Rechercher
Un manifestant rejoint d'autres personnes devant le domicile du PDG de Facebook, Mark Zuckerberg, à San Francisco, pour protester contre ce qu'ils disent être la diffusion de désinformation par Facebook, le 21 novembre 2020. (Crédit : AP Photo/Jeff Chiu, File)
Un manifestant rejoint d'autres personnes devant le domicile du PDG de Facebook, Mark Zuckerberg, à San Francisco, pour protester contre ce qu'ils disent être la diffusion de désinformation par Facebook, le 21 novembre 2020. (Crédit : AP Photo/Jeff Chiu, File)
Interview

Tehilla Shwartz Altshuler : La réglementation de Facebook ne va pas tarder

Voici les explications de l »experte de l’Institut israélien pour la démocratie sur la protection de la vie privée sur les réseaux sociaux – à l’instar de la régulation du tabac

Ricky Ben-David est journaliste au Times of Israël

Facebook a eu sa juste part de scandales ces dernières années. Entre les informations de 2014 selon lesquelles le géant des réseaux sociaux a mené une expérience secrète pour jauger les réactions émotionnelles de milliers d’utilisateurs avec des informations manipulées sans leur consentement, les allégations selon lesquelles il a permis l’ingérence étrangère dans les élections nationales américaines en 2016 révélées dans la crise de la confidentialité de Cambridge Analytica, les diverses violations de données et pratiques qui alimentent la désinformation au détriment des informations factuelles, et les accusations selon lesquelles l’incitation sur la plateforme a joué un rôle clé dans le génocide contre la minorité musulmane Rohingya au Myanmar, la liste est assez longue et comprend de nombreuses autres crises vertigineuses qui ont un impact sur les vies humaines.

Le témoignage très médiatisé d’une lanceuse d’alerte, associé à une panne mondiale de six heures chez Facebook, Instagram et WhatsApp, a jeté un nouvel éclairage sur les méfaits présumés de l’entreprise, soulevant l’ire des gouvernements et des régulateurs du monde entier.

Le témoignage est intervenu après des semaines de silence de la part de Facebook face à une série d’articles du Wall Street Journal basée sur des documents internes divulgués par l’ancienne chef de produit de Facebook, Frances Haugen. Elle a déclaré au Congrès que Facebook privilégie ses propres intérêts, comme gagner plus d’argent, au détriment du bien public, alimente les divisions, nuit aux enfants et doit être réglementé.

L’ancienne data scientist de Facebook, Frances Haugen, prend la parole lors d’une audience de la sous-commission sénatoriale du commerce, des sciences et des transports sur la protection des consommateurs, la sécurité des produits et des données, au Capitole, le mardi 5 octobre 2021, à Washington. (Matt McClain/The Washington Post via AP, Pool)

Et, cette fois, l’entreprise pourrait bien être confrontée à des conséquences – non pas à cause des dernières fuites, mais parce que la panne a montré à quel point les systèmes de Facebook sont vulnérables et a affecté ses poches profondes, a déclaré la Dr Tehilla Shwartz Altshuler, chargée de recherche à l’Institut israélien pour la démocratie et responsable de son programme « Démocratie à l’ère de l’information ».

« Il y a eu des dénonciateurs avant et différentes fuites », a déclaré Shwartz Altshuler au Times of Israel, notant les nombreux scandales, notamment le fait que « Facebook a vendu les réactions émotionnelles d’adolescents peu sûrs d’eux aux annonceurs pendant des années. »

« Aucun de ces épisodes n’a réellement causé un tel problème pour Facebook. Sans la panne, je ne pense pas que les fuites feront ce que le scandale Cambridge Analytica n’a pas fait », a-t-elle déclaré, en référence aux révélations de 2018, selon lesquelles Facebook a permis à la société britannique d’extraction de données Cambridge Analytica de fouiller dans les données personnelles de millions d’utilisateurs à leur insu.

Mais depuis, il y a eu un grand changement dans la protection des données et les réglementations sur la vie privée, en particulier en Europe, a déclaré Shwartz Altshuler, une experte en droit et en technologie.

« Les choses ont radicalement changé dans l’UE, où ils ont adopté le règlement général sur la protection des données (RGPD) en 2018. Ils travaillent maintenant très, très dur pour terminer la législation de la loi sur les services numériques, qui va avoir un effet énorme sur les plateformes de réseaux sociaux. Ils ont introduit la législation sur l’IA (Intelligence Artificielle) [The Artificial Intelligence Act], qui va prendre environ un an de plus avant d’être achevée », a-t-elle déclaré.

« Nous avons vu le même mouvement en Amérique. Regardez les personnes que [le président américain Joe] Biden a nommées à la FTC [Federal Trade Commission] et ses conseillers… beaucoup d’entre eux représentent la plus grande lutte contre les plateformes de réseaux sociaux », a expliqué Shwartz Altshuler.

« Les réglementations prennent du temps. Si l’on veut comparer avec l’industrie du tabac, par exemple, il a fallu trois générations pour y faire face. La première génération, c’était quand quelqu’un pouvait aller voir son médecin et qu’il lui disait ‘fume une cigarette, tu te sentiras mieux’, puis la deuxième génération, c’est quand on a mieux pris conscience des méfaits. La troisième génération a apporté la réglementation. Parce que [l’industrie du tabac] avait un énorme lobby et que la législation prend beaucoup de temps. En tant que pays ou État, vous devez évaluer les différents aspects de la réglementation », a-t-elle déclaré.

Facebook existe maintenant depuis 17 ans et « disons que les huit premières années ont été paradisiaques, nous avons tous pensé ‘wow, quel outil incroyable’ – et il l’est – et au cours des sept dernières années environ, nous avons réalisé les méfaits et il faut du temps pour que les régulateurs réagissent à cela. »

Sur cette photo d’archives prise le 10 avril 2018, cent découpages en carton critiquant le fondateur et PDG de Facebook, Mark Zuckerberg, se tiennent devant le Capitole américain à Washington, DC. (Crédit : Saul Loeb/AFP)

Pour reprendre l’analogie avec le tabac, « nous sommes maintenant dans la transition entre la deuxième et la troisième génération » en ce qui concerne Facebook, a-t-elle ajouté.

Cette dernière fuite, a-t-elle ajouté, « n’entraînera pas le grand changement, mais c’est une autre couche dans le tableau plus large de l’évolution de l’attitude envers Facebook et de la nécessité d’une réglementation ».

La grande question est de savoir ce que nous voulons réglementer, a demandé Shwartz Altshuler.

« Voulons-nous réglementer la vie privée, c’est-à-dire ne pas permettre à Facebook de cibler les gens [avec des publicités] ? Voulons-nous briser Facebook et l’obliger à devenir plusieurs entreprises différentes [en vendant Instagram et WhatsApp] comme on l’a fait pour Bell dans les années 1970 [en divisant Bell System en entités entièrement distinctes] ? Voulons-nous nous attaquer aux algorithmes [qui contrôlent l’ordre et la présentation des posts et des publicités] et comment cela sera-t-il fait ? C’est là toute la beauté de l’apprentissage automatique : il change et évolue avec le temps. Nous devons comprendre ce que cela signifie, et qui va décider de ces choses », a-t-elle déclaré.

Peut-être que la bonne voie réglementaire devrait être liée à la responsabilité légale pour le retrait du contenu ou l’exposition à un contenu nuisible, a-t-elle proposé. Il y a tellement de questions à poser et à résoudre, et pour que la réglementation devienne effective, elle estime qu’il faudra encore cinq à six ans.

Dans l’intervalle, nous avons besoin de plus d’éducation et de culture numérique et d’autres solutions technologiques, telles que le contrôle parental et les start-ups qui peuvent aider à lutter contre les contenus préjudiciables, a-t-elle déclaré.

À cette fin – et au milieu du tumulte – Facebook a annoncé lundi qu’il allait introduire plusieurs fonctionnalités pour protéger les enfants et les adolescents, notamment en les incitant à faire une pause sur Instagram, et en les « encourageant » s’ils regardent de manière répétée le même contenu qui n’est pas propice à leur bien-être. Le réseau a également annoncé son intention d’introduire de nouveaux contrôles pour les adultes, d’adolescents sur une base facultative, afin que les parents ou les tuteurs puissent superviser ce que leurs adolescents font en ligne.

Sur cette photo d’archives du 4 juin 2012, une fillette de 11 ans non identifiée se connecte à Facebook sur son iPhone à son domicile de Palo Alto, en Californie. (Crédit : AP Photo/Paul Sakuma, File)

Facebook a déclaré avoir fait de son mieux pour empêcher les contenus préjudiciables d’entrer sur ses plateformes et a semblé plus ouvert à la réglementation et à la surveillance ces derniers jours.

Mais pour tout changement significatif, a déclaré Shwartz Altshuler, nous devons tenir compte du puissant soutien dont bénéficie Facebook.

« Les actions de Facebook n’ont pas été affectées par les scandales précédents, ni en 2016, ni lorsqu’il a été condamné à une amende, ce qui signifie que le secteur financier a toujours soutenu Facebook. Il a été un partenaire actif en préférant l’argent à l’éthique. Il est donc très confortable pour nous de pointer du doigt [le fondateur de Facebook] Mark Zuckerberg, mais c’est toute une industrie qui mène des expériences sur nos systèmes démocratiques, sur nos âmes, en créant [le chaos], et après cela en s’excusant. Et elle est soutenue parce que Facebook rapporte beaucoup d’argent [aux actionnaires]. »

Les marchés n’ont réagi que lorsqu’ils ont compris que Facebook n’avait pas investi dans la création de couches de sécurité qui ont conduit à la panne, que l’entreprise a imputée à un changement de configuration, a-t-elle noté. « Pensez-y, c’est l’erreur d’une seule personne qui pourrait causer ces énormes dégâts, et si elle ne mettait pas assez d’argent pour sécuriser la plus grande base de données personnelles de l’histoire de l’humanité ? Et si cela pouvait se reproduire ? C’est ce qui dérange le secteur financier. Ce n’est pas l’influence néfaste de Facebook sur la société. »

« Ce que toutes les amendes et les scandales publics n’ont pas provoqué, la panne de six heures l’a provoqué », a-t-elle ajouté.

Shwartz Altshuler suggère qu’Israël a besoin de toute urgence d’une législation pour les plateformes de réseaux sociaux, y compris des lois sur la vie privée qui rendront illégal le fait de cibler les utilisateurs en fonction de leurs vulnérabilités émotionnelles, des exigences pour expliquer les décisions de retirer du contenu et de supprimer des comptes, des dispositions facilitant les poursuites contre les fournisseurs de réseaux sociaux en Israël, la mise en place d’un cadre par lequel les tribunaux israéliens peuvent rapidement émettre des ordonnances pour que le contenu nuisible soit retiré, et des exigences pour investir des ressources dans la surveillance et le blocage du contenu toxique en hébreu.

Tehilla Shwartz Altshuler, chercheuse à l’Institut israélien de la démocratie. (Autorisation)

« Bien que Facebook affirme investir des ressources considérables en dehors des États-Unis pour tenter de bloquer des contenus et de supprimer des comptes, cela n’est pas évident, si l’on en juge par ce qui se passe en pratique avec les contenus en hébreu. Il n’existe pas de moteur capable de surveiller ces contenus, et la responsabilité incombe à quelques vérificateurs de contenus qui sont censés traiter quotidiennement tout ce qui est publié dans ce pays. En Israël, nous sommes extrêmement vulnérables à l’influence de la polarisation politique, comme l’ont clairement montré les événements de l’année dernière. C’est pourquoi la demande de responsabilisation est si cruciale en Israël également », écrit Shwartz Altshuler dans une tribune libre vue par le Times of Israel.

De telles mesures seraient déjà envisagées. La télévision israélienne a récemment rapporté qu’une équipe d’experts israéliens nommés par le gouvernement devrait examiner des mesures de grande envergure pour contrôler les entreprises mondiales de réseaux sociaux et pourrait chercher à tenir Facebook légalement responsable des publications sur sa plateforme.

L’équipe, actuellement sélectionnée par le ministre des Communications Yoaz Hendel, pourrait chercher à contraindre Facebook à révéler ses politiques de censure, de bannissement et la façon dont les posts sont placés dans ses algorithmes.

Actuellement, lorsque des contenus ou des utilisateurs sont supprimés de la plateforme, Facebook n’est pas tenu de fournir des détails expliquant cette mesure.

Le député Yoaz Hendel lors d’une rencontre de la commission des Arrangements à la Knesset, le 9 juin 2021. (Crédit : Olivier Fitoussi/ Flash90)

Les mesures proposées prévoient également que les géants des réseaux sociaux deviennent responsables de l’incitation ou de la diffamation publiées sur leurs plateformes, ce qui serait pratiquement sans précédent dans le monde, selon le rapport.

À l’heure actuelle, Facebook et d’autres sites de réseaux sociaux ne sont pas légalement responsables des contenus faux ou préjudiciables qui apparaissent sur leurs plateformes, contrairement aux journaux et autres éditeurs traditionnels.

Selon Shwartz Altshuler, la clé réside dans la « réglementation du cadre » et la remise en question des pratiques de ciblage.

« Ce n’est pas nécessairement le contenu lui-même, c’est la question de ‘ce qui devient viral et pourquoi les personnes vulnérables sont ciblées par ce contenu, donc si nous créons un cadre où nous accordons plus d’attention réglementaire à qui ils peuvent cibler avec des messages spécifiques et quelles données vous pouvez collecter sur les gens et ce qu’ils ne devraient pas être autorisés à collecter, cela pourrait résoudre la plupart des problèmes », a-t-elle conclu.

read more:
comments