Rechercher
Sculpture commémorative du massacre de Sant' Anna di Stazzema, le 22 février 2008. (Crédit : Wikimedia Commons/ Hans Peter Schaefer)
Sculpture commémorative du massacre de Sant' Anna di Stazzema, le 22 février 2008. (Crédit : Wikimedia Commons/ Hans Peter Schaefer)
Interview

Après avoir tué des centaines d’Italiens, une division SS a échappé à la justice

Le nouveau livre du Britannique Christian Jennings examine les meurtres tristement célèbres de Sant’ Anna di Stazzema pour mettre en avant les crimes de guerre nazis restés impunis

LONDRES – Pendant la Seconde Guerre mondiale, peu de pays se sont trouvés dans une position aussi complexe ou ambiguë que celle de l’Italie. Au cours de l’été 1943, alors que les Alliés sont sur le point d’envahir le pays, le plus jeune allié des nazis au sein de l’Axe négocie secrètement un armistice, évince Benito Mussolini et change de camp. En réponse à cette apparente trahison, Hitler, furieux, envoie des troupes dans le pays, s’empare du nord et du centre de l’Italie et occupe Rome.

Dans les jours qui suivent, le mouvement de résistance nouvellement formé appelle le peuple italien à « contribuer activement » à la lutte pour chasser les Allemands d’Italie et aider à la défaite du fascisme. Des dizaines de milliers d’Italiens ont répondu à cet appel.

Alors que les Alliés progressent lentement dans la péninsule italienne, derrière les lignes ennemies, les partisans harcèlent les forces allemandes et leur tirent dessus sans relâche, et les engagent même parfois dans un combat ouvert. Les nazis ont répondu avec une brutalité caractéristique, assassinant de sang-froid des milliers de civils italiens dans ce qu’un officier britannique a décrit plus tard comme « une politique systématique d’extermination, de pillage, de piraterie et de terrorisme. »

L’histoire de l’un des actes de vengeance nazis les plus notoires fait l’objet d’un nouveau livre du journaliste britannique Christian Jennings, Anatomy of a Massacre: How the SS Got Away with War Crimes in Italy. Il raconte comment, en un seul jour d’août 1944, les SS ont massacré entre 457 et 560 personnes à Sant’Anna di Stazzema et dans ses environs – un petit village toscan situé au sommet d’une montagne, jusqu’alors épargné par la guerre.

« L’Italie est considérée comme un pays de bourreaux, plutôt que de victimes et de combattants courageux. L’un de mes objectifs dans ce livre était de renverser cette image », a déclaré Jennings au Times of Israel. « Les Italiens ont peut-être été des victimes dans certains cas, mais ils ont aussi furieusement résisté ».

La brutalité des actions des SS à Sant’Anna en a fait le massacre le plus médiatisé, sinon le plus sanglant, commis par les Allemands en Italie.

Un survivant âgé à Sant’Anna di Stazzema le 14 décembre 1944. (Crédit : Domaine public)

Censée être une opération anti-partisane, la plupart de ses victimes étaient des femmes, des enfants et des personnes âgées. La plus jeune victime était âgée de trois semaines ; beaucoup des personnes assassinées ont été brûlées vives. Une fois leur brutalité terminée, les hommes de la 16e division de SS Panzergrenadier [l’infanterie spéciale des forces armées allemandes] s’asseyaient à l’ombre des châtaigniers et des oliviers du village et prenaient leur déjeuner.

La 16e division est responsable du plus grand nombre de crimes de guerre en Italie. À chacune de ses atrocités, écrit Jennings, elle a apporté « une barbarie particulière, une tournure pleine d’imagination de la violence ».

En tant que correspondante étrangère ayant couvert les atrocités et leurs conséquences au Rwanda, au Burundi, en République démocratique du Congo et en ex-Yougoslavie, Jennings jette une lumière horrifiante sur les hommes qui ont commis ces crimes. Toutefois, le livre ne se concentre pas sur les terribles événements de cette journée d’été, ni sur les nombreux autres massacres qui ont ensanglanté la Toscane et l’Émilie-Romagne durant l’été 1944, mais sur ce qui s’est passé ensuite – ou plutôt, ce qui ne s’est pas passé.

Les SS, écrit-il, « s’en sont tirés, littéralement, avec un meurtre de masse ». Aucun des auteurs n’a jamais passé un jour en prison pour les crimes qu’ils ont commis. « Les meurtres de Sant’Anna résonnent si fort aujourd’hui », écrit Jennings, « parce que l’événement en est venu à incarner les énormes échecs de la justice pour les crimes de guerre commis par les Allemands en Italie. »

https://www.instagram.com/la_memoria_fragile/?utm_source=ig_embed

Des actions courageuses pour empêcher des atrocités plus graves

Cela ne veut pas dire, cependant, que la guérilla des partisans, ni les milliers de vies innocentes perdues aux mains des Allemands en réponse à cette guérilla, étaient en quelque sorte vaines. Les partisans ont aidé et encouragé l’avancée des Alliés, et leurs attaques féroces contre les forces allemandes, estime Jennings, ont peut-être contribué à sauver la vie de milliers de Juifs italiens.

L’auteur de « Anatomie d’un massacre », Christian Jennings (Crédit : autorisation)

Dans les semaines qui ont suivi l’occupation, les nazis ont commencé à rassembler et à déporter les Juifs de Rome, Milan, Gênes et d’autres grandes villes du nord de l’Italie. Mais cet effort n’a eu qu’un succès limité : à Rome, un peu plus de 1 000 des 10 000 Juifs de la ville ont été déportés. Au total, 80 % des Juifs d’Italie – le chiffre le plus élevé d’Europe occidentale – ont survécu à la Shoah.

« Les actions des partisans derrière les lignes allemandes étaient si importantes, même si elles étaient désorganisées, que l’effet collectif a été de priver les Allemands d’immenses pans d’Italie », explique Jennings, ajoutant que la « stabilité logistique » nécessaire pour mener à bien la Solution finale a été « détruite par les partisans, et cela a rendu encore plus difficile pour les Allemands de mener à bien leurs opérations d’arrestation et de déportation. »

Une brutalité qui fait froid dans le dos

Il était inévitable que les Allemands répondent de façon impitoyable à ces attaques. Dans une série de directives publiées au cours des premiers mois de 1944, le commandant suprême allemand en Italie, le maréchal Albert Kesselring, ordonne à ses forces d’utiliser « tous les moyens à notre disposition » et d’agir avec « la plus grande sévérité ». Mais la sauvagerie vicieuse de la 16e Division découle, selon Jennings, de son histoire résolument sombre.

Un grand nombre de ses membres provenaient du 1er régiment SS-Totenkopf [tête de mort], élargi et rebaptisé plus tard 3e division SS Totenkopf, qui gardait les camps de concentration avant d’être affecté au combat sur le front oriental.

En action en Union soviétique, la 3e Totenkopf a acquis une sinistre réputation pour avoir maltraité et tué des prisonniers de l’Armée rouge et des civils ukrainiens, biélorusses et russes. Cette culture meurtrière était exacerbée par la nature de ses recrues. Parmi elles, un pourcentage élevé de jeunes fanatiques impressionnables issus des Jeunesses hitlériennes – en 1944, l’âge moyen dans le 16e régiment de reconnaissance SS était de 18 ans seulement – qui admiraient les officiers et sous-officiers ayant servi à l’Est.

Jennings détaille méticuleusement les antécédents et les croyances de certains des hommes qui ont opéré à Sant’Anna et dans ses environs au cours de l’été 1944.

Troupes de la 3e SS Totenkopf Panzer Division pendant l’opération Barbarossa en 1941. (Crédit : Wikimedia commons/ Bundesarchiv Bild)

Werner Bruss, âgé de 20 ans, a par exemple rejoint les SS en 1940, non pas, comme il le dira plus tard, « pour des raisons idéologiques, mais pour échapper à un père alcoolique ». Il a ensuite servi en Pologne et en Ukraine au sein d’un Einsatzkommando, effectuant des massacres de masse et massacrant des prisonniers partisans sur le front oriental.

Georg Rauch, qui a rejoint les Jeunesses hitlériennes à l’âge de 12 ans en 1933, était un apprenti boulanger et pâtissier avant de rejoindre les SS. Il a servi comme gardien de camp de concentration et sur le front de l’Est avant de combattre les partisans dans le ghetto de Varsovie.

Et Alfred Concina, membre du parti nazi depuis son adolescence, avait servi sur le front de l’Est et à Prague avant de partir en Italie avec la 16e division.

« C’étaient des hommes », dit Jennings, « qui considéraient le national-socialisme et l’entrée dans la SS comme un moyen de s’améliorer socialement et professionnellement, et de progresser. »

S’en tirer à bon compte en matière de meurtre

Mais aucun de ces hommes, ni aucun de leurs collègues bouchers, n’a été traduit en justice en Allemagne pour ses actes à Sant’Anna. En fait, seuls deux officiers SS purgent une peine de prison pour l’une des multiples tueries de la 16e Division en Toscane.

Les raisons de cet échec de la justice, selon Jennings, sont complexes et multiples. Certes, les enquêteurs alliés étaient sur place, recueillant des preuves auprès des survivants du massacre dans les semaines qui ont suivi sa perpétration.

« Les Britanniques, les Américains et les Italiens ont fait exactement ce qu’il fallait, et ont mené des enquêtes immédiates, musclées et principalement efficaces sur les crimes de guerre pendant et après la guerre », dit-il. « Mais il s’est avéré beaucoup plus difficile que prévu de les traduire en procédures judiciaires efficaces dans la seconde moitié des années 1940 et au début des années 1950. »

Un des premiers facteurs qui a brouillé les pistes a été le nuage de suspicion qui a entouré la relation entre les services de renseignement américains et le général SS Karl Wolff, commandant suprême de la SS et de la police en Italie.

Wolff, fortement impliqué dans la déportation des Juifs du ghetto de Varsovie, avait participé à des pourparlers secrets avec les Américains afin d’obtenir une reddition rapide des forces allemandes en Italie. Il avait également demandé l’immunité contre toute poursuite judiciaire en échange de son témoignage lors des prochains procès pour crimes de guerre de Nuremberg. En effet, certains subordonnés de Wolff pensaient que leur patron, rusé et fourbe, tentait de négocier un laissez-passer pour tous les SS qui avaient servi sous ses ordres en Italie.

Heinrich Himmler, Franz Ziereis et Karl Wolff au camp de concentration de Mauthausen-Gusen, avril 1941. (Crédit : Bundesarchiv Bild)

« La principale conséquence de la relation que Wolff a entretenue ou non avec les services de renseignement américains a été de créer une atmosphère de méfiance et d’insécurité à un niveau élevé entre les Britanniques, les Américains et les Italiens », déclare Jennings. « Il a semé la désinformation… entre ces trois principaux partenaires lorsqu’il s’agissait de traiter les crimes de guerre des SS perpétrés en Italie : les Britanniques et les Italiens n’étaient pas sûrs de ce que les Américains avaient fait, si les poteaux de butée judiciaires avaient été déplacés, pour ainsi dire. »

En fin de compte, les Britanniques et les Américains ont choisi de ne juger que les officiers SS et de la Wehrmacht les plus hauts gradés responsables de crimes de guerre en Italie. Parmi eux, Kesselring et le major général SS Max Simon, commandant de la 16e division, ont tous deux bénéficié d’une remarquable clémence. Kesselring n’a passé que six ans en prison après que sa peine de mort a été commuée. Simon a également échappé à l’exécution. Sa peine de mort initiale a été commuée en prison à vie, mais il a lui aussi été libéré après seulement sept ans derrière les barreaux.

Le commandant SS Max Simon. (Crédit : Wikimedia Commons/ Bundesarchiv Bild)

En assumant la responsabilité de poursuivre les crimes de guerre commis sur leur sol, les Italiens prévoyaient initialement « una piccolo Norimberga », un petit Nuremberg. Mais finalement, seuls 13 criminels de guerre allemands ont été condamnés. Jennings reproche aux Britanniques et aux Américains leur « lenteur et leur inefficacité » à transmettre aux Italiens un système judiciaire « robuste et digne de confiance » dans lequel les auteurs de Sant’Anna et d’autres massacres pourraient être amenés à répondre de leurs crimes.

Toutefois, il estime que d’autres facteurs ont également contribué à aider les tueurs de Sant’Anna à échapper à la justice. La facilité avec laquelle les SS ont pu éviter d’être arrêtés dans l’Allemagne d’après-guerre a été d’une importance cruciale. Le processus de dé-nazification s’est révélé très ouvert aux abus.

Grâce à ce que l’on a appelé les « Persilscheine » – du nom d’une marque populaire de détergent à lessive parce que même les coupables pouvaient en ressortir propres comme un sou neuf – les SS pouvaient se fournir mutuellement de faux témoignages et ainsi falsifier leurs certificats de dé-nazification.

Ils étaient également aidés, selon Jennings, par le « désir de l’Allemagne de faciliter le retour des anciens SS et autres militaires dans une nouvelle société. » Ainsi, en 1953, le premier chancelier allemand de l’après-guerre, Konrad Adenauer, a décrit les membres de la SS comme des « soldats comme tout le monde ».

La politique ajoute à l’injustice

Tout cela se déroule dans le contexte de la guerre froide naissante, où le réarmement allemand et l’intégration européenne pour contrer la menace soviétique passent avant la poursuite des criminels de guerre. De hauts responsables politiques italiens, qui se trouvaient en première ligne de la guerre froide, partageaient ce point de vue.

Anatomie d’un massacre », par Christian Jennings. (Crédit : autorisation)

Alcide de Gasperi, le Premier ministre farouchement anticommuniste, a travaillé avec Adenauer, écrit Jennings, « pour limiter la portée des procès pour crimes de guerre en Italie. » Les Italiens ont accepté avec les Alliés que le major Walter Reder, le commandant manchot du 16e régiment de reconnaissance, soit jugé en tant que représentant effectif de tous les crimes italiens de la division. Reder, qui a défendu avec acharnement le bilan sanglant de son régiment, a été condamné à perpétuité lors de son procès en 1951 et n’a été libéré qu’en 1985.

Tout espoir de justice pour les victimes de Sant’Anna a disparu au tournant de la décennie lorsque des fonctionnaires italiens ont rassemblé des milliers de documents de guerre, y compris ceux relatifs aux enquêtes sur les crimes de guerre, et les ont enfermés dans une armoire dans un bâtiment du ministère de la Défense au centre de Rome. L’armoire était cadenassée et tournée vers un mur. Elle y restera pendant près de quarante ans avant d’être redécouverte en 1994 dans le cadre d’une enquête sur le tristement célèbre Massacre des Fosses ardéatines.

Mais M. Jennings estime que « les principaux dégâts avaient été causés » bien avant que les dossiers cruciaux de Sant’Anna ne soient dénichés dans le « placard de la honte ».

« L’Italie et les Italiens, presque dans leur intégralité, et à leur immense crédit, avaient et ont fait tout ce qu’ils pouvaient, face aux obstacles considérables de la realpolitik internationale, pour essayer de faire peser la justice sur les auteurs des crimes de guerre allemands commis en Italie », déclare Jennings.

Procès et erreurs

Pour les survivants du massacre de Sant’Anna, ces efforts renouvelés dans les années 1990 ont abouti au procès, en 2005, de dix SS qui, après une enquête minutieuse impliquant des procureurs allemands et italiens, ont été retrouvés et accusés d’avoir participé aux meurtres. L’affaire est devenue la plus grande enquête collective sur les crimes de guerre d’anciens membres SS depuis les années 1950.

L’un de ces hommes, Ludwig Goring, est d’ailleurs devenu le premier Allemand à avoir pleinement coopéré avec les magistrats italiens dans un procès pour crimes de guerre. Hanté par des cauchemars et des troubles post-traumatiques, il a avoué avoir tué au moins 20 femmes à Sant’Anna et a initialement accepté de témoigner au procès en échange de l’immunité.

L’attitude de Concina est toutefois plus courante. Lors de son interrogatoire en décembre 2003, son avocat a déclaré aux enquêteurs qu’il ne ferait aucune déclaration sur ce qui s’était passé le jour du massacre. Néanmoins, lors d’un entretien ultérieur, Concina – qui a déclaré avoir été à Sant’Anna mais a nié avoir tué qui que ce soit – a involontairement impliqué le principal suspect, Gerhard Sommer, en tant qu’ancien commandant. Sommer, qui a d’abord refusé de parler aux enquêteurs, a affirmé que l’opération à Sant’Anna visait strictement les partisans.

Partisan italien à Florence en août 1944. (Crédit : Domaine public)

Lorsque le procès s’est ouvert dans le port toscan de La Spezia en avril 2004, aucun des SS accusés – parmi lesquels Goring, Sommer, Concina, Goring, Rauch et Bruss – n’a comparu en personne. Leur défense contenait un mélange de mensonges, de déclarations d’ignorance et d’obscurcissements. Même Goring, qui a accepté sa responsabilité criminelle, s’est rabattu sur l’argument éculé selon lequel il obéissait aux ordres et avait peur d’être abattu s’il avait refusé de le faire.

Sommer, dont le nom est apparu pour la première fois en rapport avec le massacre en 1944, a fait obstruction, affirmant de manière incroyable qu’il était au courant des actions antipartisanes, mais qu’il n’avait jamais participé à aucune d’entre elles et qu’il ne s’en souvenait pas.

Bien qu’il ait choisi de ne pas comparaître en personne, le témoignage de Goring s’est finalement avéré crucial et, en juin 2005, les dix hommes ont été reconnus coupables et condamnés à la prison à vie. Sept d’entre eux, dont Sommer, ont fait appel de ces verdicts. Bien qu’ils aient été confirmés, l’Allemagne a refusé de donner suite aux demandes d’extradition italiennes.

Une enquête allemande sur huit des hommes – dont deux étaient déjà morts – a été abandonnée en 2012. « L’appartenance à une unité de Waffen-SS qui a été déployée à Sant’Anna di Stazzema ne peut remplacer la nécessité d’une culpabilité individuelle », ont déclaré les procureurs. Jusqu’à sa mort en 2019, Sommer n’a pas montré l’ombre d’un remords. En 2002, il a déclaré à une télévision allemande qu’il avait « une conscience absolument claire ».

Témoignages de survivants

Neuf des personnes ayant survécu au massacre ont régulièrement assisté au procès italien. Parmi eux se trouvait Enrico Pieri. Sa vie avait été sauvée par une jeune réfugiée qui avait séjourné avec la famille en août 1944. Grazia Pierotti a tiré Enrico dehors, dans un potager, où ils se sont cachés parmi les haricots verts pendant que les Allemands emmenaient leurs parents. Adele Pardini avait survécu lorsque, sous une grêle de balles SS, le corps de sa mère était tombé sur elle, poussant une petite porte dans le mur d’une maison dans laquelle elle et deux de ses sœurs avaient rampé. Sa petite sœur, Anna, fut cependant la plus jeune victime du massacre.

Unité de motocyclistes de la 16e Division à Rome, novembre 1943. (Crédit : Wikimedia Commons/ Bundesarchiv Bild)

Le jour du massacre, un troisième survivant, Enio Mancini, faisait partie d’un petit groupe d’enfants escortés par un jeune soldat aux cheveux blonds. Le soldat les avait arrêtés derrière des arbres, puis leur avait fait signe de remonter la colline et avait fini par tirer une balle en l’air pour les encourager à se mettre en sécurité.

Dix ans après la fin du procès, Mancini a reçu un appel téléphonique. « Mon oncle vous a sauvé la vie en 1944 », lui a dit Andreas Schendel. Sa famille, explique-t-il, a découvert les journaux intimes de Heinrich Schendel – qui comprennent une description des événements de ce jour-là à Sant’Anna – après sa mort récente. Andreas a dit qu’il voulait venir au village pour rencontrer les survivants et s’excuser. Sa visite ultérieure, a dit Pardini à Jennings, était l’une des premières fois qu’ils avaient rencontré un Allemand qui était venu à Sant’Anna parce qu’il le voulait, et non parce que – comme les ambassadeurs et les politiciens – il le devait.

read more:
comments