Rechercher
Image principale : Le Sud-Africain Keegan David Cohen soulève une barre d'haltères lors du segment d'épaulé-jeté de la compétition d'haltérophilie des Maccabiades à Jérusalem, le 19 juillet 2022. (Crédit : Judah Ari Gross/Times of Israel)
Image principale : Le Sud-Africain Keegan David Cohen soulève une barre d'haltères lors du segment d'épaulé-jeté de la compétition d'haltérophilie des Maccabiades à Jérusalem, le 19 juillet 2022. (Crédit : Judah Ari Gross/Times of Israel)

Maccabiades 2022 : Des athlètes se disputent le titre du Juif le plus fort du monde

Après plus de trois décennies, l’haltérophilie revient aux Maccabiades, avec des concurrents du monde entier soulevant des haltères dans des démonstrations de force spectaculaires

Judah Ari Gross est le correspondant du Times of Israël pour les sujets religieux et les affaires de la Diaspora.

C’était en 1898 lors du deuxième congrès sioniste que le premier leader sioniste Max Nordau a déclaré : « Nous devons aspirer à, de nouveau, créer un judaïsme musclé. »

Le fantôme de Nordau devait donc certainement sourire au YMCA de Jérusalem, quand des Juifs du monde entier, hommes et femmes, se sont réunis pour exhiber ce « judaïsme musclé » lors des compétitions d’haltérophilie des Maccabiades, qui se sont achevées la semaine dernière.

C’était la première fois en 33 ans que, à la demande générale, l’haltérophilie a été réintroduite dans les épreuves des Maccabiades.

Pendant deux jours, 17 femmes et 21 hommes ont soulevé des haltères de plus en plus lourds au-dessus de leur tête dans deux types de levées strictement chorégraphiées : l’arraché et l’épaulé-jeté.

Dans le premier cas, les haltérophiles s’emparent de l’haltère en position accroupie, puis le lancent au-dessus de leur tête, en bloquant leurs bras une fois l’haltère en l’air, avant de se relever en position debout.

L’épaulé-jeté est le plus complexe des deux exercices. L’haltérophile s’accroupit et saisit la barre. Il retourne ensuite ses poignets, positionne la barre sur le haut de sa poitrine et se relève en position debout. En un seul mouvement synchronisé – le jerk – ils lancent la barre au-dessus de leur tête et sautent en l’air, atterrissant avec un pied légèrement en avant et une jambe en arrière. En gardant la barre au-dessus de leur tête, ils placent ensuite leurs pieds de sorte qu’ils soient parallèles l’un à l’autre.

L’Américain Michael Ben-Hain soulève une barre d’haltères lors du segment d’épaulé-jeté de la compétition d’haltérophilie des Maccabiades à Jérusalem, le 19 juillet 2022. (Crédit : Judah Ari Gross/Times of Israel)

Pour les non-initiés, regarder de l’haltérophilie ressemble davantage à une performance en solo qu’à une compétition, en particulier lors des Maccabiades, où les athlètes effectuent leurs levées sur la scène d’un théâtre. En hommage aux trois haltérophiles et à l’entraîneur d’haltérophilie qui figuraient parmi les 11 athlètes israéliens assassinés par des terroristes aux Jeux olympiques de Munich en 1972, les organisateurs ont placé une affiche avec les photos des quatre hommes à droite de la scène.

Si l’effort déployé est stupéfiant, les expressions faciales, elles, sont regrettables.

Les concurrents se présentent vêtus de combinaisons moulantes, parfois équipées de lourdes ceintures en cuir ou de genouillères. Après avoir effectué un court rituel d’échauffement – généralement en faisant pression sur leurs pieds pour une meilleure traction ou en saisissant la barre avec précaution – ils prennent une profonde inspiration et exécutent rapidement le premier mouvement du soulèvement : ils soulèvent la barre au-dessus de leur tête en position accroupie pour l’arraché ou la font basculer sur leur poitrine pour l’épaulé-jeté.

L’Israélien Yoel Slutzky soulevant une barre d’haltère pendant le segment de l’arraché de la compétition d’haltérophilie des Maccabiades à Jérusalem, le 19 juillet 2022. (Crédit : Judah Ari Gross/Times of Israel)

Ensuite, ils reprennent en général leur souffle et se préparent mentalement à la prochaine étape, sous les encouragements de la foule qui leur crie – le plus souvent en anglais, quelle que soit la nationalité de l’athlète – « you got it » et les encourage à « respirer par où ils peuvent ».

À ce stade, si l’effort déployé est stupéfiant, les expressions faciales, elles, sont regrettables. Alors que les hommes et les femmes se battent contre une charge vraiment énorme, parfois suffisante pour faire plier la barre, leurs visages en montrent chaque once, et leur besoin d’oxygène pour la partie suivante de l’épreuve est si grand qu’ils semblent sur le point de se faire pousser des branchies.

L’Américain Mitchell Marks renversant une barre d’haltères sur le haut de sa poitrine pendant le segment d’épaulé-jeté de la compétition d’haltérophilie des Maccabiades à Jérusalem, le 19 juillet 2022. (Crédit : Judah Ari Gross/Times of Israel)

Lors de l’arraché, les haltérophiles se lèvent lentement, tenant la barre en l’air – ou non, la laissant tomber derrière eux s’ils ont soulevé plus qu’ils ne pouvaient supporter ou s’ils n’étaient pas suffisamment en forme.

Pour l’épaulé-jeté, le retournement initial n’est que le prélude à l’événement principal ; après avoir repris leur souffle, les haltérophiles effectuent un mouvement frénétique de tout le corps en poussant la barre en l’air et en lançant leurs jambes dans une sorte de jeté, généralement accompagné d’un grognement énergique.

Les concurrents étaient aussi bien des amateurs que des athlètes olympiques de niveau international, venant du monde entier et âgés de 17 à 49 ans.

C’est normalement au cours de cette fraction de seconde que l’athlète sait s’il a effectué un « lever propre » ou si sa position était instable et qu’il n’y arrivera pas, cette prise de conscience le frappant généralement rapidement et très clairement, l’incitant à lâcher immédiatement la barre pour éviter de se blesser. Mais lorsqu’ils réussissent, ils affichent généralement un sourire en coin, terminant le mouvement et déplaçant lentement leurs pieds pour qu’ils soient à nouveau parallèles avant de laisser tomber la barre sur le sol pour un rebondissement digne d’un tremblement de terre.

L’Américain Jacob Bockelmann laissant tomber une barre d’haltère après un lever réussi lors du segment d’épaulé-jeté de la compétition d’haltérophilie des Maccabiades à Jérusalem, le 19 juillet 2022. (Crédit : Judah Ari Gross/Times of Israel)

Les concurrents étaient aussi bien des amateurs que des athlètes olympiques de niveau international, venant du monde entier et âgés de 17 à 49 ans. Certains étaient minces, leur capacité à soulever les très lourdes barres provenant principalement d’une excellente forme physique et d’un entraînement extrêmement minutieux, tandis que d’autres étaient plus corpulents et semblaient compter davantage sur leur musculature naturelle pour soulever les poids.

Bien que les haltérophiles aient repoussé leurs limites, la compétition était résolument amicale, les spectateurs encourageant tous les athlètes, quelle que soit leur nationalité. Les compétiteurs discutaient à la fin de leurs épreuves respectives et restaient dans les parages pour s’encourager mutuellement.

L’Américain Mitchell Marks sourit à la foule après un lever réussi lors du segment de l’arraché de la compétition d’haltérophilie des Maccabiades à Jérusalem, le 19 juillet 2022. (Crédit : Judah Ari Gross/Times of Israel)

Après deux jours de compétition, une grande prêtresse et un grand prêtre du « judaïsme musclé » de Nordau – officieusement, très certainement la juive et le juif les plus forts du monde – ont été annoncés : l’Américaine Celia Gold et l’Israélien David Litvinov, qui ont respectivement remporté l’or chez les femmes et les hommes.

À l’arraché, après trois tentatives, Celia Gold, qui pèse 70 kilos, a soulevé 96 kilos, et à l’épaulé-jeté, elle a soulevé 124 kilos, soit un total de 220 kilos. À l’arraché, Gold est en réalité arrivée en deuxième position, derrière l’Israélienne Nicole Rubanovich, qui a soulevé 98 kilogrammes, mais son soulèvement plus lourd à l’épaulé-jeté lui a permis de remporter la médaille d’or.

Rubanovich a remporté l’argent pour ses efforts, tandis que la Péruvienne Atalya Nakar a décroché la médaille de bronze.

L’Américain Jacob Bockelmann soulevant une barre d’haltère pendant le segment d’épaulé-jeté de la compétition d’haltérophilie des Maccabiades à Jérusalem, le 19 juillet 2022. (Crédit : Judah Ari Gross/Times of Israel)

Litvinov, qui pèse plus de 130 kilogrammes, soit environ 20 kilogrammes de plus que le concurrent le plus lourd suivant, a soulevé 180 kilogrammes à l’arraché et 210 kilogrammes à l’épaulé-jeté, pour un score combiné de 390 kilogrammes, soit plus de 40 kilogrammes de plus que le concurrent suivant.

Dans les deux levées, Litvinov a réalisé une meilleure performance que lors des Jeux olympiques de Tokyo de 2021, auxquels il a participé au sein de l’équipe israélienne, mais tout proche de sa meilleure performance personnelle lors des championnats du monde de 2019 en Thaïlande.

Les deuxième et troisième places chez les hommes respectivement Artur Mugurduov et Igor Olshanetski, étaient également des citoyens israéliens mais faisaient partie de l’équipe « Olim », un groupe de nouveaux immigrants en Israël qui concouraient sous le drapeau des Maccabiades plutôt que sous celui d’un pays spécifique. C’était, en partie, une façon de permettre aux doubles nationaux israélo-russes de concourir, la délégation russe s’étant retirée de la compétition cette année, mais cela a aussi permis à davantage d’Israéliens de participer. Mugurduov et Olshanetski ont tous deux représenté Israël dans des compétitions internationales d’haltérophilie au fil des ans.

read more:
comments