Israël en guerre - Jour 235

Rechercher
L'actuel député de Finchley et Golders Green Mike Freer. (Crédit : Authorization)
L'actuel député de Finchley et Golders Green Mike Freer. (Crédit : Authorization)
Interview

Mike Freer parle de la guerre de Gaza, de l’antisémitisme et de ses électeurs juifs

Le député britannique, qui représente la plus grande communauté de Juifs au Royaume-Uni, a démissionné craignant pour sa propre sécurité, mais il garde de grands espoirs

LONDRES – Lorsque Mike Freer a annoncé le mois dernier qu’il quitterait la Chambre des communes de Grande-Bretagne lors des prochaines élections générales, il a ajouté aux sombres retombées intérieures entourant la guerre d’Israël contre le groupe terroriste palestinien du Hamas.

Le sous-secrétaire d’État parlementaire au ministère de la Justice, qui représente Finchley et Golders Green, où vit la plus grande communauté juive du Royaume-Uni, est une voix résolument pro-Israël qui a fait l’objet d’une série de menaces depuis son entrée au Parlement en 2010.

Il y a trois ans, il a évité de justesse la mort aux mains d’un terroriste islamiste.

Nombre de ces menaces – mais pas toutes, souligne-t-il – sont liées à sa position sur le Moyen-Orient.

Illustration : Le député conservateur de Golders Green Mike Freer (à gauche) au Golders Green Together organisée contre une manifestation néo-nazie, le 3 juillet 2015 (Crédit : Jenni Frazer/The Times of Israël)

Interviewé par le Times of Israel, Freer s’exprime sur un ton mesuré, choisissant soigneusement ses mots lorsqu’il décrit sa décision de se retirer lorsque les Britanniques se rendront aux urnes pour les élections prévues dans le courant de l’année.

L’incendie criminel de son bureau de circonscription en décembre dernier – qui semble avoir été l’œuvre d’un criminel local et ne pas avoir été motivé par des considérations politiques – a été « la goutte d’eau qui a fait déborder le vase », explique-t-il.

« Si les députés acceptent, dans une certaine mesure, des débats musclés et un certain niveau d’abus, aucun d’entre nous n’accepte que sa vie soit mise en danger », affirme Freer. « Je dois, en réalité, faire passer ma famille en premier », ajoute-t-il en évoquant les craintes de son époux Angelo quant à sa sécurité.

Ces craintes ne datent pas d’hier. Un an après avoir repris Finchley aux travaillistes lors des élections générales de 2010, Freer a été pris pour cible par le groupe radical islamiste des Musulmans contre les croisades (MAC), selon la classification du Royaume-Uni. Des terroristes MAC avaient fait irruption dans une mosquée locale où Freer tenait des réunions individuelles avec des électeurs, le traitant de « porc juif homosexuel ». Un message publié avant l’incident sur le site web du groupe radical islamiste faisait référence à un autre député qui avait été poignardé par un extrémiste islamiste alors qu’il tenait des réunions similaires dans l’est de Londres l’année précédente.

Cheikh Raed Salah (au centre gauche), le leader de la branche du nord du Mouvement islamique en Israël célébrant sa sortie de prison avec ses partisans, dans la ville d’Umm al-Fahm, dans le nord d’Israël, le 13 décembre 2021. (Crédit : Ahmad Gharabli/AFP)

Freer, qui n’est pas Juif, affirme que l’un des meneurs de la campagne menée contre lui a été « radicalisé » lors de la flottille turque pour Gaza en 2010. Il pense que les appels qu’il a lancés à l’époque pour que le cheikh islamiste Raed Salah soit interdit de séjour au Royaume-Uni ont également fait de lui une cible.

Il y a deux ans, il est apparu qu’Ali Harbi Ali – qui se considérait comme un « soldat de l’État islamique » – s’était rendu au bureau de circonscription de Freer moins d’un mois avant d’assassiner son collègue député conservateur Sir David Amess en octobre 2021. Par chance, Freer n’était pas à Finchley lorsque Ali a effectué ses repérages, mais il n’a guère de doute sur le sort qui lui aurait été réservé s’il avait été présent. Une fois de plus, le député affirme que sa position sur le Moyen-Orient « a contribué à ce qu’Ali s’en prenne à moi ». Bien qu’appartenant à des ailes différentes du parti conservateur – il se décrit comme un « libéral social et un conservateur fiscal » – Freer et Amess avaient « des points de vue très similaires » sur Israël et l’Iran.

Sir David Amess (à droite) rejoignant les membres de la Southend and District Reform Synagogue, dans sa circonscription, pour célébrer le 70e jour de l’Indépendance d’Israël, le 21 avril 2018. (Crédit : Autorisation)

L’accessibilité des hommes politiques – et notamment des ministres – à leurs électeurs est beaucoup plus élevée en Grande-Bretagne que dans de nombreux autres pays. « C’est ce qui rend notre démocratie vraiment très spéciale », déclare Freer. « Je ne veux pas tenir mes [réunions en tête-à-tête] avec un policier assis à côté de moi, car cela change toute la dynamique. » Néanmoins, il prend désormais des précautions, comme le port d’un gilet pare-balles lors des événements prévus dans sa circonscription.

Malgré les appels téléphoniques injurieux et menaçants, les notes laissées devant son domicile et un faux cocktail Molotov déposé devant son bureau de circonscription, Freer a refusé de se laisser réduire au silence. Membre des Amis conservateurs d’Israël, il a continué à prendre la parole lors de rassemblements et de réunions de soutien à l’État juif depuis l’assaut barbare du groupe terroriste palestinien du Hamas sur le sud d’Israël le 7 octobre, au cours duquel près de 1 200 personnes ont été sauvagement massacrées dans le sud d’Israël et 253 autres ont été enlevées et emmenées de force dans la bande de Gaza.

Hommage floral au député David Amess près du lieu où il a été tué à Leigh-on-Sea, Essex, en Angleterre, le 16 octobre 2021. (Crédit : Alberto Pezzali/AP Photo)

Un manque total de nuances de part et d’autre

Freer estime que le débat autour de la guerre qui a suivi à Gaza est trop polarisé et ne permet pas d’avoir une « discussion rationnelle ».

« Le problème est qu’il n’y a pas de nuances. Il n’est pas possible de débattre de la question. Si vous soutenez Israël, vous êtes un tueur de bébés génocidaire et si vous ne le soutenez pas, vous êtes un saint », déclare-t-il.

À l’instar du gouvernement dans son ensemble, Freer est manifestement frustré par certains aspects de la manière dont la police a géré les manifestations pro-palestiniennes de masse qui ont lieu les samedis à Londres et dans de nombreuses villes britanniques depuis le mois d’octobre.

Le ministre tient à souligner que la police est indépendante du gouvernement sur le plan opérationnel. « Le maintien de l’ordre dans les rues n’est pas dicté par le gouvernement », déclare-t-il. « On ne veut vraiment pas que les politiciens dictent qui doit être arrêté et qui ne doit pas l’être. »

En même temps, il dit avoir rencontré les chefs de la police de Londres pour leur faire part de son inquiétude quant à l’absence manifeste de police visible et de dissuasion. La police, dit-il, comprend ces préoccupations et a « considérablement augmenté » le nombre d’arrestations de ceux qui enfreignent manifestement la loi.

« La police a parfois peur de se mêler à la foule parce qu’elle ne veut pas provoquer d’émeute », explique-t-il. « Mon point de vue est le suivant : vous êtes la police. Si vous devez arrêter des gens et que cela provoque une émeute, vous devez y faire face. »

Le député britannique Mike Freer. (Crédit : Rachel Shawcross)

Freer reconnaît que certains participants aux manifestations, bien que naïfs, sont « sincèrement préoccupés par ce qui se passe et veulent sincèrement voir un État palestinien ». Il évite également d’utiliser la description de l’ancienne ministre de l’Intérieur, Suella Braverman, qui a qualifié les manifestations de « marches de la haine ».

Mais, poursuit-il, « il y a clairement un élément qui a un agenda clairement antisémite, un agenda clairement anti-Israël, ou qui a un agenda un peu plus large consistant à utiliser les manifestations pour semer l’agitation civile ». Il ajoute qu’il existe des preuves que les réseaux sociaux sont « manipulés par des acteurs étatiques ».

Le ministre ne fait pas grand cas des manifestants qui se sont présentés sous la bannière de Queers for Palestine et du groupe féministe Sisters Uncut.

« Si vous voulez plaider en faveur de la gay pride à Gaza, je paierais votre billet d’avion et nous verrons combien de temps vous tiendrez. »

« Si vous voulez défendre la gay pride à Gaza, je paierais votre billet d’avion et nous verrons combien de temps vous tiendrez », ironise Freer, qui est homosexuel. Si les homosexuels veulent faire campagne pour un État palestinien, ajoute-t-il, ils ont parfaitement le droit de le faire, mais « n’essayez pas de prétendre que Queers for Palestine est un titre d’appel légitime. C’est manifestement ridicule parce qu’il n’y a aucun État [au Moyen-Orient], à part Israël, qui reconnaisse les droits des minorités ».

Les allégations d’antisémitisme sont trop générales

Freer dit comprendre pourquoi certains Juifs craignent de se rendre dans le centre de Londres pendant les manifestations. Il rejette néanmoins la suggestion du commissaire gouvernemental chargé de la lutte contre l’extrémisme selon laquelle le cœur de la capitale est devenu une « zone interdite aux Juifs« . Cette caractérisation est « un peu trop sévère », selon lui.

Des manifestants brandissant des bannières, des drapeaux et des pancartes alors qu’ils marchent le long de l’Embankment au bord de la Tamise lors d’une manifestation anti-Israël, à Londres, le 13 janvier 2024. (Crédit : Alberto Pezzali/AP Photo)

Si la guerre a provoqué une forte hausse de l’antisémitisme au Royaume-Uni, Freer estime que l’impact des cinq années passées par la gauche radicale à la tête du parti d’opposition Labour se fait encore sentir. Avant l’élection de Jeremy Corbyn en 2015, l’antisémitisme était « contenu », voire en déclin, affirme-t-il. Corbyn, dit-il, « a rendu l’antisémitisme respectable et une fois que le génie est sorti de la bouteille, [il est] très difficile de l’y remettre ».

« Je pense qu’il nous faudra quelques années pour rétablir la relation et éduquer les gens sur ce qu’est l’antisémitisme, sur ce qu’est la communauté juive et sur ce qu’est Israël », poursuit-il.

En tant que député de Finchley, Freer est prudent face aux gros titres qui suggèrent qu’un nombre croissant de familles juives envisagent de quitter le Royaume-Uni.

« Je pense que les gens sont réellement inquiets et qu’ils l’envisageront toujours », reconnaît-il. « Je comprends que la communauté puisse avoir le sentiment qu’un avenir au Royaume-Uni n’est pas pour elle. Je pense que c’est peut-être une mauvaise analyse. »

« J’essaie de rassurer les gens en leur disant que la grande majorité du Royaume-Uni, la grande majorité des Londoniens, sont chaleureux, tolérants et ouverts, et que nous ne devrions pas permettre à une minorité très bruyante de dominer l’ensemble du récit », ajoute-t-il.

L’ancien leader du Labour Jeremy Corbyn, au milieu des manifestants, des pancartes et des drapeaux, pendant la « Marche nationale pour la Palestine », dans le centre de Londres, le 11 novembre 2023. (Crédit : Henry Nicholls/AFP)

Freer estime que l’un des problèmes est que « la grande majorité des Britanniques ne connaissent pas de famille juive », la majeure partie de la communauté étant concentrée dans quelques zones urbaines, telles que le nord de Londres, Manchester et Leeds.

« Je plaisante toujours en disant que 60 % de la population juive du Royaume-Uni vit à 10 minutes en voiture de chez moi », dit-t-il. Il se souvient de « l’extraordinaire expérience » que fut sa participation à son premier repas de Shabbat et exhorte la communauté à « ouvrir ses portes ».

« Je pense qu’il est possible d’ouvrir les portes des synagogues, des écoles et des foyers juifs et d’accueillir la communauté au sens large afin que les gens comprennent ce qu’est la communauté juive et ce qu’elle représente, ce qui nous permettra de commencer à briser les stéréotypes que les gens ont parfois », note-t-il.

Il y a dix ans, Freer a quitté son poste au gouvernement pour pouvoir voter contre une motion d’arrière-ban appelant le Royaume-Uni à reconnaître unilatéralement un État palestinien. (Les ministres et les assistants parlementaires sont tenus par le protocole de s’abstenir lors de tels votes). Une solution à deux États, avait-il déclaré à l’époque, « devrait être la fin, et non le début du processus ».

Il rejette les suggestions selon lesquelles l’opposition du gouvernement britannique à la reconnaissance unilatérale se serait affaiblie à la suite des allusions du ministre des Affaires étrangères, David Cameron, à un changement de cap.

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu (à droite) rencontrant le ministre britannique des Affaires étrangères David Cameron, à Tel Aviv, le 23 novembre 2023. (Crédit : Kobi Gideon/GPO)

« J’ai parlé à David Cameron et notre position sur la solution à deux États n’a pas changé », souligne Freer. « Ce qu’il a dit, et il a raison, c’est que nous devrions définir les étapes nécessaires à la création d’un État palestinien. Parmi ces mesures figure la fin du conflit actuel. Cela signifie que le Hamas n’a aucun rôle dans la gouvernance de Gaza, la démilitarisation, la libération de tous les otages, toutes les conditions préalables à la paix », ajoute-t-il.

Puis vient la question de savoir ce qu’implique le statut d’État. « Avez-vous un gouvernement qui fonctionne ? Peut-il fonctionner, non seulement sur le plan politique, mais aussi sur le plan financier, etc ? »

Selon Freer, le secrétaire d’État aux Affaires étrangères a simplement fait remarquer « qu’il faut donner de l’espoir aux Palestiniens ordinaires, sinon ils continueront à se radicaliser sous le joug du Hamas ».

Israël, ajoute Freer, reste « un allié et un ami incroyablement fort » du Royaume-Uni. Quels que soient les désaccords qui peuvent exister entre les deux gouvernements, estime-t-il, « cela ne signifie pas que nous ne sommes pas sur la même longueur d’onde pour veiller à ce qu’Israël puisse être l’État florissant qu’il est sans avoir à craindre les roquettes et les personnes qui traversent la frontière pour assassiner leurs citoyens ».

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.
image
Inscrivez-vous gratuitement
et continuez votre lecture
L'inscription vous permet également de commenter les articles et nous aide à améliorer votre expérience. Cela ne prend que quelques secondes.
Déjà inscrit ? Entrez votre email pour vous connecter.
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
SE CONNECTER AVEC
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation. Une fois inscrit, vous recevrez gratuitement notre Une du Jour.
Register to continue
SE CONNECTER AVEC
Log in to continue
Connectez-vous ou inscrivez-vous
SE CONNECTER AVEC
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un e-mail à .
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.