Israël en guerre - Jour 200

Rechercher
Des membres de l'équipe féminine du club de football Hapoel Jérusalem lors d'un récent match. (Crédit : Bernie Ardov/Hapoel Jérusalem)
Des membres de l'équipe féminine du club de football Hapoel Jérusalem lors d'un récent match. (Crédit : Bernie Ardov/Hapoel Jérusalem)

Hapoel Jerusalem tente de bouleverser la façon dont Israël traite le football féminin

Après seulement trois saisons sur le terrain, le club féminin est entré dans l’Histoire en accédant rapidement à la Premier League, avec le soutien du gouvernement américain

C’est l’histoire classique du conte de Cendrillon. Sauf que ces femmes ne portent pas de robes ni de diadèmes, mais des maillots, des crampons, des protège-tibias et arborent une détermination sans faille.

Il y a trois ans, il n’y avait pas d’équipe de football féminine professionnelle de haut niveau à Jérusalem. Fondée en 2020, l’équipe féminine du club Hapoel Jérusalem a progressé contre toute attente jusqu’à la Premier League féminine et est désormais classée deuxième au niveau national. Cette saison, l’équipe était invaincue jusqu’au 14e match, où elle s’est inclinée face au FC Kiryat Gat, classé au premier rang.

Le combat a été difficile pour l’équipe, ses fondateurs et ses supporters. Dans un pays où les sports féminins sont largement ignorés, le football féminin est le plus souvent ignoré par les médias grand public, en proie à des difficultés financières et souvent confrontés à des réactions négatives de la part des éléments les plus conservateurs de la société.

Pour arriver là où il est aujourd’hui, depuis 2011, Hapoel Jerusalem s’est frayé un chemin à partir du plus bas de l’échelle, en lançant d’abord des ligues de quartier, puis des équipes pour les jeunes filles et des ligues féminines amateures à travers la ville.

« Jusqu’à ce que nous commencions nos activités, si vous étiez une fille ou une femme et que vous vouliez jouer au football à Jérusalem, vous n’aviez aucune option », a déclaré Uri Sheradsky, PDG de l’ensemble du club Hapoel Jerusalem, qui comprend l’équipe professionnelle masculine qui fait régulièrement la Une des journaux.

Cette saison, pour la première fois dans l’Histoire, il y a une équipe de Jérusalem dans la Premier League féminine, qui compte huit clubs au total. Hapoel Jerusalem est le premier et le seul club de l’État d’Israël à avoir une équipe à la fois en première division féminine et masculine.

Joueuses, personnel et supporters de l’équipe féminine du club Hapoel Jérusalem après un match récent. (Crédit : Berney Ardov/Hapoel Jérusalem)

L’amour du jeu

Par une soirée glaciale de la mi-janvier à Jérusalem, les joueuses se sont réunies pour l’un de leurs entraînements trihebdomadaires. Arrivant du travail ou de l’école, elles se sont d’abord retrouvées pour fêter l’anniversaire de l’une d’entre elles, puis ont revu la vidéo de leur match de la semaine précédente, avant de se rendre sur le terrain pour s’entraîner jusque tard dans la soirée.

Avec peu ou pas de revenus, l’équipe est soutenue par des subventions locales et étrangères, dont un investissement important de la branche locale de l’Agence américaine pour le développement international (USAID). Bien qu’elle évolue dans la plus haute ligue féminine du pays, l’équipe – et le football féminin en général – ne bénéficie même pas d’une fraction de l’attention médiatique accordée à la très médiatisée équipe masculine du club Hapoel Jerusalem.

L’équipe a été créée avant la saison 2020-2021 avec l’aide de Ziva Assayag Benayoun, son actuelle directrice et fondatrice, qui a pris sa retraite il y a trois ans après une longue carrière au sein de la municipalité de Jérusalem, où elle travaillait sur des projets liés à la promotion des femmes.

Lorsqu’elle était enfant, à Jérusalem, Assayag Benayoun souhaitait ardemment jouer au football, mais son père s’y était opposé. Des dizaines d’années plus tard, elle a atteint son objectif en participant à la création de l’équipe féminine professionnelle du club Hapoel Jerusalem.

« J’ai réalisé que c’était mon rêve. C’est quelque chose qu’on m’avait empêchée de faire quand j’étais enfant – mon père ne me permettait pas de jouer au football ; il a fait un trou dans mon ballon et m’a dit que je ne pouvais plus jouer », s’est-elle souvenue. Bien des années plus tard, elle a saisi l’occasion de « soutenir tant de femmes qui veulent jouer au football ».

La responsable de l’équipe Ziva Assayag Benayoun lors d’un match féminin de Hapoel Jérusalem contre Kiryat Gat, à Ness Ziona, le 19 janvier 2023. (Crédit : Bernie Ardov/Hapoel Jérusalem)

Un voyage au sommet

L’équipe féminine du club Hapoel Jerusalem, officiellement connue sous le nom de Hapoel Bnot Katamon Jerusalem, a été lancée avant la saison 2020-2021, rejoignant la ligue Arzit, la moins bien classée. À l’issue de sa toute première saison sur le terrain, elle a terminé à la deuxième place et a été promue en League nationale – ou Ligua leoumit – pour la saison 2021-2022.

L’année dernière, l’équipe a de nouveau terminé la saison à la deuxième place de la Ligua leoumit et a été promue en Premier League, la meilleure ligue de football féminin en Israël. L’équipe est actuellement classée deuxième au niveau national dans la Premier League, avec 7 victoires, 7 matchs nuls et une défaite.

« Nous ne pensions pas, en arrivant ici [en Premier League], que nous arriverions à ce point », a déclaré Assayag Benayoun. « Nous voulons aller le plus loin possible – nous ne savons pas encore où cela se trouve ».

Âgées de 16 à 40 ans, elles sont chrétiennes, musulmanes et juives, laïques et religieuses – et il y a même une athlète ultra-orthodoxe, qui joue dans une jupe spécialement conçue pour elle

L’équipe est composée d’un large éventail de femmes venues de tous les horizons avec un seul objectif en tête : jouer au football. Âgées de 16 à 40 ans, elles sont chrétiennes, musulmanes et juives, laïques et religieuses – et il y a même une athlète ultra-orthodoxe, qui joue dans une jupe spécialement conçue pour elle et approuvée par la Fédération israélienne de football.

« L’équipe est composée de personnes que j’ai peu de chances de rencontrer au quotidien, mais nous nous retrouvons ici, nous parlons, nous apprenons à nous connaître », a déclaré la joueuse Adva Bucholtz, une religieuse de 17 ans originaire de l’implantation d’Efrat qui joue dans les équipes du club Hapoel Jerusalem depuis la 5e. « Nous sommes toutes issues du monde du football, nous nous connectons donc sur ce point, même si nous venons d’horizons très différents. »

Adva Bucholtz jouant pendant un match féminin de Hapoel Jérusalem contre Kiryat Gat, à Ness Ziona, le 19 janvier 2023. (Crédit : Bernie Ardov/Hapoel Jérusalem)

Noura Abu Shanab, 35 ans, originaire de Jadeidi-Makr dans le nord, a rejoint le club Hapoel Jerusalem au début de cette saison après avoir joué pendant près de 20 ans dans plusieurs autres équipes israéliennes. Elle a déclaré que l’équipe est hétérogène en termes d’âge et d’origine, mais que tout le monde travaille ensemble sans encombre.

« Les membres de cette équipe, l’alchimie entre nous, c’est comme un puzzle dont toutes les pièces s’emboîtent », a déclaré Abu Shanab. « Tant qu’il y a du respect les unes pour les autres, ça n’a pas d’importance. Je suis arabe, mais je n’ai pas l’impression que quelqu’un me regarde ou me traite différemment – au contraire. Nous avons une alchimie et une synchronisation basées sur le respect mutuel. »

« L’alchimie entre nous est comme un puzzle dont toutes les pièces s’emboîtent. »

Janet Egyir, originaire du Ghana, est l’une des cinq joueuses étrangères à rejoindre l’équipe cette saison, avec des athlètes du Brésil et du Nigeria. Egyir, 30 ans, a déjà joué professionnellement en Islande ainsi que dans son pays d’origine.

« Je n’étais jamais allée en Israël, et j’avais lu beaucoup d’histoires dans la Bible à propos d’Israël. Quand ils m’ont dit que le club était à Jérusalem, j’étais très heureuse », a déclaré Egyir. « Je suis très heureuse ici – le club a chaleureusement pris soin de moi… ils m’ont accueillie comme une famille ».

Janet Egyir jouant pendant un match féminin de Hapoel Jérusalem contre Kiryat Gat, à Ness Ziona, le 19 janvier 2023. (Crédit : Bernie Ardov/Hapoel Jérusalem)

Egyir a déclaré que jusqu’à présent, son séjour dans l’équipe a dépassé ses attentes.

« Nous avons une équipe très jeune et nous sommes toujours impatientes de jouer », a-t-elle déclaré. « L’objectif pour cette saison était de rester dans la ligue, et nous nous en sortons très bien jusqu’à présent. »

Bucholtz a déclaré que depuis qu’elle a rejoint la Premier League, « le niveau est beaucoup plus élevé, beaucoup plus professionnel, beaucoup plus exigeant ». « Mais nous avons travaillé dur pour en arriver là ces deux dernières années, et c’est formidable d’y être enfin. »

La paix via le football ?

Le PDG Sheradsky a déclaré que le club dépense environ 1,7 million de shekels par an pour l’équipe féminine, contre environ 15 millions de shekels pour l’équipe masculine.

Il a ajouté que l’équipe féminine a reçu environ 300 000 shekels d’Athena, le Centre pour la promotion du sport féminin en Israël. Sur une période de deux ans et demi, l’USAID a fourni à Hapoel 2,8 millions de shekels pour toutes ses activités de football féminin, ainsi que pour ses équipes de garçons et de filles juifs et arabes âgés de 9 à 17 ans, grâce à une subvention accordée dans le cadre de son programme de gestion et d’atténuation des conflits.

Les activités du club Hapoel « encouragent l’égalité et le respect mutuel, réduisent les barrières et brisent les stigmates », a déclaré Amy Tohill-Stull, directrice de mission de l’USAID en Cisjordanie et à Gaza, dans un communiqué. Les équipes locales et professionnelles féminines « ont permis aux filles et aux femmes d’éliminer les différences, de réduire les barrières politiques et de limiter les obstacles culturels ».

L’USAID met fin à son programme de gestion et d’atténuation des conflits et transférera son « financement de la consolidation de la paix » dans le cadre de la nouvelle loi sur le partenariat pour la paix au Moyen-Orient (MEPPA), a déclaré Tohill-Stull. Une porte-parole de l’USAID a déclaré que Hapoel n’avait reçu aucune subvention dans le cadre de la MEPPA jusqu’à présent, mais qu’il pourrait demander d’autres financements à l’avenir.

Des membres de l’équipe féminine de football Hapoel Jérusalem lors d’un récent match. (Crédit : Bernie Ardov/Hapoel Jérusalem)

Sheradsky a déclaré que l’équipe devrait recevoir des fonds de l’Office des paris sportifs, géré par l’État, ainsi que de la municipalité de Jérusalem, bien que ni l’un ni l’autre n’ait encore annoncé de montant.

« La mairie n’a toujours pas pris de décision », a déclaré Sheradsky. Alors que l’équipe masculine reçoit 1,5 million de shekels de la ville, « il n’y a aucune chance que nous obtenions ce montant, qui s’élèvera probablement à 400 000 shekels maximum ».

En outre, l’équipe féminine est sponsorisée cette saison par Loox, une start-up basée à Ramat Gan.

« Soutenir l’équipe féminine de football du club Hapoel Jérusalem s’aligne parfaitement sur nos valeurs en tant qu’entreprise qui privilégie l’égalité et l’inclusion, et nous sommes fiers de participer aux efforts du club pour avoir un impact positif à travers le sport », a déclaré Yoni Elbaz, PDG de Loox, dans un communiqué. « En tant que start-up, nous partageons l’esprit du club Hapoel Jerusalem qui consiste à construire quelque chose de grand grâce au travail acharné, à la détermination et au soutien de nos clients – tout comme le club est financé par ses propres fans. »

Une bataille pour rester à flot

Le résultat final, selon Sheradsky, est que soutenir une équipe de football féminin en Israël n’est tout simplement pas une décision fiscale judicieuse.

« Le club est actuellement en déficit d’environ 500 000 shekels, et ce qui le finance, ce sont les revenus de l’équipe masculine », a-t-il déclaré. « C’est la raison pour laquelle toutes les équipes professionnelles masculines en Israël, comme la nôtre, ne soutiennent pas d’équipe féminine – parce que c’est une solution à perte, quelque chose qui vous oblige à prendre de l’argent de l’équipe masculine – qui est la seule à faire des profits. Le football féminin ne génère pas de profits. »

Des fans du club Hapoel Jérusalem lors d’un match de première division masculine contre le Beitar Jérusalem, au Teddy Stadium de Jérusalem, le 12 septembre 2022. (Crédit : Oren Ben Hakoon/Flash90)

Hapoel Jerusalem se distingue non seulement par la présence d’une équipe féminine, mais aussi par la manière dont le club est géré. L’équipe appartient à ses supporters et est dirigée par un conseil d’administration élu par les membres d’une organisation communale qui soutient le club. C’est actuellement la seule équipe de football appartenant à des supporters dans la Premier League masculine.

Le Beitar Jerusalem possède une équipe de football féminine, qui a été relancée en 2019 et joue actuellement dans la Ligua leoumit. Mais l’équipe a connu peu de succès, et est actuellement classée 9e sur 10 clubs de la ligue, avec 11 défaites et 1 victoire.

Assayag Benayoun a déclaré qu’elle pense que le statut du sport féminin en Israël ne changera que si les autres équipes de la Premier League masculine – 14 clubs – soutiennent les équipes féminines.

« Le plus grand changement viendra si le Maccabi Tel Aviv ouvre une équipe féminine, ou le Maccabi Haïfa », a-t-elle déclaré. « Si les grands clubs ouvrent des équipes féminines, comme l’a fait Hapoel Jerusalem, c’est là que la différence se fera vraiment sentir. »

Comparaison et contraste

Contrairement aux matchs masculins, les matchs féminins sont gratuits – et pourtant, seuls 50 à 100 fans viennent y assister. Bien que la Premier League féminine ait été créée en 1998, aucun de ses matchs n’a été diffusé en direct à la télévision jusqu’en 2021, après que la chaîne sportive a signé un accord pour diffuser environ un match par semaine.

Le manque d’attention que reçoit le sport féminin en Israël est exaspérant pour de nombreuses joueuses, qui laissent du sang, de la sueur et des larmes sur le terrain chaque semaine. À l’exception des joueuses étrangères, tous les membres de l’équipe étudient, travaillent ou sont encore au lycée, car il est pratiquement impossible de survivre avec un salaire, même celui d’une équipe de première division. Le salaire moyen des joueuses de l’équipe féminine se situe autour du salaire minimum – 5 400 shekels par mois.

« C’est frustrant si on le compare à ce que les hommes reçoivent, ou même à ce que d’autres femmes gagnent ailleurs dans le monde », a déclaré Rachel Shtainshnaider, 28 ans, originaire de Beit Shemesh, qui a joué dans plusieurs autres équipes israéliennes ainsi qu’à l’étranger, au Danemark et en France.

« Là-bas, les choses avancent, mais ici, c’est vraiment lent », a-t-elle ajouté. « Il n’y a pas assez d’exposition ou d’attention sérieuse… mais le potentiel est énorme. Ça craint que nous n’ayons pas les mêmes conditions [que les hommes], mais nous nous investissons tout autant. Nous organisons nos vies en fonction, nous nous entraînons tard le soir, nous rentrons tard. Ce n’est pas facile. »

Rachel Shtainshnaider jouant lors d’un récent match de Hapoel Jérusalem. (Crédit : Bernie Ardov/Hapoel Jérusalem)

Parfois, on a l’impression que la bataille pour la reconnaissance du football féminin en Israël est comme le chat qui se mord la queue : les gens ne viennent pas aux matchs en partie parce que les médias n’y prêtent pas attention et que la chaîne sportive ne les diffuse pas, et les médias sportifs ignorent les matchs en partie parce que peu de fans viennent.

« Le traitement médiatique du football féminin est une catastrophe – il n’existe quasiment pas, je dois me battre pour chaque article dans chaque journal local », a déclaré Sheradsky.

Un traitement égalitaire

Les joueuses ont toutes déclaré que la compensation et les conditions qu’elles reçoivent en jouant pour Hapoel Jerusalem sont supérieures à celles de toute autre équipe féminine en Israël.

« Signer avec Hapoel Jerusalem est la meilleure chose qui me soit arrivée récemment… Je suis très heureuse », a déclaré Abu Shanab. « Par rapport à ce que j’ai reçu dans d’autres équipes, les installations, les conditions, le soutien que nous recevons. Aucun autre club ne dispose de tout cela. C’était un véritable plus de venir ici. »

« Aucun autre club ne dispose de tout cela. C’était un véritable plus de venir ici. »

Shtainshnaider a déclaré que l’offre du club Hapoel Jerusalem était l’une des raisons de son retour au pays après un temps passé à jouer professionnellement à l’étranger.

« Ce qui m’a amenée ici, c’est le programme qu’ils ont établi, et le fait que vous sachiez que vous avez un avenir – quelque chose qui se construit et qui continuera à se construire », a-t-elle déclaré. « Nous obtenons tout ce dont nous avons besoin, toute l’infrastructure, les installations, et le personnel. »

Shtainshnaider a déclaré que Hapoel fournit « même plus que l’équipe nationale [d’Israël] », dans laquelle elle joue également, « ce qui est incroyable ». « C’est comme ça que ça devrait se passer. »

Noura Abu Shanab, à droite, jouant lors d’un récent match de Hapoel Jérusalem. (Crédit : Bernie Ardov/Hapoel Jérusalem)

Sheradsky a déclaré que le club a pris une décision pour « essayer de s’assurer que presque tout ce que les hommes obtiennent, les femmes l’obtiennent aussi » en ce qui concerne le personnel, les installations et l’équipement.

« J’entends des histoires de femmes dans d’autres équipes et cela me donne envie de pleurer » – sur leur manque de soutien et d’infrastructures – a déclaré Assayag Benayoun. « Ce n’est pas comme ici. »

Il faut jongler

Néanmoins, toutes les femmes de l’équipe – à l’exception des joueuses étrangères – sont conscientes qu’elles ne peuvent pas subvenir à leurs besoins uniquement grâce au sport.

« Il est très difficile d’être une joueuse de football et de gagner sa vie uniquement grâce au football », a déclaré Assayag Benayoun, notant que même son salaire en tant que manager de l’équipe est complété par sa retraite après des années de travail à la mairie.

Abu Shanab étudie la nutrition, Shtainshnaider travaille comme ingénieure aérospatiale chez General Motors, tandis que d’autres sont encore au lycée, poursuivent des études ou travaillent.

Membres de l’équipe féminine de football de Hapoel Jérusalem lors d’un match contre Kiryat Gat, à Ness Ziona, le 19 janvier 2023. (Crédit : Bernie Ardov/Hapoel Jérusalem)

Shtainshnaider a déclaré que sa famille soutient sa carrière sportive, « mais ce n’est pas si facile parce qu’il n’y a pas de véritable avenir financier là-dedans. Ils sont donc inquiets ».

Abu Shanab dit qu’elle a « repoussé ses études à maintes reprises parce [qu’elle] a toujours préféré mettre le football en priorité ».

Mais elle sait aussi que « malheureusement, il n’y a pas beaucoup d’avenir pour le football en général en Israël – et le football féminin en particulier ». « À un moment donné, il faut commencer à penser aux prochaines étapes et à demain. »

« Voir les salaires, les conditions et les infrastructures que les footballeurs masculins reçoivent en Israël me met vraiment en colère, en particulier en cette saison où nous donnons vraiment tout ce que nous avons, en faisant la navette, en rentrant tard à la maison, en nous levant le lendemain pour aller travailler ou étudier », a déclaré Abu Shanab. « Si seulement j’avais la possibilité de me concentrer uniquement sur le football… C’est vraiment exaspérant. Ce n’est tout simplement pas juste. »

Alors qu’il reste sept matchs de saison régulière avant les séries éliminatoires, personne dans l’équipe ne se risquerait à spéculer sur la façon dont le club va conclure sa première saison en Premier League.

« Nous avons une équipe incroyable, des joueuses qui sont professionnelles, qui en veulent et qui se donnent à fond », a déclaré Assayag Benayoun. « Je crois vraiment en elles. »

Abu Shanab a déclaré que son séjour à Hapoel Jerusalem, après tant d’années passées dans d’autres équipes israéliennes, lui a laissé un espoir prudent concernant le football féminin en Israël.

« Il y a un léger mouvement [dans la bonne direction], mais ce n’est pas encore suffisant », a-t-elle déclaré. « Il y a quelques avancées, mais ce n’est toujours pas suffisant pour motiver les jeunes filles à venir dire ‘c’est mon rêve de jouer au football’. »

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.