La nouvelle directrice du musée juif de Berlin se confie
Rechercher
  • Hetty Berg a été nommée nouvelle directrice du musée juif de Berlin (Crédit : Musée juif de Berlin)
    Hetty Berg a été nommée nouvelle directrice du musée juif de Berlin (Crédit : Musée juif de Berlin)
  • À l'intérieur du bâtiment Libeskind du musée juif de Berlin, qui a réouvert le 23 août. (Crédit : Jens Ziehe/Jewish Museum Berlin/ via JTA)
    À l'intérieur du bâtiment Libeskind du musée juif de Berlin, qui a réouvert le 23 août. (Crédit : Jens Ziehe/Jewish Museum Berlin/ via JTA)
  • Une femme passe devant l'œuvre d'art "Golem" de Joshua Abrabanel lors d'une présentation presse pour l'exposition "Golem" au Musée juif de Berlin, Allemagne, le jeudi 22 septembre 2016. Le mythe de la vie artificielle, allant des homuncules et des cyborgs aux robots et aux androïdes, fait l'objet d'une exposition sur le Golem au Musée juif de Berlin. (AP Photo/Michael Sohn)
    Une femme passe devant l'œuvre d'art "Golem" de Joshua Abrabanel lors d'une présentation presse pour l'exposition "Golem" au Musée juif de Berlin, Allemagne, le jeudi 22 septembre 2016. Le mythe de la vie artificielle, allant des homuncules et des cyborgs aux robots et aux androïdes, fait l'objet d'une exposition sur le Golem au Musée juif de Berlin. (AP Photo/Michael Sohn)
  • Le Musée Juif de Berlin. (Hufton Crow)
    Le Musée Juif de Berlin. (Hufton Crow)
Interview

La nouvelle directrice du musée juif de Berlin se confie

Hetty Berg passe à la vitesse supérieure, en s’appuyant sur une histoire commune pour faire venir des Juifs et des non-Juifs au musée récemment réouvert

BERLIN (JTA) – Le précédent directeur du Musée juif de Berlin est parti après un tweet.

En mai 2019, après que le Parlement allemand a classé antisémite le mouvement de Boycott, Désinvestissement et Sanctions (BDS) contre Israël, le musée a critiqué la décision sur Twitter, arguant qu’elle était anti-démocratique, et a partagé un article présentant plusieurs universitaires juifs abondant dans le même sens. La pression publique s’est accrue contre le directeur, Peter Schafer, et un débat sur le rôle des musées juifs et la légalité du mouvement BDS s’en est suivi.

Ce dernier a présenté sa démission en juin « pour éviter de nouveaux dégâts ».

Hetty Berg, qui a commencé son mandat cette année le 1er avril après avoir passé les 30 dernières années en tant que directrice et conservatrice au Musée historique juif d’Amsterdam, où elle avait commencé comme stagiaire, se trouve dans une position délicate. Elle a exprimé ses regrets concernant le départ de son prédécesseur, mais elle se concentre désormais sur le fonctionnement quotidien du musée, qui a rouvert ses portes dimanche après avoir fermé à la mi-mars en raison du coronavirus.

Bien qu’hésitante à se confier, la femme de 58 ans révèle une histoire personnelle à laquelle de nombreux juifs nés dans l’ombre de la Shoah peuvent s’identifier. Née à La Haye, sa famille, comme beaucoup de familles juives néerlandaises de l’époque, ne portait pas son identité juive sur sa manche. Ce n’est pas qu’ils avaient honte d’être juifs, explique-t-elle, mais ils voulaient être considérés comme des Néerlandais.

Dans sa jeunesse, elle a fini par s’intéresser à l’exploration de son héritage juif, et cela s’est rapidement traduit par l’apprentissage du yiddish et de l’hébreu, et par des voyages fréquents en Israël pour rendre visite à sa famille.

Hetty Berg a été nommée nouvelle directrice du musée juif de Berlin (Crédit : Musée juif de Berlin)

Elle est maintenant le fer de lance d’une nouvelle exposition permanente de grande envergure intitulée « La vie juive en Allemagne : passé et présent« . L’exposition de près de 11 600 mètres-carrés se concentre sur l’histoire et la culture juives en Allemagne à travers cinq chapitres historiques commençant par la vie juive en Ashkénaz (devenue aujourd’hui la région allemande de Rhénanie). Elle passe par les Lumières et le national-socialisme et la période après 1945, en soulignant la restitution des œuvres pillées pendant la Shoah, les réparations et la relation de la communauté allemande avec Israël et l’immigration russophone.

Hetty Berg s’est entretenue avec la JTA au sujet de ses réflexions sur le BDS, la nouvelle exposition principale, sa vision du musée et de la vie juive contemporaine en Allemagne.

Cet entretien a été édité pour être plus long et plus clair.

JTA : Je suis curieux d’en savoir plus sur votre vie juive en grandissant. Qu’est-ce qui vous a poussé à apprendre l’hébreu et le yiddish ?

Hetty Berg : J’ai grandi dans un foyer laïc. Très humaniste, plus engagé politiquement. Pas du tout religieux, mais nous ne mangions pas de porc et nous mangions des matzahs, mais à Pâques, pas à Pessah.

À 14 ans, j’ai pris des cours particuliers d’hébreu parce que je voulais aller rendre visite à notre famille en Israël. Et depuis lors, j’y suis allée tous les étés depuis que j’ai presque 16 ans.

Quand j’étais à Londres, j’ai commencé à aller à la synagogue. Et quand je suis revenue à Amsterdam, je suis devenue membre de la communauté juive.

Un homme marche devant les bureaux du quartier culturel juif d’Amsterdam, le 25 septembre 2008 (Crédit : Marijke Volkers/via JTA)

Pourquoi cet intérêt soudain pour la synagogue après avoir été élevée dans la laïcité ?

Tout ce qui avait trait au judaïsme et au fait d’être juif était très chargé à cause de la Shoah. De nombreux juifs des Pays-Bas voulaient fuir ce passé douloureux sans nier [leur judaïté] mais aussi sans en faire activement quelque chose, du moins sur le plan religieux.

Dans les années 80, vous avez vu une vague d’enfants de survivants de la Shoah qui sont repartis à la recherche de cela, de la culture et de la religion. Qu’est-ce que c’était, ce judaïsme ou cette judéité pour lesquels tant de membres de la famille avaient été tués ? Il devait y avoir quelque chose là-dedans.

Comment avez-vous décidé d’en faire votre carrière ?

Je n’ai pas décidé de cette carrière. C’était une heureuse coïncidence. Mais pour cette recherche de l’histoire familiale, ce travail de restitution, le Musée juif d’Amsterdam était l’endroit idéal. En ce sens, il a aussi beaucoup nourri ma curiosité. Mon identité juive s’exprime également dans mon travail et s’en nourrit. C’est une façon très intensive de traiter la culture, la religion et l’histoire juives.

Qu’est-ce qui vous a incité à occuper ce poste à Berlin après avoir passé tant de temps à Amsterdam ?

Cette institution est le plus grand et le plus important musée juif d’Europe. Il revêt une signification particulière dans la société allemande et constitue un espace pertinent pour les débats actuels. C’est pourquoi il est très intéressant et stimulant, mais c’est aussi un honneur de diriger une institution comme celle-ci.

À l’intérieur du bâtiment Libeskind du musée juif de Berlin, qui a réouvert le 23 août. (Crédit : Jens Ziehe/Jewish Museum Berlin/ via JTA)

Selon vous, quel est l’état actuel du dialogue sur les questions juives en Allemagne ?

Berlin est le lieu où les Lumières juives sont nées, où il y a eu cette grande expérience d’acculturation, et dans la République de Weimar, cette incroyable symbiose des Juifs et de l’Allemagne, surtout dans la vie culturelle. Et bien sûr, c’est ici que la « Solution finale » a été planifiée et mise en œuvre. Berlin a été le centre pendant toute la période nationale-socialiste.

Après la guerre, elle est devenue le lieu où une grande partie du travail sur la mémoire et la « Vergangenheitsbewältigung » [gestion du passé] a également eu lieu.

Et aujourd’hui encore, d’une part, il y a ces expressions très violentes d’antisémitisme. Mais d’autre part, il y a un renouveau de la vie juive et cette incroyable diversité de toutes sortes d’expressions religieuses et culturelles juives. Il se passe donc beaucoup de choses ici à Berlin, car la ville attire également de nombreux Juifs de partout, qui ont de nouvelles idées, ce qui en fait également un endroit très intéressant. J’aimerais que le musée donne une tribune à ces nouvelles idées et à ces nouvelles initiatives.

Les gens se tiennent devant une Hannoukia géante devant la Porte de Brandebourg à Berlin, le 6 décembre 2015. (Jorg Carstensen / DPA / AFP)

Avez-vous des difficultés à discuter de sujets concernant le BDS, Israël et l’antisémitisme en Allemagne ?

C’est la question qu’on me pose le plus souvent, mais je suis la directrice d’un des plus grands et des plus intéressants musées juifs et il y a tellement plus à dire sur les sujets de la culture juive elle-même et de la diversité de la vie juive à Berlin et en Allemagne. Nous ne nous concentrons pas sur ce qui se passe au Moyen-Orient et en Israël. Nous sommes ici. Nous nous intéressons à l’histoire et à la culture des Juifs en Allemagne, au passé et au présent ; à la dynamique de la société ici en Allemagne entre Juifs et non-Juifs. Je pense que ce sont les sujets que nous devrions aborder.

Dans notre nouvelle exposition principale, l’antisémitisme est thématisé et conteste également la façon dont nous le traitons aujourd’hui car, bien sûr, ce sont des sujets très importants. Nous avons, par exemple, une « Debattenraum » [salle de débat], où l’antisémitisme est abordé et nous offrons un programme éducatif solide autour de ce thème. Il y a des études de cas comme la Judensau à Wittenberg qui y sont discutées. Qu’il faille ou non la supprimer, qu’est-ce que cela signifie, quelles sont les
connotations ? Et nous voulons faire en sorte que les gens pensent vraiment par eux-mêmes. Qu’est-ce que l’antisémitisme ? Où commence-t-il ?

Cette gravure qui figure sur la façade de l’église St. Marien à Wittenberg, en Allemagne, représente des Juifs tétant une truie. (Crédit : Toni L. Kamins)

Que pensez-vous du BDS ?

J’ai dit dans presque toutes les interviews sur le BDS que je rejette les idées de ce mouvement, car il ne demande pas seulement un boycott de l’Etat d’Israël mais aussi un boycott de tous les artistes et universitaires israéliens. Je pense que cela ne peut pas faire avancer la discussion.

Quels sont vos projets pour le musée ?

Ce que je trouve très important, c’est que le musée juif de Berlin soit un lieu pour les Juifs et les non-Juifs, car cette histoire juive en Allemagne est une histoire commune. Jusqu’à présent, un très grand pourcentage des visiteurs, 75 %, venait de l’étranger, ce qui est merveilleux. Et j’espère vraiment que dans un avenir proche, ils pourront à nouveau venir ici en grand nombre.

Mais mon objectif est également de toucher tout particulièrement les habitants de Berlin et les Allemands, car je veux que le musée soit un lieu socialement pertinent et qu’il joue un rôle social dans la société. Et pour y parvenir, nous devons atteindre les personnes qui composent cette société – et ce sont les personnes qui vivent ici en Allemagne. Surtout en raison de tous les thèmes dont nous parlons ici : l’appartenance et l’exclusion, l’acculturation et la conservation de sa propre identité et de sa diversité. Ce sont les questions urgentes d’aujourd’hui, mais elles ont également été importantes tout au long de l’histoire.

Des décorations de Noël exposées au Musée d’histoire allemande à Berlin, le 30 novembre 2018 à l’occasion de l’exposition « Ange, croix gammée, Dôme du rocher, décorations de Noël du 19e siècle à nos jours », (AP Photo/Michael Sohn)

Outre l’exposition permanente, quels autres types d’expositions les gens peuvent-ils s’attendre à voir ?

Notre première exposition temporaire, qui débutera en février, sera intitulée « Redemption Now » par Yael Bartana et c’est sa première grande exposition personnelle ici en Allemagne. Elle est originaire d’Israël, mais elle a vécu pendant de nombreuses années à Amsterdam et passe maintenant son temps entre Berlin et Amsterdam. Yael Bartana est l’une des meilleures artistes vidéo contemporaines et elle travaille sur des thèmes juifs. Le Musée juif de Berlin lui a également confié une mission pour un nouveau travail vidéo sur Berlin, intitulé « Malka Germania ».

ANOHA- l’espace enfants du musée juif de Berlin – en cours de construction. (Crédit : Yves Sucksdorff/Jewish Museum Berlin/ via JTA)

L’année prochaine est une année très importante, car elle marquera les
1 700 ans de la vie juive en Allemagne. Elle sera célébrée de différentes manières et à travers l’Allemagne. Trois cent cinquante ans de la communauté juive de Berlin seront également célébrés et nous aurons notre 20e anniversaire l’année prochaine. Pour le 350e anniversaire à Berlin, nous aurons également une exposition sur Moïse Mendelssohn, qui était, bien sûr, une figure très importante – non seulement pour Berlin et l’Allemagne, mais pour le judaïsme dans son ensemble. Et nous aurons une exposition du travail du photographe Frédéric Brenner, qui a réalisé un projet sur la performance de la judéité à Berlin aujourd’hui.

Pour le programme à venir, nous allons très certainement faire une exposition sur les Juifs en RDA. C’est un sujet qui n’a pas fait l’objet de beaucoup de recherches.

Quelles sont les nouvelles concernant le nouveau musée des enfants qui est en chantier depuis quatre ans ?

Nous devions inaugurer en grandes pompes le 18 mai notre nouvelle exposition principale et le monde des enfants ANOHA. Notre nouveau musée pour enfants raconte l’histoire de l’arche de Noé avec des sujets tels que la durabilité, le climat, la cohabitation, la gestion des ressources naturelles et les différentes espèces d’animaux qui doivent cohabiter sur cette arche. Plus de 150 animaux ont été fabriqués par des artistes à partir de matériaux recyclés. C’est très, très beau.

Comme elle est très ludique et interactive, nous ne pouvons pas l’ouvrir maintenant, pas avant novembre. Mais ce sera une toute nouvelle offre ici, dans le quartier. Ce sera très familial et ouvert à toutes les cultures, donc j’espère vraiment que cela deviendra un centre important pour le quartier.

read more:
comments