Un institut polonais honore les siens qui ont sauvé des Juifs. Poudre aux yeux ?
Rechercher
  • Léon et Marianna Lubkiewicz possédaient une boulangerie et donnaient de la nourriture aux Juifs en cachette. Ils ont été exécutés par les Allemands. (Avec l'aimable autorisation de l'Institut Pilecki)
    Léon et Marianna Lubkiewicz possédaient une boulangerie et donnaient de la nourriture aux Juifs en cachette. Ils ont été exécutés par les Allemands. (Avec l'aimable autorisation de l'Institut Pilecki)
  • Une famille polonaise lors d'une cérémonie en l'honneur de ses proches qui ont tenté de sauver des Juifs pendant la Seconde Guerre mondiale. (Avec l'aimable autorisation de l'Institut Pilecki)
    Une famille polonaise lors d'une cérémonie en l'honneur de ses proches qui ont tenté de sauver des Juifs pendant la Seconde Guerre mondiale. (Avec l'aimable autorisation de l'Institut Pilecki)
  • Une famille polonaise devant un mémorial honorant ses proches qui ont tenté de sauver des Juifs pendant la Seconde Guerre mondiale. (Avec l'aimable autorisation de l'Institut Pilecki)
    Une famille polonaise devant un mémorial honorant ses proches qui ont tenté de sauver des Juifs pendant la Seconde Guerre mondiale. (Avec l'aimable autorisation de l'Institut Pilecki)
  • Wojciech Kozłowski, directeur de l'Institut Pilecki. (Avec l'aimable autorisation de l'Institut Pilecki)
    Wojciech Kozłowski, directeur de l'Institut Pilecki. (Avec l'aimable autorisation de l'Institut Pilecki)
  • Agnieszka Dąbek lors d'un événement "Called by Name". (Avec l'aimable autorisation de l'Institut Pilecki)
    Agnieszka Dąbek lors d'un événement "Called by Name". (Avec l'aimable autorisation de l'Institut Pilecki)
  • Un pin's avec le logo "Called by Name". (Avec l'aimable autorisation de l'Institut Pilecki)
    Un pin's avec le logo "Called by Name". (Avec l'aimable autorisation de l'Institut Pilecki)

Un institut polonais honore les siens qui ont sauvé des Juifs. Poudre aux yeux ?

Pour les critiques, l’Institut Pilecki honore les héros et passe sous silence les Polonais qui ont collaboré avec les nazis, mais son fondateur nie « toute intention politique »

LONDRES – En février 1943, Stanisława et Henryk Budziszewski ont décidé d’aider une famille d’évadés juifs dans leur ferme du village polonais de Żebry-Laskowiec où ils vivaient avec leurs trois fils, Wacław, Stanisław, et Konstanty. La famille juive se composait d’un mari et d’une femme – des commerçants du village voisin de Nur – et de leurs trois enfants. Leur nom de famille reste inconnu.

Tout le monde dans les villages locaux savait que cacher des Juifs était illégal et que, s’il était découvert, le crime entraînait une peine de mort certaine.

Les Juifs ont été cachés avec succès pendant seulement deux semaines avant d’être découverts par les gendarmes allemands et la Gestapo dans la ferme des Budziszewskis, couverte de foin dans l’une des granges. Les adultes de la famille polonaise ont été séparés et interrogés ; Waclaw, âgé de 18 ans seulement, a menti aux Allemands et a affirmé qu’il avait aidé les Juifs à l’insu de ses parents.

Les Juifs ont été déportés et assassinés dans un lieu inconnu. Wacław a été envoyé au camp de concentration de Stutthof, où il est mort le 1er avril 1943. Le reste de la famille Budziszewski a été envoyé aux travaux forcés pour le Troisième Reich.

Récemment, les Budziszewskis font partie des 17 cas identifiés et honorés par l’Institut Pilecki de Pologne dans le cadre d’un projet lancé en mars 2019 intitulé « Appelés par leur nom », [Called by Name].

Stanisława Budziszewska, (à gauche), a caché des Juifs aux nazis dans sa grange. (Avec l’aimable autorisation de l’Institut Pilecki)

Selon le site web de l’Institut Pilecki, le projet est « consacré aux personnes de nationalité polonaise qui ont été assassinées pour avoir apporté leur aide aux Juifs pendant l’occupation allemande ». Une fois identifiés, les sauveteurs sont honorés par une cérémonie au cours de laquelle une pierre commémorative est dévoilée en leur nom.

Bien que cet hommage semble assez admirable, de nombreux universitaires affirment que l’initiative lancée par l’Institut Pilecki – une entité fondée en 2017 avec des fonds gouvernementaux – fait partie d’une campagne organisée pour blanchir le récit de guerre de la Pologne et présenter les Polonais ordinaires comme des sauveurs de Juifs tout en passant sous silence leurs (très) nombreux actes de trahison et d’antisémitisme.

Un universitaire qui s’est entretenu avec le Times of Israel a accusé le projet de « manipuler l’histoire ». L’Institut rejette vigoureusement ces accusations.

Dans presque tous les cas identifiés par « Called by Name », les individus et les familles polonaises qui ont aidé les Juifs locaux, ainsi que les Juifs eux-mêmes, ont été découverts, et généralement exécutés, par les forces militaires allemandes et la Gestapo. Seuls quatre des 17 cas ont résisté à un examen rigoureux pour être reconnus comme Justes parmi les Nations par Yad Vashem, le mémorial et le musée de la Shoah en Israël.

Mais même Yad Vashem est conscient que ses exigences élevées ont fait que des affaires comme celle des « Budziszewskis » ont été négligées pour l’attribution de la distinction.

« Le titre de Juste parmi les nations est réservé aux personnes relativement peu nombreuses qui répondent à des critères spécifiques, particulièrement stricts », a déclaré un porte-parole de Yad Vashem au Times of Israel. « La réputation et la haute estime du titre de Juste parmi les Nations conféré par Yad Vashem découlent, en partie, de l’ensemble rigoureux de critères et des recherches approfondies qui sont menées dans chaque cas ».

Une famille polonaise lors d’une cérémonie en l’honneur de ses proches qui ont tenté de sauver des Juifs pendant la Seconde Guerre mondiale. (Avec l’aimable autorisation de l’Institut Pilecki)

« Dans la majorité des cas présentés à l’examen de Yad Vashem par l’Institut Pilecki, il y a un manque de preuves qui indiqueraient si les personnes en question ont caché ou aidé d’une autre manière les Juifs par altruisme ou pour le profit », a déclaré le porte-parole.

L’Institut Pilecki, cependant, soutient qu’il « n’a jamais soumis de candidats à Yad Vashem à des fins d’examen ».

Pilecki : un véritable héros polonais

Presque tous les témoignages qui corroborent l’existence de Called by Name, reconnaissent les chercheurs de Pilecki, proviennent de Polonais plutôt que de Juifs – notamment parce que les Juifs impliqués ont été sommairement assassinés ou déportés.

Agnieszka Dąbek lors d’un événement « Called by Name ». (Avec l’aimable autorisation de l’Institut Pilecki)

Les deux principaux membres du personnel de l’institut, la coordinatrice de Called by Name, Agnieszka Dąbek, et le chercheur Karol Madaj, ont déclaré au Times of Israel que leur intention était « d’honorer les Gentils Polonais qui ont été assassinés pendant l’occupation par des représentants de l’administration allemande, en raison de leur aide aux Juifs ».

Le chercheur de Called by Name, Karol Madaj. (Avec l’aimable autorisation de l’Institut Pilecki)

« Nous ne choisissons que les histoires qui sont bien documentées et confirmées par plus d’une source. Jusqu’à présent, nous avons également posé la condition que les descendants survivants ou les membres de la famille proche devaient être retrouvés », ont-ils déclaré au Times of Israel dans un communiqué.

Mais les universitaires contactés par le Times of Israel ont contesté l’indépendance de cette recherche, affirmant que l’Institut Pilecki est un organisme gouvernemental dont le seul objectif est de réécrire le récit de la guerre en Pologne.

L’institut porte le nom du capitaine Witold Pilecki, héros de la Shoah, qui s’est introduit clandestinement à Auschwitz en 1940 afin d’obtenir autant d’informations que possible et, au prix de grands risques personnels, de les transmettre au monde extérieur. Après la guerre, Pilecki, qui a passé trois ans à Auschwitz, a été arrêté par le régime communiste en Pologne et abattu en 1948, son histoire ayant été occultée pendant des décennies par les gouvernements polonais successifs.

Son œuvre a été réhabilitée dans les années 1990, et l’institut qui porte son nom est maintenant spécialisé dans la recherche sur les atrocités nazies en Pologne et les efforts de résistance locaux.

Les travaux futurs de l’Institut Pilecki pourraient dépendre de la question de savoir qui remportera le prochain tour des élections présidentielles polonaises lors du second tour du 12 juillet. L’actuel maire de Varsovie, Rafał Kazimierz Trzaskowski, du parti libéral Plate-forme civique, est un concurrent de taille pour le président de droite sortant Andrzej Duda, sous les auspices duquel l’institut reçoit son soutien gouvernemental.

La « propagande ethno-nationaliste du gouvernement polonais »

Des critiques tels que le Dr François Guesnet de l’Université de Londres et le Prof. Jan Grabowski de l’Université d’Ottawa ont fortement remis en question le statut de l’Institut Pilecki lui-même, ainsi que les recherches qu’il présente.

Guesnet, professeur d’histoire juive moderne à l’University College London, est spécialisé dans l’étude des Juifs polonais.

Le capitaine Witold Pilecki, qui a donné son nom à l’Institut Pilecki. (Capture d’écran sur YouTube)

« L’Institut Pilecki a été créé par l’actuel gouvernement ethno-nationaliste polonais à des fins de propagande », a déclaré Guesnet au Times of Israel. Bien qu’il ait toutes les caractéristiques d’une institution dédiée à la recherche, il n’a qu’une seule tâche : travailler à « la bonne réputation de la Pologne » dans le cadre d’un récit historique qui a été défini par ce gouvernement et ses représentants.

Bien qu’il ait reconnu qu’il y a eu de nombreux cas de « dévouement souvent héroïque pour sauver la vie des voisins », de tels cas, selon Guesnet, « côtoient de nombreux cas de dénonciation et même d’implication active dans la persécution des Juifs ».

Le gouvernement actuel a pour objectif explicite de privilégier un type de fait par rapport à d’autres

Guesnet l’a dit sans détours : « [L’Institut] manipule l’histoire. Par conséquent, lorsqu’on traite du matériel proposé par l’Institut Pilecki, il faut être extrêmement prudent, car le gouvernement actuel a pour objectif explicite de privilégier un type de fait par rapport à d’autres ».

Grabowski a déclaré dans un courriel que l’Institut Pilecki est « une agence de plus de l’Etat polonais (entièrement financée par le budget de l’Etat) impliquée dans la déformation grossière de l’histoire et de la mémoire de la Shoah ».

Un soldat dépose des fleurs devant le monument au héros de la Seconde Guerre mondiale, le capitaine Witold Pilecki, qui s’est porté volontaire pour se rendre à Auschwitz et faire un rapport sur les atrocités qui y ont été commises, et qui a ensuite été tué par le régime communiste polonais, lors des cérémonies d’inauguration du monument à Varsovie, en Pologne, le 13 mai 2017. (AP Photo/Czarek Sokolowski)

Called by Name est « une nouvelle tentative de ‘domestiquer’ l’histoire de la Shoah et de remplacer les victimes juives par les nobles sauveteurs polonais », a déclaré M. Grabowski.

« Ce qui est particulièrement choquant, c’est le fait que les gens de Pilecki installent diverses plaques commémoratives et des monuments consacrés aux Polonais qui ont sauvé des Juifs lors des cérémonies commémorant la liquidation des ghettos locaux », a-t-il déclaré. « J’appelle cela des ‘plaques commémoratives’, c’est-à-dire une célébration de la vertu polonaise, et non de la mort de Juifs ».

J’appelle cela des ‘plaques commémoratives’ – c’est-à-dire une célébration de la vertu polonaise, et non de la mort de Juifs

Il a déclaré que cela constitue « une atteinte à la mémoire de la Shoah ».

Citant Kristen Monroe dans son examen du phénomène des Justes Gentils, Antony Polonsky, historien en chef du Musée POLIN de l’Histoire des Juifs polonais à Varsovie, a déclaré que le danger était de mettre en avant les actions des sauveteurs « afin que les sauveteurs deviennent un alibi pour les non sauveteurs ».

Tous les universitaires contactés par le Times of Israel – dont beaucoup ne souhaitaient pas être cités – ont donné des opinions similaires et ont exprimé leur inquiétude quant au fait que le problème majeur était celui du contexte.

« L’Institut Pilecki fait partie des efforts du gouvernement [polonais] qui a été créé et recruté pour montrer que la nation polonaise était une nation de héros qui ont risqué leur vie pour sauver les Juifs. Malheureusement, les preuves historiques ne le confirment pas », a déclaré un universitaire qui a demandé l’anonymat.

Une institution scientifique qui s’engage à offrir des bourses d’études sérieuses

Wojciech Kozłowski, directeur de l’Institut Pilecki. (Avec l’aimable autorisation de l’Institut Pilecki)

Le directeur de l’Institut Pilecki, le Dr Wojciech Kozlowski, a fermement rejeté les critiques et a insisté sur la validité des recherches de l’institut. Lorsqu’on lui a demandé si l’institut avait été créé pour fournir un récit alternatif des actions polonaises pendant la Seconde Guerre mondiale, il a répondu qu’il avait été institué « par une loi du Parlement polonais ».

Kozlowski a décrit l’Institut Pilecki comme l’une des nombreuses institutions publiques de recherche en Pologne. Il a déclaré que la mission et les obligations de l’institut sont clairement définies dans la législation qui l’a créé, et que dans le domaine de la recherche, l’institut s’inspire largement du statut de 2011 de l’Institut d’histoire de l’Académie polonaise des sciences.

« Nous ne sommes en aucun cas intéressés par la promulgation d’un quelconque ‘récit alternatif’ ou par la poursuite d’un quelconque programme politique », a déclaré M. Kozlowski, ajoutant qu’“en tant qu’historiens, archivistes et chercheurs professionnels, nous nous consacrons uniquement à fournir une contribution scientifique au domaine de l’histoire basée sur une méthodologie solide et des sources bien documentées”.

Intérieur de l’Institut Pilecki. (Avec l’aimable autorisation de l’Institut Pilecki)

Il a fermement rejeté l’accusation selon laquelle l’Institut Pilecki « manipulait l’histoire » ou qu’il n’y avait pas de contrôle indépendant de ses recherches.

Pilecki est « une institution scientifique qui s’engage à offrir des bourses sérieuses », a déclaré Kozlowski, qui travaille avec « une communauté mondiale d’universitaires – l’essence même de la surveillance indépendante. Ce sont les normes auxquelles nous sommes tenus, et franchement, je ne peux pas imaginer quelle autre forme de contrôle pourrait exister ».

Kozlowski a déclaré qu’en 2017, l’Institut Pilecki a reçu du Parlement polonais une somme forfaitaire unique de 74 millions de PLN (environ 16,5 millions d’euros), qui a été utilisée pour lancer l’institut et couvrir les dépenses opérationnelles jusqu’en 2019. Cette année, l’institut a reçu une subvention pour utilisateur spécifique de 20 millions de PLN (environ 4,4 millions d’euros) du ministère de la Culture et du Patrimoine national.

En réponse aux critiques concernant le contexte historique, notamment la question de savoir qui a livré les Juifs polonais aux Nazis en premier lieu, Kozlowski a déclaré que « l’occupation allemande de la Pologne a entraîné un désastre pour l’ensemble de la société polonaise, tant pour les Juifs que pour les Polonais catholiques ».

« La terreur allemande était écrasante et diaboliquement rusée, induisant la peur et de faux espoirs de survie seulement pour confronter les gens à des choix impossibles », a-t-il déclaré. Honnêtement, dire que « en Pologne, ceux qui aidaient les Juifs étaient passibles de la peine de mort » n’est qu’un euphémisme.

Une famille polonaise devant un mémorial honorant ses proches qui ont tenté de sauver des Juifs pendant la Seconde Guerre mondiale. (Avec l’aimable autorisation de l’Institut Pilecki)

Dans ce monde de peur, de terreur et d’arbitraire, il y a eu de nombreux cas de comportements « non héroïques », et nous n’avons jamais dit le contraire. Les gens dénonçaient en effet les Juifs aux Allemands, et de même ils dénonçaient leurs compatriotes polonais catholiques à la Gestapo, pour diverses raisons et pour une pléthore de raisons », a déclaré Kozlowski.

« Nous effectuons des recherches sur ces questions et nous refusons de fuir les aspects difficiles de ces histoires », a-t-il déclaré.

Kozlowski a également cité Menachem Rosensaft, vice-président exécutif associé du Congrès juif mondial, qui a publié un communiqué de presse commun avec l’Institut Pilecki.

« Nous ne pouvons et ne devons pas ignorer les Polonais qui ont tué des Juifs ou les ont remis aux Allemands pour qu’ils les tuent, ou qui ont profité sans vergogne de la ghettoïsation et de la déportation de leurs compatriotes juifs », indique la déclaration.

« En même temps, cependant, il est tout aussi essentiel de souligner que des milliers de Polonais ont risqué leur vie pour cacher et sauver des Juifs, et que le gouvernement polonais en exil basé à Londres était l’un des rares alliés de la communauté juive européenne pendant les années de la Shoah », a-t-il déclaré.

read more:
comments