Israël en guerre - Jour 229

Rechercher
La ferme éducative de la vallée de Hinnom, à Jérusalem. (Crédit : Nurit Malkin/Zman Yisrael)
La ferme éducative de la vallée de Hinnom, à Jérusalem. (Crédit : Nurit Malkin/Zman Yisrael)
Investigation

Recréer la Jérusalem du roi David sur une vallée des ombres palestiniennes

Soutenues par l’État, les activités de la Fondation Ir David dans la vallée de Hinnom s’étendent aux oliveraies arabes pour ciseler une vision de l’histoire guidée par l’idéologie, selon les critiques

L’une des plus récentes attractions de Jérusalem est une ferme pédagogique où les visiteurs peuvent s’initier à l’agriculture traditionnelle. Les visiteurs du site, situé sur un terrain contrôlé par l’Autorité israélienne de la nature et des parcs (INPA), peuvent se promener au milieu des terrasses récemment construites dans la vallée de Hinnom, et découvrir des modèles des premiers systèmes d’irrigation, un pressoir à vin et un mécanisme en pierre utilisé pour extraire l’huile des olives.

La plupart des oliveraies qui parsèment la vallée, juste au sud du mont Sion et de la Vieille Ville, ne font cependant pas partie de la ferme clôturée. Elles sont plutôt cultivées par des familles palestiniennes des quartiers adjacents d’Abu Tor et de Silwan. Selon les critiques, le paysage que ces familles cultivent depuis des générations est remplacé par une version juive de droite des traditions agricoles qu’elles pratiquent.

« Ce qui est exaspérant dans ce qui se passe dans la vallée de Hinnom, c’est qu’au nom d’un développement qui se fait passer pour un ancien paysage agricole, on déplace l’agriculture palestinienne traditionnelle qui a préservé le caractère historique du lieu », a déclaré Uri Ehrlich, porte-parole de l’organisation de gauche Emek Shaveh, qui fait campagne contre la politisation des sites anciens.

La ferme a été ouverte en août par l’INPA, en collaboration avec la Fondation Ir David (Cité de David), une organisation de droite – appelée Elad en hébreu – accusée de tenter de « judaïser » le bassin sacré ultra-sensible situé à l’extérieur de la Vieille Ville.

Cette organisation à but non lucratif gère le site archéologique de la Cité de David et d’autres propriétés de l’État avec un penchant nationaliste juif manifeste, et installe des familles juives dans le quartier palestinien adjacent de Silwan.

Lors d’un récent festival organisé à la ferme pour célébrer son ouverture, des guides ont organisé des ateliers sur des métiers anciens comme la fabrication de parfums, la sculpture sur pierre et le tissage, au milieu d’une surabondance d’allusions bibliques. Des enfants aux pieds nus piétinaient les raisins, et d’autres prenaient des photos en faux vêtements bibliques, sous la surveillance d’agents de la sécurité.

Des visiteurs d’une ferme pédagogique de la vallée de Hinnom à Jérusalem, déguisés en vêtements bibliques. (Crédit : Nurit Malkin/ Zman Yisrael)

Dans la vallée, dont une grande partie fait partie du parc national des remparts de Jérusalem, les travailleurs de l’INPA et certains qui se sont identifiés comme appartenant à la Fondation Ir David traçaient des chemins, construisaient des murets pour soutenir la nouvelle agriculture en terrasse et plantaient des arbres avec des systèmes d’irrigation au goutte-à-goutte.

Les maisons palestiniennes situées de part et d’autre de la vallée n’étaient qu’un élément du paysage environnant.

Comme ma vallée était verte

En 1974, Israël a déclaré parc national la zone entourant les murs de la Vieille Ville. La démarcation incluait la vallée de Hinnom, aussi parfois appelée vallée de Ben Hinnom, qui avait été sous le contrôle partiel de la Jordanie jusqu’en 1967. Cette région, qui aurait inspiré certaines conceptions chrétiennes de l’enfer, est connue des chrétiens sous le nom de « Géhenne », un lieu de combustion, et dans la Bible juive, elle est identifiée comme un lieu de sacrifice d’enfants par le feu.

Le statut de parc national n’a pas modifié la propriété initiale du terrain, mais lui a imposé diverses restrictions en matière de construction. L’INPA indique qu’elle peut réaliser des travaux d’aménagement partout dans la vallée de Hinnom afin de préserver la zone et de la rendre accessible aux visiteurs.

Un rapport de 2009 sur le parc préparé pour l’INPA décrit la vallée d’Hinnom comme « une zone sans aucune propriété traditionnelle, présentant un attrait pour les dangers ».

De vieux oliviers poussent dans la vallée de Hinnom, à Jérusalem. (Crédit : Deror Avi, CC BY-SA 3.0, Wikimedia Commons)

L’INPA voit toujours les terres de la même manière. « Malheureusement, de nombreuses zones à l’est de la ville, comme le secteur de la vallée de Hinnom, sont devenues des sites de déchets qui ont souffert d’incendies criminels chaque été, jusqu’à ce jour », a-t-elle indiqué récemment dans une déclaration au Times of Israel. « L’INPA considère comme un devoir de réhabiliter les zones endommagées et de les développer au profit des visiteurs et des habitants de la région. »

Mais les Palestiniens affirment que les coteaux situés en dessous de la Vieille Ville et d’Abu Tor ne sont pas indomptés ou non réclamés.

« Nous sommes les propriétaires terriens et nous nettoyons ces terres et cueillons les olives qui se trouvent ici chaque année », a déclaré Ahmed Somrin, dont la famille possède des propriétés à Abu Tor et Silwan.

M. Somrin affirme que les parcelles de terre situées de part et d’autre de la route qui traverse le vallon jusqu’à l’endroit où elle rejoint Silwan et la vallée du Cédron sont exploitées par sa famille depuis des générations. Mais aujourd’hui, l’une des parcelles situées sur une pente en contrebas d’Abu Tor a fait l’objet d’un ordre d’aménagement paysager.

Une carte créée par l’ONG de gauche La Paix Maintenant montrant le statut des propriétés dans la vallée de Hinnom. Les zones vertes font l’objet d’un ordre temporaire d’aménagement paysager de la municipalité de Jérusalem, les zones orange sont sous la tutelle de propriétés palestiniennes absentes, les zones rouges et jaunes sont un ancien champ de potier.

Comme l’INPA le reconnaît elle-même, elle doit obtenir un consentement avant de travailler sur une propriété privée. Mais prouver la propriété est généralement compliqué à Jérusalem-Est, car les terres qui s’y trouvent ne sont pas répertoriées dans le registre foncier officiel.

Pour contourner la boîte de Pandore des problèmes fonciers, l’INPA a utilisé des ordonnances qui permettent aux gouvernements locaux d’aménager ou d’entretenir temporairement des terrains jugés « vides ».

Il est interdit aux propriétaires fonciers d’interférer avec le « jardinage temporaire », mais ils peuvent aller en justice pour faire appel des changements apportés à leurs terres. Les ordonnances sont valables pour cinq ans, mais peuvent être prolongées.

La question de savoir si la vallée est réellement vide et si les travaux réalisés par l’INPA et la Fondation Ir David sont effectivement temporaires dépend de la personne à qui vous posez la question.

La vallée de Hinnom, vue du Mont Sion, Jérusalem, le 14 novembre 2005. (Crédit : Joe Freeman, CC BY-SA 2.5, Wikimedia Commons)

Une visite à l’oliveraie de Somrin montre que la terre est bien entretenue, même si elle est desséchée et roussie par le soleil brûlant.

Les oliviers n’ont pas besoin de visites fréquentes de leurs propriétaires pour les entretenir. Ils sont irrigués par la pluie et produisent des fruits à l’automne. Lorsque les pluies cessent de tomber à la fin du printemps, la zone arbustive s’assèche rapidement et perd son éclat verdoyant, même si les arbres restent productifs.

Mais un tribunal qui a entendu l’appel de plusieurs propriétaires fonciers contre les ordres d’aménagement paysager a pris le parti de l’INPA et a jugé que même si certaines parcelles étaient bien entretenues, la plupart des zones soumises à l’ordre d’aménagement paysager souffraient néanmoins de l’accumulation d’ordures et de mauvaises herbes.

Des plantes comestibles poussent dans une partie d’une ferme pédagogique dans la vallée de Hinnom à Jérusalem. (Crédit : Nurit Malkin/Zman Yisrael)

Après un appel, le tribunal a décidé que l’INPA ne pouvait élaguer aucun des oliviers, mais qu’elle pouvait pénétrer sur le terrain pour le nettoyer pour empêcher des incendies.

Alors que les terrains officiellement destinés à l’agriculture sont exemptés de ce que l’on appelle les ordonnances temporaires de jardinage, aucune parcelle de la vallée d’Hinnom ne bénéficie d’une telle désignation, ce qui signifie que ces terrains, ainsi que le reste de la vallée, sont potentiellement soumis aux tentatives de l’INPA et d’Ir David de recréer l’histoire biblique.

« Cette zone, dans le bassin de la Vieille Ville, est la plus sensible de Jérusalem, historiquement et scéniquement. Elle ne doit pas être modifiée, mais plutôt préservée autant que possible dans son format actuel », a déclaré Israël Kimche, urbaniste et chercheur principal à l’Institut d’études israéliennes de Jérusalem. « Tous les plans précédents, depuis l’époque du Mandat britannique jusqu’au dernier plan d’ensemble de la ville, ont déterminé sans équivoque les limites du développement dans cette zone et la nécessité de la préserver. Il serait juste de suivre ces directives à la lettre. »

Une partie d’un nouveau mur construit pour soutenir une nouvelle terrasse avec des arbres irrigués au goutte-à-goutte dans la vallée de Hinnom, sous les murs de la Vieille Ville de Jérusalem. (Crédit : Emek Shaveh)

La municipalité de Jérusalem a refusé de fournir des détails sur les ordres d’aménagement paysager émis dans la vallée de Hinnom. Au lieu de cela, elle a vanté le « développement sans précédent » qui a lieu dans la vallée de Hinnom. Elle a déclaré que tout se déroulait « conformément aux approbations requises et aux plans approuvés ».

Sur la base de la décision du tribunal, l’INPA a récemment pénétré dans la propriété de Somrin, sous Abu Tor, en cassant un mur pour le faire.

L’INPA a cassé un mur pour accéder à l’oliveraie d’Ahmad Somrin. (Crédit : Ahmad Somrin)

De l’autre côté de la route de la vallée, près de l’endroit où la famille Somrin cultive également des oliviers, les ordres d’aménagement n’ont pas été nécessaires. Là, des travaux plus importants et apparemment permanents ont été réalisés, notamment de nouvelles terrasses soutenues par de nouveaux murs ornés de niches dont la fonction n’est pas immédiatement claire. Les travaux ont été effectués avec l’approbation du gardien des biens des absents, un service gouvernemental qui réglemente le traitement des biens des Palestiniens absents, bien qu’un appel soit également en cours.

« L’Autorité pour la nature et les parcs a construit des murs à cet endroit, a retourné la terre, a déposé de la terre rouge et a planté des arbres séculaires provenant d’on ne sait où », a déclaré Somrin. « Ils veulent en changer le visage pour que cela ne ressemble pas à une terre arabe mais à une nature juive ».

Récemment, une clôture a été installée autour de la ferme, avec un portail qui peut être fermé.

Alors que les terres de la ferme pédagogique appartiennent principalement à l’Administration des terres israéliennes, la zone clôturée s’étend sur des propriétés privées palestiniennes, ce qui peut restreindre l’accès lorsque la ferme est fermée.

L’INPA a rejeté l’affirmation d’Emek Shaveh selon laquelle la clôture et le portail ont été installés sans permis de construire. L’Autorité des parcs a déclaré avoir consulté les autorités compétentes de la municipalité de Jérusalem, et a ajouté que l’installation est ouverte à tous, sans exception, sous réserve d’un contrôle de sécurité.

Une clôture érigée autour de la ferme pédagogique dans la vallée de Hinnom, à Jérusalem. (Crédit : Emek Shaveh)

« La ferme est ouverte à tous », a déclaré l’autorité dans un communiqué. « Nous rencontrons les habitants d’Abu Tor et de Silwan et recevons leurs éloges pour avoir transformé une zone négligée et peu engageante en un lieu agréable et bien entretenu. »

La clôture, a-t-elle ajouté, était nécessaire « pour la sûreté et la sécurité ». La ferme sera ouverte aux propriétaires sur demande, a-t-elle ajouté.

Elle a insisté sur le fait que toutes ses activités étaient soutenues par la loi et les décisions de justice pertinentes.

« L’INPA est un organisme professionnel. Les zones patrimoniales du bassin de la Vieille Ville sont d’une importance nationale et internationale de premier ordre. L’INPA respecte les droits des propriétaires fonciers et n’a exproprié aucune partie de l’ensemble de la zone », a-t-il déclaré dans un communiqué.

Elle n’a pas répondu à une demande de commentaire sur la cassure du mur d’Ahmad Somrin.

Les conquêtes de David

La vallée de Hinnom n’est que la dernière zone du Bassin sacré à passer sous le contrôle de la Fondation Ir David, avec l’aide des autorités publiques, dont l’INPA.

L’Autorité des parcs a attribué le contrat à Ir David pour développer la ferme sans passer par un appel d’offres, l’exemptant sur la base des règles qui autorisent les co-entreprises sans appel d’offres dans des domaines tels que l’éducation, la culture et la religion.

L’INPA a déclaré avoir fait de la publicité pour le projet, bien que les règles ne l’aient obliger à le faire que sur son propre site web pendant deux semaines. Elle a noté que toutes ses activités liées à la Fondation Ir David ont été menées conformément à la loi.

Parmi les autres projets de l’INPA gérés par Ir David, citons le site archéologique de la Cité de David, juste à l’extérieur de la porte Dung de la Vieille Ville, qui comprend le puits de Warren, qui fait partie d’un système d’approvisionnement en eau datant de l’âge du bronze, les fouilles éducatives sur le mont Sion et le projet de tamisage de la terre archéologique sur les pentes du mont Scopus.

L’ambassadeur américain en Israël de l’époque, David Friedman (GAUCHE), prend la parole lors de l’ouverture d’une route ancienne sur le site archéologique et touristique de la Cité de David, dans le quartier palestinien de Silwan, à Jérusalem-Est, le 30 juin 2019. (Crédit : Tsafrir Abayov/AFP)

Entre le site de la Cité de David et la porte Dung, au-dessus d’une fouille archéologique située sous l’ancien parking Givati, Ir David et l’INPA prévoient de construire un centre pour visiteurs de quatre étages et d’environ 15 979 mètres carrés qui sera connu sous le nom de complexe Kedem. Ce centre accueillera, entre autres, le terminus d’un téléphérique controversé destiné à transporter les visiteurs du complexe de restauration et de divertissement de la Takhanat rishona à Talbiya, en passant par la vallée de Hinnom, jusqu’au mont Sion, puis jusqu’à la Vieille Ville. Il est prévu d’installer un pont en corde à travers la vallée, reliant le bâtiment au mont Sion sur son côté nord.

Sur le côté sud de la vallée de Hinnom, Ir David a ouvert une salle de réception pour les mariages et autres événements. La publicité pour Beit BaGay la place « à côté du parc national de la Cité de David, qui est adjacent au mur Occidental », sans mentionner le fait que le bâtiment est à quelques pas des maisons palestiniennes d’Abu Tor.

Ir David est également actif plus au sud, où il est prévu qu’il gère un autre centre de visiteurs, en cours de construction sur la promenade Haas, près du quartier d’Armon Hanatziv. L’organisation contrôle déjà l’accès à un aqueduc hasmonéen situé à proximité.

Un agent de sécurité israélien (à l’arrière-plan) détourne le regard alors qu’un résident juif est assis sur le toit de Beit Yonatan, un immeuble du quartier de Silwan à Jérusalem-Est, le 8 février 2010. (Crédit : Flash90/Kobi Gideon/File)

Dans le quartier de Silwan qui jouxte le site de la Cité de David, la fondation est l’un des nombreux groupes qui ont obtenu des maisons pour installer des dizaines de familles juives, qui vivent sous haute sécurité parmi leurs voisins palestiniens.

Dans une déclaration, les Amis d’Ir David ont rejeté toute idée selon laquelle « l’acquisition de terres à Jérusalem – la capitale de l’État d’Israël – par des Juifs est en aucune façon inappropriée ». Personne ne soutiendrait que les musulmans et les chrétiens ne devraient pas être autorisés à obtenir des terres à Jérusalem, a-t-il ajouté.

La vallée des dollars

Les critiques ont noté que l’INPA semble diriger des sites d’importance nationale clé entre les mains d’Ir David, malgré la tendance politique manifeste de l’organisation, qui lui permet de contrôler le récit et de purger les points de vue contestataires.

« Tous les travaux réalisés par des organismes ayant une teinte politique claire et la volonté de judaïser la zone à tout prix [sont] pour le moins indésirables », a déclaré Kimche, l’urbaniste. « Ce n’est pas seulement mon opinion personnelle, elle est partagée par de nombreux architectes et urbanistes qui craignent pour l’avenir de cette zone sensible. »

Un rapport du contrôleur de l’État de 2016 a détaillé la façon dont de nombreux sites archéologiques importants de Jérusalem ont été sous-traités à la fondation sans appel d’offres, et a rappelé l’INPA et l’Autorité foncière israélienne, entre autres, pour avoir exercé une surveillance inadéquate sur la façon dont les zones étaient gérées après avoir été effectivement cédées.

Les documents pertinents montrent que l’INPA investit 100 000 shekels par an dans le seul projet de ferme de la vallée d’Hinnom, une somme dérisoire comparée à celle que la Fondation Ir David injecte : pas moins de 5 millions de shekels.

Le symbole de la Fondation Cité de David sur le portail d’une ferme éducative dans la vallée de Hinnom, au-dessous de la Vieille Ville de Jérusalem. (Crédit : Emek Shaveh)

La plupart des fonds de la fondation proviennent de l’étranger, plus précisément de la fondation Friends of Ir David, enregistrée à New York. En 2019, la branche américaine de collecte de fonds a transféré près d’environ 94 millions de shekels à l’organisation israélienne, une somme assez importante pour un organisme israélien à but non lucratif, étant donné qu’il ne s’agit ni d’un hôpital ni d’une université.

Les déclarations fiscales pour 2019 montrent qu’elle a reçu environ 47 millions de shekels d’un seul donateur, tandis qu’il y avait cinq autres dons d’environ 1,5 million de shekels à 4,7 millions de shekels.

En vertu de la loi israélienne, les sources de dons importants doivent être divulguées, mais comme Friends of Ir David (Les Amis d’Ir David) est enregistré aux États-Unis en tant qu’organisme de bienfaisance 501(c)(3), il est exempté de divulguer qui sont ses donateurs en vertu de la loi américaine, ce qui signifie que la fondation exploite des sites du patrimoine public avec de l’argent provenant de sources largement inconnues du public israélien.

Des documents fiscaux distincts révèlent les noms d’au moins certains des donateurs ou des fondations qui ont soutenu la Fondation Ir David en 2019 par le biais de sa branche américaine de collecte de fonds. Parmi eux figurent le défunt magnat des casinos Sheldon Adelson et sa femme Miriam, qui ont donné environ 10 523 000 shekels, le fondateur de WhatsApp Jan Koum, qui a donné environ 9 465 960 shekels, et des dizaines d’autres personnes qui ont apporté des contributions plus modestes, d’une flopée de fédérations juives à l’animateur de Jeopardy Alex Trebek et sa femme Jean.

Le conseil d’administration des Amis d’Ir David a pour mission de s’assurer que l’argent donné au vaisseau-mère israélien est utilisé aux fins prévues par les donateurs et conformément aux directives américaines en matière de dons caritatifs. Dans ses déclarations fiscales, le conseil d’administration de l’organisation expose un plan détaillé pour y parvenir, allant de l’exigence que les bénéficiaires ouvrent leurs livres de comptes à la vérification personnelle de l’avancement des projets.

Dans le cas d’Ir David, cette surveillance équivaut essentiellement à la garde du poulailler par le renard : deux membres du conseil d’administration de sept personnes sont en fait les bénéficiaires de l’argent – David Beeri, qui dirige la Fondation Ir David en Israël, et Yehuda Maly, un autre dirigeant de l’organisation.

Le Premier ministre Naftali Bennett, alors ministre de l’éducation, avec David Beeri, directeur de la Fondation Ir David, lors de la cérémonie de remise du prix Israël au Centre international de conférences (ICC) à Jérusalem, le 2 mai 2017. (Crédit : Yonatan Sindel/ Flash90/ Dossier)

Au Royaume-Uni, où une autre branche de collecte de fonds fonctionne avec des dons déclarés plus petits, Beeri et Maly constituaient les deux tiers du conseil d’administration jusqu’en juillet, lorsque Beeri a démissionné et a été remplacé par le vice-président de la Fondation Ir David, Doron Spielman, et une autre personne.

Dans une déclaration, les Amis d’Ir David ont affirmé que leurs donateurs étaient pleinement informés de l’utilisation de leur argent et se sont qualifiés de « l’un des meilleurs exemples de bonne gouvernance d’un organisme à but non lucratif ».

« Les Amis d’Ir David se conforment strictement aux règles fiscales américaines, grâce à notre conseil d’administration et aux procédures appropriées que nous appliquons. Le succès de nos activités depuis 21 ans est la meilleure preuve de nos pratiques commerciales saines », a-t-il ajouté.

La Fondation Ir David a déclaré dans un communiqué que les « dons généreux » de ses organismes de financement étrangers sont déclarés légalement et ont permis de réhabiliter la zone.

« Une zone qui a souffert de négligence et de privation pendant des années a bénéficié ces dernières années d’investissements gouvernementaux, municipaux et privés », a-t-elle déclaré. « Les collines en dessous du mont Sion qui étaient désolées reverdissent et les terres agricoles donnent leurs fruits. »

Cet article est basé sur un original en hébreu publié par le journal frère du Times of Israel, Zman Israel.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.
image
Inscrivez-vous gratuitement
et continuez votre lecture
L'inscription vous permet également de commenter les articles et nous aide à améliorer votre expérience. Cela ne prend que quelques secondes.
Déjà inscrit ? Entrez votre email pour vous connecter.
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
SE CONNECTER AVEC
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation. Une fois inscrit, vous recevrez gratuitement notre Une du Jour.
Register to continue
SE CONNECTER AVEC
Log in to continue
Connectez-vous ou inscrivez-vous
SE CONNECTER AVEC
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un e-mail à .
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.