Rechercher
Le président hondurien Juan Orlando Hernández (Crédit : autorisation)
Le président hondurien Juan Orlando Hernández (Crédit : autorisation)

Le président sortant du Honduras : les liens étroits continueront avec Israël

Peu avant de quitter ses fonctions, Juan Orlando Hernández déclare que son successeur de gauche se heurtera à une résistance si elle tente de déplacer l’ambassade de Jérusalem

Lazar Berman est le correspondant diplomatique du Times of Israël

« Monsieur le Président, vous êtes un véritable ami d’Israël », a déclaré le Premier ministre Naftali Bennett à Juan Orlando Hernández peu avant la cérémonie d’inauguration de la nouvelle ambassade du Honduras à Jérusalem en juin dernier. « Le peuple juif a la mémoire longue, et vous serez inscrit dans les pages de l’Histoire comme ayant accompli un acte courageux et justifié pour l’État d’Israël. »

Le déménagement de l’ambassade n’a pas été la seule politique adoptée par le dirigeant hondurien en faveur d’Israël. Tout au long de ses huit années de présidence, M. Hernández a fait de ce pays d’Amérique centrale – qui a reconnu l’État de Palestine moins de trois ans avant son arrivée au pouvoir – l’un des alliés les plus fiables d’Israël.

En plus d’être le quatrième pays à ouvrir une ambassade à Jérusalem, le Honduras, sous la direction d’Hernández, a régulièrement soutenu Israël aux Nations unies et dans d’autres instances internationales.

Mais M. Hernández quittera ses fonctions le 27 janvier et sera remplacé par Xiomara Castro, une socialiste démocratique autoproclamée dont le mari et directeur de campagne s’est allié au leader vénézuélien d’extrême-gauche Hugo Chávez et au cubain Fidel Castro lorsqu’il était lui-même président. La présidente élue a déclaré son intention de renverser un grand nombre des politiques d’Hernández.

Alors qu’il entrait dans les dernières semaines de sa présidence, M. Hernández s’est entretenu avec le Times of Israel par Zoom au début du mois de décembre pour discuter de la manière dont il avait réorienté les relations entre le Honduras et Israël, et de la direction que pourraient prendre ces relations bilatérales sous le nouveau gouvernement de Tegucigalpa.

L’empreinte d’Israël

M. Hernández est venu en Israël pour la première fois en 1991 dans le cadre d’un cours de leadership organisé par MASHAV, l’agence de coopération internationale pour le développement du ministère des Affaires étrangères.

Il a dit que ce voyage avait « changé sa vie ».

Le président hondurien Juan Orlando Hernández lors d’un programme de leadership MASHAV en Israël, alors qu’il était jeune homme en 1991 (Crédit : autorisation).

« C’était assez impressionnant de voir l’adversité, comment vous avez travaillé très dur pour faire fleurir le désert », a-t-il déclaré. « Je suis originaire d’une région rurale du Honduras. Mais si vous regardez l’agriculture en Israël, c’est étonnant pour moi. Cela a changé ma vie de voir comment durant des siècles, la persécution du peuple juif, les premiers juifs qui sont allés et ont peuplé la terre même s’il y a des marécages et le désert. Vous avez changé cela. Je crois que peu de pays dans le monde entier ont fait ce que vous avez fait. »

Mattanya Cohen, ancien ambassadeur au Honduras, a déclaré au Times of Israel l’année dernière qu’il ne doutait pas que la décision de Hernández de reconnaître Jérusalem comme capitale d’Israël ait été influencée par sa participation au cours MASHAV. M. Cohen a déclaré qu’Hernández lui avait personnellement dit à quel point les outils qu’il avait acquis dans le cadre de MASHAV l’avaient aidé à construire sa carrière publique.

Cette carrière a débuté en 1998 lorsqu’il est entré au Parlement du Honduras. En 2010, lors de son quatrième mandat, Hernández a été élu président du Congrès national. Trois ans plus tard, il a battu Castro pour devenir président du Honduras à l’âge de 45 ans, son adversaire ayant rejeté les résultats et étant descendu dans la rue pour protester.

En tant que président – tout en faisant face à des allégations de trafic de drogue et de corruption – Hernández s’est concentré sur la lutte contre la violence. Lorsqu’il est entré en fonction, le Honduras avait le taux d’homicides le plus élevé au monde. Après avoir encouragé les réformes de la police, de l’armée et des services de renseignement, ce chiffre a chuté de plus de 50 % au cours de sa présidence.

« Nous n’aurions pas pu y parvenir sans l’aide d’Israël », a-t-il déclaré, en soulignant la technologie israélienne et les liens étroits entre les agences de sécurité des deux pays. « Dans toute la stratégie que nous avons élaborée au début de mon programme, il y a l’empreinte du peuple israélien. »

Et c’est la technologie agricole israélienne qui a joué un rôle central dans sa relation avec le président américain de l’époque, Donald Trump.

« Au début, il était très exigeant, et même hostile », a raconté Hernández. « Avec la région, pas seulement le Honduras – le Mexique, le Guatemala, le Salvador et le Honduras – à cause de l’immigration. »

Lorsque Hernández et Trump ont commencé à travailler ensemble pour freiner la migration en provenance d’Amérique centrale à travers la frontière sud des États-Unis, les liens se sont nettement améliorés. L’une des initiatives les plus réussies pour s’attaquer aux causes profondes de la migration a été l’amélioration de la production agricole, en particulier dans le « corridor sec » du pays, où les sécheresses et les pénuries alimentaires ont poussé les Honduriens à se diriger vers le nord. Grâce à la technologie israélienne, la productivité des petites exploitations de la région a augmenté, permettant même à certaines d’entre elles d’exporter leurs produits vers d’autres pays.

« Au final, je pense que c’était une relation très respectueuse », a-t-il déclaré.

Le président hondurien Juan Orlando Hernández visite le Mur occidental à Jérusalem, juin 2021 (Crédit : autorisation)

La coopération sécuritaire et technologique a porté ses fruits dans l’arène diplomatique. Sous Hernández, le Honduras a régulièrement voté contre ou s’est abstenu sur les résolutions anti-israéliennes à l’ONU et dans d’autres organismes internationaux.

Le Honduras a été l’une des neuf nations – dont les États-Unis, Israël et le Guatemala – à voter contre la résolution de l’Assemblée générale des Nations unies de 2017 qui rejetait la reconnaissance par l’Amérique de Jérusalem comme capitale d’Israël. Il a également fait partie des 37 pays qui ont boycotté la conférence Durban IV de l’ONU, connue pour être ouvertement antisémite, en septembre.

Le gouvernement d’Hernández a également pris position aux côtés d’Israël dans d’autres forums internationaux. En mai, l’Organisation mondiale de la santé (OMS) des Nations unies a adopté une résolution désignant Israël comme le seul pays à violer les droits de la santé. Le Honduras a été l’un des 14 pays à voter contre cette mesure.

Le Honduras a payé un prix pour son soutien à Israël. En 2018, son candidat à la présidence de l’Assemblée générale de l’ONU a été rejeté lorsque les pays anti-israéliens se sont mobilisés avec succès derrière le candidat de l’Équateur.

Le processus des ambassades

La manifestation la plus visible de ce soutien a été le déménagement de l’ambassade en juin.

Dossier : Le Premier ministre Benjamin Netanyahu, à gauche, rencontre le président hondurien Juan Orlando Hernandez à Jérusalem le 29 octobre 2015. (Crédit : Kobi Gideon/GPO)

Hernández a déclaré que c’était à dessein qu’il n’avait pas déplacé l’ambassade au cours de son premier mandat. « Je voulais que ce soit un processus », a-t-il déclaré. « Tout d’abord, je ne veux pas que ce soit simplement le déménagement de Tel Aviv à Jérusalem. Il faut que ce soit réciproque. Vous devez rouvrir l’ambassade au Honduras. Deuxièmement, il faut que cela se poursuive au-delà de mon mandat et de celui de [l’ancien premier ministre Benjamin Netanyahu]. »

Israël avait fermé son ambassade à Tegucigalpa en 1995 pour des raisons budgétaires, comptant sur son envoyé au Guatemala pour servir également d’ambassadeur non résident au Honduras.

Des sources du ministère des Affaires étrangères auraient également déclaré que le Honduras souhaitait améliorer ses liens avec l’administration Trump.

En décembre 2018, la Douzième chaîne a rapporté qu’une délégation de hauts fonctionnaires du Honduras s’est rendue en Israël, apparemment pour explorer la possibilité de déplacer l’ambassade du Honduras à Jérusalem, après des entretiens secrets avec le Premier ministre.

Le déménagement de l’ambassade a été considéré comme particulièrement problématique parce que le Honduras a la deuxième plus grande population palestinienne d’Amérique latine.

Mais Cohen a déclaré à la radio de l’armée que ce défi n’a pas découragé les diplomates israéliens : « Je n’ai pas abandonné. Nous avons commencé par des contacts discrets en coulisses, avec des ministres, des membres du Parlement et la communauté. »

Le premier geste a été d’ouvrir des bureaux diplomatiques dans les deux capitales. Hernández s’est rendu en Israël en août 2019 pour ouvrir le bureau du Honduras à Jérusalem et reconnaître Jérusalem comme la capitale d’Israël, un geste qui a curieusement été annoncé initialement en Israël par Sara, l’épouse de Netanyahu, dans un flux vidéo en direct sur Facebook.

En janvier 2020, le Honduras a officiellement déclaré que le Hezbollah du Liban était une organisation terroriste. En août de la même année, Israël a ouvert un bureau de représentation temporaire dans la capitale hondurienne.

Le Premier ministre Naftali Bennett (G) et le président du Honduras Juan Orlando Hernández inaugurent la nouvelle ambassade du Honduras à Jérusalem, le 24 juin 2021. (Kobi Gideon/GPO)

La décision finale, qui comprenait la réouverture par Israël de son ambassade à Tegucigalpa, a été annoncée en septembre 2020 après un appel téléphonique entre Hernández et Netanyahu, mais en raison des restrictions COVID-19, Hernández ne pouvait pas voyager pour ouvrir l’ambassade avant juin 2021.

Il s’est avéré qu’il était le premier dirigeant étranger que Bennett a rencontré en personne. « Il était très gentil, très excité », se souvient Hernández. « Pour lui, je pense que c’était comme un cadeau qu’il était Premier ministre et il était si excité de faire partie de ce moment historique. »

Les deux hommes ont discuté de la coopération en matière de production laitière, d’agriculture et de sécurité, selon M. Hernández.

« C’était bon pour moi d’entendre de sa part que même si nous avons commencé le processus avec Netanyahu, nous allions le continuer. »

Le Premier ministre Naftali Bennett (G) et le président du Honduras Juan Orlando Hernández inaugurent la nouvelle ambassade du Honduras à Jérusalem, le 24 juin 2021. (Kobi Gideon/GPO)

Bien que Netanyahu n’ait pas assisté à la cérémonie dans le quartier de Malha à Jérusalem, il s’est assuré de rendre visite à Hernández dans son hôtel.

Hernández a remarqué un changement chez son vieil ami. « Il a dit qu’il dormait mieux et davantage. Il était détendu, il était heureux que nous ayons terminé le processus que nous avions commencé. »

Bennett et Hernández se sont également rencontrés en marge de la conférence COP26 à Glasgow en octobre.

Israël a finalement rouvert son ambassade à Tegucigalpa en novembre, lors d’un événement auquel ont participé M. Hernández, le ministre de la planification stratégique, Eli Avidar, et l’envoyé d’Israël au Honduras, Eldad Golan.

Les liens sous Castro

La question urgente est maintenant de savoir comment Castro va gérer les relations avec Israël, et s’il va ramener l’ambassade à Tel Aviv.

Il y a certainement des personnalités inquiétantes autour de Castro. Son colistier, le premier vice-président élu Salvador Nasralla, a fait des déclarations antisémites, affirmant en 2020 que « le patron de JOH est le gouvernement d’Israël. » L’année précédente, il a déclaré lors d’un débat que les Juifs contrôlent l’argent du monde. Sa femme s’est excusée auprès de l’organisation juive faîtière d’Amérique latine après avoir qualifié Hitler de « grand dirigeant » en 2017.

Le mari de Castro, Mel Zelaya, un ancien président qui a essayé de faire évoluer le pays dans une direction marxiste, a affirmé que des mercenaires israéliens le torturaient avec des radiations à haute fréquence après son éviction en 2009. Le journaliste David Romero Ellner, proche allié de Zelaya, a déclaré qu’il aurait été « juste et valable de laisser Hitler terminer sa vision historique » d’éliminer les Juifs du monde.

En revanche, l’épouse de M. Hernández, Ania Garcia Carias, a deux drapeaux de deux pays dans son bureau – le Honduras et Israël.

Xiomara Castro, présidente élue du Honduras, en 2007 (Crédit : Ricardo Stuckert/PR – CC BY 3.0 br)

Bien qu’il ne lui en ait pas parlé, M. Hernández semble convaincu que Mme Castro ne prendra pas la mesure radicale de ramener l’ambassade à Tel Aviv.

« Je pense que la communauté chrétienne, et les règles de cette relation, seront un argument important pour maintenir l’ambassade à Jérusalem », a-t-il déclaré.

Il considère également le corps législatif comme un contrepoids important pour protéger cette relation. Bien que le transfert de l’ambassade soit une décision présidentielle, le Congrès national peut l’influencer. « Vous savez, les présidents ont besoin de certaines choses, et le Congrès a besoin de certaines choses », a-t-il déclaré. « Je crois qu’il y a beaucoup de gens dans le nouveau Congrès qui vont plaider pour garder cette très bonne relation avec Israël ».

Les porte-parole du parti Libre de Castro n’ont pas répondu aux questions sur ses intentions concernant Israël et l’ambassade.

Yoni Peled, directeur général adjoint du ministère des Affaires étrangères pour l’Amérique latine, a déclaré au Times of Israel qu’il ne s’inquiète pas outre mesure de voir Castro déplacer l’ambassade.

« À l’heure actuelle, nous ne voyons pas de raison pour un changement de politique à cet égard spécifique », a-t-il déclaré. « Il se peut que les relations soient moins chaleureuses, ou moins intimes, mais nous ne voyons pour l’instant aucun signe d’une quelconque intention de changer le niveau des liens autour de l’ambassade. »

« La relation n’est pas seulement entre les dirigeants, mais entre les nations », a poursuivi Peled. « Le fait qu’un président qui représente la gauche entre en fonction maintenant – cela ne change pas le soutien de la population à Israël. »

Castro a également signalé son désir de maintenir des liens étroits avec Israël et les États-Unis. Un signe de son pragmatisme a été une réunion entre les représentants de Castro et Golan, l’ambassadeur israélien. Elle a également rencontré des chefs d’entreprise pour tenter de dissiper les craintes qu’elle ne poursuive la politique de son mari.

Si Castro est effectivement disposé à continuer à développer cette relation, elle pourrait déboucher sur des avantages tangibles tant pour les Honduriens que pour la position d’Israël dans la région.

« Nous sommes dans un triangle de coopération avec les États-Unis, par le biais d’USAID et de MASHAV, dans toutes sortes de programmes visant à atténuer le phénomène de l’immigration et les problèmes qui en découlent – l’inégalité sociale, la pauvreté et la corruption », a expliqué Peled. « Nous essayons d’aider le Honduras à lutter contre les causes profondes ».

Lors de l’investiture du dirigeant brésilien Jair Bolsonaro en 2019, Hernández a parlé au président guatémaltèque de l’époque, Jimmy Morales, et au président colombien Iván Duque Márquez de la création d’une coalition régionale pro-israélienne.

Le président hondurien Juan Orlando Hernández visite le Mur occidental à Jérusalem, juin 2021. (Autorisation)

« Le peuple chrétien d’Amérique latine, le peuple juif d’Amérique latine, nous devons créer une coalition afin de plaider pour Israël », a-t-il déclaré. « Et je crois que dans la communauté chrétienne, vous avez un soutien très important. Je ne parle pas seulement de l’Amérique centrale. Je parle de toute la région de l’Amérique latine. »

Des éléments d’une telle alliance sont déjà en place. Le Honduras jouxte d’autres alliés des États-Unis et d’Israël en Amérique centrale, le Salvador et le Guatemala. Les pays d’Amérique latine ouvrent régulièrement des bureaux gouvernementaux dans la capitale israélienne. Au-delà des ambassades du Guatemala et du Honduras, le Brésil a ouvert son bureau d’innovation à Jérusalem en 2019, et la Colombie et l’Équateur partagent un bureau à Jérusalem depuis novembre.

Compte tenu des importants défis économiques et sociaux auxquels Castro sera confrontée lorsqu’elle prendra la présidence fin janvier, elle a de bonnes raisons de choisir la voie pragmatique de la poursuite de la coopération avec Israël et les États-Unis. Son silence sur la question jusqu’à présent indique qu’elle pourrait bien attendre pour se décider. Les responsables israéliens, les amis honduriens d’Israël et Hernández lui-même suivront de près l’évolution de la situation dans les semaines à venir pour essayer de se faire une idée de l’orientation des relations entre Israël et le Honduras.

read more:
comments