Rechercher
Orly Carmon, PDG d'Orca Global Leadership and Networking, dans son bureau de Toronto en juin 2018. (Photo par Ben Katan)
Orly Carmon, PDG d'Orca Global Leadership and Networking, dans son bureau de Toronto en juin 2018. (Photo par Ben Katan)

Orca, ce réseau d’affaires qui unit les Israéliennes dans le monde entier

La compagnie de networking de l’ex-religieuse Orly Carmon permet à plus de 31 000 professionnelles israéliennes de partager des ressources et de créer des liens durables

TORONTO, Canada – Quand elle était une jeune fille dans une famille ultra-orthodoxe de Jérusalem au début des années 1970, Orly Carmon n’aurait jamais pu imaginer la réalité laïque qu’elle vivrait un demi-siècle plus tard, à l’autre bout du monde. Si elle a laissé loin derrière elle son éducation profondément religieuse en Israël, elle est aujourd’hui plus impliquée que jamais auprès des Israéliens, bien qu’à distance, principalement via Zoom, WhatsApp et Facebook.

Depuis 2016, Carmon, qui vit à Toronto, s’est lancée dans une mission de création d’un réseau international afin de mettre en relation les professionnelles israéliennes entre elles, où qu’elles soient dans le monde. En tant que fondatrice et directrice de son entreprise, Orca Global Leadership and Networking, elle a attiré plus de 31 000 femmes israéliennes à rejoindre le groupe Facebook privé de l’organisation.

Pour adhérer, il faut parler hébreu, être Israélienne, travailler dans le monde des affaires, être cadre ou avoir une carrière professionnelle. La plupart des membres sont Juives, mais une petite minorité sont chrétiennes ou musulmanes. Si la plupart des membres se trouvent en Israël, environ un tiers sont à l’étranger, dans une cinquantaine de pays. Outre le groupe Facebook, il existe trois clubs premium dont le prix varie de 249 à 995 dollars par an.

Depuis le début de la pandémie, au cours de laquelle toutes les activités se sont déroulées en ligne, le nombre de membres généraux a presque triplé, et plus de 2 000 membres ont payé pour des services d’Orca – notamment des adhésions à des clubs, des cours, des voyages de groupe et des conférences – depuis sa création.

« La mission d’Orca est de mettre en relation les femmes d’affaires et les professionnelles israéliennes et de les aider à se sentir mieux dans leur peau », a déclaré Mme Carmon au Times of Israel lors d’une récente interview chez elle à Thornhill, une banlieue de Toronto abritant un grand nombre d’expatriés israéliens. « Nous ne sommes pas vraiment un groupe de soutien, mais nous nous aidons mutuellement à devenir une meilleure version de nous-mêmes, en affaires, professionnellement, dans la vie, en tout. Nous ne parlons pas tant de la façon dont la vie est incroyable que de la manière de surmonter les défis, pour laquelle nous donnons à nos membres les outils nécessaires. »

Dans l’interview, Mme Carmon apparaît comme chaleureuse et effervescente, et elle encourage vivement les membres à établir des contacts, à assurer un suivi direct entre eux et à nouer des relations indépendamment d’Orca.

« Je ne peux pas vous dire combien de fois des femmes m’ont dit qu’elles étaient devenues de bonnes amies ou qu’elles avaient développé une relation d’affaires avec quelqu’un, même dans la même ville, qu’elles ont rencontré grâce à Orca », explique Carmon. « C’est ce qui me rend heureuse. À bien des égards, je crois que mettre les gens en relation comme cela est ma mission dans la vie. »

Orca propose également des cours axés sur le développement personnel et professionnel. Avant la pandémie, il y avait aussi des voyages de groupe organisés au Costa Rica, au Maroc, au Vietnam et en Grèce, qui combinaient visites touristiques, construction de réseau et ateliers éducatifs. Les voyages et les conférences régulières en personne à New York, Toronto et Tel Aviv devraient reprendre lorsque la crise sanitaire mondiale se sera suffisamment apaisée pour que l’on puisse considérer qu’il n’y a pas de danger.

La passion de connecter les gens

Incurablement passionnée par Orca, Mme Carmon y consacre la majeure partie de son temps, six ou sept jours par semaine. La plupart du temps, elle est sur Zoom et WhatsApp, ou alors elle rédige d’innombrables e-mails – quand elle n’est pas occupée à planifier les événements à venir. Bien qu’elle soit l’une des deux seules employées à temps plein d’Orca, Mme Carmon affirme qu’elle ne considère pas son travail comme un emploi et qu’elle aime avoir un contact direct avec le plus grand nombre possible de membres individuels.

Orca compte également huit bénévoles dévoués, répartis dans le monde entier, qui participent à diverses tâches en échange d’avantages.

Orly Carmon, au micro, lors d’une conférence d’Orca à Tel Aviv, en 2019. (Crédit : Miri Gattenyo)

L’entreprise a pour principal objectif d’aider les femmes israéliennes à mener une vie professionnelle plus réussie et plus épanouie. À cette fin, elle invite régulièrement des conférenciers à s’exprimer – parmi eux, l’ancienne athlète olympique Neta Rivkin, l’experte en leadership et en psychologie positive Tal Ben-Shahar et l’actrice Moran Atias.

Globalement, environ deux tiers des programmes portent sur des sujets liés au travail, tandis que l’autre tiers se concentre sur des questions personnelles, notamment les relations, les mariages, l’intimité et la santé.

Mon objectif est de dire aux femmes israéliennes du monde entier : « Vous n’êtes pas seules », déclare Mme Carmon, 52 ans, mariée à un Israélien avec lequel elle a un fils aujourd’hui âgé de 12 ans, et une fille qui a 10 ans. « Je veux que chaque femme, lorsqu’elle arrive dans un autre pays et une nouvelle ville, se sente chez elle. Je veux qu’elle ressente un sentiment d’appartenance, car je pense que c’est un besoin fondamental de chaque personne. Orca donne aux femmes, où qu’elles soient, un sentiment d’appartenance à une communauté, le sentiment qu’elles ne sont pas seules, un endroit où elles peuvent parler, partager et apprendre. Et aux femmes d’Israël, je dis qu’elles peuvent faire des affaires avec le monde entier. »

Des participants à un voyage organisé par Orca Journeys au Costa Rica en novembre 2019. (Autorisation)

Le Dr. Tamara Tilleman, une scientifique et chirurgienne originaire de Tel Aviv qui a quitté Israël il y a 17 ans et partage maintenant son temps entre Boston et la Chine, a découvert Orca il y a cinq ans, peu après le lancement de la page Facebook.

« J’ai aimé lire les messages et les réponses et j’ai senti qu’il y avait une atmosphère différente, de soutien et de respect, chez Orca », dit Tilleman, qui a payé pour rejoindre son club d’affaires et a suivi cinq des cours de Carmon, dont un sur le développement commercial.

« Il existe de nombreux groupes Facebook, de nombreuses organisations et de nombreux clubs d’affaires. Il est difficile de décider où l’on souhaite passer son temps et collaborer avec les autres. Je suis tombée amoureuse du concept d’Orca parce qu’il n’existe pas de centre équivalent pour les femmes israéliennes dans le monde, tant sur le plan professionnel que personnel », a-t-elle déclaré.

Mme Tilleman affirme que les amies et les relations professionnelles qu’elle a tissées grâce à Orca se sont révélées inestimables lors des confinements dûs au COVID aux États-Unis et en Chine, où elle est restée en contact permanent avec elles en ligne.

« Je peux dire que ma vie au cours des deux dernières années a été plus heureuse grâce aux femmes que j’ai rencontrées à Orca », a déclaré Mme Tilleman.

Un voyage détourné

Le parcours de Mme Carmon jusqu’à Orca a été sinueux, à commencer par son enfance.

Orly Carmon, PDG d’Orca Global Leadership and Networking en avril 2016. (Crédit : Ben Katan)

Lorsqu’elle avait cinq ans, après le divorce de ses parents, sa mère a emmené Carmon et ses trois jeunes frères et sœurs de Jérusalem pour vivre à Beer Sheva, où son grand-père était le grand rabbin. Deux ans plus tard, ils ont dû à nouveau déménager, car sa mère – alors directrice d’une école gérée par l’organisation Youth Aliyah, qui aide les nouveaux arrivants en Israël et les jeunes à risque – a été affectée à Tel Aviv. Un an plus tard, ils partaient à Netivot, puis à Netanya. Lorsqu’elle avait 10 ans, ils sont retournés à Jérusalem où elle a vécu jusqu’à l’âge de 15 ans. C’est alors que sa mère l’a envoyée dans une école religieuse internationale pour filles en Suisse pendant deux ans.

Carmon a abandonné son style de vie ultra-orthodoxe à 22 ans, alors qu’elle étudiait à l’Université hébraïque de Jérusalem.

« C’était un processus très lent », dit Carmon, dont le père est un rabbin éminent de la Yeshiva University de New York et dirige un tribunal rabbinique dans le Queens, où il est un leader de la communauté séfarade locale. « Ce n’est pas comme si je m’étais réveillée un jour en décidant que je n’étais pas connectée à Dieu. Cela n’avait rien à voir avec Dieu ou la foi. Je crois toujours en Dieu, mais je pense qu’il va au-delà d’une question comme la non-utilisation de l’électricité le jour du Shabbat. À mon avis, il ne se soucie pas de ce genre de choses. Bien que je respecte les personnes qui pratiquent la religion, je vois les choses différemment. »

La mère de Carmon, aujourd’hui décédée, n’était pas d’accord avec sa décision, mais l’a acceptée.

« Ma mère était une personne assez tolérante », dit Carmon. « Quand elle a vu que j’avais décidé de quitter le mode de vie haredi [ultra-orthodoxe], elle m’a dit que c’était à moi de vivre, mais elle espérait que je me souviendrais des valeurs dans lesquelles j’avais été élevée. Je me souviens encore de toutes ces valeurs et je les applique dans d’autres dimensions de ma vie, comme Orca. La principale d’entre elles est de toujours penser aux autres, de se demander comment on peut aider les autres, quels que soient leurs besoins. »

Carmon espérait étudier le droit, mais ses notes n’étaient pas assez élevées. Elle s’est donc spécialisée dans les relations internationales à l’université hébraïque, où elle a obtenu une licence et une maîtrise.

Après avoir obtenu son diplôme, Carmon a travaillé dans le secteur de la vente chez Cellcom, l’une des plus grandes entreprises de télécommunications d’Israël. Pour réaliser son rêve de devenir avocate, elle a passé trois ans au Centre interdisciplinaire de Herzliya (aujourd’hui l’université Reichman) pour obtenir un diplôme de droit. Elle a fait un stage dans un tribunal, aspirant à devenir juge, fortement influencée par son grand-père.

Enfant, Carmon accompagnait souvent son grand-père dans son travail de juge dans un tribunal religieux, s’émerveillant de ses verdicts. Des années plus tard, pendant son stage d’avocat, elle a été désillusionnée en observant le processus de négociation de plaidoyers.

« J’ai vu qu’être juge n’était pas nécessairement une question de justice », dit Mme Carmon. « Il s’agit de la loi et il y a une différence entre la justice et la loi. »

Orly Carmon avec son mari Barak, son fils Ethan et sa fille Abigail à Tel Aviv, en 2019. (Autorisation)

Fin 2006, elle et son mari ont déménagé au Canada après qu’il s’est vu offrir un poste par une société d’investissement de Toronto. Carmon a étudié pour devenir coach de vie et a commencé à travailler avec des clients de retour en Israël via Skype. Lors de ses fréquentes visites dans le pays, elle a également organisé des ateliers en personne pour les employés de grandes entreprises. Aujourd’hui, sur Zoom, elle continue de coacher plusieurs clients israéliens qu’elle a gardés toutes ces années.

En 2014, après un voyage à Londres au cours duquel elle a rencontré la communauté israélienne expatriée sur place, Carmon a décidé qu’elle voulait développer trois initiatives pour la grande communauté israélo-canadienne de Toronto – une conférence pour les femmes, un club d’affaires et des week-ends d’escapade pour les familles israéliennes. Ce faisant, elle a créé un groupe Facebook composé principalement de femmes expatriées israéliennes locales.

Orly Carmon, au centre, avec un groupe Orca lors d’un événement à New York avec le conférencier Tony Robbins, en novembre 2018. (Autorisation)

Puis, en 2016, elle a converti ce groupe Facebook en une communauté mondiale. Son premier événement principal a été une conférence de deux jours sur l’autonomisation des femmes à Toronto en novembre 2016. De nombreuses Israéliennes (principalement des expatriées) ont voyagé de loin pour assister à l’évènement.

« Je réalise maintenant que c’était le tournant », dit Carmon. « Le succès de cette conférence m’a inspiré pour faire avancer mon idée d’Orca. C’est à ce moment-là qu’elle a commencé à prendre forme. Je me souviens qu’à la fin de la conférence, je me suis dit : ‘Wow, il y avait de la magie dans le fait de réunir toutes ces femmes.’ Je voulais bâtir sur cette base. »

Orly Carmon, à droite, dans une interview télévisée avec l’animatrice Gila Yefet en mars 2015. (Autorisation)

Un œil sur l’avenir

Les projets d’avenir d’Orly Carmon pour Orca comprennent l’augmentation du nombre de membres, l’achèvement d’un nouveau site Web, le lancement d’un magazine pour les femmes israéliennes et l’ouverture aux locuteurs non hébréophones avec des forums d’affaires et exécutifs. Mme Carmon indique qu’il est prévu d’étendre l’adhésion à Orca aux femmes non israéliennes, probablement en 2023.

Elle souhaite également créer des chapitres locaux d’Orca dans les villes d’Amérique du Nord et d’Europe comptant d’importantes communautés d’expatriés israéliens. Ensuite, elle souhaite que les femmes israéliennes ouvrent et dirigent des groupes locaux de création de réseaux pour les hommes et les femmes d’affaires.

« Si beaucoup de gens savent qu’Israël est la startup nation, ils ne savent pas qu’Israël est aussi une nation de constructeurs de réseaux », déclare Mme Carmon. « C’est dans notre sang. Notre façon d’entrer en contact avec les gens est si facile. Nous sommes très ouverts, ce que certains appellent ‘chutzpah’, car nous sommes parfois trop ouverts et directs. Mais les Israéliens ont quelque chose qui nous permet d’établir facilement des réseaux. Nous sommes très créatifs et nous ne sommes pas faux. Si vous combinez cette créativité avec notre façon de voir les choses, notre façon de nous connecter et nos compétences en matière de réseau, il n’y a pas de limite à ce que nous pouvons accomplir. »

read more:
comments