Un immense site du Royaume de Juda découvert à Jérusalem
Rechercher
  • Une fouille de l'Autorité israélienne des Antiquités sur les flancs du quartier d'Arnona à Jérusalem a mis au jour un complexe administratif datant d'il y a 2.700 ans. (Yaniv Berman, Autorité israélienne des Antiquités)
    Une fouille de l'Autorité israélienne des Antiquités sur les flancs du quartier d'Arnona à Jérusalem a mis au jour un complexe administratif datant d'il y a 2.700 ans. (Yaniv Berman, Autorité israélienne des Antiquités)
  • Mystérieux monticule de pierres : Les fouilles de l'Autorité israélienne des Antiquités sur les flancs du quartier d'Arnona à Jérusalem ont mis au jour un complexe administratif datant d'il y a 2 700 ans. (Yaniv Berman, Autorité israélienne des Antiquités)
    Mystérieux monticule de pierres : Les fouilles de l'Autorité israélienne des Antiquités sur les flancs du quartier d'Arnona à Jérusalem ont mis au jour un complexe administratif datant d'il y a 2 700 ans. (Yaniv Berman, Autorité israélienne des Antiquités)
  • Empreinte du sceau royal hébreu ancien à deux ailes "LMLK" -- "Appartenant au roi" -- trouvé dans le complexe administratif vieux de 2 700 ans dans le quartier d'Arnona à Jérusalem. (Yaniv Berman, Autorité israélienne des Antiquités)
    Empreinte du sceau royal hébreu ancien à deux ailes "LMLK" -- "Appartenant au roi" -- trouvé dans le complexe administratif vieux de 2 700 ans dans le quartier d'Arnona à Jérusalem. (Yaniv Berman, Autorité israélienne des Antiquités)
  • Figurines de femmes et d'animaux en argile trouvées sur le site de fouilles d'Arnona, à Jérusalem. (Yaniv Berman, Autorité israélienne des Antiquités)
    Figurines de femmes et d'animaux en argile trouvées sur le site de fouilles d'Arnona, à Jérusalem. (Yaniv Berman, Autorité israélienne des Antiquités)
  • Neria Sapir, archéologue de l'Autorité israélienne des Antiquités, sur le site de fouilles à Arnona, Jérusalem, d'un centre administratif vieux de 2 700 ans. (Yaniv Berman, Autorité israélienne des Antiquités)
    Neria Sapir, archéologue de l'Autorité israélienne des Antiquités, sur le site de fouilles à Arnona, Jérusalem, d'un centre administratif vieux de 2 700 ans. (Yaniv Berman, Autorité israélienne des Antiquités)
  • Image aérienne de la fouille du quartier d'Arnona d'un complexe administratif de 2 700 ans à Jérusalem. (Yaniv Berman, Israel Antiquities Authority)
    Image aérienne de la fouille du quartier d'Arnona d'un complexe administratif de 2 700 ans à Jérusalem. (Yaniv Berman, Israel Antiquities Authority)
  • Nathan Ben-Ari, archéologue de l'Autorité israélienne des Antiquités, sur le site de fouilles à Arnona, Jérusalem, d'un centre administratif vieux de 2 700 ans. (Yaniv Berman, Autorité israélienne des Antiquités)
    Nathan Ben-Ari, archéologue de l'Autorité israélienne des Antiquités, sur le site de fouilles à Arnona, Jérusalem, d'un centre administratif vieux de 2 700 ans. (Yaniv Berman, Autorité israélienne des Antiquités)

Un immense site du Royaume de Juda découvert à Jérusalem

Parmi les découvertes vieilles de 2 700 ans: 120 sceaux sur des jarres contenant de la nourriture collectée comme taxes pour les rois Ezéchias, Menashe à l’époque du Premier Temple

Amanda Borschel-Dan édite la rubrique « Le Monde Juif »

L’une des plus grandes collections d’empreintes de sceaux du Royaume de Juda a été mise au jour dans un immense complexe de collecte et de stockage d’impôts publics de la période du Premier Temple, en cours de fouilles près de la nouvelle ambassade des États-Unis à Jérusalem. La principale structure de l’âge du fer est exceptionnelle tant par sa taille que par son style architectural, a déclaré l’archéologue Neri Sapir, de l’Autorité israélienne des Antiquités, qui a codirigé les fouilles.

Découvert à seulement trois kilomètres en dehors de la Vieille Ville, le complexe est considéré par les archéologues de l’Autorité israélienne des Antiquités comme ayant servi de centre administratif pendant les règnes des rois de Judée Ezéchias et Ménashé (du 8e siècle au milieu du 7e siècle avant notre ère).

Plus de 120 anses de jarres estampillées il y a 2 700 ans avec des empreintes de sceaux en écriture hébraïque ancienne ont été découvertes sur le site, indiquant clairement l’utilisation du lieu comme centre de stockage et de taxes, selon un communiqué de presse de l’AIA mercredi. Parmi les inscriptions estampillées, on trouve notamment « LMLK », « LaMeLeKh » ou « Appartenant au roi », une façon de marquer que les denrées alimentaires stockées dans les jarres avaient été titrées au profit du souverain de Judée.

Ce trésor d’empreintes de sceaux « LMLK » s’ajoute aux plus de 2 000 sceaux similaires précédemment découverts lors de fouilles et permet aux archéologues de repenser les systèmes administratifs et de collecte des impôts du Royaume de Juda.

« C’est l’une des découvertes les plus importantes de la période des Rois à Jérusalem faite ces dernières années. Sur le site que nous avons fouillé, il y a des signes que l’activité gouvernementale a géré et distribué des fournitures alimentaires non seulement en cas de pénurie, mais a aussi administré les surplus agricoles amassant des marchandises et des richesses », ont déclaré les co-directeurs des fouilles de l’AIA, Sapir et Nathan Ben-Ari, dans un communiqué de presse mercredi.

Empreinte du sceau royal hébreu ancien à deux ailes « LMLK » — « Appartenant au roi » — trouvé dans le complexe administratif vieux de 2 700 ans dans le quartier d’Arnona à Jérusalem. (Yaniv Berman, Autorité israélienne des Antiquités)

Selon les archéologues, le grand nombre d’empreintes de sceaux ici et au kibboutz voisin Ramat Rachel montre qu’une grande partie de l’administration gouvernementale du royaume de Juda a eu lieu en dehors de la ville de David pendant au moins les derniers siècles de la monarchie.

Les fouilles de sauvetage en cours dans le quartier d’Arnona de Jérusalem sont menées par l’Autorité israélienne des Antiquités, financées par l’Autorité foncière israélienne et administrées par la Moriah Jerusalem Development Corporation avant la construction d’un nouveau projet de bâtiment.

L’archéologue du district de Jérusalem de l’AIA, le Dr Yuval Baruch, a déclaré que les agences travaillent ensemble pour préserver le site dans le cadre du plan du nouveau projet qui s’inscrit dans la tendance de l’AIA au développement durable du patrimoine local.

« Les découvertes archéologiques à Arnona identifient le site comme un site clé – le plus important dans l’histoire des derniers jours du Royaume de Juda et du retour à Sion des décennies après la destruction du Royaume. Ce site rejoint un certain nombre d’autres sites clés découverts dans la région de Jérusalem qui étaient liés au système administratif centralisé du Royaume de Juda depuis son apogée jusqu’à sa destruction », a déclaré Baruch.

La mort, l’idolâtrie et les impôts

Une collection de ce qui semble être des idoles en argile a également été découverte sur le site. Selon Sapir et Ben-Ari, « Certaines des figurines représentent des femmes, des cavaliers ou des animaux. Ces figurines sont généralement interprétées comme des objets utilisés dans le culte païen et l’idolâtrie – un phénomène qui, selon la Bible, était répandu dans le royaume de Juda ».

Figurines de femmes et d’animaux en argile trouvées sur le site de fouilles d’Arnona, à Jérusalem. (Yaniv Berman, Autorité israélienne des Antiquités)

Bien que tous les citoyens n’aient peut-être pas participé au culte des idoles, les taxes étaient assurées – comme l’illustrent les anses « LMLK » et d’autres preuves archéologiques. Selon les découvertes des archéologues, les impôts sous forme de produits agricoles tels que le vin et l’huile d’olive étaient perçus de manière ordonnée.

« Le site dominait autrefois de grandes parcelles agricoles et des vergers d’oliviers et de vignes qui comprenaient des installations industrielles agricoles telles que des pressoirs pour la vinification », ont déclaré les archéologues.

Des empreintes sur des anses de jarres royales « LMLK » ont été trouvées dans des fouilles associées au royaume de Juda, principalement autour de Jérusalem. Plusieurs poteries complètes estampillées LMLK ont été trouvées à Lachish, dans les contreforts de la Judée. Environ une vingtaine de types d’empreintes ont été trouvés jusqu’à présent, bien que toutes soient généralement estampillées d’un disque solaire flanqué de deux (comme dans le cas à Arnona) ou quatre ailes.

Empreinte de sceau découverte dans le complexe administratif vieux de 2 700 ans du quartier d’Arnona à Jérusalem, portant l’ancienne inscription en hébreu « Appartenant à Meshalem Elnatan ». (Yaniv Berman, Autorité israélienne des Antiquités)

Habituellement, l’ancienne inscription hébraïque LMLK apparaît au-dessus d’un disque solaire ; dans le cas des empreintes d’Arnona et de certaines de celles trouvées lors de fouilles ailleurs, sous le disque solaire est enregistrée l’une des quatre villes du royaume de Juda : Hébron, Ziph, Socho ou Mmst.

Selon Sapir et Ben-Ari, Hébron, Ziph et Socho sont clairement identifiés avec les anciennes villes connues de Judée dans la région des collines d’Hébron. « Cependant, l’identification de Mmst est encore controversée ».

Un article de l’Université de Tel Aviv de 2011, « Judahite Stamped and Incised Jar Handles : A Tool for Studying the History of Late Monarchic Judah », explique que les anses estampillées sont un phénomène largement connu de la fin de l’âge du fer du royaume de Juda. « Les fouilles et les études menées dans cette zone ont permis de découvrir plus de 2 000 anses de jarres estampillées ou incisées datant de la très courte période allant de la fin du VIIIe siècle à la destruction du royaume au début du VIe siècle avant notre ère ».

Neria Sapir, archéologue de l’Autorité israélienne des Antiquités, sur le site de fouilles à Arnona, Jérusalem, d’un centre administratif vieux de 2 700 ans. (Yaniv Berman, Autorité israélienne des Antiquités)

On a également trouvé parmi les empreintes d’Arnona et lors d’autres fouilles les noms de hauts fonctionnaires et de riches individus du Royaume de Juda : Naham Abdi, Naham Hatzlihu, Meshalem Elnatan, Zafan Abmetz, Shaneah Azaria, Shalem Acha et Shivna Shachar.

« Ces noms apparaissent sur les anses des jarres de stockage dans divers sites du Royaume de Juda et attestent de la position d’élite de ceux dont les noms sont imprimés sur les jarres », ont déclaré les archéologues. On suppose qu’il s’agit de hauts fonctionnaires qui étaient en charge de zones économiques spécifiques, ou peut-être de personnes riches à l’époque – ceux qui possédaient de grandes terres agricoles, propulsait l’économie de leur district, et possédaient des sceaux privés ».

Un mystère dur comme le roc

Selon les archéologues, le site d’Arnona est daté d’une période où la Bible documente des bouleversements tumultueux, dont l’échec de la campagne du roi assyrien Sennachérib pour la conquête de Jérusalem à l’époque du roi Ezéchias. Les artefacts présents sur le site, y compris les sceaux apposés, montrent que la taxation est probablement restée ininterrompue pendant cette période.

Nathan Ben-Ari, archéologue de l’Autorité israélienne des Antiquités, sur le site de fouilles à Arnona, Jérusalem, d’un centre administratif vieux de 2 700 ans. (Yaniv Berman, Autorité israélienne des Antiquités)

« Il se peut que les dispositions économiques du gouvernement indiquées par les sceaux soient liées à ces événements, cependant, les fouilles ont révélé que le site a continué à être actif après la conquête assyrienne », affirment les archéologues.

Avec la destruction du royaume de Juda en 586 avant notre ère et l’exil babylonien, le site a été abandonné, ont déclaré les chercheurs. Cependant, peu après, « le site a été réinstallé et l’activité administrative a repris. Pendant ce temps, l’activité gouvernementale sur le site était liée à la province de Judée lors du retour à Sion en 538 avant notre ère, sous les auspices de l’Empire perse achéménide, qui régnait alors sur tout le Proche-Orient et l’Asie centrale ».

Les fouilles menées par l’Autorité israélienne des Antiquités sur les flancs du quartier d’Arnona à Jérusalem ont mis au jour un complexe administratif datant d’il y a 2 700 ans. (Yaniv Berman, Autorité israélienne des Antiquités)

Les découvertes des archéologues correspondent à l’hypothèse présentée par l’article de l’Université de Tel Aviv sur les anses de jarres. « Les anses de jarre estampillées faisaient partie du système administratif des Judéens qui était déjà établi lorsque Juda est devenu un royaume vassal assyrien et a continué à être utilisé tant que Juda était un royaume vassal et ensuite une province sous la domination des empires babylonien, persan et ptolémaïque ».

Cependant, après cette reprise d’activité sur le site de l’administration à Arnona, à un moment donné, il y a des milliers d’années, le grand bâtiment du site a été recouvert d’un énorme tas de pierres de silex pour créer une colline artificielle de 20 mètres répartie sur sept dunams (7 000 m2) qui est encore visible à l’œil nu. Les archéologues pensent qu’une autre installation de stockage pourrait se trouver sous les pierres.

« Ces collines artificielles en pierre ont été identifiées sur plusieurs sites de Jérusalem et constituent un phénomène de la fin de la période du Premier Temple. Elles ont suscité la curiosité et la fascination des chercheurs de Jérusalem depuis le début des recherches archéologiques dans la région », ont déclaré les archéologues.

« Néanmoins, la raison de l’énorme effort fait pour les empiler sur plusieurs hectares reste un mystère archéologique non résolu », ont-ils déclaré.

Mystérieux monticule de pierres : Les fouilles de l’Autorité israélienne des Antiquités sur les flancs du quartier d’Arnona à Jérusalem ont mis au jour un complexe administratif datant d’il y a 2 700 ans. (Yaniv Berman, Autorité israélienne des Antiquités)
read more:
comments