Rechercher
Illustration : Un manifestant tient une étoile jaune sur laquelle on peut lire "Pas de vaccin = Juif" alors que des manifestants prennent part à une manifestation à Milan, le 24 juillet 2021, contre l'introduction d'un "laissez-passer vert" obligatoire pour les restaurants intérieurs et les lieux de divertissement, dans le but de limiter la propagation du coronavirus. (MIGUEL MEDINA / AFP)
Illustration : Un manifestant tient une étoile jaune sur laquelle on peut lire "Pas de vaccin = Juif" alors que des manifestants prennent part à une manifestation à Milan, le 24 juillet 2021, contre l'introduction d'un "laissez-passer vert" obligatoire pour les restaurants intérieurs et les lieux de divertissement, dans le but de limiter la propagation du coronavirus. (MIGUEL MEDINA / AFP)

Montréal: Un leader anti-vax abandonne l’étoile jaune, mais le chemin reste long

Pour le directeur du musée de la Shoah de la ville, Daniel Amar, de nombreux militants ne sont pas antisémites et se sentent victimisés, d’où l’importance de l’éducation

JTA – Le mois dernier, François Amalega Bitondo se tenait dans une rue de Montréal, mégaphone et téléphone portable en main, protestant contre le vaccin contre la COVID-19. Une étoile jaune vif à six branches flanquée sur son T-shirt noir.

L’étoile, sur laquelle on pouvait lire « non vacciné », était une référence explicite aux étoiles de David jaunes que les Juifs ont été forcés de porter pendant la Shoah. D’autres personnes dans la foule en portaient également. Leur théorie : ceux qui refusent de se faire vacciner subissent la même oppression que les Juifs dans les années 1940.

Le message et le badge ont placé Bitondo et les autres manifestants aux côtés d’un nombre croissant de sceptiques du vaccin contre la COVID-19 à travers le monde, qui ont invoqué la Shoah pour protester contre les réglementations qui marginalisent de plus en plus ceux qui choisissent de ne pas se faire vacciner contre le virus.

Dans les jours qui ont suivi la manifestation de Montréal, Bitondo a déclaré à un journaliste français que son étoile jaune était « là pour rester » et le ministre québécois de la lutte contre le racisme a critiqué les anti-vax qui portent ce symbole.

Puis Bitondo a appelé le musée local de l’Holocauste – et a changé d’avis.

Dans une vidéo publiée sur Facebook le 19 août, M. Bitondo a déclaré qu’il comprenait désormais pourquoi tant de Juifs s’opposaient à ce symbole et a annoncé qu’il ne porterait plus l’étoile jaune. Il a demandé à ses partisans de ne pas le faire non plus.

« J’ai décidé que s’il y a des gens dans la communauté juive qui sont choqués, ce n’est pas bon », a-t-il déclaré à la Jewish Telegraphic Agency.

Le revirement de Bitondo illustre une stratégie possible pour ceux qui s’opposent aux comparaisons entre les anti-vax et les victimes de la Shoah. Mais d’autres réflexions permettent également de comprendre pourquoi ces comparaisons se sont répandues et à quel point les sentiments qui les sous-tendent peuvent être profondément enracinés.

Bien que Bitondo ne veuille pas aliéner les Juifs, il pense que le sort des anti-vax est similaire à la menace à laquelle les Juifs ont été confrontés sous le régime nazi.

François Amalega Bitondo, un leader des manifestations anti-vaccins à Montréal, a dit à ses partisans de ne pas porter d’étoiles jaunes après une discussion avec le responsable du musée local de l’Holocauste. (Capture d’écran Facebook/via JTA)

« Ce qu’ils veulent installer à partir du 1er septembre est exactement comme le 1er septembre 1941, lorsque les Juifs étaient censés porter l’étoile », a déclaré Bitondo à la JTA à propos du lancement par le Québec du « passeport vaccinal » le 1er septembre.

Il a ajouté : « Le gouvernement du Québec suit une voie qui ressemble à ce que faisait Hitler, en divisant la société en groupes. »

Parmi les manifestants anti-vaccins, Bitondo est loin d’être le seul à établir une comparaison avec la Shoah. Des étoiles jaunes indiquant « no vax » dans des caractères imitant l’écriture hébraïque sont apparues lors d’une épidémie de rougeole en 2019, et la tendance s’est accélérée cette année alors que l’arrivée du vaccin COVID-19 – et les campagnes visant à persuader les gens de se faire vacciner – ont provoqué des différends dans le monde entier.

Les étoiles jaunes ont été déployées comme symbole dans les manifestations anti-vax à travers les États-Unis et à l’échelle internationale, d’une réunion du conseil municipal du Missouri à un discours d’un responsable local de l’État de Washington, en passant par des manifestations en Allemagne, en France et ailleurs.

Les militants et leurs alliés ont également invoqué l’Allemagne nazie d’autres manières. Lors d’une récente réunion du conseil du comté de St. Louis, les orateurs ont comparé les mandats de port de masque et d’autres messages relatifs à la COVID, à la propagande nazie. Lors de réunions de conseils scolaires sur le port du masque dans les régions de Détroit et de Pittsburgh, certains participants ont fait le salut nazi. Le mois dernier, deux membres républicaines du Congrès, Marjorie Taylor Greene et Lauren Boebert, ont comparé les efforts de vaccination fédéraux au nazisme.

La semaine dernière, le chef du syndicat de la police de Chicago s’est élevé contre le projet du maire d’exiger que les agents soient vaccinés.

« Nous ne voulons pas être forcés à faire quoi que ce soit. Point final », a déclaré le chef du syndicat. « On n’est pas dans la putain d’Allemagne
nazie : ‘Entrez dans les putains de douches. Les pilules ne vous feront pas de mal.' »

Depuis lors, un membre du Congrès du Kentucky s’est attiré des critiques pour avoir tweeté, puis supprimé, un mème utilisant le poignet tatoué d’un survivant de la Shoah pour condamner les mandats de vaccination, et un législateur républicain du Maine a comparé les travailleurs de la santé administrant les vaccins à Joseph Mengele, le médecin sadique d’Auschwitz.

Une manifestation contre le pass de vaccination COVID-19 à Rome, le 27 juillet 2021. En Italie et en France, les manifestants portent des étoiles de David jaunes, comme celles que les nazis ordonnaient aux Juifs de porter pour s’identifier pendant la Shoah. Certains portent des pancartes assimilant les cartes de vaccination à une pratique de dictatures. (Crédit : Mauro Scrobogna/LaPresse via AP, File)

Les spécialistes de la Shoah et les organismes de surveillance de l’antisémitisme s’accordent à dire que les étoiles et autres analogies sont offensantes et banalisent une immense tragédie. Ceux qui choisissent de renoncer à un vaccin ne sont pas les mêmes qu’un groupe opprimé en raison de son appartenance ethnique, disent-ils, et les restrictions de santé publique ne sont pas synonymes de génocide. Et être interdit de salle de sport n’est pas la même chose que d’être ghettoïsé et gazé à Birkenau.

« Historiquement parlant, la comparaison n’a aucun sens », a déclaré Frances Tanzer, professeure d’études sur la Shoah à l’université Clark. « Il s’agit d’une mesure de santé publique. Il ne s’agit pas d’un élément fondateur d’une identité quelconque. »

Historiquement parlant, la comparaison n’a aucun sens. Il s’agit d’une mesure de santé publique. Il ne s’agit pas d’un élément fondamental d’une identité quelconque.

Mais Tanzer a déclaré que, dans l’imagination populaire, les Juifs pendant la Shoah sont devenus la « victime paradigmatique ». Ainsi, pour les anti-vax et les autres personnes qui se considèrent comme opprimées, la souffrance des Juifs pendant la Shoah « leur permet de se considérer comme la victime ultime, malgré le fait qu’historiquement, il n’y a aucune comparaison possible ».

Parmi les nombreux anti-vax à porter l’étoile jaune, Bitondo semble être l’un des rares à prendre des mesures proactives et publiques pour comprendre pourquoi tant de gens s’y opposent. En août, suite à la vague de condamnations pour ses déclarations, il a appelé Daniel Amar, directeur exécutif du Musée de l’Holocauste de Montréal.

Amar a déclaré à la JTA que Bitondo était poli et respectueux, insistant sur le fait qu’il ne haïssait pas les Juifs et souhaitant même à Amar « Shabbat shalom » à la fin de l’appel. Amar lui a expliqué à quel point les survivants de la Shoah étaient offensés lorsqu’ils ont vu des images de manifestants anti-vaccins portant l’étoile, et comment les étoiles impliquaient une minimisation et une banalisation des horreurs de la Shoah.

« Il était blessé par l’accusation, alors c’était une discussion honnête », a déclaré Amar. « Il était clair que le gars n’était pas du tout antisémite. C’est irrationnel, c’est faux, c’est fou, mais ils [les militants anti-vaccins] ne sont pas motivés par la haine des Juifs. »

Le soir même, Bitondo a enregistré une vidéo de 9 minutes expliquant pourquoi il ne porterait plus l’étoile. Il a également annulé une manifestation qu’il avait prévue devant le musée de l’Holocauste pour la semaine suivante.

Illustration : Un homme proteste contre les restrictions liées au coronavirus avec une étoile jaune et une photo d’Anne Frank devant le mémorial de la Shoah à Berlin. (Crédit : @ZSKberlin/Twitter via JTA)

S’adressant à la JTA, Bitondo a déclaré qu’il avait choisi de ne plus porter l’étoile parce que « l’attention [du public] était centrée sur l’étoile, et non sur les demandes » des manifestants. Il a également déclaré qu’il ne voulait pas blesser la communauté juive.

« Nous devons être unis contre la menace qui se profile », a-t-il déclaré. « Donc si l’étoile juive va les choquer au lieu de rassembler pour que nous puissions avoir un débat démocratique, j’ai vu qu’il était bon de retirer l’étoile. »

Mais Bitondo a maintenu les comparaisons entre les anti-vax d’aujourd’hui et les groupes historiquement opprimés et abusés. Il a déclaré qu’en tant que Noir, il pense également qu’il existe un parallèle entre l’asservissement des Noirs et la façon dont les anti-vax sont traités.

Il a reconnu que « nous n’en sommes pas encore là » et que les anti-vax n’ont pas été réduits en esclavage ou exterminés. Mais M. Bitondo craint que les choses ne s’orientent dans cette direction.

« Autrefois, les Juifs étaient considérés comme inférieurs, les Noirs étaient considérés comme inférieurs, les Juifs étaient mis dans des camps de concentration, les Noirs étaient forcés d’être battus et réduits en esclavage et n’étaient pas considérés comme des humains », a-t-il déclaré. « Aujourd’hui, avec les choses qui se passent, on a l’impression qu’on suit le même schéma. »

Les Juifs étaient mis dans des camps de concentration, les Noirs étaient forcés d’être battus et réduits en esclavage et n’étaient pas considérés comme des êtres humains. Aujourd’hui… on a l’impression de suivre le même schéma.

Ces déclarations auraient pu décourager Amar, qui était fier que son appel téléphonique avec Bitondo ait conduit le militant à retirer l’étoile jaune de sa chemise. Mais le directeur du musée a déclaré qu’il ne regrettait rien.

« Le type a tort », a déclaré Amar, qui a répété que la comparaison entre les anti-vax et les victimes de la Shoah est « complètement stupide ». Mais il ne veut pas dépenser encore plus d’énergie à condamner Bitondo. Après tout, dit Amar, Bitondo a accepté de ne pas porter l’étoile. Et au moins, il comprend que les Juifs ont été des victimes et il essaie de s’identifier à eux.

« Il ne le voit pas [comme] un symbole nazi », a déclaré Amar à propos de l’étoile jaune. « Il la voit comme un symbole de la souffrance des Juifs, ce qui est une grande différence. Dans son esprit, il ne la porte pas parce qu’il veut soutenir les nazis. Il le fait parce qu’il se sent comme un Juif pendant la Shoah… Il aime Israël, la communauté juive, il aime le peuple juif. »

Amar a ajouté qu’un coup de téléphone ne suffit pas à enseigner à quelqu’un la Shoah et la manière correcte d’en discuter dans la sphère publique. Il espère que Bitondo visitera le musée pour en apprendre davantage et sur le risque « de banaliser la Shoah ».

Amar et Tanzer ont tous deux déclaré que l’incident était un argument en faveur d’une plus grande sensibilisation à la Shoah, et non un exemple de son utilisation limitée.

« Je ne pense pas que quelqu’un puisse vraiment en apprendre autant sur la Shoah en une seule rencontre », a déclaré Tanzer. « Cela peut changer un peu l’esprit de quelqu’un, mais il serait évidemment presque absurde de penser qu’une seule réunion puisse transformer radicalement la perspective de quelqu’un sur quelque chose d’aussi compliqué. »

Joseph Szwarc, survivant de la Shoah, exprime son indignation face à l’utilisation de l’étoile jaune par les anti-vaxxers alors qu’il s’exprime lors d’une cérémonie en France pour commémorer la rafle des Juifs pendant la Shoah, le 19 juillet 2021. (YouTube/capture d’écran)

M. Tanzer a ajouté qu’étant donné que le sentiment d’être une victime est central pour les anti-vax qui s’approprient les symboles de la Shoah, toute éducation devrait également aborder ce point, même si les manifestants comprennent que le port d’étoiles jaunes nuit à leur cause.

« Il ne veut pas être embarrassé et il ne veut pas être étiqueté à quelque chose qu’il ne pense pas être, à savoir un antisémite, mais il croit toujours que la comparaison est valable », a déclaré Tanzer. « Tout enseignement sur la Shoah qui changerait cela devrait aller assez loin et devrait peut-être aborder des choses qui vont bien au-delà de la Shoah, car il devrait prendre en compte son sentiment de victimisation. »

Amar n’a pas vu Bitondo invoquer la Shoah publiquement dans les semaines qui ont suivi leur conversation. Mais s’il recommence à faire des analogies publiques avec l’ère nazie, il ne serait pas le premier.

En juin, Greene a visité le US Holocaust Memorial Museum et s’est excusé d’avoir comparé les mesures contre la COVID à la Shoah. Environ trois semaines plus tard, la législatrice a déclaré que les efforts fédéraux de vaccination étaient menés par des « chemises brunes médicales », une référence à une milice nazie.

Mais M. Amar a déclaré que, quel que soit le résultat final, il pense que tenter d’éduquer les gens est toujours un effort louable.

« Ce n’est jamais une perte de temps », a-t-il dit. « Nous n’avons rien à perdre à essayer de leur expliquer qu’ils font une grosse erreur et que ce qu’ils font est mal. »

read more:
comments