L’homme qui a tout risqué pour témoigner depuis Mossoul contrôlée par l’EI
Rechercher
Connu uniquement sous le nom de Mosul Eye, un blogueur anonyme qui documente les atrocités de l'État islamique, l'Irakien Omar Mohammed révèle son identité en Europe, le 5 décembre 2017. (AP Photo)
Connu uniquement sous le nom de Mosul Eye, un blogueur anonyme qui documente les atrocités de l'État islamique, l'Irakien Omar Mohammed révèle son identité en Europe, le 5 décembre 2017. (AP Photo)
InterviewSauvé par Itzhak Perlman

L’homme qui a tout risqué pour témoigner depuis Mossoul contrôlée par l’EI

Sous le pseudo « Mosul Eye », l’historien Omar Mohammed a utilisé Twitter et des blogs pour dénoncer décapitations et tortures dans sa ville natale irakienne avant de fuir en 2017

Lorsque Mossoul est tombée aux mains de l’État islamique en juin 2014, ses habitants se sont soudainement retrouvés à vivre dans l’un des régimes les plus odieux depuis l’Allemagne nazie. Des femmes et des filles ont été vendues ouvertement comme esclaves dans la rue principale à côté du marché, des gens ont été décapités publiquement et d’autres ont eu les mains coupées parce qu’ils ne payaient pas leurs factures de services publics.

Certains ont rejoint l’EI parce qu’ils croyaient au califat, et d’autres l’ont fait pour obtenir un statut ou un gain matériel. Et puis il y a ceux qui ont eu le courage de se révolter malgré le risque très réel qu’ils courent.

Voici l’histoire d’un de ces héros. Omar Mohammed, alors professeur d’Histoire à l’université de Mossoul, n’a jamais pris les armes, ni tiré un coup de feu, ni affronté l’EI.

« La plume est plus puissante que l’épée », a déclaré Mohammed à Zman Yisrael, le site frère hébreu du Times of Israel.

Ses armes de prédilection étaient son blog, Twitter et Facebook. Son nom de guerre était Ein al Mosul, ou Œil de Mossoul, et son avatar était un Lamassu – une divinité assyrienne ailée protectrice.

Par le biais de ses comptes en ligne, Mohammed a rapporté en temps réel ce qui se passait dans sa ville natale sous la domination de l’EI. Il a raconté les atrocités et a donné le nom des victimes, envoyant un message aux membres du soi-disant califat et aux autres habitants de sa ville.

Le logo de l’Œil de Mossoul. (Autorisation)

« Je voulais empêcher l’EI d’écrire l’histoire pour que personne ne dise dans quelques années que cette époque était si formidable », dit Mohammed.

La vie a toujours été difficile et pleine de dangers dans la ville du nord de l’Irak, sur les rives du Tigre.

La ville de la province de Ninive, où est enterré le prophète Jonas qui a prédit la destruction de la ville et a survécu dans le ventre d’une baleine pendant trois jours, est devenue une grande métropole de plus de 1,5 million de personnes. Elle est à majorité sunnite, mais elle a également abrité d’anciennes communautés de Juifs, de Chrétiens, d’Assyriens, de Kurdes, de Circassiens et de Yazidis.

Des forces de sécurité irakiennes en uniforme et en civil se dirigent vers Bagdad via la route principale entre Bagdad et Mossoul, un jour après la prise de contrôle d’une grande partie de Mossoul par les combattants de l’EI, le 11 juin 2014. (AP Photo)

« Les gens étaient arrêtés aux points de contrôle de sécurité par des soldats [irakiens] tous les jours, simplement parce qu’ils étaient sunnites et que les soldats étaient chiites », dit Mohammed, « et il y avait des attaques occasionnelles de l’EI. Dans mon quartier, il y avait un barrage qui explosait chaque vendredi, et le lendemain, les forces de sécurité revenaient et installaient un nouveau poste de contrôle. Cela a continué comme ça chaque semaine pendant un an ».

L’armée irakienne a fui la ville dans la panique en juin 2014 lorsque des membres de l’EI ont pris d’assaut la région. Ils sont arrivés à bord de véhicules Toyota, brandissant des armes et agitant des drapeaux noirs. Quelques jours auparavant, les membres de l’EI avaient massacré plus de 1 000 recrues des forces de sécurité dans un acte qui a choqué le pays et leur a donné un avantage psychologique.

Des combattants de l’EI défilent dans des véhicules blindés réquisitionnés par les forces de sécurité irakiennes sur une route principale de la ville de Mossoul, au nord de l’Irak, plus de deux semaines après avoir pris le contrôle de la deuxième plus grande ville du pays, le 23 juin 2014. (AP Photo)

Les nouveaux dirigeants ont immédiatement fait savoir qu’ils avaient l’intention de rester dans la ville pour longtemps.

« Ils ont exécuté des gens en très peu de temps », dit Mohammed. « Ils avaient préparé une liste à l’avance, et dans mon quartier, sept personnes ont été exécutées en quelques heures. Ensuite, ils ont imposé leurs lois. En août, ils ont commis les crimes contre les Yazidis, expulsé les chrétiens et déclaré la région comme étant un État islamique ».

Ils ont commencé à décapiter les gens en public, à leur couper les mains ; ils ont balancé les personnes de la communauté LGBT du haut des immeubles

« Tous ceux qui habitaient dans la ville vivaient sous les lois de l’islam », dit Mohammed. « Ils ont commencé à décapiter les gens en public, à leur couper les mains ; ils ont jeté les personnes de la communauté LGBT du haut de grands immeubles, lapidé des hommes et des femmes pour adultère, fouetté des gens pour des délits mineurs, et même crucifié des gens. Ils ont créé une sorte de jeu basé sur l’horreur dans lequel les victimes s’affrontent. Ils mettaient des explosifs sur les prisonniers et s’ils se déplaçaient trop vite, la bombe explosait ».

Des réfugiés fuyant Mossoul se dirigent vers la région autonome kurde du nord à Irbil, en Irak, le 12 juin 2014. (AP Photo)

Une volonté d’effacer l’Histoire

Pour Mohammed, qui était historien, il y a eu une horreur supplémentaire lorsque l’EI a commencé à détruire méthodiquement le patrimoine culturel et historique de Mossoul.

« La première chose qu’ils ont faite a été de faire disparaître l’histoire de Mossoul », dit Mohammed. « Ils ont détruit les statues des héros culturels locaux, la bibliothèque, le musée historique, le tombeau du prophète Jonas et d’autres sites. Puis j’ai réalisé que c’était une campagne contre Mossoul et contre l’histoire – tout ce qui symbolisait la diversité ethnique de la ville. Pour moi, en tant qu’historien, cela a été insupportablement difficile. Je n’ai pas de mots pour dire à quel point c’était horrible. C’est pourquoi j’ai commencé à tenir ce blog ».

Des gens fouillent dans les décombres de la mosquée détruite du prophète Younis, ou Jonas, à Mossoul, le 24 juillet 2014. Ce sanctuaire musulman vénéré a été détruit par des militants de l’EI qui ont envahi la ville et imposé leur interprétation sévère de la loi islamique. La mosquée a été construite sur un site archéologique datant du 8e siècle avant notre ère. On dit qu’elle est le lieu de sépulture du prophète juif de la Torah qui, dans les récits repris par la Bible et le Coran, a été avalé par une baleine. (AP Photo)

L’Œil de Mossoul a commencé par des reportages en anglais – d’abord sous forme de blog, puis sur Twitter et Facebook – et est devenu une source crédible sur ce qui se passait dans la ville. L’Œil a vu et rapporté au monde extérieur la vie quotidienne sous l’horreur de l’EI.

L’Œil de Mossoul a donné le nom des victimes des exécutions de l’EI et a décrit le trafic sexuel des femmes et des jeunes filles yazidis qui étaient vendues pour quelques centaines de dollars seulement et qui revenaient parfois sur le marché après avoir été agressées. Il a également fait état de l’activité militaire de l’EI dans la ville et sur les ponts du Tigre. L’Œil de Mossoul est devenu un important média pour les habitants de la ville et la presse internationale – ainsi que pour les agences de renseignement.

« L’ISIS a exécuté une personne par crucifixion », a rapporté l’Œil de Mossoul le 12 mai 2015. « C’est la première fois qu’ils crucifient quelqu’un. Les charges étaient l’espionnage et le vol ».

Des personnes inspectent les ruines de l’ancienne mosquée du prophète Jirjis dans le centre de Mossoul, en Irak, le 27 juillet 2014. Ce sanctuaire musulman vénéré a été détruit par des militants de l’EI qui ont envahi la ville en juin et imposé leur interprétation sévère de la loi islamique. (AP Photo)

Grâce à sa connaissance approfondie de l’histoire islamique, Mohammed a gagné le respect des membres de l’EI et a pu interagir avec eux sans éveiller de soupçons. Il possédait deux ordinateurs portables chez lui : un propre, avec des textes islamiques et des photos conformes à l’islam, et l’autre qu’il utilisait pour communiquer avec le monde. Sa connexion internet était payée sous un faux nom.

Il s’est habillé comme un adepte fervent et s’est laissé pousser les cheveux et la barbe, en essayant de ne pas attirer l’attention, mais il se sentait de plus en plus enfermé dans ses murs. Après avoir posté ce que son voisin, un membre de l’EI, lui a confié au sujet d’un raid aérien qui avait tué plusieurs des dirigeants du groupe, Mohammed a eu un moment de panique lorsqu’il a réalisé ce qu’il avait fait.

Je me suis dit : « Oh mon Dieu, qu’est-ce que j’ai fait, je suis le seul à qui il l’a dit », et j’ai supprimé le message le soir même », dit Mohammed. « Plus tard, je l’ai invité à dîner au bord de la rivière pour voir s’il était méfiant – et bien sûr il ne l’était pas, sinon je ne vous parlerais pas aujourd’hui ».

Des combattants de l’EI défilent à bord d’un véhicule réquisitionné par les forces de sécurité irakiennes sur une route principale de la ville de Mossoul, dans le nord de l’Irak, plus de deux semaines après avoir pris le contrôle de la deuxième ville du pays, le 23 juin 2014. (AP Photo)

Des membres de l’EI surveillaient en effet l’Œil de Mossoul. Sur sa page Facebook, ils ne l’ont pas menacé de mort, mais ont déclaré qu’il préférerait mourir après qu’ils l’aient attrapé.

Les rumeurs sur la véritable identité de l’Œil de Mossoul circulaient dans la ville. Certains pensaient que le blogueur était un historien âgé, d’autres que c’était un juif qui avait quitté la ville mais qui y était encore émotionnellement attaché. D’autres pensaient qu’il s’agissait d’une femme, ou même d’une guerre psychologique menée par la CIA. Toutes ces théories ont contribué à protéger l’identité de Mohammed, mais le temps pressait.

« C’est la musique que je voulais toujours écouter, comme ‘Jewish Town’ de la bande originale de la Liste de Schindler. Quand j’écoutais sa musique, j’avais l’impression que quelqu’un insufflait de la vie dans mon cœur »

« Alors que l’attaque sur Mossoul s’intensifiait et que les frappes aériennes commençaient, l’EI rétrécissait, se retirait et se regroupait de plus en plus à l’intérieur de la ville. Dans mon quartier, ils étaient de plus en plus nombreux », dit Mohammed. « Mes voisins proches étaient des membres de l’EI ; j’avais des postes d’observation à côté de chez moi et je sentais qu’ils étaient beaucoup trop proches – que la zone où je pouvais me déplacer et faire des rapports devenait plus petite, et les chances d’être pris plus élevées ».

Des manifestants scandent des slogans pro-État islamique alors qu’ils agitent les drapeaux du groupe devant le siège du gouvernement provincial à Mossoul, en Irak, le 16 juin 2014. (Photo AP, File)

Invoquant la sécurité de sa famille – Mohammed dit qu’il était prêt à payer le « prix ultime » pour continuer son travail de dénonciation de l’EI – le blogueur a quitté Mossoul fin 2015. La fuite a été étonnamment très facile.

Passant clandestinement les postes de contrôle vers la ville syrienne de Raqqa, et de là, avec d’autres réfugiés, introduits clandestinement en Turquie par un second agent, Mohammed a continué à raconter à distance la guerre et la destruction à Mossoul jusqu’à sa libération de l’EI en juillet 2017. Il ne se sentait pas en sécurité de dévoiler son identité avant ce mois de décembre.

« Oh mon garçon, j’ai toujours pensé que c’était toi », dit-il en reprenant les paroles de sa mère.

Aujourd’hui, Mohammed vit à Paris et gère une version actualisée de l’Œil de Mossoul. Ses postes suivent la lente restauration de la ville, la corruption qui sévit parmi les fonctionnaires irakiens, ainsi que les événements culturels et historiques – y compris ceux liés à l’histoire juive de Mossoul. Mais la restauration de la ville nécessite plus que la simple reconstruction de ses infrastructures physiques.

Un membre d’Al-Qaida avec deux enfants regarde pendant que des combattants de l’EI défilent dans des véhicules réquisitionnés des forces de sécurité irakiennes sur une route principale de la ville de Mossoul, au nord de l’Irak, le 23 juin 2014. (AP Photo)

Une ville qui a besoin d’une restauration psychologique

Mohammed dit que l’EI a détruit l’infrastructure sociale de Mossoul en créant des conflits et en semant l’animosité entre les diverses communautés de la ville, souvent au nom de l’islam sunnite.

Les gens sont encore sous le choc, dit-il, ajoutant que les citoyens de Mossoul ont besoin d’un soutien psychologique et d’une thérapie.

« Imaginez l’impact sur les enfants qui ont vu des décapitations, quel impact sur leur vie, sans parler de ceux dont les parents et les proches ont été exécutés, ou ceux dont les membres ont été coupés, et ceux dont les membres de la famille ont été jetés du haut des immeubles », dit Mohammed.

Des gens font leurs achats sur un marché de la ville de Mossoul, dans le nord de l’Irak, en juin 2014. (Photo AP, File)

« Aujourd’hui, on voit des gens qui sourient, mais on ne sait pas ce qui se passe à l’intérieur. Quand je parle aux habitants, ils sont toujours effrayés, choqués, parfois confus, ils pensent toujours que l’EI est là », dit-il.

« J’avais un étudiant brillant qui voulait être professeur d’histoire ; il les a rejoints. J’ai pleuré quand j’ai vu ce qui s’est passé, mais j’avais aussi peur de lui. C’est un sentiment terrible de se soucier de quelqu’un et de le craindre aussi. Je n’ai rien pu faire pour le sauver. Ils lui ont retourné le cerveau. Je le pleure encore aujourd’hui », dit-il.

Continuer à faire face

Mohammed dit qu’il souffre toujours du syndrome de stress post-traumatique.

« [Après s’être échappé,] il m’a fallu six mois pour réaliser que j’étais toujours en vie. Je me souviens encore des yeux, de ce sang qui coulait, quand les gens étaient décapités, de la chaleur comme si le sang me touchait. Je regardais leurs visages, je pouvais les reconnaître même sous le masque du bourreau », dit-il.

Image tirée d’une vidéo réalisée par un résident de Mossoul, authentifiée sur la base de son contenu et d’autres rapports de l’AP, montrant des militants de l’EI en train de démolir des statues de personnalités religieuses vénérées et des icônes culturelles irakiennes à Mossoul, en Irak, le 19 juin 2014. (Photo AP via un résident de Mossoul)

Mais, dit Mohammed, son dynamisme d’historien l’aide à faire face aux effets du SSPT, [Syndrome de Stress Post Traumatique]. Il cite comme source d’inspiration Victor Klemperer, l’historien juif allemand qui a documenté la Seconde Guerre mondiale de l’intérieur de l’Allemagne.

« J’avais une règle d’or : ne faire confiance à personne et tout rapporter », dit Mohammed. « Mais quand vous ne faites confiance à personne pendant deux ou trois ans, il est difficile de faire à nouveau confiance aux gens ».

J’avais une règle d’or : ne faire confiance à personne et tout rapporter

Le blogueur affirme que sans la musique, il n’aurait pas pu survivre à la vie sous le contrôle de l’Etat islamique.

« À Mossoul, j’écoutais le violoniste Itzhak Perlman, et lui, c’est un homme », dit Mohammed. « C’est la musique que je voulais toujours écouter, comme ‘Jewish Town’ de la bande originale de la Liste de Schindler. Quand j’écoutais sa musique, j’avais l’impression que quelqu’un insufflait de la vie dans mon cœur ».

Connu uniquement sous le nom de Mosul Eye, un blogueur anonyme qui décrit les atrocités commises par l’État islamique, l’Irakien Omar Mohammed a révélé son identité en Europe le 5 décembre 2017. (AP Photo)

Outre la douleur et le traumatisme, Mohammed paie un autre prix pour ses actions héroïques. Il ne peut toujours pas se rendre à Mossoul, et n’a pas vu sa mère ni le reste de sa famille depuis cinq ans. Son frère a été tué au combat dans leur ville natale, et Mohammed ne peut pas se rendre sur sa tombe.

Je porte en moi un chagrin silencieux et permanent

« Je porte en moi un chagrin silencieux et permanent, car si je l’exprime, ce sera difficile pour les lecteurs, pour moi-même et pour ma mère. Je veux maintenir la positivité de l’Œil de Mossoul parce que j’ai pour mission de reconstruire la ville », dit-il.

« Une fois que je sentirai que la mission est terminée, je m’assiérai et pleurerai comme j’ai voulu le faire depuis longtemps. Je parle à ma mère deux fois par jour, et je m’amuse à chaque fois de la stupéfaction qu’elle ressent à l’idée que nous puissions chatter en vidéo sur le téléphone portable », dit Mohammed. « J’espère la revoir un jour ».

La version originale de cet article a été publiée en hébreu sur Zman Yisrael, le site jumeau du Times of Israel.

read more:
comments