Yaara Saks, une parlementaire israélo-canadienne sioniste et pro-Palestiniens
Rechercher
  • La candidate de l'époque, Yaara Saks, fait campagne aux côtés de volontaires pour l'élection partielle visant à représenter le district de York Centre au Parlement canadien, le 19 octobre 2020. (Autorisation)
    La candidate de l'époque, Yaara Saks, fait campagne aux côtés de volontaires pour l'élection partielle visant à représenter le district de York Centre au Parlement canadien, le 19 octobre 2020. (Autorisation)
  • La députée nouvellement assermentée Yaara Saks salue le Premier ministre canadien Justin Trudeau dans l'antichambre avant d'être présentée à la Chambre des communes, à Ottawa, Canada, le 25 novembre 2020. (Autorisation)
    La députée nouvellement assermentée Yaara Saks salue le Premier ministre canadien Justin Trudeau dans l'antichambre avant d'être présentée à la Chambre des communes, à Ottawa, Canada, le 25 novembre 2020. (Autorisation)
  • Yaara Saks, députée nouvellement élue de York Centre, sur la Colline du Parlement avant sa prestation de serment, à Ottawa, au Canada, le 25 novembre 2020. (Autorisation)
    Yaara Saks, députée nouvellement élue de York Centre, sur la Colline du Parlement avant sa prestation de serment, à Ottawa, au Canada, le 25 novembre 2020. (Autorisation)
  • Yaara Saks (au centre), députée canadienne nouvellement élue de York Centre, après avoir prêté serment, avec ses filles et son frère à sa droite, à Ottawa, au Canada, le 25 novembre 2020. (Autorisation)
    Yaara Saks (au centre), députée canadienne nouvellement élue de York Centre, après avoir prêté serment, avec ses filles et son frère à sa droite, à Ottawa, au Canada, le 25 novembre 2020. (Autorisation)
  • Yaara Saks sur la muraille qui entoure la Vieille Ville de Jérusalem pendant la première année de ses études de maîtrise à l'Université hébraïque, en juillet 1995. (Autorisation)
    Yaara Saks sur la muraille qui entoure la Vieille Ville de Jérusalem pendant la première année de ses études de maîtrise à l'Université hébraïque, en juillet 1995. (Autorisation)
  • La députée Yaara Saks pose une question au Premier ministre canadien Justin Trudeau lors de la période des questions à la Chambre des communes, dans l'Edifice de l'Ouest du Parlement, à Ottawa, au Canada, le 25 novembre 2020. (Autorisation)
    La députée Yaara Saks pose une question au Premier ministre canadien Justin Trudeau lors de la période des questions à la Chambre des communes, dans l'Edifice de l'Ouest du Parlement, à Ottawa, au Canada, le 25 novembre 2020. (Autorisation)
Interview

Yaara Saks, une parlementaire israélo-canadienne sioniste et pro-Palestiniens

La nouvelle élue apporte une voix différente au parti libéral de Trudeau. Elle se confie sur son parcours et sa vision en tant que citoyenne à double nationalité

TORONTO – A peine 24 heures après son entrée en fonctions en tant que premier membre du Parlement canadien ayant la double nationalité israélienne, Yaara Saks s’attirait déjà les éloges et les critiques de la communauté juive du pays. Cela faisait partie de son initiation à rejoindre le gouvernement du Premier ministre Justin Trudeau après sa récente victoire lors d’une élection partielle âprement disputée dans le district de York Centre à Toronto, où 15 à 20 % des habitants sont juifs.

Fin novembre, juste après avoir été assermentée comme nouvelle députée du Canada, Saks s’est levée pour faire ses premiers pas parlementaires à Ottawa. Elle a déclaré que les habitants de son district étaient extrêmement préoccupés par la montée de l’antisémitisme et des discours de haine en ligne. Elle s’est donc adressée à Trudeau, à la tête du pays depuis 2015.

« Le Premier ministre pourrait-il dire à la Chambre », a demandé Mme Saks, « ce que fait notre gouvernement pour combattre l’antisémitisme au Canada et dans le monde, et pour honorer la mémoire des six millions de Juifs assassinés pendant la Shoah ? »

Félicitant d’abord Saks pour son entrée au Parlement, Trudeau a ensuite répondu à sa question : « Ce gouvernement a déclaré à plusieurs reprises que l’antisémitisme et la négation de la Shoah n’ont absolument pas leur place dans notre société. » Pour renforcer sa position, il a ensuite cité l’annonce faite quelques heures plus tôt de la nomination de l’ancien ministre de la Justice Irwin Cotler au poste d’envoyé spécial du Canada pour la lutte contre l’antisémitisme et la préservation de la mémoire de la Shoah.

La députée Yaara Saks pose une question au Premier ministre canadien Justin Trudeau lors de la période des questions à la Chambre des communes, dans l’Edifice de l’Ouest du Parlement, à Ottawa, au Canada, le 25 novembre 2020. (Autorisation)

Pour avoir soulevé la question de l’antisémitisme lors de sa première apparition au Parlement, Saks a obtenu la reconnaissance de ses électeurs juifs. Mais elle a également subi la colère de ceux qui étaient bouleversés par la décision du gouvernement, quelques jours plus tôt, de voter en faveur d’une résolution pro-palestinienne aux Nations unies.

Ce n’était pas la première fois que Saks faisait face au mécontentement de la communauté juive du Canada. Pendant la campagne électorale d’automne, les critiques l’ont publiquement fustigée pour ses déclarations passées sur Israël.

« Au sein de la communauté juive au Canada, il y a une variété d’opinions sur ce qui se passe en Israël », a déclaré Saks au Times of Israel dans une récente interview sur Zoom depuis son bureau de circonscription à Toronto.

« C’est un lieu que beaucoup de gens associent à la culture et à la religion, mais à des degrés divers d’affiliation et d’observance avec une diversité de points de vue politiques. Ayant la double nationalité du Canada et d’Israël, et au vu de mon expérience de la vie là-bas, mon point de vue diffère de celui de beaucoup de gens ici ».

La députée nouvellement assermentée Yaara Saks salue le Premier ministre canadien Justin Trudeau dans l’antichambre avant d’être présentée à la Chambre des communes, à Ottawa, Canada, le 25 novembre 2020. (Autorisation)

Aujourd’hui, en tant que personnalité publique, elle est plus circonspecte dans ses commentaires sur Israël.

« Je ne prétendrai pas être d’accord avec toutes les initiatives et la politique du gouvernement actuel en Israël », a déclaré Saks, 47 ans. « Les commentaires que j’ai écrits ou les déclarations que j’ai faites précédemment reflètent mon implication dans ce pays depuis de nombreuses années. Ceci étant dit, Israël est une démocratie et choisit ses dirigeants et sa politique comme sa population le juge bon ».

L’année dernière, après avoir observé de loin les différents scrutins israéliens avec frustration, Mme Saks a décidé qu’elle ne pouvait plus rester sur la touche. Cinq jours avant le vote du 17 septembre 2019 en Israël, elle a publié un essai passionné de 1 700 mots sur son blog personnel et quelques jours plus tard dans la section opinion du Times of Israel.

« C’était une décision faite en une fraction de seconde », écrit-elle à propos de son retour en Terre Sainte pour voter elle-même. « Quelque chose au fond de moi s’est mis en marche. Je ne pouvais pas simplement regarder passivement une autre élection israélienne se dérouler à l’autre bout du monde. Alors juste comme ça, j’ai réservé un billet et je suis rentrée chez moi pour voter ».

Yaara Saks, députée nouvellement élue de York Centre, sur la Colline du Parlement avant sa prestation de serment, à Ottawa, au Canada, le 25 novembre 2020. (Autorisation)

Sans mâcher ses mots, elle a dépeint un Israël construit sur des tropes de peur, des conflits prolongés et une montée de l’extrémisme religieux.

« Oui, c’est une start-up nation, oui, ce pays est innovant, moderne et dynamique », a-t-elle ajouté. « Il est aussi profondément divisé dans ses politiques et ses tentatives législatives actuelles. Il a légitimé la dévalorisation des droits des citoyens non-juifs et des membres de la communauté LGBTQ. Il est profondément raciste envers ses minorités et ne se considère pas comme une lumière et un abri ou un futur foyer pour les demandeurs d’asile fuyant la guerre. Plus troublante est sa volonté de réduire les pouvoirs de la justice, de renforcer les pouvoirs des dirigeants et de ne pas les tenir responsables de la corruption et du copinage ».

Saks insiste sur le fait qu’Israël est au centre de son identité, se décrivant comme une « sioniste sans complexe ».

La candidate de l’époque, Yaara Saks, fait campagne aux côtés de volontaires pour l’élection partielle visant à représenter le district de York Centre au Parlement canadien, le 19 octobre 2020. (Autorisation)

Malgré la réaction véhémente de nombreux juifs canadiens au sujet de la décision d’Ottawa de soutenir la récente résolution de l’ONU affirmant le droit des Palestiniens à l’autodétermination, que certains ont considérée comme unilatérale à l’encontre d’Israël, Saks s’est dite plutôt à l’aise avec le vote. Elle reconnaît néanmoins que certains de ses propos ont posé problème vis-à-vis d’Israël.

Je ne crois pas, et je ne pense pas que mon gouvernement croit, que soutenir Israël et soutenir l’autodétermination des Palestiniens s’excluent mutuellement

« J’ai entendu de nombreux électeurs dire qu’ils étaient déçus par le vote du Canada et je comprends d’où cela vient », a déclaré Mme Saks. « Mais notre relation avec Israël est beaucoup plus forte et plus profonde qu’un vote… Je ne crois pas, et je ne pense pas que mon gouvernement croit, que soutenir Israël et soutenir l’autodétermination des Palestiniens s’excluent mutuellement. »

Israël occupe une place importante dans la vie de Saks.

Yaara Saks, (devant à droite), à l’âge de deux ans, avec ses parents Uri Saks et Nancy Levy Saks, et son frère cadet Jeremy Saks, âgé d’un an, en Israël en 1975. (Autorisation)

Née à Toronto d’un père israélien et d’une mère canadienne, sa première langue parlée était l’hébreu. Enfant, elle passait ses étés en Israël avec sa famille dans la ville d’Even Yehuda, dans le centre du pays, et voyageait ensuite souvent entre les deux pays.

En 1995, après avoir obtenu une licence en études du Moyen-Orient et en Sciences politiques à l’université McGill de Montréal, elle s’est installée en Israël, attirée par la promesse des accords d’Oslo pour un avenir meilleur entre Israël et les Palestiniens.

Elle a passé les onze années suivantes à Jérusalem, où elle a obtenu une maîtrise en relations internationales et diplomatiques à l’Université hébraïque sur les relations israélo-palestiniennes et a travaillé à l’Hôtel de ville sous la direction du maire de l’époque, Ehud Olmert, dans le domaine des relations étrangères. Elle a ensuite travaillé dans des projets de service social pour les diverses communautés de la ville. De 1999 à 2002, elle a été codirectrice du Centre pour le dialogue israélo-palestinien (CIPD) à l’agence d’éducation Melitz.

Yaara Saks sur la muraille qui entoure la Vieille Ville de Jérusalem pendant la première année de ses études de maîtrise à l’Université hébraïque, en juillet 1995. (Autorisation)

« Travailler en Israël avec le programme People to People des accords d’Oslo via le CIPD a façonné ma compréhension du travail et mon engagement à me consacrer à la normalisation », a déclaré Saks, qui, en plus de son hébreu courant, parle un arabe de base, l’ayant étudié au Canada et en Israël. « Cela m’a aidé à mieux apprécier les valeurs d’égalité et de justice qui sont les fondements pour atteindre cet objectif ».

Sa réalité en Israël – y compris le spectre du terrorisme palestinien – contrastait fortement avec sa vie plus tranquille au Canada. En juillet 1997, elle a failli être victime d’un attentat à la bombe à l’extérieur du marché Mahane Yehuda de Jérusalem. Cinq ans plus tard, elle perd deux amis tués dans un attentat à la bombe perpétré à l’université hébraïque le 31 juillet 2002.

« Leur souvenir reste gravé dans ma mémoire et c’est encore quelque chose qui me bouleverse », a déclaré Saks, étouffée par l’émotion. « Mais c’est ce que cela signifie de vivre dans la société israélienne, de pouvoir supporter ces moments de tragédie, mais aussi de rester fidèle à la construction et au développement de communautés qui sont résistantes, qui sont fortes, créatives et prospères. Que malgré ces moments d’adversité, nous pouvons encore créer des sociétés en Israël et ailleurs qui défendent les valeurs de paix, de coexistence et d’inclusion ».

Malgré tout ce qu’elle a vécu, Saks ne nourrit guère de cynisme ou de désillusion.

Shulamit Aloni (photo credit: CC-BY-SA Orrling, Wikimedia Commons)
Shulamit Aloni (Crédit : CC-BY-SA Orrling, Wikimedia Commons)

« Il y a ceux qui soutiennent que la violence de ces années en a endurci beaucoup, mais elle n’a pas endurci tout le monde », a ajouté Mme Saks. Elle cite la défunte politicienne de gauche israélienne Shulamit Aloni comme une source d’inspiration dans la lutte pour la paix, l’égalité et la justice.

« Malgré ces difficultés, je reste fidèle à ce qui m’a poussé à m’installer en Israël en premier lieu, pour participer directement au processus d’Oslo. L’impact de ces pertes et le fait de témoigner de cette tragédie m’ont montré que mes valeurs fondamentales, à savoir vouloir la paix dans la région, n’ont pas été ébranlées ».

De Canaan au Canada

En 2006, Saks est retournée à Toronto, en partie pour que ses parents puissent passer du temps avec sa fille de deux ans née à Jérusalem. Le plan initial était de rester quelques années, puis de retourner en Israël. Dans l’intervalle, elle a donné naissance à une autre fille et a divorcé de son mari israélien.

La députée canadienne Yaara Saks enseigne le yoga dans son club de Toronto, en 2019. (Autorisation)

Également professeur de yoga certifiée, Mme Saks a enseigné pendant de nombreuses années avant de devenir partenaire d’un club de yoga de Toronto en 2017 et a également dirigé le Trauma Practice for Healthy Communities, qui traite des questions de santé mentale.

Lorsqu’on lui a demandé si elle se voyait comme Canadienne-Israélienne ou Israélo-Canadienne, elle a souri.

« C’est assez interchangeable », a déclaré Mme Saks, qui dirigeait jusqu’à récemment le comité de communication de la branche canadienne du New Israel Fund, une organisation de gauche pro-palestinienne. « Je suis née au Canada mais j’ai commencé à faire des allers-retours en Israël à l’âge de six mois. J’ai vécu dans deux mondes toute ma vie. Donc, je suis à l’aise avec n’importe quel ordre. Je suis maintenant une députée canadienne, donc le terme « Canadienne-Israël » a plus de sens à ce stade.

En tant que mère célibataire, elle avait besoin de la bénédiction de ses filles, âgées de 16 et 12 ans, pour se présenter aux élections, ce qu’elle a obtenu après la démission du député de son district en septembre dernier pour diriger le Canadian Friends of the Wiesenthal Center for Holocaust Studies, ce qui a déclenché l’élection partielle. Le soir de l’élection, lorsque Saks l’a finalement emporté après que les premiers résultats n’eurent pas été concluants, ses filles étaient aux anges.

Yaara Saks (au centre), députée canadienne nouvellement élue de York Centre, après avoir prêté serment, avec ses filles et son frère à sa droite, à Ottawa, au Canada, le 25 novembre 2020. (Autorisation)

En tant que membre du caucus du Parti libéral de Trudeau, Saks est fière de sa position sur les questions liées aux Juifs. Elle cite en exemple l’adoption par Ottawa de la définition de l’antisémitisme de l’Alliance internationale pour la mémoire de l’Holocauste (IHRA), la prise de position de Trudeau contre le mouvement de Boycott, Désinvestissement et Sanctions (BDS), et la récente nomination d’Irwin Cotler comme envoyé du Canada auprès de l’IHRA.

À la mi-décembre, Saks elle-même a été la cible de discours haineux après avoir animé une cérémonie virtuelle d’allumage de bougies de Hanoukka avec Trudeau et les communautés juives du Canada.

« Le message était absolument honteux », a déclaré Saks au Times of Israel. « Je ne vais pas rester les bras croisés et accepter cela comme une partie normale de l’ère Internet ou des réalités de la vie publique. Personne ne devrait être soumis à cela. Personne ne devrait se sentir libre ou habilité à partager cette haine ».

Mme Saks a déclaré que son héritage enrichira les discussions du caucus et du Parlement sur des questions proches de son pays.

Yaara Saks avec sa fille au café Caffit à Jérusalem, 2005. (Autorisation)

« En prenant ce siège en tant que Canadienne-Israélienne, il est important pour moi de faire comprendre que je suis un produit de l’histoire juive de ce que signifie faire partie de la diaspora nord-américaine et aussi être sans équivoque israélienne », a déclaré Mme Saks, dont le seul frère travaille dans l’entreprise familiale d’immobilier commercial à Toronto.

La famille de leur mère a immigré au Canada dans les années 1880, en provenance de la région de Galice, en Europe de l’Est, pour fuir les pogroms et l’antisémitisme. Les parents de leur père ont immigré de Lituanie en Palestine sous mandat britannique dans les années 1930.

« Avec mon expérience, j’ai une voix unique à apporter au Parlement dans les débats que nous avons sur l’antisémitisme, notre allié avec Israël et nos aspirations à une région normalisée, sûre et pacifique pour tous ses citoyens dans des frontières sûres », a déclaré Mme Saks.

La candidate de l’époque, Yaara Saks, rencontre un propriétaire de petite entreprise avant l’élection partielle à laquelle elle s’est présentée pour représenter le district de York Centre au Parlement canadien, le 19 octobre 2020. (Autorisation)

Récemment, Mme Saks a appelé le chef de l’opposition Erin O’Toole à condamner ce qu’elle a qualifié de « viles théories antisémites » prétendument promulguées par deux députés du Parti conservateur. « Ce genre de désinformation amplifie la montée de l’antisémitisme et des théories du complot antisémite qui sont apparues pendant la pandémie de COVID et que les Canadiens juifs ne connaissent que trop bien », a-t-elle écrit à O’Toole. « Elle menace leur sécurité, les soumettant à l’hostilité, aux préjugés et à la discrimination, mais son résultat final est l’érosion de la confiance du public dans la démocratie ».

Si son premier mois de mandat s’est avéré exigeant, Mme Saks sait que le rythme va s’intensifier. Elle a récemment été nommée aux commissions des Affaires étrangères et de l’Environnement, qui reprennent leurs travaux en janvier. Elle se félicite de ce rôle accru, qui s’inscrit dans le cadre de sa détermination à faire sentir sa présence sur la scène politique canadienne.

read more:
comments