Opération Entebbe : des ex-commandos remettent en question le récit officiel
Rechercher
Les commandos israéliens dans une Mercedes Benz peinte en noir (Crédit :  image principale des archives du ministère de la Défense)
Les commandos israéliens dans une Mercedes Benz peinte en noir (Crédit : image principale des archives du ministère de la Défense)

Opération Entebbe : des ex-commandos remettent en question le récit officiel

Parsemé de détails et cherchant parfois à régler de vieux comptes, le livre « Entebbe Declassified » fait entendre les voix des militaires qui ont pris part à l’opération légendaire

Judah Ari Gross est le correspondant militaire du Times of Israël.

Le raid sur Entebbe – l’opération de sauvetage menée en 1976 par des commandos israéliens pour libérer des otages juifs après le détournement de leur avion par des terroristes palestiniens et allemands – est l’un des exploits les plus connus de l’État d’Israël, avec pas moins de 6 documentaires, 5 long-métrages et une pièce de théâtre ayant été produits à son sujet.

Pourtant, malgré sa renommée, des aspects essentiels de ce qui s’est réellement passé sur le terrain, dans l’aéroport ougandais, le 4 juillet 1976, restent âprement discutés, principalement parmi ceux qui ont participé à l’opération.

Le mois dernier, à l’occasion des 45 ans du raid, l’Israel Intelligence Heritage and Commemoration Center a publié une traduction anglaise de son histoire orale de 2016 sur l’opération, Entebbe Declassified : The Untold First-Hand Stories of the Legendary Rescue Operation. Il ne s’agit pas d’une histoire définitive, mais plutôt d’un effort pour rétablir la vérité sur ce qui s’est passé cette nuit-là, ou du moins pour faire contrepoids au récit existant.

Les faits de base sont les suivants : Le 27 juin, un avion d’Air France a été détourné par deux terroristes palestiniens du Front populaire de libération de la Palestine (FPLP) et deux Allemands des Cellules révolutionnaires, un groupe terroriste gauchiste marginal. Ils ont fait atterrir l’avion en Ouganda, où ils ont reçu le soutien du dictateur Idi Amin, et ont libéré tous les passagers non israéliens et non juifs, à l’exception du personnel navigant et de quelques autres personnes qui ont décidé de rester avec les otages juifs à l’aéroport d’Entebbe. Les pirates de l’air ont exigé la libération de 53 terroristes pro-palestiniens et 5 millions de dollars en échange des otages. Dans les jours qui ont suivi, les services de sécurité israéliens ont envisagé un certain nombre de réponses, qu’il s’agisse d’opérations de sauvetage ou de capitulation devant les exigences des terroristes.

Une mission de sauvetage proposée aurait vu des commandos de marine israéliens approcher l’aéroport d’Entebbe depuis le lac Victoria. Mais cette idée a été abandonnée après que le sergent Michael Aaronson, qui se trouvait au Kenya à l’époque, a visité le lac et constaté qu’il y avait « des crocodiles géants du Nil couchés en rangs presque sans fin tout le long de la rive, à perte de vue », comme il l’écrit dans son livre.

En fin de compte, en très peu de temps et avec des renseignements limités sur les conditions à l’aéroport, Israël a opté pour une mission de sauvetage, au cours de laquelle des avions cargo C-130 ont transporté une centaine de commandos en Ouganda, en s’arrêtant au Kenya pour se ravitailler en cours de route, à l’insu du gouvernement kenyan.

Le livre s’appuie sur 33 témoignages de membres de l’unité d’élite Sayeret Matkal qui ont pris part à la mission elle-même ou à ses préparatifs.

Une berline Mercedes, semblable à celle utilisée autrefois par Amin, a été amenée, ainsi que des Land Rovers du même modèle que celles utilisées par son service de sécurité, dans le but de tromper les sentinelles ougandaises et de permettre aux commandos israéliens de se rendre jusqu’au terminal où les otages étaient détenus.

Peu après l’atterrissage, cependant, les choses se sont gâtées – nous y reviendrons plus tard – lorsqu’un soldat ougandais a apparemment vu que la Mercedes était noire, et non blanche comme celle qu’Amin avait commencé à utiliser. Une fusillade a éclaté et Yoni Netanyahu, qui dirigeait la mission, a été mortellement blessé, mais les forces israéliennes ont pu pénétrer dans le terminal et libérer tous les otages, sauf trois, qui ont été tués dans les tirs croisés. Une quatrième otage, Dora Bloch, qui avait été emmenée à l’hôpital quelques jours auparavant, a été exécutée par des agents ougandais après coup pour se venger du raid.

« Entebbe Declassified » présente une histoire orale du raid d’Entebbe de 1976, avec les récits de 33 membres de l’unité Sayeret Matkal. (Autorisation)

Le livre, traduit par l’ancien correspondant militaire du Times of Israel, Mitch Ginsburg, est composé de 33 récits à la première personne de membres de l’unité d’élite Sayeret Matkal qui ont soit participé à la mission elle-même, soit à ses préparatifs.

Deux voix manquent à l’appel : celle de Yoni Netanyahu, qui n’a laissé aucune note sur la mission, et celle, plus controversée, de Moshe « Muki » Betser, le commandant en second de Netanyahu, qui a joué un rôle essentiel dans la planification de la mission et qui est au centre des controverses sur l’opération.

Bien que la version de Betser ne se trouve pas dans Entebbe Declassified, il s’agit du récit officiel le plus connu, car c’est lui et lui seul de la Sayeret Matkal qui a été interrogé sur les événements sur le terrain lorsque Tsahal a écrit leur histoire du raid.

Entebbe Declassified fonctionne, en partie, comme un correctif, avec des contributeurs qui contredisent le récit de Betser – parfois en contredisant explicitement ses affirmations et parfois en offrant simplement un récit personnel différent. En tant qu’histoire orale, le livre lui-même ne se prononce pas sur qui a raison.

Yoni Netanyahu, sur une photo prise peu avant sa mort à Entebbe en 1976. (Crédit : GPO, Wikimedia)

Dans une tentative apparente de rétablissement de la paix, Tamir Pardo, qui a participé à la mission et est devenu par la suite le chef des services de renseignement du Mossad, a déploré les disputes et a attribué les différents récits des événements à l’effet Rashomon, le phénomène des témoins oculaires qui vivent différemment le même événement, mis en évidence dans un film japonais de 1950 portant le même nom.

« Nous ne pouvons que regretter les divergences d’opinion inutiles, car un Rashomon est un fondement de l’âme humaine, et il y a de la place pour tout le monde dans ce ‘hall of fame' », écrit M. Pardo.

Qui a tiré, qui s’est arrêté

Dans son livre Secret Soldier, Betser décrit la fusillade initiale comme ayant été causée par une erreur, Yoni Netanyahu ayant mal évalué la situation et ouvert le feu inutilement.

Selon Betser, Netanyahu a cru à tort que lorsqu’un soldat ougandais a levé son arme alors que la Mercedes s’approchait des portes, c’était parce qu’il soupçonnait que quelque chose n’allait pas. Au contraire, écrit-il, sur la base de son expérience d’instructeur militaire en Ouganda des années auparavant, il s’agissait d’une procédure opérationnelle standard à l’approche d’une voiture.

La couverture du livre de Muki Betser, « Secret Soldier ».

« Je savais que ce n’était que la procédure habituelle et que nous pouvions passer devant le soldat sans crainte. Il n’aurait pas osé ouvrir le feu sur un véhicule ougandais », écrit Muki Betser.

Lorsque Netanyahu s’est préparé à ouvrir le feu, Muki Betser a dit qu’il a essayé de l’en dissuader, mais en vain. Netanyahu et un autre soldat dans la voiture ont ouvert le feu, déclenchant la fusillade qui s’est soldée par la mort de Netanyahu.

Cependant, dans Entebbe Declassified, la décision de Netanyahu d’ouvrir le feu est presque unanimement considérée comme ayant été la bonne, ou du moins justifiée :

« Cette action était sans l’ombre d’un doute la bonne chose à faire. De là où je me trouvais, la question n’était même pas de savoir s’il fallait ouvrir le feu. La seule question possible était : ‘Qui prendrait l’avantage et ouvrirait le feu en premier ?’ Les soldats qui montaient la garde nous ont sans aucun doute reconnus et si nous n’avions pas tiré sur eux, ils auraient ouvert le feu à bout portant et nous auraient abattus comme des cibles faciles », a écrit Amir Ofer.

Adam Kolman, qui se trouvait dans la Mercedes avec Netanyahu et Betser, s’est souvenu de la peur intense qu’il a ressentie alors qu’ils roulaient vers le soldat ougandais : « Le canon du fusil est à environ un demi-mètre de moi et je pense que s’il appuie sur la gâchette, il nous embrochera tous d’une seule balle », a écrit Kolman, tandis qu’un autre contributeur, Gadi Ilan, a écrit qu’il a même cru – à tort – que la sentinelle avait ouvert le feu sur eux.

Le retour des otages le 4 juillet 1976 (Crédit : autorisation, archives de Tsahal)

« À travers l’écran de ceux qui étaient assis en face de moi, j’ai vu un soldat ougandais lever son fusil vers nous et taper du pied ; on aurait dit qu’il criait quelque chose. Pour moi, il était clair qu’il allait ouvrir le feu. Dans mes souvenirs, il a même tiré un coup ou deux, mais je ne suis pas sûr de cela, » a écrit Ilan.

En plus de contester l’affirmation de Betser selon laquelle Netanyahu a inutilement fait sauter leur couverture en ouvrant le feu sur les gardes, les témoins l’accusent de minimiser ou de couvrir ses propres faux pas pendant le raid, une fois qu’ils sont sortis des véhicules et se sont dirigés à pied vers l’aérogare.

Durant la course très rapide vers le terminal, à partir des voitures, Betser – de l’avis général, incluant le sien – s’arrêta soudain juste avant d’entrer dans l’aéroport. Dans Secret Soldier, Betser a écrit qu’il était à court de munitions et qu’il avait dû insérer un nouveau chargeur.

L’une des photos aériennes permettant la mission, prise par un combattant du Mossad encore anonyme. (Crédit : avec l’aimable autorisation d’Avner Avraham)

Mais les collaborateurs d’Entebbe Declassified ont du mal à le croire, certains notant qu’il s’agit d’un écart par rapport à son explication initiale, donnée lors du vol de retour en Israël, selon laquelle sa kalachnikov avait mal fonctionné :

« Lorsque l’un des opérateurs lui a demandé pourquoi il s’était arrêté et avait commencé à tirer debout, au lieu de foncer, [Betser] a répondu que c’était parce qu’il avait repéré un terroriste. Nous nous sommes regardés avec surprise et avons dit que nous n’avions pas vu de terroriste, et certainement pas un qui nous tirait dessus et nous empêchait de charger. Plus tard, il a dit qu’il s’était arrêté parce qu’il avait eu un dysfonctionnement de son arme à feu. Plus tard encore, Muki a dit que c’était parce que son chargeur était vide », a écrit Shlomi Reisman, qui a également édité le livre.

Amir Ofer, qui est de loin le critique le plus sévère de Betser, a également noté les explications changeantes du retard, ajoutant que même s’il avait manqué de munitions, c’était en soi irresponsable : « On ne voit pas comment un officier aussi expérimenté que Muki aurait pu négliger de garder des balles dans son chargeur avant l’étape cruciale de la charge dans la salle des otages, charge qu’il devait mener. En bref, les explications données au sujet de l’arrêt n’ont pas été convaincantes et il reste non résolu », écrit Ofer.

Une photo prise le 14 juin 2016 montre Amir Ofer, l’un des anciens commandos israéliens, s’exprimant lors d’une conférence de presse sur les otages d’Entebbe en Ouganda, avant le 40e anniversaire de l’opération de sauvetage. (Crédit : AFP PHOTO / RONALD KABUUBI)

Pendant ce délai, Netanyahu a ordonné à Betser d’avancer et a lui-même couru en avant. C’est à ce moment-là qu’il a été touché et mortellement blessé, bien que la plupart des participants aient déclaré qu’ils ne s’en étaient pas rendu compte à ce moment-là : « Du coin de l’œil, alors que je courais, j’ai vu Yoni tomber. Je ne savais pas s’il avait trébuché ou s’il avait été touché », a écrit Amos Goren.

Betser a ensuite apparemment dépassé la porte qu’il était censé enfoncer dans le terminal, faisant passer son équipe par l’ouverture suivante, qui avait été désignée pour une autre équipe, ce qui a semé la confusion. Betser a d’abord affirmé qu’il n’y avait pas eu de première porte, puis a déclaré dans son livre qu’il y avait eu une porte, mais qu’elle avait été bloquée, ce qui s’est avéré inexact depuis : il y avait une porte et elle n’était pas bloquée.

« Il était crucial de charger par deux portes simultanément, l’escouade de Muki par la première porte et l’escouade d’Amnon par la seconde, et finalement, nous, l’escouade de Muki, avons manqué notre porte et les deux escouades sont entrées par la seconde porte », a écrit Goren.

Goren, qui a eu une longue carrière au sein de la Sayeret Matkal avant de s’impliquer dans la biotechnologie, a déclaré que cette erreur n’a jamais été abordée dans les débriefings et les enquêtes internes.

Le gilet de combat porté par le lieutenant-colonel Yoni Netanyahu pendant le raid d’Entebbe (Crédit : Mitch Ginsburg/ Times of Israel)

« La question de savoir pourquoi nous n’étions pas entrés par la première porte, ce que nous avions vu, s’il y avait ou non une porte, si elle avait été bloquée (les photos montrent qu’il y avait une porte et qu’elle n’était pas bloquée) n’a jamais été soulevée », écrit-il. Malgré ce contretemps, les commandos sont parvenus à pénétrer dans les halls de l’aérogare et ont tué en quelques minutes les pirates de l’air, ainsi qu’un des otages, un ressortissant français du nom de Jean-Jacques Meimoni, qui avait apparemment mal compris les appels en hébreu des soldats israéliens à se baisser et s’était levé brusquement pendant la fusillade :

« Jean-Jacques Meimoni, qui s’est levé lorsque les opérateurs ont fait irruption dans le hall, a été abattu par erreur par nos soldats. J’ai vu 3 marques de blessure au centre de sa poitrine, » écrit Dr. David Hassin.

Deux autres otages ont été tués dans les échanges de tirs et deux membres de la Sayeret Matkal ont été blessés, l’un par des éclats d’obus dans la jambe et l’autre, Surin Hershko, par une balle dans la colonne vertébrale qui l’a paralysé à vie à partir du cou.

« Nous n’avons diagnostiqué la nature dévastatrice de la blessure qu’à bord de l’avion, en route pour Nairobi, et l’avons traité en conséquence », écrit Hassin.

Crocodiles et capots de voiture

Entebbe Declassified n’est pas seulement un règlement de comptes et des réponses au récit dominant. Il s’agit aussi d’un regard profondément personnel sur les souvenirs des personnes qui ont pris part à l’une des opérations militaires les plus marquantes d’Israël.

Yael Zangen Taterka, cheffe de bureau de Netanyahu et seule voix féminine du livre, se souvient des sentiments doux-amers qui régnaient dans le groupe très uni de la Sayeret Matkal après l’opération : « Le monde se réjouissait. Nous seuls étions tristes et marqués par la perte. Je ne me souviens pas que quelqu’un nous ait réunies, nous, les femmes soldats, pour parler, écouter, traiter nos sentiments. Chacune d’entre nous, fut laissée seule avec son propre bagage. »

Si certains membres de l’unité ont appris la mort de Netanyahu pendant la mission, d’autres ne l’ont appris qu’après, lors du voyage de retour en Israël. Netanyahu était un commandant bien-aimé de l’unité, mais si certains ont été immédiatement stupéfaits par sa mort, d’autres ont réagi différemment.

« Etonnamment, la nouvelle de sa mort n’a pas complètement éteint l’excitation. Les niveaux d’adrénaline étaient trop élevés ; il a fallu du temps pour se calmer. Ce n’est que plus tard que l’on a fait de la place pour le fait que Yoni n’était plus là », a écrit M. Kolman.

Le livre est également truffé d’anecdotes et de détails peu connus, tels que le plan susmentionné d’approcher Entebbe depuis le lac Victoria, qui a été abandonné après qu’ils se sont rendus compte qu’il était rempli de crocodiles, ainsi que le fait que les préparatifs de l’opération étaient « plutôt amateurs », comme l’a décrit Tamir Pardo.

« J’admets que pendant la phase de préparation, je n’ai jamais cru que l’opération serait exécutée : la distance qui nous sépare d’Israël, le statut de pays hostile de l’Ouganda, le manque de familiarité avec le théâtre des opérations et la compréhension du fait que le succès reposait sur la préservation de l’élément de surprise jusqu’au moment où la force a fait irruption dans la salle des otages – tout cela me semblait inconciliable et pourtant fascinant, un bon feu d’artifice pour l’imagination », écrit Pardo.

Le député de l’Union sioniste Omer Bar-Lev tint une conférence de presse à la Knesset le 30 novembre 2015. (Crédit : Miriam Alster/Flash90)

Omer Bar-Lev, aujourd’hui ministre de la Sécurité publique d’Israël, qui était alors chef d’équipe de Sayeret Matkal, a écrit dans le livre qu’il a failli faire annuler l’opération mais qu’il a été arrêté par des problèmes de voiture.

Après une réunion avec d’autres officiers de l’unité, au cours de laquelle ils se sont plaints de leur niveau de préparation douteux, Bar-Lev, fils de l’ancien chef d’état-major de Tsahal et ministre du Commerce de l’époque, Haim Bar-Lev, a été amené à penser qu’il devait faire quelque chose pour éviter une catastrophe potentielle.

« Je sentais que les officiers autour de la table faisaient pression sur moi pour que j’informe mon père qu’il y avait un écart énorme entre le niveau de préparation qui avait probablement été présenté au gouvernement et la réalité », écrit-il.

Bar-Lev a donc pris un véhicule et est allé parler à son père.

« Alors que je roulais, juste après la jonction Sirkin, le capot du pick-up s’est ouvert, recouvrant tout le pare-brise et bloquant mon champ de vision. Je me suis immédiatement arrêté, j’ai refermé le capot, j’ai redémarré la voiture, j’ai fait demi-tour et je suis retourné à la base. Plus d’une fois, je me suis demandé ce qui se serait passé si le capot ne s’était pas soudainement ouvert. Qu’aurais-je dit à papa ? Qu’aurait il fait ? »

Chaque fois, j’en suis arrivé à la même conclusion : il aurait écouté, posé des questions et, peut-être, essayé de me rassurer en me disant que la situation n’était pas si grave… Il aurait sans aucun doute pris une profonde inspiration, se serait mordu les lèvres, aurait enfoui l’information au plus profond de lui et aurait croisé les doigts jusqu’à mon retour… »

Cet article contient des liens affiliés. Si vous utilisez ces liens pour acheter quelque chose, le Times of Israel peut recevoir une commission sans frais supplémentaires pour vous.

read more:
comments