Rechercher
Une ourse polaire avec ses petits sur un morceau de glace flottant, Svalbard, été 2018
Une ourse polaire avec ses petits sur un morceau de glace flottant, Svalbard, été 2018
Interview

Un photographe israélien primé appelle à la protection de la vie sauvage

Roie Galitz, qui vit à Tel Aviv et qui est attiré par les paysages glacés, avertit que la disparition des ours polaires est le « canari dans la mine de charbon » du monde

Alors qu’il parcourt certains des endroits situés les plus au nord de la Terre, Roie Galitz fait la course pour capturer des paysages en voie de disparition et les animaux qui y vivent, dans le but de rendre leur détresse réelle pour les gens du monde entier.

Roie Galitz est un photographe israélien primé, spécialiste de la faune sauvage et ambassadeur de Greenpeace. En amont de la conférence sur le climat COP 26 qui a débuté à Glasgow, en Écosse, le 31 octobre, et au cours de laquelle le secrétaire général des Nations unies, António Guterres, a tenté d’inciter les dirigeants du monde entier à prendre enfin des mesures plus ambitieuses pour réduire les émissions de gaz à effet de serre, Galitz a parlé de son travail lors du podcast hebdomadaire du Times of Israel, ‘Times will Tell’ (des extraits édités apparaissent ci-dessous) et a partagé certaines de ses images favorites.

« En tant qu’Israélien, basé à Tel Aviv, je suis attiré par les choses qui sont les plus différentes de chez moi », dit-il. « J’aime aller aussi loin que possible. J’aimerais aller sur Mars, mais comme on ne peut pas encore y aller, j’aime aller dans les endroits les plus froids. »

Parmi ses repaires favoris figurent le Svalbard, un archipel norvégien situé dans l’océan Arctique, l’Antarctique et la péninsule du Kamtchatka, dans l’Extrême-Orient russe.

Idylle arctique, Svalbard, avril 2019. Un ours polaire mâle démontre sa dominance pour attirer la femelle. (Crédit : Roie Galitz)

« J’aime la capacité à raconter des histoires », dit-il. « Avec la photographie, je peux emmener les gens dans mes aventures à travers le monde. Je peux prendre une tranche de quelque chose dont je suis le seul témoin et la sauvegarder pour toujours, figeant un moment fugace pour l’éternité. »

Les voyages de Galitz dans les climats les plus froids l’ont mis face à certains des effets les plus extrêmes du changement climatique, car les effets du réchauffement climatique se manifestent plus rapidement aux pôles nord et sud.

À la recherche de nourriture : Une femelle ours brun du Kamtchatka cherche des poissons avec lesquels elle pourra nourrir ses oursons dans le sud de la péninsule du Kamtchatka, dans l’Extrême-Orient russe, en août 2018. (Crédit : Roie Galitz)

« C’est ce qui m’a amené à la diplomatie environnementale », explique-t-il. Avant que ces voyages ne commencent, il entendait parler de la crise climatique aux informations, comme tout le monde, mais il la considérait comme quelque chose de lointain et sans intérêt personnel.

« Quand vous allez dans ces endroits, année après année, vous voyez les immenses changements qui se produisent ».

 » Roi de la Plage  » montre un grand morse mâle gardant son harem dans un fjord du Svalbard. (Crédit : Roie Galitz)

La glace blanche renvoie une plus grande partie de l’énergie solaire dans l’espace que les terres et les eaux sombres, explique-t-il. Sans glace de mer, la Terre absorbera davantage de rayonnement solaire, réchauffant encore plus la planète.

« Là-bas, vous voyez les glaciers fondre, les ours polaires mourir de faim, un Arctique sans glace, le passage du Nord-Est qui s’ouvre. » Ce passage est une route maritime entre les océans Pacifique et Atlantique, le long des côtes arctiques de la Norvège et de la Russie.

Dans  » Motherhood « , un singe des neiges japonais et son nourrisson se détendent dans les piscines chaudes et thermales de Jigokudani à Nagano, au Japon, en février 2019. (Crédit : Roie Galitz)

Certaines des photographies de Roie Galitz traitent directement des effets du changement climatique.

Mais le plus souvent, il zoome sur la vie quotidienne de ses sujets, les montrant en train de jouer, de se nourrir et de s’accoupler.

« C’est une chose de photographier des choses déprimantes, mais j’essaie d’humaniser les animaux, de les rendre plus racontables, agréables et aimables », dit-il.

Dans  » Serengeti Sunset « , une femelle guépard et ses quatre petits regardent le soleil se coucher dans le sud du Serengeti, en Tanzanie, en mars 2017. (Crédit : Roie Galitz)

« Lorsque les gens se soucient de quelque chose et que cette chose leur est enlevée, ils s’en soucient généralement davantage ».

Dans les explications de ses photos, et dans les nombreuses conférences qu’il donne, dont une lors d’une convention TED à Glasgow il y a deux ans, Galitz relie ses images à l’effet des actions de l’Humanité sur ce qu’il appelle la « course de relais de la vie », au cours de laquelle tous les êtres vivants s’efforcent de passer le « bâton génétique » d’une génération à l’autre, pour faire perdurer l’espèce.

L’une de ses photographies, représentant une jeune lionne mangeant le cadavre d’une vieille femelle éléphant morte de causes naturelles, symbolise pour lui le cycle sans fin de la vie.

Last Embrace », hautement recommandée par les juges du prix Wildlife Photography of the Year 2021, au Musée d’histoire naturelle de Londres. Une jeune lionne prend des forces en mangeant les restes d’une vieille femelle éléphant morte de causes naturelles, parc national de Tarangire, Tanzanie, mars 2019. (Crédit : Roie Galitz)

Au début du mois, elle lui a valu une mention très bien lors de la prestigieuse remise du prix du « Wildlife Photographer of the Year » au Natural History Museum de Londres.

Galitz aime particulièrement les ours, qui sont selon lui super-intelligents, ainsi que tous les grands mammifères, dont beaucoup sont des prédateurs apex.

‘Photograbear’, pris au Svalbard à l’été 2018, montre un grand ours polaire mâle qui a chassé Galitz pour qu’il puisse prendre un aperçu à travers l’objectif. (Crédit : Roie Galitz)

« Nous avons vu partout dans le monde que lorsque vous retirez les prédateurs apicaux ou toute espèce clé de voûte de l’environnement, l’écosystème entier peut s’effondrer. »

À la question de savoir pourquoi les gens devraient se soucier de l’extinction des ours polaires à des milliers de kilomètres de là, il répond qu’ils sont des prédateurs apex et des espèces clés – des créatures qui aident à définir un écosystème entier – et que s’ils disparaissent, toute la chaîne de vie est affectée. Des pays comme l’Islande et le Royaume-Uni en ressentiront les effets, car s’il y a plus de phoques dans les océans, il y aura moins de poissons.

Ours brun du Kamtchatka avec un saumon rouge dans sa bouche, sud de la péninsule du Kamtchatka, Extrême-Orient russe, août 2017. (Crédit : Roie Galitz)

À l’échelle mondiale, dit-il, les ours polaires sont comme « le canari dans notre mine de charbon », qui nous prévient des nombreuses conséquences de la fonte massive des glaces, comme l’élévation du niveau des mers, qui mettront en danger des millions de personnes dans le monde.

Roie Galitz affirme que s’il n’était pas optimiste quant au fait que la crise puisse encore être maîtrisée, il ne ferait pas ce qu’il fait.

Le « repos estival » au Svalbard, pendant l’été 2017 particulièrement chaud, où les ours polaires se sont reposés autant que possible pour conserver leur énergie jusqu’au retour de la glace. (Crédit : Roie Galitz)

« Il y a beaucoup de choses que nous pouvons faire à ce sujet. Nous essayons simplement, comme nous l’avons fait avec la pandémie [de COVID-19], d’aplanir la courbe. Nous espérons que les générations futures sauront mieux que nous réparer notre gâchis. »

‘Nuit polaire’ met en scène le grand ours polaire mâle qui a regardé à travers l’objectif de la caméra de Galitz (ci-dessus) traversant un fjord gelé au Svalbard vers minuit à la recherche des trous de respiration des phoques, été 2018. (Crédit : Roie Galitz)
read more:
comments