Israël en guerre - Jour 260

Rechercher
Deborah Lyons avec le président israélien Isaac Herzog, à Jérusalem, en décembre 2023. (Crédit : Autorisation)
Deborah Lyons avec le président israélien Isaac Herzog, à Jérusalem, en décembre 2023. (Crédit : Autorisation)
Interview

Au Canada, la haine des Juifs est sans précédent (et cela pourrait encore s’aggraver)

Selon l’envoyée pour la lutte contre l’antisémitisme Deborah Lyons, la situation est déjà désastreuse, exacerbée par le 7 octobre, et le fléau doit être traité à tous les niveaux

TORONTO – On peut pardonner à Deborah Lyons de suivre les nouvelles avec inquiétude depuis qu’elle a été nommée envoyée spéciale du Canada pour la préservation de la mémoire de la Shoah et la lutte contre l’antisémitisme, à l’automne dernier.

La montée alarmante de la haine des Juifs au Canada est telle que les médias en font régulièrement état.

« Il est clair, d’après les données que nous voyons, en particulier celles provenant des unités de police à travers le Canada, qu’il y a une énorme augmentation de l’antisémitisme en termes de crimes de haine », a déclaré Lyons au Times of Israel lors d’une récente interview. « C’est sans parler des soi-disant incidents ‘horribles mais légaux’ contre les Juifs dont nous entendons souvent parler. Je dirais que le niveau d’antisémitisme au Canada n’a jamais été aussi élevé. Il est sans précédent. »

Cette semaine, B’nai Brith Canada a publié son audit annuel des actes antisémites, qui révèle une hausse spectaculaire depuis l’assaut barbare et sadique du groupe terroriste palestinien du Hamas sur le sud d’Israël le 7 octobre, au cours duquel quelque 3 000 terroristes ont brutalement assassiné près de 1 200 personnes et en ont enlevé 252 autres qui ont été emmenées dans la bande de Gaza.

Sur la base des cas signalés à B’nai Brith, notamment par le biais de la collaboration avec la police, 5 791 actes de violence, de harcèlement et de vandalisme visant des Juifs ont été recensés en 2023, soit plus du double du total enregistré en 2022.

Les non-Juifs ne peuvent plus plaider l’ignorance : récemment, le journal national du pays, The Globe and Mail, a publié un éditorial dénonçant ce qui se passe depuis le 7 octobre. Parmi les crimes haineux énumérés dans l’article, citons l’incendie d’une charcuterie à Toronto, des coups de feu tirés dans une école juive, le vandalisme d’une librairie Indigo parce que le fondateur de la chaîne est juif, le ciblage de quartiers, de synagogues et d’entreprises juifs, ainsi que le vandalisme de maisons privées avec des images et des mots antisémites.

Des étudiants et des militants pro-palestiniens et anti-Israël rassemblés pour une huitième journée dans un campement sur le campus de l’Université McGill, à Montréal, au Canada, le 4 mai 2024. (Crédit : Alexis Aubin/AFP)

Ces dernières semaines, des slogans incendiaires dans des campements universitaires et, en particulier, lors de rassemblements anti-Israël à Vancouver et à Ottawa ont jeté de l’huile sur le feu.

« Je veux que la communauté juive sache que je vois et j’entends ses préoccupations concernant l’escalade de la rhétorique antisémite et du vandalisme », déclare Lyons. « Je vois leur douleur lorsque, lors de manifestations, les leaders crient ‘Vive le 7 octobre’ et que la foule applaudit. Et je vois l’angoisse des Juifs canadiens lorsque les gens rejettent ou minimisent le fait que ce chant et d’autres comme ‘Retournez en Europe’ et ‘Mondialiser l’intifada [soulèvement, en arabe]’ sont menés par les organisateurs des rassemblements. Dans ce contexte, je sais que des conversations ont lieu dans les foyers et les bureaux sur l’avenir de la communauté juive au Canada. Il est inacceptable et injuste que cela soit même envisagé. »

Le Canada était déjà confronté à une montée de la haine anti-juive avant la poussée intense de l’antisémitisme mondial à la suite des atrocités du 7 octobre.

« Bien avant la guerre entre Israël et le Hamas, l’antisémitisme était à un niveau élevé au Canada », explique Lyons, 73 ans, assise à une table dans sa chambre d’hôtel de Toronto lors d’une visite de travail dans la ville. « Vers 2018, il a commencé à augmenter de façon assez régulière, et plus encore pendant la pandémie. Il y a eu une hausse qui s’est transformée en une hausse spectaculaire après le 7 octobre. Comme la guerre [de Gaza] persiste et jusqu’à ce que nous obtenions une résolution, je pense que nous allons continuer à avoir un environnement très chaud. »

Deborah Lyons et le Premier ministre canadien Justin Trudeau, dans son bureau, en novembre 2023. (Crédit : Autorisation)

Cela pourrait être le meilleur scénario possible si la réaction des dirigeants ne change pas.

« Je crois que nous sommes vraiment en crise », poursuit Lyons. « Je crains que trop peu de gens ne le reconnaissent ou, s’ils le reconnaissent, qu’ils ne sachent pas ce qu’ils peuvent faire pour y remédier. J’espère que nous avons atteint le triste sommet de l’antisémitisme et que la situation n’empirera pas, mais je ne sais pas. Cela dépendra surtout de la mesure dans laquelle nos dirigeants assumeront la responsabilité qui leur incombe. »

Lyons, qui n’est pas juive, reconnaît qu’il n’y a pas de solution facile, affirmant que la situation actuelle ne peut être résolue par un seul niveau de gouvernement, ni par le bureau d’un seul envoyé. C’est pourquoi son bureau travaille avec les maires de tout le Canada pour les encourager à rallier leurs communautés à cette cause.

Après six mois à ses fonctions, Lyons comprend mieux ce qu’il faut faire après avoir parlé de la situation avec d’innombrables personnes et s’être abondamment documentée. Sur sa table se trouvait un exemplaire de People Love Dead Jews (« Les gens aiment les Juifs morts »), un livre de Dara Horn datant de 2021 qui explore l’antisémitisme et la commémoration des tragédies juives.

« Nous devons continuer à travailler avec les écoles, les universités et les forces de l’ordre, à nous occuper des plateformes de réseaux sociaux et à prêter attention à la nouvelle législation contre la haine en ligne [connue sous le nom de Online Harms Act] et à nous assurer que nous disposons des données dont nous avons besoin », explique Lyons. « En plus de toutes les choses que nous avons observées, nous devons simplement continuer à travailler et à impliquer davantage de personnes. »

Un double mandat

Contrairement à son homologue américaine Deborah Lipstadt, Lyons a un double mandat : préserver la mémoire de la Shoah et lutter contre l’antisémitisme. Depuis sa prise de fonction, le premier a pris le pas sur le second. Avec un budget plus important cette année de 5,3 millions de dollars américains, Lyons dispose maintenant d’un personnel considérablement accru de sept personnes, dont quatre sont juives, y compris son adjointe, Rachel Chertkoff.

« Actuellement, l’antisémitisme représente la majorité de mon travail, et de loin », déclare Lyons. « Mais il y a souvent un chevauchement. Notre travail sur les réseaux sociaux, qui est l’une de nos principales priorités, porte en grande partie sur les déformations de la Shoah et le négationnisme. »

Deborah Lyons (à gauche) et l’envoyée spéciale américaine contre l’antisémitisme Deborah Lipstadt, à Washington, en mars 2024. (Crédit : Autorisation)

Lyons consacre également du temps aux initiatives liées à la mémoire de la Shoah.

« Nous faisons avancer l’enseignement de la Shoah dans les écoles primaires », déclare Lyons, qui a pris la parole ce mois-ci lors d’une cérémonie de Yom HaShoah au Monument national de la Shoah à Ottawa, comme elle l’avait fait fin janvier lors d’une cérémonie de la Journée internationale de commémoration de la Shoah à l’hôtel de ville de Toronto.

« Lorsque je parle d’éducation, je parle surtout de l’enseignement obligatoire de la Shoah que les ministres de l’Éducation [provinciaux] – que nous aidons de toutes les manières possibles – ont déjà mis en œuvre ou vont mettre en œuvre, tout en y ajoutant l’apprentissage de l’antisémitisme contemporain. Nous travaillons également avec les musées de la Shoah dans tout le pays », explique Lyons.

Lyons s’entretient régulièrement avec son prédécesseur, l’ancien ministre de la Justice Irwin Cotler, avec sa fille, Michal Cotler-Wunsh, envoyée spéciale d’Israël pour la lutte contre l’antisémitisme, et avec Lipstadt. Elle est également membre du Forum des envoyés spéciaux et coordinateurs de la lutte contre l’antisémitisme du Congrès juif mondial, qui réunit des représentants de 35 pays.

Deborah Lyons (au centre) avec les éducatrices de la Shoah Dahlia Libin et Marnie Bondar, à Calgary, en février 2024. (Crédit : Autorisation)

Lyons comprend la frustration de nombreux Juifs lorsque des personnalités publiques incluent automatiquement l’islamophobie lorsqu’elles discutent de l’antisémitisme, comme si les deux phénomènes étaient au même niveau au Canada.

« Il est vraiment déconcertant que les gens ne puissent pas dire clairement qu’il s’agit d’antisémitisme, que c’est mal et que cela se produit au Canada à un niveau d’intensité jamais vu auparavant, point final », déclare Lyons. « Et puis, s’il y a un problème d’islamophobie, on en parle. Ce lien permanent entre les deux est, je pense, une tentative des politiciens de créer une sorte de faux équilibre, ce qui, franchement, ne rend service à personne, en particulier à notre communauté juive qui connaît des niveaux beaucoup plus élevés de crimes et d’incidents haineux et d’intimidation que ce que nous constatons pour l’islamophobie. Je ne sais vraiment pas pourquoi les gens n’arrivent pas à le reconnaître. »

Un coup de foudre pour un Juif

Née au Nouveau-Brunswick, dans l’est du Canada, Lyons ne se souvient pas d’avoir rencontré quelqu’un de juif pendant son enfance dans la ville de Miramichi.

Deborah Lyons, entourée de l’ancien envoyé pour la lutte contre l’antisémitisme Irwin Cotler (à gauche) et de Michael Moldaver, membre récemment retraité de la Cour suprême du Canada, allumant des bougies de Hanoukka, au Parlement canadien, à Ottawa, en décembre 2023. (Crédit : Autorisation)

« Je ne me souviens pas de la première fois où j’ai été témoin d’antisémitisme, mais je me souviens très bien, alors que j’étais jeune enfant, d’avoir appris l’existence de la Shoah », dit-elle. « Je n’arrivais pas à comprendre comment une telle chose avait pu se produire. Je pense que c’est l’une des choses qui m’a formée en tant que jeune enfant, ne pouvant pas imaginer que des êtres humains aient délibérément tué 6 millions de Juifs. »

La première fois qu’elle a été en contact avec des Juifs, c’était après avoir quitté sa famille pour étudier à l’Université du Nouveau-Brunswick à Fredericton, où elle a obtenu une licence en biologie.

« J’ai eu le béguin pour un Juif lors de ma première année à l’université », se souvient-elle avec nostalgie. « Nous passions du temps ensemble à la bibliothèque le vendredi soir. Nous étions de vrais intellos. »

L’une des premières choses que Lyons a faites après avoir pris ses fonctions à l’automne dernier a été de parcourir le Canada pour rencontrer les communautés juives afin de connaître leur point de vue, d’établir un dialogue et de voir ce qu’elles vivent. La plupart des 400 000 Juifs du pays vivent dans les grandes villes de Toronto, Montréal, Vancouver, Ottawa, Winnipeg, Edmonton, Calgary et Halifax.

Lyons est sensible à l’extrême anxiété des Juifs après le choc et le traumatisme du 7 octobre et à la montée inquiétante de l’antisémitisme depuis lors. Sa nature empathique, avenante et terre-à-terre lui permet d’entrer facilement en contact avec les gens.

« Une partie de mon travail a consisté à répondre à la douleur, à l’agonie, à la peur et à l’insécurité que la communauté éprouve depuis le 7 octobre », explique Lyons. « Nous devons être très attentifs à ce que les gens ressentent. »

Choisie comme nouvelle envoyée spéciale par le gouvernement Trudeau sur la recommandation d’Irwin Cotler, Lyons était censée prendre ses fonctions en septembre dernier, mais elles ont été retardées jusqu’à une semaine après le 7 octobre. Quelques mois plus tôt, elle avait envisagé – mais finalement écarté – de prendre sa retraite après avoir travaillé pendant près d’un demi-siècle, la plupart du temps en tant que diplomate, et de passer plus de temps avec ses petits-enfants.

De 2016 à 2020, Lyons a été ambassadrice du Canada en Israël, une expérience dont elle se souvient avec émotion et qui, selon elle, l’a aidée à nouer des liens avec la communauté juive du Canada. Pourtant, Lyons a d’abord pensé que le fait de ne pas être juive pourrait constituer un obstacle pour elle en tant qu’envoyée spéciale.

Illustration : Des manifestants anti-Israël brandissant des drapeaux palestiniens lors d’une manifestation à Toronto, Ontario, au Canada, le 9 octobre 2023. (Crédit : Cole Burston/AFP)

« Au début, en tant que non-Juive, je me demandais si j’étais la bonne personne », dit-elle. « Puis il m’est apparu très clairement que ce ne sont pas les Juifs qui ont créé l’antisémitisme, qui est le fait de non-Juifs. Il est ridicule de penser que seuls les Juifs doivent mener la lutte contre l’antisémitisme. Ce sont les non-Juifs qui doivent mener ce combat. »

Lyons sait que l’enjeu est plus important que ne le pensent de nombreuses personnes.

« L’antisémitisme n’affecte pas seulement la communauté juive », dit-elle. « La tolérance de l’antisémitisme dans une société est un indicateur de la fragilité d’une démocratie et de la montée de l’extrémisme. Pour moi, ce travail est quelque chose que nous faisons pour soutenir nos voisins juifs, nos amis, notre famille et nos proches, mais aussi parce que si nous ne pouvons pas protéger notre communauté juive, nous ne pouvons protéger personne. »

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.
image
Inscrivez-vous gratuitement
et continuez votre lecture
L'inscription vous permet également de commenter les articles et nous aide à améliorer votre expérience. Cela ne prend que quelques secondes.
Déjà inscrit ? Entrez votre email pour vous connecter.
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
SE CONNECTER AVEC
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation. Une fois inscrit, vous recevrez gratuitement notre Une du Jour.
Register to continue
SE CONNECTER AVEC
Log in to continue
Connectez-vous ou inscrivez-vous
SE CONNECTER AVEC
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un e-mail à .
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.