Manifestation anti-Netanyahu : les heurts avec la police interrogent
Rechercher
Une manifestante glisse alors que la police fait usage de canons à eau pendant des heurts lors de la manifestation anti-Netanyahu à Jérusalem, le 14 juillet 2020. (Crédit : MENAHEM KAHANA / AFP)
Une manifestante glisse alors que la police fait usage de canons à eau pendant des heurts lors de la manifestation anti-Netanyahu à Jérusalem, le 14 juillet 2020. (Crédit : MENAHEM KAHANA / AFP)
Notes du reporter

Manifestation anti-Netanyahu : les heurts avec la police interrogent

Les rassemblements se sont accompagnés d’affrontements, de manifestants bloquant le tramway – mais aussi de nombreux Israéliens ordinaires frustrés par le gouvernement

Mardi soir, Jérusalem a connu l’une des plus intenses manifestations depuis des décennies, des milliers de manifestants bloquant les principales artères de la capitale pendant des heures.

Les manifestations ont été organisées par le mouvement du Drapeau noir, dont la principale revendication est la démission immédiate du Premier ministre Benjamin Netanyahu en raison de son procès pour corruption ainsi que ce qu’ils disent être ses actions pour éroder la démocratie en Israël. Plusieurs rassemblements du Drapeau noir ont eu lieu ces dernières semaines, mais celui de mardi soir était beaucoup plus important, beaucoup plus violent et beaucoup plus jeune que les précédentes. Les affrontements entre la police et les manifestants ont donné lieu à une cinquantaine d’arrestations.

Depuis lors, la population s’indigne de savoir qui est responsable. La police affirme que les manifestants ont troublé l’ordre public, vandalisé, jeté des pierres, causé d' »énormes » dégâts matériels et attaqué des policiers, dont l’un a été légèrement blessé. Dans une vidéo largement diffusée sur les réseaux sociaux, un manifestant a attaqué le journaliste de la Treizième chaîne, Avishai Ben Haim.

Le général de brigade à la retraite Amir Haskel, un leader des manifestations anti-Netanyahu, a déclaré dans une vidéo publiée sur son compte Twitter que l’homme qui a attaqué le journaliste n’était pas un manifestant mais un « provocateur, qui quelques instants auparavant avait attaqué Yossi Hadas, un des organisateurs de la manifestation ». Amir Haskel a condamné « toute violence ».

« Je suis très heureux que les jeunes se soient présentés [à la manifestation], mais je les appelle à agir avec retenue », a-t-il commenté.

Un autre organisateur, Tamir Hefetz, a déclaré à Kan News que si des manifestants avaient répondu violemment, c’était la police qui avait « commencé la violence, en attrapant les gens et en leur assénant des coups ».

En plus de quelques personnages effrayants et excentriques, les manifestants que j’ai vus et auxquels j’ai parlé mardi soir semblaient comprendre beaucoup de gens ordinaires – de jeunes hipsters roulant des cigarettes, des Israéliens d’âge moyen marchant en couple, un ou deux hommes portant des kippas. Certains portaient des drapeaux israéliens, d’autres soufflaient dans des vuvuzelas.

Au moment où j’ai rejoint le rassemblement, les manifestants avaient déjà affronté la police et tenté de franchir les barrières près de la résidence du Premier ministre. Après avoir défilé dans le centre-ville, des centaines de manifestants se sont rassemblés autour du tramway de la rue Jaffa, en chantant et en tapant sur des tambours.

« Bibi, rentre chez toi ! Ils scandaient, brandissant des pancartes contre ce qu’ils appelaient une direction « déconnectée ».

Certains ont traîné des chaises de restaurants sur le bord de la route et les ont jetées devant le tramway.

En regardant dans la rue Jaffa, je pouvais voir des manifestants qui défilaient et chantaient. Lorsque la police anti-émeute a chargé à cheval, ils se sont dispersés et se sont regroupés sur les trottoirs ou plus loin dans la rue jusqu’à ce que les officiers se retirent.

J’ai été pris par surprise lorsqu’un énorme camion armé d’un canon à eau a recommencé à tirer dans la rue bondée, poussant les manifestants à se disperser sur les trottoirs.

Les manifestants ont été projetés au sol par les jets d’eau. Certains ont envoyé voler des chaises dans leur course pour éviter l’eau. Lorsque le canon à eau s’est rétracté, ils se sont empressés de reprendre leurs positions sur les rails du tramway.

Même si la police a tiré des torrents d’eau, la manifestation est restée organisée. Plusieurs leaders munis de mégaphones ont indiqué aux protestataires où ils devaient marcher et quand ils devaient reculer. Là où ils pointaient, les gens suivaient.

La couverture des événements de mardi soir a souvent mentionné le canon à eau et le comportement violent des manifestants dans la même phrase. Cependant, on ne sait pas encore très bien comment les événements se sont intensifiés.

Haaretz a rapporté que des « affrontements » avaient effectivement éclaté à un moment donné dans la rue Jaffa. Mais pour moi, la contestation est restée pacifique même si le canon à eau est revenu à plusieurs reprises pour disperser les manifestants qui se rassemblaient de manière perturbatrice mais sans violence sur les rails du tramway.

Il est possible que les manifestants aient violemment provoqué la police pour qu’elle intervienne dans la rue Jaffa, ou que la police ait jugé suffisant d’empêcher la présence provocante des protestataires sur les rails. Mais certaines des actions les plus ignobles des manifestants de mardi soir semblent avoir eu lieu au moins une heure après que la police anti-émeute a mis à terre certains d’entre eux.

Lorsque les manifestants sont retournés vers la résidence du Premier ministre – un peu avant minuit – les choses ont empiré. Certains ont poussé une poubelle de recyclage au milieu de la rue avant d’y mettre le feu, semble-t-il. D’autres encore ont tiré une clôture en mailles de chaîne sur la place de Paris adjacente, accrochant des panneaux « La paix maintenant » avec des slogans s’opposant à l’annexion prévue de la Cisjordanie par Israël. D’autres ont commencé à jeter des bouteilles d’eau sur la police.

Le canon à eau de la police a commencé à inondé les trottoirs et les zones piétonnes autour de la place de Paris ainsi que dans la rue. Certains manifestants ont fui, se réfugiant dans les ruelles et derrière les voitures, le canon à eau étant suivi d’une nouvelle charge de trois policiers à cheval.

Selon la police, les manifestants ont également jeté des pierres. Je n’ai pas vu de cas de ce genre, pas plus que le correspondant de Haaretz à Jérusalem, Nir Hasson, qui a observé les événements du haut d’un immeuble commercial voisin.

Sur une colline de la rue du Keren Hayessod, j’ai demandé à un participant, Elhanan Marks, pourquoi les manifestations normalement pacifiques avaient atteint ce niveau.

« Chaque matin, je lis le journal et j’ai l’impression de recevoir une gifle. Il est temps de changer, mais personne n’écoute pour l’instant », a-t-il expliqué.

Les Israéliens protestent contre le Premier ministre Benjamin Netanyahu aux abords de sa résidence officielle à Jérusalem, le 14 juillet 2020 (Crédit : Yonathan sindel/FLASH90)

Les événements de mardi soir ont été remarquables pour une autre raison. Pour la première fois depuis le début des mobilisations du Drapeau noir, les militants plus âgés qui distinguaient ce mouvement ont cédé la place à des centaines de visages plus jeunes. Beaucoup seraient venus de tout le pays, même si tous ceux qui m’ont parlé étaient des résidents de Jérusalem.

Le chef de la police de Jérusalem, Doron Yadid, a déclaré à la presse, alors que les manifestants restants partaient ou étaient arrêtés, que les rassemblements anti-Netanyahu étaient « une manifestation de l’aile gauche » et des « anarchistes ».

Personne avec qui je me suis entretenu n’a cité un problème particulier qui les avait poussés à protester. Plusieurs ont parlé de « tout cela » ou de « la situation dans son ensemble », avant de se lancer dans une longue liste de crises qui, selon eux, font des ravages dans la société israélienne : les accusations de corruption de Netanyahu, la pandémie de coronavirus et l’économie sont les principales préoccupations.

Il se pourrait, comme l’a suggéré Doron Yadid, que les manifestants de mardi soient en grande partie l’opposition bien connue et sans relâche à Netanyahu. Il se pourrait également que les différentes crises et la manière dont le gouvernement les a gérées aient poussé un plus grand nombre d’Israéliens plus jeunes et plus en colère que dans un passé récent à descendre dans les rues de Jérusalem.

Les organisateurs des mobilisations du Drapeau noir ont appelé à de nouvelles manifestations jeudi. Nous verrons alors si mardi constituait un cri de rage ou le début d’un mouvement important.

A LIRE – Etat d’Israël vs. Netanyahu : détails de l’acte d’accusation du Premier ministre

read more:
comments