Israël en guerre - Jour 229

Rechercher
Bruce Brill examinant de l'orge, à Jérusalem, en Israël, le 22 mars 2023. (Crédit : Canaan Lidor)
Bruce Brill examinant de l'orge, à Jérusalem, en Israël, le 22 mars 2023. (Crédit : Canaan Lidor)

Pourquoi le Pessah des Karaïtes est-il différent ?

Courant ancien du judaïsme, dont les membres se méfient de l’autorité rabbinique, le karaïsme gagne en popularité parmi les Israéliens méfiants

À l’extérieur des murs de Jérusalem, Bruce Brill examine soigneusement un épi d’orge. Il enlève méticuleusement trois rangées de pailles pour révéler une graine naissante, dont le contenu est encore blanc et gélatineux. Brill secoue la tête en signe de déception.

L’intérêt de Brill n’est ni botanique ni agricole : il accomplit un ancien rite religieux qui a lieu chaque année à la fin du mois hébraïque d’Adar. Cette pratique, autrefois courante pour confirmer l’arrivée du printemps et de Pessah, n’est aujourd’hui observée que par les Karaïtes*, membres d’un courant minuscule mais ancien du judaïsme qui ne reconnaît ni l’autorité ni le calendrier du judaïsme rabbinique.

Le calendrier hébraïque, introduit en 359, est censé indiquer aux Juifs quand célébrer Pessah, ce qui rendrait inutile l’inspection de l’orge par Brill. Mais les Karaïtes rejettent ce calendrier, qu’ils considèrent comme imparfait et qui conduit à des déviations par rapport aux commandements de la Torah.

Plus qu’une simple question de calendrier, l’inspection de l’orge pour les Karaïtes incarne l’indépendance de ce courant et de sa méfiance à l’égard des règles et de l’enseignement du judaïsme rabbinique. Cette rébellion a tenu le karaïsme à l’écart du judaïsme rabbinique pendant des siècles. Mais alors que de nombreux Juifs israéliens se détachent du Grand-Rabbinat, le karaïsme connaît depuis peu une cure de jouvence – et la promesse d’une continuité.

La méfiance calendaire qui se manifeste dans l’inspection de l’orge n’est qu’une des nombreuses divergences du judaïsme karaïte – ou scripturaliste – par rapport aux normes rabbiniques. Les Karaïtes – dont le nombre est estimé à 50 000 dans le monde, la plupart vivant en Israël – ont des offices et des contrats de mariage égalitaires. Ils suivent une définition patrilinéaire de ce qu’est un Juif et se prosternent comme les musulmans lors de la prière. De nombreux Karaïtes pratiquants ne portent pas de kippot, ne séparent pas les produits laitiers de la viande et certains ne célèbrent pas Hanoukka.

À l’occasion de Pessah, de nombreux Karaïtes boivent de la bière, ce qui est interdit par le judaïsme orthodoxe qui interprète la fermentation de l’orge comme l’équivalent d’un pain levé, que la Torah interdit lors de cette fête. Sur ce point comme sur d’autres, les Karaïtes s’en tiennent à la lettre de la Torah, qui ne dit rien sur la consommation de bière. Ils mangent également des pâtes, arguant qu’elles sont autant azymes que la matza.

Des femmes assistant à une prière égalitaire à la synagogue karaïte de Ramle, en Israël, le 23 septembre 2018. (Crédit : Judaïsme karaïte universel)

Ces concessions potentiellement attrayantes pourraient faire de l’observation de Pessah un jeu d’enfant, mais c’est le calendrier qui a conduit Brill, un ancien analyste du renseignement pour l’Agence nationale de la sécurité (NSA) américains, âgé de 75 ans et né à New York, à s’intéresser au karaïsme.

« Il y a une vingtaine d’années, j’ai appris que le calendrier hébraïque – que nous utilisons tous – était décalé », a expliqué Brill, père de cinq enfants, qui vit à Nokdim, près de Jérusalem. « Cela m’a amené à réfléchir à d’autres questions qui ne tiennent pas la route dans la façon dont le judaïsme est pratiqué aujourd’hui. »

Brill, qui a immigré en Israël en 1974, a observé des divergences occasionnelles entre la date du calendrier hébraïque et la phase de la lune, sur laquelle ce calendrier est basé. Selon les astronomes, cette dérive du calendrier hébraïque a fait avancer le calendrier d’environ deux semaines au cours des 1 664 dernières années.

Il s’agit d’une déviation mineure compte tenu de la complexité de la tâche du calendrier hébraïque : aligner l’année solaire (365 jours) sur l’année lunaire (348 jours). Mais à l’occasion de Pessah, ce décalage de deux semaines est crucial pour certains Karaïtes, qui estiment qu’il peut rendre la cérémonie non casher.

En effet, la Torah stipule que seule de l’orge mûre peut être servie en guise d’offrande – le sacrifice de grains que les kohanim, les prêtres juifs, offraient à Dieu à l’occasion de Pessah au Temple de Jérusalem. Tant que l’orge n’est pas mûre, les Karaïtes ne célèbrent pas Pessah, cette fête d’une semaine qui commence par un seder le 15 Nissan (cette année, il tombe le 5 avril au soir).

Brill a fini par trouver de l’orge mûre le mois dernier à Sderot. Il a informé un grand groupe WhatsApp karaïte de sa découverte, en joignant des photos comme preuve, ce qui a permis à des centaines de familles karaïtes d’observer la fête à peu près comme le reste du peuple juif : le Pessah karaïte commence cette année le 6 avril.

Le retard n’est pas dû à des problèmes d’orge, mais à la façon dont les Karaïtes se basent sur les observations du premier jour du mois du calendrier hébraïque, lorsque le croissant de lune fait sa première apparition. En cas de divergence entre le calendrier et la première observation, ils ne tiennent pas compte de la première et considèrent l’observation comme le véritable début du mois, datant en conséquence tous les jours de fête de ce mois.

Cela fait partie de la volonté de « rester aussi proche que possible de la source du judaïsme », a déclaré Brill.

Des hommes karaïtes priant à la synagogue karaïte de Beer Sheva, en 2017. (Crédit : Judaïsme karaïte universel)

À une époque où de nombreux Israéliens considèrent le Grand-Rabbinat, l’autorité suprême du judaïsme orthodoxe en Israël, comme corrompu et déconnecté de la population laïque, « le judaïsme karaïte attire de nouveaux adeptes », ont déclaré les dirigeants de deux communautés karaïtes au Times of Israel.

Melekh ben Yaaqov, 54 ans, a découvert le karaïsme il y a environ 20 ans, après avoir quitté le mode de vie juif orthodoxe dans lequel il avait été élevé à New York. Après avoir immigré en Israël en 1993, il a tenté de reprendre ce mode de vie en tant qu’étudiant en yeshiva à Jérusalem, mais il s’est finalement tourné vers le karaïsme.

« Je ne savais pas ce qu’était la Torah, mais je savais que ce que j’étudiais à la yeshiva n’en était pas une », a déclaré Ben Yaaqov, qui dirige aujourd’hui une organisation appelée World Alliance of Qara’im (Alliance mondiale des Karaïtes).

La création de cette organisation, qui compte des centaines de membres, fait partie d’un nouveau chapitre de la longue histoire des Karaïtes, qui existent en tant que communauté depuis 1 200 ans.

« Nous sommes ce que l’on pourrait appeler des néo-Karaïtes », a déclaré Ben Yaaqov à propos de son organisation et de sa communauté, qui se compose principalement de Juifs qui n’ont pas été élevés dans la philosophie karaïte, mais qui l’ont découverte avec le temps.

Israël compte également une importante communauté de Karaïtes traditionnels, dont la plupart descendent de Juifs qui ont immigré en Israël dans les années 1950 en provenance d’Égypte, pays qui possédait une ancienne communauté juive et qui a été le centre du judaïsme karaïte pendant des siècles.

Des hommes inaugurant un nouveau rouleau de la Torah, à la synagogue karaïte de Ramle, en Israël, en 2013. (Crédit : Judaïsme karaïte universel)

Les néo-Karaïtes étudient parfois avec les Karaïtes égyptiens, mais les communautés se mélangent rarement, selon ben Yaaqov. Les Karaïtes égyptiens ont leur propre groupe de coordination, le Judaïsme karaïte universel, qui est basé à Ramle, près de Tel-Aviv.

Eliyahu Eltahan, le chef de ce groupe, décrit le judaïsme karaïte comme « fonctionnant sur des voies parallèles » au judaïsme rabbinique. « Nous avons nos propres rabbins et grands rabbins, nos boucheries casher, nos tribunaux rabbiniques, nos synagogues, nos cours de conversion. Nous avons même nos propres mohalim », dit-il fièrement, en utilisant le mot en hébreu pour désigner les personnes qui pratiquent la circoncision.

Les Karaïtes égyptiens, qui comptent 12 communautés en Israël, notamment à Jérusalem, Beer Sheva et Ofakim, ont été plus insulaires que les néo-Karaïtes, selon Oshra Gezer, une Karaïte égyptienne de 48 ans.

« Il n’était pas possible de devenir karaïte quand j’étais jeune », a dit Gezer, qui a une fille. « Mais aujourd’hui, nos rabbins célèbrent des mariages mixtes, entre des Karaïtes et des non-Karaïtes, qui rejoignent ensuite nos rangs. Cette dynamique et l’avènement du néo-karaïsme sont des évolutions récentes qui nous font évoluer », a-t-elle ajouté.

Des hommes et des femmes priant de part et d’autre de la cloison de la synagogue karaïte de Ramle, en Israël, lors d’un office en 2013. (Crédit : Judaïsme karaïte universel)

En tant que femme, Gezer se sent « privilégiée » d’être karaïte. « Les contrats de mariage karaïtes sont égalitaires ; ni les hommes ni les femmes ne peuvent refuser le divorce. Le statut de la femme est égal à celui de l’homme », a-t-elle noté. Gezer avait l’habitude de considérer tout cela comme allant de soi. « Mais nous avons fini par se rendre compte de la chance que nous avons, ma fille et moi », a-t-elle ajouté.

Gezer fait partie d’une équipe de trois femmes nouvellement créée au sein du Judaïsme karaïte universel et chargée de renforcer le statut des femmes dans cette communauté. « Nous mettons en avant l’égalitarisme comme alternative à l’exclusion orthodoxe », a-t-elle expliqué. « Cela fait partie de notre travail de sensibilisation, et cela conduit déjà à un renouveau intellectuel au sein du judaïsme. »

Aujourd’hui, les Karaïtes égyptiens s’intéressent à la sensibilisation. En 2016, le Judaïsme karaïte mondial a ouvert un centre de visiteurs dans la Vieille Ville de Jérusalem, avec un musée et une synagogue qui sert à la fois de lieu de prière et d’exposition.

Ressemblant aux mosquées et à certaines synagogues du Caucase, la synagogue karaïte de Jérusalem est entièrement recouverte de moquette et les visiteurs se déchaussent à l’entrée en signe de recueillement, a expliqué Avi Yefet, le gardien de la synagogue.

« Situé au cœur de la Vieille Ville de Jérusalem, le centre d’accueil des visiteurs karaïtes, qui a été construit grâce à des dons, est fréquemment la cible de crimes à caractère haineux de la part de fanatiques orthodoxes », a déclaré Yefet. « Certains d’entre eux pensent que nous sommes des chrétiens messianiques. D’autres savent que nous sommes juifs et nous détestent tout autant, voire plus. Ils font irruption ici et nous insultent ou nous lancent des ordures par-dessus la clôture », a-t-il déclaré.

Un membre de la communauté karaïte de Ramle portant un rouleau de la Torah lors d’un office, en 2015. (Crédit : Judaïsme karaïte universel)

Bien qu’ils rejettent les interprétations ultérieures de la Torah, y compris le Talmud, les Karaïtes ne sont ni primitivistes ni puristes, a déclaré Ben Yaaqov. « Oui, nous pensons que nous devons rester plus proches de la pureté de la Torah, mais nous n’avons pas l’intention de nous promener à dos d’âne », a-t-il ajouté.

Certaines lois de la Torah, comme l’interdiction du meurtre, sont « immuables », a déclaré Ben Yaaqov. Mais d’autres, comme les sacrifices d’animaux, « étaient des concessions faites à l’humanité à un moment donné ». Végétarien, Ben Yaaqov se demande si le sacrifice d’animaux vivants « a une quelconque pertinence à l’ère moderne », même si la Torah consacre de longs passages à cette pratique.

« Le karaïsme ne consiste pas à revenir aux temps anciens », a expliqué Ben Yaaqov pour justifier cette apparente contradiction. « Il s’agit plutôt d’une spirale ascendante : revenir aux racines de la Torah tout en évoluant, en tenant compte de toute la sagesse et de tous les progrès réalisés par l’humanité. »

Selon lui, le moment est propice à cette évolution en raison de la reconsolidation du peuple juif en Israël. « Le rabbinat était plus puissant et nécessaire dans la Diaspora, mais aujourd’hui, le peuple juif est de retour sur notre terre. Nous pouvons renoncer à la mise en scène et pratiquer le culte comme prévu », a-t-il déclaré. En outre, a-t-il ajouté, « l’ère de l’internet a rendu plus commode l’annonce des fêtes en fonction des observations ».

Mais cette vision justifie-t-elle vraiment l’abandon du calendrier hébraïque, un chef-d’œuvre astronomique qui a uni le peuple juif à travers les continents pendant certaines de ses heures les plus sombres, et qui lui sert encore aujourd’hui de métronome le plus retentissant ?

Même certains Juifs messianiques, une branche controversée du judaïsme que le Grand-Rabbinat considère comme hérétique voire même pas juive du tout, s’opposent au rejet karaïte du calendrier hébraïque, qu’ils jugent trop révolutionnaire.

L’abandonner reviendrait à « nous couper de la communion et de la communauté avec le peuple juif et les uns des autres », a écrit Thomas Lancaster, un célèbre écrivain messianique, dans un article paru en 2021 sur cet aspect du karaïsme. « Nous devrions célébrer les fêtes avec tout Israël et sous l’autorité d’Israël, et non pas indépendamment du grand peuple de Dieu. »

Ben Yaaqov concède que l’abandon du calendrier « sacrifie la commodité ». « Mais cela en vaut la peine », a-t-il affirmé. « Le calendrier est un signe d’unité, mais il n’y a pas de vraie unité. Notre peuple est complètement fracturé, et cela est dû en grande partie aux tentatives de dicter le judaïsme de haut en bas, comme le fait le Grand-Rabbinat, en introduisant de nombreuses distorsions dans la pratique du judaïsme », a déclaré Ben Yaaqov.

« Nous devons reconstituer le judaïsme autour de ses fondements », a déclaré Ben Yaaqov. « Nous devons donc briser certaines choses, comme le calendrier, pour que notre peuple soit à nouveau uni. »

* Caraïtes ou Karaïtes, selon les auteurs.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.
image
Inscrivez-vous gratuitement
et continuez votre lecture
L'inscription vous permet également de commenter les articles et nous aide à améliorer votre expérience. Cela ne prend que quelques secondes.
Déjà inscrit ? Entrez votre email pour vous connecter.
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
SE CONNECTER AVEC
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation. Une fois inscrit, vous recevrez gratuitement notre Une du Jour.
Register to continue
SE CONNECTER AVEC
Log in to continue
Connectez-vous ou inscrivez-vous
SE CONNECTER AVEC
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un e-mail à .
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.