Trois cinéastes franco-israéliens détenus au Nigéria racontent leur calvaire
Rechercher
Les cinéastes israéliens Rudy Rochman (assis) et Noam Liebman (debout) interrogent un jeune juif Igbo (autorisation)
Les cinéastes israéliens Rudy Rochman (assis) et Noam Liebman (debout) interrogent un jeune juif Igbo (autorisation)
Exclusif

Trois cinéastes franco-israéliens détenus au Nigéria racontent leur calvaire

Comment trois cinéastes israéliens venus documenter les Juifs Igbo se sont retrouvés enfermés dans une cage sombre avec des terroristes dans une prison nigériane

Lazar Berman est le correspondant diplomatique du Times of Israël

Le mois dernier, trois jeunes cinéastes israéliens se sont envolés pour le Nigeria afin de réaliser un documentaire sur les communautés juives Igbo du sud-est du pays africain.

Quelques jours plus tard, ils se sont retrouvés enfermés dans une cage sombre empestant l’urine, après avoir été pris au piège d’un marasme religieux hautement chargé et potentiellement mortel, au sujet duquel les initiés insistent sur le fait qu’il ne faut pas s’y aventurer à la légère.

Pourquoi un projet de film sur les Juifs Igbo a-t-il déclenché un incident international et une arrestation par des officiers nigérians masqués ?

Rudy Rochman, un activiste pro-israélien comptant près de 95 000 followers sur Instagram, le cinéaste Andrew Noam Leibman et le journaliste franco-israélien David Benaym ont été arrêtés par l’agence de sécurité intérieure du Nigeria le 9 juillet alors qu’ils tournaient un documentaire dans une région séparatiste du sud-est du pays.

Les Israéliens tournaient « We Were Never Lost », un documentaire sur les communautés juives dans des pays africains tels que le Kenya, Madagascar, l’Ouganda, la Tanzanie, le Zimbabwe et le Nigeria.

« Le but du documentaire est de raconter les histoires, les luttes et les aspirations de communautés juives inconnues dans le monde entier », a déclaré Rochman au Times of Israel dimanche.

Mais au lieu de cela, des agents du Département des services de l’État du Nigeria ont interrogé le trio, le soupçonnant d’avoir été en contact avec des séparatistes biafrais.

Mère et enfant Igbo. (crédit photo : Shai Afsai/Times of Israel)

Le lien entre Igbo et Juifs

Les Igbo constituent un groupe méta-ethnique de quelque 30 millions de personnes dans le sud-est du Nigeria.

Les Igbo revendiquent une ascendance juive depuis des centaines d’années.

La revendication la plus ancienne remonte à l’autobiographie à succès de 1789, The Interesting Narrative of the Life of Olaudah Equiano : Written by Himself, dans laquelle un esclave affranchi d’origine Igbo souligne les nombreuses similitudes entre les pratiques Igbo et juives, notamment la circoncision, les sacrifices d’animaux et la purification rituelle. Equiano expose également – de manière plutôt inexacte – les études bibliques contemporaines qui, selon lui, appuient l’idée d’une ascendance juive chez les Igbo.

Olaudah Equiano, alias Gustavus Vassa (domaine public)

Mais le traité abolitionniste écrit par Equiano était conçu pour s’attirer la sympathie des chrétiens européens blancs ; l’une des façons d’y parvenir étant de prétendre que son peuple avait une ascendance biblique, non africaine.

De nombreux Igbo continuent de revendiquer une ascendance juive, et un certain nombre de mouvements judaïques ont vu le jour au Nigeria, comme partout en Afrique subsaharienne. Certains mouvements revendiquent simplement une lignée israélite et adoptent certains vêtements juifs tout en conservant leurs croyances chrétiennes. Une petite minorité d’Igbo est en train de se familiariser avec le judaïsme traditionnel et d’aligner ses propres croyances et coutumes sur la pratique juive courante.

Mais, comme pour d’autres religions au Nigeria, les revendications d’ascendance juive sont liées à des questions politiques épineuses.

Le mouvement séparatiste Indigenous People of Biafra, fondé en 2012 par Nnamni Kanu, cherche à obtenir un État Igbo dans le sud-est du Nigeria, où un Biafra indépendant avait survécu pendant trois ans au cours de la sanglante guerre civile nigériane de 1967-1970.

L’IPOB est classé par le Nigeria comme une organisation terroriste, et les forces nigérianes ont utilisé la force meurtrière sur les partisans de l’organisation.

Kanu affirme que le peuple Igbo est une tribu perdue d’Israël et qu’il a pour mission de le conduire vers la terre promise du Biafra.

Des partisans du Peuple indigène du Biafra (IPOB), membres de la synagogue Yahveh Yashua (Yisraelities Biafra Region) célèbrent le shabbat devant la résidence du leader du mouvement, Nnamdi Kanu, à Umuahia, le 27 mai 2017. (PHOTO AFP / MARCO LONGARI)

Les vêtements et les symboles juifs sont au cœur de la personnalité de Kanu. Après sa libération en 2017, ses documents de libération sous caution ont été signés par un homme qui se présente comme le « grand prêtre juif », Immanuu-El Shalom Oka-Ben Madu.

Pendant l’audience, le juge a demandé à quelle religion Kanu appartenait.

« Monseigneur, je crois au judaïsme », a répondu Kanu.

L’année suivante, après n’avoir pas été vu pendant un an, Kanu a déclaré qu’il se trouvait en Israël après que des associations ont diffusé des images de lui portant une kippa et un châle de prière priant au Kotel.

Une vidéo censée avoir été tournée le 19 octobre 2018 montre prétendument le leader séparatiste nigérian Nnamdi Kanu en train de prier au Kotel dans la vieille ville de Jérusalem. (Capture d’écran : Twitter)

« Je dois ma survie à l’État d’Israël », a-t-il ajouté, faisant référence à l’agence d’espionnage du Mossad, mais sans préciser quel type de soutien les autorités israéliennes ont pu lui apporter.

Kanu a été arrêté par Interpol en République tchèque en juin 2021.

La Judaism Fellowship Initiative, qui représente les communautés du Nigeria cherchant à adopter les pratiques juives courantes et à se faire accepter par les communautés et institutions juives du monde entier, estime que les revendications juives de l’IPOB les mettent en danger et insèrent les Juifs dans un conflit local.

« Les juifs n’évangélisent pas, les juifs ne cherchent pas à se convertir mais par les activités de Mazi Nnamdi Kanu, des milliers de personnes se pressent dans nos synagogues avec de fausses informations », a déclaré le président de la JFI, le Chef Arthur-Regis Odidika, au quotidien nigérian Vanguard.

« Ces gens voient le judaïsme comme une religion militante, une religion de guerre, mais le judaïsme est une religion qui enseigne l’amour et la paix, c’est pourquoi notre salutation dans le judaïsme est shalom, qui signifie paix », a-t-il poursuivi.

« Ils sont constamment débordés par l’IPOB, qui prétend que leur judaïsme équivaut au Biafra », a déclaré une source diplomatique nigériane.

Un garçon danse lors de la célébration du Shabbat réunissant des militants du Peuple indigène du Biafra (IPOB) et des membres de la synagogue Yahveh Yashua (Yisraelities Biafra Region) devant la maison du leader du mouvement, Nnamdi Kanu, à Umuahai, le 27 mai 2017. (PHOTO AFP / STEFAN HEUNIS)

Dans un pays comme le Nigeria, ce genre d’association peut être dangereux.

Le Nigeria est un pays extrêmement religieux, et les habitants suivent de près les chefs religieux. Les évangélistes nigérians et les imams enflammés ont le pouvoir d’inciter à la violence, tandis que les personnalités religieuses ont également joué un rôle central dans la formation des comités de consolidation de la paix.

« La religion et la politique sont étroitement imbriquées dans ce pays », a déclaré la source diplomatique.

« Les gens au Nigeria savent très bien que la religion est une pierre angulaire pour les autres pays qui critiquent le Nigeria sur la base des droits de l’homme. »

Avec un président musulman, Muhammadu Buhari, en fonction, de nombreux chrétiens font appel aux groupes chrétiens du monde entier avec des revendications de génocide. Si les chrétiens sont incontestablement pris dans la violence, celle-ci est principalement due aux tensions entre éleveurs et agriculteurs, aux activités criminelles et aux conflits ethniques – et non religieux.

Des hommes masqués avec des Tavors

Les trois cinéastes israéliens ont découvert à quel point le contexte religieux nigérian est sensible.

Ils avaient prévu de filmer leur épisode sur les Juifs Igbo au cours de leur voyage de 13 jours, mais les choses ont très vite mal tourné.

Des cinéastes israéliens interviewent un membre de la communauté juive Igbo, juillet 2021 (courtoisie).

« Nous n’étions en contact qu’avec les communautés pleinement juives et pratiquantes », note Rochman.

Ils avaient été en contact avec des personnes qui avaient visité des communautés juives nigérianes, et ont dit qu’ils étaient conscients des dangers.

« Nous étions très conscients qu’historiquement, il y a eu un mouvement dans les années 1960 des Igbos qui ont essayé de se séparer, et qu’il y a encore un désir de séparation parmi certaines communautés », a déclaré Rochman, « mais quand on parle des Igbos, on parle de 50 millions de personnes. »

Le matin du vendredi 9 juillet, les réalisateurs se trouvaient dans une synagogue Igbo, préparant leur matériel pour le tournage de la journée. Autour d’eux, la communauté préparait un Shabbat pour les jeunes.

Le rouleau de la Torah que les trois hommes avaient apporté d’Israël à la communauté était déjà dans l’arche, en prévision de la cérémonie de remise de la Torah à la communauté.

Le cinéaste Rudy Rochman s’adresse aux jeunes juifs Igbo, juillet 2021 (autorisation)

À 7 h 30, 15 minutes avant le départ prévu du trio, leur fixeur local les a appelés pour leur dire que la police les attendait en bas et qu’ils devaient aller à leur rencontre avec leurs téléphones et leurs passeports.

Les réalisateurs avaient une bonne idée de la raison pour laquelle la police voulait leur parler. La veille, des militants pro-séparatistes avaient écrit des messages sur les réseaux sociaux affirmant que le trio était des agents israéliens venus montrer le soutien de Jérusalem aux séparatistes biafrais.

Lorsqu’ils ont descendu les escaliers, les Israéliens se sont retrouvés face à 15 agents masqués du DSS tenant des fusils Tavor de fabrication israélienne.

Les agents ont dit aux hommes qu’ils étaient « invités » à une conversation rapide avec leur commandant, et qu’ils seraient ensuite renvoyés à la synagogue.

« Ils ne voulaient pas nous arrêter officiellement car ils auraient alors dû nous accorder certains droits, comme un appel téléphonique et un avocat », a expliqué Rochman.

La police a confisqué leurs téléphones et leurs passeports, et a obligé chaque Israélien à monter dans un fourgon séparé.

Leur première conversation avec le chef de la station a été plutôt amicale, puisqu’ils ont expliqué qu’ils n’avaient aucune motivation politique et qu’ils ne faisaient que filmer un documentaire sur les Juifs Igbo. Le chef a même promis qu’ils seraient renvoyés à la synagogue pour aider à préparer le Shabbat, et qu’ils reprendraient la conversation dimanche.

Le président du Nigeria Muhammadu Buhari assiste à la cinquante-sixième session ordinaire de la Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest à Abuja, le 21 décembre 2019. (Kola Sulaimon/AFP)

Mais au fil de la journée, il est devenu de plus en plus évident que les choses évoluaient dans une direction très différente. Les trois personnes ont été interrogées séparément et de manière agressive.

Ils ont compris qu’ils allaient passer Shabbat dans une cellule de détention, et ont demandé du raisin et des biscuits sur lesquels ils pourraient faire les bénédictions rituelles sur le vin et le pain.

Le lendemain matin, les gardes ont réveillé les trois hommes et, sous la menace d’une arme, les ont fait monter dans un fourgon. Ils ont roulé pendant neuf heures jusqu’à ce qu’ils atteignent le siège du GSS à Abuja, la capitale du Nigeria, promettant que des membres du personnel diplomatique israélien et leur passeport les attendraient.

Au lieu de cela, ils ont été contraints de rendre leurs chaussures, leurs ceintures et leurs bijoux, et ont été poussés dans une petite pièce.

(De gauche à droite) L’ambassadeur adjoint de France au Nigeria Olivier Chatelais, David Benaym, Andrew Leibman, l’ambassadeur israélien par intérim au Nigeria Yotam Kreinman, l’attaché juridique de l’ambassade des États-Unis au Nigeria Ahmadi Uche, l’ambassadrice adjointe des États-Unis au Nigeria Kathleen FitzGibbon, le rabbin Chabad d’Abuja Mendy Sternbach ; Le représentant des services aux citoyens américains au Nigeria, Rudy Rochman et Gabbi Kreinman posent pour une photo à Chabad Lubavitch à Abuja, au Nigeria, le 28 juillet 2021, après la libération de Leibman, Rochman et Benaym. (Autorisation)

« Vous pouviez faire peut-être trois ou quatre pas dans chaque direction », a raconté Rochman. « Il y a des barreaux, c’est complètement sombre. Il y a des bouteilles d’urine des anciens détenus. Il y a des insectes partout, c’est sombre, ça pue, il n’y a pas de climatisation, donc on transpire, on dort par terre. Il y a des écrits sur le mur de personnes qui ont clairement passé des mois là-bas. Des gens qui écrivaient des messages comme s’ils savaient que le lendemain, ils seraient exécutés. »

Les Israéliens n’ont pas pu prendre de douche pendant les cinq ou six jours suivants. Et lorsqu’ils ont été autorisés à se baigner, c’était en remplissant d’eau un seau putride provenant de la salle de bains et en se le versant dessus.

Après environ une semaine, ils ont pu rencontrer les envoyés israéliens et américains, qui se sont arrangés pour qu’ils reçoivent un repas casher par jour du centre Habad local. De leurs maigres rations, ils divisaient un tiers pour le donner à une femme juive igbo également détenue.

David, un citoyen français atteint d’une maladie auto-immune, a passé ses nuits à l’hôpital après la première semaine et revenait pendant la journée pour les interrogatoires.

Rudy et Noam ont ensuite été transférés dans une cage plus grande, mais dans laquelle se trouvaient deux Nigérians détenus pour terrorisme et détention d’armes.

« Nous étions sur les nerfs à tous les niveaux et à tout moment », a déclaré Rochman. « S’ils nous avaient dit dès le début que nous serions là pendant vingt jours, ce serait beaucoup mieux, car au moins nous aurions compté les jours. »

« Pour autant, nous ne baissions pas la tête. On cherchait des moyens de fabriquer une arme, d’avoir quelque chose sur nous au cas où quelqu’un nous attaquerait, d’essayer de défaire la serrure, de trouver un moyen de voler un téléphone. »

Rochman a réussi à glisser une petite paire de ciseaux d’une trousse de toilette dans la cellule pour se protéger.

Le dixième jour, les Israéliens se rendaient au premier étage de la prison pour récupérer leur nourriture casher. Lorsqu’ils sont passés devant le hall d’entrée, ils ont commencé à crier aux visiteurs civils qu’ils étaient innocents et qu’ils étaient détenus illégalement.

Des gardes les ont traînés jusqu’aux cages.

Les trois hommes ont craint pour leur vie pendant leur captivité. « Nous ne savions pas s’ils allaient nous exécuter », se souvient Rochman. « Nous ne savions pas s’ils allaient empoisonner notre nourriture ».

Les cinéastes israéliens Rudy Rochman (assis) et Noam Liebman (debout) interrogent un jeune juif Igbo (courtoisie).

Les autorités nigérianes ont libéré le trio de la prison mardi soir dernier et les ont remis à la garde des États-Unis. Le personnel de l’ambassade américaine les a ensuite emmenés au centre Habad local pour y passer la nuit.

Ils ont reçu leurs passeports et leurs téléphones juste avant que leur vol ne décolle pour Istanbul la nuit suivante.

« Ils voulaient nous juger pour trahison et travail de missionnaire », a déclaré Rochman. « Ils essayaient clairement de faire taire ce projet et d’envoyer un message selon lequel personne ne devrait documenter les Igbos ».

« Nous sommes allés là-bas pour raconter une histoire, et malheureusement nous sommes devenus l’histoire », a déclaré Rochman avec regret. « Ce n’est qu’une fraction et un avant-goût de ce que les Igbos vivent au quotidien. »

read more:
comments