Nuançant leur soutien au JCPOA, Bar-Lev et Golan refusent de suivre Netanyahu
Rechercher
Photo composite montrant Omer Bar-Lev, (à gauche), et Yair Golan. (Flash90)
Photo composite montrant Omer Bar-Lev, (à gauche), et Yair Golan. (Flash90)
Interview

Nuançant leur soutien au JCPOA, Bar-Lev et Golan refusent de suivre Netanyahu

Rompant avec la plupart des députés, les deux experts de la sécurité affirment que l’accord du nucléaire iranien a été bon pour Israël, même si tout le monde le réfute

Tous deux sont des politiciens, d’anciens fonctionnaires de l’armée ayant de solides références en matière de sécurité et ont siégé à la puissante commission des Affaires étrangères et de la Défense de la Knesset. Tous deux sont en première ligne de l’opposition à la résistance à l’accord nucléaire iranien menée par le Premier ministre Benjamin Netanyahu.

Dans un climat politique où la quasi-totalité du courant dominant s’est rallié à Netanyahu sur la question nucléaire iranienne, le député du parti Meretz Yair Golan et le futur député travailliste Omer Bar-Lev se distinguent comme ceux susceptibles de mener la charge en contestant les tactiques du Premier ministre.

Il y a six ans, alors que l’administration de Barack Obama était au plus fort des discussions avec l’Iran pour élaborer le Plan d’action global conjoint, pratiquement aucun des hauts responsables gouvernementaux ou politiques israéliens n’osait remettre en question l’opposition farouche de Netanyahu à cet accord.

À l’époque, Netanyahu parle d’une vision terrifiante de Téhéran construisant secrètement une arme nucléaire tout en dupant le monde entier par complaisance. Il tenait dans ses mains les renseignements les plus secrets, et personne ne pouvait douter de ce qu’il disait.

Au lieu de cela, des hommes politiques de presque tout l’éventail politique, sans parler de la plupart des médias, se sont mis à la tâche, espérant que les compétences diplomatiques de Netanyahu convaincraient les États-Unis et les autres puissances mondiales de changer de cap. Personne ne voulait être accusé de jouer les trouble-fêtes en élevant la voix et en criant contre lui chez lui.

En mars 2015, à quelques semaines d’une élection, Netanyahu s’est présenté devant le Congrès américain pour se prononcer contre l’accord, ce qui a provoqué la colère de la Maison Blanche et gravement abîmé le soutien bipartite à Israël à Washington.

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu parle de l’Iran lors d’une réunion conjointe du Congrès américain dans la salle de la Chambre au Capitole américain à Washington, DC, le 3 mars 2015. (Alex Wong/Getty Images/AFP)

Quelques instants après le discours, Isaac Herzog, alors chef de l’opposition, a donné son propre discours dans son pays, dans lequel son principal sujet était le fait que Netanyahu s’était rendu aux États-Unis et avait mis en danger les liens avec Obama.

« La plupart des Israéliens étaient d’accord avec le contenu du discours », a cependant déclaré Shelly Yachimovich, alors numéro 3 du Parti travailliste, notant que Herzog aurait fait « exactement le même discours » que Netanyahu.

La plupart des Israéliens, mais pas tous.

« L’accord n’est pas optimal et comporte un certain nombre de graves faiblesses qu’il ne faut pas négliger. Cependant, une fois signé… il faut dire qu’il réduit réellement la menace nucléaire directe pour le pays dans les années à venir, j’ose dire, de façon spectaculaire », a écrit Bar-Lev, alors arrière-ban de l’opposition pour le Parti travailliste, dans un long post sur Facebook quelques mois plus tard.

« Quiconque prétend que l’accord augmente le risque de la menace nucléaire le fait par ignorance ou, au contraire, connaît bien les conditions et trompe sciemment la population tout entière », a-t-il ajouté, notant qu’aucun des principaux journaux israéliens n’avait accepté d’imprimer son billet sous forme de tribune.

Bar-Lev, 68 ans, s’y connaît en matière de sécurité. Au cours d’une carrière militaire qui s’est étendue sur trois décennies, il a servi comme soldat, a quitté l’armée, a étudié l’agriculture et les relations internationales, est retourné à l’armée pour commander l’unité de reconnaissance de l’état-major général – Sayeret Matkal, l’une des formations les plus élitistes de l’armée et un vivier de futurs politiciens – est reparti, est revenu pour prendre un autre poste de commandement, puis a quitté définitivement l’armée en 1994. En 1978, il fait partie des quelques centaines de réservistes et d’officiers qui signent une lettre adressée au Premier ministre Menachem Begin l’exhortant à faire la paix avec l’Égypte, marquant ainsi le début du mouvement « La Paix maintenant ».

Le député travailliste Omer Bar-Lev assiste à un événement de campagne électorale à Tel Aviv, le 23 janvier 2019. (Gili Yaari/Flash90)

Comme son père, l’ancien chef d’état-major de Tsahal et ministre Haim Bar-Lev, Omer Bar-Lev a rejoint la Knesset en tant que membre du Parti travailliste. Tout au long de son histoire, le Parti travailliste s’est retrouvé avec d’anciens généraux et commandants militaires, mais au cours de la dernière décennie, il s’est concentré sur les questions sociales, ce qui a fait de Bar-Lev le meilleur bit’honist du parti – spécialiste de la sécurité – et sans doute dans tout le camp viable du centre-gauche. (Bar-Lev s’insurge contre cette idée, déclarant au Times of Israel que dire que la patronne du parti, Merav Michaeli, qui a siégé à la commission des Affaires étrangères et de la Défense de la Knesset, n’ait pas de coup de pouce en matière de sécurité est du « sexisme ».)

Golan, 58 ans, n’en est pas moins versé dans ce qu’il faut pour défendre le pays. Golan a rejoint la Brigade des parachutistes en 1980, où il a servi à la fois comme soldat de combat et comme officier de l’unité. Dans les années 1990, il a été envoyé à l’école d’officiers de Tsahal pour y commander un bataillon, avant d’occuper divers postes de haut niveau au sein de l’armée, notamment celui de chef de la brigade Nahal, de chef de la division de Cisjordanie à la fin de la seconde Intifada, de chef du Commandement du Front intérieur et de chef du Commandement Nord, avant de devenir chef d’état-major adjoint en décembre 2014.

Lorsque Bar-Lev a écrit son poste pour soutenir l’accord nucléaire, Golan, 58 ans, était encore chef d’état-major adjoint de Tsahal et n’avait donc pas le droit de s’exprimer publiquement. Six mois plus tard, il s’est fait un nom en tant que futur leader de la gauche avec un discours controversé à l’occasion de Yom HaShoah, dans lequel il a comparé les tendances de la société israélienne à celles de l’Allemagne d’avant la Seconde Guerre mondiale, déclenchant ainsi une tempête de critiques.

Yair Golan du Camp démocratique visite les locaux du Parlement à Jérusalem, le 25 septembre 2019. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90

Bar-Lev, qui a fait des allers-retours à la Knesset depuis 2013, semble prêt à rejoindre la 24e Knesset, en occupant la deuxième place sur la liste du Parti travailliste. Golan, qui est entré à la Knesset pour la première fois en 2019, est numéro 3 sur la liste des candidats à la Knesset du Meretz. Bien que tous les sondages indiquent que les deux partis n’entreront pas à la Knesset, s’ils le font, Bar-Lev et Golan seront deux des principaux militaires et pourraient être des voix de premier plan alors que Netanyahu cherche à contrecarrer les plans de l’administration Biden de réintégrer le JCPOA.

Le Times of Israel s’est entretenu avec les deux hommes, séparément, sur la manière dont les militaires envisagent l’accord nucléaire, sur les raisons pour lesquelles personne ne propose de prise de position alternative au point de vue de Netanyahu et sur la possibilité d’un nouveau JCPOA. Ce qui suit sont ces interviews, modifiées par souci de concision et de clarté.

Au cours de la période précédant l’accord nucléaire de 2013 à 2015, les officiers de Tsahal ont-ils exprimé en temps réel leur opinion selon laquelle l’accord était finalement bon pour Israël ?

Golan : Sans équivoque. Lorsque l’accord a été signé en 2015, nous, l’état-major de Tsahal, avons lu l’accord et avons dit : « Ce n’est pas un accord parfait, mais c’est un bon accord. C’est un accord qui fait reculer le programme nucléaire de plusieurs années ». C’est ce que nous voulions. C’est une réalisation extraordinaire. Et cela vaut aussi pour le chef d’état-major de l’époque, Gadi Eizenkot, il le sait bien.

Bar-Lev : les officiers de Tsahal l’ont dit en temps réel dans une commission confidentielle de la Knesset. Ils nous ont fait part de leurs observations professionnelles, à nous, les députés, et je ne doute pas qu’ils l’aient également exprimé dans les forums militaires professionnels.

Qu’en est-il de l’affirmation de Netanyahu selon laquelle, malgré l’accord, l’Iran a triché et a secrètement enrichi de l’uranium jusqu’en 2018 ?

Golan : Si les Iraniens enrichissaient secrètement, ils auraient pu le faire avec ou sans l’accord. Sous le régime du JCPOA, nous savions, c’est sûr, qu’ils se débarrassaient de tonnes de matières enrichies. Nous savions avec certitude qu’ils refroidissaient les centrifugeuses. Et quant aux allusions de Netanyahu selon lesquelles ils auraient agi en secret, je ne dis pas qu’ils ne l’ont pas fait. Je ne présume pas que les Iraniens ont agi de bonne foi ou qu’ils ont dit la vérité. Ce que je dis, c’est que l’accord a été une réalisation extraordinaire pour l’État d’Israël et on ne le dit pas aux gens.

Le président Hassan Rouhani écoute des explications sur les nouvelles réalisations nucléaires lors d’une cérémonie marquant la « Journée nationale du nucléaire » à Téhéran, Iran, le 9 avril 2018. (Bureau de la présidence iranienne via AP)

Pourquoi aucun des anciens gradés de Tsahal dans l’arène politique ou d’autres politiciens ne contredisent-ils publiquement Netanyahu sur l’accord avec l’Iran ?

Golan : je trouve cela triste. Il y a suffisamment de gens qui connaissent le sujet. La politique officielle actuelle, selon laquelle le retour à l’accord nucléaire met Israël en danger, est une tromperie envers l’opinion publique israélienne. Lorsqu’on passe un accord avec l’ennemi, il faut trouver un compromis. C’est ce qu’a fait Obama, qui est parvenu à un accord pas si mauvais que ça. Le JCPOA n’est pas parfait, car il n’y a pas d’accord parfait.

Mais l’accord d’Obama a permis de réaliser des choses que nous n’aurions pas pu faire autrement. Il a pris plus de huit tonnes de matière faiblement enrichie et en a réduit la quantité à 300 kilogrammes, et a amené [l’Iran] à renoncer à la matière moyennement enrichie. L’accord a imposé des restrictions sur des éléments supplémentaires, tels que la production d’eau lourde, et a reporté la construction d’une usine d’uranium métal à 2030. L’accord a empêché les Iraniens de se diriger vers un réacteur au plutonium.

Bar-Lev : Je pense que les autres n’ont pas lu l’accord, et s’ils l’ont lu, ils n’ont pas compris. C’était mon opinion et malheureusement, la réalité m’a donné raison. A partir du moment où les Américains sont sortis du JCPOA, les Iraniens se sont davantage rapprochés de l’arme nucléaire et ils le font ouvertement, sans même essayer de se cacher. Il y a une clause dans l’accord qui dit que si une partie quitte l’accord, les autres sont libres d’agir à leur guise.

En 2015, après avoir publié une critique de l’accord sur Facebook, vous (Bar-Lev) vous êtes rendu à Washington et avez rencontré Rob Malley, l’un des principaux négociateurs de l’accord nucléaire, à l’invitation de J Street.

Bar-Lev : J’hésitais à l’époque, à savoir si je devais aller à Washington, DC, ou non. Un an plus tard, alors que le JCPOA était déjà en vigueur, J Street m’a suggéré de revenir, et j’ai refusé. Nos luttes internes doivent être menées ici, en Israël.

Alors pourquoi êtes-vous allé à Washington, DC, la première fois ?

Benjamin Netanyahu s’adresse à l’Assemblée générale des Fédérations juives d’Amérique du Nord, le 10 novembre 2015 à Washington, DC. (AFP/BRENDAN SMIALOWSKI)

Bar-Lev : Parce que dès que Netanyahu a fait ce discours devant une session conjointe du Congrès et a fait de la question iranienne une question politique, deux semaines avant les élections israéliennes, j’étais déterminé. Cependant, je préfère gérer les conflits sur la défense entre nous et en hébreu, pas là-bas.

Et maintenant, alors qu’il est clair que vous n’êtes pas d’accord avec Netanyahu au sujet du JCPOA ?

Bar-Lev : Je vais présenter mes positions ici, en Israël. Je vais essayer d’avoir un impact ici. En 2015, lorsque Netanyahu a introduit le débat au Congrès américain, je me suis senti obligé de présenter une position différente. En outre, au stade actuel, nous ne savons pas exactement quelle est la politique de Biden et dans quelle direction ira Netanyahu.

Est-il réaliste de revenir à l’accord de 2015 compte tenu de tout ce qui s’est passé entre-temps ?

Bar-Lev : L’accord initial ne traitait pas du programme iranien de missiles balistiques et des activités terroristes de l’Iran dans toute la région. Si l’on se projette en 2015, si Netanyahu avait été moins hostile à Obama, et s’il ne l’avait pas provoqué au Congrès, alors peut-être qu’Obama aurait partagé des informations avec Israël et que nous aurions pu parvenir à un meilleur accord. Cependant, un mauvais accord est préférable à pas d’accord du tout.

Sur cette photo publiée le 15 janvier 2021 par les Gardiens de la Révolution iraniens, des missiles sont lancés lors d’un exercice en Iran. Les forces paramilitaires des Gardiens de la Révolution iraniens ont organisé un exercice militaire impliquant des missiles balistiques et des drones dans le désert central du pays, a rapporté la télévision d’Etat, au milieu des tensions accrues sur le programme nucléaire de Téhéran et d’une campagne de pression américaine contre la République islamique. (Crédit : Iranian Revolutionary Guard/Sepahnews via AP)

Golan : Je ne dis pas qu’il sera simple ou facile de revenir dans l’accord. Les États-Unis ont rompu le pacte et il est clair que s’ils reviennent, un accord de suivi devra aborder les questions qui manquaient dans
l’original : la surveillance, la durée de l’accord, le programme de missiles balistiques et les activités terroristes dans toute la région.

Comment les Américains pourront-ils ramener l’Iran dans le pacte ?

Golan : je doute que des sanctions économiques supplémentaires puissent fonctionner. Les Iraniens sont passés à la production de centrifugeuses plus rapides alors qu’ils étaient soumis à de sévères sanctions économiques. Si l’on veut amener l’ennemi à changer de comportement, on ne peut pas le faire sans menaces et sans la volonté de recourir à la force. Les Iraniens ne reviendront pas de leur plein gré. Qu’est-ce qui empêche les Américains de démanteler une centrale électrique chaque semaine jusqu’à ce qu’ils acceptent de revenir dans l’accord ?

Le quartier-maître de 3e classe Marnell Maglasang de l’US Navy Aviation, de La Puente, en Californie, dirige un F/A-18E Super Hornet sur le pont d’envol du porte-avions USS Nimitz en mer d’Arabie, le 27 novembre 2020. (Mass Communication Specialist 3rd Class Cheyenne Geletka/U.S. Navy via AP)

J’ai peut-être l’impression de simplifier à l’extrême, mais vous pouvez vous pencher sur l’exemple de l’Irak après la première guerre du Golfe. De 1991 à 2003, les Américains ont tenu l’Irak en laisse courte. Vous voulez survivre ? Restez en contrôle. Vous pouvez prédire que les Iraniens ne seront pas heureux de cette situation. Seules la pression et les menaces de guerre les feront revenir dans le jeu. Quand les Américains ont décidé d’assassiner Soleimani, ils l’ont éliminé. C’était une mesure très dissuasive, car il était bien protégé.

Que devrait faire Netanyahu ?

Bar-Lev : Il devrait essayer d’influencer l’administration Biden, de la persuader qu’il peut y avoir un meilleur accord. Ne pas laisser les Américains se contenter de négocier. Cela fait une différence quand une partie de l’analyse vient des Israéliens car notre peuple sait comment souligner certains points.

L’équipe du Times of Israel et Judah Ari Gross ont contribué à cet article.

read more:
comments