cisjordanie, un parc archéologique devrait être créé au centre du nouveau quartier, explique le directeur des fouilles, afin de préserver toutes les périodes d’implantation – juive, chrétienne et plus récemment musulmane.

En regardant les hautes grues de construction qui longent les nouvelles tours d’appartements, on ne peut que penser que ce n’est peut-être pas un endroit de rêve. S’ils construisent un parc archéologique, eux, les habitants, viendront sûrement.

read more:
comments