Israël en guerre - Jour 149

Rechercher
  • Le cinéaste Gary Hochman sur le site des fouilles de Sobibor en Pologne. (Autorisation)
    Le cinéaste Gary Hochman sur le site des fouilles de Sobibor en Pologne. (Autorisation)
  • Images aériennes des fouilles de Sobibor. (Crédit : Piotr Bakun)
    Images aériennes des fouilles de Sobibor. (Crédit : Piotr Bakun)
  • Une alliance avec une inscription en hébreu ayant appartenu à une victime assassinée au camp de la mort de Sobibor, construit par les nazis, près de Wlodawa, en Pologne, en novembre 2014. (Crédit : Matt Lebovic/The Times of Israel)
    Une alliance avec une inscription en hébreu ayant appartenu à une victime assassinée au camp de la mort de Sobibor, construit par les nazis, près de Wlodawa, en Pologne, en novembre 2014. (Crédit : Matt Lebovic/The Times of Israel)
  • Une étoile de David en métal déterrée à Sobibor. (Crédit : Gary Hochman)
    Une étoile de David en métal déterrée à Sobibor. (Crédit : Gary Hochman)
  • L'étiquette d'une enfant juive néerlandaise assassinée à Sobibor. (Crédit : Gary Hochman)
    L'étiquette d'une enfant juive néerlandaise assassinée à Sobibor. (Crédit : Gary Hochman)
  • L'excavateur Grzegorz Rokita révélant une fosse de barbelés dans le camp I de Sobibor lors des fouilles de 2014. (Crédit : Gary Hochman)
    L'excavateur Grzegorz Rokita révélant une fosse de barbelés dans le camp I de Sobibor lors des fouilles de 2014. (Crédit : Gary Hochman)

À Sobibor, un réalisateur dévoile les tentatives des nazis de dissimuler leurs crimes

« Deadly Deception at Sobibor » de Gary Hochman montre comment des ruines de chambres à gaz et 70 000 objets ont été découverts dans le camp de la mort où environ 250 000 Juifs ont été assassinés

En prévision d’une ère sans survivants de la Shoah, le nouveau documentaire captivant du réalisateur et producteur Gary Hochman, « Deadly Deception at Sobibor », met en lumière les technologies scientifiques qui ont permis aux archéologues d’apporter la preuve des crimes nazis.

Dans son film, il montre comment les archéologues sondent le sous-sol d’une forêt polonaise à l’aide d’un géoradar (GPR) et d’une tomographie de résistivité électrique (ERT) pour obtenir une « image électronique » des caractéristiques souterraines de Sobibor, où l’Allemagne a assassiné environ 250 000 Juifs dans des chambres à gaz avant de démanteler complètement le camp.

D’autres preuves des tentatives de l’Allemagne nazie d’effacer les crimes de la Shoah ont également été dévoilées au cours d’une enquête de dix ans menée par une équipe d’experts composée de géoscientifiques, d’archéologues et de géographes.

« Il s’agit de l’un des premiers exemples de négation et de distorsion de la Shoah perpétrés par les nazis », a déclaré Hochman, réalisateur de documentaires pour la télévision publique et directeur-général de la société Changing Minds Productions, basée dans le Connecticut. « Ce n’est pas pour rien que la plupart des gens n’ont jamais entendu parler de Sobibor », a déclaré Hochman au Times of Israel.

Présenté récemment aux festivals du film juif de San Diego et de Denver, « Deadly Deception at Sobibor » est raconté par la célèbre actrice Tovah Feldshuh. Le film fait partie du projet de documentation de Hochman sur Sobibor, une archive numérique contenant des vidéos de fouilles archéologiques, des témoignages de survivants, des cartes dessinées à la main, des télégrammes secrets, des photos aériennes de la Luftwaffe (Wehrmacht) et d’autres sources de premier ordre.

« Les nazis essayaient méticuleusement de faire disparaître toute trace de leurs crimes », a déclaré Hochman, qui a documenté les fouilles de toutes les zones importantes du camp, y compris l’enlèvement de l’asphalte datant des années 1960, qui a révélé les fondations des chambres à gaz du camp.

« Il s’agit d’une scène de crime, et les preuves que les nazis ont dissimulées sous terre n’étaient pas censées être trouvées », a déclaré Hochman.

Une scène de crime

La plupart des films sur Sobibor se concentrent sur la célèbre révolte des prisonniers en octobre 1943, mais « Deadly Deception at Sobibor » donne une nouvelle orientation au « travail de mémoire » sur la Shoah, en fusionnant la science et l’histoire pour mieux comprendre le fonctionnement du centre d’extermination, a déclaré Hochman.

Le principal protagoniste du film est l’archéologue israélien Yoram Haïmi, qui s’est rendu pour la première fois à Sobibor après avoir appris que deux de ses oncles y avaient été assassinés.

Recherche de preuves à Sobibor en Pologne. (Crédit : Gary Hochman)

En partenariat avec l’archéologue polonais Wojtek Mazurek, Haïmi a co-dirigé plus de dix campagnes de fouilles dans l’ancien camp de la mort. L’archéologue néerlandais Ivar Schute a rejoint l’équipe de fouilles, représentant une recherche de 34 000 victimes néerlandaises assassinées à Sobibor.

Dans le film, Philip Bialowitz, survivant de Sobibor – qui est décédé en 2016 – témoigne de son expérience, de la révolte de 1943 et de la façon dont il a survécu au reste de la guerre.

« L’histoire de Sobibor est un récit de détection en plusieurs parties », a déclaré Hochman, qui a qualifié les enquêtes qu’il a filmées de « nouvelle forme de témoignage à la première personne de victimes d’outre-tombe ».

Wojtek Mazurek, à gauche, et Yoram Haïmi examinant le badge de Judith de la Penha, à Sobibor. (Crédit : Gary Hochman)

« Chaque objet trouvé représente une voix réduite au silence par l’usine de la mort nazie, qui déclare : ‘J’étais là et voilà ce qui s’est passé’. C’est ce qui est important dans la documentation vidéo », a déclaré Hochman.

Dans une séquence du documentaire, Hochman et Haïmi visitent l’ancien camp de la mort de Majdanek, où des chercheurs comparent des objets mis au jour à Sobibor avec des vestiges de Majdanek, à Lublin. Plus tard, des animations numériques de chambres à gaz, de fosses communes et de sites de crémation en plein air à Sobibor illustrent les moyens utilisés par les officiers SS pour effacer les preuves du génocide sur les prisonniers juifs.

« Les nazis ont choisi intelligemment l’endroit où ils ont installé leurs camps ultra-secrets », a déclaré Hochman. « Sobibor se trouvait au milieu de la forêt. Il n’y avait pas de documents, pas de listes d’identité, pas de tatouages et presque pas de photos du camp. »

Images aériennes des fouilles de Sobibor. (Crédit : Piotr Bakun)

Avec force, « Deadly Deception at Sobibor » retrace les histoires humaines qui se cachent derrière ce qui s’est passé à Sobibor. Les événements survenus dans le camp de la mort sont relatés par des témoins oculaires inattendus, dont un fermier polonais local, Jan Manai, qui, adolescent, a été contraint par les nazis de conduire un wagon de Juifs jusqu’aux abords du camp.

Bien qu’il n’ait jamais vu l’intérieur de Sobibor, Manai a témoigné qu’à plusieurs kilomètres de là, il pouvait sentir la puanteur quotidienne des cadavres brûlés, ce qu’il n’oubliera jamais.

Le film montre des Polonais de la région en interaction avec Sobibor aujourd’hui, notamment une sortie scolaire sur le site pour la communion, où les enfants prient à côté des fosses communes après avoir appris ce qui s’est passé de la bouche de leur prêtre. Les habitants de la région ont également participé aux fouilles, partageant leurs connaissances sur Sobibor avec les chercheurs tout en fouillant des tonnes de terre.

La projection au Festival du film juif de Denver a permis à Dafna Michaelson Jenet, représentante de l’État du Colorado, de se remémorer sa visite en Pologne dans les années 1990, où elle ne pouvait s’empêcher de penser à la terre qui se trouvait sous ses pieds.

« Dès ma première visite en Pologne, j’ai voulu creuser la terre », a déclaré Michaelson Jenet au Times of Israel. « À Treblinka, en particulier, parce que je sais que mes ancêtres s’y trouvent », a-t-elle ajouté.

À 17 ans, Michaelson Jenet a participé à la deuxième Marche des Vivants et a ensuite dirigé l’Institut de sensibilisation à la Shoah à l’université de Denver. Ses expériences ont finalement conduit la représentante à co-parrainer une législation obligatoire sur la Shoah au Colorado.

Après avoir assisté à la première de « Deadly Deception at Sobibor » à Denver, Michaelson Jenet a qualifié le film « d’incroyablement pertinent pour un certain nombre de raisons ». « L’une de ces raisons est qu’un nombre croissant de personnes dans le monde affirment que la Shoah n’a pas eu lieu », a-t-elle déclaré.

Une alliance avec une inscription en hébreu ayant appartenu à une victime assassinée au camp de la mort de Sobibor, construit par les nazis, près de Wlodawa, en Pologne, en novembre 2014. (Crédit : Matt Lebovic/The Times of Israel)

« Quelques survivants ont dessiné des cartes des camps, et ces cartes ont été utilisées dans les procès [des gardiens] ainsi que dans les fouilles du camp », a déclaré Michaelson Jenet.

« Le fait d’aller dans une forêt, de la déboiser et de commencer à creuser pour trouver les vestiges des chambres à gaz pourrait être un tournant pour les gens qui doutent de la Shoah », a déclaré Michaelson Jenet.

À l’instar de l’expérience de la représentante en Pologne, Hochman avait un lien viscéral avec la terre et la forêt dense entourant Sobibor. Ayant grandi le long d’un chemin de terre dans les bois de Longmeadow, dans le Massachusetts, il voyait la forêt comme son « terrain de jeu imaginaire », a déclaré Hochman.

Dans l’ancien camp de la mort nazi de Sobibor, des archéologues ont découvert les fondations des chambres à gaz dans lesquelles 250 000 Juifs ont été assassinés pendant la Shoah, en novembre 2014. (Crédit : Matt Lebovic/The Times of Israel)

En 2008, lorsque Hochman a visité Sobibor pour la première fois, il a immédiatement réalisé que les bois situés près de la frontière polonaise avec la Biélorussie étaient très différents de la forêt de sa ville natale dans le Massachusetts.

« C’est le sentiment le plus sinistre que j’aie jamais éprouvé », a déclaré Hochman, qui était venu documenter une étude géophysique en cours à Sobibor. « Les fouilles ont montré qu’il n’y avait pratiquement aucune trace laissée par les nazis. »

Pendant près de dix ans, Hochman a filmé les fouilles effectuées par Haïmi, Mazurek et Schute dans de nombreuses zones de l’ancien camp. Les travaux d’excavation ont été coordonnés avec l’approbation du Grand Rabbin de Pologne, Michael Schudrich, afin de garantir le respect des restes humains.

Contrairement à une forêt normale, les bois entourant Sobibor étaient « remplis de choses qui ne devraient pas se trouver dans une forêt », a déclaré Hochman. Le grand nombre d’objets retirés du sol a confirmé nos pires attentes. Il y avait des dentiers, des balles, des clés, des lunettes, des épingles à cheveux et des symboles juifs », a-t-il déclaré.

Une étoile de David en métal déterrée à Sobibor. (Crédit : Gary Hochman)

En 2009, Hochman est retourné à Sobibor pour une session de fouilles qui s’est déroulée entre la forêt et une place asphaltée déversée sur les vestiges des chambres à gaz il y a plusieurs dizaines d’années.

« C’est à ce moment-là que j’ai réalisé que je voulais m’impliquer à long-terme dans la documentation de ce travail, car on ne savait pas ce que l’on allait trouver », a déclaré Hochman, qui a filmé la façon dont les archéologues ont révélé le chemin sinueux du « tube » entre les baraquements de déshabillage du camp et les chambres à gaz, une partie clôturée de l’installation de mise à mort, cyniquement surnommée « la route du paradis » en allemand.

Selon Michaelson Jenet, les découvertes archéologiques du film ont une résonance particulière pour les élèves. Le représentant a notamment évoqué plusieurs badges métalliques délicats mis au jour par Haïmi et Mazurek, tout ce qui reste des enfants juifs néerlandais qui les portaient autrefois.

L’étiquette d’une enfant juive néerlandaise assassinée à Sobibor. (Crédit : Gary Hochman)

« Il y avait suffisamment de documents pour relier ces enfants à la façon dont ils sont arrivés à Sobibor », a déclaré Michaelson Jenet. « C’est une découverte extraordinaire, à la fois dévastatrice et extraordinaire », a-t-elle déclaré à propos des objets évocateurs, dont certains sont exposés dans le Musée de Sobibor, qui a ouvert ses portes en 2021.

Des bijoux aux couverts en passant par les produits d’hygiène intime, 70 000 objets ont été extraits du sol, parlant aussi bien aux victimes qu’aux bourreaux. Parmi les objets apportés à Sobibor par des Juifs de différents pays européens, on trouve des plaques de porte avec des adresses de rue, des souvenirs de l’Israël pré-étatique et des articles pour enfants à l’effigie de Mickey Mouse.

Les découvertes les plus troublantes, a déclaré Hochman, sont des pendentifs de date de naissance appartenant à des enfants, comme l’a indiqué Michaelson Jenet.

Une plaque métallique portant le nom d’Annie Kapper, 13 ans, originaire d’Amsterdam, a été trouvée au camp de la mort de Sobibor, dans l’est de la Pologne, en 2013. (Crédit : Yoram Haïmi/JTA)

« Ces badges et autres objets représentent les voix qui ont été réduites au silence par cette usine de la mort », a déclaré Hochman.

Lorsque les fouilles ont commencé à Sobibor en 2008, le négationnisme faisait moins de bruit dans le monde et les gens avaient moins l’occasion de répandre des mensonges et des déformations sur les réseaux sociaux et dans le cyber-espace.

Depuis l’achèvement des fouilles à Sobibor, l’antisémitisme aux États-Unis a non seulement augmenté, mais il est devenu monnaie courante sur Internet et ailleurs. Ce qui était autrefois impensable, à savoir les agressions répétées contre des Juifs et les attaques meurtrières contre des synagogues et d’autres sites juifs, est devenu fréquent.

Dans l’ancien camp de la mort nazi de Sobibor, de petits fragments d’os provenant des fosses communes remontent après le dégel du sol chaque année, en novembre 2014. En 2017, cette zone a été recouverte de géotextile et de marbre blanc concassé. (Crédit : Matt Lebovic/The Times of Israel)

« Les fondements mêmes de la vérité historique et des valeurs démocratiques, notre foi en la raison et le progrès, sont attaqués », a déclaré l’historien de la Shoah Avinoam Patt, membre du comité consultatif du projet de documentation de Sobibor.

Tout comme Hochman, Patt estime que « Deadly Deception at Sobibor » et les archives numériques associées sont des outils puissants pour les étudiants qui ont été exposés à la désinformation et aux mensonges sur la Shoah.

« Nous vivons dans un monde où la négation et la déformation de la Shoah et des génocides sont en hausse ; les négationnistes sont bien conscients que le temps joue en leur faveur », a déclaré Patt, directeur des études judaïques à l’université du Connecticut.

Les fouilles à Sobibor dans la zone des baraquements de coupe de cheveux. (Crédit : Gary Hochman)

« Des projets tels que le Projet de documentation de Sobibor, fondé sur les principes du développement de l’empathie pour les expériences d’autres humains et de la préservation de la mémoire et de la vérité, peuvent et doivent jouer un rôle central dans la protection des valeurs sur lesquelles repose notre civilisation démocratique », a déclaré Patt.

Patt s’est rendu pour la première fois à Sobibor en 2008 après avoir appris que ses arrière-grands-parents maternels, Zvi Hersh et Dvora Heiliczer, y avaient probablement été assassinés. Il a observé de près les premières enquêtes et a réalisé qu’il participait à un événement sans précédent.

« ‘Deadly Deception at Sobibor’ démontre qu’à l’approche d’une époque où il n’y aura plus de survivants, les outils de recherche scientifique peuvent prolonger le travail de mémoire sur la Shoah pour les décennies à venir », a déclaré Patt.

L’excavateur Grzegorz Rokita révélant une fosse de barbelés dans le camp I de Sobibor lors des fouilles de 2014. (Crédit : Gary Hochman)

« Il s’agit d’un effort remarquable pour enregistrer toutes les principales caractéristiques de cette recherche littéralement révolutionnaire, qui, à ma connaissance, n’a pas d’équivalent dans le domaine des études sur la Shoah », a déclaré Patt, qui a contribué à l’adoption d’une loi rendant obligatoire l’enseignement sur la Shoah et le génocide dans l’État du Connecticut.

« Il est important de noter que le public regarde ‘Deadly Deception at Sobibor’ à une époque où la vérité et la mémoire sont de plus en plus attaquées, ce qui permet aux gens d’invoquer des ‘fake news’ pour tout ce qu’ils n’approuvent pas ou n’apprécient pas », a ajouté Hochman.

« Sobibor est le résultat d’un fanatisme violent », a déclaré le réalisateur.

« Aujourd’hui, nous vivons dans une société très divisée, et les éléments constitutifs de l’intolérance ressemblent de plus en plus à ce qui a abouti à un endroit comme Sobibor », a déclaré Hochman.

Le géophysicien Paul Bauman utilisant un géoradar à Sobibor. (Crédit : Gary Hochman)
En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.