Pas de risque, pas de récompense, affirme l’intrépide astronaute Jessica Meir
Rechercher

Pas de risque, pas de récompense, affirme l’intrépide astronaute Jessica Meir

L'amour de la biologie et des milieux extrêmes a permis à la quadragénaire d'atteindre la dernière étape et de travailler au sein de la Station spatiale internationale

L'astronaute Jessica Meir (James Blair/NASA)
L'astronaute Jessica Meir (James Blair/NASA)

Il n’est pas surprenant qu’après avoir plongé profondément sous les glaces de l’Antarctique et gravi certains des plus hauts sommets du monde, Jessica Meir a décidé d’atteindre la destination extrême ultime : l’espace extra-atmosphérique.

Biologiste qui a fait des recherches sur la physiologie des animaux dans des environnements extrêmes, Jessica Meir, 40 ans, est désormais astronaute en formation à la NASA pour une mission de la Station spatiale internationale (SSI).

Meir est l’une des huit membres de la classe des astronautes de l’Agence spatiale américaine de 2013, et espère rejoindre les rangs des 46 femmes américaines et des 12 Juifs américains qui sont déjà en orbite.

Meir s’est entraînée aux États-Unis et en Russie pour devenir membre d’équipage de réserve d’un astronaute italien dont le lancement est prévu l’an prochain dans un vaisseau spatial russe Soyouz, pour une mission d’une durée de 4 à 6 mois à bord de la SSI. Il y a trois sièges sur le Soyouz, et Meir s’entraîne à occuper le siège gauche, qui est celui du copilote.

Elle attend toujours de savoir quand elle sera affectée à sa propre mission.

Jessica Meir s’entraîne en combinaison spatiale au Johnson Space Center à Houston, Texas. (Bill Stafford/NASA)

« Malheureusement, nous sommes dans une période indéterminée où nous avons cette période de transition où nous ne pouvons procéder au lancement qu’avec les Russes du Khazakstan, puisque la navette spatiale (Space Shuttle) a pris sa retraite en 2011. Nous attendons que SpaceX et Boeing construisent de nouveaux vaisseaux que nous pourrons lancer depuis la Floride. Les affectations sont donc en constante évolution », a expliqué Meir.

« Il n’y a aucun doute que j’irai dans l’espace. Ce n’est qu’une question de temps », dit-elle confiante.

Jessica Meir, toute jeune fille, dans sa ville natale de Caribou, dans le Maine. (Avec l’aimable autorisation de Jessica Meir)

Meir (prononcer Meer), qui est célibataire, a toujours voulu être astronaute. Son premier souvenir précis de cette ambition remonte à la première année du primaire, lorsque l’enseignante a demandé à sa classe de dessiner ce qu’ils voulaient être quand ils seraient grands. Meir a dessiné l’image d’un astronaute en combinaison spatiale sur la surface de la lune.

Fille de parents d’immigrés (sa mère est suédoise et son défunt père était médecin irakien et israélien), Meir ne connaissait personne qui travaillait pour la NASA ou pour le programme spatial. Elle attribue son rêve de participer personnellement à l’exploration spatiale à l’amour de la nature qu’elle a appris de sa mère et à la prédilection de son père pour les voyages et l’aventure.

« Et cela pourrait avoir un rapport avec le fait que les étoiles brillaient si intensément dans la campagne du Maine », a ajouté Meir.

Meir a participé à un camp spatial dans sa jeunesse et a volé dans le célèbre simulateur de gravité zéro de la NASA « Vomit Comet » alors qu’elle était étudiante de premier cycle à l’Université Brown. Plus tard, elle a travaillé pour le Centre de recherche humaine de Lockheed Martin au Johnson Space Center de la NASA, soutenant la recherche en physiologie humaine à bord de la navette spatiale et de la SSI.

Elle a également participé à des vols de recherche sur les avions à gravité réduite de la NASA et a servi comme membre d’équipage d’océanautes dans l’habitat sous-marin Aquarius pour la 4e mission de la NASA Extreme Environment Mission Operations (NEEMO), avant de terminer son doctorat en biologie marine (physiologie de la plongée) de la Scripps Institution of Oceanography (University of California San Diego).

Meir a récemment pris du temps sur son programme d’entraînement intensif au Johnson Space Center à Houston, Texas, pour parler avec le Times of Israel des conditions nécessaires pour devenir une astronaute accomplie, comment elle gère les risques et ce que c’était que de grandir en tant que la plus jeune de cinq enfants dans la seule famille juive d’une petite ville de la Nouvelle-Angleterre.

Comment votre famille s’est-elle retrouvée à Caribou, dans le Maine ?

Mon père est né en 1925 à Bagdad dans une famille de neuf enfants.

En 1931, toute la famille est partie quand il y a eu une recrudescence de l’antisémitisme et s’est installée en Palestine. Mon père était à l’école de médecine de l’Université américaine de Beyrouth au moment de la guerre d’indépendance. Il est revenu en Israël et a été l’un des premiers à se porter volontaire dans l’armée, conduisant une ambulance pendant la guerre. Après cela, il est allé à Genève pour terminer ses études de médecine.

Il a rencontré ma mère, qui était infirmière, en Suède, et ils ont déménagé aux États-Unis où mon père a été interne à John Hopkins. Un ami de mon père lui a parlé d’une possibilité d’emploi à Caribou, dans le Maine, et c’est ainsi que nous y sommes arrivés.

Ma mère ne s’est pas convertie officiellement, mais nous nous considérions comme une famille juive. Nous ne sommes pas trop religieux, mais nous célébrons les grandes fêtes. Il n’y avait pas de synagogue à Caribou, alors nous sommes allés à celle qui se trouvait à 11 km à Presque Isle, où j’ai fait ma bat mitzvah.

L’astronaute de la NASA Jessica Meir coupe le ruban lors d’un événement à Haïfa, à l’été 2016. (Avec l’aimable autorisation de Jessica Meir)

Avez-vous maintenu des liens avec la famille de votre père en Israël ?

La plupart de ma famille du côté de mon père sont toujours en Israël. Ils prononcent notre nom de famille à la manière hébraïque – comme Golda Meir.

Je ne les ai pas beaucoup vus quand j’étais enfant. Mon père disait toujours qu’on irait quand il y aurait la paix. Je l’ai encouragé à le faire avant cela. J’y suis allé une fois quand j’étais au lycée avec mes parents et mon frère.

Je n’y suis pas retourné jusqu’à l’été 2016, alors que je travaillais comme astronaute. J’ai donné une conférence à Haïfa lors de la session d’été de l’Université internationale de l’espace. C’était un superbe voyage et c’était merveilleux d’être de retour et de pouvoir rendre visite à la famille.

En quoi consistait votre formation initiale d’astronaute ?

Nous avons suivi la formation des candidats astronautes pendant nos deux premières années. Vous acquérez des compétences dans cinq domaines : Formation au vol ; comment utiliser la combinaison spatiale (formation dans la grande piscine) ; apprendre à utiliser le bras robotisé qui se trouve à bord de la SSI ; apprendre tous les différents systèmes de la station spatiale (électriques, thermiques, de survie, etc.) ; et formation en russe, car tout le monde à bord de la SSI doit parler à la fois anglais et russe.

Après l’obtention du diplôme, nous avons entretenu nos acquis et suivi d’autres types de formation, comme les activités de leadership, la formation à la survie et la formation de type analogique comme une mission de spéléologie en Sardaigne.

Aujourd’hui, je suis de nouveau en formation à temps plein pour être la suppléante de la mission de la SSI l’année prochaine.

L’astronaute Jessica Meir travaillant en tant que responsable des communications de capsule à la NASA. (Avec l’aimable autorisation de Jessica Meir)

Les astronautes ont-ils d’autres emplois au Centre spatial de Houston ?

Oui. L’une des choses que j’ai beaucoup fait après avoir terminé ma formation d’astronaute était le contrôle de mission en tant que responsable des communications de capsule – la voix unique qui canalise toutes les communications par l’intermédiaire du centre de contrôle de mission.

J’ai fait ça pour certaines de nos sorties dans l’espace. C’était la chose la plus intéressante et la plus dynamique – guider les astronautes depuis la terre dans leur sortie dans l’espace.

Vous étiez parmi les huit qui ont été sélectionnés parmi plus de 6 300 candidats pour votre classe d’astronaute. Selon vous, qu’est-ce qui a fait de vous une candidate si exceptionnelle ?

Je pense que l’une des grandes différences aujourd’hui, c’est que la NASA ne sélectionne des gens que pour des missions de longue durée. Avec les vols de la navette, il s’agissait d’une mission de deux semaines dans l’espace. Maintenant qu’il s’agit de six mois ou plus, il y a différents facteurs qui sont encore plus importants pour la sélection.

En plus d’être issu d’une formation STEM, il est important pour quelqu’un non seulement de se démarquer ou d’être un leader, quelle que soit son expertise, mais aussi d’être assez complet. Nous devons être des opérateurs sur place, et nous devons être capables de faire face à un ensemble de tâches diverses.

Un pilote militaire vient évidemment d’un milieu très opérationnel, mais si vous regardez n’importe quel scientifique, il se peut qu’il ait ou non cette aptitude opérationnelle. Ils peuvent être très bons en laboratoire ou sur le terrain, mais ils n’ont peut-être pas les compétences nécessaires pour être en mesure d’opérer dans un environnement extrême ou de réparer des choses à la volée.

J’avais ces compétences issues de la recherche active sur le terrain que j’ai faite dans des environnements extrêmes, ma plongée sous-marine sous la glace de l’Antarctique et ma licence de pilote privé.

L’autre aspect important aujourd’hui est la personnalité et la psychologie. Vous êtes peut-être bon dans ce que vous faites, mais si vous n’êtes pas une personne agréable et bonne, vous ne serez pas sélectionnée. Etre un bon joueur d’équipe, avoir de bonnes compétences en termes de leadership et de suivi, savoir prendre soin de soi et des autres, sont des compétences qui sont mises en valeur pour ces missions de longue durée.

Selfie de Jessica Meir pendant l’entraînement au vol de la NASA. (Avec l’aimable autorisation de Jessica Meir)

Vous semblez être intrépide. Vous inquiétez-vous des risques inhérents aux voyages dans l’espace ?

Nous faisons un tel travail ici à l’entraînement. Les gens des centres de la NASA travaillent si dur pour nous préparer. La formation et les protocoles de sécurité sont toujours primordiaux. Ils mettent tellement l’accent sur la nécessité de s’assurer que nous sommes pleinement formés et soutenus.

Les situations d’urgence sont multipliées et intensifiées à tel point que les interventions deviennent automatiques. Vous pouvez compter sur cette formation pour ne pas devenir émotif.

Oui, vous faites des choses que vous n’avez jamais faites auparavant, mais ils savent comment vous les présenter de façon progressive.

Ce qui m’a procuré le plus de bonheur et de satisfaction, c’est quand j’affronte les défis psychologiques et physiques en même temps. J’ai toujours été comme ça. Je suis sûr que ma mère serait d’accord, car elle m’a vu faire des choses comme le parachutisme et la plongée sous la glace tout au long de ma vie. Mais je ne les considère pas comme étant risqués.

Il s’agit davantage d’un risque contrôlé. Le fait d’être bien formé et de suivre les mesures de sécurité fait partie du plaisir. Je vis vraiment selon la philosophie selon laquelle, sans risque, il n’y a pas de récompense.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...