Rechercher
Interview

« Les gens aiment les Juifs morts », titre Dara Horn

La célèbre romancière passe à la non-fiction, en expliquant comment les Juifs ont été - et sont encore - contraints de gommer leur identité dans une société de non-Juifs

Dara Horn (Crédit : Michael B. Priest)
Dara Horn (Crédit : Michael B. Priest)

L’auteure Dara Horn s’est surprise à choisir Les gens aiment les juifs morts comme titre de son nouveau recueil d’essais. Elle a été encore plus étonnée quand son éditeur a accepté de le garder.

Le fait que Dara Horn teste les limites du bon goût n’est pas gratuit. Il s’agit d’une provocation justifiée qui attire les lecteurs vers l’analyse incisive qu’elle tisse à travers les douze essais individuels, mais liés entre eux par des thèmes.

Pour être clair, Horn ne parle pas de Juifs morts au sens littéral… du moins pas complètement.

« Il ne s’agit pas de juifs morts, comme dans le cas de personnes voulant voir des juifs mourir », a expliqué Mme Horn lors d’un récent entretien avec le Times of Israel depuis son domicile du New Jersey.

Il s’agit plutôt, selon elle, des moyens insidieux par lesquels les sociétés non juives – y compris l’Amérique contemporaine – font pression sur les Juifs ou les poussent à modifier, dissimuler ou effacer complètement leur propre identité.

People Love Dead Jews : Reports from a Haunted Present’ (Les gens aiment les juifs morts : reportages d’un présent tourmenté) par Dara Horn (Crédit : W. W. Norton & Company)

Horn a remarqué cela en particulier en ce qui concerne la façon dont le grand public utilise les juifs morts – d’Anne Frank, aux juifs hassidiques tués dans une attaque terroriste dans une épicerie casher à Jersey City en décembre 2019, en passant par des personnages juifs de fiction – pour accomplir cela.

« Le rôle que jouent les juifs morts dans la civilisation non juive n’est pas le même que celui qu’ils jouent dans la civilisation juive », a déclaré Mme Horn.

Spécialiste de l’histoire et de la littérature juives, Mme Horn a jusqu’à présent préféré axer ses travaux sur la façon dont les Juifs ont vécu dans différents lieux et à différentes époques, plutôt que sur la façon dont ils sont morts.

Mais ses observations l’ont amenée à vouloir « démêler, documenter, décrire et articuler les innombrables façons tacites dont l’obsession populaire pour les juifs morts, même dans ses formes les plus bénignes et les plus civiques, est un profond affront à la dignité humaine », comme elle l’écrit dans l’introduction de son livre.

Après avoir écrit cinq romans bien accueillis et ancrés dans différentes époques de l’histoire juive, Dara Horn, 44 ans, s’est tournée vers People Love Dead Jews (et son podcast, « Adventures With Dead Jews ») après avoir été invitée à écrire des tribunes et des articles répondant à des événements tels que la fusillade mortelle de la synagogue Tree of Life à Pittsburgh en octobre 2018.

« J’ai commencé à remarquer au cours des dernières années que chaque fois que mes rédacteurs en chef de publications grand public me demandaient d’écrire quelque chose, c’était sur les juifs morts ou l’antisémitisme », a déclaré Mme Horn.

« Je suis devenue la personne à contacter pour ce genre littéraire émergent – les éditoriaux sur les fusillades dans les synagogues. Je n’ai pas postulé pour ce travail », dit-elle avec un humour noir.

Se considérant comme une conteuse, Mme Horn a décidé d’aborder le sujet de cette manière, plutôt que comme le ferait une polémiste.

Un mémorial de fortune se tient à l’extérieur de la synagogue Tree of Life au lendemain d’une fusillade meurtrière à Pittsburgh, le 29 octobre 2018, au cours de laquelle onze Juifs ont été tués alors qu’ils assistaient à un service de Shabbat. (Crédit : AP/Matt Rourke)

Les recherches de Mme Horn sur comment, pourquoi et quand les Juifs ont été « censés s’effacer dans leurs interactions avec le monde non-juif », l’ont fait remonter le temps jusqu’à une campagne du régime soviétique visant à laver le cerveau des artistes et intellectuels juifs pour détruire la culture juive dans les années 1930 et 1940, avant de les tuer.

Ses voyages pour réaliser ses reportages l’ont conduite dans des endroits très éloignés, mais elle a également réussi à mener ses recherches dans des lieux aussi proches que le minivan de sa famille, où elle a parlé avec son fils de 10 ans pendant leur trajet quotidien de 40 minutes. Alors qu’ils écoutaient un enregistrement audio du Marchand de Venise de Shakespeare, le fils précoce de Mme Horn était sidéré de constater qu’elle avait été amenée à mal comprendre l’intention du fameux discours de Shylock « Hath not a Jew eyes », qui, loin d’humaniser les Juifs, visait en fait à les diaboliser.

« Et puis j’ai vu à quel point le gaslighting était profond : Pourquoi devais-je participer à ce tour de passe-passe historique pervers consistant à justifier l’humiliation de mon propre peuple – une humiliation qui n’a jamais été une simple caricature, mais qui a coûté à tant de mes ancêtres leur dignité, voire leur vie ? » écrit Mme Horn avec colère.

Al Pacino dans le rôle de Shylock dans la production de 2004 du « Marchand de Venise » de Shakespeare dirigée par Michael Radford (Crédit : avec l’aimable autorisation de Sony Pictures Classics).

L’auteure a atteint la lointaine Harbin, en Chine, prise dans les glaces, où elle a découvert un point de vue très cynique sur la préservation du patrimoine juif local. Harbin, une ville située le long du chemin de fer transsibérien en Mandchourie, a été construite par des Juifs. C’était un endroit idéal pour 20 000 Juifs au début du XXe siècle, mais ils n’y sont restés que trois décennies. Aujourd’hui, il ne reste plus qu’un seul Juif à Harbin, un vieux journaliste israélien qui s’est autoproclamé historien juif de la ville.

On aurait du mal à trouver des touristes juifs à Harbin. Mais cela n’a pas empêché les Chinois de déployer tous leurs efforts pour attirer les investisseurs dans des projets d’héritage juif, y compris un musée qui ne mentionne pas les raisons pour lesquelles la communauté juive n’existe plus, et une chaîne de crèmes glacées qui s’est appropriée le nom et le visage d’un leader et homme d’affaires juif local assassiné.

« Ils le faisaient d’une manière vraiment ouvertement cynique. Ils disaient tout haut la partie silencieuse – ‘Nous avons entendu dire que les Juifs ont beaucoup d’argent, et nous en voulons un peu, alors nous allons restaurer ces sites du patrimoine juif et les Juifs viendront, pas seulement comme touristes mais comme investisseurs’. Ils ont dit ces choses à haute voix lors de conférences. Ce n’est pas subtil », déplore Dara Horn.

« Il y a d’autres endroits qui veulent peut-être dire cela, mais ils ne le disent pas de cette façon », a-t-elle ajouté.

Cette pierre tombale hébraïque est l’une des rares qui subsistent dans le cimetière juif d’Alep, en Syrie. (Crédit : Larry Luxner/ Times of Israel)

Mme Horn a déclaré au Times of Israel qu’en tant qu’érudite et amoureuse de l’histoire juive, elle n’est évidemment pas contre la préservation des sites du patrimoine juif. Mais dans l’essai consacré à Harbin, ainsi que dans un autre sur Diarna, – un projet visant à préserver numériquement les vestiges de la civilisation juive en Afrique du Nord et au Moyen-Orient, –  l’auteure critique l’omission, pour des raisons politiques, des raisons du déclin et de la destruction de ces communautés. (Il s’agit du fait que les gens n’aiment pas les Juifs vivants).

« Il existe un concept d’industrie touristique, populaire dans des endroits largement dépourvus de Juifs, appelé ‘sites du patrimoine juif’. Ce terme est un élément de marketing vraiment ingénieux… Il s’agit d’un bien meilleur nom que ‘Biens saisis sur des Juifs morts ou expulsés' », s’amuse de façon toujours morbide Horn.

Inévitablement, la Shoah est au centre de plusieurs des essais du livre, notamment ceux sur la Maison d’Anne Frank située à Amsterdam et la récente exposition sur Auschwitz au Musée de l’héritage juif de New York. Dans les deux cas, l’objectif de la Shoah destiné à éradiquer le judaïsme mondial peut se perdre dans l’effort de mettre en lumière la souffrance humaine universelle.

Un autre essai porte sur Varian Fry, un Américain qui a sauvé des milliers d’artistes et d’intellectuels de la France occupée par les nazis, dont Marc Chagall, Max Ernst et Hannah Arendt. Horn remet en question la célébration de la mission de Fry, qui consistait à sauver la civilisation européenne plutôt que la civilisation juive.

Dans chacun de ces textes, Horn remet en question la volonté écrasante de supprimer les particularités de la vie et de la tradition juives de l’expérience de la Shoah afin de la rendre compréhensible pour les non-juifs. En conséquence, les Juifs sont transformés en « une métaphore des limites de la civilisation occidentale », plutôt qu’en individus qui ont maintenu en vie une tradition unique vieille de 2 000 ans.

« Le problème est que, pour nous, les juifs morts ne sont pas une métaphore, mais plutôt des personnes réelles que nous ne voulons pas que nos enfants deviennent », écrit Horn.

Finaliste du prestigieux prix Kirkus pour l’année 2021, People Love Dead Jews est l’un des nombreux livres récemment publiés en réponse à la résurgence de l’antisémitisme aux États-Unis et dans le monde. Et Horn n’est pas surprise par cette recrudescence.

« Je pense que le fait qu’il y ait beaucoup de livres de ce type montre que beaucoup de gens y réfléchissent. Il y a beaucoup d’anxiété dans la communauté juive à ce sujet. Toute personne juive qui a passé cinq minutes sur Twitter peut vous dire que tout cela n’est pas dans notre tête », a-t-elle affirmé.

Le rôle que joue Israël dans la croissance de l’antisémitisme et la façon dont cela affecte les Juifs en Amérique, en Europe et ailleurs est également un sujet brûlant, mais Mme Horn a choisi de ne pas l’aborder dans son recueil.

« C’est vraiment le contraire de ce problème. C’est un livre sur la façon dont le monde non-juif regarde les Juifs dans une société non-juive », a-t-elle déclaré pour expliquer pourquoi elle n’a pas inclus Israël.

Illustration : Des manifestants pro-Israël assistent à un rassemblement dénonçant l’antisémitisme et les attaques antisémites, dans le bas de Manhattan, à New York, le 23 mai 2021. (Crédit : Ed JONES / AFP)

« Je ne pouvais pas rendre justice [à Israël] en un seul chapitre. Il ne serait pas non plus adéquat d’aborder sa place dans l’histoire juive. Je ne voulais pas être réductrice », a-t-elle déclaré.

En dépit de tous les exemples passés et présents que Horn donne dans People Love Dead Jews sur la façon dont les Juifs ont été trompés, manipulés ou carrément forcés de s’effacer dans un effort visant à survivre, elle reste tout de même optimiste pour son avenir et celui de ses enfants en Amérique.

« Il n’est pas vrai que nous vivons l’une de ces situations historiques parallèles. Je ne pense pas que ce soit comparable à ces choses, dans la mesure où nous vivons dans une démocratie participative », a déclaré Horn.

« Je ne veux pas adopter une vision larmoyante de l’histoire juive. Je ne pense pas que tout cela soit nouveau dans le cadre plus large de l’Histoire. Ce que nous avons vraiment ici, c’est une tradition qui est un cours magistral de résilience. C’est une chose pour laquelle nous [les Juifs] sommes doués », a-t-elle déclaré.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...